Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et mutations sociopolitiques

 | 
Azadeh Kian-Thiébaut
, 
Marie Ladier-Fouladi

3. Le système familial et la politique en Iran

Marie Ladier-Fouladi

Texte intégral

1Comme partout ailleurs, en Iran, la famille change ou plus précisément elle se transforme. Jusqu’à un passé assez récent, la famille élargie patriarcale était la structure dominante. Ses membres comprenaient un couple initial, leurs nombreux enfants, les familles de ces derniers et parfois même les frères du chef de famille et leurs familles respectives. La famille élargie était surtout caractérisée par le pouvoir absolu du père, le patriarche, par une forte solidarité entre ses fils, égaux en droit successoral, et par une importante fréquence d’endogamie, le plus souvent le mariage entre les cousins germains, les enfants des deux frères. Dans cette structure communautaire, les rapports établis entre les membres de la famille étaient fondés sur la solidarité lignagère et les devoirs d’échanges réciproques et obligatoires. Mais depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec l’instauration d’une économie moderne, l’expansion urbaine, la diffusion de l’école, on constate des modifications importantes dans la structure de la famille. Dès la fin des années 1960, la famille nucléaire – constituée des parents et des enfants célibataires – prédominait comme structure familiale dans les grandes villes. Cependant, la famille nucléaire iranienne se distinguait du modèle occidental, par sa dimension beaucoup plus importante (près de 8 enfants en moyenne par femme dans la seconde moitié des années 1960) et par la très forte dépendance intergénérationnelle et la vivacité des liens de solidarité familiale, basés sur l’interdépendance des membres et la réciprocité obligatoire de l’entraide entre la cellule familiale et son groupe de parenté (Behnam 1971,1973). Aussi, l’ordre patriarcal, fondé sur l’hégémonie hiérarchique de l’âge et du sexe, régentait les rapports familiaux au sein de la grande majorité des familles nucléaires.

2Dans les années 1970, bien que la nucléarisation de la famille se soit accélérée, dans les villes aussi bien que dans les campagnes, la famille nucléaire conservait toujours les traits de l’ancien modèle. Ainsi, au sein de la famille qui comptait encore 6 à 7 personnes en moyenne, le père disposait du pouvoir absolu et les rapports entre les membres de la famille se caractérisaient par l’hégémonie du fils aîné sur ses frères cadets et par la soumission des femmes aux hommes.

3Les grands changements surviennent après la Révolution de 1979 et l’instauration de la République islamique en Iran. Contre toutes les prévisions essentiellement fondées sur une approche culturaliste qui érige l’islam comme le premier facteur explicatif des sociétés musulmanes, le processus de la nucléarisation de la famille s’intensifie et la fécondité commence à décliner de manière spectaculaire dès 1985-1986. Elle passe de 6,4 enfants en moyenne par femme à 3,0 en 1996 et elle est aujourd’hui de 2,1 enfants, c’est-à-dire en dessous du seuil de remplacement des générations (Ladier-Fouladi 2003). La baisse de la fécondité, constatée dans toute les provinces iraniennes aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural, s’avère l’une des plus rapides du monde : elle s’est réduite de près de 70 % en l’espace de 15 ans. Le déclin de la fécondité étant difficilement concevable sans transformation globale de la société et de la situation de la femme, il annonce les changements significatifs dans le statut de celle-ci aussi bien au sien de la famille que de la société. Il témoigne de son autonomisation par rapport à son groupe de parenté dont l’influence est indéniable dans le choix de la taille de sa famille. De surcroît, la réduction effective de la taille de la famille modifie indubitablement les relations affectives entre conjoints aussi bien qu’entre parents et enfants. Ces mutations qui indiquent l’ébranlement de l’ordre patriarcal de la famille sont d’une incidence sociale et politique hautement significative. Elles ne peuvent que générer des modifications profondes des dynamiques d’une société qui s’était structurée selon les règles émanant de cet ordre.

4Par ailleurs, la structure familiale est souvent considérée comme le moule des comportements sociaux et donc le lieu de formation des attitudes à l’égard de l’État et de la société civile. Les voix que les deux principales formations politiques, l’une conservatrice et l’autre partisane de réforme et d’ouverture politique, ont obtenues dans chaque département lors des dernières élections présidentielles en 2001, peuvent être révélatrices de la nouvelle dynamique sociale en Iran.

5Dans ce travail, nous examinerons tout d’abord l’évolution de la composition et de la structure de la famille dans le temps ; puis nous présenterons la répartition des différentes structures familiales dans l’espace afin de déceler à l’échelle de département le modèle familial dominant. Ensuite, nous analyserons l’évolution d’un certain nombre d’indicateurs socio-démographiques pour appréhender les nouvelles caractéristiques des familles iraniennes. En présentant, enfin, les résultats des élections présidentielles de 2001 par département, nous tenterons de vérifier le rapport entre la structure de la famille et les aspirations politiques.

Composition de la famille

6Les seules données disponibles permettant d’étudier d’une manière globale la structure de la famille sont celles collectées lors des recensements successifs sur les ménages. Encore faut-il ajouter immédiatement que les résultats des recensements de 1966 et 1976, qui ne présentent que la distribution des individus par sexe et par âge selon le lien avec le chef de famille, ne permettent pas de distinguer diverses structures familiales. Pour ce qui concerne ces deux dates, nous devons donc nous contenter de résultats globaux qui permettent seulement de constater que la grande majorité des enfants du chef de ménage vivant avec celui-ci et son épouse était effectivement célibataire et que la cohabitation de plusieurs générations appartenant à la même famille n’aurait touché qu’une petite partie des ménages. Compte tenu de ces résultats, la famille nucléaire apparaît comme le modèle dominant en 1966, tout autant qu’en 1976.

7À l’inverse des résultats de ces deux recensements, ceux de 1986 et 1996 décrivent la distribution des ménages selon le type de famille les composant (tableau 1). À travers ces résultats se révèlent 6 catégories de familles nucléaires, élargies ou étendues dans les zones urbaines et rurales. La part des familles nucléaires (catégories 1,3 et 5) sur l’ensemble des ménages passe de 79,2 % en 1986 à 82,3 % en 1996. À l’opposé, la proportion des familles de type élargie ou étendue (catégories 2, 4 et 6) paraît en net recul : 6,4 % des ménages en 1986 contre seulement 0,5 % en 1996. La catégorie 7 (autres compositions) marque, au détriment de ces dernières, une progression notable : 14,4 % en 1986 contre 17,2 % en 1996. Cette catégorie correspond aux ménages constitués d’un seul individu ou bien de deux ou plusieurs individus qui avec ou sans lien de parenté cohabitent, formant ainsi de multiples compositions possibles. En déduisant la part des ménages constitués – d’un seul individu – respectivement 4,5 % et 4,4 % des ménages en 1986 et en 1996 – de celle de la catégorie 7, la part des ménages formés d’autres compositions probables ne serait que de 9,9 % de l’ensemble des ménages en 1986 et 12,8 %en 1996. Même, en additionnant la totalité de leur part à celle des familles élargies ou étendues, la part de ce type de famille ne s’élèverait qu’à 16,3 % des ménages en 1986 et à 13,3 % en 1996. Les résultats de ces recensements permettent donc de confirmer qu’en Iran, aussi bien dans les villes que dans les campagnes, la famille nucléaire prédomine.

TABLEAU 1. RÉPARTITION DES MÉNAGES SELON LE TYPE DE PAMILLE (EN %)

  • 1 Les membres de « 1er degré » de la famille parentale du chef de ménage comprennent ses parents et s (...)

Composition des ménages

1986

1996

Ensemble

Urbain

Rural

Ensemble

Urbain

Rural

1. Chef de ménage (CM) et son épouse

8,3

8,1

8,6

9,0

8,9

9,2

2. CM, son épouse et les membres de premier degré1 de la famille parentale du CM

0,7

0,6

0,7

0,1

0,1

0,2

3. CM, son épouse et leurs enfants

67,1

67,9

65,8

68,4

69,8

65,8

4. CM, son épouse, leurs enfants et les membres de premier degré de la famille parentale du C

5,4

5,3

5,6

0,4

0,3

0,5

5. CM et ses enfants

3,8

4,0

3,4

4,9

4,8

5,0

6. CM, ses enfants et les membres de premier degré de sa famille parentale

0,3

0,3

0,2

0,01

0,02

0,01

7. Autres compositions

14,4

13,6

15,6

17,2

16,1

19,2

Ensemble des familles nucléaires complètes et incomplètes

79,2

80,1

77,9

82,3

83,5

80,1

Ensemble des familles complexes

6,4

6,3

6,5

0,5

0,4

0,7

Total

100

100

100

100

100

100

Sources : Recensements généraux de la population et de l’habitat de 1986 et de 1996, Centre de Statistiques d’Iran

Géographie des familles en 1996

8Grâce aux résultats du recensement de 1996, il est possible de cartographier les divers types de familles et par là même d’apprécier leur répartition dans l’espace à l’échelle du département.

9Afin de mieux appréhender la géographie des familles iraniennes, il nous paraît important de présenter auparavant l’une des plus importantes caractéristiques de la population du pays, qui se compose de différents groupes linguistiques et culturels. Très schématiquement, les Fârs, de langue fârsi ou persane, sont particulièrement concentrés dans les régions centrales, dans certains départements du nord, du nord-est et du sud ; les Turcs Azéris, donc de langue turque azéri, se trouvent dans la région du nord-ouest bien qu’ils soient dispersés partout dans les villes iraniennes ; les Kurdes, de langue kurde, sont répartis dans les régions du nord-ouest, de l’ouest et dans quelques départements du nord-est et du centre ; les Lors, de langue lori, se trouvent dans les départements de l’ouest ; les Baloutches, de langue baloutchi, sont installés dans les départements du sud-est ; les Turkmènes, de langue turkmène, sont essentiellement concentrés dans quelques départements du nord-est et enfin les Arabes se trouvent dans la région du sud-ouest. En somme, les persanophones sont majoritairement répartis dans l’Iran intérieur tandis que les non-persanophones sont concentrés dans les régions périphériques (carte 1). Cette géographie des populations est à l’origine de la dialectique centre-périphérie hautement significative en Iran.

CARTE 1 : PROPORTION DES NON-PERSANOPHONES PAR DEPARTEMENT (1996)

CARTE 1 : PROPORTION DES NON-PERSANOPHONES PAR DEPARTEMENT (1996)
  • 1 Pour la présentation des cartes, nous avons choisi un classement interquartiles, c’est-à-dire qu’à (...)

10En 1996, parmi les ménages recensés, 9 % étaient constitués d’un couple. Étant donné que l’âge moyen du chef de ménage à deux personnes est de 47 ans, il s’agit très vraisemblablement, pour une majorité d’entre eux, de couple à un stade assez avancé de leur cycle de vie dont les enfants ont déjà quitté le foyer parental. Dans les départements de l’est et du centre (carte 2)1, qui sont de densités de population et de niveaux de développement socioéconomique très variés, la proportion des couples dépasse la moyenne nationale. En revanche dans la quasi-totalité des départements situés au nord-ouest, à l’ouest et au sud-ouest, où les traditions communautaires semblent encore perdurer et où la majorité de la population est non-persanophone, cette proportion s’avère largement inférieure à la moyenne.

CARTE 2. RÉPARTITION DES COUPLES EN 1996

CARTE 2. RÉPARTITION DES COUPLES EN 1996

CARTE 3. RÉPARTITION DES FAMILLES MONOPARENTALES EN 1996

CARTE 3. RÉPARTITION DES FAMILLES MONOPARENTALES EN 1996

11Les familles monoparentales ne comprenaient que 4,9 % des ménages en 1996. Nous savons par ailleurs que la plupart de ces familles sont composées de femmes veuves ou divorcées et de leurs enfants. Ce sont surtout dans les départements (carte 3) du nord, du centre et du sud que la proportion des familles monoparentales se situe autour de la valeur moyenne. Elle est au contraire plus importante dans les départements périphériques de l’est, du sud-est et de l’ouest. Cela est très vraisemblablement lié, pour ce qui concerne les départements de l’est et du sud-est, à l’afflux des réfugiés afghans fuyant les zones de combats en Afghanistan en 1979-1980 et, pour ce qui concerne les départements de l’ouest, à la guerre Irak/Iran (1980-1988), ces départements étant particulièrement touchés par ce conflit.

12Un peu plus de 68 % des ménages étaient composés de familles nucléaires complètes (couples avec des enfants célibataires) en 1996. La proportion de ce type de familles se situe aux alentours de la moyenne ou la dépasse légèrement (carte 4) dans les départements du nord et du centre – quelques départements exceptés, du centre-est et du centre-ouest ; tandis que dans la plupart des départements contigus à ces derniers, elle se situe entre 65 et 67,5 %. Cette proportion s’avère encore moins élevée (entre 55 % et moins de 65 %) dans les départements éloignés de cette poche centrale et donc périphériques. Comme si le modèle diffusé depuis le centre se heurtait à une certaine résistance en raison de la permanence de comportements traditionnels chez les populations de ces derniers. Ainsi, se distinguent tout particulièrement les départements des provinces d’Azerbaïdjan et du Kurdistan (nord-ouest et ouest) et du Sistan et du Baloutchistan (sud-est).

CARTE 4. RÉPARTITION DES FAMILLES NUCLÉAIRES COMPLÈTES EN 1996

CARTE 4. RÉPARTITION DES FAMILLES NUCLÉAIRES COMPLÈTES EN 1996

13Cela étant, la société tout entière évolue vers une domination de la famille nucléaire. En effet, cette dernière comprend 82 % des ménages recensés en 1996, si l’on additionne la part des familles nucléaires complètes à celle des individus isolés, des couples sans enfant et des familles monoparentales. Seulement dans un tiers des départements (carte 5), en l’occurrence des départements périphériques, cette proportion est moins élevée que la moyenne. Alors qu’elle se situe largement au-dessus de la moyenne, quelques dizaines de départements exceptés, dans l’ensemble des départements, au nord, nord-est, centre et centre-est.

14Cette répartition de la famille nucléaire met bien en évidence la structure centre-périphérie de la géographie des familles iraniennes. Dans l’Iran central, la famille nucléaire s’avère dominante, tandis que dans l’Iran périphérique, cette domination paraît moins accentuée. Cela laisse supposer que dans ces derniers départements, où les traditions communautaires semblent encore prépondérantes, une partie non négligeable des familles est constituée de familles élargies ou étendues.

15Comme nous l’avons vu plus haut, il est fort probable que la grande majorité des ménages, dont la composition ne peut être déterminée par les résultats du recensement de 1996, comprenne des familles de structure complexe et dans tous les cas de figures non nucléaires. La répartition dans l’espace de ces ménages confirme l’hypothèse que nous avons évoquée ci-dessus. Ce sont surtout des départements périphériques (carte 6) qui se distinguent des autres. Alors que dans ces derniers, la proportion des ménages de composition indéterminée se situe aux alentours de la moyenne, 18,6 % des ménages, ou la dépasse, dans la plupart des départements du centre, du nord et du nord-est elle se trouve entre 11 % et 17 %. Le contraste est frappant entre les cartes 5 et 6. Il serait toutefois hâtif de déduire, à partir de ces deux dernières cartes, que les non-persanophones des régions périphériques sont plus enclins au maintien des structures communautaires de la famille que les persanophones du centre. Le fait que près d’un tiers des ménages recensés dans les départements périphériques soit très vraisemblablement constitué de familles de type étendu ou élargi est avant tout lié au niveau de développement socio-économique de ces régions.

16À cet égard, il nous paraît important de rappeler que durant des décennies, l’État monarchique de Mohammad Reza Shah Pahlavi a négligé les régions périphériques dans ses plans quinquennaux de développement. Faute d’infrastructures et d’équipements indispensables au changement de condition et de mode de vie, la population des régions périphériques a été contrainte de s’organiser et de conserver ses structures communautaires qui lui permettait de garantir son autonomie et par là même sa survie.

17Après la Révolution de 1979, considérées comme victimes de l’arrogance et de la politique sectaire de l’ancien régime, ces régions ont été particulièrement privilégiées dans le dynamique programme de développement socio-économique mis en place par la République islamique. En dépit de la guerre et de l’embargo économique, ce programme a pu être réalisé grâce à l’ardente motivation des jeunes révolutionnaires qui se sont mobilisés pour se trouver très tôt (dès juin 1979) au sein d’une nouvelle organisation étatique « Croisade pour la construction » créée spécifiquement à cette fin (Ladier-Fouladi 2003). Au cours de ces vingt dernières années, le progrès très significatif de ces régions dans tous les domaines a largement contribué au changement de la configuration socio-économique de ces régions, même si les retards sur le plan économique persistent. Ce nouveau contexte, qui favorise la réception à une échelle de plus en plus étendue des nouvelles idées et attitudes diffusées depuis les régions les plus développés du pays, a certainement rapproché le comportement de la population des régions périphériques de celui de la population du centre.

18Faute de données appropriées, il est impossible de suivre l’évolution des familles élargies ou étendues dans l’espace. Cependant, compte tenu du niveau de développement socio-économique des régions périphériques dans les années 1960 et 1970, la proportion des familles de structure non nucléaire était sans doute plus importante que celle constatée en 1996. Elle aurait commencé à baisser depuis la fin des années 1980 grâce à l’amélioration des conditions générales de vie dans ces régions.

19Quoi qu’il en soit, la géographie des familles iraniennes en 1996 met bien en évidence la prédominance de la famille nucléaire qui est en train de devenir une norme dans la totalité des départements iraniens. Mais le processus de la nucléarisation des familles était-il, cette-fois, accompagné d’un changement de leurs comportements et tempéraments ? En nous appuyant sur les seules statistiques disponibles permettant d’esquisser certains traits caractéristiques de la famille, nous tâcherons d’apporter quelques éléments de réponse à cette question.

CARTE 5. RÉPARTITION DE TOUS LES TYPES DE FAMILLES NUCLÉAIRES EN 1996

CARTE 5. RÉPARTITION DE TOUS LES TYPES DE FAMILLES NUCLÉAIRES EN 1996

CARTE 6. RÉPARTITION DES FAMILLES ÉLARGIES OU ÉTENDUES EN 1996

CARTE 6. RÉPARTITION DES FAMILLES ÉLARGIES OU ÉTENDUES EN 1996

Les changements socio-démographiques de la famille

Taille des ménages

20Toujours grâce aux résultats des recensements, il est possible d’évaluer la taille moyenne des ménages et d’apprécier son évolution dans le temps. En 1976, chaque ménage comptait en moyenne 5 personnes (4,9 dans les villes et 5,2 dans les campagnes). En 1986, la taille moyenne des ménages est légèrement plus élevée : elle atteint 5,1 personnes (4,9 dans les villes et 5,3 dans les campagnes). Cette légère hausse, consécutive à celle des ménages en milieu rural, est très certainement liée au recul de la mortalité dans les années 1980 (Ladier-Fouladi 2003). En revanche, dix ans plus tard, en 1996, la taille moyenne du ménage accuse une baisse : 4,8 personnes (4,6 en ville et 5,2 à la campagne). Le déclin spectaculaire de la fécondité, tout particulièrement au cours des années 1990, est à l’origine de la réduction de la taille des ménages dont une proportion importante est constituée de familles nucléaires.

Fécondité des femmes

21Nous avons noté plus haut que le niveau de la fécondité a été très élevé dans les années 1960 et 1970. Selon nos estimations (Ladier-Fouladi 2003, 1996), il commence à baisser vers le milieu des années 1980 sous la République islamique, en dépit de ses lois et de ses mesures islamisées en défaveur des femmes. Cette baisse est la marque d’un début de transition en Iran, et va à l’encontre de toutes les idées présupposées sur la prééminence de l’islam, en général, et de l’islam politique, en particulier, qui prétendaient que l’instauration de la République islamique contribuerait à la hausse de la fécondité en Iran. Depuis la seconde moitié des années 1980, la chute de la fécondité a fait de la transition démographique iranienne l’une des plus rapides du monde : passant de 6,4 en 1986 à 2,1 en 2002. Le niveau de la fécondité est sans doute moins élevé dans les villes que dans les campagnes ; encore faut-il rappeler que dans ces dernières la baisse de la fécondité a été très rapide et qu’aujourd’hui on est loin des 7 à 8 enfants en moyenne par femme observés dans les années 1970 (Abbasi-Shavazi 2001). Cette transition constitue un événement majeur dans l’histoire sociale de l’Iran. Elle est hautement significative dans la mesure où elle met en évidence les profonds changements survenus dans la situation de la femme, sans lesquels le déclin de la fécondité était inimaginable.

Éducation scolaire des femmes

22Le recul de la fécondité est étroitement en rapport avec l’instruction scolaire des femmes. En Iran, on constate que depuis les années 1970, le taux d’alphabétisation des femmes âgées de 15 à 49 ans augmente rapidement pour passer de 28 % (49,8 % en ville et 8 % à la campagne) en 1976 à 76 % (85,4 % dans le secteur urbain et 61,3 % dans le secteur rural) en 1996. Plus important sans doute, la durée moyenne de la scolarisation des femmes de 15 à 49 ans n’a cessé de s’allonger. En 1976, elle durait seulement 2,8 ans (3,6 ans dans les villes et 0,4 an dans les campagnes). Alors qu’en 1996, elle a été pratiquement multipliée par deux : les femmes âgées de 15 à 49 ans fréquentaient l’école pendant 5,2 ans (6,6 ans en ville et 2,9 ans dans les campagnes). Autrement dit, la cohorte de celles qui sont en âge de procréer est constituée de femmes de plus en plus instruites. Le considérable progrès scolaire des femmes, qui influe sur leurs aspirations et par là sur leur comportement reproductif est, en grande partie, à l’origine de la baisse de la fécondité en Iran. Il laisse aussi deviner une évolution significative dans les relations entre les époux jusque-là caractérisées par la subordination de la femme – du fait de son sexe, de son âge (beaucoup plus jeune que son conjoint) et aussi de son niveau d’instruction (très inférieur à celui de son époux). Désormais les femmes refusent de jouer exclusivement le rôle d’épouse et de mère et entendent affirmer leurs aspirations tant dans la sphère privée que dans la sphère publique (Ladier-Fouladi 2003).

Âge au premier mariage

  • 2 Selon les estimations du Centre de statistiques d’Iran, il serait passé à 23 ans en 2000.
  • 3 L’âge au premier mariage des hommes étant de 24,1 ans en 1976 contre 25,1 ans en 1996.
  • 4 Il faut peut-être rappeler que dans la logique du système patriarcal, la société musulmane a fait d (...)

23La hausse de l’âge au premier mariage des femmes, qui passe de 19,7 ans en 1976 à 22 ans en 19962, permet également de supposer que l’écart d’âge entre les époux au sein d’une grande partie des familles fraîchement constituées ne cesse de se réduire : 4,4 ans en 1976 et 3,1 ans en 19963. La diminution de l’écart d’âge au premier mariage entre les deux sexes, qui contribue largement à l’équilibre du « marché matrimonial », sape à la base l’une des règles matrimoniales fondamentales du système patriarcal des sociétés musulmanes4. Elle conduit certainement à l’établissement d’un rapport de moins en moins inégalitaire entre les conjoints.

24D’ailleurs, la hausse de l’âge moyen au premier mariage coïncide avec celle de la durée de cohabitation des jeunes adultes célibataires avec leurs parents. Une cohabitation qui affecte non seulement la composition de la famille mais surtout les relations entre parents et enfants. Il faut peut-être rappeler que cette configuration est assez récente et qu’autrefois la prééminence des traditions poussait les jeunes, et notamment les jeunes filles, à entrer dans l’union conjugale à des âges très précoces (Ladier-Fouladi 2003).

Niveau d’instruction scolaire des jeunes

25L’une des raisons principales qui explique l’élévation de l’âge au premier mariage est l’allongement de la durée des études scolaires. En effet, la durée moyenne de la scolarité des jeunes générations ne cesse d’augmenter. Pour ce qui concerne les générations nées entre 1972 et 1981, âgées donc de 15 à 24 ans en 1996, elle s’élevait à 6,9 ans pour les plus âgés et à 7,5 ans pour les plus jeunes. De surcroît, les jeunes filles issues de ces nouvelles générations, à l’opposé de leurs aînées, sont parvenues à réduire de manière ostentatoire leur écart avec les garçons dans l’accès au savoir. Ces nouvelles générations de jeunes Iraniens sont donc de plus en plus égalitaires. Or la présence de ces jeunes, massivement scolarisés, dont le niveau d’instruction dépasse pour la première fois celui de leurs parents, et notamment celui des pères, modifie sans doute les relations intergénérationnelles. Elles s’établiraient davantage sur le dialogue et peut-être même sur le conflit que sur la traditionnelle obéissance et soumission émanant de l’ordre patriarcal.

Rapports pères-enfants

  • 5 L’auteur et Azadeh Kian-Thiébaut étaient responsables scientifiques de cette enquête sociodémograph (...)

26Cette hypothèse peut se vérifier à partir des résultats d’une grande enquête sur les caractéristiques socio-économiques des ménages et sur certain aspect des conditions des femmes et des jeunes, réalisée en janvier 2002 en Iran5. L’une des questions adressées aux jeunes célibataires âgés de 15 à 29 ans qui cohabitaient avec leurs parents consistait à déterminer l’attitude adoptée par leur père et leur mère, séparément, pour les éduquer. Compte tenu de notre supposition sur l’ébranlement de l’ordre patriarcal au sein des familles iraniennes, nous limitons ici notre analyse à la réponse des jeunes relative à l’attitude de leur père dans les familles nucléaires complètes, puis dans les familles élargies.

Au sein des familles nucléaires complètes

  • 6 Il importe de souligner que cette situation est très récente en Iran. La présence de ces jeunes adu (...)

27Dans notre échantillon, le nombre de familles nucléaires complètes s’élevait à 4 419 (2 689 en ville et 1 730 à la campagne), soit 63,4 % des ménages, rassemblant 20 807 individus. Les familles nucléaires urbaines et rurales comprenaient respectivement en moyenne 4,5 et 4,9 membres. Dans les villes, 2 636jeunes âgés de 15 à 29 ans cohabitaient avec leurs parents. L’âge moyen de ces jeunes était de 20,3 ans pour ce qui concerne les garçons et de 19,4 ans pour les filles ; 11 % des garçons et 6,7 % des filles étaient âgés de 25 à 29 ans6. Dans les campagnes, ils étaient au nombre de 1 472 personnes. L’âge moyen des garçons était de 19,5 ans et celui des filles de 19,8 ans ; 7,9 % des garçons et surtout 9 % des filles étaient âgés de 25 à 29 ans.

28L’âge moyen des pères de famille était de 45 ans dans le secteur urbain et de 44 ans dans les zones rurales. La durée moyenne de scolarité des pères et des enfants était respectivement de 6,4 ans et de 10,4 ans en ville et de 2,2 ans et 7,8 ans à la campagne. Autrement dit le niveau d’instruction scolaire des enfants dépassait celui de leur père de 3,9 ans dans les zones urbaines et de 5,6 ans dans les zones rurales.

29Or, ces jeunes ont été sollicités pour répondre, entre autres, à la question suivante :

30Le plus souvent, quelle attitude vos parents ont adoptée à votre égard ?

31Ils pouvaient choisir l’une des quatre propositions suivantes pour définir distinctement l’attitude de leur père et celle de leur mère :

  1. Rigoureuse, accompagnée de brimade physique si nécessaire ;

  2. Ferme sans dialogue ;

  3. Il (elle) dialogue avec vous pour vous persuader ;

  4. Il (elle) vous laisse libre pour décider à condition de le (la) consulter.

32Parmi les jeunes appartenant aux familles nucléaires résidant dans le secteur urbain (tableau 2), seulement 6,2 % des garçons et 5,3 % des filles définissent l’attitude de leur père comme rigoureuse et ferme. En revanche, 50,2 % des garçons et 50 % des filles déclarent que leur père a une attitude basée sur le dialogue et la persuasion ; 41,5 % des garçons et 43,1 % des filles disent que leur père les laisse libre pour décider à condition de le consulter. Par ailleurs, nous remarquons que la proportion des garçons âgés de 25 à 29 ans dont le père a adopté cette dernière attitude est plus élevée que celles des filles de la même tranche : respectivement 54,3 % contre 45,5 %. À l’inverse, les jeunes filles âgées de 15 à 24 ans déclarant un rapport avec leur père fondé sur cette dernière attitude sont proportionnellement plus importantes que les garçons des mêmes âges. Quoi qu’il en soit, l’attitude de pères de près de 92 % des garçons et des filles ne correspond pas à celle préconisée par les règes patriarcales. Ce rapport, qui va à rencontre des idées préconçues relatives aux sociétés de confession musulmane, peut, en grande partie, s’expliquer par l’écart du niveau d’instruction scolaire entre père et enfants, comme nous l’avons supposé plus haut. En effet, nous remarquons que plus le niveau d’instruction des enfants est élevé, plus forte est la proportion des pères qui les laissent libres de décider.

TABLEAU 2. LES JEUNES CÉLIBATAIRES ÂGÉS DE 15 À 29 ANS COHABITANT AVEC LEURS PARENTS AU SEIN DE FAMILLE NUCLÉAIRE (EN %), PAR SEXE ET NIVEAU D’INSTRUCTION SCOLAIRE SELON L’ATTITUDE QUE LEUR PÈRE A ADOPTÉE POUR LES ÉDUQUER (ZONES URBAINES)

Niveau d’instruction scolaire Des jeunes

Attitude adoptée par les pères pour éduquer leurs enfants

Rigoureuse accompagnée de brimade physique

Ferme sans dialogue

Dialoguer pour vous persuader

Vous laisse libre pour décider mais à condition de le consulter

NSP

TOTAL

Garçons

Primaire

3,5

8,1

46,5

40,7

1,2

100

Second. 1

0,9

7,6

52,7

36,6

2,2

100

Second. 2

1,2

5,8

53,4

38,7

0,9

100

Préparation

0,0

7,8

45,6

45,6

1,0

100

DEUG

0,0

6,6

34,4

59,0

0,0

100

Supérieur

0,0

3,1

41,0

55,9

0,0

100

Ensemble

1,0

6,2

50,2

41,5

1,1

100

Filles

Primaire

1,9

9,4

64,2

22,6

1,9

100

Second. 1

1,8

10,5

58,8

28,9

0,0

100

Second. 2

0,5

4,9

49,3

44,5

0,8

100

Préparation

0,6

4,6

46,0

47,1

1,7

100

DEUG

0,0

5,6

47,2

47,2

0,0

100

Supérieur

0,0

2,5

46,2

50,0

1,3

100

Ensemble

0,6

5,3

50,0

43,1

1,0

100

33Dans les zones rurales, 49,3 % des garçons et 53,4 % des filles ont choisi la troisième proposition (il dialogue avec vous pour vous persuader), et 33,2 % de garçons et 30,7 % des filles ont choisi la quatrième (il vous laisse libre pour décider mais à condition de le consulter), pour déterminer l’attitude de leur père (tableau 3). Nous notons que 4 % des garçons, contre seulement 1,9 % des filles, ont un père qui a adopté une attitude rigoureuse accompagnée de brimades physiques si nécessaire. Enfin, 13,3 % des garçons et 12,6 % des filles définissent l’attitude de leur père comme ferme sans dialogue. Ces proportions, comparées à celles observées dans le secteur urbain, s’avèrent plus élevées. Dans les zones rurales, les pères résistent plus à la prééminence des jeunes, massivement et plus longuement scolarisée qu’eux-mêmes. Rappelons que l’écart en années de scolarité entre père et enfants au sein de la famille nucléaire rurale était de 5,6 ans en 2002. Cela a probablement engendré, chez un certain nombre de familles, un rapport conflictuel entre père et enfants, notamment entre père et fils. Les proportions relativement élevées de garçons de niveau d’instruction « préparation » et « DEUG » laissent supposer, pour le moins, un rapport assez tendu entre père et fils.

TABLEAU 3. LES JEUNES CÉLIBATAIRES ÂGÉS DE 15 À 29 ANS COHABITANT AVEC LEURS PARENTS AU SEIN DE FAMILLE NUCLÉAIRE (EN %), PAR SEXE ET NIVEAU D’INSTRUCTION SCOLAIRE SELON L’ATTITUDE QUE LEUR PÈRE A ADOPTÉE POUR LES ÉDUQUER (ZONES RURALES)

Niveau d’instruction scolaire des jeunes

Attitude adoptée par les pères pour éduquer leurs enfants

Rigoureuse accompagnée de brimade physique

Ferme sans dialogue

Dialoguer pour vous persuader

Vous laisse libre pour décider mais à condition de le consulter

NSP

TOTAL

Garçons

Primaire

6,9

19,8

45,8

26,0

1,5

100

Second. 1

5,1

14,2

47,0

33,6

0,0

100

Second. 2

2,8

9,9

53,5

33,8

0,0

100

Préparation

0,0

15,9

45,5

38,6

0,0

100

DEUG

0,0

25,0

75,0

0,0

0,0

100

Supérieur

0,0

11,1

27,8

61,1

0,0

100

Ensemble

4,0

13,3

49,3

33,2

0,2

100

Filles

Primaire

4,0

13,8

54,9

25,4

1,8

100

Second. 1

1,4

14,9

55,3

26,2

2,1

100

Second. 2

0,9

11,5

52,5

34,1

0,9

100

Préparation

0,0

8,9

44,6

46,4

0,0

100

DEUG

0,0

0,0

57,1

42,9

0,0

100

Supérieur

0,0

9,1

54,5

36,4

0,0

100

Ensemble

1,9

12,6

53,4

30,7

1,3

100

34Toutefois, il faut noter qu’au total le père, pour 82,5 % des garçons et 84 % des filles, a adopté une attitude fondée sur le dialogue, la persuasion et le respect mutuel. Autrement dit, au sein de la majorité écrasante des familles nucléaires, l’hégémonie hiérarchique de l’âge, émanant de l’ordre patriarcal, est remise en cause par l’établissement d’un rapport entre père et enfants que nous qualifions d’égalitaire.

Au sein des familles élargies

35Le nombre des familles élargies de notre échantillon était de 929 (505 dans les zones urbaines et 424 dans le secteur rural), soit 13,3 % des ménages, comprenant 5 566 individus. Les familles élargies comptaient en moyenne 6 membres (5,7 dans les villes et 6,3 dans les campagnes). Au sein des familles résidant dans le secteur urbain, 359 jeunes célibataires âgés de 15 à 29 ans cohabitaient avec leurs parents et d’autres membres de leur famille. L’âge moyen de ces jeunes était de 20,2 ans pour les garçons et de 19,4 ans pour les filles ; 9,8 % des garçons et 9 % des filles étaient âgés de 25 à 29 ans. Dans les campagnes, ces jeunes étaient au nombre de 319. L’âge moyen des garçons était de 19,9 ans et celui des filles de 19,1 ans ; 7,4 % des garçons et 5,8 % des filles étaient âgés de 25 à 29 ans. En comparant cette composition à celle des familles nucléaires, nous remarquons que l’âge moyen de ces jeunes célibataires est quasiment identique alors que les proportions des 25-29 ans s’avèrent moins élevés.

36L’âge moyen des pères de famille était de 47,6 ans dans les zones urbaines et de 49,5 ans dans les zones rurales. Dans les villes, la durée moyenne de la scolarisation des pères était de 4,4 ans et celle des enfants de 9,3 ans. Dans les campagnes, elle était de 2,1 ans pour les pères et de 7,7 ans pour les enfants. Nous relevons que le niveau d’instruction des pères et des enfants est pratiquement identique au sein des familles élargies et des familles nucléaires complètes dans les zones rurales (2,2 ans pour les pères et 7,8 ans pour les enfants au sein des familles nucléaires). Ainsi, le niveau d’instruction scolaire des enfants dépassait celui de leur père de 4,9 ans en ville et de 5,6 ans à la campagne.

37Dans les villes, le père, pour 50 % des garçons et 56,1 % des filles, a une attitude fondée sur le dialogue et la persuasion (tableau 4) ; et celui de 37,7 % des garçons et 34,2 % des filles choisit de les laisser libres de décider à condition de le consulter. Les proportions des pères adoptant une attitude rigoureuse et ferme ne s’avèrent pas très élevées : 8,9 % des garçons et 7,1 % des filles.

38Il importe de noter que l’attitude de la majorité des pères varie suivant le niveau d’instruction des enfants. Plus ce niveau est élevé, plus sont nombreux les pères qui laissent leurs enfants libres de décider à condition de les consulter. Nous remarquons également que la proportion des jeunes qui ne savent pas définir l’attitude de leur père est plus élevée, au contraire des jeunes issus de familles nucléaires.

39Au total, le père, pour 87,7 % des garçons et 90,3 % des filles au sein des familles élargies (ils étaient 92 % au sein des familles nucléaires), a adopté une attitude fondée sur le dialogue, la persuasion et le respect mutuel. Cela met bien en évidence que les règles de l’ordre patriarcal sont aussi remises en cause au sein de la famille élargie.

40Dans les campagnes (tableau 5), 42,6 % des garçons et encore 56,3 % des filles déclarent que l’attitude de leur père consiste à dialoguer avec eux pour les persuader, tandis que 38,6 % des garçons et 27,8 % des filles disent que leur père choisit de les laisser libres de décider à condition de le consulter. Le père pour 4,5 % des garçons et 2,8 % des filles a opté pour une attitude rigoureuse ; et pour 13,1 % des garçons et 13,2 % des filles, pour une attitude ferme sans dialogue. Compte tenu de ces deux dernières déclarations, nous constatons que dans les zones rurales, quelle que soit la structure de la famille, nucléaire ou élargie, la proportion des pères ayant choisi une attitude rigoureuse et ferme est plus importante que dans les zones urbaines.

TABLEAU 4. LES JEUNES CÉLIBATAIRES ÂGÉS DE 15 À 29 ANS COHABITANT AVEC LEURS PARENTS AU SEIN DE FAMILLE ÉLARGIE (EN %), PAR SEXE ET NIVEAU D’INSTRUCTION SCOLAIRE SELON L’ATTITUDE QUE LEUR PÈRE A ADOPTÉE POUR LES ÉDUQUER (ZONES URBAINES)

Niveau d’instruction scolaire des jeunes

Attitude adoptée par les pères pour éduquer leurs enfants

Rigoureuse accompagnée de brimade physique

Ferme sans dialogue

Dialoguer pour vous persuader

Vous laisse libre pour décider mais à condition de le consulter

NSP

TOTAL

Garçons

Primaire

0,0

2,8

63,9

22,2

11,1

100

Second. 1

2,2

10,9

58,7

23,9

4,3

100

Second. 2

2,2

6,6

45,1

46,2

0,0

100

Préparation

0,0

6,3

43,8

50,0

0,0

100

DEUG

0,0

20,0

20,0

40,0

20,0

100

Supérieur

0,0

10,0

30,0

60,0

0,0

100

Ensemble

1,5

7,4

50,0

37,7

3,4

100

Filles

Primaire

10,0

0,0

80,0

10,0

0,0

100

Second. 1

0,0

19,4

67,7

12,9

0,0

100

Second. 2

0,0

3,5

56,5

35,3

4,7

100

Préparation

0,0

6,7

40,0

53,3

0,0

100

DEUG

0,0

0,0

50,0

50,0

0,0

100

Supérieur

0,0

0,0

25,0

75,0

0,0

100

Ensemble

0,6

6,5

56,1

34,2

2,6

100

41La persistance d’un comportement traditionnel chez près d’un quart des pères peut, en partie, s’expliquer par leur niveau d’instruction scolaire relativement faible et par l’environnement socio-économique assez austère dans lequel ils vivent, qui les rend ainsi encore moins enclins au changement. En effet, 21 % des pères dans les familles nucléaires et 27 % des pères dans les familles élargies ont adopté une attitude sévère et rigoureuse pour éduquer leurs enfants. Il s’agit probablement d’une situation transitionnelle pour les enfants qui ont un niveau d’instruction allant du primaire jusqu’à préparation, dans la mesure où la grande majorité des enfants ayant un niveau d’instruction universitaire déclare que leur père les laisse libres de décider. Quoi qu’il en soit, le père, pour 81,2 % des garçons et 84,1 % des filles, a opté pour une attitude fondée sur le respect mutuel, le dialogue et la persuasion.

42Les résultats de cette enquête permettent de confirmer notre hypothèse du début selon laquelle l’ordre patriarcal fondé sur l’hégémonie hiérarchique de l’âge et du sexe, qui déterminait autrefois les relations intergénérationnelles aussi bien au sein des familles nucléaires que des familles élargies, est radicalement ébranlé.

TABLEAU 5. LES JEUNES CÉLIBATAIRES ÂGÉS DE 15 À 29 ANS COHABITANT AVEC LEURS PARENTS AU SEIN DE FAMILLE ÉLARGIE (EN %), PAR SEXE ET NIVEAU D’INSTRUCTION SCOLAIRE SELON L’ATTITUDE QUE LEUR PÈRE A ADOPTÉE POUR LES ÉDUQUER (ZONES RURALES)

Niveau d’instruction scolaire des jeunes

Attitude adoptée par les pères pour éduquer leurs enfants

Rigoureuse accompagnée de brimade physique

Ferme sans dialogue

Dialoguer pour vous persuader

Vous laisse libre pour décider mais à condition de le consulter

NSP

TOTAL

Garçons

Primaire

12,1

21,2

33,3

27,3

6,1

100

Second. 1

4,8

9,5

52,4

33,3

0,0

100

Second. 2

1,4

11,6

39,1

47,8

0,0

100

Préparation

0,0

28,6

42,9

28,6

0,0

100

DEUG

0,0

0,0

33,3

66,7

0,0

100

Supérieur

0,0

0,0

0,0

100,0

0,0

100

Ensemble

4,5

13,1

42,6

38,6

1,1

100

Filles

Primaire

5,8

23,1

53,8

17,3

0,0

100

Second. 1

3,1

12,5

56,3

28,1

0,0

100

Second. 2

0,0

5,5

56,4

38,2

0,0

100

Préparation

0,0

0,0

100,0

0,0

0,0

100

DEUG

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

Supérieur

0,0

0,0

0,0

100,0

0,0

100

Ensemble

2,8

13,2

56,3

27,8

0,0

100

43Aujourd’hui, de nouvelles valeurs et règles, loin de celles préconisées par le système patriarcal, définissent le rapport entre les membres de la famille ; un rapport que nous qualifions d’égalitaire. Les résultats de cette enquête ont d’ailleurs montré que ce nouveau rapport n’est spécifique ni à une génération ni à un espace donné et qu’il s’est généralisé à travers le pays aussi bien dans les villes que dans les campagnes. Les changements sociodémographiques intervenus depuis la Révolution de 1979, ayant conduit à des modifications profondes dans la structure et la composition de la famille, sont à l’origine de l’établissement de ce nouveau rapport entre ses membres. Désormais, ce sont le dialogue, la persuasion et le respect mutuel qui priment dans les relations entre les membres d’une famille.

44Cette transformation importante, qui marque l’histoire sociale du pays, a conduit à une mutation politique observée au cours de ces dernières années en Iran. La majorité écrasante des Iraniens qui vivent ce rapport égalitaire au sein de la famille semble décidée à l’introduire dans le système politique. Elle cherche alors un cadre légal pour dialoguer avec l’État islamique dont elle ne conteste pas la légitimité. Depuis 1997, elle se sert des élections pour montrer à l’ensemble des politiques sa force et surtout son désir de changer la politique. L’homogénéisation des comportements aurait très vraisemblablement impliqué celle du choix politique. Afin de vérifier cette hypothèse, nous proposons d’examiner la cartographie des résultats des élections présidentielles de 2001 et cela en rapport avec les cartes de différentes structures de la famille dans la mesure où une correspondance entre type familial et choix politique est supposée.

Les élections présidentielles de 2001

45Depuis l’instauration de la République islamique en 1979, de nombreuses élections politiques ont eu lieu en Iran. Mais aucune n’a jamais provoqué autant d’enthousiasme que les élections présidentielles, municipales et législatives qui ont eu lieu dans le nouveau contexte sociopolitique consécutif aux changements que nous avons explicités plus haut, entre 1997 et 2001. Ces élections se différencient des précédentes, en premier lieu, par une très forte participation, tout particulièrement celle des femmes et des jeunes – longuement relégués à une position de subordination selon les règles de l’ordre patriarcal –, et qui par là même se sont révélés être les principaux protagonistes du changement politique. Elles se distinguent aussi par les nouveaux discours et les prises de position d’un certain nombre de candidats, à commencer par Mohammad Khatami, candidat aux élections présidentielles de 1997, dont la campagne électorale était basée sur la nécessité de réforme, sur l’établissement du dialogue et sur l’ouverture de l’espace social et politique. Cette campagne a séduit vingt millions d’électeurs (ce qui en représente 70 %) et ils lui ont offert dès le premier tour une écrasante victoire.

46Les résultats de ces élections ont complètement bouleversé la vie politique iranienne, jusqu’alors monotone et très souvent prévisible. Depuis, deux courants, l’un conservateur et l’autre réformiste, ont surgi dans l’espace politique. On désigne schématiquement les conservateurs de droite et les réformistes de gauche même si les frontières et les clivages entre eux ne se révèlent pas suffisamment clairs tels qu’ils apparaissent par exemple en France. Dès lors, les élections présentent des enjeux politiques hautement significatifs. Désormais, ce sont le score de chaque candidat et le taux de participation des électeurs qui jouent un rôle déterminant dans le rapport de force entre ces deux courants politiques.

  • 7 La première, est le « Conseil de surveillance de la Constitution » dont la fonction principale est (...)

47Plus important sans doute, l’élection de Khatami en 1997 a montré la volonté de la majorité des Iraniens de réformer le système politique calqué sur le modèle patriarcal. Cette volonté a été d’ailleurs réaffirmée par les raz-de-marée des réformistes lors des deux scrutins, municipal en 1999 et législatif en 2000. Le progrès fulgurant de ces derniers qui en l’espace de trois ans ont réussi à disposer des pouvoirs exécutif et législatif, a troublé leurs adversaires conservateurs. Ces derniers ont réagi rapidement, et en se servant de deux hautes institutions politiques7 dont ils ont le contrôle, pour ralentir voire empêcher la procédure de la concrétisation des projets des élus réformistes. Ainsi, dans la perspective de contrecarrer la réélection de Khatami, l’unique candidat des réformistes, ils ont présenté neuf candidats à l’occasion des élections présidentielles de 2001. Leur objectif consistait à ce que ces candidats réussissent à obtenir autant que possible les voix pour réduire au maximum le score de Khatami, dont la réélection semblait certaine. C’est la raison pour laquelle il est tout particulièrement intéressant d’examiner les résultats de ces élections.

48La concurrence de dix candidats, une première dans l’histoire des élections présidentielles en Iran, n’a pas abouti au scénario imaginé par les conservateurs. Sept d’entre eux n’ont même pas obtenu chacun 1 % des voix exprimées. La réelle compétition s’est donc jouée entre trois candidats, Tavakoli, Shamkhani, conservateurs, et Khatami. Leur sort s’est fixé dès le premier tour : les deux premiers avec respectivement 15,2 % et 2,7 % des voix exprimées ont été largement battus par Khatami qui a obtenu 76,7 % des voix exprimées. La manœuvre des conservateurs n’a donc pas trompé la majorité des électeurs qui a renouvelé sa confiance en Khatami. Dans 6 départements seulement, le score de Khatami est au-dessous de 50 % des voix, alors que dans le reste, il bat avec une large avance ses adversaires.

49La géographie du vote Khatami (carte 7) met bien en évidence que dans la majorité des départements du centre et du nord-est son score se situait entre 73 % et 83,5 % tandis que dans la grande partie des départements périphériques du sud-est, du sud et du nord-ouest, il s’élevait à 83,5 % et plus.

CARTE 7. LES VOIX OBTENUES PAR KHATAMI EN 2001 (EN %)

CARTE 7. LES VOIX OBTENUES PAR KHATAMI EN 2001 (EN %)

50Dans l’analyse de la géographie électorale, on admet très souvent une correspondance entre le choix politique et la structure familiale. Suivant cette logique, pour ce qui concerne l’Iran, on devait s’attendre à ce que Khatami, réformiste et moderniste, attire la majorité des voix des électeurs issus des familles nucléaires, considérées comme modernes, et qu’à l’inverse Tavakoli et Shamkhani, conservateurs et traditionalistes, obtiennent davantage les voix des électeurs appartenant aux familles élargies, supposées traditionnelles.

51Lorsque nous comparons la carte électorale de Khatami avec les deux cartes 5 et 6, représentant la répartition des familles nucléaires et élargies, nous remarquons que dans les départements du centre et du nord-est, où la structure de la majorité écrasante des familles s’avère nucléaire, le score de Khatami a été plus qu’honorable. Mais ce qui apparaît comme surprenant est que Khatami a obtenu ses meilleurs scores dans les départements où une proportion non négligeable des ménages est constituée de familles élargies. Autrement dit, on ne relève pas une concordance entre le choix politique des électeurs dans ces département et leur structure familiale. Faut-il aussi rappeler que dans ces départements, peuplés majoritairement de non-persanophones, le niveau du développement socio-économique est nettement moins important que dans les autres départements. Ce qui permet également de noter la non-concordance entre leur choix politique et leurs caractéristiques socio-économiques.

52Une seule explication nous paraît plausible. L’établissement d’un rapport égalitaire entre les membres de la famille, que nous avons constaté plus haut, ayant conduit à une homogénéisation des comportements, aussi bien au sein des familles nucléaires que des familles élargies, est sans doute à l’origine de cette convergence des voix en faveur du candidat réformiste. De surcroît, les populations des départements périphériques, qui ont été pendant longtemps victimes de la politique ségrégationniste de la monarchie, semblent beaucoup plus facilement épouser les principales idées de Khatami exprimées lors de sa campagne électorale : reconnaissance du droit à la citoyenneté de tous les Iraniens, établissement de dialogue et enfin ouverture de l’espace social et politique. Le vote Khatami ne reflète donc pas une situation sociale, économique et anthropologique donnée de l’individu, il représente l’homogénéisation des tempéraments. L’examen de la géographie du vote Tavakoli et Shamkhani éclaire davantage notre argument.

53Le pourcentage de voix obtenues par Tavakoli (carte 8) variait entre moins de 7,7 % et 20 % et plus, la valeur maximale étant de 48 % des voix exprimées seulement dans deux départements. Tavakoli, contrairement à Khatami, enregistre ses meilleurs scores dans les départements du centre, du nord-est et de l’est dans lesquels les familles nucléaires sont très largement dominantes. À l’évidence le projet de Tavakoli n’a pas séduit les habitants des départements périphériques du sud, du sud-est et du nord-ouest. Là non plus nous ne constatons pas une concordance entre les structures familiales et le choix politique. D’une manière générale, la population des départements qui avaient voté quatre années plus tôt Nateq Nouri, le principal adversaire de Khatami lors des élections présidentielles de 1997, a voté Tavakoli en 2001. Il s’agit très probablement des réseaux constitués par une des factions des conservateurs qui s’est tout particulièrement mobilisée à l’occasion des élections.

54La géographie électorale de Shamkhani diffère de celle des deux premiers dans la mesure où elle se caractérise par trois poches constituées au sud, au sud-ouest et au nord (carte 9). Originaire du Khouzistan, province située au sud-ouest de l’Iran, Shamkhani a, sans doute, bénéficié d’une certaine bienveillance des électeurs de cette province qui ne se révèle toutefois pas comme son fief électoral. Khatami l’a battu avec une très large distance dans pratiquement l’ensemble des départements de cette province. Les voix exprimées en sa faveur dans les départements de la province de Kermân, au sud, qui s’élèvent à 3,5 % et plus, sont certainement liées au réseau de Hashemi Rafsanjani, ancien président de la République et personnalité politique très influente, originaire de cette province. Enfin, dans la province d’Ardabil, au nord, c’est le réseau du Guide lui-même qui aurait été mobilisé pour lui apporter plus de voix.

CARTE 8. LES VOIX OBTENUES PAR TAVAKOLI EN 2001 (EN %)

CARTE 8. LES VOIX OBTENUES PAR TAVAKOLI EN 2001 (EN %)

55La géographie du vote Shamkhani ne correspond pas non plus à celle des familles. Le pourcentage de voix exprimées en sa faveur qui varie de moins de 1,2 % à 3,5 % et plus reflète avant tout la limite de la marge de manœuvre des divers réseaux conservateurs. Ces derniers s’avèrent, comme le montrent les résultats globaux de ces élections, assez marginalisés au sein de la société.

CARTE 9. LES VOIX OBTENUES PAR SHAMKILANI EN 2001 (EN %)

CARTE 9. LES VOIX OBTENUES PAR SHAMKILANI EN 2001 (EN %)

56Le rapprochement des cartes électorales des trois principaux candidats aux élections présidentielles avec celles des structures familiales ne révèle donc pas une concordance entre elles. En revanche, il met en évidence l’homogénéisation de l’électorat à l’échelle du département, alors qu’il est de caractéristiques socio-économiques différentes et de structures familiales variées. Cette homogénéisation est sans doute liée, nous l’avons déjà noté, aux rapports égalitaires établis au sein des familles nucléaires et élargies. La majorité des électeurs ont voté pour le candidat qui promettait la réforme du système et de la structure politique. À l’évidence, ces derniers ne correspondent plus à ce que les nouveaux rapports familiaux ont engendré, à savoir la reconnaissance du droit de l’individu et de la liberté individuelle. Par la réforme, les électeurs cherchent à bâtir un nouveau modèle politique capable de prendre en considération ces nouvelles donnes socioculturelles. C’est sur cette toile de fond que s’inscrivent non seulement le séisme provoqué par les résultats des élections présidentielles de 1997 mais aussi les secousses successives consécutive aux résultats des élections municipales de 1999, législatives de 2000 et enfin présidentielles de 2001. De même, elle permet d’appréhender l’absentéisme d’une majorité écrasante de l’électorat réformiste lors des élections municipales de 2003. Il s’agissait d’une sanction sévère que l’électorat réformiste a infligée aux élus réformistes qui n’ont pas encore concrétisé leur promesse sur la réforme du système politique.

Conclusion

57L’expérience iranienne apparaît ainsi très intéressante. Parce qu’elle révèle que la société musulmane, contrairement aux idées reçues et aux analyses culturalistes, n’est pas immuable. Depuis la Révolution de 1979, la famille iranienne a connu de profonds changements qui caractérisent la modernité universelle. La hausse de l’âge au mariage a réduit de plus en plus l’écart d’âge entre les époux et par là a ébranlé l’une des règles matrimoniales fondées sur le système patriarcal. La baisse rapide de la fécondité, tout particulièrement en raison du changement de la situation de la femme au sein de la famille, a diminué la taille des familles et en conséquence a restreint la fratrie. Cela a sapé radicalement les deux piliers de l’ordre patriarcal, caractérisés par la soumission des femmes aux hommes et l’hégémonie de l’aîné sur ses frères cadets. La diffusion de plus en plus élargie de l’école a permis à une grande majorité de jeunes non seulement de s’instruire mais aussi de prolonger la durée de leur scolarité. De sorte que le niveau d’instruction scolaire de ces jeunes, qui en raison du recul de l’âge du mariage quittent de plus en plus tardivement le foyer parental, dépasse celui des parents. Ainsi à la hiérarchie des âges, qui s’écroule, succèdent des relations égalitaires entre les générations.

58Ces changements survenus dans un laps du temps assez court ont complètement transformé la structure, la composition de la famille et les rapports entre ses membres. Ils sont désormais fondés sur le dialogue, la persuasion et le respect mutuel. L’individu qui émerge de ce type de rapport ne s’avère plus disposé à admettre l’autorité d’un modèle politique calqué sur le système patriarcal. Mais en adoptant les mêmes principes, à savoir le dialogue et le respect mutuel, il cherche par les voies des urnes à se faire entendre.

59Les cartes électorales des élections présidentielles de 2001 et leur rapprochement avec celles de la géographie des familles ont bien révélé que l’assise anthropologique des réformistes est plurielle alors que les comportements sont homogènes. L’étendue du phénomène et l’ampleur des changements profonds énumérés ci-dessus mettent en évidence l’irrévocabilité des orientations et la tendance générale de la société iranienne. Cette mutation produite sous la République islamique, et en dépit de ses lois et code civil émanant de la chari’a, rejette la prééminence du facteur religieux dans la société musulmane et invite à le considérer à sa juste place : un facteur explicatif parmi d’autres.

Bibliographie

Bibliographie

Abbasi-Shavazi, J., 2001, « La fécondité en Iran : l’autre révolution », Population et Sociétés (INED), 373 : 1-4.

Ariès, Ph., 1954, « Famille du demi-siècle », in R. Prigent (éd.), Renouveau des idées sur la famille. Travaux et documents, Cahier 18, Paris, INED, PUF : 163-170.

— 1975, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime. Paris, Points Histoires.

Behnam, Dj., 1971, « Familles nucléaires et groupement de parenté en Iran », Diogène, 76 : 124-141.

— 1973 (1352), sâkhthâye khânevâdeh va khishavandi dar irân (Les structures de la famille et la parenté en Iran). Téhéran, Khârazmi (2e édition).

Bianquis, T., 1986, « La famille en islam arabe », in A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen et F. Zonabend (éds), Histoire de la famille, vol. II. Temps médiévaux : Orient-Occident. Paris, Armand Colin : 389-449.

Boustani, R. ; Fargues, Ph., 1990, Atlas du Monde arabe, géopolitique et société. Paris, Bordas.

Bousquet, G. H., 1953, Le monde de l’islam et son éthique sexuelle. Paris, Maisonneuve.

Bromberger, C., 1986, Habitat, architecture et société rurale dans la plaine du Gilân (Iran septentrional). Paris, Unesco.

— 1988, « Comment peut-on être Rasti ? Contenus, perceptions et implications du fait ethnique dans le nord de l’Iran », in J.-P. Digard (éd.), Le fait ethnique en Iran et en Afghanistan. Paris, Éditions du CNRS : 89-107.

Burguière, Α., 1986a, « Les cent et une familles de l’Europe, une géographie des formes familiales », in A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalcn et F. Zonabend (éds), Histoire de la famille, Vol. III. Le choc des modernités. Paris, Armand Colin : 31-75.

— 1986b, « Les cent et une familles de l’Europe, logique des familles », in A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen et F. Zonabend (éds), Histoire de la famille, Vol. ΙΠ. Le choc des modernités. Paris, Armand Colin : 76 122.

— 1989, « La famille et l’État, débats et attentes de la société française à la veille de la Révolution », in La famille, la loi, l’État. Paris, CRIV-CNRS, Histoire et Société, Centre Georges-Pompidou : 147-166.

— 1991, « La Révolution française et la famille », Annales ESC, 1 : 151-168.

Fargues, Ph., 1986, « Le monde arabe : la citadelle domestique », in A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen et F. Zonabend (éds), Histoire de la famille, Vol. III. Le choc des modernités. Paris, Armand Colin (le Livre de poche/références) : 443-484.

— 1994a, « Explosion démographique ou rupture sociale ? », in G. Salamé (éd), Démocraties sans démocrates, Politiques d’ouverture dans le monde arabe et islamique. Paris, Fayard : 163-197.

— 1994b « Note sur la diffusion de l’instruction scolaire d’après les recensements égyptiens », Égypte-Monde arabe, 18-19 : 115-134.

— 1995, « Changing Hierarchies of Gender and Generation in the Arab World », in C. Makhlouf Obermeyer (éd.), Family, Gender, and Population in the Middle East, Policies in Context. Cairo, The American University in Cairo Press : 179-198.

— 1997, « State Policies and the Birth in Egypt : From Socialism to Liberalism ». Population and Development Review, 23, 1 : 115-138.

— 2000, Générations arabes, l’alchimie du nombre. Paris, Fayard.

Flandrin, J.-L., 1984, Familles, parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société. Paris, Points Histoire.

Khosrokhavar, F., 1994, « Marginalisation de la jeunesse, marginalisation des élites », in A. Gresh (éd.), Un péril islamiste ? Paris, Complexe : 129-146.

— 1998, « Le nouvel individu en Iran », CEMOTI (Dossier : L’individu en Turquie et en Iran), 26 : 125-155.

Khosrokhavar, F. ; Roy, O., 1999, Iran : Comment sortir d’une révolution religieuse. Paris, Seuil.

Kian-Thiébaut, Α., 1998, « Les enjeux des élections législatives et présidentielles », Les Cahiers de l’Orient, 49 : 31-51.

Ladier-Fouladi, M., 1996, « La transition de la fécondité en Iran », Population, 6 : 1101-1127.

— 1998, « Démographie », in B. Hourcade, H. Mazurek, M. Talaghani et M.-H. Papoli-Yazdi (éds), Atlas d’Iran. Paris, Reclus-La Documentation française : 40-45.

— 2001, « Démographie, société et changements politiques en Iran », Esprit, 8-9 : 154-172.

— 2003, Population et politique en Iran. De la monarchie à la République islamique. Les Cahiers de l’INED, 150. Paris, INED/PUF.

Le Bras, H., 1995, Les trois France. Paris, Odile Jacob (Opus).

— 2002, Une autre France. Paris, Odile Jacob.

Ozouf, M., 1992, « Révolution », in F. Furet, M. Ozouf et al. (éds), Dictionnaire critique de la Révolution française. Idées. Paris, Flammarion (Champs) : 415-435.

Planhol, X. de., 1993, Les Nations du Prophète. Manuel géographique de politique musulmane. Paris, Fayard.

Zonabend, F., 1994, « De la famille. Regard ethnologique sur la parenté et la famille », in A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen et F. Zonabend (éds), Histoire de la famille, Vol. I. Mondes lointains. Paris, Armand Colin (Le Livre de poche/références) : 19-97.

Notes

1 Pour la présentation des cartes, nous avons choisi un classement interquartiles, c’est-à-dire qu’à peu près le même nombre de départements se trouve dans chacune des quatre classes.

2 Selon les estimations du Centre de statistiques d’Iran, il serait passé à 23 ans en 2000.

3 L’âge au premier mariage des hommes étant de 24,1 ans en 1976 contre 25,1 ans en 1996.

4 Il faut peut-être rappeler que dans la logique du système patriarcal, la société musulmane a fait de l’universalité du mariage et de l’écart d’âge au premier mariage entre les époux deux règles matrimoniales fondamentales. Leur pratique crée une telle complication dans le « marché matrimonial » que d’autres droits, tels que la répudiation ou la polygamie, ont dû être accordés aux hommes.

5 L’auteur et Azadeh Kian-Thiébaut étaient responsables scientifiques de cette enquête sociodémographique qui a été réalisée dans le cadre d’une coopération scientifique entre le Centre de Statistiques d’Iran (CSI), le CNRS-Monde iranien et l’Institut Français de Recherche en Iran (IFRI), en janvier 2002. Les responsables scientifiques, en étroite collaboration avec le CSI, ont établi un grand questionnaire comprenant plusieurs chapitres dont deux sont consacrés l’un aux femmes et l’autre aux jeunes célibataires âgés de 15 à 29 ans cohabitant avec leurs parents. Un échantillon de près de 7 000 ménages, répartis sur l’ensemble des 28 provinces iraniennes en milieu urbain aussi bien qu’en milieu rural, a été désigné en décembre 2001. La collecte des données a commencé le 5 janvier 2002 et a duré 25 jours. L’auteur a supervisé l’ensemble des opérations de terrain et la collecte des données dont le Centre de Statistiques d’Iran a assumé la réalisation.

6 Il importe de souligner que cette situation est très récente en Iran. La présence de ces jeunes adultes célibataires constitue en effet un cas de figure inédit dans l’histoire de la famille iranienne. Certes, ils ne sont pas encore très nombreux, mais vu la hausse régulière de l’âge au mariage, ils le deviendront dans un futur assez proche.

7 La première, est le « Conseil de surveillance de la Constitution » dont la fonction principale est de veiller à la compatibilité des lois avec l’islam et avec la Constitution. Ce conseil vérifie aussi l’habilité des candidats aux élections. Il est composé de douze membres dont six clercs nommés par le Guide et six juristes spécialistes en droit proposés par le chef du judiciaire et élus par l’Assemblée législative. La seconde est le « Conseil de discernement de l’intérêt supérieur du régime ». Sa fonction principale consiste à régler les désaccords entre l’Assemble et le Conseil de surveillance. En règle générale, il est composé de six membres cléricaux du Conseil de surveillance, des chefs de l’exécutif, du législatif et du judiciaire et d’une dizaine d’autres personnes, toutes nommées par le Guide.

Notes de fin

1 Les membres de « 1er degré » de la famille parentale du chef de ménage comprennent ses parents et ses frères et sœurs.

Table des illustrations

Titre CARTE 1 : PROPORTION DES NON-PERSANOPHONES PAR DEPARTEMENT (1996)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre CARTE 2. RÉPARTITION DES COUPLES EN 1996
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7278/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre CARTE 3. RÉPARTITION DES FAMILLES MONOPARENTALES EN 1996
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7278/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre CARTE 4. RÉPARTITION DES FAMILLES NUCLÉAIRES COMPLÈTES EN 1996
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7278/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre CARTE 5. RÉPARTITION DE TOUS LES TYPES DE FAMILLES NUCLÉAIRES EN 1996
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7278/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre CARTE 6. RÉPARTITION DES FAMILLES ÉLARGIES OU ÉTENDUES EN 1996
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7278/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre CARTE 7. LES VOIX OBTENUES PAR KHATAMI EN 2001 (EN %)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7278/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre CARTE 8. LES VOIX OBTENUES PAR TAVAKOLI EN 2001 (EN %)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7278/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre CARTE 9. LES VOIX OBTENUES PAR SHAMKILANI EN 2001 (EN %)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7278/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable