Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mchod-rol

 | 
Mireille Helffer

Troisième partie. Les instruments sur lesquels repose la structuration du temps

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1À l’intérieur des monastères, toute activité religieuse, qu’elle soit privée ou publique, s’appuie sur un texte qui doit être lu, psalmodié, chanté selon des règles précises. La coordination des modalités d’exécution du texte incombe à « celui qui donne le départ », le maître de cérémonie ou dbu-mdzad, qui impose hauteur du son de référence et rythme en s’aidant du grand tambour rnga et/ou des différents types de cymbales (jouées en paires). Le rôle régulateur du tambour et des cymbales ne se limite d’ailleurs pas à la ponctuation du texte récité ou chanté, mais s’applique également aux interventions des autres instruments et à la chorégraphie des ballets rituels ‘cham.

2Dans la tradition sa-skya-pa, c’est le tambour qui a le rôle directeur, tandis que les autres traditions valorisent l’emploi des cymbales : grandes cymbales sbug-chal au son éclatant, grandes cymbales sil-snyan au son plus cristallin. Il n’est pas rare que le maître de cérémonie, non content de réciter et de chanter, actionne lui-même simultanément tambour et cymbales, ce qui manifeste bien le rôle complémentaire des deux catégories d’instruments, désignés collectivement par le terme rnga-sbug, c’est-à-dire tambour rnga + cymbales sbug-(chal).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540