Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et mutations sociopolitiques

 | 
Azadeh Kian-Thiébaut
, 
Marie Ladier-Fouladi

2. Familles et baisse de la fécondité en Afrique sub-saharienne : entre contraintes et innovations

Thérèse Locoh

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend de larges extraits d’un article publié en anglais « Fertility Decline and Famil (...)

1L’Afrique défraie régulièrement l’actualité, mais c’est essentiellement pour les catastrophes qui s’abattent sur elle que l’opinion internationale en entend parler1 Le sida, au-delà des drames individuels, compromet les progrès effectués en matière de mortalité et fait régresser l’espérance de vie des pays les plus touchés. La croissance très rapide de la population (environ 3 % par an entre 1960 et 1980) a imposé de lourdes charges aux États (charges qui n’ont été que rarement assumées). Dans certains pays les guerres cruelles, voire les génocides, font reculer pour des décennies l’idée même de paix civile. Les partis uniques et les dictatures continuent à obérer la vie politique de nombreuses régions. Les famines restent une menace récurrente et la pauvreté est loin de reculer. Pourtant tout est-il si désespérant ? Le continent africain vit depuis un demi-siècle des transformations majeures qui révèlent non seulement l’aptitude des populations à gérer un présent très difficile mais aussi leur dynamisme et leur capacité d’innovation. Sans minimiser l’ampleur des défis qu’affronte le continent, il faut aussi identifier les signes d’espoir. Les familles, les relations qui s’y construisent, les comportements qu’elles favorisent sont, pour le meilleur et pour le pire parfois, l’une des clés fondamentales des évolutions en cours. C’est sous cet angle que nous aborderons ici les changements de l’Afrique d’aujourd’hui. Nous mettrons d’abord l’accent sur les prémices de la baisse de la fécondité, tournant essentiel pour les populations africaines, et nous essaierons ensuite de mettre en évidence quelques-unes des transformations à l’œuvre dans les modes de vie familiaux.

Un niveau de fécondité encore élevé, mais des évolutions rapides en cours

La baisse de la fécondité : niveaux, tendances (1960-2000)

  • 2 Le problème le plus flagrant est celui des trop nombreux pays de cette sous-région où les situation (...)

2L’Afrique a maintenant un corpus assez important d’enquêtes par sondage, d’enquêtes mondiales de fécondité (EMF ou Worldwise Fertility Studies – WFS) puis d’enquêtes démographiques et de santé (EDS ou Demographic and Health Studies – DHS) développées pour pallier l’absence de données fiables de l’état civil, ce qui offre un panorama de l’évolution de la fécondité africaine de ces vingt dernières années. Néanmoins, des incertitudes persistent en raison de l’imprécision des mesures, et de l’inconnue que constituent certains pays pour lesquels on ne dispose pas de données récentes et où la situation est particulièrement défavorable à l’ensemble de la population2.

3Au cours des quarante dernières années, le niveau élevé de la fécondité en Afrique sub-saharienne a dominé les préoccupations des démographes en Afrique et, plus encore, dans les milieux internationaux. C’est à partir des années 1960 qu’ont été menées les premières enquêtes démographiques par sondage : les enquêtes « Connaissance, attitudes, pratique de la contraception », dans leur très grande majorité, montraient la préférence des enquêtés pour des descendances nombreuses et leur faible propension à pratiquer des méthodes de contraception encore peu ou pas connues.

  • 3 Ou parfois même en légère hausse, comme au Kenya entre 1965 et 1978.

4Les enquêtes mondiales de fécondité (EMF), menées dans les années 1970 sur une dizaine de pays en Afrique ont marqué une étape importante car elles ont permis de mieux comprendre l’importance des conceptions et des pratiques dans les sociétés africaines. On a en particulier étudié les pratiques d’espacement des naissances, de l’abstinence post-partum et de l’allaitement prolongé, qui permettent aux femmes africaines d’avoir, en dehors d’une pratique contraceptive, un écart de trois ans environ entre chaque naissance. Une fois encore, les résultats montraient tous la préférence des adultes pour les descendances nombreuses, ce qui se traduisait dans les faits par des niveaux de fécondité de l’ordre de six enfants par femme (Indice synthétique de fécondité – ISF), un niveau stable3 dans la quasi-totalité des pays.

FIGURE 1. ÉVOLUTION DE LA FÉCONDITÉ (ISF) DANS LES GRANDES RÉGIONS DU MONDE (1950-2000)

FIGURE 1. ÉVOLUTION DE LA FÉCONDITÉ (ISF) DANS LES GRANDES RÉGIONS DU MONDE (1950-2000)

Source : Nations unies, 2000 (hypothèse moyenne, pour 1995-2000)

5Les programmes de planification familiale ont été implantés progressivement à partir de 1970 mais souvent de façon inadéquate (implantations très éparses, dans les villes seulement, avec des méthodes d’information et de persuasion peu adaptées). Le succès n’a pas été à la hauteur des espérances et moins encore des dépenses consenties. Les gouvernements, en dépit d’accords donnés du bout des lèvres, et la majorité des populations n’étaient pas favorables, dans les débuts, à l’implantation de services de planification familiale ; ceci à quelques exceptions près, tel le Ghana par exemple qui avait adopté dès 1969 une politique favorable à la planification familiale.

  • 4 Termes retenus à partir de 1994, à la suite des décisions de la conférence du Caire.

6Depuis les années 1980, grâce à l’influence croissante des démographes africains et la situation économique catastrophique aidant, tous les pays ont, à des degrés divers (à l’exception du Gabon), adopté des programmes de planification familiale et de santé de la reproduction4.

7Quand on compare les niveaux de fécondité des différents continents, le « destin » démographique de l’Afrique apparaît clairement. C’est le continent qui aborde le dernier la transition de la fécondité (figure 1). Durant la période 1960-1985, la stabilité des niveaux de fécondité, voire leur augmentation (au Kenya par exemple) a entretenu un débat constant entre spécialistes. La fécondité africaine était-elle une « exception » et allait-elle se maintenir, à l’inverse des autres pays en développement où, à partir de 1975, on commençait à observer des baisses parfois rapides ? C’est seulement vers le milieu des années 1980 que les premiers résultats d’enquête ont apporté la preuve qu’une baisse de la fécondité était en cours dans quelques pays (Botswana, Kenya et Zimbabwe), surtout dans les villes.

  • 1 L'ISF est calculé pour la periode de 1 à 59 mois avant l'enquête.

TABLEAU 1. ÉVOLUTION DE L’INDICE SYNTHÉTIQUE DE FÉCONDITÉ (ISF1) DANS LES PAYS D’AFRIQUE SUB-SAHARIENNE DISPOSANT D’AU MOINS DEUX ENQUÊTES

Pays

EMF (1977-1983)

EDS (1986-1989)

EDS (1990-1994)

EDS (1995-1999)

Année

ISF

Année

ISF

Année

ISF

Année

ISF

Afrique de l’ Ouest et centrale

Ghana

1979-80

6,5

1988

6,4

1993

5,5

1998

4,5

Cameroun

1978

6,3

1991

5,8

1998

5,2

Nigeria

1981-82

5,9

1990

6,0

1999

5,2

Côte d’Ivoire

1980-81

7,4

1994

5,7

1998

5,2

Togo

1988

6,4

1998

5,4

Guinée

1992

5,7

1999

5,5

Sénégal

1978

7,1

1986

6,6

1992-93

6,0

1997

5,7

Bénin

1981-82

7,1

1996

6,3

Mali

1987

6,9

1995-96

6,7

Burkina Faso

1993

6,9

1998-99

6,8

Niger

1992

7,4

1998

7,5

Afrique de l’Est

Zimbabwe

1988-89

5,3

1994

4,3

Kenya

1977-78

7,9

1989

6,7

1993

5,4

1998

4,7

Tanzanie

1991-92

6,5

1996

5,8

Zambie

1992

6,5

1996

6,1

Rwanda

1983

8,5

1992

6,2

Ouganda

1988-89

7,4

1995

6,9

Source : Enquêtes mondiales de fecondit6 (EMF-WFS) et Enquêtes démographiques et de sante (EDS-DHS)

8Le programme EDS, en renouvelant à plusieurs reprises des enquêtes comparables, a permis d’apporter la preuve des premiers signes de baisse. À la fin des années 1980, la plupart des pays entament une baisse de fécondité. En Côte-d’Ivoire, par exemple, l’ISF est tombé de 7,4 enfants par femme en 1980-81 à 5,7 en 1994. Au Sénégal, l’ISF n’est plus que de 6,0 enfants par femme en 1992 et 5,7 en 1997 alors qu’il était de 7,1 en 1978 et 6,6 en 1986. Au Ghana, la stabilité de la période 1978-1988 autour de 6,5 enfants par femme a fait place à une baisse de près de deux enfants par femme entre 1988 et 1998. Chaque nouvelle enquête des années 1990 a confirmé cette tendance (tableau 1).

Des différences croissantes entre villes et campagnes

9Toutes les grandes villes africaines sont maintenant le théâtre d’une baisse de la fécondité. C’est dans les villes que les services de contraception sont les plus accessibles et que les autres facteurs du développement - accès des enfants à la santé, adultes éduqués, femmes plus autonomes, circulation plus aisée des informations – sont réunis à des degrés divers. Tous les résultats récents concordent en ce qui concerne les milieux urbains. Partout la tendance à la baisse s’affirme ou, à tout le moins, s’amorce (figure 2).

10En revanche, on trouve en milieu rural une grande diversité de situations. Au Niger, l’indice synthétique de fécondité (ISF) a augmenté entre 1992 (7,1) et 1997 (7,6) ; au Sénégal rural il est resté inchangé (6,7) alors qu’il a diminué au Kenya (passage de 5,8 à 5,2 enfants entre 1993 et 1998) et au Zimbabwe (passage de 4,9 à 4,6 entre 1994 et 1999), pays plus avancés dans la transition.

FIGURE 2. INDICE SYNTHÉTIQUE DE FÉCONDITÉ DE 14 PAYS D’AFRIQUE SUB-SAHARIENNE, SELON LE MILIEU DE RÉSIDENCE, 1987-1999

FIGURE 2. INDICE SYNTHÉTIQUE DE FÉCONDITÉ DE 14 PAYS D’AFRIQUE SUB-SAHARIENNE, SELON LE MILIEU DE RÉSIDENCE, 1987-1999

Source : EDS-DHS

De fortes disparités régionales

11On a actuellement un panorama très contrasté avec des pays où manifestement la transition de la fécondité est bien engagée et d’autres où elle est encore à ses tout débuts et n’est sensible qu’en ville. Néanmoins, il est probable que les facteurs qui rendaient possible et souhaitable la forte fécondité ne sont plus réunis dans la plupart des sociétés et que les années à venir verront les évolutions actuelles se poursuivre (figure 3). C’est ce qu’anticipent les perspectives des Nations unies (United Nations, 2000).

FIGURE 3. INDICE SYNTHÉTIQUE DE FÉCONDITÉ (ISF) PAR SOUS-RÉGION D’AFRIQUE DE 1960 À 2005

FIGURE 3. INDICE SYNTHÉTIQUE DE FÉCONDITÉ (ISF) PAR SOUS-RÉGION D’AFRIQUE DE 1960 À 2005

Source : Nations unies, 2000 (hypothèse moyenne, pour 2000-2005)

12Les pays d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe sont dans l’ensemble plus avancés dans leur transition que les pays d’Afrique de l’Ouest, surtout ceux du Sahel. Mais ce n’est pas le cas de la Tanzanie qui a des niveaux comparables à ceux de l’Afrique de l’Ouest. À l’inverse, le Ghana est en train de se distinguer de l’Afrique de l’Ouest par une baisse rapide de la fécondité alors que, dans les années difficiles qu’il a traversées, de 1971 à 1983, celle-ci était restée stable, en dépit de l’adoption d’une politique de maîtrise de la fécondité et de l’implantation de programmes de planning familial.

13L’Afrique centrale (Gabon, Cameroun, République centrafricaine, Tchad) a souffert, dans certaines de ses régions, d’une infécondité pathologique qui a durablement marqué les sociétés et entraîné des fécondités inférieures à celles des autres régions. On a parlé de « ceinture de l’infécondité » (Frank 1983). Des campagnes de soins des maladies sexuellement transmissibles permettent de réduire ces zones d’infécondité. L’amélioration de tels soins est l’une des causes d’une augmentation temporaire de la fécondité — au Cameroun, par exemple mais aussi en Tanzanie (Larsen 1995, 1997).

14Quelle que soit sa prévalence effective, l’infécondité reste une menace dans ces sociétés où l’on est un adulte accompli seulement lorsqu’on a donné naissance à des descendants. En effet, l’impossibilité d’engendrer reste une des causes majeures des ruptures d’union ou parfois aussi de la polygynie. Car ce sont toujours les femmes qui sont considérées comme responsables d’une éventuelle infécondité du couple. Il y aurait beaucoup à faire en ce domaine pour dispenser une information exacte et traiter les hommes comme les femmes si nécessaire.

De la forte valorisation des descendances nombreuses à l’adoption de nouveaux comportements de fécondité

15Les sociétés africaines qui ont une longue mémoire d’un passé émaillé de catastrophes démographiques – traite des esclaves, travaux forcés, guerres coloniales, épidémies rémanentes, etc. – ont, pour la plupart, valorisé tout ce qui préservait la capacité des femmes à concevoir ; mais on voit maintenant, de façon évidente, émerger de nouveaux comportements et de nouveaux idéaux familiaux. Ils sont adoptés progressivement dans certains milieux sous l’effet de facteurs conjugués comme la baisse de la mortalité des enfants, les progrès de l’instruction, l’urbanisation rapide… mais aussi les graves crises économiques.

16Le Kenya qui battait des records avec en moyenne 8 enfants par femme en 1978 en est maintenant à une moyenne de 5,1 enfants par femme mais de 3,3 seulement en milieu urbain. Au Togo, la moyenne en 1998 était toujours élevée (6,3 enfants par femme) mais dans la capitale, Lomé, l’indice synthétique de fécondité (ISF) était de 2,9 enfants par femme. Abidjan semble suivre le même chemin : 6,4 enfants par femme en 1981, 4,1 en 1994. Au Sénégal, plus modestement, on est passé de 7,1 à 5,9 enfants par femme entre 1978 et 1997, mais dans les villes c’est un passage de 6,5 à 5 enfants par femme qui s’est produit.

17En Afrique comme dans les autres pays, ce sont les facteurs de « développement » qui jouent un rôle de fond sur l’évolution des comportements : la baisse de la mortalité des enfants tout d’abord (Barbieri 1994) ; mais parallèlement l’instruction, surtout celle des femmes (United Nations 1995) ; et enfin l’urbanisation, qui a des effets déterminants en termes d’échanges sociaux, de multiplication des opportunités d’emploi et d’autonomie croissante des individus par rapport à leur environnement familial. Le niveau de scolarisation des femmes, comme sur les autres continents, est déterminant dans le processus de baisse de la fécondité (tableau 2).

TABLEAU 2. ISF SELON LE NIVEAU D’ÉDUCATION DES MÈRES (1990-1999)

Pays

Illettrées

Niveau primaire

Niveau secondaire

Afrique de l’Ouest et centrale

Togo, 1998

6,5

4,8

2,7

Nigeria, 1990

6,5

5,1

4,3

Niger, 1998

7,8

6,7

Burkina, 1993

7,2

6,1

3,1

Mali, 1995/96

7,1

6,5

4,1

Côte-d’Ivoire, 1994

6,2

5,3

3,8

Sénégal, 1997

6,3

5,2

3,1

Tchad, 1996/97

6,7

6,5

Afrique de l’Est

Tanzanie, 1999

6,5

5,1

4,8

Ouganda, 1995

7,0

7,1

5,1

Zambie, 1999

6,8

6,7

4,5

Zimbabwe, 1999

5,2

4,5

3,4

Source : EDS-DHS

18Urbanisation et scolarisation sont évidemment des facteurs multi-signifiants car ils résument un ensemble de facteurs favorables aux changements de comportements. Ils sont d’ailleurs en général fortement corrélés. Les adultes les plus éduqués se trouvent dans les villes. Mais, prises séparément, il est bien démontré que l’instruction et l’urbanisation ont un rôle spécifique sur l’évolution de la fécondité. L’une comme l’autre conditionnent un meilleur accès aux services de santé et de contraception, de plus fortes aspirations à l’éducation des enfants, une plus grande proximité des sources d’informations et, en ce qui concerne les rapports de couple une plus grande marge de négociation des femmes pour adopter des comportements nouveaux.

19Inspirées par les travaux menés en Europe sur l’introduction de la limitation des naissances, les hypothèses d’une diffusion des idéaux nouveaux par les médias et les échanges entre groupes ont eu une première heure de gloire au début de la période d’indépendance où l’on pensait que les sociétés africaines allaient « s’occidentaliser », les familles devenir conjugales et nucléaires et la contraception être adoptée comme un élément de la modernité. Les années 1970-1980 ont montré que les sociétés africaines, si elles faisaient des emprunts à l’Occident, avaient aussi des modèles de comportements spécifiques. Les théories de la diffusion ont trouvé un regain d’actualité sous une forme plus opérationnelle avec des travaux sur l’effet des infrastructures de communications et des médias, ainsi que sur l’influence des communications interpersonnelles, au sein des associations et groupes d’appartenance, en matière d’évolution des idéaux familiaux (voir notamment Watkins 2000).

20Prenant le contre-pied de la théorie optimiste de la transition démographique qui postulait que la « modernisation » sous différentes formes (éducation, urbanisation, diminution de la mortalité, voire nucléarisation des ménages) serait le moteur de la diminution de la fécondité, les années « noires » que traverse l’Afrique et l’expérience de l’Amérique latine, une décennie auparavant, ont mis en avant une autre hypothèse, celle de la « transition induite par la crise » (Lesthaeghe 1989). Plusieurs auteurs ont alors anticipé que la crise économique de l’Afrique allait entraîner des comportements de limitation des naissances. C’est ce que l’on observe actuellement dans certains milieux urbains qui avaient connu auparavant un développement important de l’éducation et des infrastructures sanitaires. Les adultes y ont à la fois des aspirations plus élevées à l’éducation de leurs enfants et des moyens de plus en plus réduits pour réaliser ces aspirations.

21Là où elle se produit, la baisse de la fécondité est due à la convergence de facteurs de « développement » et de situations objectives de crise et de paupérisation qui accélèrent la prise de conscience de l’intérêt pour des descendances plus réduites. Le nombre idéal d’enfants est, en moyenne, en baisse dans la plupart des pays, mais reste, par exemple, partout égal ou supérieur à quatre enfants, parmi les femmes de 30-34 ans (tableau 3).

TABLEAU 3. NOMBRE IDÉAL D’ENFANTS PARMI LES FEMMES ÂGÉES DE 30-34 ANS, SELON LES DEUX SÉRIES D’ENQUÊTES EDS-DHS DE 1986-1994 ET 1995-1999

Pays

1986-1994

1995-1999

Année

Nombre idéal

Année

Nombre idéal

Afrique de l’Ouest et centrale

Ghana

1988

5,5

1998

4,5

Guinée

1992

6,3

1999

5,9

Mali

1987

7,2

1995/96

6,8

Niger

1992

8,7

1998

8,7

Nigeria

1990

6,5

1999

6,4

Sénégal

1992/93

6,9

1997

5,4

Togo

1988

5,7

1998

4,8

Cameroun

1991

7,5

1998

6,2

Afrique de l’Est

Kenya

1993

4,0

1998

3,9

Ouganda

1988/89

6,8

1995

5,9

Tanzanie

1991/92

6,4

1999

5,5

Zimbabwe

1988

5,4

1999

4,2

Source : EDS-DHS

Contraintes et innovations : quelles perspectives pour les familles africaines au XXIe siècle ?

Rien ne sera plus comme avant…

22La situation de l’Afrique impose, de façon urgente, d’observer et d’analyser les changements rapides que vivent les sociétés et les familles. Tout va très vite. Le changement démographique d’abord : la transition démographique, inaugurée avec une baisse notable de la mortalité, n’est qu’au tout débuts de la baisse de la fécondité, en relation avec les prémices d’un certain développement. Les populations s’accroissent à un rythme beaucoup plus rapide qu’auparavant, ce qui impose aux familles de s’adapter pour faire face à l’arrivée des jeunes.

23Dans le même temps, le processus d’urbanisation s’accélère aussi, les néo-citadins doivent inventer de nouveaux modes de vie dans un contexte sans longue tradition urbaine. La scolarisation, en hausse constante depuis les indépendances, « livre » de nouvelles générations d’adultes alphabétisés, mieux armés que leurs parents mais aussi porteurs d’aspirations et d’exigences nouvelles pour eux-mêmes et pour leurs enfants.

24La production, elle aussi, se diversifie progressivement, entraînant une mutation des rapports entre producteurs, de nouveaux modes d’organisation et de rétribution du travail. N’oublions pas non plus les tout récents essais de démocratie, trop tôt étouffés dans bien des cas, mais qui laissent leur marque dans les esprits et les opinions.

L’espérance de vie a augmenté mais cette évolution est remise en cause par l’épidémie du sida

25La baisse de la mortalité infantile est un facteur important de l’évolution des idéaux de fécondité. On le voit déjà parmi les milieux éduqués dans les villes où les parents ont commencé à « réajuster » leurs descendances à la baisse. L’un des déterminants de cette baisse est leur perception, plus ou moins implicite, de la baisse des risques de décès de leurs enfants. Pourtant, dans certains pays très touchés par l’épidémie du sida, les gains du demi-siècle précédent sont remis en cause (United Nations 1998), et compromettent ainsi les nouveaux équilibres qui se mettaient en place dans les familles.

26Les décisions matrimoniales, comme les rapports au sein des couples sont évidemment fortement marqués par cette menace du sida (Pisani 1998). Les hommes cherchent à épouser des jeunes filles de plus en plus jeunes, espérant ainsi échapper à la contamination. Ils contaminent ainsi, s’ils sont séropositifs, les générations les plus jeunes.

27Les comportements reproductifs sont eux aussi profondément affectés par l’épidémie. L’usage du préservatif joue peut-être un rôle, encore qu’il ne soit pas utilisé de façon systématique ; ce qui compromet son efficacité tant comme contraceptif que pour la lutte contre l’épidémie. Mais les rapports entre hommes et femmes, individuellement et collectivement, sont durablement affectés par l’existence de cette menace. Va-t-on vers plus de solidarité conjugale ? Plus de méfiance et de stratégies séparées ? Un partage ou non de la révélation de la séropositivité ? Des recherches qualitatives approfondies doivent être conduites dans chaque milieu pour répondre à ces questions (voir par exemple l’enquête menée par Judith Hassoun à Abidjan, 1997).

Des pratiques matrimoniales en pleine mutation

28Les résultats les plus récents montrent à l’évidence un début de recul de l’entrée en union, surtout pour les femmes. L’âge moyen au premier mariage des Kenyanes est passé de 18,3 ans en 1962 à 21,7 ans en 1998. Au Togo, l’évolution est comparable : il est passé de 18 ans à 21,3 ans de 1988 à 1998, soit un brusque changement en dix années. Les pays du Sahel, qui restent des pays à nuptialité précoce, ont eux aussi connu un certain recul de la primo-nuptialité féminine.

29Plus les jeunes sont « indépendants » et en contact avec des modèles divers, par l’école, le travail, par l’hétérogénéité culturelle du milieu de résidence, en ville par exemple, plus ils auront tendance à vouloir participer aux décisions qui les concernent, au premier rang desquelles, le mariage. La scolarisation, surtout celle des filles, retarde l’âge de l’entrée en union. D’après les travaux comparatifs réalisés par Lesthaeghe et al. (1989) sur 170 groupes ethniques d’Afrique sub-saharienne, la scolarisation des filles est la variable qui pèse le plus dans les différences d’âge au mariage entre populations, bien plus que toute autre variable socio-économique ou culturelle (mode de production, organisation lignagère, système d’héritage, stratification sociopolitique). Au Kenya (d’après l’enquête EDS de 1993), dès 17 ans, la moitié des filles non scolarisées sont mariées, alors qu’il faut attendre 21,5 ans pour que la moitié des femmes ayant atteint le secondaire soient concernées (Hertrich et Locoh 1999). Si dans les villes le recul de l’âge au mariage est flagrant, on commence aussi à l’observer dans certains milieux ruraux (Bledsoe et Cohen 1993).

30Par ailleurs, les difficultés croissantes d’accès à l’emploi retardent aussi l’accès des jeunes hommes au mariage, puisqu’ils ne peuvent plus accumuler la compensation matrimoniale ou installer leur propre ménage. De ce fait, leur entrée en union a tendance à être différée et les écarts d’âge entre époux diminuent peu, contrairement à l’effet que l’on attendait de la tendance des jeunes à contracter des unions moins dépendantes des décisions de leurs familles respectives.

31Jusqu’à présent le célibat définitif est resté très rare en Afrique subsaharienne. Ce qui est déjà assez répandu, ce sont les unions informelles, qui donnent lieu à des séparations fréquentes et à la constitution de ménages fémino-centrés. En effet, avec la crise des économies africaines, les unions consensuelles, de statut précaire, sont plus nombreuses qu’auparavant, soit parce qu’elles engagent moins les partenaires décidés chacun à garder leur autonomie, soit parce que les processus matrimoniaux classiques, et spécialement la compensation matrimoniale, sont trop coûteux.

32De leur côté, les ruptures par séparation ou divorce sont probablement en augmentation, à la fois en raison de la crise économique et de l’augmentation de l’autonomie des femmes, car ce sont elles en général qui prennent l’initiative des ruptures. Les séparations induites par les migrations et la plus grande fragilité des unions « informelles » sont aussi des causes d’accroissement des ruptures. Avec la baisse tendancielle de la mortalité, les ruptures par veuvage pourraient diminuer… mais l’épidémie du sida est maintenant une cause majeure de décès prématurés, avec laquelle il faut compter.

  • 5 On appelle ainsi les unions informelles que contractent des hommes, déjà mariés, avec des femmes qu (...)

33Dans les années 1960, une vue encore très européocentrique des évolutions des familles africaines laissait prévoir un fléchissement de la polygynie et l’adoption de la famille nucléaire. Quarante ans après, on mesure à quel point les choses sont allées différemment. La polygynie a résisté jusqu’à présent aux remises en question des institutions (préceptes des religions chrétiennes, droit moderne). Jusqu’ici, si l’on s’en tient aux statistiques, la pratique polygynique se porte assez bien. Elle revêt parfois de nouvelles formes, notamment dans les villes (deuxième bureau5 union polygynique sans corésidence, etc.) (Clignet, 1987 ; Locoh, 1994 ; Wa Karanja, 1987,1994).

34C’est peut-être la crise économique conjuguée à d’autres facteurs (scolarisation, urbanisation, diminution de la population vivant de l’agriculture, etc.) qui explique les premiers signes de diminution de cette pratique dans quelques pays (Antoine et Pilon, 1998). Dans dix pays, on peut comparer les enquêtes EDS-DHS des années 1987-1993 à celles des années plus récentes. Les proportions d’hommes en situation de polygynie ont diminué partout sauf en Guinée et celles des femmes dans sept des dix pays (tableau 4 et figure 4).

FIGURE 4. PROPORTION (%) D’HOMMES ET DE FEMMES EN UNION POLYGYNE

FIGURE 4. PROPORTION (%) D’HOMMES ET DE FEMMES EN UNION POLYGYNE

Source : EDS-DHS

35L’urbanisation, le travail salarié, la scolarisation remettent en cause, de façon encore peu visible mais réelle, les définitions traditionnelles du rôle d’époux et d’épouse. L’accroissement des unions sans corésidence en est peut-être l’un des signes. L’existence de couples solidaires qui partagent les biens et les décisions, peu nombreux il est vrai, en est un autre.

TABLEAU 4. PROPORTION D’HOMMES ET DE FEMMES QUI SONT EN UNION POLYGYNE (DHS 1988-1999)

Pays

Année de l’enquête

% en union polygame

Femmes

Hommes

Avant 1994

Après 1994

Avant 1994

Après 1994

Burkina-Faso

1992/93 et 1998/99

51

55

35

32

Cameroun

1991 et 1998

38

33

26

18

Ghana

1988 et 1998

28

23

15

12

Guinée

1992 et 1999

50

54

30

33

Kenya

1993 et 1998

19

16

12

10

Niger

1992 et 1998

36

38

24

23

Nigeria

1990 et 1999

41

36

26

Sénégal

1992/93 et 1997

48

46

38

Zambie

1992 et 1996

18

17

Zimbabwe

1988/89 et 1999

19

16

16

9

Source : EDS-DHS, 1988-1999

36On assiste à une évolution certaine des rôles masculins et féminins dans la vie matrimoniale, évolution qui se nourrit d’emprunts aux sociétés traditionnelles comme aux « modèles » venus d’autres sociétés et diffusés par les médias (Locoh 1993, 1996). Les hommes voient leur rôle traditionnel de « dominant » remis en cause par les revers économiques qui les privent parfois de tout accès à une activité productive. Ce sont des expériences qui, à leur corps défendant déstabilisent leurs positions sociales et familiales antérieures (Silberschmidt 1991). Les femmes et surtout les associations féminines ont un rôle très important à jouer pour que les pratiques matrimoniales fassent une place plus juste au libre choix des femmes, à leur participation aux décisions, au respect entre conjoints (Adjamagbo-Johnson 1999).

La fécondité baisse, mais avec des différentiels très importants

37Dans les vingt premières années post-coloniales, on a attendu en vain les transformations familiales escomptées : ni l’engouement pour la famille « conjugale », ni l’adoption de la limitation des naissances n’étaient vraiment manifestes, en dépit de la scolarisation, de l’accès aux emplois dans le secteur moderne et aux nouveaux moyens d’information. Le changement était là, en gestation, mais imperceptible au niveau des comportements familiaux. Il a fallu les effets combinés de ce progrès social réel et de la crise qui s’est abattue sur les économies africaines pour que des comportements nouveaux se fassent jour (Coussy et Vallin 1996).

Les villes, comme partout, sont plus avancées dans la transition

38Depuis le début des années 1980, il devient évident que les facteurs de baisse de la fécondité touchent une fraction de plus en plus importante des populations (Locoh et Hertrich 1994). L’accès plus tardif à l’âge de la maternité – pour des générations de femmes scolarisées après les indépendances –, l’amélioration des conditions de survie des enfants, l’urbanisation rapide, le progrès des programmes de planification familiale et des campagnes en leur faveur commencent à porter leurs pleins effets (voir plus haut). À cela s’ajoute que la situation de crise profonde que vivent les Africains en a conduit un certain nombre à penser que le temps des grandes familles était révolu.

39Les citadins, scolarisés pour la plupart, victimes des réductions d’emplois drastiques dans le secteur moderne, ne peuvent plus assumer leurs responsabilités parentales alors même que leurs ambitions pour leurs enfants, notamment en matière d’instruction, les amènent à penser que « l’enfant coûte cher »… et beaucoup plus qu’il ne « rapporte », ce qui n’était pas le cas dans les sociétés rurales d’autosubsistance.

40Les différences entre milieu urbain et milieu rural sont actuellement en train de se creuser. Contrairement à ce qui se passe en ville, la fécondité reste encore plutôt stable dans les campagnes (figure 2). En milieu rural, dans les 19 enquêtes africaines (EDS-DHS) postérieures à 1995, à l’exception du Zimbabwe (1999) où l’ISF est de 4,6, la fécondité n’est jamais inférieure à 5 enfants par femme. Elle est supérieure à 7 enfants par femme dans 3 pays et comprise entre 6 et 7 dans 10 pays. On peut s’attendre à des évolutions contrastées entre villes et campagnes, celles-ci demeurant les laissées-pour-compte des équipements collectifs, des centres de santé (où sont le plus souvent dispensés les conseils de planification familiale), des écoles, des investissements créateurs d’emplois rémunérateurs non agricoles, etc.

41Certes, la crise accélère les changements de comportements dans les milieux déjà enclins à adopter de nouveaux modes de vie familiaux par leur insertion dans la modernité, mais la majorité des populations africaines reste encore à l’écart de ces mutations.

42L’intensité à venir des mouvements migratoires vers les villes aura certainement des conséquences décisives sur les modes de vie en couple et sur la baisse de la fécondité, à la fois parce que l’information, l’instruction et l’accès à la santé y sont moins mauvais qu’en milieu rural et parce que les difficultés quotidiennes liées à la rareté des ressources sont favorables à la constitution d’unions précaires et à cette baisse de la fécondité.

La contraception à petits pas

43Alors que partout ailleurs la pratique de la contraception est largement répandue, en Afrique sub-saharienne on en est encore aux débuts de la diffusion des méthodes modernes de contraception. L’espacement entre les naissances par l’allaitement et éventuellement par l’abstinence post-partum est encore le premier facteur de la maîtrise de la fécondité (tableau 5 et figure 5).

44Seules les femmes du Zimbabwe et du Kenya ont, en 2000, une pratique de la contraception moderne supérieure à 20 %. Au Ghana, en Tanzanie et en Zambie, le taux de pratique dépasse 10 %, ailleurs elle est plus faible.

TABLEAU 5. FEMMES EN UNION, UTILISANT ACTUELLEMENT LA CONTRACEPTION MODERNE EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE, SELON LES TROIS SÉRIES D’ENQUÊTES EDS-DHS (%)

Pays

DHS-I 1896-1990

DHS-II 1991-1994

DHS-III 1995-1999

Kenya

14,7

20,7

23,6

Tanzanie

5,9

11,7

Ouganda

2,7

7,4

Zambie

7,0

11,2

Zimbabwe

27,2

31,1

Ghana

3,7

9,3

10,7

Mali

1,2

5,0

Sénégal

2,7

4,5

7,0

Togo

3,4

7,9

Burkina-Faso

4,0

5,8

Cameroun

4,2

8,0

45Si l’on observe seulement les femmes en union, de 30 à 34 ans, ayant déjà largement constitué leur descendance, on constate que la pratique est amplement répandue dans trois pays, le Kenya (36 % en 1998), le Zimbabwe (44 % en 1999) et le Botswana (33 % en 1988). Partout ailleurs, même dans ce groupe d’âges, la pratique de la contraception moderne dépasse rarement les 10 %. Il y a cependant une progression rapide dans certains pays comme le Ghana (de 5 % en 1988 à 14 % en 1998).

46Les programmes de planification familiale qui ont été mis en place n’ont pas eu l’efficacité attendue ni la rapidité de diffusion escomptée, pour des raisons diverses selon les sociétés, bien que les réponses aux enquêtes accréditent l’idée d’un « besoin non satisfait de planification familiale » (Westoff et Bankole 1995 ; Casterline et Sinding 2000).

47Les principales difficultés à surmonter sont nombreuses. Il faut d’abord compter avec les réticences potentielles des femmes à l’idée de la limitation des naissances et parfois avec l’opposition des maris. L’insuffisance des infrastructures mises à la disposition du public est patente. Très souvent, les centres de planification familiale sont implantés seulement dans les villes et les candidats éloignés des centres ne peuvent pas accéder aux services dans des conditions acceptables (coût du transport, temps perdu, etc.). La mauvaise qualité des services offerts est également un obstacle majeur : la relation distante entre client et prestataire, les informations insuffisantes et mal comprises, les files d’attente trop longues, le non-respect de l’intimité, les ruptures de stock, etc., sont autant de freins à l’adoption de contraception (Bruce 1990 ; Adeokun 1994). Enfin, dans de nombreux centres, on ne reçoit pas les jeunes filles non mariées.

FIGURE 5. FEMMES EN UNION, UTILISANT ACTUELLEMENT LA CONTRACEPTION MODERNE (%)

FIGURE 5. FEMMES EN UNION, UTILISANT ACTUELLEMENT LA CONTRACEPTION MODERNE (%)

Source : EDS-DHS

48Les méthodes à adopter pour mieux distribuer les contraceptifs font l’objet d’expériences très variées. Selon les pays, on privilégie la mise à disposition par les services de santé classiques de protection maternelle et infantile (PMI) ou par des canaux spécifiques (associations de planification familiale, notamment soutenues par l’International Planned Parenthood Federation, IPPF), chacun ayant ses avantages et ses inconvénients (Stewart et al. 1999). Avec l’épidémie du sida et l’impérieuse nécessité de faire connaître les préservatifs, les services de distribution à base communautaire (community based distribution, CBD), qui existaient déjà en petit nombre pour les contraceptifs, ont été multipliés. Des agents formés pour ce faire passent dans les villages, voire dans chaque maison et procurent des informations et des contraceptifs. Il s’agit le plus souvent de condoms mais aussi, dans certains pays qui l’autorisent, de pilules contraceptives (Katz et al. 1998). La distribution des contraceptifs n’est donc plus assurée seulement dans les centres spécialisés. Néanmoins, pour être efficaces, ces distributions demandent un très important personnel et des moyens de transport conséquents, deux conditions trop rarement réunies.

49L’avortement est depuis quelques années une donnée incontournable des pratiques africaines de limitation des naissances, surtout dans les villes. À Abidjan, une enquête récente auprès de femmes enceintes révélait que 47 % d’entre elles avaient eu recours, une fois au moins, à l’avortement. Quand on sait qu’il s’agit presque toujours d’avortements clandestins effectués dans de mauvaises conditions (Desgrées du Loû et al. 1999), on mesure le problème de santé publique que constitue une telle pratique. Au Kenya par exemple, une enquête réalisée en milieu hospitalier a montré que 60 % des admissions en gynécologie étaient directement liées à des complications à la suite d’un avortement. C’est aussi la preuve que, désormais, il y a en Afrique un désir grandissant de contrôler la fécondité, et que les moyens de contraception ne sont pas suffisamment connus ou accessibles.

50La cause principale des avortements reste le manque évident d’informations et de moyens contraceptifs surtout chez les femmes les plus vulnérables – les jeunes illettrées et les femmes en situation de grande pauvreté, acculées à cette solution par leur situation de détresse. Le rôle des hommes doit aussi être pris en compte. Ils interviennent dans le processus qui conduit à la décision d’avorter et dans le type d’avortement réalisé.

La baisse de la fécondité va remodeler la pyramide des âges

51Dans leurs projections les plus récentes, les Nations unies (2000) prévoient que toutes les populations africaines auront atteint en 2050 le niveau de fécondité qui permet le simple renouvellement des générations (figure 6). En Afrique du Nord on est, d’ores et déjà, presque arrivé à cette situation. Dans certains pays d’Afrique sub-saharienne, on est en bonne voie d’y arriver en 2050 ou avant (pays déjà cités d’Afrique de l’Est, Ghana, Côte-d’Ivoire, Togo) mais pour les pays du Sahel et les pays ruinés par la guerre sur lesquels on n’a pas de données récentes (Angola, Rép. Dém. du Congo, Somalie, etc.) il est difficile de prévoir quelle sera la validité de cette perspective.

FIGURE 6. ÉVOLUTION DE LA FÉCONDITÉ (ISF) EN AFRIQUE PAR SOUS-RÉGION, DE 1950 A 2035

FIGURE 6. ÉVOLUTION DE LA FÉCONDITÉ (ISF) EN AFRIQUE PAR SOUS-RÉGION, DE 1950 A 2035

Source : Nations unies, 2000 (hypothèse moyenne)

52La baisse de la fécondité, qui se produira sans aucun doute mais à un rythme encore incertain, entraînera le vieillissement démographique qu’ont déjà connu les autres continents. Il y aura donc un accroissement de la proportion des personnes âgées mais, au cours des cinquante prochaines années, il sera très progressif et il y aura encore beaucoup de moins de 20 ans en Afrique en l’an 2050. En 2025, un quart des jeunes de moins de 20 ans dans le monde seront Africains.

Quelle sera la marge d’initiative des jeunes ?

53Ce sont les jeunes qui subissent le plus durement les crises africaines. Enfants soldats, enfants au travail, jeunes descolarisés et victimes d’années scolaires blanches, quelles seront leurs chances de construire des familles capables d’apporter plus de stabilité aux enfants, plus d’autonomie aux femmes, plus de sécurité aux anciens ? Seront-ils seulement plus démunis que leurs prédécesseurs ou aussi plus libres de leurs initiatives pour secouer les pesanteurs des obligations et des interdits que leur impose la tradition ?

54Si on se fie aux données démographiques, on sait qu’ils sont en moyenne plus instruits que leurs parents – particulièrement les filles - qu’ils sont plus souvent en ville où ils ont troqué le minimum de sécurité alimentaire assuré en milieu rural contre les aléas des « petits boulots ». On sait aussi que les garçons et les filles commencent à reculer, par choix ou par contrainte, le moment de se marier mais pas toujours celui d’avoir un premier enfant, ce qui se traduit par des naissances prénuptiales accompagnées d’un lot d’incertitudes. On ne peut passer sous silence les nombreux risques de mauvaise santé - au premier rang desquels le sida - qu’ils vont devoir affronter dans un climat économique de privations, voire de grande pauvreté pour beaucoup d’entre eux.

55Pour les jeunes d’aujourd’hui, la constitution d’une famille assurant stabilité et sécurité à ses membres devient de plus en plus difficile à concevoir.

Des femmes entre autonomie et précarité

56La conférence de Beijing (1995), aboutissement de nombreuses réunions préparatoires, d’actions à long terme d’associations non gouvernementales et plus généralement de la prise de conscience de l’impérieuse nécessité de promouvoir l’égalité entre les sexes, pour des raisons éthiques mais aussi pour des motifs d’efficacité des actions de développement, a été une opportunité pour les ONG africaines de s’attaquer aux inégalités (Presser et Sen 2000). Les femmes africaines sont à la fois dominées dans des sociétés patriarcales et pleines d’initiatives pour assurer la survie de leur famille, bien souvent sans l’aide de leur époux. Leur rôle dans la construction des sociabilités quotidiennes est essentiel mais, à quelques exceptions près, leur absence sur le terrain de la politique et sur celui des responsabilités publiques est patente. De la place qui sera faite aux aspirations et aux capacités des femmes dépend l’avenir proche des familles et l’évolution démographique de l’Afrique.

57La structure des rapports de pouvoir entre hommes et femmes a des effets directs, à tous les niveaux, sur la gestion sociale de la reproduction et donc sur la santé reproductive (Kritz et al. 2000). Le système des relations de genre agit en effet aussi bien au niveau de chaque individu, dans ses stratégies reproductives, qu’au niveau de la société en général dans les modèles reproductifs qu’elle valorise. Autrement dit, les rapports sociaux de sexe définissent, d’une part les modalités de la prise de décision en matière de fécondité entre un homme et une femme, d’autre part les conditions sociales des processus qui entourent la procréation (grossesse, accouchement, prise en charge des enfants). La négociation entre époux sur le nombre d’enfants souhaités dépend étroitement de la structure de ces rapports entre hommes et femmes et sera décisive dans cette période de transition et de changement des aspirations familiales (Westoff et Bankole 1995 ; Andro et Hertrich 1998).

Que seront les politiques publiques ?

58Les familles africaines, le fort « encadrement » de leurs membres, les normes, souvent respectées jusqu’à maintenant, de solidarité et d’assistance aux dépendants, ont fortement contribué au maintien du tissu social, dans des situations macro-économiques et politiques souvent désastreuses. Dans les cas extrêmes – guerres, migrations de réfugiés – elles ont été emportées dans la tourmente.

59Pour accompagner les efforts des familles dans une période des plus difficiles, des politiques de maîtrise de la fécondité sont nécessaires mais non suffisantes. On peut être assuré que les actions en ce domaine seront en partie soutenues par la communauté internationale, notamment par le FNUAP (Fonds des Nations Unies pour la population) qui donne toujours une haute priorité à la situation préoccupante des services de santé de la reproduction en Afrique. Mais comment ne pas s’inquiéter des ravages du sida tant au niveau macroéconomique (quant à ses effets sur l’emploi, sur la perte de ressources en vies humaines), qu’au niveau familial (sur la prise en charge des enfants orphelins) ? Comment ne pas s’alarmer du désengagement des États en matière de santé publique et d’éducation ?

60L’effondrement des économies a conduit les gouvernements à laisser à l’initiative « privée », c’est-à-dire aux individus et aux familles, la charge de financer l’école, la santé et souvent la création d’emplois. Mais il ne faut pas compter que les familles et leurs solidarités, que l’on vante à l’envi, peuvent se substituer à des États en faillite. Faute de politiques économiques et sociales efficientes, on risque d’assister à un effondrement de ces solidarités familiales. L’ingéniosité des groupes familiaux dans leurs stratégies de survie ne sont que des palliatifs à la crise qui demande des solutions au niveau macro-économique, dans un cadre national et international (Locoh 1995).

Bibliographie

Bibliographie

Adeokun Lawrence, Α., 1994, « Service Quality and Family Planning Outreach in Sub-Saharan Africa », in T. Locoh et V. Hertrich (éds), The Onset of Fertility Transition in sub-Saharan Africa. Liège, Ordina-IUSSP : 235-251.

Adjamagbo-Johnson, K., 1999, « Les lois, une expression officielle des rapports de genre », in T. Locoh et N. Koffi (éds), Genre, population et développement en Afrique de l’Ouest. Abidjan, FNUAP-ENSEA-Coopération française : 35-51.

Andro, Α. ; Hertrich, V., 1998, « Demand for Contraception by Sahelian Couples : are Men’s and Women’s Expectations Converging ? : the Cases of Burkina Faso and Mali ». Communication dans le séminaire Men, Family Formation and Reproduction, organisé par le Committee on Gender and Population, IUSSP-CENEP, Buenos Aires.

Antoine, P. ; Pilon, M., 1998, La polygamie en Afrique : quoi de neuf ? Paris, CEPED [http://www.ceped.ined.fr/activite/publi/chroni28.htm].

Barbieri, M., 1994, « Is the Current Decline in Infant and Child Mortality in Sub-Saharan Africa a Sign of Future Fertility Change ? », in T. Locoh et V. Hertrich (éds), The Onset of Fertility Transition in Sub-Saharan Africa. Liège, Derouaux-Ordina Éditions : 105-133.

Bledsoe, C. ; Cohen, B. (éds), 1993, Social Dynamics of Adolescent Fertility in Sub-Saharan Africa. Washington D.C., National Academy Press.

Bruce, J., 1990, « Fundamental Elements of the Quality of Care : A Simple Framework », Studies in Family Planning, 21(2) : 61-91.

Casterline, J. B. ; Sinding, S. W., 2000, « Unmet Need for Family Planning and Implications for Population Policy », Population and Development Review, vol. 26, n° 4 : 691-724.

Clignet, R., 1987, « On dit que la polygamie est morte : vive la polygamie ! », in D. Parkin et D. Nyamwaya (éds), Transformations of African Marriage, Londres, International African Seminars, New Series, n° 3 : 199-209.

Coussy, J. ; Vallin, J. (éds), 1996, Crise et population en Afrique. Crises économiques, programmes d’ajustement et dynamiques démographiques. Paris, CEPED [Études du CEPED, n°13].

Desgrées du Loû, Α. ; Misellati, P. ; Viho, I. ; Welffens-Ekra, C., 1999, « Le recours à l’avortement provoqué à Abidjan : une cause de la baisse de la fécondité ? ». Population, 3 : 427-446.

Frank, O., 1983, « Infertility in sub-Saharan Africa : Estimates and Implications ». Population and Development Review, vol. IX n° 1 :137-144.

Hertrich, V. ; Locoh, T., 1999, Rapports de genre, formation et dissolution de la famille dans les pays en développement. Liège, UIESP.

Hassoun, J., 1997, Femmes d’Abidjan face au sida. Paris, Karthala.

Katz, K. R. ; West, C. G. ; Doumbia, F. ; Kane, F.,1998, Increasing Access to Family Planning Services in Rural Mali through Community-Based Distribution. International Family Planning Perspectives, vol. 24, n° 3 : 104-110.

Kritz, M. ; Makinwa-Adebusoye, P. ; Gurak, D. T., 2000, « The Role of Gender Context in Shaping Reproductive Behavior in Nigeria », in H.B. Presser et G. Sen (éds), Women’s Empowerment and Demographic Processes : Moving beyong Cairo. Oxford, Oxford University Press : 239-260.

Larsen, U., 1995, « Differentials in Infertility in Cameroon and Nigeria », Population Studies, vol. 49, n° 2 : 329-346.

— 1997, « Fertility in Tanzania : Do Contraception and Sub-Fertility Matter ? ». Population Studies, vol. 51, n° 2 : 213-220.

Lesthaeghe, R., 1989, « Social Organization, Economic Crises and the Future of Fertility Control », in R. Lesthaeghe (éd.), Reproduction and Social Organization in Sub-Saharan Africa. Berkeley-Los Angeles, University of California Press : 475-497.

Lesthaeghe, R. ; Kaufmann, G. ; Mcekers, D.,1989, « The nuptiality regimes in Sub-Saharan Africa », in R. Lesthaeghe (éd.), Reproduction and Social Organization in Sub-Saharan Africa. Berkeley-Los Angeles, University of California Press : 238-337.

Locoh, T., 1993, « Débuts de la transition de la fécondité et mutations familiales en milieu urbain africain : le cas de Lomé (Togo) », in D. Cordell et al. (éd), Population, reproduction, sociétés, Perspectives et enjeux de démographie sociale. Mélanges en l’honneur de Joël Gregory. Presses de l’Université de Montréal : 175-196.

— 1994, « Social Change and Marriage Arrangements : New Types of Union in Lomé, Togo », in C. Bledsoe et G. Pison (éds), Nuptiality in SubSaharan Africa. Contempory Anthropological and Demographic Perspectives. Oxford, Clarendon Press : 215-230.

— 1995, Familles africaines, population et qualité de la vie. Paris, CEPED [Les dossiers du CEPED, n°31].

— 1996, « Changements de rôles masculins et féminins dans la crise : la révolution silencieuse », in J. Coussy et J. Vallin (éds), Crise et population en Afrique. Crises économiques, politiques d’ajustement et dynamiques démographiques. Paris, CEPED [Études du CEPED, n°13] : 445-470.

Locoh, T. ; Hertrich, V. (éds), 1994, The Onset of Fertility Transition in SubSaharan Africa. Liège, International Union for the Scientific Study of Population, Derouaux-Ordina.

Lohle-Tart, L. ; François, M., 1999, État civil et recensements en Afrique francophone. Paris, CEPED [Documents et manuels du CEPED, n°10],

Pisani, E., 1998, Data and Decision-making Demography’s Contribution to Understanding AIDS in Africa. Liège, IUSSP Policy and Research Papers, n° 14.

Presser, Η. Β. ; Sen, G., 2000, Women’s Empowerment and Demographic Processes. Oxford University Press-Clarendon Press [International Studies in Demography].

Silberschmidt, M., 1991, Rethinking Men and Gender Relations : an Investigation of Men, their changing Roles within the Household, and the Implications for Gender Relations in Kishii District, Kenya, Copenhagen, Centre for Development Research.

Stewart, J. F. ; Stecklov, G. ; Adewuyi, Α., 1999, « Family Planning Program Structure and Performance in West Africa ». International Family Planning Perspectives, vol. 25 : 22-29.

United Nations, 1995, Women’s Education and Fertility Behaviour : Recent Evidence from the DHS. New York, United Nations, Department for Economic and Social Information and Policy Analysis.

— 1998, World Population Prospects : the 1998 Revision, Analytical Report. New York, United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division.

— 2000, World Population Prospects : the 2000 Revision, Comprehensive Tables. New York, United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division.

Wa Karanja, W., 1987, « “Outside Wives” and “Inside Wives” in Nigeria », in D. Parkin et D. Nyamwaya (éds), Transformations of African Marriage. Londres, International African Seminars (New Series, n° 3) : 247-261.

— 1994, « The Phenomenon of “Outside Wives” : Some Reflections on its Possible Influence on Fertility », in C. Bledsoe et G. Pison (éds), Nuptiality in Sub-Saharan Africa. Contempory Anthropological and Demographic Perspectives. Oxford, Clarendon Press : 194-214.

Watkins Cotts, S., 2000, « Local and Foreign Models of Reproduction in Nyanza Province, Kenya ». Population and Development Review, vol. 26(4) : 725-760.

Westoff, C. F. ; Bankole, Α., 1995, « Unmet Need. 1990-1994 ». Demographic and Health Surveys, Comparative Studies, n° 16, Calverton MD, Macro international inc.

Notes

1 Cet article reprend de larges extraits d’un article publié en anglais « Fertility Decline and Family Changes in Sub-Saharan Africa », The Journal of African Population Studies, vol. VII, n° 2 & 3, 2002.

2 Le problème le plus flagrant est celui des trop nombreux pays de cette sous-région où les situations de guerre ou de troubles persistants empêchent, parfois depuis plus de deux décennies, toute observation statistique digne de ce nom (Angola, Sud-Soudan, Liberia, République démocratique du Congo, etc.).

3 Ou parfois même en légère hausse, comme au Kenya entre 1965 et 1978.

4 Termes retenus à partir de 1994, à la suite des décisions de la conférence du Caire.

5 On appelle ainsi les unions informelles que contractent des hommes, déjà mariés, avec des femmes qu’ils installent dans un logement séparé.

Notes de fin

1 L'ISF est calculé pour la periode de 1 à 59 mois avant l'enquête.

Table des illustrations

Titre FIGURE 1. ÉVOLUTION DE LA FÉCONDITÉ (ISF) DANS LES GRANDES RÉGIONS DU MONDE (1950-2000)
Légende Source : Nations unies, 2000 (hypothèse moyenne, pour 1995-2000)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre FIGURE 2. INDICE SYNTHÉTIQUE DE FÉCONDITÉ DE 14 PAYS D’AFRIQUE SUB-SAHARIENNE, SELON LE MILIEU DE RÉSIDENCE, 1987-1999
Légende Source : EDS-DHS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7276/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre FIGURE 3. INDICE SYNTHÉTIQUE DE FÉCONDITÉ (ISF) PAR SOUS-RÉGION D’AFRIQUE DE 1960 À 2005
Légende Source : Nations unies, 2000 (hypothèse moyenne, pour 2000-2005)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7276/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre FIGURE 4. PROPORTION (%) D’HOMMES ET DE FEMMES EN UNION POLYGYNE
Légende Source : EDS-DHS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7276/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre FIGURE 5. FEMMES EN UNION, UTILISANT ACTUELLEMENT LA CONTRACEPTION MODERNE (%)
Légende Source : EDS-DHS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7276/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre FIGURE 6. ÉVOLUTION DE LA FÉCONDITÉ (ISF) EN AFRIQUE PAR SOUS-RÉGION, DE 1950 A 2035
Légende Source : Nations unies, 2000 (hypothèse moyenne)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7276/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540