Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mchod-rol

 | 
Mireille Helffer

Deuxième partie. Les instruments qui appellent à la réunion de la congrégation monastique

Chapitre IV. Le gong ‘khar-rnga

Texte intégral

1Le terme ‘khar-rnga/mkhar-rnga est apparu très tôt dans la littérature tibétaine écrite puisqu’il figure déjà dans le dictionnaire sanskrittibétain de la Mahâvyutpatti, mais l’équivalent sanskrit panava qui lui est donné renvoie à un membranophone et l’on peut se demander si, à l’époque de la rédaction, il ne s’agissait pas plutôt du tambour (rnga) frappé dans la citadelle (mkhar), autrement dit d’une sorte de tambour militaire. Même incertitude lorsque le terme ‘khar-rnga apparaît dans la liste de dix instruments que fournit le tantra de « l’élimination des mauvaises destinées » (Sarvadurgati parishodhana tantra) (S.T. 7 et Skorupski 1983 : 94 et 273) ou dans la liste donnée par Sa-skya Pandita dans son Traité de la musique (Rol-mo’i bstan-bcos) (S.T. 38).

2Ultérieurement, il devient tout à fait clair que le mkhar-rnga [sic] est un instrument fait d’un alliage bronzeux (‘khar) dont la composition et donc la couleur varient selon les pays d’origine et qu’il s’agit, selon la terminologie occidentale, d’un gong, c’est-à-dire d’un instrument de métal, formé d’une plaque circulaire dont les bords, généralement peu élevés, sont repliés vers l’intérieur :

Les gongs du pays Hor ont les bords (’khor-rgya) moyens,

Hor gyi mkhar-rnga chig la’khor-rgya ran

les marques de martelage sont nettes, la couleur bleu/jaunâtre ;

mtho-mdzes gsal-zhing kha-dog sngoser’dres

le bord (ri) est bas et un peu renflé, le son harmonieux.

ri dma’cung-zad’phyal-ha skad snyan-po

Les gongs de Chine : la couleur en est dorée ;

Rgya yi mkhar-rnga mdog ser bsgrub rig la

le bord est haut et un peu creusé, le son est doux.

ri mtho sbub cing skad’bol’khrol-ba’o

Les gongs du Népal sont de couleur bleue, avec une surface rugueuse ;

Bal-po’imkhar-rnga mdog sngo cung zad rtsub

le bord est moyen et droit, le son aigu (perçant ?).

ri ran thod drangs yod cing skad ber-ba

Les gongs du’Dol-kha ( ?) sont de cou leur blanchâtre et à bord bas.

’Dol-kha mkhar-rnga mdog skya ri dma’-ba

Pour les deux (dernières) catégories, les marques de polissage sont très apparentes.

gnyiskar bsrubs ris shin-tu gsal-ba yin (S.T. 23)

3La concision de la rédaction ne permet certes pas de connaître la taille des ‘khar-rnga auxquels l’auteur fait référence, mais met clairement en évidence le fait qu’il s’agit d’instruments empruntés aux régions frontalières du monde chinois. Et l’on est en droit de penser que, en raison de sa plus grande maniabilité, le‘khar-rnga — littéralement le « tambour de bronze » ou, selon la définition du Grand Dictionnaire tibétain-chinois, ce « tambour qui provient du métal » (lcags-‘khar las grub-pa’i rnga) —, tenu à la main ou accroché dans un support de bois, s’est dans de nombreux cas substitué au gandi du monde indien.

4Les observations contemporaines, qu’elles proviennent d’orientalistes ou de musicologues, confirment d’ailleurs les remarques des auteurs tibétains :

Le khar Nga [sic] est un type de gong de dimensions moyennes. Souvent les bords sont rentrés à angle droit et parfois il peut y avoir un mamelon central. On tient cet instrument au moyen d’une corde attachée à deux points du bord de l’instrument ou bien, comme au monastère de Tengboche, il est suspendu à une superstructure de la cour. On le frappe à l’aide d’une mailloche feutrée qui n’est constituée souvent que par de l’étoffe fortement serrée (Vandor 1976 : 77).

  • 1 Le motif décoratif des « huit signes de bon augure » (bkra-shis rtags-brgyad, skt. ashta mangala) e (...)

5Rares sont les ‘khar-rnga conservés dans les collections des musées du monde occidental ; parmi ceux-ci, on signalera néanmoins le très beau gong plat de la collection Jacques Marchais, à New York, dont le bord est décoré des huit signes de bon augure1 (J. Marchais 1941 : planche non numérotée) et un gong à bosse centrale présenté à l’exposition de Munich en 1982 (catalogue : 19, pièce Hg 169).

6Sur le plan de l’iconographie, seules les peintures d’offrandes aux divinités terribles font parfois place à des gongs qu’il n’est pas toujours facile de distinguer des tambours sur cadre rnga.

QUAND ET COMMENT LE ‘KHAR-RNGA EST-IL UTILISÉ ?

7Avec la concision qui convient à un dictionnaire, Das, dont les observations remontent au siècle dernier, se contente de dire que le ‘kharrnga/rgyarnga est un gong utilisé au Tibet et en Chine pour appeler les gens à un travail ou les moines à quelque obligation religieuse ; il ajoute qu’il peut s’agir d’un grand disque de métal, dont le son résonne comme celui d’une cloche (Das : 186b).

8Tucci n’est pas plus explicite quand il dit que le gong rgyal-rna [sic, erreur orthographique pour rgya-rnga, tambour de Chine ?]/’khar-rna sert à annoncer le temps et l’heure du rassemblement des moines (Tucci 1973 : 161 et légende fig. 4).

9Mais, de nos jours, les témoignages se sont multipliés pour montrer que, dans la plupart des communautés bouddhiques, c’est un ‘kharrnga qui retentit pour appeler à la réunion des moines. Son emploi est régi par des règles strictes et transmet une information que les moines sont parfaitement habitués à décoder.

10Vandor l’avait déjà remarqué lorsqu’il travaillait dans la vallée de Kathmandu et il a tenté de noter sur portée le message qu’il avait entendu (Vandor 1976 : 98) ; il signale également que, au collège tantrique de Rgyud-stod, le jeu du gong se limitait à un très long accelerando terminé par trois coups forts.

11J’ai moi-même pu observer à de nombreuses reprises, tant au monastère rnying-ma-pa du nouveau Dpal-yul (en 1987) en Inde, qu’à celui de Zhe-chen à Bodnath (où je retourne régulièrement depuis 1989) au Népal, que la séquence jouée sur le gong met en jeu une opposition de timbre entre coups frappés au centre du gong et coups frappés sur le bord ; elle résulte, m’a-t-on dit, de l’enchaînement de différentes formules empruntées soit au jeu des cymbales rol-mo, soit au jeu du tambour sur cadre rnga ; mais je ne serais pas étonnée qu’il s’agisse plutôt d’une transposition de la formule prescrite pour le jeu du gandi.

12Daniel A. Scheidegger, pour sa part, signale que, dans la tradition rnying-ma-pa de Smin-grol-gling, l’appel lancé sur le gong s’articule en trois parties qui doivent être accompagnées par la récitation mentale d’un mantra : un bref accelerando frappé sur le bord supérieur du ‘khar-rnga ; un long accelerando frappé au centre ; un bref accelerando frappé sur le bord supérieur de l’instrument (Scheidegger 1988 : 47).

13Enfin Ricardo Canzio, dans le milieu qui lui était familier de la communauté bonpo de Dolanji note :

L’appel des moines à venir prendre leur repas ou à se rassembler au dehors pour un débat (rituel) est parfois fait au moyen du ‘khar-rnga, un petit gong tenu à la main et fait d’un alliage appelé ‘khar-ba. L’instrument est joué avec une baguette (the’u) dont l’extrémité est rembourrée avec du tissu ; il peut être frappé soit sur le bord (ce qu’on appelle zur-tshag) et le son produit est alors désigné par l’onomatopée phram-phram [sic pour sbram-sbram ?], soit au centre. Il est joué comme suit : d’abord la formule pour le jeu des cymbales est jouée sur le bord, puis treize coups sont joués au centre, suivis par la formule pour les cymbales une fois. Pour finir, la formule de « pose du tambour » (zhog-rnga) est jouée sur le bord (d’après Canzio 1986 : 51).

14La même communauté utilise parfois, au lieu et place du ‘khar-rnga, une simple pierre (rdo-rting) qui semble jouer le rôle d’un substitut à la fois du gandi en bois et du gong en métal.

15Ajoutons que, dans des circonstances très solennelles, comme la célébration des « grandes évocations » sgrub-chen, qui prenaient place dans les monastères de Dpal-yul (en Inde) ou de Zhe-chen (au Népal) au moment du nouvel an tibétain, le jeu d’un gong à mamelon, accroché dans un support de bois, venait renforcer celui du tambour rnga et des cymbales sbug-chol.

Phot. 7. — L’appel à une cérémonie. Jeu du gong ‘khar-rnga. Népal, monastère de Zhe-chen (1991).

LES CARILLONS DE ‘KHAR-RNGA

16Diverses sources, qu’il s’agisse de « peintures d’offrandes » (Martin du Gard 1985 : fig. 1, 2, 5, 16, 17) ou d’observations réalisées généralement dans les régions orientales du plateau tibétain (Tucci 1973 : 160-161) font état de l’existence de petits carillons formés de neuf ou dix gongs plats accrochés dans un cadre et fort semblables au yunluo chi nois (The New Grove Dictionary of Musical Instruments, t. III : 888). Selon mon collègue et ami Yontan Gyatso, ces instruments, parfois désignés sous le nom de drwa-ting (terme qui ne figure dans aucun des dictionnaires que j’ai pu consulter), étaient connus en Amdo ; mais j’ai aussi pu constater qu’ils étaient utilisés par les bouddhistes chinois du mont Wou-tai-sh’an qui se produisaient à Hong-Kong en mars 1989. En tout cas, ils n’ont aucune fonction d’appel ou de signalisation et, du fait que chacun d’entre eux est accordé à une hauteur différente, ils contribuent à orner mélodiquement les pièces exécutées par un ensemble instrumental.

Notes

1 Le motif décoratif des « huit signes de bon augure » (bkra-shis rtags-brgyad, skt. ashta mangala) est un de ceux qui sont repris le plus fréquemment par l'iconographie ; il commémore les dons offerts au Bouddha après son illumination et se compose des éléments suivants : deux poissons symbolisant les êtres sauvés, baldaquin symbolisant la protection contre tout mal, conque enroulée à droite symbolisant la proclamation de la renommée des saints, nœud sans fin, parasol circulaire pour célébrer la victoire du bouddhisme, vase d'abondance qui contient les joyaux spirituels, lotus emblème de la pureté, roue symbole de la loi bouddhique (Olschak 1973 : 86 et 184-185 en fournit une représentation très claire).

Table des illustrations

Légende Phot. 7. — L’appel à une cérémonie. Jeu du gong ‘khar-rnga. Népal, monastère de Zhe-chen (1991).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7335/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable