Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mchod-rol

 | 
Mireille Helffer

Sixième partie. Les combinaisons instrumentales : reflet sur terre des musiques célestes

Introduction à la sixième partie

Texte intégral

1Plus de douze siècles après l’introduction du bouddhisme au Tibet, force est de constater qu’un nombre important d’instruments de musique sont devenus partie intégrante des rituels et qu’un véritable déluge instrumental masque parfois les textes récités ou chantés.

2De l’Inde, par le canal des textes et des représentations iconographiques, a été transmis un modèle idéal de musiques célestes au sein desquelles des myriades d’instruments résonnent spontanément pour saluer, par exemple, ce qu’il est convenu d’appeler la « mise en mouvement de la roue de la Loi » (Foucaux 1988 : 12, 52, 71, 79...). D’après les mêmes sources, des divinités musiciennes se pressent en foule pour accompagner le « Grand Départ » du prince Siddharta, qui abandonne les délices de son palais pour entreprendre la longue quête spirituelle qui le conduira à l’illumination et à l’état de bouddha (ibid. : 191).

3C’est ainsi que, comme on l’a vu au long des chapitres qui précèdent, ont été adoptés en milieu tibétain, non seulement des objets rituels à fonction sonore — tels la cloche à manche en forme de demi-vajra et le tambour damaru —, mais aussi le simandre gandi et la conque, symbole reconnu de la proclamation de la loi bouddhique.

4Dans le cas des tambours, particulièrement bien représentés dans la tradition indienne, les modèles indiens n’ont pas été retenus et ont été remplacés, semble-t-il assez vite, par le tambour sur cadre à deux peaux rnga, plus familier aux Tibétains.

5Enfin, au fur et à mesure que se développaient au Tibet des monastères de grande taille, accueillant des centaines de moines, le besoin s’est fait sentir de solenniser les grands rituels publics au moyen d’instruments au son plus éclatant, capables de renforcer la sonorité des instruments déjà présents. Ici se situe, à mon avis, mais sans qu’il soit possible d’en fixer avec exactitude les dates d’apparition, l’incorporation aux rituels bouddhiques et bonpos d’instruments empruntés aux mondes musulman et chinois : longues trompes de métal, cymbales à volumineuse bosse centrale, hautbois, et, dans une moindre mesure, gongs et carillons de gongs.

6De cette juxtaposition d’instruments venus d’horizons différents a résulté ce que j’appellerai une « symphonie de timbres », une « polytimbrie » originale à laquelle contribuent, selon les modalités qui leur sont propres, chacun des instruments qui ont été décrits précédemment. C’est cette polytimbrie qui, associée à la musique vocale, exprime ce que la langue tibétaine désigne par l’expression mchod-rol ou « musique d’offrande », terme qui traduit le sanskrit shabda puja.

7Dans cette perspective, les deux derniers chapitre de cet ouvrage tenteront de caractériser brièvement la polytimbrie à la tibétaine et la façon dont cette polytimbrie se modifie pour répondre aux exigences des différents rituels et produire les musiques dites « paisibles » (zhi-rol) par opposition aux musiques de caractère violent (drag-rol).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540