Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agir dans l'espace

 | 
Catherine Thinus-Blanc
, 
Jean Bullier

Avant-propos

Catherine Fuchs

Texte intégral

1Le programme Cognitique du ministère de la Recherche (1999-2002) avait pour objectif principal de favoriser les collaborations entre, d’une part, les sciences du cerveau et/ou le secteur de l’informatique et, d’autre part, les sciences humaines et sociales. À cet effet, dix appels à projets ont été lancés par le programme. Le tout premier, initié en 1999, portait sur le thème de « la cognition spatiale » ; un autre, impulsé en 2001, sur le thème de « l’action ». Le lien étroit entre ces deux thématiques justifie qu’elles se trouvent réunies dans le présent ouvrage.

2En proposant le thème de l’espace et celui de l’action – où les sciences du vivant et les sciences de l’information possédaient déjà de très sérieux acquis –, Cognitique a voulu encourager ces disciplines à intégrer les avancées récentes des sciences humaines et sociales, et aider ces dernières à acquérir une meilleure visibilité sur le terrain de la cognition. Les contributions ici rassemblées illustrent les recherches que le Conseil scientifique de Cognitique a jugées particulièrement représentatives et innovantes à cet égard, parmi les projets soutenus par le programme.

3Le traitement cognitif de l’espace par un être vivant se décompose, on le sait, en différentes phases : il perçoit l’espace – ce qui implique certains mécanismes de catégorisation et d’abstraction –, se le représente, et conserve en mémoire cette représentation qu’il peut rappeler et utiliser pour conduire des actions adaptées et interagir de façon optimale avec l’environnement. Le traitement de l’espace ainsi défini a déjà fait l’objet d’un grand nombre de travaux dans le domaine des sciences de la vie et de la psychologie expérimentale, dont les méthodes d’investigation classiques sont souvent couplées avec des analyses de l’activité cérébrale à différents niveaux d’intégration. D’autres disciplines se sont également penchées sur la problématique du traitement de l’espace : ainsi l’intelligence artificielle, confrontée à la résolution automatique de problèmes de planification – par exemple de trajectoires – ou à l’apprentissage automatique, a-t-elle développé des modèles computationnels étroitement apparentés aux mécanismes de traitement de l’espace ; de même, certaines réalisations en robotique ont-elles très largement été inspirées par les mécanismes de navigation spécifiques aux espèces biologiques mis en évidence par l’éthologie.

4Pourtant, les réalisations des sciences dites « dures » ne laissent pas de poser des questions sur lesquelles les sciences humaines et sociales sont susceptibles d’apporter un éclairage pertinent. Par exemple, dans le domaine de la communication homme-machine, les systèmes d’aide à la navigation déjà mis au service du public pêchent par un défaut de qualités ergonomiques auquel une meilleure connaissance du dialogue spatial entre opérateurs humains devrait permettre de remédier. Dans un tout autre ordre d’idées, les mathématiques et la modélisation posent le problème des fondements cognitifs de la formalisation de l’espace – notamment de la géométrie : celle-ci est-elle codée par l’humain sous un format propositionnel ou comme ensemble d’images mentales ?

5De son côté, l’apport des sciences humaines et sociales est de nature à renouveler la problématique cognitive de l’espace, en mettant en lumière l’incidence des facteurs culturels et sociétaux sur les représentations spatiales (notamment à travers la diversité des langues et des sociétés), ainsi que la complexité des interactions entre la nature des représentations spatiales et l’utilisation effective de l’espace – depuis la conception et la gestion des cartes géographiques, jusqu’à celles de l’habitat urbain.

6Le thème de l’action a, lui aussi, donné lieu à de multiples travaux en sciences cognitives. Au cours des dernières années, les préoccupations des sciences de la vie et des sciences de l’information ont évolué : de modèles centrés sur l’étude d’un agent unique agissant en fonction d’une connaissance préalable de l’environnement, on est passé à des approches comportant plusieurs agents en interaction, chacun intégrant le flux sensoriel et le flux moteur au cours du développement de l’action. Des avancées ont également été faites sur les sites et les mécanismes de prise de décision, les différences entre intention d’agir et planification d’action, le rôle de l’action dans la conscience de soi, la relation entre la connaissance de nos propres actions ou intentions et la compréhension des intentions ou actions d’autrui. Au niveau des mécanismes de réalisation, la séparation artificielle entre perception et action devient caduque, et on assiste aujourd’hui à une prolifération de modèles s’attachant au problème fondamental de la gestion des multiples degrés de liberté du système. Au sein de ces modèles, les notions de programme moteur, de feed-back et de correction en ligne ainsi que les processus de développement, d’apprentissage, d’adaptation et de régulation, avec leurs échelles de temps différentes, ont pris une place sans cesse grandissante.

7Par contrecoup, ce renouvellement théorique a mis en lumière le caractère dynamique et situé de l’action, ainsi que l’importance du contexte physique et social et des éléments médiateurs (objets, significations partagées, conventions). Avec le développement des technologies de l’information et de la communication, le rôle des artefacts informatiques dans la médiation des interactions entre sujet(s) et objet(s) s’affirme : approcher l’action sous l’angle de ces médiations informatiques peut faciliter son étude sur le plan cognitif.

8D’où le caractère incontournable des recherches en sciences humaines et sociales si l’on veut tenter de répondre aux multiples questions soulevées par la notion même d’action en vue de l’étude de ses différents déterminants.

9En effet, pour caractériser les différents niveaux d’organisation, de représentation et de contrôle de l’action, il convient notamment d’établir quels sont les mécanismes et représentations mis en œuvre dans la prise de décision, la programmation motrice et la correction en ligne, et de déterminer comment l’action est représentée et organisée selon son niveau de difficulté, de nouveauté, de complexité et son caractère immédiat ou différé ; il faut également décrire comment interagissent au cours du geste le flux sensoriel multimodal et le flux moteur engendrés par un geste et les corrections associées à celui-ci, épingler les meilleures stratégies permettant de concilier rapidité de réaction et précision de correction, et comprendre comment les aspects temporels du traitement de l’information, les notions d’anticipation et de prédiction sont pris en compte.

10De même, pour étudier les mécanismes constitutifs de la conscience d’agir et de l’interprétation de l’action, il faut pouvoir établir les liens existant entre la capacité d’agir, de contrôler ses actions, et la capacité de s’appréhender comme agent ; il faut aussi pouvoir caractériser les liens entre processus d’auto-attribution d’action et processus d’attribution d’action à autrui, ainsi que les liens entre les formes de la conscience d’agir et les notions d’intention, de responsabilité.

11Enfin, pour approfondir la dynamique des interactions et de l’action collective et pour modéliser le caractère multidimensionnel de l’action, de l’intention et de leur contexte, il convient de savoir caractériser les différentes formes de l’action collective (actions collectives spontanées et organisées, actions d’ensemble, actions coopératives, compétition, etc.) et de pouvoir rendre compte de l’évolutivité de l’action, du fait qu’elle opère de plus en plus au sein d’un monde changeant – qu’il s’agisse des objets ou des acteurs (humains ou machines) mis en jeu – et du fait qu’action et intention évoluent en relation d’interdépendance.

12On l’aura compris, seule une interdisciplinarité bien conduite peut permettre de répondre aux défis posés par la problématique cognitive de l’agir dans l’espace.

13Mai 2005

Auteur

Directrice du programme Cognitique

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540