Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agir dans l'espace

 | 
Catherine Thinus-Blanc
, 
Jean Bullier

VI. Jeux et mondes électroniques

Chapitre 17. Espace et échelle du mouvement : la loi de Fitts dans le monde physique et dans les mondes électroniques

Yves Guiard et Michel Beaudouin-Lafon

Résumé

We have designed and implemented a new approach to Fitts’ classic pointing paradigm that assigns a central role to the scale variable. We use the so-called space-scale diagrams introduced in the human computer interaction field by Furnas and Bederson (1995). This new type of geometrical representation, which makes it possible to visualize variations of scale along with displacements in space, allowed us to analyze the continuous kinematics of navigation across a multi-scale (zoomable) electronic world.
The research we report in this chapter focuses on the borderline that separates an information world from the physical world. Our movements normally take place in a typically dynamical world, which involves the fundamental physical dimensions of mass, length and time. In contrast, the electronic worlds that humans have been facing over the past two decades are in essence purely kinematic, typically ignoring mass, and hence getting rid of all the natural constraints related to force, energy and power. Because of the kinematic nature of information worlds, their contents can be rescaled without limit, whereas objects of the real world, as has been known since Galileo Galilei, can be rescaled only to a limited extent.

Texte intégral

INTRODUCTION

Pointage et loi de Fitts

1Il y a plus d’un siècle que la psychologie scientifique s’intéresse au conflit entre la vitesse et la précision de nos mouvements. Inaugurée par Woodworth (1899), l’étude systématique de cette question a atteint sa maturité il y a exactement cinquante ans, quand Fitts (1954) a donné au paradigme expérimental du pointage le statut d’un paradigme classique de la psychologie expérimentale et a identifié la loi quantitative qui porte désormais son nom (pour une revue récente, voir Guiard et Beaudouin-Lafon, 2004).

2La loi de Fitts, dont la robustesse et la généralité ont été abondamment démontrées, nous dit que le temps minimal requis pour atteindre une cible de largeur W située à une distance D varie en fonction du logarithme du rapport D/W. Dans sa version généralement admise aujourd’hui (MacKenzie, 1992), la loi s’écrit :

3TM = k1 * log2 (D/W+1) + k2 (1)

4 TM désigne le temps de mouvement, où k1 et k2 représentent des coefficients ajustables (k1>0), et où le terme log2(D/W+ 1) désigne l’indice de difficulté (ID) de la tâche.

Pointage et échelle, dans le monde physique et dans les mondes d’information

5Dans les sciences du mouvement humain comme dans bien d’autres disciplines, l’échelle est un concept critique pour appréhender l’espace. Les notions d’échelle et d’espace sont à ce point consubstantielles qu’aucune problématique de l’espace ne peut raisonnablement faire l’impasse sur la variable d’échelle. Un objectif essentiel de ce projet a été d’identifier le statut, à notre avis nettement sous-estimé jusqu’à ce jour, du facteur d’échelle dans le pointage.

6Les mondes électroniques mis aujourd’hui à la disposition de tous par les sciences et technologies de l’information (STI) sont, pour la recherche fondamentale en psychologie, une occasion précieuse d’avancées conceptuelles. L’impact qu’ont exercé les STI sur la société est patent. Il n’échappe évidemment à personne, avec un recul de bientôt deux décennies, que l’ordinateur a transformé en profondeur la vie quotidienne des humains. Mais on tarde à réaliser dans les disciplines académiques traditionnelles – où l’on a tendance à réduire les STI à l’outil informatique si abondamment mis à contribution dans la pratique de la science – que les STI n’ont pas seulement donné naissance à des applications pratiques. Les STI sont aussi un gisement d’idées théoriques nouvelles de nature à renouveler certains de nos savoirs fondamentaux. Ainsi, la présente étude a été pour nous l’occasion de réexaminer le paradigme classique du pointage à la lumière de théories innovantes issues du milieu des chercheurs en informatique qui se réclament de l’interaction homme-machine (IHM). Comme nous l’expliquons ci-dessous, ce réexamen nous amène à proposer aujourd’hui une révision assez radicale de la manière dont on peut conceptualiser le pointage.

7Une option stratégique de ce projet a été d’appliquer au thème du pointage le principe du diagramme espace-échelle de Furnas et Bederson (1995), qu’illustrent les figures 1 et 2.

Figure 1 – Principe du diagramme espace-échelle de Furnas et Bederson (1995).
Un objet défini (à gauche) dans un plan xy est représenté (à droite) à divers niveaux de grossissement en utilisant deux axes spatiaux x et y et un axe d’échelle s.

Figure 2 – Navigation dans un diagramme espace-échelle.
À gauche, le rectangle représente la vue courante sur cet objet Au centre, cette vue conserve une taille constante à tous les niveaux de grossissement, donnant ainsi sur l’objet une information (à droite) d’autant plus détaillée, mais en même temps d’autant moins complète, qu’on la fait davantage monter sur l’axe de l’échelle (zoom avant = vers le haut).

8Cet outil de représentation permet de comprendre de manière intuitive les variations pertinentes d’une tâche de pointage donnée. Alors que, dans les figures 1 et 2, l’objet est une forme visuelle arbitraire, remarquons qu’une tâche de pointage peut être définie comme une forme beaucoup plus simple – un tri-point. Ces trois points spécifient sur un même axe la coordonnée courante du curseur ainsi que les coordonnées minimale et maximale de la position qu’il s’agit d’atteindre (respectivement les bords interne et externe de la cible). Les figures 3 et 4 montrent comment faire varier séparément l’échelle et la difficulté d’une tâche de pointage (Guiard, 2001).

Figure 3 – Variation homothétique d’une tâche de Fitts illustrée à trois niveaux d’échelle différents.
Dans ce diagramme espace échelle, les trois points qui, à quelque niveau d’échelle que l’on se place, définissent le point de départ du mouvement et les limites interne et externe de la cible, deviennent des rayons centrés sur le foyer de l’homothétie. Le rapport entre distance et largeur de cible étant conservé, ces trois variantes de la tâche ont le même niveau de difficulté.

Figure 4 – Variation de la difficulté d’un mouvement, à échelle constante.
L’amplitude du mouvement, contrôlé par une distance D constante, ne varie pas. Seule varie l’amplitude relative – l’amplitude en unités de tolérance – et donc l’indice de difficulté. (Noter que ceci n’est pas un diagramme espace-échelle, ces trois cas de figure correspondant à une seule et même position sur l’axe vertical de la figure 3).

9Ce principe de la représentation espace-échelle, qui a figuré dès le départ au cœur du projet, n’a jamais perdu cette position centrale. Toutes nos études ont été guidées par l’idée d’une séparation orthogonale de l’espace et de l’échelle.

Les limites de la loi de Fitts

10L’intérêt de la loi de Fitts (équation 1) réside dans son caractère abstrait et général (voir Mottet et al., 2001). Quelque vaste que soit son champ d’application, il reste qu’elle se heurte à une limite quantitative sur chacune de ses deux dimensions, celle de la difficulté et celle de l’échelle.

Une gamme de difficulté limitée

11En premier lieu, l’indice de difficulté dans une tâche de Fitts n’a de signification que jusqu’à 10 bits environ. Au-delà de ce maximum – c’est-à-dire pour un rapport D/W supérieur à 1 000 –, une tâche de Fitts devient humainement impraticable (Guiard et al., 2001). À notre connaissance, il n’existe pas, dans la littérature expérimentale classique, d’étude ayant proposé à des participants des ID supérieurs à 10 bits.

Figure 5 – La tâche utilisée par Fitts dans son étude historique (d’après Fitts, 1954).

12Pour augmenter un rapport, il faut en accroître le numérateur et/ou en réduire le dénominateur, mais, s’agissant de pointage humain, l’un et l’autre sont typiquement bornés. Essayons de maximiser l’ID dans la tâche de pointage de Fitts (1954) illustrée dans la figure 5. Il convient en premier lieu de pousser D à son maximum. Or, bien avant que l’écartement des cibles n’atteigne la distance d’un mètre, notre sujet ne pourra plus effectuer la tâche, pour des raisons qui relèvent aussi bien de la vision que de la biomécanique. Alors réduisons progressivement W : peut-être atteindrons-nous le millimètre, mais bientôt notre sujet sera rapidement en échec du fait des limites de résolution de la perception et de l’action humaines. Avec ces deux contraintes, nous obtenons un rapport maximal Dmax/Wmin qui plafonne vers 1 000, d’où un IDmax de l’ordre de 10 bits. Nous verrons plus bas (section sur le pointage multi-échelle) que cette limite supérieure de difficulté disparaît dès lors que le pointage devient multi-échelle, grâce à la variable du zoom.

Une gamme d’échelle limitée

13En second lieu, on ne peut faire varier l’échelle de la tâche de Fitts que dans une gamme assez étroite. Faire varier l’échelle, en l’occurrence, c’est modifier proportionnellement le numérateur et le dénominateur du rapport D/W. Imaginons d’abord que l’on miniaturise progressivement la tâche de la figure 5, en appliquant le principe illustré dans la figure 3. Par définition, l’ID sera conservé (l’homothétie n’affectant pas le rapport D/W), et pourtant nous allons inévitablement rencontrer un minimum d’échelle infranchissable, essentiellement contraint par Wmin. De la même manière, un agrandissement homothétique de la tâche de la figure 5 va rapidement se heurter à la limite Dmax. Ainsi, une fois défini un niveau de difficulté (un rapport D/W), la marge de manœuvre sur la dimension d’échelle est faible.

IMPACT DE L’ÉCHELLE DANS LE POINTAGE STANDARD : LES LIMITES DE LA LOI DE FITTS

  • 1 Nous sommes redevables à Olivier Goguey, qui a réalisé l’expérimentation rapportée dans cette secti (...)

14Cette section présente les résultats d’une étude1 visant à comprendre, par la modélisation mathématique et l’expérimentation, comment la loi de Fitts est mise en échec lorsque, à un niveau donné du rapport D/W, et donc de l’ID, on fait croître indéfiniment l’échelle de la tâche. Plus précisément, la présente étude montre comment, à partir d’un certain niveau critique d’échelle (caractéristique des effecteurs mobilisés dans le mouvement), la validité de la loi de Fitts se dégrade pour laisser progressivement la place à une loi de dépendance d’échelle : le TM en vient à dépendre de l’amplitude absolue du mouvement (mesurée par D), et donc de l’échelle, en contradiction avec la loi de Fitts.

Principe de l’expérience

15On s’intéresse ici aux mouvements humains réalisables sur une gamme d’amplitude ouverte, sans butée physique. C’est le cas, par exemple, du pointage locomoteur, qui, à notre connaissance, n’a jamais été considéré dans la littérature : si, au lieu de mouvoir la main à partir d’une position stationnaire (auquel cas on est limité à une amplitude de l’ordre du mètre), on consent à se déplacer soi-même, alors n’importe quelle distance peut être couverte – ce n’est plus qu’une question de temps.

16Cette nouvelle variante du paradigme du pointage nous affranchit de la limite supérieure d’amplitude propre aux mouvements à gamme d’amplitude bornée utilisés dans le paradigme classique (par exemple, celui de Fitts, 1954, avec la tâche de tapping, ou celui de Meyer et al., 1988, 1990, qui ont utilisé un mouvement de rotation du poignet). Il devient dès lors possible de poser la question des possibles limites d’échelle de la loi de Fitts.

17Nous avons utilisé le protocole de pointage unidimensionnel réciproque (fig. 6). Deux cibles colorées, représentées par des bandes verticales placées à une distance fixe, étaient disposées à gauche et à droite de l’écran. Leur largeur variait d’une condition à l’autre de manière à manipuler le rapport D/W, et donc l’ID (voir figure 4).

Figure 6 – Le matériel expérimental.
Au premier plan, décalé sur la gauche, le joystick servant à contrôler les mouvements du curseur.

18Le pointeur, une simple ligne verticale, représentait un véhicule motorisé doté d’inertie et de friction, et dont les déplacements obéissaient aux lois de la dynamique classique. Avec ce véhicule virtuel, schématisé à l’extrême mais au comportement physiquement réaliste, les participants avaient pour tâche de réaliser le plus grand nombre possible d’allers et retours en un temps donné, en rebroussant chemin à l’intérieur de chaque cible. La manette des gaz d’une console de jeu, qui disposait d’un retour élastique vers son orientation neutre, permettait de contrôler l’accélération du mobile dans les deux directions.

19Nous avons fait varier l’échelle de la tâche, à plusieurs niveaux d’ID, en jouant sur le gain de la commande d’accélération. Plus faible était le gain de l’accélérateur, plus petite était la vitesse maximale de déplacement du véhicule, un effet interprétable au choix comme une réduction d’échelle du véhicule par rapport aux dimensions de la tâche, maintenues constantes, ou bien comme un grossissement de la tâche par rapport au véhicule supposé de taille constante. Dans ce qui suit, nous aurons recours exclusivement à ce second mode de description, puisque cette étude concerne les effets exercés par les variations d’échelle de la tâche sur les performances de l’acteur humain.

Analyse théorique

Notion d’intervalle d’isochronie sur la variable d’échelle

20Une implication évidente de l’équation 1 est la constance du TM tant que le rapport D/W, et donc l’ID, ne varie pas. La loi de Fitts est une loi d’invariance d’échelle, plus précisément une loi d’isochronie : le temps d’exécution du mouvement reste inchangé aussi longtemps que D et W varient de manière proportionnelle.

21Les données de la littérature confirment ce principe d’isochronie pour des gammes de variation d’échelle assez restreintes, avec quelques exceptions (Gan et Hoffmann, 1988 ; Danion, Duarte et Grosjean, 1999). En fait, ces exceptions ne sauraient nous surprendre puisque la loi de Fitts ne peut être valide qu’à l’intérieur de limites d’échelle bien définies.

22Considérons une tâche de pointage dans laquelle le sujet doit pointer avec le doigt sur une cible dessinée sur une table. Supposons qu’il y ait trois conditions :

23Condition 1 : D = 10 cm, W = 1 mm

24Condition 2 : D = 50 cm, W = 5 mm

25Condition 3 : D = 100 m, W = 1 m.

26Dans les trois cas, le rapport D/W vaut 100, et donc l’ID reste le même. Ce qui varie, c’est l’échelle de la tâche, par homothétie. Or, si l’on peut s’attendre à enregistrer un TM similaire dans les deux premières conditions, on peut prédire sans grand risque que le ΤM va croître fortement de la condition 2 à la condition 3. Les figures 7 et 8 expliquent pourquoi cette violation de la loi de Fitts est inévitable à grande échelle.

Figure 7 – Profil temporel de vitesse pour deux mouvements de difficulté identique mais d’amplitudes inégales, à petite échelle.
La surface sous la courbe (le produit vitesse x temps) définit l’amplitude du mouvement La valeur maximale de vitesse définit un plafond (la zone inaccessible est représentée en hachuré).

27L’isochronie exprimée par la loi de Fitts est due au fait que, pour des mouvements à petite échelle (comme par exemple les conditions 1 et 2 ci-dessus), le participant est en mesure de rescaler (voir note 4, p. 350) sa vitesse pour couvrir une plus grande distance dans le même temps. On observe alors des profils de vitesse en cloche, profils typiques des mouvements de pointage étudiés dans la littérature (par exemple, Jeannerod, 1981), et composés d’une phase d’accélération et d’une phase de décélération enchaînées sans transition.

28Mais tout mouvement biologique possède une limite supérieure de vitesse : dès lors, pour continuer d’accroître l’amplitude au-delà de A2 dans la figure 7, il va falloir étaler la courbe dans le temps, et le temps requis pour exécuter le mouvement ne pourra plus être conservé. La cinématique du pointeur va inévitablement présenter un plateau de vitesse dont la durée va s’ajouter à celle du profil initial (fig. 8). Toute nouvelle augmentation de D se traduira dès lors par l’allongement de ce plateau de vitesse, et donc du ΤM : on atteint un niveau critique d’échelle à partir duquel la loi de Fitts va nécessairement se dégrader et perdre peu à peu sa validité.

Figure 8 – Profil temporel de vitesse pour deux mouvements de difficulté identique mais d’amplitudes inégales, à un niveau d’échelle plus élevé. TA TP et TD désignent les temps d’accélération, de plateau et de décélération.

29La figure 9 illustre, dans un diagramme espace-échelle, une variation continue de l’échelle d’une tâche de pointage pour un ID donné, dans le cas du mouvement discret. Dans ce diagramme, les trois points qui définissent la tâche à un niveau donné d’échelle (le point de départ du mouvement, le bord interne et le bord externe de la cible) deviennent des demi-droites.

30Sur l’axe de l’échelle z, on rencontre deux points singuliers :

  • vers le bas, un niveau minimal zmin en dessous duquel le pointage est impossible en raison de la résolution nécessairement limitée du système perceptuo-moteur (ci-dessous on n’explorera pas cette limite) ;

  • plus haut, un niveau critique d’échelle zc au-dessus duquel le système ne peut plus rescaler sa vitesse moyenne vers le haut, parce qu’il utilise déjà la totalité de sa puissance. Quand z = zc, le pointeur couvre son niveau d’amplitude critique Ac. Au-delà, la tâche reste réalisable, mais au prix d’une altération qualitative de la cinématique du mouvement, avec l’apparition d’un plateau de vitesse.

Figure 9 – Variations d’échelle d’une tâche de pointage de Fitts, représentées selon le principe du diagramme espace-échelle de Fumas et Bederson (1995).
Les quatre rayons correspondent de gauche à droite, ou point de départ du mouvement au bord proximal de la cible, à son centre et à son bord distal. AA, AP et AD dénotent respectivement (à un niveau arbitraire z d’échelle) l’amplitude couverte par l’accélération, le plateau et la décélération du mouvement.

31Pour un effecteur à gamme d’amplitude ouverte, l’intervalle d’échelle entre zmin et zc est le seul intervalle dans lequel la loi de Fitts soit physiquement possible, parce que la vitesse ne se heurte jamais à son plafond : c’est ce que nous désignons comme l’intervalle d’isochronie. C’est dans cet intervalle d’isochronie que s’inscrivent les tâches de pointage de la littérature. Ce n’est qu’à l’intérieur de cet intervalle, où le TM est toujours fortement influencé par le rapport D/W qui détermine la difficulté du mouvement, que l’indépendance d’échelle du TM est possible (encore que non nécessaire).

Prédiction du TM au-delà de l’intervalle d’isochronie

  • 2 Dans une tâche de pointage qui requerrait du participant qu’il se déplace réellement à pied, le mai (...)

32Dès lors que le pic de vitesse atteint le maximum permis par la puissance du système, il n’est plus possible de continuer, au-delà de zc, à augmenter l’amplitude du mouvement à temps constant. À supposer que le sujet applique bien la consigne de minimisation du TM, le pic de vitesse de son mouvement doit être égal à Vmax, son plafond absolu de vitesse, et ce plafonnement doit se maintenir pendant toute la durée du plateau de vitesse nécessaire pour couvrir l’excès de distance2 Dz Ac. La durée du plateau de vitesse est alors donnée par :

33Pour z > zc

34TPz = l/Vmax *(DzAc)·(2)

35Par ailleurs, la consigne de minimisation du TM exige que les processus d’accélération et de décélération, en butée sur leurs valeurs maximales, restent constants quand D > Ac. Si l’on appelle TMC le temps de mouvement dans l’intervalle d’isochronie (TMC = TAC + TDC), alors le temps de mouvement au-delà de cet intervalle est :

36Pour z > zc

37TMz = TMC + 1/Vmax * (DzAc). (3)

Figure 10 – Relation entre le TM et l’échelle de la tâche quand z>zc

38Ainsi, quand D > Ac, le TM devient une fonction affine de l’excès d’amplitude Dz – Ac (fig. 10). Pour déterminer Dz – Ac, il nous faut évaluer empiriquement Ac. Une méthode est de définir Ac comme la valeur d’amplitude effective observée au niveau d’échelle pour laquelle un plateau de vitesse commence à apparaître. Mais on peut déduire une estimation de A c des constantes du système, moyennant deux hypothèses simplificatrices : nous supposerons que l’accélération est constante, en butée sur son maximum amax, et que le profil de vitesse est symétrique (les amplitudes couvertes par l’accélération et la décélération sont identiques). Ces hypothèses nous permettent de poser que

39AA = 1/2 Vmax2 / amax (4)

40AA = AD (5)

41ce qui conduit à

42Pour z > zc

43TMz = TMC + 1/Vmax * [Dz – (V max2/amax)]. (6)

44Si Ac ne peut pas être estimée selon le critère de l’émergence du plateau de vitesse, l’équation 6 peut remplacer l’équation 3. Dans tous les cas, il apparaît clairement que, pour un ID constant, lorsque la valeur critique d’échelle est dépassée, le TM commence à dépendre du facteur d’échelle par l’intermédiaire de Dz : l’invariance d’échelle de la loi de Fitts est brisée.

Optimisation de l’amplitude pour les mouvements à grande échelle

  • 3 Noter que la distance D et l’amplitude A sont soigneusement distinguées dans ce texte. D désigne la (...)

45Dans l’intervalle d’isochronie, jusqu’au niveau zc, on peut prévoir que l’amplitude couverte sera en moyenne approximativement égale à la distance de la cible, c’est-à-dire que A D, le sujet ayant intérêt à viser le milieu de la cible pour minimiser le risque d’erreur3.Toutefois, une telle stratégie n’est plus optimale à grande échelle : il devient souhaitable de pointer en deçà du centre de la cible (A < D), puisqu’on peut parfaitement le faire sans accroître le taux d’erreur.

46L’optimum de Az pour tout z > zc se calcule aisément. Si le sujet continue d’appliquer à grande échelle les consignes de la tâche de pointage de Fitts, alors les conditions cinématiques de la décélération seront invariables et identiques à celles qui prévalaient au niveau d’échelle critique : le freinage va commencer à partir de la même vitesse de croisière, égale à Vmax, et le processus de décélération se déroule identiquement pour tout z > zc. La stratégie optimale consiste donc à pointer à une distance constante au-delà du bord proximal de la cible. Cette distance correspond à la demi-largeur de la cible à l’échelle critique, soit 1/2 Wc (fig. 11).

Figure 11 – Calcul de l’optimum théorique d’amplitude dans le pointage à grande échelle. Pour tout z > zc, le freinage doit se terminer juste au-delà du bord proximal de la cible, la distance de dépassement correspondant au segment EF, égal à 1/2 Wc La zone hachurée correspond aux valeurs d’échelle inférieures à zmin, pour lesquelles le pointage est impossible.

47On en déduit ainsi que, pour z > zc,

48Az = Dz - 1/2 Wz + 1/2 Wc

49Ce qui, une fois adapté au protocole réciproque, devient :

50AZ = DZ - WZ + WC (7)

51 Dz et Wz sont des longueurs qui varient proportionnellement avec z, tandis que Wc, la tolérance effective (c’est-à-dire la dispersion) du mouvement au niveau d’échelle critique zc, reste constante. Ainsi, plus l’échelle augmente, plus A devient petit par rapport à D, sans effet sur le taux d’erreur.

Loi chronométrique avec optimisation de l’amplitude

52L’équation 7 nous permet de reformuler l’équation 6 en remplaçant Dz par Az, c’est-à-dire en nous débarrassant de l’hypothèse intenable que A = D à toutes les échelles z > zc.

53Comme on l’a déjà noté, TMC = k1 et 1 /Vmax = k2 sont des caractéristiques du système. De plus, Wc (Vmax2/ amax) = k3 ne fait intervenir que des constantes du système d’effection. Ainsi, l’équation 8 utilise comme seules variables indépendantes les mesures objectives de la tâche Dz et Wz, la relation étant de la forme :

54TM = k1 + k2 (Dz – Wz + k3)

Résultats et discussion

55Les données expérimentales rapportées ci-après sont des moyennes établies sur nos sept participants, les configurations de données étant intra-et interindividuellement robustes.

Effet de l’échelle sur les profils de vitesse

  • 4 Les termes « rescaler », « rescalable » et « rescalabilité » sont des néologismes indispensables da (...)

56L’examen des profils de vitesse conforte nos prédictions, comme le montrent les figures 12 et 13. S’il y a, aux niveaux inférieurs d’échelle, une modulation nette et systématique de la durée des phases d’accélération et de décélération du mouvement sous l’effet de l’ID – ce qui confirme simplement la loi de Fitts à l’intérieur de l’intervalle d’isochronie, cette modulation s’évanouit entièrement quand l’échelle croît. À partir du troisième niveau d’échelle, la durée de ces deux phases devient rigoureusement constante. En revanche, la durée du plateau de vitesse, le troisième composant du TM – et le seul qui soit indéfiniment rescalable4 –, s’élève linéairement avec l’échelle, comme l’illustre la figure 14.

Figure 12 – Durée de la phase d’accélération en fonction de la distance.

Figure 13 – Durée de la phase de décélération en fonction de la distance.

Figure 14 – Durée de la phase de plateau en fonction de la distance.

Amplitude et difficulté de la tâche

57Au cœur du paradigme de Fitts figure la volonté de faire varier, à travers la manipulation de D et de W, respectivement l’amplitude et la variabilité spatiale du mouvement. Quand l’expérimentateur manipule W à un niveau constant de D (manipulant de ce fait le rapport D/W, et donc l’ID), il entend normalement faire varier la dispersion des pointages sans affecter l’amplitude du mouvement. En fait, la figure 15 montre bien que cette attente n’a été à peu près satisfaite que dans la condition d’échelle la plus basse (D = 650 pixels). Plus la distance à couvrir augmente, plus se réduit le rapport A/D, en violation du paradigme de Fitts mais conformément à notre prédiction (équation 8).

Figure 15 – Variation du rapport A/D en fonction de la difficulté de la tâche.

58Cela signifie que les sujets ont optimisé l’amplitude de leurs mouvements en rebroussant chemin avant d’atteindre le centre de la cible, dès lors que celle-ci était d’une largeur suffisante. En tout état de cause, il est clair que le paradigme de Fitts est mis en échec aux grandes échelles, en ce sens que la manipulation de la distance inter-cibles ne permet plus à l’expérimentateur de contrôler, via la variable D, l’amplitude réelle des mouvements.

59La figure 16 illustre cet effet en montrant l’amplitude effective du mouvement en fonction de la distance à couvrir, pour le niveau de difficulté le plus bas utilisé dans l’expérience (ID = 2,7 bits). Outre les mesures expérimentales, la figure présente deux courbes théoriques, l’une correspondant au cas où le pointage se termine en moyenne sur le centre des cibles (A = D) et l’autre correspondant à l’hypothèse d’un undershoot optimal (et sans erreur) exprimée par l’équation 8.

60L’amplitude des mouvements a été optimisée par les participants : A s’écarte systématiquement de D, et ce d’autant plus que l’échelle croît. La pente de l’amplitude observée est assez précisément celle que prédit l’équation 8. Quant à l’ordonnée à l’origine de la relation, elle est légèrement décalée : les sujets ont pointé un peu plus loin que nécessaire, compte tenu des caractéristiques dynamiques de leur pointeur.

Figure 16 – Amplitude effective du mouvement en fonction de la distance à couvrir.

Effet de l’échelle sur la pente de la loi de Fitts

61La pente de la loi de Fitts, c’est-à-dire de la relation linéaire liant le TM à l’ID, mesure la sensibilité du TM aux variations de l’ID. Une approche naïve prédit une pente constante à toutes les échelles (ligne horizontale pointillée dans la figure 17).

62On pourrait s’imaginer, à partir de notre modélisation, que la pente de la loi de Fitts doit tendre asymptotiquement vers zéro avec une croissance indéfinie de l’échelle, puisque le rapport D/W, en tant que déterminant du TM, doit peu à peu s’effacer devant l’amplitude absolue. La figure 18 explique pourquoi il ne peut pas en aller ainsi : lorsque la tâche est rescalée au-delà du niveau critique d’échelle, le pourcentage de pénétration dans la cible (qui par construction vaut 50 % quand le mouvement s’arrête au centre) se réduit de façon monotone, et ce d’autant plus que la cible est plus large et l’ID plus bas. En fait, plus l’échelle croît, plus l’amplitude couverte tend à se rapprocher du minimum D – W, la distance séparant les bords internes des deux cibles (équation 8). Ce n’est pas simplement que la loi de Fitts devienne fausse au-delà de Zc : en réalité, le paradigme de Fitts n’est plus applicable. D’une part, D ne coïncide plus avec l’amplitude du mouvement puisque seule compte, au-delà du niveau critique d’échelle, la distance au bord interne de la cible ; d’autre part, W ne coïncide plus avec la tolérance du mouvement, puisque la dispersion du mouvement devient une constante. L’ID, en d’autres termes, ne rend plus compte des caractéristiques pertinentes de la tâche.

Figure 17 – Pente de la loi de Fitts.

Figure 18 – Pourcentage de pénétration de la cible en fonction de la distance à couvrir.

63Notre modèle prédit en fait que la pente de la loi de Fitts doit croître linéairement avec l’échelle, non pas parce que l’ID est de plus en plus influent, mais pour la raison que l’on vient juste de donner : plus l’échelle croît, plus on vise court, mais comme un rétrécissement de la cible contrecarre cet effet, on obtient une influence de l’ID, mais une influence indirecte et entièrement factice. La figure 17 montre que les points expérimentaux, après s’être écartés de la pente observée au niveau d’échelle le plus bas, rejoignent la prédiction du modèle. Tandis que la loi de Fitts, loi d’amplitude relative et donc loi d’invariance d’échelle, est valide pour les petites échelles, à plus grande échelle une loi d’amplitude absolue prend le relais.

64Le fait qu’une loi de dépendance d’échelle s’impose peu à peu quand le pointeur doit couvrir des distances de plus en plus grandes n’a sans doute rien de surprenant. Il nous paraît cependant important, dans la perspective d’une meilleure compréhension du paradigme du pointage, de tenter d’appréhender les deux lois ensemble, et de comprendre la transition de l’une à l’autre. Nous travaillons actuellement à concevoir une formulation générale de la relation liant le TM à la géométrie et à l’échelle de la tâche dans laquelle la loi de Fitts apparaîtra comme un cas particulier.

LE POINTAGE MULTI-ÉCHELLE : EXTENSION DU PARADIGME DE FITTS AUX MONDES ÉLECTRONIQUES ZOOMABLES

Au-delà de la barrière des 10 bits : la loi de Fitts dans les mondes électroniques zoomables

65Dans les conditions habituelles, un humain peut au maximum couvrir avec le bras une distance D d’un mètre environ tandis que la précision du mouvement pour sélectionner la cible peut difficilement descendre en dessous du millimètre. Le pouvoir différenciateur mis en jeu dans un pointage manuel ordinaire bute par conséquent sur un rapport maximal D/W de l’ordre de 1 000, soit un ID de l’ordre de 10 bits (équation 1).

66Pourquoi le rapport D/W se heurte-t-il à une telle limite supérieure ? Il s’agit en fait d’une contrainte qui pèse sur tous les mouvements que nous effectuons dans le monde réel. Ce monde est d’essence dynamique – au sens où sont mises en jeu les trois dimensions physiques fondamentales que sont la masse, la longueur et le temps (MLT). Nos mouvements sont contraints par la matière. Les mouvements du bras, du fait des butées physiques auxquelles ils se heurtent, ne disposent que de gammes d’amplitudes bornées (par exemple, environ 1 mètre pour les translations de la main chez un humain assis). On ne peut ainsi augmenter D indéfiniment sans atteindre une borne supérieure d’amplitude au-delà de laquelle on passe au pointage locomoteur étudié dans la section précédente. On ne peut pas non plus réduire indéfiniment W sans atteindre bientôt une limite infranchissable de résolution.

67L’étude expérimentale présentée dans cette section part de l’observation que la limite des 10 bits doit disparaître dans les environnements électroniques, qui sont de nature purement cinématique, en ce sens qu’ils ne mettent en jeu que les dimensions physiques de la longueur et du temps (LT). Il est aisé de constater en effet que les logiciels courants (tableurs, traitements de texte ou d’image, atlas géographiques, etc.), dès lors qu’ils sont équipés du zoom, nous permettent d’atteindre des cibles très rapidement sans être préoccupés par des rapports très supérieurs à 1 000. Par exemple, dans le cas d’un atlas électronique, on peut en quelques secondes atteindre et sélectionner une cible de petite dimension comme le jardin du Luxembourg à Paris en partant de n’importe quelle ville de Nouvelle-Zélande. Il suffira de faire un zoom arrière, de manière à obtenir une vue globale de la planète, de franchir ensuite les continents et les océans, puis d’enchaîner une succession de zooms avant et de déplacements jusqu’à obtenir un plan détaillé de Paris, et enfin, de cliquer sur le jardin du Luxembourg.

68Nous avons, certes, affaire à un environnement électronique, mais il s’agit toujours bel et bien d’un pointage dont les paramètres sont parfaitement définis : D = 19 000 km et W – 0,4 km, donc D/W = 47 500 et ID = 15,5 – une valeur très largement supérieure à la barrière des 10 bits évoquée ci-dessus. D’où vient que cette barrière ait disparu ? Du fait que les mondes électroniques sont librement rescalables, et cela précisément parce que, à la différence du monde physique réel, ils relèvent de la pure cinématique.

69Ainsi, dans le contexte nouveau des mondes électroniques multi-échelle (ou zoomables), on peut effectuer des mouvements de pointage incomparablement plus difficiles que dans le monde réel. Une question simple se pose : la loi de Fitts est-elle valide pour n’importe quel niveau de difficulté, c’est-à-dire sur une gamme d’ID s’étendant largement au-delà des 10 bits de la littérature ? Pour aborder cette question, nous avons réalisé une expérience de pointage sur ordinateur avec zoom, au cours de laquelle nos sujets devaient cliquer sur deux cibles colorées séparées d’une distance variant entre huit fois (ID = 4 bits) et un milliard de fois (ID = 30 bits) leur diamètre.

70Nous avons utilisé le protocole de pointage dit réciproque : il s’agissait, en passant alternativement de l’une à l’autre, de cliquer sur un nombre maximum de cibles en un temps donné, dans des conditions de difficulté variables. Les sujets disposaient d’une souris, manipulée avec la main droite, et de la manette des gaz d’une console de jeux, manipulée avec la main gauche (voir la figure 19). Les déplacements de la souris permettaient de faire défiler l’espace bidimensionnel des cibles sur l’écran, tandis que la manette des gaz permettait de contrôler un puissant zoom continu. Les sujets devaient faire coïncider la cible avec une mire fixe placée au centre de l’écran, et valider leur pointage par un clic de souris.

Figure 19 – Le dispositif expérimental.

71Nous ne nous intéressions pas, dans cette étude, aux fonctions cognitives supérieures impliquées dans l’orientation spatiale, mais bien au parcours de l’espace appréhendé comme une fonction sensorimotrice de base. C’est pourquoi nous avons offert à nos sujets un espace entièrement texturé de cercles concentriques disposés autour de la cible à atteindre : dès que l’une des cibles était sélectionnée, la structure concentrique se déplaçait autour de l’autre cible. Une telle texture, comme l’illustre la figure 20, évite qu’un sujet puisse jamais se perdre : à chaque instant, les arcs interceptés dans la vue spécifient à la fois la direction et le sens du trajet à suivre (la droite perpendiculaire à la tangente, dans le sens interne), et la distance qu’il reste à parcourir (le rayon, soit l’inverse de la courbure, spécifiant la distance de la cible).

72Les sujets ont tous aisément maîtrisé la tâche jusqu’au niveau de difficulté le plus élevé. Ce fait mérite considération à lui seul si l’on songe que dans la condition la plus difficile (D/W = 109, ID = 30 bits), la tâche représentait l’équivalent d’un pointage sur des cibles de 1 centimètre de diamètre situées à 10 000 kilomètres l’une de l’autre. Il y a là un élargissement substantiel du paradigme de Fitts : l’étude classique du pointage, qui intéresse depuis longtemps les sciences cognitives et les neurosciences, s’étend désormais à un contexte inédit, celui du pointage dans les mondes d’information multi-échelle.

Figure 20 – Une partie du plan dans lequel le sujet pouvait déplacer la vue est montrée en gris, la vue mobile apparaissant comme un rectangle clair. Le vecteur spécifiant la direction de la cible et le rayon ont été ajoutés ici pour les besoins de l’explication.

73Le résultat principal de l’expérience a été que le temps moyen de pointage était proportionnel à l’ID (figure 21). Il est à noter que la relation illustrée, linéaire au sens strict (c’est-à-dire sans ordonnée à l’origine), est plus simple que celle que l’on a classiquement observée dans la gamme étroite d’ID accessible au pointage uni-échelle classique (2-10 bits). Nous aboutissons ainsi à une généralisation de la loi de Fitts au cas des environnements d’information multi-échelle, avec une extension considérable de la gamme explorée sur l’axe de la variable indépendante.

Figure 21 – La loi de Fitts sur notre très large gamme d’indices de difficulté.

74Les résultats de cette expérience sont pleinement compatibles avec l’hypothèse simple d’une capacité constante de traitement (ou de transmission) de l’information, que Fitts (1954) avait suggérée à l’origine, en s’inspirant de la théorie de Shannon et Weaver (1949). Dans un monde multi-échelle, en effet, le pointage manuel devient analogue à la tâche consistant à spécifier une carte parmi Ν cartes au moyen d’une succession de choix hiérarchiques. Si le paquet compte 8, ou 16, ou 32 cartes (c’est-à-dire 23, 24 ou 25 cartes), la cible sera atteinte après 3, 4 ou S choix dichotomiques et, dès lors, le temps nécessaire pour identifier la carte doit varier comme log2N.

75Enfin, l’expérience a permis d’établir que l’amplitude couverte par les sujets sur la dimension du zoom (c’est-à-dire l’écart minimum-maximum moyen couvert sur la dimension de l’échelle à l’occasion de chaque pointage) suivait également une loi quantitative simple en fonction de l’ID. Comme l’illustre la figure 22, cette amplitude varie linéairement avec l’ID. En d’autres termes, la courbure du chemin dans un diagramme espace-échelle est bien une fonction simple de l’information à traiter, comme Furnas et Bederson (1995) l’avaient supposé dans une analyse purement théorique du problème.

Figure 22 – Amplitude du zoom en fonction de la difficulté.

76Outre l’intérêt proprement fondamental de cette recherche, nous y voyons un intéressant potentiel d’application en interaction homme-machine. Il est clair que si le zoom, depuis le début des années 1990, a revêtu une importance pratique croissante, c’est bien parce que les espaces d’information dans lesquels nous naviguons n’ont cessé de devenir de plus en plus vastes. En contribuant à améliorer la compréhension de l’accès à l’information dans les mondes électroniques zoomables, le paradigme expérimental du pointage multi-échelle que nous définissons dans cette étude est susceptible d’aider les concepteurs d’interfaces à améliorer, grâce à de meilleures évaluations expérimentales, les possibilités de nos logiciels.

Le problème de la coordination pan-zoom

77Le pointage multi-échelle se distingue du pointage classique, uni-échelle, notamment en ceci qu’il requiert le contrôle conjoint d’au moins deux degrés de liberté : il faut faire varier à la fois la position du pointeur le long d’une ligne ou dans un plan (c’est la composante de pointage, conventionnellement désignée dans le contexte des espaces zoomables comme le panoramique ou pan) et le niveau d’échelle (le zoom). Ceci fait surgir la question de la coordination : comment s’organisent dans le temps, lors de la navigation multi-échelle, les variations du pan et du zoom ?

78L’abondante littérature expérimentale consacrée à l’étude de la coordination, dans laquelle domine l’approche des systèmes dynamiques non linéaires, n’apporte pas les clés dont nous avons besoin. Le paradigme standard de la coordination entre deux effecteurs (Kugler et Turvey, 1987) s’inspire typiquement du modèle physique des oscillateurs couplés mettant en jeu deux ou plusieurs effecteurs oscillants entre lesquels, en raison d’un lien de couplage, s’établit une interaction d’où émergent des patterns. Mais le lien qui unit le pan et le zoom va au-delà du simple couplage. Comme le zoom contrôle le gain de l’action, l’effet d’un mouvement de pan est à chaque instant entièrement dépendant de l’état du zoom. Selon l’état courant du zoom, une action donnée de la commande de pan (par exemple déplacer la souris de 2 centimètres vers la gauche) peut aussi bien occasionner, dans l’espace d’information qui seul compte du point de vue de l’action en cours, un déplacement de quelques mètres ou un déplacement de plusieurs centaines de kilomètres.

79Dans cette section, nous porterons notre attention sur une seule phase du pointage multi-échelle, le zoom avant, dont l’effet est de magnifier le document dans la vue. Nos études ont montré en effet que, lors de la phase initiale de zoom arrière visant à faire rentrer la région cible dans la vue, l’action ne comporte que du changement d’échelle à l’exclusion de toute action de pan. Le problème de la coordination ne s’y pose donc pas (Bourgeois et Guiard, 2001 ; Bourgeois, Guiard et Beaudouin-lafon, 2002).

80Appréhendée dans la géométrie espace-échelle de Furnas et Bederson (1995), la question de la coordination pan-zoom se ramène à une question de forme de trajectoire. Une coordination pan-zoom strictement sérielle, sans recouvrement temporel des actions, donnera lieu à une trajectoire hachée, constituée d’une alternance de segments horizontaux et de segments verticaux, représentée dans la partie supérieure de la figure 23. Cette figure illustre également l’autre cas extrême, celui de la coordination strictement parallèle où le pan et le zoom avant progressent tous deux à cadence constante (diagonale).

Figure 23 – Visualisation de la coordination pan-zoom lors de la phase du zoom avant.
En haut : trajectoires théoriques correspondant à une coordination strictement sérielle (MSL : minimal serial path) et à une coordination strictement parallèle (ML : Minimal path). En bas : deux exemples de trajectoires observées chez un participant entraîné (à gauche) et chez un débutant (à droite). Noter que les axes du pan et du zoom sont normalisés : sur chaque axe, la valeur 1 correspond à la valeur initiale mesurée au début de la phase de zoom avant, et la valeur 0 à la valeur finale mesurée au moment où la cible reçoit un click de souris.
IC : indice de coordination.

81Nous avons développé une méthode permettant d’estimer cette coordination quantitativement (Bourgeois et Guiard, 2001). Notre méthode exploite le fait que, dans l’espace de la figure 23, la longueur de la trajectoire mesure le degré de parallélisme avec lequel le pan et le zoom avant ont évolué au cours de la progression vers la cible. Comme nous normalisons les deux axes à l’intervalle [0 ; 1], la diagonale, qui correspond au parallélisme parfait, vaut √2, tandis que n’importe quelle trajectoire faite de segments perpendiculaires (city-block), caractéristique d’une coordination strictement sérielle, vaut 2. Dès lors, nous pouvons définir notre indice de coordination (IC) comme suit :

82IC = (LM – √2)/(2 – √2), (9)

83 LM dénote la longueur de la trajectoire mesurée.

84Si LM = √2 (strict parallélisme), alors IC = 0, ce qui définit l’origine de notre échelle de mesure. Si LM = 2, alors, IC = 1, une valeur obtenue dans le cas où la coordination a été strictement sérielle, mais sans déperdition, c’est-à-dire sans que la trajectoire se soit jamais éloignée du but, de coordonnées (0,0). Un avantage de cette échelle de score est qu’elle nous permet de détecter à coup sûr toute trace de parallélisme : il est, en effet, impossible d’obtenir un IC < 1 sans produire des portions de trajectoires obliques.

85La figure 24 montre les données fournies par une étude (Bourgeois et Guiard, 2002) dans laquelle nous avons comparé divers dispositifs d’entrée dans un plan expérimental qui combinait deux facteurs : la nature du dispositif de contrôle du zoom (une roulette de souris vs un mini-joystik IBM) et la distribution des degrés de liberté entre les mains (utilisation uni-manuelle, comme dans la pratique courante, vs bi-manuelle, avec le zoom confié à la main non préférée). En premier lieu, il y a eu incontestablement du parallélisme entre le pan et le zoom dans l’expérience, puisqu’une bonne partie de nos mesures de l’IC tombent en dessous de 1. En second lieu, ce parallélisme est spécifique à certaines de nos conditions, la division intermanuelle des tâche apparaissant comme un facteur facilitant. Enfin, le parallélisme est fortement lié à la vitesse de performance (le temps de zoom avant, ZiT, est d’autant plus court que l’IC, se rapprochant de zéro, révèle davantage de parallélisme).

Figure 24 – Relation entre le temps de zoom avant (Z1T) et l’indice de coordination.
Chaque point correspond à un participant individuel utilisant un dispositif d’entrée : WI, W2 : roulette de souris utilisée en condition uni-et bi-manuelle ; W3, W4 : mini-joystick de souris utilisée en condition uni- et bi-manuelle.

ÉPILOGUE : IMPORTANCE DU FACTEUR D’ÉCHELLE POUR L’ÉTUDE DU MOUVEMENT HUMAIN ET AU-DELÀ

86La recherche rapportée dans ce chapitre, qui s’intéresse au thème du mouvement orienté vers un but, étudié dans la perspective inaugurée il y a exactement un demi-siècle par Fitts (1954), accorde une importance inusitée à la notion d’échelle. Ce traitement systématique de la variable d’échelle nous a conduits à proposer une révision de l’espace conceptuel du paradigme du pointage, à relativiser le principe d’isochronie, et à étendre le paradigme aux mondes d’information multi-échelle.

Révision de l’espace conceptuel du paradigme du pointage

87Au niveau le plus fondamental, ce travail repose d’abord sur un examen critique du nombre et de l’identité des variables indépendantes qui constituent le paradigme du pointage (Guiard, 2001). Depuis Fitts (1954), l’usage a été de raisonner en termes de distance, de tolérance et de difficulté. Constatant qu’il est impossible de démêler logiquement ces trois variables, nous avons montré qu’il est possible de capturer l’essence de notre problème avec un nouvel ensemble de deux variables indépendantes, celles-là rigoureusement orthogonales l’une par rapport à l’autre : la difficulté, définie comme une amplitude relative et donc comme une forme, et exprimable comme un rapport sans dimension (ou comme le logarithme de ce rapport), et l’échelle, définie comme une amplitude absolue possédant la dimension d’une longueur.

88Cette révision théorique clarifie le paradigme classique du pointage. Elle permet en particulier de dissiper un faux problème empirique qui a longtemps encombré les esprits, celui de l’effet de la tolérance définie comme une longueur : le problème était mal posé puisque si l’on fixe l’amplitude, l’effet de la tolérance s’identifie inévitablement à celui de la difficulté de la tâche. On comprend rétrospectivement pourquoi les résultats publiés sur ce sujet paraissent embrouillés. Ensuite, et surtout, la nouvelle approche permet de se prémunir contre certaines confusions factorielles dont l’effet a été d’introduire du bruit statistique dans les données de la littérature classique (Guiard, 2001).

89En même temps, nous voyons s’ouvrir devant nous de nouvelles directions de recherche concernant le rôle de l’échelle dans la détermination des lois du mouvement humain. Les questions qui se posent, inaccessibles tant que l’on ne se donne pas un concept d’échelle explicite, sont assez évidentes dans la nouvelle approche, et assurément traitables. Nous sommes invités non seulement à élargir la définition de notre objet, le mouvement, en incorporant le pointage de type locomoteur, mais encore à nous affranchir des contraintes de notre environnement physique traditionnel pour considérer le cas des mondes électroniques auxquels nous confronte la technologie informatique depuis une vingtaine d’années, et qui sont des mondes de pure information.

Relativisation de l’isochronie

90La loi de Fitts, qui implique la conservation d’une durée, le temps de mouvement, à travers des changements d’échelle, est une isochronie. Mais cette invariance remarquable d’une mesure de temps face à des transformations homothétiques de la tâche, la littérature ne l’avait éprouvée que sur de très courtes gammes d’échelle. Notre étude prend cette variable plus au sérieux en considérant des gammes de variation d’amplitude beaucoup plus étendues qu’on ne l’a fait jusqu’ici. Elle montre théoriquement et expérimentalement que la loi de Fitts ne peut tenir, et ne tient effectivement, que dans un intervalle d’échelle limité, l’intervalle d’isochronie : en dessous d’un certain minimum d’échelle (de l’ordre du millimètre), aucune performance n’est possible ; au-dessus d’un certain seuil (de l’ordre du mètre), le mouvement adopte la forme d’un pointage locomoteur et la loi de Fitts perd sa validité pour céder la place à une loi d’échelle simple, loi de proportionnalité entre le temps et la distance à couvrir.

91La mise en évidence de cette brisure de symétrie a pour conséquence de relativiser la loi de Fitts en la situant dans une palette de cas plus large. Dans la prochaine étape de ce travail, notre tâche sera de formuler de manière plus générale la dépendance du temps de mouvement par rapport à la difficulté et à l’échelle du mouvement, en prenant en compte l’ensemble des cas de figure auxquels nous conduit l’emploi d’une variable d’échelle désormais débridée.

Extension du paradigme aux mondes d’information multi-échelle

92Dans l’étude rappelée dans le paragraphe précédent, l’échelle avait le statut d’une variable indépendante manipulée par l’expérimentateur. Dans l’interaction entre un ordinateur et son utilisateur, en revanche, l’échelle a plutôt le statut d’une variable dépendante : c’est l’utilisateur du zoom qui fait lui-même varier l’échelle comme il l’entend.

93Une autre différence doit être notée : quand l’expérimentateur manipule l’échelle de la tâche, il ne touche pas aux capacités d’action du participant, d’où la possibilité que la tâche devienne trop petite ou trop grande. Ce type de difficultés ne peut se produire dans les mondes d’information multi-échelle puisque le zoom modifie simultanément, et dans les mêmes proportions, les dimensions de la tâche et les moyens d’action de l’utilisateur : par exemple, si à petite échelle les distances visualisées sont grandes, la vitesse de défilement autorisée l’est aussi – les flux optiques produits à l’écran par l’action sont invariants.

94L’une des raisons qui justifient que l’on s’intéresse au pointage multi-échelle est le fait que l’interface zoomable supprime la borne supérieure de difficulté qui limite le pointage humain. Avec un zoom, en effet, le numérateur du rapport D/W peut être choisi aussi grand que l’on veut, et le dénominateur W aussi petit que l’on veut, la tâche peut toujours être menée à bien par le participant. Alors que le rapport maximal distance/tolérance praticable est, pour le pointage traditionnel (uni-échelle), de l’ordre de 103, le recours à une interface zoomable nous a permis de tester la loi de Fitts, avec succès, sur une gamme de difficulté allant jusqu’à un rapport D/W de 109(ID = 30 bits).

Place de la notion d’échelle en psychologie scientifique

95La psychologie scientifique, comparativement aux sciences physiques et même à d’autres champs de la biologie, semble s’intéresser fort peu aux considérations d’échelle. En physique, où l’on raisonne volontiers en termes d’ordres de grandeur, on a coutume d’ordonner les divers domaines de spécialisation sur un axe micro-macro allant de l’échelle de Planck, de l’ordre de 1033 centimètres, à l’échelle cosmologique, de l’ordre de 1028 centimètres (Nottale, 1998). En biologie, l’idée darwinienne d’une évolution graduelle sans architecte n’a pu émerger que lorsqu’on a commencé à apprécier à sa juste mesure l’ordre de grandeur impressionnant des temps géologiques – plusieurs milliers de millions d’années. Un autre possible point de comparaison est la biologie moléculaire, qui a pour mission de jeter des ponts entre le microscopique du génome et le macroscopique des caractères phénotypiques. En psychologie, assez curieusement, on se dispense généralement d’évoquer le concept d’échelle, comme s’il n’y avait rien de très grand ou de très petit à comprendre.

96Il ne s’agit pas de dire que la psychologie ignore les invariances d’échelle. On en trouve d’excellents exemples en psychophysique, avec la loi de Weber-Fechner, et dans l’étude du mouvement avec la loi d’isochronie (Viviani et Flash, 1995) et la loi de Fitts discutée dans ce chapitre. Mais les gammes d’échelle sur lesquelles on établit ces invariances sont généralement très courtes. S’agissant du pointage, on a vu que l’amplitude des mouvements étudiés reste typiquement de l’ordre de 10 à 50 centimètres, toujours proche de l’amplitude que peut confortablement couvrir la main d’un sujet de laboratoire assis. Pourtant, rien ne nous interdit d’expérimenter la tâche de Fitts (1954), dans sa version originale (pointage manuel avec stylet), à l’échelle de la dizaine ou de la centaine de mètres. Bien sûr, la réponse du participant va changer radicalement – au-delà du mètre, le participant va devoir commencer à courir avec son stylet à la main – mais toutes les variables qui définissent le paradigme, D, W et le TM, continuent d’être parfaitement définies tandis que la consigne – mini miser le TM – reste rigoureusement inchangée.

97Si la tradition a confiné le protocole du pointage dans l’espace local immédiat, c’est sans doute, en partie, parce qu’il n’est pas bien difficile de deviner que la loi de Fitts, dans les conditions d’expérimentation habituelles, ne peut rester valide aux échelles supérieures. Il existe en effet une sorte de transition de phase entre les mouvements de la main vers un objet à toucher ou à saisir et les déplacements de l’ensemble du corps vers un lieu, que l’on classe dans la catégorie de la locomotion. Alors que, si l’on s’en tient à une description objective de notre manipulation expérimentale, on se borne à faire varier l’échelle du dispositif, on constate que, à un certain niveau critique, tout change du côté du comportement moteur : la nature des degrés de liberté squelettiques mis en jeu, la nature du mobile et de ses référentiels. On passe d’un mouvement du bras dans l’espace du corps à un mouvement du corps dans l’espace des lieux (Paillard, 1991).

98L’approche espace-échelle que nous avons adoptée dans cette étude nous a permis de décrire cette transition, ainsi que l’invalidation de la loi de Fitts qui en résulte (2e partie), mais nous avons également vu que cette approche nous permet d’expliquer sans difficulté la disparition complète du phénomène de transition dans le cas du pointage multi-échelle (3e partie). L’existence d’une brisure de symétrie dans le monde réel (masse, longueur et temps) et le maintien, au contraire, de la symétrie dans les mondes électroniques (longueur et temps, sans masse) se comprennent bien à la lumière des lois d’échelle de Galilée : c’est en raison de leur masse que les objets du monde réel sont si réfractaires au rescalement.

99Galilée a été le premier à saisir, en mécanicien, toute l’importance de la grandeur absolue des choses : la variabilité des tailles, qu’il s’agisse des machines ou des êtres vivants, se heurte à des minima et à des maxima indépassables parce que les surfaces et les volumes suivent des lois de croissance divergentes. Une poutre de forme donnée, que l’on tenterait de reproduire toujours plus grande, s’effondrerait sous son propre poids une fois atteint un certain niveau critique d’échelle parce que la solidité de l’objet (proportionnelle à sa section, de dimension L2) croîtrait moins vite que son poids (proportionnel à son volume, de dimension L3) – un mécanisme qui par la même occasion interdit la possibilité d’un Micromégas. Il n’y a pas non plus place dans notre monde pour un Lilliputien : la cellule étant de dimension quasiment constante à travers la diversité des formes vivantes, une miniaturisation de l’organisme exigerait la réduction du nombre de ses cellules, compromettant bientôt la possibilité de toute complexité organique (Thomson, 1917-1942). Dans les mondes d’information, au contraire, la grandeur des choses peut être déterminée arbitrairement.

100Pour la psychologie scientifique, il semble ainsi que l’avènement, la propagation et la diversification remarquables, toujours en cours, des mondes d’information multi-échelle auxquelles nous assistons depuis une vingtaine d’années posent un défi. Si l’objet de la psychologie est l’inter action de l’individu humain avec son environnement par la voie de la perception, de la cognition et de l’action, alors il convient d’appréhender comme un événement non négligeable pour cette discipline le fait que les humains passent une part de plus en plus considérable de leur temps à interagir, au moyen de l’ordinateur, avec des contenus d’environnements d’un type radicalement nouveau.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bourgeois, F. et Y. Guiard. 2001. « Pan-Zoom Coordination in Multi-Scale Pointing ». Proceedings of CHI’2001, ACM Conference on Human Factors in Computing Systems. New York, ACM Press : 157-158.

Bourgeois, F. et Y. Guiard. 2002. « Two-Handed Input in Multiscale Pointing ». Cahiers de Psychologie Cognitive/Current Psychology of Cognition, 21 : 497-518.

Bourgeois, F., Y. Guiard et M. Beaudouin-Lafon. 2002. « Multi-scale Pointing : Facilitating Pan-zoom Coordination ». Proceedings of CHI’2002, ACM Conference on Human Factors in Computing Systems. New York, ACM Press : 758-759.

Danion, F., M. Duarte et M. Grosjean. 1999. « Fitts’ Law in Human Standing : the Effect of Scale ». Neuroscience Letters, 277 : 131-133.

Fitts, P.M. 1954. « The Information Capacity of the Human Motor System in Controlling the Amplitude of Movement ». Journal of Experimental Psychology, 47 : 381391.

Furnas, G.W. et Β.Β. Bederson. 1995. « Space-Scale Diagrams : Understanding Multiscale Interfaces ». Proceedings of CHI’95, ACM Conference on Human Factors in Computing Systems. New York, ACM Press : 234-241.

Gan, K.C. et Ε.R. Hoffmann. 1988. « Geometrical Conditions for Ballistic and Visually Controlled Movements ». Ergonomics, 31 : 829-839.

Guiard, Y. 2001. « Disentangling Relative from Absolute Movement Amplitude in Fitts’Law Experiments ». Proceedings of CHI’2001, ACM Conference on Human Factors in Computing Systems. New York, ACM Press : 315-316.

Guiard, Y. et M. Beaudouin-Lafon (éds). 2004. « Fitts’ Law Fifty Years Later : Application and Contributions from Human Computer Interaction ». A Special Issue of the International Journal of Human-Computer Studies, 61, Issue 6.

Guiard, Y., M. Beaudouin-Lafon et D. Mottet. 1999. « Navigation as Multiscale Pointing : Extending Fitts’ Model to very High Precision Tasks ». Proceedings of CHI’99, ACM Conference on Human Factors in Computing Systems. New York, ACM Press : 450-457.

Guiard, Y., F. Bourgeois, D. Mottet et M. Beaudouin-Lafon. 2001. « Beyond the 10-bit Barrier : Fitts’ Law in Multi-Scale Electronic Worlds ». In A. Blandford, J. Vanderdonckt et P. Gray (éds), People and Computers XV – Interactions without Frontiers. Proceedings of IHM-HCI 2001. London, Springer : 573-587.

Jeannerod, M. 1981. « Intersegmental Coordination during Reaching at Natural Visual Objects ». In j. Long et A. Baddeley (éds), Attention and Performance IX. Hillsdale NJ, Erlbaum : 153-168.

Kugler, P.N. et M.T. Turvey. 1987. Information, Natural Law, and the Self-Assembly of Rhythmic Movement. Hillsdale NJ, Lawrence Erlbaum.

MacKenzie, I.S. 1992. « Fitts’ Law as a Research and Design Tool in Human Computer Interaction ». Human-Computer Interaction, 7 : 91-139.

Meyer, D.E., R.A. Abrams, S. Kornblum, C.E. Wright et K.J.E. Smith. 1988. « Optimality in Human Motor Performance : Ideal Control of Rapid Aimed Movements ». Psychological Review, 95 : 340-370.

Meyer, D.E., K.J.E. Smith, S. Kornblum, R.A. Abrams et C.E. Wright. 1990. « Speed Accuracy Tradeoffs in Aimed Movements : toward a Theory of Rapid Voluntary Action ». In M. Jeannerod (éd.), Attention and performance XIII. Hillsdale NJ, Erlbaum : 173-226.

Mottet, D., Y. Guiard, R.J. Bootsma et T. Ferrand. 2001. « Two-Handed Performance of a Rhythmical Fitts Task by Individuals and Dyads ». Journal of Experimental Psychology : Human Perception and Performance, 26 : 1275-1286.

Nottale, L. 1998. La relativité dans tous ses états. Paris, Hachette Littératures.

Paillard, J. 1991. « Motor and Representational Framing of Space ». In J. Paillard (éd.), Brain and Space. Oxford, Oxford University Press : 163-182.

Shannon, C.E. et W. Weaver. 1949. The Mathematical Theory of Communication. Urbana IL, University of Illinois Press.

Thomson, D’Arcy W. (1842, première édition 1917). On Growth and Form. London, Dover.

Viviani, P. et T. Flash. 1995. « Minimum-jerk, Two-third Power Law, and Isochrony : Converging Approaches to Movement Planning ». Journal of Experimental Psychology : Human Perception and Peformance, 21 : 2-53.

Woodworth, R.S. 1899. « Accuracy of Voluntary Movement ». Psychological Review, 3 (n° 13) : 1-114.

Notes

1 Nous sommes redevables à Olivier Goguey, qui a réalisé l’expérimentation rapportée dans cette section dans le cadre d’un DEA de STAPS (2000-2001) au LMP de Marseille, sous la direction du premier signataire de ce chapitre.

2 Dans une tâche de pointage qui requerrait du participant qu’il se déplace réellement à pied, le maintien sur une large gamme d’échelles d’un plateau de vitesse situé à la valeur maximale serait bien sûr irréaliste - le régime de croisière du 100 mètres plat peut être éventuellement maintenu sur 200 mètres, mais pas sur 400 ou 1000 mètres. En revanche, avec un véhicule motorisé ainsi que dans le cas d’une locomotion simulée (sans contrainte énergétique), le respect des consignes caractéristiques de la tâche de Fitts reste une hypothèse parfaitement plausible.

3 Noter que la distance D et l’amplitude A sont soigneusement distinguées dans ce texte. D désigne la distance inter-cibles mesurée de centre à centre, c’est donc une grandeur choisie par l’expérimentateur Quant à A, il désigne l’amplitude du mouvement du pointeur, c’est donc une grandeur contrôlée par le sujet d’expérience. Toujours justifiée en principe, cette distinction est tout particulièrement nécessaire dans le contexte de cette expérience où nous verrons parfois A s’écarter considérablement de D.

4 Les termes « rescaler », « rescalable » et « rescalabilité » sont des néologismes indispensables dans le présent contexte pour exprimer l’idée que quelque chose se prête aux changements d’échelle par homothétie.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Principe du diagramme espace-échelle de Furnas et Bederson (1995).Un objet défini (à gauche) dans un plan xy est représenté (à droite) à divers niveaux de grossissement en utilisant deux axes spatiaux x et y et un axe d’échelle s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 2 – Navigation dans un diagramme espace-échelle.À gauche, le rectangle représente la vue courante sur cet objet Au centre, cette vue conserve une taille constante à tous les niveaux de grossissement, donnant ainsi sur l’objet une information (à droite) d’autant plus détaillée, mais en même temps d’autant moins complète, qu’on la fait davantage monter sur l’axe de l’échelle (zoom avant = vers le haut).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Figure 3 – Variation homothétique d’une tâche de Fitts illustrée à trois niveaux d’échelle différents.Dans ce diagramme espace échelle, les trois points qui, à quelque niveau d’échelle que l’on se place, définissent le point de départ du mouvement et les limites interne et externe de la cible, deviennent des rayons centrés sur le foyer de l’homothétie. Le rapport entre distance et largeur de cible étant conservé, ces trois variantes de la tâche ont le même niveau de difficulté.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 4 – Variation de la difficulté d’un mouvement, à échelle constante.L’amplitude du mouvement, contrôlé par une distance D constante, ne varie pas. Seule varie l’amplitude relative – l’amplitude en unités de tolérance – et donc l’indice de difficulté. (Noter que ceci n’est pas un diagramme espace-échelle, ces trois cas de figure correspondant à une seule et même position sur l’axe vertical de la figure 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 5 – La tâche utilisée par Fitts dans son étude historique (d’après Fitts, 1954).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 6 – Le matériel expérimental.Au premier plan, décalé sur la gauche, le joystick servant à contrôler les mouvements du curseur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 7 – Profil temporel de vitesse pour deux mouvements de difficulté identique mais d’amplitudes inégales, à petite échelle.La surface sous la courbe (le produit vitesse x temps) définit l’amplitude du mouvement La valeur maximale de vitesse définit un plafond (la zone inaccessible est représentée en hachuré).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 8 – Profil temporel de vitesse pour deux mouvements de difficulté identique mais d’amplitudes inégales, à un niveau d’échelle plus élevé. TA TP et TD désignent les temps d’accélération, de plateau et de décélération.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 9 – Variations d’échelle d’une tâche de pointage de Fitts, représentées selon le principe du diagramme espace-échelle de Fumas et Bederson (1995).Les quatre rayons correspondent de gauche à droite, ou point de départ du mouvement au bord proximal de la cible, à son centre et à son bord distal. AA, AP et AD dénotent respectivement (à un niveau arbitraire z d’échelle) l’amplitude couverte par l’accélération, le plateau et la décélération du mouvement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Figure 10 – Relation entre le TM et l’échelle de la tâche quand z>zc
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 11 – Calcul de l’optimum théorique d’amplitude dans le pointage à grande échelle. Pour tout z > zc, le freinage doit se terminer juste au-delà du bord proximal de la cible, la distance de dépassement correspondant au segment EF, égal à 1/2 Wc La zone hachurée correspond aux valeurs d’échelle inférieures à zmin, pour lesquelles le pointage est impossible.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 12 – Durée de la phase d’accélération en fonction de la distance.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 13 – Durée de la phase de décélération en fonction de la distance.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 14 – Durée de la phase de plateau en fonction de la distance.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 15 – Variation du rapport A/D en fonction de la difficulté de la tâche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Figure 16 – Amplitude effective du mouvement en fonction de la distance à couvrir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 17 – Pente de la loi de Fitts.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 18 – Pourcentage de pénétration de la cible en fonction de la distance à couvrir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 19 – Le dispositif expérimental.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 20 – Une partie du plan dans lequel le sujet pouvait déplacer la vue est montrée en gris, la vue mobile apparaissant comme un rectangle clair. Le vecteur spécifiant la direction de la cible et le rayon ont été ajoutés ici pour les besoins de l’explication.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Figure 21 – La loi de Fitts sur notre très large gamme d’indices de difficulté.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 22 – Amplitude du zoom en fonction de la difficulté.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 23 – Visualisation de la coordination pan-zoom lors de la phase du zoom avant.En haut : trajectoires théoriques correspondant à une coordination strictement sérielle (MSL : minimal serial path) et à une coordination strictement parallèle (ML : Minimal path). En bas : deux exemples de trajectoires observées chez un participant entraîné (à gauche) et chez un débutant (à droite). Noter que les axes du pan et du zoom sont normalisés : sur chaque axe, la valeur 1 correspond à la valeur initiale mesurée au début de la phase de zoom avant, et la valeur 0 à la valeur finale mesurée au moment où la cible reçoit un click de souris.IC : indice de coordination.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Figure 24 – Relation entre le temps de zoom avant (Z1T) et l’indice de coordination.Chaque point correspond à un participant individuel utilisant un dispositif d’entrée : WI, W2 : roulette de souris utilisée en condition uni-et bi-manuelle ; W3, W4 : mini-joystick de souris utilisée en condition uni- et bi-manuelle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7218/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable