Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et mutations sociopolitiques

 | 
Azadeh Kian-Thiébaut
, 
Marie Ladier-Fouladi

Introduction

Azadeh Kian-Thiébaut et Marie Ladier-Fouladi

Texte intégral

1L’approche culturaliste qui fait une distinction catégorique entre le monde occidental et le monde musulman, et qui analyse ce dernier en terme de déviance par rapport à l’histoire occidentale, a refait surface. Cette perspective réifie l’islam comme une force objective et indépendante qui modèlerait les musulmans, leur culture et leur système culturel, leurs relations sociales et familiales. Elle conclut à l’immuabilité de leur structure tant familiale que sociale et politique du fait de la prééminence du facteur religieux. Pourtant, les études et recherches de terrain, qui se sont distanciées des a priori culturalistes, montrent que l’islam comme d’autres religions ne constitue qu’un facteur explicatif parmi tant d’autres et que de profonds changements sociopolitiques et familiaux sont en cours dans ces sociétés. Changements que nous nous sommes proposées d’examiner à la lumière du passé et du contexte mondial lors du colloque organisé au CNRS à Ivry-sur-Seine le 8 mars 2002. Ce volume réunit des contributions issues de communications présentées à cette occasion.

2Dans une perspective comparative et pluridisciplinaire, l’ouvrage s’interrogera, en particulier, sur les questions relatives aux mutations sociopolitiques et familiales, à la structure patriarcale aussi bien familiale que politique, aux impacts de l’intervention ou du retrait de l’État dans le domaine de la famille, à la place de l’enfant au sein de la famille, à ses coût et bénéfice, aux rapports des générations au sein de la famille, ou encore à 1’individuation et à l’autonomisation de ses membres, à sa contribution au développement économique. Les auteurs de ce volume mettent en évidence les diversités et ressemblances de ces sociétés étudiées et soulignent le rôle de divers facteurs dans les mutations en cours.

3Dans sa contribution, Jack Goody, rejette les théories selon lesquelles la famille élargie, le clan ou encore la caste, sont incompatibles avec le développement du capitalisme. À travers divers cas relevés, tout particulièrement en Inde, en Chine et au Japon, il démontre que l’idéal-type du modèle bureaucratique ne correspond à aucune culture asiatique où le commerce, la marchandisation et même l’industrialisation ont recours à la famille et aux liens de parenté. Par ailleurs, il souligne l’inapplicabilité à l’Occident de ce modèle d’après lequel « la modernité dynamique » provient essentiellement de l’abandon des liens familiaux, du rejet de népotisme et de « l’ascension de l’individualisme ». Pour Goody, une grande partie de l’activité « capitaliste » émergente dépendait de la famille et des relations, et dans beaucoup de cas, une fois l’entreprise établie, elle devenait une affaire de famille. En effet, citant des exemples de grandes entreprises occidentales, il démontre qu’en dépit de la mise en vente de leurs actions en Bourse, leur origine familiale, dans la majorité des cas, fait que ses membres continuent souvent à participer à l’activité de l’entreprise, quitte à renoncer à son contrôle absolu. Ainsi, il conclut que contrairement au présupposé du modèle de la gestion bureaucratique, la famille ne montre aucun signe de disparition de la scène des affaires.

4S’appuyant sur les résultats des enquêtes mondiales de fécondité et des enquêtes démographiques et de santé, réalisées dans les pays d’Afrique subsaharienne, Thérèse Locoh aborde les évolutions en cours dans ces pays par une analyse des changements familiaux, des relations qui s’y construisent et des comportements qu’elles favorisent. Pour elle, les institutions familiales africaines jouent un rôle médiateur entre comportements des individus et interventions de la collectivité, et ce dans trois domaines principaux, la démographie, l’économie et le contrôle social. Thérèse Locoh met l’accent sur les prémices de la baisse de la fécondité et examine quelques-unes des transformations à l’œuvre dans les modes de vie familiaux favorisés par le processus d’urbanisation, la baisse de la mortalité des enfants, le progrès de l’instruction ou encore les crises économiques drastiques.

5Elle souligne également l’impact de l’épidémie du sida, cause majeure de décès prématurés, sur les nouveaux équilibres qui se mettaient en place dans les familles. Cette menace, selon Locoh, affecte tout particulièrement et durablement les comportements reproductifs et les rapports entre hommes et femmes. Alors que l’urbanisation et la scolarisation contribuent à la hausse de l’âge au premier mariage, le sida creuse davantage l’écart d’âge entre les époux dans la mesure où les hommes cherchent à épouser des jeunes filles de plus en plus jeunes, espérant ainsi échapper à la contamination.

6Par ailleurs, l’auteur souligne le rôle des familles africaines. Grâce au fort encadrement qu’exercent les familles, les normes de solidarité et d’assistance aux dépendants sont souvent respectées et elles ont fortement contribué au maintien du tissu social. Cependant, l’effondrement des économies a conduit, ces dernières années, les gouvernements à laisser à l’initiative des individus et des familles la charge de financer l’école, la santé et souvent la création d’emplois. Faute de politique économique efficiente face à une crise qui demande des solutions au niveau macro-économique, on risque d’assister à un effondrement de ces solidarités familiales. Dans ce contexte, la survie des familles dépend largement des femmes qui sont à la fois dominées dans ces sociétés patriarcales et pleines d’initiatives. Leur rôle dans la construction des sociabilités quotidiennes est essentiel mais, à quelques exceptions près, leur absence sur les terrains de la politique et des responsabilités publiques est patente.

7L’évolution de la composition de la famille iranienne et de ses caractéristiques socioculturelles, la répartition de diverses structures familiales dans l’espace, et enfin le rapport entre la structure de la famille et les aspirations politiques constituent les principaux thèmes que Marie Ladier-Fouladi examine dans sa contribution. La géographie des familles iraniennes en 1996 met bien en évidence la prédominance de la famille nucléaire. Elle devient une norme dans la totalité des départements iraniens. En effet, depuis la Révolution de 1979 et l’instauration de la République islamique, la nucléarisation de la famille est accompagnée du déclin très rapide de la fécondité et de la réduction de la taille des familles. Ces changements importants, comme l’auteur tente de le démontrer, sont aussi accompagnés d’une mutation des comportements et des aspirations des familles iraniennes. Pour elle, la hausse de l’âge au premier mariage, la diminution de l’écart d’âge entre les époux et l’élévation du niveau d’instruction scolaire, notamment des femmes et des jeunes, laissent confirmer l’établissement d’un rapport de moins en moins inégalitaires entre les époux et entre parents et enfants. En s’appuyant sur les résultats d’une grande enquête sur les caractéristiques socio-économiques des ménages en 2002, Marie Ladier-Fouladi montre la modification des relations intergénérationnelles qui désormais s’établissent davantage sur le dialogue ou le conflit - que sur la traditionnelle obéissance et soumission émanant de l’ordre patriarcal. Pour l’auteur, l’ébranlement de cet ordre, aussi bien au sein des familles nucléaires que des familles élargies, est à l’origine de la mutation de tempérament et de la tendance politique des iraniens. Il explique le nombre massif de voix que les électeurs ont accordées aux réformistes dont la campagne électorale était basée sur la nécessité de réformes, sur l’établissement de dialogues et sur l’ouverture des espaces social et politique. La communauté du choix politique des électeurs révèle l’homogénéisation de leur comportement. En comparant les cartes électorales des trois principaux candidats à l’élection présidentielle de 2001 et celles des structures familiales, Ladier-Fouladi met bien en évidence que l’assise anthropologique des réformistes est plurielle alors que les comportements sont homogènes. Pour l’auteur, cette mutation importante produite sous la République islamique, en dépit du fait que ses lois et son code civil émanent de la chari’a, met en cause les approches culturaliste fondées sur la prééminence du facteur religieux.

8Dans sa contribution, Lahouari Addi examine les évolutions dans l’organisation familiale en Algérie à partir notamment d’enquêtes de terrain menées en 1986 et 1987 dans la région d’Oran. Pour l’auteur, la dynamique de mutation sociale a débuté au XIXe siècle à la suite de la déstructuration sociale induite par la colonisation. L’unité de base de l’ordre tribal, la ‘ayla, dégénère en famille élargie. Cette dynamique se renforce dans la période post-coloniale avec les politiques agraires, l’urbanisation, l’exode rural massif et la crise de logement qui en découle. Addi précise qu’en se structurant sous la forme élargie, la famille en Algérie a amorti les conséquences sociales des profondes mutations qui se sont opérées avec la généralisation de l’échange marchand et l’urbanisation. Cependant, la famille élargie ne produit pas des familles conjugales, elle amène à la formation d’autres familles élargies qui présentent l’image d’un groupe social à grande conflictualité. La cause principale en est l’exiguïté des logements dans lesquels vivent plusieurs familles nucléaires. Selon l’auteur, la culture patriarcale n’est pas contestée par les acteurs dotés de ressources variées et de niveaux différents, elle est utilisée pour renforcer des intérêts individuels. La mère, socialement la plus masculine des femmes, exerçant un pouvoir sur ses fils et leurs épouses et manipulant la symbolique patriarcale, fournit l’exemple par excellence de cette utilisation. Addi restitue dans ce contexte sociologique la promulgation du Code de la famille de 1984 en affirmant que le législateur a cherché à stabiliser la famille algérienne en demandant le maximum de sacrifices à la jeune femme. L’État a ainsi abdiqué devant l’ordre familial, mettant en échec la citoyenneté et reproduisant l’idéologie patriarcale dont le Code de la famille est l’expression juridique. Quant à l’islamisme, son but est d’étendre l’ordre familial à toute la nation pour concevoir l’Algérie comme une grande famille régie par la morale et obéissant aux règles de l’idéologie patriarcale. Le port du hijab par les jeunes femmes et la moralisation de la rue sont des manifestations de cette volonté de construire un espace public conforme à l’ordre familial. Néanmoins, l’éclatement des familles, la différenciation sociale qui impose à certaines femmes de travailler ou encore le recul de solidarités lignagères modifient durablement la relation entre la sphère domestique vers laquelle se replient les individus, et l’espace où ils se procurent la subsistance, espace supposé menacé par le désordre urbain.

9Dans sa contribution, Azadch Kian-Thiébaut met en exergue le rôle des femmes (épouses, mères) et des enfants (jeunes) comme principaux acteurs des changements en Iran. Elle souligne les contradictions entre les lois en vigueur qui visent à consolider la logique patriarcale, et la modernisation des comportements démographiques, économiques, politiques et culturels de la population, en particulier ceux des femmes et des jeunes. S’appuyant sur l’étude textuelle de lois, de certains ouvrages religieux, des résultats du recensement de 1996 et de ceux de deux enquêtes, l’une qualitative (1994-2000) et l’autre quantitative (2002), l’auteur montre que l’application des lois islamiques (chari’a) au droit des femmes et au droit familial par le régime de la République islamique a privé les femmes iraniennes d’une partie importante de leurs droits civils et a institutionnalisé l’inégalité entre les sexes dans la sphère privée. Cependant, Kian-Thiébaut précise que cette institutionnalisation des inégalités a paradoxalement provoqué de nouvelles formes de stratégies dans la population féminine visant à affaiblir l’ordre patriarcal et la domination masculine. Selon l’auteur, les Iraniennes réalisent ces stratégies d’une part à travers les pressions sociales qu’elles exercent sur le pouvoir en investissant la sphère publique/politique, et d’autre part à travers l’éducation de leurs enfants fondée sur le style permissif et l’établissement des relations parentales basées non plus sur l’autorité mais sur le dialogue et le respect. La résistance des jeunes à la pensée totalisante, à l’islamisation forcée et leur revendication pour la modernité et les changements sociaux, politiques et culturels sont étroitement liées aux nouvelles valeurs éducatives des familles, notamment celles des mères, dont l’une des conséquences est l’individuation et l’autonomisation des enfants. Mettant en question les rôles et les identités sexués et traditionnels, les femmes/mères forment, quant à elles, une nouvelle identité, elles ne se perçoivent plus exclusivement comme mères et épouses mais aussi comme femmes et individus. L’enjeu est donc de construire un nouveau rapport au pouvoir politique qui prendrait en compte les changements profonds survenus au sein de la famille.

10À travers une analyse anthropologique, Christian Bromberger examine les caractéristiques spécifiques de la parenté au Gilân, une région située au nord de l’Iran. D’après l’auteur, cette province a anticipé depuis une vingtaine d’années la tendance actuelle dans la société iranienne, en l’occurrence, un faible taux de fécondité. La taille des ménages y est réduite, ceux-ci regroupant rarement plus de deux générations. Le taux d’alliance consanguine y est exceptionnellement bas ; le mariage, caractérisé par une multitude de dons et de contre-dons entre les familles alliées, se singularise par quelques traits spécifiques propres au folklore du Gilân. Les principaux facteurs qui déterminent les stratégies matrimoniales et les relations entre individus sont le type de propriété, les conditions particulières de la mise en valeur du terroir du monde caspien et enfin l’organisation du travail. À l’opposé des régions du plateau iranien soudées par ses droits collectifs et par la stabilité de ses lignages, au Gilân, tout bouge : la nature des cultures, les terres, les femmes. L’exogamie, proche ou lointaine, est assez fréquente pour contribuer à la formation et à l’élargissement de réseaux sociaux qui assurent une bonne insertion aux membres de la famille amenés à voyager ou à émigrer. Bromberger souligne, par ailleurs, l’importance des normes et pratiques de dévolution du patrimoine qui influent sur la composition des groupes domestiques. Théoriquement selon la loi islamique, les fils sont égaux en droit successoral et leur part d’héritage constitue le double de celle des filles. Mais dans la pratique, précise l’auteur, les comportements sont plus complexes. Les pères peuvent en effet avantager l’un des fils, le plus jeune ou le plus docile. Quant aux filles, elles reçoivent éventuellement un petit jardin et une dot. À la mort des parents, le patrimoine restant est réparti entre les garçons et les filles suivant les proportions fixées par la loi islamique. Les fils restés au village tentent de remembrer partiellement la propriété divisée en rachetant leurs terres à leurs frères et à leurs sœurs ou en les prenant en métayage. Les relations dans la fratrie sont donc entièrement monétarisées et les ventes, les baux sont prioritairement conclus au sein de la lignée, comme s’il existait un droit tacite de préemption familiale.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable