Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mchod-rol

 | 
Mireille Helffer

Première partie. Les instruments d'apparat

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Associés prioritairement à la solennité des manifestations publiques qui se déroulent à l’extérieur des monastères, trompes dung-chen et hautbois rgya-gling appartiennent à la famille des aérophones, c’est-à-dire des instruments pour lesquels le son produit résulte du mouvement de l’air à l’intérieur d’une cavité.

2En raison de l’usage qui en était fait, ce sont eux qui ont le plus retenu l’attention des observateurs étrangers, mais, sur le plan rituel proprement dit, leur rôle peut être considéré comme accessoire.

3D’ailleurs, comme on va le voir, les sources textuelles et iconographiques concernant les dung-chen et les rgya-gling demeurent extrêmement réduites, et force est de constater que, sur le plan iconographique, la présence de ces instruments se limite à la représentation de musiques célestes, aux peintures des offrandes destinées aux divinités terribles et à quelques scènes de peintures narratives.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540