Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éthologie cognitive

 | 
Jacques Vauclair
, 
Michel Kreutzer

Glossaire

Texte intégral

1Allomarquage : marquage sur un congénère.

2Allopatrique : deux espèces allopatriques sont séparées par des barrières géographiques ou par une distance telle qu’aucun flux génétique n’est possible entre elles.

3Anisotropie : propriété d’un système non équilibré qui, appliquée à l’espace, définit un environnement présentant une forte asymétrie structurale.

4Approche comportementaliste : voir Béhaviorisme. La psychologie expérimentale animale a décidé de limiter son objet à l’étude des seuls phénomènes observables, c’està-dire à l’étude du comportement, en réaction aux errements de la psychologie comparatiste du XIXe siècle qui préconisait l’inférence subjective comme méthode pour donner un contenu à la vie mentale des animaux. Cette approche prend en français le nom d’approche comportementaliste

5Béhaviorisme : (de l’américain behaviorism : comportement) : théorie psychologique fondée sur l’approche comportementale des activités psychologiques. La théorie a été proposée par J. Watson puis développée notamment par B.F. Skninner. Cette théorie préconise de restreindre les phénomènes psychologiques aux observables, c’est-à-dire les entrées sensorielles ou les stimuli (S) et les sorties comportementales ou les réponses (R) de l’organisme. Elle est ainsi aussi désignée sous l’appellation de théorie S-R.

6Céphalisation : ensemble de processus permettant la différenciation d’un « cerveau » dans la tête de l’animal.

7Chélateur : agent chimique qui a la propriété de fixer des ions et ainsi de les inactiver pour une durée plus ou moins longue. Par exemple, l’acide diéthyldithiocarbamique chélate les molécules de zinc contenues dans les vésicules des synapses des fibres moussues de l’hippocampe, bloquant ainsi leur activité pendant une durée de 1 à 2 heures. Les chélateurs sont utilisés pour réaliser des inactivations réversibles de certaines structures nerveuses.

8Cinétique : étude de la forme de la courbe qui caractérise l’évolution temporelle d’un phénomène. Par exemple, l’analyse de la forme d’une courbe d’apprentissage permet de déduire le type de processus d’apprentissage sous-jacent (habituation, sensibilisation, apprentissage par essais et erreurs, apprentissage intelligent).

9Cortex : synonyme de « écorce cérébrale ».

10rhinal : partie du cortex temporal qui touche à l’hippocampe. Une part importante des afférences corticales de l’hippocampe converge vers le cortex entorhinal.

11Cuticule : surface la plus externe du corps d’un insecte, composée primairement par un polisaccharide, la chitine, associée à des protéines.

12Cytochrome-oxydase : enzyme mitochondriale intervenant dans le métabolisme respiratoire.

13Écholocation : mode d’orientation propre à certains animaux (dauphins, chauves-souris) qui repèrent les obstacles et les proies en émettant des ultrasons qui produisent un écho.

14Effet Coolidge : phénomène caractérisé par une forte attraction sexuelle des mâles envers de nouvelles femelles par rapport à des femelles familières. Un tel comportement peut permettre aux mâles d’inséminer un plus grand nombre de femelles. Il implique que les mâles peuvent distinguer les femelles avec lesquelles ils ont déjà copulé des autres partenaires sexuels potentiels.

15Entropie : Notion tirée de la théorie de l’information qui permet de quantifier la variabilité perceptive des tableaux. Le calcul de l’entropie tient compte à la fois le nombre d’icônes différentes représentées dans chaque tableau, et la fréquence de répétition de chacune de ces icônes.

16Gestalt (-Théorie de la) (de l’allemand Gestalt, forme), aussi appelée théorie de la forme : Théorie psychologique qui met l’accent sur l’organisation des informations en configurations ou en totalités au niveau des perceptions et des connaissances.

17Hippocampe : structure neuroanatomique bilatérisée et symétrique appartenant au système limbique du cerveau des mammifères. Chez l’homme et chez les rongeurs, les lésions de l’hippocampe entraînent des déficits importants dans les tâches spatiales.

18Hippocampe aviaire : voir proencéphale dorso-médian.

19Informations allothétiques : informations spatiales (essentiellement visuelles, mais aussi olfactives, auditives...) fournies par l’environnement extérieur.

20Informations idiothétiques : informations spatiales (essentiellement vestibulaires et proprioceptives) générées et intégrées lors des déplacements du sujet.

21Multimodale : se dit d’une structure centrale traitant différentes modalités sensorielles.

22Neuropile : Tissu nerveux fait d’arborisations axonales, dendritiques et gliales constituant l’essence de la substance grise dans laquelle les corps cellulaires nerveux sont inclus.

23Nidifuge : se dit des oiseaux appartenant à des espèces à développement précoce dont les petits sont autonomes et quittent le nid après l’éclosion (ex : poules, canards, oies), par opposition à ceux des espèces à développement tardif (nidicoles) qui restent au nid plusieurs semaines pendant lesquelles ils doivent être réchauffés et nourris par les parents (ex : passereaux, rapaces).

24Ontogénétique (approche-) : étude des processus du développement, de la naissance à l’âge adulte.

25Orthoptère : les sauterelles, les crickets, les locustes.

26Phénotype. : ensemble des caractères d’un individu qui sont l’expression de son génotype. Le phénotype dépend de l’environnement dans lequel l’individu se développe.

27Phylum, A : souche primitive d’où est issue une série généalogique. Désigne aussi un large groupement d’espèces végétales ou animales.

28Phylogenèse : traduction sous la forme d’un arbre des relations entre les différentes espèces faisant apparaître leurs degrés de parenté, leurs ancêtres communs et retraçant ainsi l’histoire de la descendance des êtres vivants.

29Postsubiculum (ou presubiculum dorsal) : aire cérébrale se situant dans les régions de sortie des efférences de l’hippocampe.

30Proprioceptif, ve : les propriocepteurs sont des méchanorécepteurs qui signalent le déplacement d’une partie du corps par rapport à une autre (récepteurs de « self perception »). Ils aident, entre autres, à percevoir la gravité.

31Protencéphale dorso-median : structure neuroanatomique du cerveau des oiseaux, considérée comme l’homologue de l’hippocampe des mammifères.

32Supra-œsophagien : partie du cerveau des céphalopodes située au-dessus de l’œsophage.

33Synapse : la synapse est une région de contact entre deux neurones qui constitue un lieu de communication. Certaines synapses peuvent transmettre directement des signaux électriques (potentiels d’action) mais la majorité des synapses sont de type chimique. Elles utilisent alors des molécules (neuromédiateurs, neurotransmetteurs ou neuromodulateurs) pour transmettre l’influx nerveux.

34Thalamus : ensemble de noyaux qui relaient les informations corticales.

35Théorie objectiviste : théorie de l’instinct qui sert à la théorie éthologique classique. Les initiateurs en sont K. Lorenz et N. Tinbergen. Ces auteurs ont proposé un ensemble de causes et de fonctions générales pour comprendre les instinctives des animaux et encouragé l’usage de descriptions rigoureuses en vue de caractériser le comportement de chaque espèce dans son environnement naturel.

36Théorie poppérienne : une théorie est dite poppérienne (du nom du philosophe Karl Popper) quand à partir d’elle on peut formuler des hypothèses réfutables (falsifïables), c’est à dire énoncer a priori les résultats d’observations ou d’expérimentations qui prendraient la théorie en défaut. Cette propriété poppérienne caractériserait, pour de nombreux scientifiques, les vraies théories.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540