Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mchod-rol

 | 
Mireille Helffer

Note sur la transcription des termes tibétains et sanskrits

Texte intégral

1D’une façon générale, le souci d’éviter l’emploi des signes diacritiques m’a conduite aux options suivantes :

2Pour le tibétain : adoption du système Wylie mais en réservant l’emploi des majuscules à l’initiale des noms propres (lieux, personnes, divinités, titres d’ouvrages).

3Néanmoins, pour les autorités tibétaines dont le nom est généralement connu dans la littérature occidentale sous une forme phonétique, c’est celle-ci qui a été conservée.

4Pour le sanskrit : adoption d’une translittération simplifiée :

  • voyelles longues marquées par un accent circonflexe (^)
  • suppression des points souscrits sous les d, t, th, s (la transcription sh étant employée aussi bien que s que pour ṣ. Ex. : Avalokiteshvara
  • suppression du point suscrit au-dessus du n pour marquer le ή, transcrit par ng.

5N.B. Pour un certain nombre de termes d’emploi fréquent et dont certains, qu’ils soient d’origine sanskrite ou tibétaine, ont déjà pris place dans les dictionnaires français, j’ai adopté une forme plus ou moins francisée ; c’est notamment le cas pour des termes tels que bonpo, bouddha, lama, mantra, mudra, rinpoche, stupa, etc.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540