Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La linguistique cognitive

 | 
Catherine Fuchs

Glossaire

Texte intégral

1Absolutif : dans les langues dites ergatives, l’absolutif est la marque de l’actant unique d’un procès (même s’il contrôle celui-ci) et du Patient quand il se présente dans une proposition en présence d’un actant Agent.

2Actant : expression linguistique référant à un participant à un état, un événement ou une action.

3Adjacente : relation linéaire se vérifiant dans une séquence entre deux termes qui ne sont pas séparés par un troisième terme.

4Adposition : constituant rattachant un syntagme nominal postposé (préposition) ou préposé (postposition) à une unité régissante.

5Affixe : morphème lié qui est attaché à un radical ou à une racine pour former un mot complexe.

6Agentivité, agentif : propriété de la représentation d’un actant (l’Agent) conçue comme contrôlant un procès et qui spécifie ce procès comme une action ou une activité.

7Agrammaticalité : propriété d’une représentation syntaxique qui n’est pas générée par les opérations grammaticales disponibles dans une langue particulière et est donc exclue par la grammaire de cette langue.

8Agrammatisme : perturbation, chez certains aphasiques, de la production du langage se traduisant par la simplification des marqueurs morphosyntaxiques de la langue et conduisant les patients à recourir à un « style télégraphique ».

9Aktionsart : propriété du type de procès dénoté par une expression predicative, en particulier un verbe, relativement à son déroulement temporel (caractère statique ou dynamique, momentané ou duratif, transitionnel, résultatif, etc.).

10Aléthique : type de modalité d’une proposition en termes de vérité (grec aletheia) : possiblement, nécessairement, impossiblement ou non nécessairement vrai.

11Allomorphie : alternance dans les différentes réalisations que peut avoir un morphème donné dans des contextes différents.

12Amorçage : technique expérimentale utilisée en psycholinguistique, qui consiste à présenter successivement au sujet deux éléments de langue et à lui demander de prendre une décision lexicale sur le second (par exemple : est-ce un mot du français ou non ?). L’hypothèse est que le temps requis pour cette décision sur le second élément est déterminé par la nature du premier élément et par le rapport – de forme ou de sens – existant entre les deux : le premier sert donc d’« amorce ».

13Analyse componentielle : traitement du sens lexical dans lequel le signifié de chaque unité est distingué de celui des autres par les traits sémantiques qui lui sont associés et qui constituent autant d’éléments de la signification.

14Anaphore : un élément de la langue, employé dans un discours, est dit anaphorique lorsqu’il renvoie à un autre élément du même discours, sans lequel il n’aurait pas d’interprétation. (exemples : Pierre sera heureux si Marie le reçoit. Je t’ai donné mon livre, donne-moi le tien).

15Anomie : également appelé « manque du mot », l’anomie, fréquente chez les aphasiques mais également observable chez le sujet normal, réside en une difficulté, durable ou épisodique, d’accès au lexique.

16Apraxie : difficulté de planification et d’exécution des gestes en l’absence de perturbations des mécanismes qui président à la motricité élémentaire.

17Argument : expression nominale ou propositionnelle entretenant avec un verbe (ou un nom ou une préposition) une relation sémantique. La présence, explicite ou non, des arguments sélectionnés par un prédicat verbal est requise pour que la proposition où figure ce prédicat soit bien formée. Dans une relation prédicat-argument, le prédicat peut être assimilé à une fonction et l’argument à un objet saturant une variable de cette fonction.

18Auxilliation : pour un verbe, perte de valeur prédicative et réduction au statut d’auxiliaire (type de grammaticalisation).

19Causativité, causatif : propriété d’une expression prédicative, en particulier un verbe ou syntagme verbal, caractérisée par le fait que l’un des participants au procès (le causateur) fait subir un changement à un autre participant (le patient), éventuellement dans sa relation avec un tiers (destinataire, locatif, etc.).

20Cible : dans l’expression d’une relation spatiale entre deux objets, l’objet (entité) à localiser par rapport à l’autre objet est appelé « cible » ou encore « trajecteur » : exemple : le mot « livre » dans la phrase le livre est sur la table. « Cible » correspond au terme anglais « trajector ». Voir aussi « site », et « relatum ».

21Cinématique : étude du mouvement.

22Classeflexionnelle : classe d’unités lexicales dont les membres présentent la même morphologie flexionnelle.

23Compétence : dans la perspective de la grammaire générative, la compétence d’un sujet parlant une langue est l’ensemble des règles qu’il maîtrise du fait même qu’il est locuteur de cette langue : la possibilité de construire et de reconnaître une infinité de phrases grammaticales, de les interpréter, de déceler les ambiguïtés, d’identifier les phrases synonymes, etc. La « compétence » se distingue la « performance ».

24Complémenteur : mot grammatical qui marque le statut subordonné d’une proposition complément (que est un complémenteur).

25Compositionnalité (Principe de-) : les sens des mots étant représentés par des symboles élémentaires, on combine ceux-ci entre eux afin de représenter le sens des éléments (groupes nominaux, groupes verbaux, etc.) dans lesquels ils interviennent. Globalement, le sens de la phrase entière est calculé de la même façon, par combinaison des représentations de ses composants (il faut noter que ce mécanisme est quelque peu restrictif et ne permet pas de rendre compte de toutes les finesses de l’utilisation du langage...).

26Compositionnel (processus) : processus de construction du sens d’une forme composée dans lequel le sens des unités qui la composent est préservé et reconnaissable.

27Configuration d’assignation casuelle : dans le modèle Principes et Paramètres de Chomsky, tout groupe nominal doit être marqué comme portant l’un des Cas abstraits mis à disposition par la grammaire. L’assignation n’est possible que si la catégorie qui assigne le Cas et l’expression nominale qui le reçoit figurent l’une par rapport à l’autre dans une configuration structurale déterminée. Dans les premiers états de la théorie, deux relations structurales autorisaient l’assignation casuelle : la relation de gouvernement et la relation spécificateur-tête. Chomsky a montré par la suite que l’assignation des Cas structuraux - le nominatif et l’accusatif en particulier - mettait toujours en jeu une configuration spécificateur-tête.

28Contrefactuelle (-Analogie) : on appelle « contrefactuelle » une construction qui donne pour vraie une proposition qui, dans le monde réel, est admise comme fausse (exemple : si Pierre avait réussi laisse entendre que Pierre n’a pas réussi, tout en évoquant la réussite de Pierre dans un monde contrefactuel). Les constructions de ce type permettent à certains raisonnements et à certaines analogies d’opérer (exemple : si jetais toi, je ne me marierais pas).

29Constructiviste : nom donné au courant qui, dans les sciences cognitives, se démarque du paradigme cognitiviste classique. Ce courant cherche à expliquer les phénomènes observés comme résultant de constructions dynamiques faisant émerger des formes signifiantes.

30Co-texte : également appelé « contexte linguistique », le co-texte se définit comme l’ensemble des segments linguistiques qui, dans un texte, environnent une expression donnée, c’est-à-dire qui précèdent ou suivent cette expression.

31Deixis nominale : propriété d’un syntagme nominal qui pointe sur un participant à la situation d’énonciation (exemple : veuillez me changer ce billet/).

32Deixis temporelle : propriété d’une expression adverbiale (exemple : maintenant, la semaine dernière) ou d’un morphème grammatical (exemple : je vais revenir) référant à un intervalle de temps repéré par rapport au moment de l’énonciation.

33Déontique : type de modalité d’une proposition en termes de contrainte extérieure : permis, obligatoire, interdit, dénué d’obligation.

34Dérivationnel : 1. morphologie, se dit d’un affixe qui permet la dérivation dans le lexique d’un mot à partir d’un autre ;
2. en syntaxe, désigne une théorie de la grammaire dans laquelle à un énoncé donné sont associées plusieurs représentations syntaxiques reliées par les règles de la grammaire ; « dérivationnel » s’oppose à « représentationnel ».

35Dérivations : 1. des opérations qui, étape par étape, modifient la forme ou la structure d’un objet syntaxique ou morphologique ;
2. dans une théorie dérivationnelle de la syntaxe, ensemble des opérations ordonnées qui permettent de construire une structure superficielle à partir d’une structure profonde ;
3. dans le programme minimaliste de Chomsky, ensemble des opérations qui font correspondre à la numération initiale les deux représentations d’interface, la Forme Logique et la Forme Phonétique.

36Diachronie : la diachronie est l’étude des états de développement d’une langue au cours de son histoire ; depuis Saussure, elle est classiquement opposée à l’étude de la langue en « synchronie », qui se centre au contraire sur un état donné de la langue à un moment particulier de son histoire.

37Écholalie : répétition automatique par un sujet des termes prononcés devant lui avec, souvent, reproduction de l’intonation même qui les accompagne.

38Enactivisme : le terme « enaction », proposé par Francisco Varela, renvoie à un courant récent en sciences cognitives inspiré notamment par la phénoménologie, qui vise à faire prédominer le concept d’« action » sur celui de « représentation ».

39Énonciation : l’énonciation se définit comme le processus de production d’un énoncé par un sujet énonciateur dans une situation donnée. Ce processus résulte de la mise en œuvre d’un certain nombre d’opérations linguistiques.

40Enregistrement unitaire : méthode qui, par l’implantation de micro-électrodes, permet d’enregistrer l’activité d’une cellule cérébrale ou d’un neurone.

41Ergatif : : dans les langues dites ergatives, le cas ergatif est la marque de l’actant Agent quand il se présente dans une proposition en présence d’un actant Patient.

42Exérèse : ablation d’une partie du cortex cérébral.

43Explétif : élément sémantiquement vide, simple tenant lieu nécessaire pour marquer l’existence d’une position syntaxique dans une structure (le il impersonnel du français est un explétif).

44Flexion : ensemble des variations de forme que subit une unité lexicale donnée en fonction de son rôle grammatical dans les énoncés où elle apparaît.

45Flexionnel : en morphologie, se dit d’un affixe qui définit la flexion du mot auquel il est attaché ; contrairement aux affixes dérivationnels, les affixes flexionnels déterminent des variations dans la forme des mots, mais ne créent pas de mots nouveaux.

46Forme Logique : niveau syntaxique structuré où sont représentées les relations sémantico-logiques entre les éléments d’une phrase, telles que la portée des quantificateurs, et qui définit l’interface entre la faculté de langage d’une part, le système conceptuel et d’autres capacités cognitives d’autre part.

47Grammaire bidirectionnelle : grammaire qui peut être utilisée aussi bien par des processus d’analyse (compréhension) que par des processus de génération (production).

48Grammaire d’arbres adjoints : grammaire qui opère sur des structures d’arbres. Les deux opérations de base sont la substitution (attacher sous certaines conditions un sous-arbre à une feuille d’un autre arbre) et la jointure (introduction sous certaines conditions d’un arbre auxiliaire à l’intérieur d’un autre arbre). Cette dernière opération rend la grammaire plus puissante qu’une grammaire non contextuelle.

49Grammaire d’extraposition : grammaire qui permet, dans les règles, des références à des chaînes non spécifiées de symboles (représentant une partie de la phrase à laquelle on ne s’intéresse pas), rendant ainsi plus facile la description des extrapositions gauches (déplacements de constituants). Voir aussi grammaire discontinue.

50Grammaire discontinue : les grammaires discontinues sont des généralisations des grammaires d’extraposition puisqu’elles permettent aussi bien l’extraposition droite que l’extraposition gauche et n’imposent aucun ordre sur leur récriture. Une règle de ces grammaires représente un ensemble (qui peut être infini) de règles usuelles ; elle permet d’indiquer les sous-chaînes qui peuvent être ignorées lors de l’application de la règle et éventuellement réordonnées et analysées ensuite par d’autres règles. Cela permet de se concentrer, lors de l’écriture d’une règle, sur les seuls constituants pertinents, en négligeant les sous-chaînes intermédiaires non spécifiées.

51Grammaire d’unification : le principe de base de cette grammaire est d’utiliser le même formalisme pour représenter les éléments du dictionnaire, les règles de grammaire et les représentations des phrases. Un constituant est décrit par un ensemble de couples : {(attribut = valeur)} où chaque couple est considéré comme une description partielle de ce constituant, indépendante des autres. L’ordre de ces couples n’est pas pertinent. Les mécanismes d’analyse consistent alors à « unifier » – quand c’est possible – ces descriptions (ajouter un couple à une description partielle, ou généraliser les valeurs d’un même attribut). Voir unification.

52Grammaire formelle : mécanisme pleinement explicite qui spécifie, à partir d’un ensemble donné d’éléments (le vocabulaire), l’ensemble des suites qui appartiennent au langage défini par cette grammaire. Les premières grammaires génératives étaient formelles en ce sens, puisqu’il s’agissait de construire des systèmes formels générant des langages aussi proches que possible des langues naturelles. Par la suite, « formel » en est venu à signifier simplement « explicite ».

53Grammaire générative : 1. procédé de calcul fondé sur des règles (règles de réécriture ou transformations), permettant de générer et d’énumérer toutes les phrases d’une langue (et seulement elles) conçues formellement comme des séquences d’unités.
2. théorie grammaticale qui se donne pour objet la construction de grammaires des langues particulières au sens de 1.

54Grammaire lexicale fonctionnelle : grammaire d’unification qui utilise la notion d’équations simultanées permettant d’interpréter sémantiquement une structure construite par une grammaire non contextuelle. Cette théorie vise à modéliser la connaissance syntaxique nécessaire pour préciser les relations entre les aspects sémantiques prédicatifs importants dans le sens d’une phrase et les choix des mots et des structures des phrases destinés à exprimer ces relations.

55Grammaire logique : alors que dans les théories classiques les symboles utilisés dans les règles de récriture sont de simples identificateurs, dans les grammaires logiques, ces symboles peuvent être également des variables ou des prédicats (faisant à leur tour intervenir des constantes, des variables ou d’autres prédicats). L’application d’une règle de récriture entraîne alors des opérations d’unification, afin qu’une variable qui apparaît dans une règle ait la même valeur dans toute la règle.
Ce mécanisme permet de spécifier des conditions qui vont restreindre les possibilités d’application d’une règle en explicitant des contraintes sur la nature des variables qui apparaissent dans la règle. On peut ainsi tenir compte du contexte d’application des règles de la grammaire.

56Grammaire sémantique : les catégories non terminales de ce type de grammaire sont des classes sémantiques, définies par le concepteur à partir du domaine à traiter. Le traitement d’une phrase consiste alors à vérifier des correspondances sémantiques avec la grammaire sans trop se préoccuper de la syntaxe ; celle-ci reste implicite et correspond simplement à l’ordre dans lequel peuvent apparaître les diverses catégories sémantiques. Il s’agit plus d’une façon pragmatique de construire des programmes efficaces que d’une théorie linguistique véritable.

57Grammaire syntagmatique généralisée : un aspect important des grammaires syntagmatiques généralisées est la considération de règles sémantiques en parallèle avec les règles syntaxiques. Elles ont le grand intérêt de remettre en cause les rôles respectifs de la syntaxe et de la sémantique et de se diriger vers une théorie formelle intégrée.

58Grammaire systémique : une grammaire systémique est centrée sur l’organisation fonctionnelle du langage et les liens qui existent entre la forme d’un texte d’une part et le contexte (ou les situations) dans lesquelles ce texte peut apparaître, d’autre part. Il ne s’agit donc pas d’une grammaire générative mais d’une grammaire descriptive : elle caractérise les phrases par des ensembles de traits (représentant les choix qu’un locuteur effectue parmi les options qui s’offrent à lui au moment de parler), traits qui peuvent ensuite être utilisés par d’autres processus.
Là, réside un des aspects les plus intéressants de ces grammaires pour l’intelligence artificielle : le passage de traits d’une procédure à une autre - procédé informatique très simple à réaliser - permet de tenir compte d’aspects contextuels et de prendre des décisions fondées sur plusieurs processus qui interagissent tout en conservant une certaine modularité.

59Grammaire transformationnelle : extension du modèle initial de Chomsky qui organise les connaissances syntaxiques en trois volets : 1. une grammaire permettant d’engendrer un ensemble de structures abstraites (structures profondes) qui correspondent à des phrases noyaux (phrases simples, déclaratives à la forme active).
2. un ensemble de règles de transformations, agissant sur les arbres de dérivation et permettant de réordonner les chaînes terminales, d’y ajouter ou d’en supprimer certains éléments. On engendre ainsi toutes les formes possibles de phrases (structure de surface).
3. des règles morpho-phonémiques permettent ensuite de construire, à partir de ces chaînes terminales, la suite de phonèmes ou de caractères correspondant à la phrase (prononcée ou écrite).

60Grammaticalisation : type de changement linguistique attesté dans de très nombreuses langues, par lequel des mots du lexique en viennent à fonctionner comme de purs outils grammaticaux : ainsi, en français moderne, les termes lexicaux pas, mie et goutte n’ont plus leur sens plein originel lorsqu’ils forment avec ne l’expression de la négation. On nomme aussi « grammaticalisation » l’approche linguistique par laquelle on étudie ce phénomène.

61Homéomorphe : qui a une structure fortement similaire (sans que l’on puisse être assuré d’un strict isomorphisme).

62Iconicité chronologique : propriété d’une unité transphrastique (paragraphe, tour de parole, etc.) dont l’enchaînement des propositions ou phrases élémentaires reflète directement la succession des événements (exemple : Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu).

63Implicationnel : universaux caractérisés par la reconnaissance d’une relation d’implication entre deux types d’observation ; par exemple : toutes les langues qui distinguent le duel du pluriel distinguent également le pluriel du singulier. La plupart de ces universaux ne sont que des tendances universelles ; par exemple : quand dans une langue L, le verbe est régulièrement introduit avant/après ses actants dans la proposition, généralement dans le syntagme nominal, le nom est régulièrement introduit avant/après ses membres.

64Lexique : composant de la grammaire d’une langue qui regroupe les entrées lexicales de tous les mots et morphèmes de cette langue, spécifiant l’appartenance catégorielle et les propriétés de sous-catégorisation et de sélection de chacun. On conçoit de plus en plus le lexique, non comme une liste non structurée des particularités et des idiosyncrasies d’une langue, mais comme un réseau sophistiqué d’entrées partageant des spécifications de traits.

65Linguème : unités de structure linguistique concrétisées dans des énoncés particuliers qui peuvent être hérités par réplication (W. Croît).

66« Main invisible » (Processus de la-) : processus initialement conçu par Adam Smith pour expliquer la régulation de phénomènes économiques : bien que les locuteurs n’en soient pas conscients, leurs productions linguistiques respectent des principes statistiques dont les universaux implicationnels sont une illustration.

67Mapping : en mathématique, procédure par laquelle tout objet d’un premier ensemble est systématiquement associé à un objet d’un deuxième ensemble.

68Paradigme : ensemble des formes fléchies présentées par une classe d’items lexicaux - déclinaison d’une classe de noms, conjugaison d’une classe de verbes. On range habituellement ces formes en fonction des traits grammaticaux qu’elles réalisent.

69Performance : dans la perspective de la grammaire générative, la performance désigne les réalisations langagières effectives produites par les sujets parlants, sur la base de leur compétence des règles de la langue.

70Phonologie : étude des sons de la langue en tant que traits distinctifs permettant d’opposer un mot à un autre (quelles que soient par ailleurs les différences de réalisations phoniques non pertinentes).

71Phonotactique : on parle de contrainte phonotactique pour désigner les relations séquentielles que peuvent ou ne peuvent pas entretenir entre eux les phonèmes d’une langue.

72Postposition : Voir Adposition.

73Pragmatique : l’aspect pragmatique du langage concerne les caractéristiques de son utilisation dans des situations de communication. La pragmatique étudie tout ce qui, dans le sens d’un énoncé, tient à la situation dans laquelle cet énoncé est employé, par-delà la structure syntaxique et sémantique.

74Prédication : opération par laquelle un prédicat est assemblé avec un ou des arguments pour former une proposition atomique. Ce terme peut être employé en contexte linguistique ou psycholinguistique.

75Prédicats (Calcul des-) : le calcul des propositions permet des formes de raisonnement calculant la véracité de propositions selon les seules propriétés des propositions composantes d’être vraies ou fausses. Le calcul des prédicats inclut le calcul des propositions, et comporte en plus les notions de prédicat, de quantificateur universel et de quantificateur existentiel. L’intérêt principal du calcul des prédicats est qu’il permet l’introduction de la notion de « variable ».

76Productivité : dénote la propriété de certains schémas et processus de construction, relevant le plus souvent de la morphologie dérivationnelle, auxquels la langue a recours de façon récurrente pour former des mots ou des expressions nouvelles.

77Pronom clitique : pronom personnel dont la propriété est de n’avoir aucune autonomie accentuelle ou prosodique et de devoir occuper dans la phrase une position où il est phonologiquement hé à un mot sur lequel il prend appui. Contrairement aux affixes, les clitiques constituent des unités syntaxiques autonomes. Contrairement aux mots, ils doivent former une unité phonologique avec un autre terme. On parle aussi de pronom faible ou de pronom atone.

78Pronom fort : pronom définissant une unité autonome du point de vue accentuel, prosodique et syntaxique.

79Pronom nul : élément pronominal qui a toutes les propriétés d’un pronom ordinaire, pouvant éventuellement occuper la même position dans la structure, mais dépourvu de réalisation phonétique.

80Prototype (Théorie du –) : théorie développée par la psychologue Eleanor Rosch, selon laquelle tous les éléments d’une classe ne sont pas représentatifs au même titre les uns que les autres, de la dite classe ; le degré de représentativité est appelé « degré de prototypicalité » : ainsi un moineau est un oiseau plus prototypique qu’une autruche par exemple.

81Quantificateur : 1. qui, en logique, désigne un opérateur (quantificateur universel, quantificateur existentiel) ;
2. se dit en grammaire formelle d’un déterminant ou d’un pronom dont la signification peut être représentée par une expression contenant un tel opérateur (aucun, quelque, tous appartiennent à cette classe). Les expressions quantifiées désignent la réalité par une opération de parcours des valeurs particulières dans le domaine notionnel défini par le nom lexical.

82Référence : acte intentionnel visant à renvoyer à une entité ou à un événement du monde (réel ou fictif) par le biais d’une expression linguistique.
La référence est à distinguer de la « dénotation » (ou « référence virtuelle »), qui elle-même doit être distinguée de la « signification ».

83Répérentialité : propriété d’une expression linguistique qui dans un discours réfère à une entité ou un procès repérables dans le monde actuel ou dans un monde virtuel.

84Relatum : dans l’expression d’une relation spatiale entre deux objets, celui qui sert de repère à la localisation est appelé « relatum », par exemple le mot « table » dans la phrase le livre est sur la table. Cette terminologie est utilisée par Klein et Nüse (1997). Un terme plus courant, qui correspond à l’anglais « landmark », est « site » (ou encore « repère »). Cf. aussi « cible », « site ».

85Replication : dans la théorie du changement linguistique de W. Croft c’est la production d’un énoncé reproduisant une structure linguistique. Les variations accidentelles de la structure, partagées par de nombreux locuteurs, peuvent induire un changement structural.

86Site : dans l’expression d’une relation spatiale entre deux objets, celui qui sert de repère à la localisation est appelé « site », par exemple le mot « table » dans la phrase le livre est sur la table. « Site » correspond au terme anglais « landmark ». Cf. aussi « cible », « relatum ».

87Structure profonde : 1. dans le modèle Principes et Paramètres de Chomsky, c’est le niveau de structure (D-structure) qui est une représentation pure des relations de dépendance lexicale entre éléments, chaque argument occupant la position où il est thématiquement interprété ;
2. Niveau éliminé dans le Programme Minimaliste où le point de départ des dérivations n’est pas une structure, mais une collection d’items lexicaux et d’éléments fonctionnels, la numération.

88Structure superficielle : 1. dans le modèle Principes et Paramètres de Chomsky, c’est le niveau de représentation (S-structure) résultant de l’application à la D-structure des opérations de mouvement déplaçant les arguments nominaux et les expressions interrogatives et relatives ; une structure superficielle n’est bien formée que si toutes les expressions nominales ont reçu un Cas et si les affixes ont trouvé un support lexical ; la S-structure est un objet abstrait puisqu’elle contient les traces laissées dans leur position originelle par le mouvement des termes déplacés ; d’autres opérations sont nécessaires pour dériver la représentation phonétique et la représentation de Forme Logique.
2. Dans le Programme Minimaliste, la S-structure perd toute pertinence puisque ce n’est pas un niveau d’interface.

89Supplétion : processus morphologique par lequel une racine en remplace une autre dans la formation de la flexion d’un item lexical.

90Tagmémique : variante du structuralisme linguistique américain (Kenneth Pike) inspirée par la glossématique de L. Hjelmslev.

91Tête flexionnelle : catégorie fonctionnelle dont le contenu, affixal ou non, réalise l’une des dimensions flexionnelles de la langue, le temps, la personne, le nombre, le genre, etc.

92Théorie modulaire : théorie dans laquelle le dispositif grammatical se compose de plusieurs sous-systèmes autonomes avec leurs règles de fonctionnement, leurs principes et leur vocabulaire notionnel propres, appelés modules.

93Topicalité : propriété d’une expression linguistique référant à une entité à partir de laquelle est représenté et exprimé le procès auquel réfère l’énoncé (exemple : ta voiture, tu pourrais me la prêter une journée ?).

94Topologique (Relation-) : relation géométrique invariante quand on déforme continûment la figure, comme, par exemple, la propriété d’être à l’intérieur ou à l’extérieur d’une courbe fermée dans le plan.

95Traces (Théorie des-) : pour rendre compte de l’influence de la structure profonde sur la prononciation dans certaines phrases, Chomsky propose une variante de sa théorie où les deux composants (phonologique et sémantique) agissent uniquement sur la structure de surface ; elle implique alors que celle-ci contient des traces (des marques qui ne seront plus visibles dans l’énoncé) qui reflètent les informations pertinentes de la structure profonde ainsi que des transformations.

96Unification : l’unification, dans une grammaire utilisant des systèmes de traits syntaxiques, est une procédure permettant de combiner deux catégories en une seule, pourvu qu’elles ne contiennent pas d’informations contradictoires. On désigne sous l’étiquette de grammaire d’unification les modèles grammaticaux qui, comme LFG, GPSG, HPSG, ont recours à cette procédure.

97Verbe lexical : forme verbale dotée de contenu et sélectionnant un ou plusieurs arguments ; s’oppose à « auxiliaire ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540