Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agir dans l'espace

 | 
Catherine Thinus-Blanc
, 
Jean Bullier

I. L'espace des objets et des sons

Chapitre 3. Comment les enfants parviennent-ils à atteindre un objet dans l’espace ?

Jean-Claude Darcheville

Résumé

We propose to verify the relevance of a selectionist approach to the spatial organization of behaviour. Reinforcement is retained as the principle of selection. Some experimental data show that auditory stimulus influences infant reaching behaviour. In the same way, reinforcement of the leg positioning with visual or tactile stimuli has been exhibited. Thus, the generality of this principle is confirmed. We propose using reinforcement algorihms to formalise the shaping of reaching behaviour.

Texte intégral

1Différentes conceptions de l’organisation des conduites, de la manipulation des objets, du déplacement du corps et de ses parties s’offrent à nous. L’une d’elles, qui s’est d’abord imposée, repose sur l’idée que les actions du sujet sont des réponses à des prescriptions, à la fois ordres et règles d’exécution. Elles sont elles-mêmes issues d’un système de représentation du monde. Il s’ensuit que cette représentation doit inclure celle de l’espace. Elle devient un objet d’investigation scientifique sous l’étiquette de « la cognition spatiale ». Le cognitivisme est le paradigme de cette approche. Une des contestations de ce modèle propose que l’organisation des conduites résulte de leurs dynamiques, imposées par les propriétés du système biophysique que représente l’interaction organisme-environnement. Les modèles de la dynamique non linéaire devraient permettre de formaliser la complexité des conduites observées particulièrement chez l’humain. L’économie des entités postulées «système de représentation » et « prescriptions », dont l’expérimentation a peine à mettre en évidence la réalité, fait tout l’intérêt de cette approche (Thelen et Smith, 1994). Il reste néanmoins une difficulté. Prenons un exemple : la saisie des objets. On comprend bien que la dynamique soit en mesure de rendre compte du couplage des systèmes sensori-moteurs qu’exige la saisie d’un objet. Par contre, on voit mal comment cette forme d’interaction avec l’environnement, saisir les objets, pourrait être le produit de la dynamique. Il faut donc avoir recours à une théorie qui, sans accepter le téléologisme, rende compte de la finalité du comportement et intègre parmi ses éléments explicatifs les contraintes de la dynamique de l’interaction organisme-environnement. En admettant que les issues de l’action sur l’environnement participent au façonnage des conduites, nous disposons d’un premier principe pour développer une telle théorie (Donahoe et Palmer, 1994). Nous nous proposons de vérifier la pertinence de cette approche à propos d’un comportement qui, manifestement, joue un rôle essentiel dans l’organisation des conduites des sujets et traduit un contrôle des propriétés de l’espace : le positionnement de différentes parties du corps. La capacité de positionner la main à un endroit précis de l’espace est cruciale dans la conduite de saisie des objets. Cette capacité participe à la structuration de l’espace proche et distant, ce dernier exigeant le déplacement du corps entier.

2Afin d’argumenter cette proposition, nous exploiterons les résultats obtenus après une série d’expériences sur des enfants ne maîtrisant pas encore le positionnement de la main, expériences qui se sont focalisées sur la pertinence d’une procédure de sélection du positionnement de la main par une des issues du comportement. Pour s’assurer de la généralité du processus, on a contrôlé que ce mode de sélection vaut toujours chez de jeunes enfants pour d’autres membres comme les jambes. L’estimation de la généralité du processus impose aussi de vérifier que tout stimulus peut être un agent renforçateur puisque, concrètement, la procédure de sélection suppose le choix d’un tel agent. Dans le cas du positionnement de la main, le choix s’est porté sur un stimulus auditif, la voix des mères des enfants. Dans celui des jambes, les expérimentateurs ont retenu un stimulus tactile. Toute proposition théorique qualitative véhicule une quantité non négligeable d’imprécisions et d’implicites. Parmi les étapes qui mènent à la formalisation, la simulation informatique oblige à les réduire et aide à comprendre le fonctionnement d’un formalisme proposé pour un ou des processus. Un automate rendant possible la formalisation de la sélection par renforcement de la conduite d’atteinte a été développé (Sutton et Barto, 1999).

LE POSITIONNEMENT DE LA MAIN

  • 1 J.-C. Darcheville, C. Boyer, université de Lille 3.

3On distingue deux composantes dans la saisie des objets (Jeannerod, 1984, 1992), une « proximale », le transport et l’atteinte de l’objet, et une « distale », la préhension de l’objet. Chacune se développe indépendamment, sachant que la proximale apparaît la première et apparemment de manière soudaine vers l’âge de 4 ou 5 mois. (Kuypers, 1962 ; Siddiqui, 1995). On considère que le délai de quatre mois pour l’apparition de l’atteinte traduit le temps de maturation des voies nerveuses nécessaires à la coordination visuo-motrice permettant la réalisation de cet acte. Certains travaux tendent à montrer que cette atteinte ou positionnement de la main (Clifton et al., 1993 ;Van der Meer, 1995, 1997 ; Van der Meer, Van der Weel et Lee, 1995,1996) ne dépend pas de cette coordination. Afin de vérifier notre hypothèse, les sujets des expériences1 sont des enfants (âgés de 5 à 33 jours) incapables d’un positionnement spontané de la main. Ils sont installés dans le noir de sorte qu’ils ne voient pas leurs membres. La position de l’une des mains de chaque bébé est repérée à l’aide d’un dispositif magnétique de capture de mouvements. Ce traqueur mesure, en temps réel, la position et l’orientation de l’extrémité du membre.

4Deux expériences sont menées. L’une (8 enfants) est porteuse d’une condition avec contingence de renforcement. On entend par contingence de renforcement la séquence suivante : un environnement repéré, un comportement, une issue, sachant que la modification du comportement naît des relations entre les éléments de cette contingence. Cette situation expérimentale opérationnalise la contingence de renforcement avec la condition suivante : dès que l’extrémité du bras du bébé se trouve dans la position de l’espace fixée par l’expérimentateur (la cible), la voix de la mère du bébé est diffusée. Ce stimulus dure tant que cette position est conservée. Dès que l’extrémité quitte cette position, la stimulation auditive cesse. Deux conditions contrôles sont réalisées. L’une précède la condition de contingence de renforcement, et quelle que soit la position de la main, la voix de la mère n’est jamais diffusée (ligne de base). L’autre (extinction) suit la condition de contingence, la procédure étant identique à celle de la ligne de base. L’autre expérience est porteuse d’une condition sans contingence de renforcement (3 enfants). Dans cette condition, de courtes séquences de la voix de la mère sont diffusées de manière aléatoire durant la session, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas consécutives au positionnement de la main dans la cible. Il y a aussi deux conditions contrôles identiques à celles de l’expérience avec contingence de renforcement. Pour les deux expériences, deux données sont calculées : la durée relative de la main dans la position cible et le débit de positionnement de la main dans la cible.

Figure 1 – Durée relative de l’extrémité dans la position cible en fonction des conditions de l’expérience 1 pour chaque sujet (sujets 1 à 4 sur le premier schéma, 5 à 8 sur le deuxième).
Condition contrôle ligne de base (absence de la voix de la mère) : Β1 and B2 ;
condition de contingence (présence de la voix de la mère) : A1, A2, A3, A4 ;
condition contrôle extinction (absence de la voix de la mère) : El, E2.

5La figure 1 donne pour chaque sujet de l’expérience avec contingence de renforcement la variation de la durée relative de l’extrémité dans la position cible en fonction des sessions expérimentales dans les différentes conditions. Pour la même expérience et les mêmes conditions, la figure 2 montre la variation du débit de positionnement de l’extrémité dans la cible : nombre n de positions de la main dans l’espace renforcé par unité de temps (secondes). En comparant ces deux mesures, on remarque que deux patrons de comportement apparaissent. Soit la main atteint la cible et reste dedans (temps de positionnement relatif long/débit de positionnement faible), soit elle reste peu de temps dans la cible mais l’atteint très souvent (temps relatif faible/débit de positionnement élevé). Ces deux patrons ne se manifestent que dans la situation de contingence de renforcement. Dans les deux conditions contrôles, les deux variables sont faibles.

Figure 2 – Variation du débit de positionnement de l’extrémité dans la cible pour chaque sujet (sujets 1 à 4 sur le premier schéma, 5 à 8 sur le deuxième), en fonction des conditions de l’expérience 1.
Condition contrôle ligne de base (absence de la voix de la mère) : B1 and B2 ;
condition de contingence (présence de la voix de la mère) : Al,A2, A3, A4 ;
condition contrôle extinction (absence de la voix de la mère) : El, E2.

Figure 3 - Durée relative de l’extrémité dans la position cible en fonction des conditions de l’expérience 2, pour chaque sujet (S 1 à S3).
Condition contrôle ligne de base : Β1 et B2 ;
condition sans contingence de renforcement : A1,A2, A3, A4 ;
condition contrôle extinction : E1, E2.

Figure 4 – Débit de positionnement de l’extrémité dans la cible pour chaque sujet (S 1 à S3), dans chaque condition de l’expérience 2.

Condition contrôle ligne de base : B1 et B2 ;
condition sans contingence de renforcement : A1, A2, A3, A4 ;
condition contrôle extinction : El, E2.

6Les figures 3 et 4 donnent pour les sujets de l’expérience sans contingence de renforcement les variations des mêmes variables que pour les figures 1 et 2. Ainsi, quelles que soient les conditions, absence totale de la voix de la mère ou présence aléatoire, le temps de positionnement et le débit de positionnement restent inchangés à un niveau très faible.

7Les résultats de ces deux expériences mettent en évidence qu’il est possible de sélectionner chez des enfants qui ne possèdent pas l’âge de l’atteinte le positionnement précis dans l’espace de la main. Cette sélection s’opère dès lors qu’un stimulus auditif apprécié par l’enfant remplit la condition nécessaire et suffisante d’être l’issue du comportement. Il est évident que ce stimulus n’est ni fonctionnellement ni logiquement lié au comportement de positionnement de la main dans l’espace. Ajoutons que la vision est absente puisque les enfants opèrent dans le noir. Toutes les conditions sont remplies pour en conclure qu’une contingence de renforcement est en mesure de façonner le comportement d’atteinte chez le très jeune enfant.

POSITIONNEMENT DE LA JAMBE ET RENFORÇATEUR TACTILE

  • 2 Ε. Sampaio, H. Segond, université Louis Pasteur de Strasbourg.

8Ce mécanisme de façonnage d’un comportement de positionnement dans l’espace par la contingence de renforcement ne vaut-il que pour les membres supérieurs ? La voix de la mère aurait-elle un statut privilégié dans le courant de la vie du très jeune enfant ? Une réponse affirmative à ces deux questions porterait préjudice à la portée explicative de l’exercice de la sélection par renforcement. Pour connaître cette réponse, il a été entrepris l’expérimentation2 suivante.

9Huit filles et six garçons, voyants, âgés de 3 à 12 mois, sont équipés du Tactile Vision Substitution System adapté aux très jeunes enfants (ETV4 conçu par Bach-y-Rita, 1994) qui transforme un signal lumineux d’une petite caméra en une stimulation tactile. Les enfants sont disposés devant un panneau noir, à 30 centimètres, sur lequel est fixée une bande blanche de 2 centimètres de largeur le traversant horizontalement. Sur une jambe est fixée une caméra fictive, sur l’autre une réelle. Dans la phase de détermination de la ligne de base de 3 minutes, on réalise l’enregistrement du battement spontané des jambes, sans aucune stimulation. Dans la phase de 9 minutes, on distingue deux groupes d’enfants : pour un groupe (6 sujets), le mouvement de la jambe avec la caméra réelle provoque son passage devant la bande blanche qui déclenche une stimulation tactile ; pour l’autre (8 sujets), ce passage déclenche une stimulation auditive. Aucune stimulation n’est produite pour le battement des jambes équipées de la caméra tactile. Dans la phase d’extinction de 3 minutes, ce passage ne provoque aucune stimulation pour les deux groupes. La variable dépendante est le nombre de battements par minute. Les auteurs (Segond, Sampaio et Weiss, 2002) mettent en évidence que les battements des jambes augmentent significativement lorsque les sujets passent de la ligne de base à la situation de renforcement. Le renforcement de ce comportement est identique quelle que soit la nature du stimulus, auditif ou tactile. Ce renforcement est manifeste pour la jambe gauche. Les auteurs invoquent une latéralisation produite par les stimulations sensorielles exigeant une mobilisation privilégiée de l’hémisphère droit. Ils remarquent que le mouvement de la jambe gauche prend une forme particulière de fins déplacements autour de la position de la cible, la bande blanche. Les enfants cherchent ainsi à positionner leur jambe dans l’espace de renforcement de la même manière qu’ils le font dans l’expérience précédente du déplacement du bras. La stimulation tactile est bien en mesure de sélectionner un comportement des membres inférieurs qui prend la forme d’un repérage d’une position dans l’espace.

LA SIMULATION

  • 3 S. Delepoulle, université du Littoral Côte d’Opale ; Ρ. Preux, J-C. Darcheville, université de Lil (...)

10Est-on capable de simuler numériquement cette forme d’organisation des conduites ? La réponse à cette question devrait permettre d’expliciter ce que l’on entend par façonnage d’un comportement par renforcement. Il a été développé pour cette raison un automate3 (Multi-Agent Animat for Behavioral Arm Control, MAABAC) exploitant un algorithme d’apprentissage par renforcement (Q-learning) (Delepoulle, 2000 ; Delepoulle, Preux et Darcheville, 2000). Son principe est celui de la maximisation d’une valeur qu’entraîne un stimulus pour un comportement donné. Le comportement représentant les déplacements d’un membre supérieur (bras plus avant-bras) est le produit de deux couples d’agents autonomes. Un couple est chargé de déplacer le bras et l’autre l’avant-bras à la manière des groupes musculaires antagonistes d’un membre réel. L’action de chaque agent consiste à déplacer d’une valeur angulaire allant de 0 à 180 degrés le segment du membre qui lui est assigné. Le renforçateur, une valeur numérique constante, est distribué lorsque l’avant-bras atteint une position de l’espace fixée, l’équivalent de la position de la main du bébé. Chacun des quatre agents de cet automate possède son propre algorithme de renforcement, assurant ainsi leur parfaite indépendance les uns par rapport aux autres. Leur seul point commun est l’accès égal au renforçateur distribué. À chaque cycle d’actions, chaque agent détermine une valeur angulaire provoquant une certaine rotation de chacun des deux segments. Ces déplacements font que, si l’extrémité de l’avant-bras atteint la position cible, le renforçateur est distribué à chaque agent et un nouveau cycle d’actions est initié. Sinon, il n’y a pas de renforcement mais la reprise d’un nouveau cycle d’actions. Ce processus s’arrête lorsque l’automate stabilise sa position sur celle de la cible. La figure 5 (a, b, c, d) montre l’évolution des déplacements du bras au cours du temps d’évolution des algorithmes. Le cercle rouge représente la zone à atteindre, le lieu du renforcement ; la croix noire, le point de départ du déplacement des deux segments. L’extrémité de l’avant-bras est représentée par un point bleu. Les deux segments (bras, avant-bras) sont représentés par deux segments linéaires noirs.

Figure 5 – Évolution du placement de l’extrémité du bras (point bleu) dans la zone de renforcement (cercle rouge) en fonction du temps s’écoulant de a en d.
Pour une version en couleur veuillez vous reporter à la page 388.

11Au commencement, l’automate a apparemment un comportement aléatoire comme le montre la figure 5a. Ensuite, plus ou moins rapidement, l’extrémité de l’avant-bras rencontre la zone de renforcement (figure 5b). Le renforcement impose une modification du comportement qui se caractérise par une augmentation des passages dans la zone de renforcement. Dans la figure 5c, la trajectoire du mouvement s’affine. Enfin avec la figure 5d, on obtient un mouvement totalement coordonné avec l’accès direct à la zone de renforcement et au maintien des membres dans cette position. La représentation des deux segments fait apparaître leur coordination dont la similitude est grande avec un mouvement de bras et d’avant-bras réel participant à un positionnement précis de la main. Pour l’essentiel, ces résultats nous apprennent formellement qu’il existe un système possédant deux segments articulés autonomes, non supervisés, dont les positions sont exclusivement et indépendamment contrôlées par renforcement pour une position particulière de l’un des segments, capable de se stabiliser à cette position.

DÉVELOPPEMENT ET CONTINGENCES DE RENFORCEMENT

12Les différentes données expérimentales que nous venons d’exposer tendent à montrer qu’il est possible d’obtenir de très jeunes enfants le comportement de positionnement précis d’un membre de leur corps dans l’espace au moyen d’une contingence de renforcement opérante. Le recours aux très jeunes enfants est un bon moyen de s’assurer qu’ils ne produisent pas encore spontanément ce comportement. Son émergence dans les conditions manipulées vérifie que la forme particulière de l’interaction environnement-activité du sujet qu’est la contingence de renforcement suffit. Nous retiendrons tout d’abord qu’il se confirme que ce positionnement n’exige en rien la mise en place de la coordination sensori-motrice nécessaire au pilotage de l’action. Clifton, Muir, Ashmead et Clarckson (1993) ont mené une étude longitudinale du comportement d’atteinte d’objets lumineux ou sonores dans le noir ou dans la lumière du jour. Les performances se valent quelles que soient les conditions de lumière et la nature des objets. Ce n’est qu’au-delà d’un an d’âge, lorsque la saisie proprement dite est installée, que la visibilité de la main et de l’objet améliore la performance. En revanche, la coordination se manifeste d’une autre manière. La contingence opérante exige une issue sensorielle à une forme particulière de l’action du sujet, et elle assure la contiguïté temporelle conduite-issue. On peut affirmer que dès les premiers jours de la vie extra-utérine, les conditions physiologiques de son exécution sont en place. Pour ce que nous pouvons admettre à partir des travaux décrits, à moins de l’apparition d’un stimulus aversif, il semble bien que le respect de la contiguïté temporelle suffise pour qu’un événement externe engendre l’organisation d’une conduite. Expérimentalement, on passe indifféremment d’un stimulus auditif à un stimulus visuel ou à un stimulus tactile. L’indifférenciation du stimulus est un atout pour la variabilité des conditions d’installation d’une conduite et assure que des sujets en déficit de certaines stimulations ne sont pas définitivement privés de moyens de renforcement. Dans les cas de handicaps sensoriels, toutes sortes de prothèses sont envisageables par simple substitution du registre sensoriel. Ainsi, pour les enfants aveugles, la transformation d’un événement lumineux en un événement tactile suffît dès lors qu’il satisfait à cette condition de la contingence de renforcement. Cette exigence en éclaire une autre. Il est bien connu que la stimulation tactile chez l’aveugle est d’autant plus efficace que le sujet est maître de l’action en cours. Dans ces conditions, les issues sont celles des comportements engagés par le sujet. La contiguïté a les plus grandes chances d’être respectée. L’efficacité de la contingence ne repose pas uniquement sur la contiguïté temporelle. Elle requiert le respect de propriétés corrélationnelles. La maximisation de la contingence passe par celle de la probabilité conditionnelle liant l’émission de la réponse à la distribution du renforçateur. Là encore, la manipulation de la caméra améliore cette probabilité.

13Cette indifférenciation théorique du stimulus a cependant un versant défavorable. Pour les enfants aveugles, les stimulations distales sont hors de portée tant que les déplacements du corps ne permettent pas de se rapprocher des sources de stimulation. On devrait donc s’attendre à ce que ces déplacements s’imposent rapidement, ce qui est contraire aux observations. Que se passe-t-il donc ? La contingence de renforcement induit une autre fonction, celle de la discrimination, c’est-à-dire le fait que des stimulus engagent les comportements. Les déplacements du sujet sont donc contrôlés par cette fonctionnalité des contingences. Il s’ensuit que les voyants ont l’avantage de disposer de la source de discrimination des stimulus visuels, chose qui échappe aux non-voyants. Le rôle discriminatif de la contingence opérante sur le comportement d’atteinte apparaît dans les travaux de Gewirtz et Peláez-Nogueras (1992a). Des enfants de 4 à 13 mois sont assis devant un théâtre de marionnettes, leur mère près d’eux. Un objet intéressant pour l’enfant est introduit sous leurs yeux dans un récipient que la mère dispose dans le théâtre en le recouvrant d’un linge. Lorsque l’enfant tend la main pour attraper le linge, la mère émet l’un des comportements suivants. Dans un cas, elle place ostensiblement le poing sur son propre nez. Si l’enfant tente d’atteindre le récipient, alors un stimulus sonore désagréable est émis, ce qui interrompt le mouvement. Dans l’autre cas, la mère met chaque main ouverte près de chacune de ses oreilles. Si l’enfant tend la main vers le récipient, une musique agréable est émise et l’atteinte est réalisée. Après un certain temps d’entraînement, dès que la mère met son poing sur le nez, alors l’enfant ne cherche plus à atteindre l’objet. Par contre, dès qu’elle porte les mains aux oreilles, il attrape le récipient. L’émission du comportement d’atteinte est totalement initiée par le comportement de la mère. Le comportement d’atteinte est totalement dépendant du comportement de la mère et n’est motivé ni par la nature de l’objet, ni par les attentes de l’enfant à l’égard de cet objet. Seuls les mécanismes de la contingence de renforcement rendent cela possible. Il s’ensuit que la vue de l’objet par le sujet déclenche la conduite d’atteinte parce qu’il est un stimulus discriminatif dans les contingences de renforcement en cours dans le moment de l’action. Il ne le sera pas si elles n’existent pas. Pour un sujet voyant non mobile, l’environnement est composé d’objets discriminant le comportement de saisie, mais distants. Il favorise alors les aménagements de l’environnement pour l’émergence de la mobilité. Il n’en est pas de même pour les non-voyants qui ne disposent pas immédiatement d’un environnement d’objets distants discriminants de cette conduite. Ils sont donc privés de cette source d’aménagement de l’environnement incitateur aux déplacements. Il faudra d’autres aménagements qui, dans un monde où les voyants dominent, provoqueront un décalage temporel à leur avantage. Ceci est mis en évidence par les travaux de Correa, Poulson et Salzberg (1984) qui, en utilisant une procédure opérante, entraînent des enfants aveugles âgés de 2 à 4 ans à atteindre et à saisir les objets. Ils montrent que ces comportements sont généralisables. Bien sûr, nous admettons que la privation sensorielle visuelle n’a pas d’impact direct sur le potentiel d’évolution des structures squelettiques et neuromusculaires. Il n’en reste pas moins que, si nous voulons tout expliciter des raisons de ces déplacements, il reste à débrouiller le jeu subtil de l’interaction de l’exercice des contingences de renforcement avec les changements dans ces structures qui les rendent possible.

14On vient d’imaginer que le décalage des déplacements entre enfants voyants et non-voyants était le produit des interactions différenciées avec l’environnement, en particulier celles de la saisie et de l’atteinte des objets. L’analyse de cette interaction s’est faite au moyen de la contingence de renforcement. A priori, rien n’empêche de l’étendre à tous les comportements et pour tout sujet. On pourrait émettre une réserve. La description de la contingence exige la présence d’un comportement. Logiquement, il est impossible de comprendre l’apparition de comportements nouveaux par l’invocation d’un mécanisme nécessitant la présence du comportement. En est-il vraiment ainsi ? Considérons les expériences sur le positionnement de la main chez les très jeunes enfants, que nous avons décrites plus haut. Les enfants de cette expérience n’ont aucune raison, lorsqu’ils commencent l’expérience, de positionner leur main à l’endroit choisi par l’expérimentateur. Ils produisent des mouvements de bras erratiques. Le hasard fait qu’à un certain moment la main passe dans la position cible. L’apparition du renforçateur n’est pas liée à la production d’un comportement précis. Il suffit que la main passe dans cet espace. En laissant se reproduire ces circonstances, on observe qu’une forme particulière de conduite s’impose. Par exemple, certains enfants conduisent leur main vers la position et la maintiennent, alors que d’autres produisent des mouvements d’oscillation autour de cette position. Le renforcement joue comme un processus de sélection d’un patron particulier d’action dans le flux comportemental en cours. Ce patron est fortement lié à l’organisation de la contingence. Dans le cas de cette expérience, le renforçateur est maintenu tant que la main occupe la position. Une autre contingence aurait été de ne distribuer le renforçateur qu’un temps limité. L’émergence du patron « maintien de la main dans la cible » aurait été alors fort peu probable. Pour s’en convaincre, comparons les données de l’expérience sur le battement des jambes citée plus haut. Cette expérience se distingue de celle de Rovee et Fagen (1976) entre autres par la distribution du renforçateur. Dans le cas de ces deux auteurs, le battement de la jambe produit le mouvement du mobile placé au-dessus de l’enfant. Tant que la jambe bouge le renforçateur est présent, et inversement. En revanche, dans l’expérience menée par Segond et Sampaio, le renforçateur n’apparaît que pour une position particulière dans l’espace. Chez ces auteurs, les enfants tendent à « pointer » avec leur jambe la position de la cible sur la paroi alors que, chez Rovee et Fagen, les enfants ne font qu’augmenter les battements. Une contingence façonne une classe de comportements.

15Le constat expérimental du polymorphisme du façonnage est-il contraire à la réalité du développement du comportement ? Ce développement consiste-t-il en la mise en place d’une séquence invariable d’action ? Nous savons depuis Bernstein (1967) qu’un patron stable de mouvements n’est que la construction de synergies d’actions. Pour notre propos, les expériences de Thelen et Smith (1994) sur le comportement d’atteinte confirment la variabilité intra-et interindividuelle de cette conduite et son origine dans la dynamique du moment de l’action. On peut en conclure que la réalité de la production de la contingence de renforcement est conforme à celle de l’émergence des conduites naturelles.

  • 4 Traduction de « behavioral discrepancy » que nous proposons.

16À l’évidence, tout au long de la vie du sujet, des stabilités comportementales sont repérables. Certaines apparaissent avant d’autres. Ce cours semble suivre un ordre apparent, favorisant l’idée d’un développement. Est-il concevable que les contingences de renforcement induisent un ordre, sachant que le hasard des situations suffit à la mise en place de contingences ? Admettons que le cours de la vie d’un individu soit dans l’espace et le temps une évolution d’interactions avec l’environnement, et que certaines prennent la forme de contingences de renforcement. Y a-t-il alors un hasard dans l’agencement des contingences de renforcement efficaces ? Pas vraiment. À un moment t1, l’organisme est à la fois sensible à certaines propriétés de l’environnement et dispose d’un répertoire comportemental. Ces deux conditions déjà contraignent les possibles. À cela s’ajoute une condition d’efficience des contingences, que nous n’avons pas encore évoquée. Le seul respect de la contiguïté temporelle ne suffit pas à l’opération de sélection de la contingence. Il faut que l’agent renforçateur déclenche une réponse qui diffère des actions en cours. La littérature a proposé le terme de « divergence comportementale »4 (Donahoe et Palmer, 1994) pour désigner cette condition. Le décalage entre nos données expérimentales et les observations des comportements spontanés des enfants s’explique par le rôle que joue cette divergence dans l’installation d’une contingence. Spontanément, les enfants de notre expérience sur le positionnement n’atteignent pas les objets. Or, dans notre expérience, ils sont en mesure de positionner la main à un endroit quelconque de l’espace pour peu qu’il y ait un renforcement. Ce qui veut dire que, dans notre expérience, la divergence est respectée. En effet, le comportement de positionnement de la main et ceux déclenchés par la voix de la mère diffèrent. Il en est de même pour les enfants étudiés par Van der Meer et ses collaborateurs. Dans leurs expériences, les enfants nouveau-nés, incapables d’atteindre des objets, sont capables de positionner leur main – qu’ils ne voient pas – dans un faisceau infrarouge. Évidemment ce faisceau est invisible, ils ne perçoivent leur main que lorsqu’elle passe dans le faisceau. Ce stimulus lumineux, conséquence du comportement, déclenche une activité différente du positionnement de la main. Nous avons installé (Darcheville et al., 1999) chez des nouveau-nés la poursuite visuelle de cibles, qui n’apparaît spontanément que vers 4 mois, à l’aide d’une contingence de renforcement, en s’assurant de la divergence comportementale. Ainsi, l’émergence des comportements exige que les issues des actions produisent de la divergence comportementale. Elle n’apparaît que si, à un moment donné, est réuni un ensemble de conditions venant à la fois de l’activité du sujet et de l’environnement. D’où ce phénomène de moments particuliers quand on observe le développement de l’enfant.

17La performance de l’automate MAABAC concrétise cette idée qu’un comportement est une forme particulière dans un flux plus ou moins continu d’activités imposées par l’action du renforçateur. Chez MAABAC, un mouvement, le positionnement de la « main » à un endroit précis, s’impose parmi d’autres, tous issus des actions non concertées d’agents autonomes (des « groupes musculaires »). Aucun de ces agents n’est porteur d’une séquence comportementale privilégiée ; le positionnement l’emporte par la seule présence du renforçateur. Cette conception est radicalement différente de celle exploitée dans le développement d’automates optimisant une séquence comportementale fixée d’avance (par exemple Berthier, 1996, 1997).

18La dynamique semble être l’outil le plus approprié pour formaliser les procédés d’une contingence de renforcement (Novack, 1996 ; Novack et Pelaez, 2004). Par la place accordée à la dynamique des processus, une théorie de la sélection des comportements par les contingences semble proche de l’application de la théorie des systèmes dynamiques au développement (par exemple : Thelen et Smith, 1994). Un point de divergence est cependant manifeste. Pour ces deux auteurs, les conduites apparaissent par auto-organisation alors que, dans la contingence, les événements externes jouent un rôle déterminant dans leur organisation. Les processus que recouvre une contingence de renforcement ont évidemment une dynamique. Nous avons tenté de valider l’idée selon laquelle la dynamique de la contingence de renforcement produit un comportement en relation avec un environnement. Ce n’est pas ce point de vue qui prévaut dans les approches comportementales actuelles du développement (par exemple : Bijou et Baer, 1978 ; Gewirtz et PeláezNogueras, 1992b ; Novack, 1996 ; Novack et Peláez, 2004 ; Schlinger, 1995) où l’on considère que la contingence réalise la mise en relation de conduites existantes avec les caractéristiques de l’environnement qu’elle décrit. Le comportement trouvant ailleurs son origine, et pourquoi pas dans l’auto-organisation.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bach-y-Rita, P. et E. Sampaio. 1994. « Substitution sensorielle chez les adultes et les enfants aveugles ». In I. Christen, M. doly et M.T. Droy-le-Faix (éds), Vision et adaptation. Paris, Elsevier.

Bernstein, Ν. 1967. Coordination and Regulation of Movements. New York, Pergamon Press.

Berthier, Ν.E. 1996. « Learning to Reach : a Mathematical Model ». Developmental Psychology, 32 : 811-823.

— 1997. « Analysis of Reaching for Stationary and Moving Objects in the Human Infant ». In J. Donahoe et V. P. Dorsal (éds), Neural Network Models of Complex Behavior – Biobehavioral Foundations. North Holland, Amsterdam : 283-301.

Bijou, S.W. et D.M. Baer. 1978. Behavior Analysis of Child Development. Englewood Cliffs NJ, Prentice Hall.

Clifton, R.K., D. Muir, D. H. Ashmead, et M. G. Clarkson. 1993. « Is Visually Guided Reaching in Early Infancy a Myth ? ». Child Development, 64 : 1099-1110.

Correa, V.I., C.L. Poulson et C.L. Salzberg. 1984. « Training and Generalization of Reach-Grasp Behavior in Blind, Retarded Young Children ». Journal of Applied Behavior Analysis, 17 : 57-69.

Darcheville, J.-C., L. Madelain, C. Buquet, J. Charlier et Y. Miossec. 1999. « Operant Conditionning of the Visual Poursuit in Young Infants ». Behavioural Processes, 46 : 131-139.

Delepoulle, S. 2000. Coopération entre agents adaptatifs ; étude de la sélection des comportements sociaux, expérimentations et simulations. Thèse de doctorat, Université de Lille 3.

Delepoulle, S., P. Preux et J.-C. Darcheville. 2000. « Un système coopératif pour la simulation comportementale. Application au contrôle d’un bras mobile ». Actes du colloque Neurosciences et sciences de l’ingénieur. Rennes, France (Septembre).

Donahoe, J.W. et D.C. Palmer. 1994. Learning and Complex Behavior. Needdham Heihghts MA, Allyn and Bacon.

Gewirtz, J.L. et M. Peláez-Nogueras. 1992a. « Infant Social Referencing as a Learned Process ». In S. Feinman (éd.), Social Referencing and the Social Construction of Reality in Infancy. New York, Plenum Publishing Co : 151-173.

1992b. « B. F. Skinner Legacy to Human Infant Behavior and Development ». American Psychologist, 47, 11 : 1411-1422.

Jeannerod, M. 1984. « The Timing of Natural Prehension Movements ». Journal of Motor Behavior, 16 : 235-254.

— 1992. « Coordination Mechanisms in Prehension Movements ». In G. E. Stelmach et J. Requin (éds), Tutorials in Motor Behavior II. North Holland, Elsevier Science Publisher B.V : 265-285.

Kuypers, H. G. J. M. 1962. « Corticospinal Connections : Postnatal Development in the Rhesus Monkey ». Science, 138 : 678-680.

Novack, G. 1996. Developmental Psychology : Dynamical Systems and Behavior Analysis. Reno NV, Context Press.

Novack, G. et M. Peláez. 2004. Child and Adolescent Development : a Behavioral Systems Approach. London, Sage.

Rovee, C. K. et F. W. Fagen. 1976. « Extended Conditioning and 24-Hour Retention in Infants ». Journal of Expérimental Child Psychology, 21 : 1-11.

Schlinger, H.D. 1995. A Behavior-Analytic View of Child Development. New York, Plenum.

Segond, H., E. Sampaio et D. Weiss. 2002. Les stimulations tactilo-somesthésiques issues du TVSS peuvent-elles motiver les comportements d’exploration du bébé ? Colloque du CERRALP, Recherche et Handicap. Lyon, Université Lyon 2 (5-6 décembre).

Siddiqui, A. 1995. « Object Size as a Determinant of Grasping in Infancy ». The Journal of Genetic Psychology, 156, 3 : 345-358.

Sutton, R. S. et A. G. Barto. 1999. Reinforcement Learning. An Introduction. Cambridge MA, MIT Press.

Thelen, E. et L. Β. Smith. 1994. A Dynamic Systems Approach to the Development of Cognition and Action. Cambridge MA, MIT Press.

Van der Meer, A. L. H. 1995. « Development of Eye-Hand Coordination and Timing Skills in Infancy ». Corpus, Psyche et Societas, 22 : 31-41.

— 1997. « Keeping the Arm in the Limelight : Advanced Visual Control of Arm Movements in Neonates ». European Journal of Paediatric Neurology, 4 : 103-108.

Van der Meer, A.L.H., F.R. Van der Weel et D.N. Lee. 1995. « The Functional Significance of Arm Movements in Neonates ». Science, 267 : 693-695.

— 1996. « Lifting Weights in Neonates : Developing Visual Control of Reaching ». Scandinavian Journal of Psychology, 37 : 424-436.

Notes

1 J.-C. Darcheville, C. Boyer, université de Lille 3.

2 Ε. Sampaio, H. Segond, université Louis Pasteur de Strasbourg.

3 S. Delepoulle, université du Littoral Côte d’Opale ; Ρ. Preux, J-C. Darcheville, université de Lille 3.

4 Traduction de « behavioral discrepancy » que nous proposons.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Durée relative de l’extrémité dans la position cible en fonction des conditions de l’expérience 1 pour chaque sujet (sujets 1 à 4 sur le premier schéma, 5 à 8 sur le deuxième).Condition contrôle ligne de base (absence de la voix de la mère) : Β1 and B2 ;condition de contingence (présence de la voix de la mère) : A1, A2, A3, A4 ;condition contrôle extinction (absence de la voix de la mère) : El, E2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7145/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Figure 2 – Variation du débit de positionnement de l’extrémité dans la cible pour chaque sujet (sujets 1 à 4 sur le premier schéma, 5 à 8 sur le deuxième), en fonction des conditions de l’expérience 1.Condition contrôle ligne de base (absence de la voix de la mère) : B1 and B2 ;condition de contingence (présence de la voix de la mère) : Al,A2, A3, A4 ;condition contrôle extinction (absence de la voix de la mère) : El, E2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7145/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Légende Figure 3 - Durée relative de l’extrémité dans la position cible en fonction des conditions de l’expérience 2, pour chaque sujet (S 1 à S3).Condition contrôle ligne de base : Β1 et B2 ;condition sans contingence de renforcement : A1,A2, A3, A4 ;condition contrôle extinction : E1, E2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7145/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 4 – Débit de positionnement de l’extrémité dans la cible pour chaque sujet (S 1 à S3), dans chaque condition de l’expérience 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7145/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Figure 5 – Évolution du placement de l’extrémité du bras (point bleu) dans la zone de renforcement (cercle rouge) en fonction du temps s’écoulant de a en d.Pour une version en couleur veuillez vous reporter à la page 388.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7145/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540