Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éthologie cognitive

 | 
Jacques Vauclair
, 
Michel Kreutzer

I. Cerveau, apprentissage, environnement

Introduction à la partie I

Raymond Chichery

Texte intégral

1Les invertébrés ont été longtemps considérés comme des automates exprimant des comportements stéréotypés et génétiquement programmés. L’intervention de processus cognitifs dans l’exécution de différents comportements chez ces animaux peut donc, pour certains chercheurs, paraître incongrue. Le succès évolutif des invertébrés est pourtant évident et implique vraisemblablement l’émergence de capacités cognitives chez ces animaux permettant ainsi leur adaptation et la colonisation de différents milieux.

2Les céphalopodes « modernes », dits « coléoïdés » (seiches, calmars, poulpes…) ont évolué dans le milieu marin en compétition avec de nombreux autres groupes zoologiques : crustacés et poissons. Ces derniers représentent pour les céphalopodes leurs principaux prédateurs mais également de nombreuses proies potentielles. Cette longue évolution des céphalopodes, en parallèle de celle des poissons, a probablement contribué à l’émergence chez ces animaux de comportements complexes, plastiques grâce à des capacités d’apprentissage et de mémoire étonnantes pour des invertébrés et une céphalisation• importante du système nerveux (Packard 1972). La partie la plus associative du cerveau des céphalopodes est constituée par la masse supra-œsophagienne•. Celle-ci est subdivisée enplusieurs lobes, chacun délimité par un cortex externe formé par les corps cellulaires des neurones et un neuropile• central comprenant les ramifications dendritiques et axonales. Dans cette masse supra-œsophagienne·, le lobe « vertical » semble être la structure la plus impliquée dans les processus d’apprentissage et de mémoire. Il reçoit, via les lobes frontal supérieur et sous-vertical de nombreuses informations visuelles et tactiles. Ces structures sont donc caractérisées par une multiconvergence sensorielle et jouent vraisemblablement un rôle clé dans le traitement des informations multimodales• (cf. aussi les « corps pédonculés » chez les insectes, Giurfa, ce volume).

3Depuis les travaux de Boycott et ϒoung (1955), on sait que la lésion du lobe vertical chez le poulpe entraîne des déficits au cours d’apprentissages discriminatifs visuels. Récemment, nous avons pu montrer chez la seiche une corrélation importante entre le développement post embryonnaire du lobe vertical chez les juvéniles et la maturation des processus de mémoire à court et à long termes (Dickel et al. 1997, Dickel et al. 2001). La rétention de nouvelles informations à long terme se traduit par des modifications d’activités métaboliques du lobe frontal supérieur estimées par la visualisation et la quantification de l’activité cytochrome-oxydase• (Agin et al. 2001).

4À côté de ces résultats concernant l’apprentissage et la mémoire obtenus par des procédures classiques de conditionnement instrumental, des travaux semblent montrer des émergences cognitives intéressantes chez ces animaux. Mackintosh et Mackintosh (1964) ont démontré chez le poulpe une économie d’essais au cours d’inversions successives des consignes de discrimination. Ce résultat est classiquement interprété comme une possibilité pour l’animal de maîtriser des règles logiques élémentaires (cf. Lassalle, ce volume). Mather, qui a pu étudier en milieu naturel le retour au gîte chez le poulpe, suggère que cette espèce est capable d’élaborer une carte cognitive spatiale (Mather 1991,1995). Fiorito et Scotto (1992) ont démontré une capacité d’apprentissage par observation chez le poulpe. Cet apprentissage est également sensible à la lésion du lobe vertical (Fiorito et Chichery 1995).

5Dans le choix des deux contributions suivantes, qui peuvent apparaître hétérogènes par leur contenu, j’ai voulu éviter une dichotomie entre invertébrés et vertébrés. Les contributions de Frank Cézilly et de Jean-Michel Lassalle montrent l’intrication complexe des processus cognitifs, aussi bien dans les aspects proximaux et distaux du comportement animal, mais également leur insertion dans les processus évolutifs.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540