Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mchod-rol

 | 
Mireille Helffer

Deuxième partie. Les instruments qui appellent à la réunion de la congrégation monastique

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 C'était notamment le cas, lors des fêtes de nouvel an célébrées jadis à Dergué au Khams (Tucci et (...)

1Partout où s’est développée la pratique du bouddhisme, la nécessité de réunir les moines pour l’enseignement, la prière ou plus simple ment les repas, a entraîné l’usage de signaux produits par diverses sources sonores. De nos jours, dans les monastères relevant du bouddhisme tibétain, on peut constater que la convocation au rassemblement de la communauté monastique (tshogs-brda) s’opère au moyen d’instruments appartenant à des catégories organologiques différentes : idiophones par frappement — la matière percutée pouvant être le bois comme dans le cas du phonoxyle gandi, le métal comme dans le cas du gong ‘khar-rnga, la pierre comme dans le cas du rdorting —, mais aussi aérophones comme les conques dung-dkar et éventuellement membranophones du type des tambours rnga1.

Notes

1 C'était notamment le cas, lors des fêtes de nouvel an célébrées jadis à Dergué au Khams (Tucci et Heissig 1973 : 199-200).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540