Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éthologie cognitive

 | 
Jacques Vauclair
, 
Michel Kreutzer

III. Communication, comportement social et cognition

Introduction à la partie III

Bernard Thierry

Texte intégral

1Les comportements sociaux, dans ce qu’ils supposent de communication, de tactique et de décision, font intervenir de nombreuses capacités cognitives. À la suite de Lorenz et Tinbergen, nous nous sommes longtemps contentés d’interpréter les interactions sociales des animaux de manière mécaniste, comptabilisant les actions et les réactions des individus et faisant l’économie d’états mentaux complexes : c’était la méthode objectiviste, finalement assez peu éloignée du béhaviorisme. Cette méthode avait néanmoins représenté un réel progrès en son temps. Pour se constituer en tant que science, un champ de connaissance doit se donner un objet d’étude indépendant. En instituant le comportement comme objet de recherche, l’éthologie, mais aussi le béhaviorisme, l’ont dégagé de la gangue de l’introspection et du subjectivisme qui jusque-là maintenait les connaissances dans un anthropomorphisme naïf, consistant à projeter sur l’animal des motivations et des sentiments humains. En s’en tenant à l’observable, il devenait possible de tester des hypothèses sur les facteurs gouvernant les conduites de l’individu, et cela aussi en bien en laboratoire que sur le terrain. L’emploi de termes comme « émotion » ou « motivation » est resté suspect jusque dans les années 1980. Mais on ne peut faire indéfiniment l’économie des états internes de l’animal. La révolution cognitiviste et les travaux des vingt dernières années ont modifié notre vision des relations sociales des animaux en introduisant des notions comme celle de « représentation », d’« intention » ou de « négociation », élargissant considérablement notre champ d’investigation.

2Comprendre le rôle des capacités cognitives dans les comportements sociaux constitue le domaine d’étude de la cognition sociale. On ne peut appréhender une organisation sociale et élucider les stratégies poursuivies par les animaux qui la composent sans savoir comment les individus eux-mêmes perçoivent leurs compagnons, comment ils traitent l’information sociale et quels sont les processus cognitifs mis en jeu dans leurs tactiques sociales. Suivant l’espèce, l’individu sera ou non capable de reconnaître différentes catégories de partenaires en fonction de leur état reproducteur, de leur âge ou de leur appartenance à un groupe donné (cf. l’article de Petit & Pascalis). Notre connaissance de l’Umwelt des animaux reste lacunaire, nous n’avons qu’une compréhension partielle de ce qui est pertinent pour eux dans le milieu, et de leurs capacités d’inférence à propos des signes envoyés par leurs congénères. Dans les communications entre animaux, le message transmis n’est pas un simple « paquet d’informations » qui serait absorbé tel quel par l’individu récepteur. C’est ce dernier qui attribue une signification aux signaux et aux indices perçus en fonction de son expérience propre et du contexte de réception (cf. l’article de Drapier & Visalberghi). La vie en groupe demande de surcroît à l’animal d’anticiper les comportements de ses congénères pour coopérer ou bien les manipuler de manière à atteindre ses objectifs propres. L’étude des mécanismes cognitifs rejoint les recherches sur la fonction adaptative des comportements (cf. l’article de Chauvin, Ducoing & Thierry). Sur le plan des mécanismes, les compétences cognitives des individus sont nécessaires aux tactiques sociales qu’ils développent. Au plan de l’évolution, ces compétences ont pu apparaître en réponse à des pressions de sélection qui favorisent la survie et la reproduction des individus capables de ces tactiques sociales.

3La difficulté pour l’observateur est de discerner si un comportement social complexe s’explique par la mise en jeu de capacités cognitives élaborées ou par des processus plus simples. Un individu sait-il abstraire la relation de dominance établie entre lui-même et un congénère, ou ne fait-il que mémoriser le résultat d’interactions antérieures pour anticipa les comportements futurs ? Un individu qui dissimule une information est-il capable de tromper autrui volontairement ou bien a-t-il appris par essais et erreurs à inhiber des comportements dont les conséquences se sont révélées négatives par le passé ? On a longtemps pensé que la transmission du lavage des patates douces chez les macaques japonais supposait des aptitudes à l’imitation. Les animaux auraient appris « par observation ». Mais qu’avaient-ils réellement perçu ? En déclarant qu’un macaque observe un congénère en train de laver un aliment, nous nous laissons abuser par notre propre langage : utiliser le verbe « laver » nous induit à penser qu’un macaque est capable de comprendre les intentions d’un partenaire là où probablement il ne voit que des actes sans signification C’est à lui de retrouver par lui-même les gestes et la fonction.

4Nous ne saurons jamais ce que sont les états de conscience d’un animal. Chaque fois que nous tentons de comprendre les affects, les motivations et les processus cognitifs qui sous-tendent les interactions et les relations sociales des animaux, nous commençons par interroger nos propres ressorts psychologiques. En acceptant d’ouvrir la boîte de Pandore des états mentaux, nous avons libéré les démons de l’anthropomorphisme. Mais il s’agit cette fois d’un anthropomorphisme éduqué, toujours en conflit avec lui-même. Nous n’avons d’autre choix que de l’utiliser comme un outil permettant de générer des hypothèses qu’il nous faut ensuite tester expérimentalement… et éventuellement réfuter.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540