Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les trois cultures

 | 
Wolf Lepenies

La France

Les métamorphoses d’Auguste Comte Science et littérature aux origines du positivisme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Principes stylistiques de l’homme de science

Les amis d’Auguste Comte ne le considéraient pas comme un grand écrivain. Le ton pesant de ses traités n’était guère compensé par l’audace inouïe de certains de ses aperçus. Quand on eut publié la correspondance de Comte avec John Stuart Mill, un critique littéraire écrivit en guise de commentaire : « L’un écrit dans un français qui est presque toujours excellent, et je n’ai pas besoin de vous dire que c’est Mill ; l’autre dans un langage qui n’a de nom dans aucune langue, et je n’ai pas besoin de vous dire que c’est Comte. » (Faguet 1904 : 153).

Mais Comte dédaignait toutes les mises en demeure de modifier son écriture, et lorsqu’en 1824 l’ami de sa jeunesse, Valat, critiqua une fois de plus son style, le fondateur du positivisme réagit à ces reproches par l’une des nombreuses déclarations de principe qui ont, d’emblée, marqué sa vie et son œuvre.

Comte estimait que les questions de style étaient secondaires dans les sciences — ne serait-ce...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540