Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éthologie cognitive

 | 
Jacques Vauclair
, 
Michel Kreutzer

II. Les approches de la psychologie comparée

Introduction à la partie II

Jacques Vauclair

Texte intégral

1L’élucidation de la façon dont les animaux perçoivent, expérimentent et comprennent leur environnement constitue l’objectif principal de la psychologie de la cognition comparée.

2Les éthologistes comme les psychologues d’orientation béhavioriste se sont pendant longtemps exclusivement attachés à la description et à l’étude des comportements manifestes, car ceux-ci sont susceptibles d’être quantifiés objectivement pour être ensuite testés à la lumière des hypothèses dérivées des théories évolutives. Les processus cognitifs ne sont pas directement observables et doivent être inférés. Cette contrainte en rend l’investigation délicate. Aussi, nombre d’éthologistes et de psychologues comparatistes ont résisté fortement à l’approche cognitive. Cette situation a, par exemple, provoqué régulièrement des crises d’identité dans la psychologie comparée (Wasserman 1997). Aujourd’hui, celle-ci n’est plus contestée, d’autant qu’elle a réussi à s’ancrer fortement d’une part à la psychologie cognitive humaine et, d’autre part, aux neurosciences.

3Après des décennies de règne de l’approche béhavioriste (voir l’introduction générale), la révolution cognitive a radicalement changé les perspectives des études concernées par la cognition animale. Sous l’influence de modèles théoriques puissants (théories de l’information, renouveau des modèles d’apprentissage, etc.), de nouvelles pistes d’investigation ont été ouvertes en conservant par ailleurs la rigueur méthodologique des concepts et des procédures mis au point par le béhaviorisme (Gallistel 1990, Roitblat 1987, Vauclair 1995). De plus, les recherches ont favorisé une modélisation du fonctionnement de l’esprit humain et de son évolution. Plusieurs grandes questions ont ainsi été abordées. Les plus importantes sont évoquées ci-après :

  1. Comment les animaux forment des concepts, catégorisent-ils et reconnaissent-ils les congénères, leur nourriture, et comment représentent-ils espace et temps, causalité, numérosité ?
  2. Quels sont les règles et les processus mis en œuvre dans la gestion des relations des animaux à leur environnement ?
  3. Comment les animaux se représentent-ils leur environnement social ?
  4. Les animaux apprennent-ils par observation, par imitation ou par instruction ?
  5. Les animaux résolvent-ils des problèmes, utilisent-ils des outils et si oui comment ?
  6. Utilisent-ils des symboles, quels sont leurs modes de communication ?

4Les quatre chapitres de cette section illustrent clairement quelques-unes des questions énumérées plus haut. Ainsi, le chapitre de Martin Giurfa montre parfaitement l’interdépendance entre l’étude des comportements et celle de leurs substrats neuronaux. Ces travaux mettent particulièrement en évidence l’intérêt qu’il y a à maintenir une étroite connexion entre l’approche du comportement en milieu naturel et les contrôles réalisés dans le cadre expérimental du laboratoire. Ces recherches montrent également qu’un insecte comme l’abeille met en œuvre des processus de traitement de l’information (notamment visuelle) et utilisent des règles relationnelles qui sont généralement considérées comme étant l’apanage des seuls vertébrés (oiseaux et mammifères).

5Le chapitre de Bruno Poucet et Étienne Save, consacré à « la représentation de l’espace », aborde la question de la navigation chez l’animal et des mécanismes neurobiologiques qui la sous-tendent. Les auteurs montrent notamment le rôle des différentes catégories d’indices qui sont à l’œuvre dans les stratégies spatiales de l’animal, en l’occurrence le rat, et du substrat neuronal, en particulier de l’hippocampe, dans certains comportements spatiaux. Les travaux rapportés par ces chercheurs constituent un exemple remarquable de l’articulation fructueuse entre les méthodes et les théories de la psychologie expérimentale (celles développées autour des concepts de cartes cognitives) et des techniques neurophysiologiques (enregistrement des cellules de lieu « on-line »). La portée de ces recherches est cependant très générale dans la mesure où les structures hippocampiques peuvent fournir un cadre spatial pour l’organisation des souvenirs chez l’homme.

6Le chapitre de Joël Fagot, Edward Wasserman et Michael ϒoung, « catégorisation d’objets visuels et concepts relationnels chez l’animal », propose une synthèse des recherches consacrées au problème de la catégorisation des objets visuels. Dans la littérature comparative, cette question a été essentiellement étudiée chez les oiseaux et les primates non humains. L’approche délibérément comparative choisie par ces chercheurs permet de mettre en évidence la richesse et la complexité des comportements catégoriels. Ces études novatrices ont en outre permis de distinguer des niveaux différents d’abstraction et de conceptualisation entre les espèces. Ce travail souligne enfin le rôle fondamental joué par le langage dans la conceptualisation des relations catégorielles pour l’espèce humaine.

7Dans son chapitre « Les outils : dans quelles espèces, et ce qu’ils signifient », James R. Anderson se livre à une recension des principales démonstrations d’usage d’outils chez l’animal. Cette revue de question est très utile car elle démontre, contrairement à une idée largement répandue, que de tels usages ne sont pas l’apanage des seuls primates, dans la mesure où ces comportements ont été observés dans tous les phyla•, y compris chez les insectes. Les cas d’instrumentalisation des objets sont toutefois les plus nets chez les anthropoïdes. Ces comportements offrent aux chercheurs un support particulièrement adapté pour aborder quelques-unes des questions majeures de l’éthologie cognitive, à savoir celles des capacités mentales des animaux, de leur tradition et même de leur culture.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540