Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La linguistique cognitive

 | 
Catherine Fuchs

II. Regards croisés sur le langage

Linguistique, pathologie du langage et cognition

Des dysfonctionnements langagiers à la caractérisation de l’architecture fonctionnelle du langage

Jean-Luc Nespoulous

Texte intégral

De la linguistique à la psycholinguistique et à la neuropsycholinguistique : origines et évolution

  • 1 Chez un sujet ayant acquis une langue et l’ayant utilisée sans difficultés pendant de nombreuses a (...)

1En 1941, Roman Jakobson octroyait leurs premières lettres de noblesse aux « évidences externes » que la théorie linguistique est selon lui en droit d’aller chercher dans des domaines, fort divers en apparence, comme l’acquisition du langage par l’enfant ou la pathologie du langage, particulièrement celle qui fait suite à des lésions du système nerveux central dans le contexte de ce que la neurologie nomme « aphasie »1 (Jakobson, 1968).

2De telles « évidences », toujours selon Jakobson, sont censées per mettre la validation ou l’invalidation de tel ou tel concept opératoire forgé, dans un souci d’autonomie disciplinaire, par les tenants de la linguistique générale issue des enseignements de Ferdinand de Saussure en Europe, et de Leonard Bloomfield, aux USA.

  • 2 Consécutive au Symposium Hixon qui eut lieu au California Institute of Technology en 1948.

3Vers la fin des années 1960, et dans le contexte de l’émergence du courant cognitiviste2, la nécessité est alors réaffirmée d’une étude des processus sous-jacents à la production et à la compréhension du langage chez le sujet normal et/ou pathologique, étude laissée de côté par les tenants de la démarche linguistique évoquée ci-dessus, ainsi que par le courant behavioriste en psychologie.

4Dès lors, et particulièrement dans le domaine de la pathologie du langage, trois disciplines se trouvent légitimement et inéluctablement convoquées : la linguistique, la psycholinguistique et la neuro-psycholinguistique.

5Le rôle spécifique de chacune des trois disciplines ne pose guère problème. En bref :

  • La linguistique spécifie les propriétés structurales de telle ou telle langue naturelle à chacun de ses niveaux d’organisation : phonologique, morphologique, syntaxique... Son objet est donc l’identification de l’« architecture structurale » des langues et, à travers ces dernières et leur diversité, de l’architecture structurale du langage dans l’espèce humaine ;
  • la psycholinguistique, de son côté, s’assigne pour objectif de caractériser les niveaux de représentation et les processus cognitifs présidant au traitement par l’esprit humain – si possible en temps réel – desdites structures linguistiques, et ce en production comme en compréhension, à l’oral comme à l’écrit. Son objet est donc de spécifier l’« architecture fonctionnelle » sous-jacente du langage ;
  • la neuropsycholinguistique, pour sa part, tente, encore fort modestement, de « réconcilier l’esprit et le corps » (= le cerveau), dans un effort d’identification des structures cérébrales ou réseaux neuronaux mobilisé(e)s lors du traitement cognitif de telle ou telle composante de l’« architecture fonctionnelle » du langage dans telle ou telle activité langagière. Son objet est donc d’appréhender l’« architecture cérébrale », neuronale, du langage.
  • 3 C’est clairement ce que firent les cognitivistes dits « fonctionnalistes », ces derniers privilégi (...)

6Pour être complémentaires, ces trois disciplines n’en entretiennent pas moins des relations hiérarchiques. Ainsi, s’il est possible d’être linguiste sans être psycholinguiste, il semble clairement impossible d’être psycholinguiste sans de solides connaissances en linguistique. De même, s’il est envisageable d’être psycholinguiste sans être neuro psycholinguiste3, il semble impossible de s’intéresser au substrat biologique de la parole et du langage, dans un domaine comme la pathologie du langage, sans de solides connaissances en psycholinguistique et en linguistique (Nespoulous 1997).

7Ensemble, ces trois disciplines permettent – certes de manière encore fort limitée, compte tenu de la complexité du comportement verbal – de faire avancer trois des interrogations fondamentales en matière de sciences cognitives :

  • L’interrogation sur le « quoi ? », c’est-à-dire sur la nature des phénomènes linguistiques étudiés ;
  • l’interrogation sur le « comment ? », c’est-à-dire sur la nature des opérations mentales sous-jacentes aux comportements verbaux ;
  • l’interrogation sur le «  ? », c’est-à-dire sur les réseaux cérébraux – compacts ou distribués – à l’origine de ces comportements4.

De l’intérêt de l’étude des erreurs langagières pour l’appréhension de l’architecture structurale et fonctionnelle du langage

  • 5 Sans oublier S. Freud, certes dans une optique différente. Cf. Psychopathologie de la vie quotidie (...)
  • 6 Le corpus de Meringer comporte plus de 8 000 erreurs de parole, de lecture et d’écriture.

8L’intérêt pour les erreurs langagières, particulièrement au plan phonologique, n’est pas nouveau. Meringer (1908) et Sturtevant (1917)5, relayés ultérieurement par Jakobson, tentent d’utiliser l’étude des erreurs langagières pour mieux comprendre la nature de certains changements linguistiques dans l’évolution des langues, en diachronie6.

9Lashley, psychophysiologiste, à l’aube des sciences cognitives, dans son célèbre article sur « The problem of serial order in behavior » (1951), se sert particulièrement des erreurs d’anticipation (a) pour justifier la nécessité d’abandonner les modèles mécanistiques antérieurs – fonctionnant strictement pas à pas, de gauche à droite – et (b) pour réhabiliter la notion de représentation mentale, frappée de tabou par les behavioristes, de Watson, en psychologie, à Bloomfield, en linguistique. Selon Lashley, l’esprit humain calcule, l’esprit humain planifie, l’esprit humain anticipe. Il n’est donc pas cette bête machine fonctionnant sur la seule base d’une suite ordonnée d’activations et d’inhibitions « gauche-droite », telle que d’aucuns ont pu en rêver aux débuts de l’intelligence artificielle.

10D’autres linguistes, tels Wells (1951) et Hockett (1955, 1958, 1967), affichent également un réel intérêt pour ce que de tels phénomènes (« slips of the tongue ») sont susceptibles de révéler sur le fonctionnement langagier.

  • 7 Telles que le segment situé à l’initiale du mot « John », en anglais, ou à l’intervocalique du mot (...)

11Vers la fin des années 1960 et au début des années 1970, les articles se multiplient. Ils émanent alors aussi bien de linguistes que de psycholinguistes. Parmi eux, le célèbre article de V. Fromkin, paru dans Language en 1971 : « The Non-Anomalous Nature of Anomalous Utterances », suivi deux ans plus tard par un volume entier édité par la même V Fromkin, Speech Errors as Linguistic Evidence, et par un dernier, en 1980, Errors in Linguistic Performance. Dans ces trois publications, elle relève un certain nombre de « notions linguistiques » qui semblent, du fait de la nature de certaines erreurs, posséder une « réalité psychologique », c’est-à-dire correspondre à diverses opérations mentales de l’esprit humain en situation de production langagière. Ainsi, l’observation, chez les sujets normaux aussi bien que chez les patients cérébrolésés, de divers phénomènes de substitution, d’omission, d’addition et de déplacement des unités linguistiques appartenant aux deux niveaux d’articulation des langues naturelles, permettent de valider des notions telles que celle de « segment », de « trait phonétique/phonémique », de « groupe consonantique » en tant que séquence de segments discrets (à la différence des affriquées7), de « syllabe », de « contrainte phonotactique », d’« accent », de « catégorie grammaticale », de « trait sémantique »...

  • 8 Nous préférons personnellement parler de « plausibilité psychologique » que de « réalité psycholog (...)
  • 9 Nous utilisons à dessein l’expression hybride « cerveau/esprit » afin de ne sous-estimer aucune de (...)

12À partir des publications de Fromkin, l’objectif des travaux en la matière va toutefois plus loin que celui des linguistes de la première époque. Il s’agit à présent de tenter d’utiliser ces dérives et erreurs de parole pour édifier, petit à petit et au fur et à mesure des observations, des « modèles de performance » rendant compte, de manière plausible8, (a) de l’architecture fonctionnelle du langage dans le cerveau/esprit humain9 et (b) des différentes opérations cognitives qui sous-tendent l’activité langagière. C’est à cette tâche que va se consacrer à son tour, quelques années plus tard, M. Garrett, ultérieurement relayé par S. Shattuck-Hufhagel. Comme ses prédécesseurs, M. Garrett va surtout utiliser les erreurs de performance, occasionnelles, recueillies auprès de sujets normaux pour bâtir son modèle de production de phrases. Toutefois, constatant que les aphasiques constituaient une population propice à la production en grand nombre d’erreurs de performance, il va également s’intéresser à ces derniers à partir des années 1980 et son modèle sera dès lors souvent utilisé par les neuropsycholinguistes dans leur tentative d’identification des processus cognitifs perturbés chez tel ou tel patient, un rôle que joue de plus en plus souvent aujourd’hui le modèle de P. Levelt.

  • 10 Il n’est, pour s’en convaincre, que de consulter les travaux de Wells, de Hockett, cf. supra.

13L’examen des modèles linguistiques utilisés dans l’analyse des erreurs de performance permet de constater que, contrairement à ce que d’aucuns prétendent, il n’a pas fallu attendre l’avènement de la grammaire générative pour que soit appréhendé, de manière pertinente et efficace, le déterminisme sous-jacent – psycholinguistique de celles-ci10. Si ce dernier courant a, de toute évidence, joué un rôle crucial, voire quasi exclusif à un certain moment, dans le développement de cette discipline, il semble clairement déraisonnable de considérer un tel modèle comme le seul à posséder des propriétés « psycho-ou neuro-compatibles » ! Si un tel courant n’a donc pas le monopole intrinsèque de la neurocompatibilité, il appartient toutefois aux autres courants linguistiques, et en priorité à ceux qui revendiquent le qualificatif de « cognitif », d’envisager à présent sans frilosité la mise à l’épreuve psycholinguistique de leurs architectures, ce qu’ils se sont longtemps refusés à faire.

De l’observation des comportements pathologiques à l’édification de l’architecture structurale et fonctionnelle du langage chez le sujet normal

  • 11 Ici encore, l’existence de différentes composantes structurales au sein des langues naturelles n’a (...)

14En choisissant, comme point de départ de l’entreprise neuropsycho-linguistique, l’étude des manifestations linguistiques pathologiques, le pari est clairement fait que les effets d’une lésion cérébrale focale, dans le contexte de l’aphasie, permettent l’observation du « fractionnement » en composantes et sous-composantes d’une faculté aussi complexe que le langage, ce que certains, de Jerry Fodor à Alfonso Caramazza, ont appelé le « postulat de modularité »11.

15De fait, fort heureusement, la lésion cérébrale n’engendre pas, chez le patient, de chaos cognitivo-linguistique et les perturbations sélectives – plus ou moins marquées selon les patients – permettent bien d’appréhender certaines des composantes à l’œuvre, certainement de manière fort interactive, dans le comportement verbal normal de l’être humain. C’est ce que d’aucuns ont appelé le « postulat de transparence », voire de « soustractivité » chez les plus radicaux d’entre eux. Une lésion cérébrale ne créé rien de novo ; aussi, le clinicien et le chercheur peuvent-ils observer tout à la fois (a) les effets directs du dysfonctionnement de telle ou telle composante – ce qui convient, bien entendu, aux « modularites » – et (b) la réaction du système global, en présence du/des sous-système(s) perturbé(s), sans oublier (c) le déploiement de stratégies d’adaptation (Nespoulous 1994), stratégies qui conduisent, de toute évidence, à rejeter la version forte du « postulat de soustractivité » et de « modularité ».

16On mesure dès lors tout l’intérêt d’un domaine comme l’aphasiologie pour quiconque se pique de tenter d’appréhender l’architecture structurale et fonctionnelle du langage dans le cerveau/esprit humain ! Puisqu’il est très difficile d’appréhender cette dernière à travers l’observation de comportements verbaux chez le sujet sain, chez lequel, à bien des égards, « tout est en interaction avec tout » harmonieusement, le fractionnement symptomatologique engendré par les aphasiques constitue une fenêtre exceptionnelle sur l’« architecture componentielle » du langage dans le cerveau/esprit humain, une architecture qui n’exclut nullement l’existence d’inter actions entre les divers constituants identifiés.

17Dans cette entreprise structuro-fonctionnelle, trois types de phénomènes sont particulièrement recherchés, certains plus riches, productifs et efficaces que d’autres (Coltheart 2001) :

  • Les « doubles dissociations symptomatologiques » ;
  • les « dissociations symptomatologiques simples » ;
  • les « associations symptomatologiques ».

Doubles dissociations

18La mise en évidence de ce premier type de dissociation – considéré, depuis les travaux de Teuber (1955), comme l’outil souverain du neuropsycholinguiste à tel point qu’il est parfois le seul à être cité – requiert le plus souvent la mise en confrontation de deux patients.

19Lorsqu’un patient P1 fait montre de la perturbation d’un système (ou sous-système ou composante) A et de la préservation concomitante d’un système (ou sous-système ou composante) B, alors qu’un patient P2 témoigne de l’existence de la dissociation inverse, conclusion est tirée de l’autonomie fonctionnelle des systèmes ou sous-systèmes A et Β dans l’architecture fonctionnelle du langage dans le cerveau/esprit humain, y compris, bien entendu, dans le cerveau/esprit humain du sujet normal, par extrapolation et en vertu du postulat de transparence déjà mentionné (Séron 1993).

20Une même conclusion de l’autonomie fonctionnelle de divers systèmes ou sous-systèmes cognitifs peut être atteinte, quoique plus rarement, chez un seul et même patient. C’est du moins ce que certaines études de cas ont permis d’avancer : ainsi, Rapp, Benzing et Caramazza (1995) ont rapporté le cas d’un patient qui avait de mauvaises performances en production de noms vs. de verbes à l’oral alors qu’il présentait le « pattern » inverse en production écrite, un double profil symptomatologique qui n’est pas aisé à interpréter, sauf à multiplier, d’une manière peut-être exagérée, les représentations et les entités fonctionnelles sous-jacentes au comportement verbal.

21Bien évidemment, l’observation de telles doubles dissociations tend à renforcer la validité de modèles « modulaires » du fonctionnement du langage. Il convient toutefois de demeurer prudent sur ce point. S’il est vrai que, le plus souvent, la lésion cérébrale ne vient pas perturber la totalité des aspects de la fonction linguistique, laissant ainsi émerger une certaine sélectivité des atteintes, les « doubles dissociations » sont loin de se manifester toujours par des phénomènes de « tout ou rien » (100 % vs. 0 %) ; il s’agit bien plus fréquemment de simples contrastes phénoménologiques, certes statistiquement significatifs, entre composante(s) langagière(s) (mieux) préservée(s) et composante(s) langagière(s) (davantage) perturbée(s) (Shallice 1988) !

22Quoi qu’il en soit, la neuropsychologie du langage a, de fait, permis de mettre en évidence un certain nombre de dissociations de ce type, ce qui semble indiquer clairement que, en matière linguistique de même que dans d’autres domaines cognitifs, « tout n’est pas dans tout et réciproquement » !

23Certaines de ces « doubles » dissociations sont même considérées comme « fortes » et « robustes » (Shallice 1988), dont, à titre d’exemple, la dissociation « Noms/Verbes ».

  • 12 C’est-à-dire qualifiant la zone corticale située en avant du sillon de Rolando (séparant le lobe f (...)
  • 13 C’est-à-dire qualifiant la zone corticale située en arrière du sillon de Rolando (séparant le lobe (...)
  • 14 Parallèlement, certains travaux en imagerie fonctionnelle cérébrale semblent parvenir à des résult (...)

24Certains travaux menés sur des sujets aphasiques au cours des deux dernières décennies semblent en effet avoir mis en évidence une double dissociation dans la gestion de ces deux catégories de constituants linguistiques. Ainsi, certains patients seraient meilleurs dans la production et/ou dans la compréhension de noms que dans celle de verbes, d’autres patients présentant la tendance préférentielle inverse (Miceli et al. 1984, 1988 ; Zingeser et Berndt, 1990 ; Bates et al. 1991 ; Chen et Bates 1998). Plus précisément, les patients présentant une aphasie de Broca avec agrammatisme• – ordinairement à la suite d’une lésion prérolandique12 gauche – produiraient plus aisément les noms que les verbes alors que les patients présentant une aphasie de Wernicke – ordinairement à la suite d’une lésion rétrorolandique13 gauche – géreraient mieux les verbes que les noms. Dans quelques cas, certains auteurs vont même jusqu’à parler de déficit sélectif dans la gestion des noms (Daniele et al. 1994 ; Miozzo et al. 1994 ; Breen et Warrington 1994 ; De Renzi et Di Pellegrino 1995) ou dans la gestion des verbes (McCarthy et Warrington 1985 ; Caramazza et Hillis 1991 ; Ardila et Rosselli 1994 ; Kremin 1994 ; Mitchum et Berndt 1994 ; Orpwood et Warrington 1995 ; Manning et Warrington 1996)14.

25Un examen attentif de la littérature neuropsycholinguistique permet cependant d’identifier (au moins) trois limitations dans les travaux visant à valider une telle dissociation :

  • Tout d’abord, certaines études – reposant pourtant sur le même type de protocole expérimental et ayant recours aux mêmes populations de patients que celles que nous venons de citer – ne retrouvent pas la double dissociation Noms/Verbes, soit que les noms et les verbes « souffrent » de manière équivalente dans les deux groupes de patients (Basso et al. 1990), soit que les noms soient systématiquement mieux traités que les verbes dans tous les cas (Williams et Canter 1987 ; Kohn et Pearson 1989) ;
  • ensuite, d’autres études, plus fines, proposant un paradigme expérimental plus extensif – et comportant donc différentes tâches mobilisant le même matériau linguistique (par exemple, dénomination vs. discours continu) – montrent que les performances varient chez les mêmes patients d’une tâche à une autre (Nespoulous et al. 1988 ; Berndt et al. 1997b ; Jonkers 1998 ; Bastiaanse et jonkers 1998 ; Berndt et al. 1997a), une observation qui vient tempérer quelque peu l’interprétation strictement modulariste du lexique mental telle que privilégiée par les auteurs précédents (cf. Joanette et Goulet 1991, pour une revue critique de l’étude de Zingeser et Berndt) ;
  • enfin, et surtout, ces études reposent presque toujours sur la comparaison d’épreuves de production (ou de compréhension) de Noms d’Objets vs. Verbes d’Action. Dès lors, il n’est plus possible de savoir si la double dissociation observée est déterminée par l’appartenance des items lexicaux testés à deux classes grammaticales distinctes, comme le suggère pourtant l’intitulé des articles déjà publiés, ou par leurs statuts conceptuels respectifs.

26Dans un tel contexte, de nouvelles études sont actuellement en cours (Nespoulous 1999), contrastant la production de noms d’action et de verbes d’action dans des tâches de production et de compréhension. Dès lors, si la double dissociation Noms/Verbes persiste dans un tel protocole nouveau, elle ne pourra être interprétable qu’en termes grammaticaux puisque la représentation sémantique sera maintenue constante dans les deux cas. Les agrammatiques auraient alors véritablement un déficit spécifique dans le traitement des verbes et les anomiques* présenteraient un déficit spécifique dans le traitement des noms, que ces derniers renvoient à des objets, comme dans les études précédentes, ou à des actions.

27Si, au contraire, les deux types d’items lexicaux (noms et verbes d’action) sont également perturbés, tout au moins chez certains patients (les agrammatiques, en particulier), il conviendra alors de conclure à l’existence d’un déficit « de plus haut niveau », transcendant les variations de catégories grammaticales. Dès lors, la double dissociation identifiée dans les travaux initiaux ne pourra(it) s’expliquer qu’en termes lexico-sémantiques et fonctionnels – entités vs. procès – et non point sur la base de la dichotomie Nom/Verbe. Les agrammatiques apparaîtraient alors comme présentant un problème de gestion de la « fonction prédicative », en des termes empruntés à Luria et repris par Jakobson (1956) ; les anomiques, de leur côté, présentant plutôt un problème de lexicalisation des entités.

28Ainsi, même certaines dissociations dites « fortes » ou « robustes » ne le sont pas nécessairement et définitivement, pour peu que l’on examine les phénomènes pathologiques avec une minutie qui n’a pas toujours été de saison !

  • 15 L’article de Dunn et Kirsner est abondamment commenté dans le numéro de Cortex dans lequel il a ét (...)

29De plus, depuis quelques années, certains chercheurs, ayant « obtenu » des doubles dissociations après avoir lésé des systèmes connexionnistes ignorant tout des notions de représentations, de fonctions et de modules, ont tenté de remettre en cause non point leur existence même, mais les inférences qu’elles ont induites en matière de « modularité » du fonctionnement de l’esprit et du cerveau humain (Plaut 1995 ; Juola et Plunkett 2000 ; Dunn et Kirsner 200315).

30On retrouve là la légitimité de la mise en garde et de la prudence de T. Shallice qui, dans son ouvrage de 1988, disait clairement que (a) si des modules existent, alors les doubles dissociations constituent un moyen de les identifier mais (b) qu’il serait trompeur de conclure que puisqu’il existe des doubles dissociations, alors les modules doivent également exister.

Dissociations simples

  • 16 Il convient toutefois de noter que cette notion de « simplicité » ou « complexité » n’est pas aisé (...)

31Si un même patient fait montre d’une perturbation dans le traitement d’un sous-ensemble A de phénomènes linguistiques (phonologiques, morphologiques, syntaxiques...) et/ou dans une tâche X, et de la préservation concomitante d’un autre sous-ensemble Β de phénomènes et/ou dans une tâche Y, ET SI aucun autre patient ne témoigne de l’existence de la dissociation inverse, conclusion est tirée (a) que les sous-ensembles A et B, et/ou les tâches X et Y, n’ont pas à être différenciés dans l’architecture fonctionnelle du langage dans le cerveau/esprit humain et (b) qu’ils ne se différencient qu’en termes de complexité intrinsèque, le sous-ensemble B et/ou la tâche Y étant ainsi considérés comme plus simples, cognitivement moins coûteux, par rapport au sous-ensemble A et/ou à la tâche X16.

32C’est là, à l’évidence, un type de dissociation qui intéresse autant le linguiste, à la recherche d’« évidences externes », que le psycholinguiste et le neuropsycholinguiste.

33Tous les modèles linguistiques, depuis l’avènement de la linguistique générale, débouchent sur l’identification de hiérarchies structurales : les systèmes linguistiques – les langues – ne sont point des systèmes « démocratiques » au sein desquels toute entité vaut autant que toute autre. La « théorie de la marque », issue des travaux de Troubetzkoy en phonologie, dans les armées 1930, postule ainsi l’existence de phonèmes marqués, structuralement plus complexes, et de phonèmes non-marqués, structuralement plus simples, au sein d’un seul et même système phonologique.

34Dans un tel domaine, l’aphasie apporte des « évidences externes » importantes dans la mesure où s’il a été relativement aisé de montrer qu’un patient gérait mieux les phonèmes « non-marqués » que les phonèmes « marqués » (Blumstein 1973 ; Nespoulous 1984), nul n’a jamais observé le phénomène inverse... Il y aurait eu alors « double dissociation » (cf. supra).

35Pareillement, en termes de structures syllabiques, toujours au niveau phonologique, la nature des erreurs engendrées par les aphasiques, tout particulièrement par les aphasiques de Broca, a permis de valider divers modèles de phonologie métrique, prenant en compte la structure syllabique (Nespoulous et al. 1998 ; Nespoulous 1998 ; Béland et Paradis 1998). Ainsi, le patient a-t-il le plus souvent tendance à simplifier la structure syllabique des représentations lexico-phonologiques de sa langue et, donc, à remplacer des structures « branchantes » (par ex. CCV, CVCC, etc.) par des structures plus simples de type : CVCVCV...

36S’agissant des groupes consonantiques, les aphasiques apportent également de l’eau au moulin de certains modèles linguistiques. Par exemple : les CC occlusives/liquides (/br/, /pl/...) vs. constrictives/occlusives (/st/, /sk/). Dans sa production erronée de tels groupes consonantiques, le patient semble respecter certains principes hiérarchiques, absents des modèles phonologiques « linéaires » plus anciens.

  • 17 Cf. Fossard 1999, 2001 ; Grosz et Weinstein 1995.

37Il serait aisé de démontrer les mêmes tendances (par ex. le plus simple est plus aisé que le complexe) au niveau syntaxique ainsi qu’à d’autres niveaux d’organisation des langues naturelles17.

38D’autres dissociations, apparemment unilatérales, et donc « simples », existent et méritent l’attention du linguiste, du psycholinguiste et du neuropsycholinguiste. C’est le cas de la dissociation entre les usages « référentiels » et « modalisateurs » du discours (Nespoulous 1980, 1981 ; Nespoulous et al. 1998). Bien que fréquemment observée chez les patients, cette dissociation, rejoignant le distinguo proposé par Charles Bally entre le « dictum » et le « modus » du discours, n’a pas fait l’objet de nombreux travaux.

39Selon Bally (1942), tout acte de parole renferme deux composantes distinctes :

  • Le « dictum », dont l’objectif est la mise en place, par le locuteur, d’une information spécifique faisant référence à des personnes, à des objets ou à des idées appartenant à l’environnement social et culturel de la communauté à laquelle il appartient. C’est cette composante qui est ici qualifiée de « référentielle » ;
  • le « modus » ou « modalité » qui est « la forme linguistique d’un jugement intellectuel, d’un jugement affectif ou d’une volonté qu’un sujet pensant énonce à propos d’une perception ou d’une représentation de son esprit », c’est-à-dire à propos du « dictum ». C’est cette composante qui est ici qualifiée de « modalisatrice ».

40De plus, linguistiquement parlant, une telle dissociation, au-delà de considérations strictement structurales, souligne l’importance de porter le débat au plan « fonctionnel », y compris en termes linguistiques, comme l’ont fait, par exemple, des linguistes tels que M.A.K. Halliday (1970).

41Quelques échantillons de discours aphasiques permettront d’illustrer cette dissociation :

Échantillon aphasique 1 (anomique)

Thérapeute :

« Comment allez-vous ? »

Patient.

« Je suis très heureux de vous... bien heureux...
mon Dieu ! Je suis très bien. Je reconnais que,
euh..., Mon Dieu ! j’ai... j’ai... j’aime bien/f/...
parce que – qu’est-ce que vous voulez ? – euh... »

Echantillon aphasique 2 (Wernicke avec jargon phonémique)

Thérapeute :

« Qu’est-ce qu’il vous est arrivé ? »

Patient.

« Bien, c’est-à-dire... oui... évidemment...
enfin... comment dirais-je ?... je veux dire/
aktemamono/toujours/komota/touj ours/
akaboereskata/quand même... de nouvelles/
zekybyroe kadureribyroe/oui, forcément,
vous comprenez ? »

Thérapeute :

« Vous êtes déjà venu ici ? »

Patient.

« Ah, oui, toujours aussi, Oh !... est-à-dire que
j’ai eu au/akyky/... euh... comment ça
s’appelle ?/sebyzyr/... comment ça/bikoetoe/...
un/asda/de/SOEDOEFOE/... je me souviens pas
comment c’était exactement... Ah ! bien sûr,
oui... certainement... toujours.../avateloebo/...
il faudrait écouter/lezozoe/, vous comprenez ?
C’est exactement... ça devrait arriver à/
dekudroe... a seduboe/... à découvrir ça...
un peu plus... un petit peu plus, si vous voulez. »

Échantillon aphasique 3 (syndrome frontal) Récit du Petit Chaperon rouge

  • 18 Les fragments discursifs en italique correspondent à des fragments « référentiels », même s’ils ne (...)

« Bien là,... d’abord... la grand-mère, en principe, lui sert la soupe, oui, quoi... lui... chose... et lui amène, disons, puisque vous voulez des détails,... lui amène le chose, bon.
« Ensuite, alors, la petite fille s’en va au bois, apparemment sans histoire ».18

42Au vu des échantillons ci-dessus, le distinguo avancé par Charles Bally semble bien être honoré par les patients examinés, et ce toujours dans le même sens, d’où le recours à la notion de « dissociation simple ».

  • 19 Cf. la « dissociation automatico-volontaire » de Baillarger-Jackson.
  • 20 au moins en français, l’équivalent, en anglais, du « n’est-ce-pas ? » français étant loin d’être f (...)
  • 21 Ce même patient était absolument incapable d’énoncer un message « référentiel » du type : le verre (...)

43À l’instar de Jackson, certains neurologues ont proposé de considérer ces fragments discursifs exempts d’erreurs – fragments « modalisateurs » – comme des « automatismes langagiers », ne nécessitant aucune activité « volontaire », d’où leur préservation19 chez les patients. Certes, il est possible d’admettre l’automatisation de courtes « bouffées verbales » telles que « n’est-ce pas ? »20, « je peux pas », « je sais pas » ou quelques jurons. En revanche, il semble clairement impossible de considérer comme automatismes verbaux des comportements aussi complexes que le suivant, réponse d’un patient à qui un clinicien demandait quel était son métier antérieurement à sa maladie : « Ah, ça, mon cher ami, je ne sais pas si j’aurai le courage de vous le dire21. »

44Comme il apparaît dans ce qui précède, les deux types de dissociations ci-dessus, les « doubles » comme les « simples », ont pour fondement la manière dont la linguistique générale envisage l’architecture structurale des langues naturelles et son « fractionnement » en :

  • Composantes et représentations qualitativement différentes, au plan « structural » : phonologie, morphologie, syntaxe..., mais aussi, plus rarement, au plan « fonctionnel » : référentiel/modalisateur... ;
  • structures de complexité intrinsèque variable au sein de chaque composante ; et seul un ancrage linguistique permet d’identifier et de rendre compte de telles dissociations.

45Par rapport à une telle architecture « postulée », l’ouvrage du psycholinguiste et, plus encore, du neuropsycholinguiste est tout tracé : (a) il s’agit, d’une part, grâce aux doubles dissociations, de valider la modularité, ou le « traitement fonctionnellement différentiel », des diverses composantes de la langue. Il s’agit ensuite (b) de valider les échelles de complexité intra-modulaires ou intertâches, via la mise en évidence de dissociations simples. Nombreux sont les travaux, particulièrement en pathologie du langage, qui ont tout à la fois attesté la validité d’une telle démarche et bon nombre des caractérisations structurales échafaudées par les linguistes.

Associations symptomatoogiques

46Moins fréquemment étudiées que les deux cas de dissociations précédentes, les associations symptomatologiques n’en constituent pas moins un domaine intéressant, et délicat, en neuropsycholinguistique contemporaine.

  • 22 Les patients présentant un déficit spécifique, conduisant à une symptomatologie homogène. Ces cas (...)

47De fait, à l’exception des cas « purs22 », la plupart des patients aphasiques engendrent, au moins au niveau superficiel, plusieurs symptômes, voire même, chez certains, une myriade symptomatologique qui conduit inéluctablement au double questionnement suivant :

  1. le patient souffre-t-il de plusieurs déficits « associés », que ces derniers restent dans la sphère verbale ou qu’ils franchissent la frontière verbale/non verbale, du fait, éventuellement, de la proximité anatomique de différents réseaux fonctionnels différents ?
  2. ou y a-t-il, au-delà de l’hétérogénéité symptomatologique de surface, quelque principe, mécanisme ou dénominateur « commun », susceptible de valider une interprétation unitaire du déterminisme sous-jacent de l’ensemble des symptômes observés ?

48La question est d’importance dans la mesure où elle pose le problème de la spécificité et de l’autonomie des processus cognitifs sous-tendant l’activité langagière par rapport à ceux qui sous-tendent d’autres fonctions mentales supérieures (non verbales).

49Le syndrome de Gertsmann constitue ici un exemple illustratif de l’intérêt, mais aussi de la complexité, des phénomènes d’« associations ».

50Ce syndrome, bien établi en neurologie clinique, se caractérise par la co-occurrence de quatre symptômes fort différents : acalculie, agnosie digitale, désorientation droite-gauche et dysgraphie. Dans un tel cas, il semble délicat, pour l’heure, d’avancer un quelconque niveau représentationnel singulier ou un quelconque dispositif cognitif unique sous-tendant les quatre phénomènes relevés. Il semble bien plus plausible de considérer que ces symptômes hétérogènes émanent de l’atteinte de différents systèmes cognitifs utilisant des voies cérébrales topographiquement proches au sein du lobe pariétal gauche.

51La liste est longue des travaux, tous pertinents, reposant sur la problématique des « associations », particulièrement dans le cas d’associations « verbales – non verbales » :

52Que dire, en effet, des similarités, sans exclure les différences, entre :

  • Langage et musique (chez des « experts » des deux habiletés) ?
  • langage et praxies : un apraxique• non-aphasique peut-il parler convenablement de ce qu’il ne peut plus faire (Nespoulous, Heurley et Virbel, en cours) ?
  • langage et désorientation spatiale : un patient désorienté dans sa gestion de l’espace demeure-t-il capable de décrire convenablement des itinéraires alors même qu’il se perd dans la ville dès qu’il tente de s’y promener (Ricalens, Denis et Nespoulous, en cours) ?

53Quelles que soient les réponses à ces différentes questions, celles-ci seront cruciales :

  • Ou bien elles contribueront à étayer l’existence d’un seul système représentationnel profond, sous-tendant les performances dans des domaines apparemment différents ; il y aura alors « associations symptomatologiques » fortes interdomaines !
  • ou bien elles contribueront à étayer l’hypothèse selon laquelle l’esprit/cerveau humain dispose de systèmes cognitifs authentiquement distincts, et les modularistes auront alors quelques nouveaux arguments objectifs !
  • 23 C’est là une des thématiques scientifiques majeures de l’Institut des sciences du cerveau de Toulo (...)

54En termes neurocognitifs, la problématique des éventuelles associations symptomatologiques interdomaines, chez l’homme, ouvre également une perspective fort prometteuse, mais non nouvelle, en matière de comparaison homme/animal. Ainsi, par exemple, les perturbations interdomaines (incluant le langage) observées parfois chez l’homme cérébrolésé ET les perturbations – obligatoirement non verbales induites chez certains primates dans certaines conditions expérimentales (exérèses• ou enregistrements unitaires•) constituent un enjeu majeur pour la recherche en sciences cognitives. La question fondamentale est ici encore la suivante : les corrélats cérébraux du langage chez l’homme, les corrélats cérébraux d’autres fonctions mentales supérieures (toujours) chez l’homme ET les corrélats cérébraux de certains comportements chez l’animal sont-ils fondamentalement différents OU, l’autonomie du langage étant alors battue en brèche, cette habileté cognitive primordiale dans l’espèce humaine emprunte-t-elle des réseaux fonctionnels déjà utilisés par d’autres fonctions, chez l’homme ainsi que chez les animaux « supérieurs »23 ?

55À travers les trois types de phénomènes exposés ci-dessus – doubles dissociations, dissociations simples et associations – systématiquement recherchés par le neuropsycholinguiste, une première incursion peut donc être faite dans le fonctionnement de l’esprit humain, en matière de langage mais aussi en matière de cognition au sens plus général du terme. Les travaux des trente dernières années dans le contexte de la neuropsycholinguistique cognitive attestent de l’intérêt d’une telle démarche, et ce même si, à l’évidence, la route est encore très longue !

L’articulation « esprit » - « cerveau »

56Jusqu’ici, dans le présent chapitre, il a été essentiellement question du « quoi ? » et du « comment ? », et le « où ? », c’est-à-dire l’ancrage cérébral/neuronal des comportements verbaux soumis à étude, a été largement laissé de côté.

57Historiquement, les premiers travaux visant à identifier les parties du cerveau mobilisées dans telle ou telle activité linguistique ont reposé sur l’examen anatomopathologique, post mortem. En pareil cas ont donc été identifiés, d’une part, les différents symptômes présentés par un patient de son vivant et, d’autre part, la ou les parties du cortex cérébral lésées via l’observation de la surface du cerveau de ces patients ou via des coupes sériées de leur cerveau. C’est ce que, depuis Déjerine, on appelle la « méthode anatomo-clinique » ou l’étude des « corrélations anatomo-cliniques ».

58Cette méthode, initiée par Paul Broca, est à l’origine de la localisation, dans l’hémisphère gauche – et pas n’importe où dans l’hémisphère gauche – de « la faculté du langage articulé », de la « zone du langage ».

59Sans remettre en question les apports de cette méthode – complétée utilement par l’arrivée des premières générations de scanners (permettant d’effectuer des observations du vivant des patients) – il convient d’insister sur le caractère réductionniste d’une telle conclusion « cartographique ».

60Deux points, au minimum, ne peuvent dorénavant plus être ignorés. D’une part, du fait de la localisation désormais très précise des lésions cérébrales responsables d’une aphasie, le nombre d’exceptions au dogme de la localisation cérébrale n’a fait que croître :

  • Patients avec une même symptomatologie mais présentant des lésions différentes ;
  • patients avec une « même » lésion et présentant une symptomatologie différente ;
  • patients avec de grosses lésions et une symptomatologie réduite ;
  • patients avec une petite lésion et une symptomatologie lourde et diversifiée.

61En d’autres termes, les exceptions sont nombreuses, qui viennent tempérer l’enseignement neurologique classique (cf. Basso et al. 1985).

  • 24 « Aphasie » par lésion de l’hémisphère dit « mineur », cf. Joanette et al. (1982).

62D’autre part, et plus crucialement, les lésions hémisphériques droites sont loin de n’avoir aucun impact sur le fonctionnement langagier. En dehors des cas d’« aphasie croisée24 » (Joanette et al. 1982 ; Puel et al. 1982), qui semblent bien montrer que tout n’est pas systématiquement et inéluctablement « précâblé » dans le cerveau, les patients cérébrolésés droits – habituellement considérés comme nonaphasiques – s’avèrent fréquemment perturbés dans divers aspects du traitement du langage. Depuis les travaux initiaux de J. Eisenson (1959) et d’E. Weinstein (1964), la liste ne fait que s’allonger des processus linguistiques perturbés par lésion droite (Joanette 1980) :

  • La compréhension des métaphores (Pakzad et Nespoulous 1997) ;
  • la compréhension des actes de parole indirects (Champagne 2001) ;
  • la compréhension d’humour, des sarcasmes (Hannequin et al. 1987) ;
  • le traitement des inférences et de l’implicite dans le discours (Duchêne 1997) ;
  • le traitement de certains aspects de la prosodie (Hannequin et al. 1987).

63De telles observations conduisent parfois à considérer que si la « grammaire », dans ses aspects les plus formels et formalisables, est plutôt gérée par l’hémisphère gauche, le « langage », pragmatique inclusivement, semble nécessiter la mobilisation de l’hémisphère droit, le langage ou, plus précisément, ce que ce dernier a de plus élaboré et de plus sophistiqué dans son fonctionnement. Dès lors, il n’est plus possible d’écarter les cérébrolésés droits du champ d’étude du neuropsycholinguiste, de même qu’il devient insoutenable de voir que ces patients sont rarement pris en charge, sur le plan thérapeutique, au motif essentiel qu’ils ne sont pas, officiellement, aphasiques !

64Les apports de l’imagerie fonctionnelle cérébrale, chez le sujet sain, semblent bien (a) aller dans la même direction que celle qui vient d’être évoquée et (b) démontrer que l’hémisphère droit est bel et bien actif dans bon nombre de tâches linguistiques. Sans conduire nécessairement au rejet de l’existence de systèmes fonctionnels distincts dans le cerveau humain, de telles observations, au cours des vingt dernières années, font clairement nécessité d’appréhender l’activité linguistique comme largement distribuée dans le cerveau, distribuée à l’intérieur de l’hémisphère gauche mais aussi dans l’hémisphère droit. Exception faite, sans doute, des traitements sensori-moteurs de bas niveau, bien strictement localisés dans les cortex primaires, et plutôt dans l’hémisphère gauche pour le traitement d’informations/stimuli linguistiques, il convient de constater que, dès que la tâche devient quelque peu plus complexe, c’est-à-dire dès que celle-ci devient « authentiquement cognitive », l’activité requiert la mobilisation de réseaux passablement distribués. L’histoire de cette nouvelle époque dans l’étude des corrélations « structure-fonction » au plan linguistique, voire à un niveau cognitivement supérieur (cf. supra), n’en est encore qu’à ses débuts !

  • 25 Peut-être sur la base de Régions d’Intérêt (ROI = « Regions of Interest ») un peu « larges » !

65Il suffit, pour s’en convaincre, d’examiner certaines méta-analyses effectuées au cours des dernières années à partir de divers travaux ayant pour objet de confronter les données obtenues, en imagerie fonctionnelle, dans telle ou telle tâche langagière spécifique, la dénomination, par exemple. Ainsi, Jean-François Démonet – sur la base de plusieurs dizaines études avec imagerie portant sur la dénomination d’objets – a examiné les régions cérébrales impliquées dans la production de mots isolés (Démonet et al. en révision). Si Indefrey et Levelt (2000) étaient parvenus25 à la conclusion que différentes zones de l’hémisphère gauche jouaient un rôle spécifique dans la gestion de certains processus nécessaires à l’effectuation d’une telle tâche, Jean François Démonet montre que, dans bien des cas, une activité significative dans l’hémisphère cérébral droit est également relevée !

Conclusion : quelques orientations et défis de la neuropsycholinguistique pour le XXIe siècle

66Quelques orientations peuvent être énumérées, lesquelles constituent autant de défis pour la neuropsycholinguistique des décennies à venir :

  • Du fait de son importance théorique aussi bien que méthodologique, il s’avérera indispensable de quitter le niveau du « mot isolé » pour appréhender la gestion des diverses composantes du lexique mental en contexte phrastique et discursif. Comment, en effet, prétendre rendre compte « hors contexte » de la gestion des verbes, de la morphologie flexionnelle verbale ou de la co-référence via des pronoms anaphoriques, au sein de tâches expérimentales limitées à la production et/ou à la compréhension de mots isolés ?
  • le comportement verbal humain étant loin d’être stéréotypé, les études futures ne pourront exclure la prise en compte des divers types de variabilités, toutes indicatives des nombreux « degrés de liberté » du comportement verbal humain. On s’éloignera ainsi d’un certain mécanicisme réductionniste parce que uniforme et unitaire !
  • la lésion cérébrale ne se manifestant pas uniquement par des phénomènes « négatifs » – directement issus du déficit causal – mais aussi par la mise en place de « stratégies palliatives » (cf. supra), ces dernières devront être systématiquement étudiées avec le double objectif (a) d’évaluer le potentiel cognitif « adaptatif » du patient et (b) d’envisager les programmes thérapeutiques susceptibles d’aider ce dernier à surmonter au mieux son handicap ;
  • parallèlement à l’étude de sujets cérébrolésés, il sera également indispensable, puisque cela est désormais possible, y compris via l’imagerie fonctionnelle, d’examiner les sujets normaux « en situation difficile » de « double tâche » ou « complexe » (par exemple, les interprètes simultanés). La comparaison des performances verbales de ces deux types de populations, en situation d’« hypofonctionnement » ou d’« hyperfonctionnement » selon les cas, devrait faire avancer la recherche en matière de caractérisation des processus, y compris « adaptatifs », sous-tendant la gestion de l’information linguistique en « situation extrême ».

67Dans toutes ces entreprises, il conviendra, encore plus que par le passé :

  • De bien contrôler le matériau linguistique manipulé : ce sera là, demain plus encore qu’hier, la tâche du linguiste ;
  • de recourir autant que possible à un modèle explicite du traitement (psycho)linguistique de l’information, et donc de bien contrôler les contraintes de traitement en fonction des situations/tâches proposées : ce sera là, demain plus encore qu’hier, la tâche du psycholinguiste ;
  • de n’envisager de recourir à l’un et/ou à l’autre des moyens modernes d’imagerie fonctionnelle cérébrale que lorsque des données comportementales, aussi stables et robustes que possible, auront été préalablement obtenues.

68Une telle démarche et de telles orientations ne peuvent être envisagées que dans le cadre d’équipes pluridisciplinaires réunissant, au minimum, les trois disciplines évoquées tout au long du présent chapitre.

69L’intégration de la linguistique comme « premier cercle » dans la démarche tripartite proposée souligne bien son rôle central dans un tel dispositif pluridisciplinaire.

70Le fait que cette discipline, dans la vision hiérarchique des relations interdisciplinaires ici présentée, ait statut de « discipline centrale » autour de laquelle viennent s’articuler, en deuxième et troisième cercle, la psycholinguistique et la neuropsycholinguistique, devrait rassurer ceux des linguistes qui considèrent encore parfois les domaines de la psycholinguistique et de la pathologie du langage comme marginaux (Nespoulous 1997).

71Dans un tel contexte, l’ambition d’un tel chapitre était de montrer, en particulier à travers les illustrations convoquées, (a) quel peut être l’apport de la linguistique pour une meilleure caractérisation et appréhension de la pathologie du langage et (b) quel peut être, en retour, l’apport de la pathologie du langage pour une meilleure appréhension de l’architecture structurale et fonctionnelle du langage dans le cerveau/esprit humain.

Notes

1 Chez un sujet ayant acquis une langue et l’ayant utilisée sans difficultés pendant de nombreuses années, l’« aphasie » est la conséquence d’une lésion cérébrale focale, ordinairement localisée dans l’hémisphère gauche. L’intérêt majeur du « modèle aphasique » réside dans le fait qu’une telle pathologie vient perturber, de manière souvent sélective, tel ou tel aspect de la fonction linguistique (Cf. infra).

2 Consécutive au Symposium Hixon qui eut lieu au California Institute of Technology en 1948.

3 C’est clairement ce que firent les cognitivistes dits « fonctionnalistes », ces derniers privilégiant le fonctionnement de l’esprit humain au détriment de celui du cerveau qui l’abrite !

4 À terme, cette dernière approche devrait être en mesure de fournir également des informations sur le « comment » neurophysiologique sous-jacent aux comportements verbaux à l’étude, mais en l’état actuel d’avancement de la science, les résultats à disposition sont encore fort limités.

5 Sans oublier S. Freud, certes dans une optique différente. Cf. Psychopathologie de la vie quotidienne, dont la première édition, en allemand, date de 1901.

6 Le corpus de Meringer comporte plus de 8 000 erreurs de parole, de lecture et d’écriture.

7 Telles que le segment situé à l’initiale du mot « John », en anglais, ou à l’intervocalique du mot « mucho », en espagnol.

8 Nous préférons personnellement parler de « plausibilité psychologique » que de « réalité psychologique ».

9 Nous utilisons à dessein l’expression hybride « cerveau/esprit » afin de ne sous-estimer aucune des deux démarches majeures en sciences cognitives : la démarche fonctionnaliste (cf. supra) et la démarche neuroscientifique (cf. infra).

10 Il n’est, pour s’en convaincre, que de consulter les travaux de Wells, de Hockett, cf. supra.

11 Ici encore, l’existence de différentes composantes structurales au sein des langues naturelles n’a pas attendu l’avènement de la grammaire générative et transformationnelle !

12 C’est-à-dire qualifiant la zone corticale située en avant du sillon de Rolando (séparant le lobe frontal du lobe pariétal).

13 C’est-à-dire qualifiant la zone corticale située en arrière du sillon de Rolando (séparant le lobe frontal du lobe pariétal).

14 Parallèlement, certains travaux en imagerie fonctionnelle cérébrale semblent parvenir à des résultats similaires : implication du lobe frontal gauche (où se trouve l’aire de Broca) dans le traitement des verbes et du lobe temporal inférieur dans le traitement des noms (Damasio et Tranel 1993).

15 L’article de Dunn et Kirsner est abondamment commenté dans le numéro de Cortex dans lequel il a été publié, en février 2003.

16 Il convient toutefois de noter que cette notion de « simplicité » ou « complexité » n’est pas aisée à caractériser. Certaines tâches peuvent paraître plus aisées que d’autres sur certains points mais plus difficiles sur d’autres. Ainsi, par exemple, la répétition peut sembler plus difficile que la lecture à haute voix du fait de la fugacité (en temps réel) du stimulus en répétition et de sa permanence, sur la feuille de papier, en lecture à haute voix. On peut toutefois penser que la répétition maintient le locuteur dans la même modalité, orale, à l’entrée du message comme à sa sortie, alors que la lecture à haute voix requiert de « jongler » avec deux modalités distinctes : l’écrit d’entrée et l’oral de sortie !

17 Cf. Fossard 1999, 2001 ; Grosz et Weinstein 1995.

18 Les fragments discursifs en italique correspondent à des fragments « référentiels », même s’ils ne sont pas toujours adéquats, compte tenu de la version standard du conte.

19 Cf. la « dissociation automatico-volontaire » de Baillarger-Jackson.

20 au moins en français, l’équivalent, en anglais, du « n’est-ce-pas ? » français étant loin d’être figé et automatique (cf. « Tag Questions » au sein desquelles il convient de « calculer » l’auxiliaire adéquat compte tenu du contexte, de même que la forme interrogative ou interro-négative de cet appendice discursif).

21 Ce même patient était absolument incapable d’énoncer un message « référentiel » du type : le verre est sur la table !

22 Les patients présentant un déficit spécifique, conduisant à une symptomatologie homogène. Ces cas sont relativement rares en clinique neurologique, ce qui n’atténue en rien leur validité et leur portée.

23 C’est là une des thématiques scientifiques majeures de l’Institut des sciences du cerveau de Toulouse, particulièrement en matière de « catégorisation ».

24 « Aphasie » par lésion de l’hémisphère dit « mineur », cf. Joanette et al. (1982).

25 Peut-être sur la base de Régions d’Intérêt (ROI = « Regions of Interest ») un peu « larges » !

Auteur

Professeur à l’université de Toulouse-Le Mirail. Dirige le laboratoire Jacques Lordat (EA 1941) et l’Institut des Sciences du Cerveau de Toulouse (IFR 96).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540