Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vert patrimoine

 | 
Françoise Dubost

4. Anciennes et nouvelles associations

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les collectionneurs constituent très souvent le noyau dur des sociétés d’amateurs de botanique et d’horticulture, soit qu’ils se trouvent à l’origine de la création de la société, soit qu’ils lui apportent leur parrainage et lui servent de caution. Ce qui est vrai aujourd’hui se constate aussi dans le passé. C’est un petit groupe d’aristocrates mécènes qui fonde en 1827 la Société d’horticulture de Paris, section de la Société royale et centrale d’agriculture. Le premier président de ce club d’amateurs avertis, le vicomte Héricard de Thury, était agronome, ingénieur des mines, et fut directeur des travaux de Paris sous la Restauration1. La Société royale d’horticulture de France prit son autonomie dès 1837, et après avoir été impériale, devint nationale en 1880.

Suivant l’exemple parisien, les sociétés d’horticulture savante se sont multipliées en province au milieu du xixe siècle. Une mode succédant à l’autre, elles prennent la suite des sociétés d’agronomie, si nombreuses au xviiie...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540