Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La linguistique cognitive

 | 
Catherine Fuchs

II. Regards croisés sur le langage

Éléments de psycholinguistique cognitive : des représentations à la compréhension

Jean-François Le Ny

Texte intégral

1Bien que les relations entre linguistique et psychologie se soient nouées très tôt, et soient déjà présentes, pour l’Europe, dans le travail fondateur de Ferdinand de Saussure, c’est dans le contexte de la théorie de l’information (ou « de la communication ») qu’elles se sont cristallisées dans leur orientation contemporaine, c’est-à-dire cognitive. En 1951 paraît le livre de G.A. Miller, Langage et communication et, en 1954, se crée de façon volontariste la « première psycholinguistique », qui intègre les idées du behaviorisme finissant (C.E. Osgood) et de la linguistique de T.A. Sebeok.

2C’est dans les années qui suivent que se dessinent les deux évolutions qui, l’une et l’autre, contribuent à la substitution du paradigme cognitif à l’orientation behavioriste. En 1957 paraît Syntactic Structures, et en 1965 Aspects of the Theory of Syntax : à partir de là, la théorisation de Chomsky imprègne profondément tout un courant de la recherche (Mehler et Noizet, 1974), qu’on désigne parfois comme « deuxième psycholinguistique ». Celle-ci reprend naturellement l’idée de Chomsky que « la linguistique est une branche de la psychologie cognitive », mais aussi l’interprétation qui en est donnée par la primauté accordée à la syntaxe, le caractère fortement déductif de la formalisation linguistique qui la fonde, et le caractère radical de l’innéisme appliqué à la fonction biologique de langage : celui-ci est vu comme un organe mental, une faculté spécifique à l’espèce humaine, doté d’une grammaire universelle, préalable à toute acquisition d’une langue particulière. La psycholinguistique qui en dérive s’efforce de valider par les moyens de l’expérimentation les conceptions générativistes de Chomsky : elle repose sur l’idée que le traitement du message linguistique est d’abord (y compris temporellement) syntaxique, qu’il s’effectue fondamentalement sur la base d’une reconnaissance de structures de phrase qui sont indépendantes du sens, et que c’est seulement de façon secondaire qu’y est introduite l’interprétation sémantique. Cette seconde psycholinguistique est fortement marquée par l’idée de traitement symbolique, illustrée notamment, en position intermédiaire entre la philosophie et la psychologie, par les analyses de J. Fodor. Elle recueille nombre de données expérimentales importantes ; celles-ci sont aujourd’hui incorporées à la psycholinguistique commune, qui n’est plus centrée théoriquement autour des questions de la syntaxe.

3L’autre courant, qui s’est développé en parallèle avec le précédent, est par contraste davantage intéressé par l’étude des aspects sémantiques du fonctionnement psychologique sous-jacent au langage. Il a pris naissance, pour l’essentiel, dans une nouvelle théorisation de l’activité psychologique, vue comme traitement de l’information : celui-ci comporte une phase d’entrée, au cours de laquelle l’information contenue dans les stimulus, c’est-à-dire venue du monde extérieur, est saisie et codée par les processus perceptifs, puis une phase centrale dans laquelle cette information est transformée par les activités mentales, et enfin, le cas échéant, une phase d’exécution, qui se traduit dans les actions. Ce schéma de base, appliqué d’abord à l’attention (D. Broadbent) et à la mémoire (D. Norman, M. Quillian, etc.), convient parfaitement au langage, c’est-à-dire aux activités de compréhension ou de production du discours. Un volet important en est la distinction entre une « mémoire à long terme » et une « mémoire à court terme », qu’on ne tardera pas à appeler « mémoire de travail ». La première contient des représentations, en particulier sémantiques et conceptuelles, et des connaissances procédurales, en particulier grammaticales. Les significations de mots qui, à l’intérieur du « lexique mental », forment le contenu de la « mémoire sémantique » ne se distinguent pas en nature des concepts mentaux, qui sont la trame de la pensée. La notion de « proposition », issue de la logique, reçoit parallèlement une interprétation psychologique : mémoire, langage et pensée reposent également sur la mise en œuvre cognitive de propositions mentales. Quant à la « mémoire de travail », elle est ainsi appelée pour marquer que c’est en elle que s’effectuent les traitements cognitifs, notamment ceux qui concourent à la compréhension ou à la production du discours.

4À partir des années 1980, les oppositions théoriques perdent de leur acuité et s’estompent progressivement : la psycholinguistique (Caron 1989) ne se distingue plus réellement de la psychologie cognitive du langage. Les relations qu’elle entretient avec la linguistique deviennent beaucoup plus locales, focalisées sur la multitude des problèmes spécifiques que pose le fonctionnement de la langue. Elles s’inscrivent dans le vaste champ des sciences cognitives auxquelles s’associent plusieurs autres disciplines qui ont, elles aussi, connu d’importants développements : la neurobiologie, pour sa partie concernant les processus intégratifs et cognitifs, en particulier en neuropsychologie dans l’étude des troubles du langage ; l’intelligence artificielle, avec les systèmes de traitement automatique du langage naturel ; la philosophie du langage, construite autour de la notion d’« attitude propositionnelle » ; la pragmatique, qui analyse le discours en situation.

5Deux très grandes notions restent prédominantes : celle de représentation, conçue comme une unité de contenu, qui peut être durable – et située alors dans la mémoire à long terme – ou transitoire – et présente alors dans la mémoire de travail – et celle de processus, qui décrit le traitement de l’information, c’est-à-dire la modification des représentations. Dans ce cadre, le caractère autonome et modulaire de la fonction de langage se trouve fortement affaibli par rapport à l’autre orientation. L’idée est ici que, même si la cognition déborde certes le champ du langage, elle en est, chez les êtres humains, pénétrée de partout : même lorsqu’il n’est pas explicitement présent, il l’est implicitement. Les connaissances « déclaratives », par exemple (celles qui n’incluent ni motricité, ni procédures, ni imagerie), ne sont pas toujours verbalisées, ni même immédiatement verbalisables, mais elles sont le plus souvent coulées dans des structures cognitives qui sont homéomorphes• à celles du langage : concepts, propositions, schémas et, peut-être, traits sémantiques. En un mot, le langage n’a pas seulement une fonction de communication entre individus, mais aussi de support de leur connaissance, sous sa forme la plus commune comme la plus élaborée. Dans cette conception, les relations entre linguistique et psychologie se développent sur le mode interactif, plutôt que de la façon exprimée par la phrase de Chomsky citée plus haut.

Les questions générales

6Le développement de la psycholinguistique s’est, de fait, opéré avec un regard maintenu en permanence sur les progrès de la linguistique et des descriptions qu’elle donne des structures du langage et des langues. Celles-ci ne sont pas seulement syntaxiques, mais aussi sémantiques et pragmatiques, et elles concernent les contenus cognitifs qui s’échangent par le langage, dans des conditions toujours bien déterminées. Les aspects les plus généraux, ceux par lesquels on s’efforce de caractériser l’universalité du langage, intéressent particulièrement les psycholinguistes.

7Linguistes et psycholinguistes prennent pour données les mêmes sortes de faits, mais les premiers partent de ceux qu’ils observent, ou qui leur sont indirectement attestés, et aussi des intuitions qu’ils tirent de leur compétence linguistique. Ils les traitent essentiellement au moyen de méthodes reposant sur l’analyse, conceptuelle ou empirique, sur la formalisation et la déduction, afin d’en extraire les régularités. Ce qui, par différence, caractérise les psycholinguistes, ou les chercheurs en psychologie cognitive du langage, c’est l’importance qu’elles ou ils accordent à l’expérimentation, c’est-à-dire à la collecte de données de langue non spontanées, en ce sens qu’elles sont généralement plus artificielles et parcellaires, voire microscopiques. À partir d’elles s’effectuent continûment des échanges entre les observations, la planification de nouvelles expériences et l’élaboration de modèles, locaux ou généraux. Ces derniers peuvent être spécifiquement psychologiques, mais souvent ils sont reliés à ceux des disciplines voisines.

8Deux de leurs aspects méritent d’être soulignés. D’une part, les descriptions formelles n’y sont vues que comme le produit d’une idéalisation de la part du chercheur, comme une abstraction destinée à rendre possible le moment déductif de la démarche, mais à l’intérieur d’une approche qui reste fondamentalement empirique et inductive. Sous une autre face, la description psycholinguistique, telle qu’elle est le plus souvent donnée en termes de représentations et de processus, conserve une large indépendance à l’égard de la neurobiologie. Aucun chercheur en psychologie cognitive ne doute que l’activité de langage s’effectue, et ne s’effectue que, par le fonctionnement du cerveau. Toutefois, le mode d’approche proprement neurobiologique, orienté vers une description des phénomènes neuronaux sous-jacents au fonctionnement du langage, et qui s’appuie sur des observables physiquement identifiables, n’est pas en mesure de donner par lui-même accès aux contenus représentatifs qui sont au cœur du langage ou du discours. La coopération avec la psychologie cognitive est à cet égard une double nécessité, expérimentale et théorique.

9Les deux ensembles de questions qui se sont imposées dans le champ de la psycholinguistique d’orientation cognitive, après sa séparation du behaviorisme, portent l’un et l’autre sur « l’intérieur » du système cognitif, c’est-à-dire de l’« esprit/cerveau » des locuteurs. Ces questions se résument en : 1. qu’y a-t-il dans l’esprit qui rend possible l’existence du langage ; 2. que se passe-t-il en lui lorsqu’il « traite » du langage. Cette distinction est, dans une certaine mesure, une reformulation de celle établie par Chomsky entre compétence et performance. La description des représentations mentales vise à répondre à la première sorte de questions, celle des processus mentaux à la seconde.

Techniques et méthodes

10Un certain nombre de techniques expérimentales ont montré, à l’usage, leur fécondité pour l’exploration conjointe des représentations, ou des relations entre représentations, et des processus. On peut utilement les subdiviser en trois classes, distinguées en fonction d’une propriété fondamentale qui affecte tous les aspects du langage : le degré d’implication délibérée (ou volontaire), et consciente, des participants dans les tâches qu’on leur demande d’accomplir. On emploie souvent « explicite » lorsque l’activité mentale est fortement délibérée et consciente, et « implicite » lorsque les modes de fonctionnement sont automatiques et non conscients ; il faut bien distinguer ce « non conscient » de l’« inconscient », au sens psychanalytique du mot. Le langage peut fonctionner selon l’une ou l’autre de ces deux modalités, explicite ou implicite, ou selon des degrés intermédiaires, et il convient de l’étudier en en tenant compte.

11Une première classe de techniques expérimentales de la psycholinguistique fait appel à des activités explicites. Elle vise à recueillir des données, souvent simples, sur de larges échantillons de locuteurs quelconques, dont on veille à ce qu’ils soient représentatifs d’une population ou sous-population linguistique déterminée : les adultes français instruits (le plus souvent des étudiants), les enfants scolarisés ayant de tel à tel âge, les personnes âgées, etc. Ces expériences reposent le plus souvent sur des questions, directes et faciles, auxquelles les participants répondent sans peine : « Citez cinq sortes de mots désignant des membres de la catégorie suivante (par exemple “poisson”) », « Regroupez, parmi les mots suivants, ceux qui se ressemblent par leur signification », « Indiquez si ces phrases sont ou non grammaticalement correctes », « Produisez quatre compléments d’objet des verbes suivants », « Indiquez, sur une échelle de 1 à 9, le degré de familiarité qu’ont subjectivement pour vous les mots de la liste suivante », etc. C’est dans cette catégorie de techniques que se range celle d’« association libre », qui est ancienne et demeure importante : « Donnez le premier mot qui vous vient à l’esprit en réponse au mot suivant ».

12Toutes ces techniques font appel aux compétences et à l’intuition de locuteurs quelconques, et c’est seulement par l’utilisation de ces locuteurs multiples qu’elles se distinguent de techniques qu’utilisent aussi, sous une autre forme, les linguistes qui font appel à leur intuition de la langue et de l’usage, celle d’un locuteur expert. Beaucoup des données recueillies par les techniques psycholinguistiques qu’on vient de décrire conduisent à l’élaboration de « normes » langagières, considérées, elles aussi, comme statistiquement représentatives d’une population linguistique déterminée : elles sont une description des régularités existant dans les esprits des locuteurs de cette population, et elles n’ont de ce fait aucune sorte de valeur prescriptive. Elles se sont, à l’usage, révélées être très robustes, c’est-à-dire reproductibles, et certaines de leurs propriétés les plus générales sont communes à une pluralité de langues, du moins celles qui ont été mises en œuvre jusqu’ici. Par extension non démentie, on les regarde comme universelles.

13La validité de ces données normatives vient en effet de ce qu’elles sont bien corrélées avec d’autres données, de caractère psychologique ou linguistique. Un exemple très caractéristique, et important, concerne les divers effets de fréquence que l’on rencontre à chaque pas en psycholinguistique. Supposons que l’on fasse estimer, comme dans l’avant-dernier exemple ci-dessus, la familiarité subjective d’un vaste ensemble de mots, jugée sur une échelle de 1 à 9. Ce n’est à première vue que l’expression d’un sentiment assez vague dans l’esprit des locuteurs ; et pourtant le classement de ces degrés se montre statistiquement robuste. Qui plus est, si on le confronte au classement des fréquences d’usage de ces mêmes mots dans la langue, tel qu’il est fourni aujourd’hui à partir de décomptes par ordinateur réalisés sur de vastes bases de textes, on trouve une corrélation statistique extrêmement forte : plus un mot apparaît subjectivement familier aux locuteurs, plus il est objectivement fréquent dans la langue, tous environnements linguistiques confondus. Causalement, c’est évidemment la seconde caractéristique qui doit être considérée comme déterminant la première : plus un mot est fréquent dans des textes (et, par extension non démentie, dans le discours oral), plus sa probabilité est grande d’être rencontrée par un locuteur quelconque, et donc d’être traitée cognitivement par ses processus de langage. Et plus, par voie de conséquence, l’accumulation de ces rencontres doit normalement avoir augmenté l’état de disponibilité du mot dans la mémoire de chaque locuteur, et le sentiment de familiarité qui en dérive. Ce n’est pas tout, puisque d’autres mesures, réalisées avec d’autres techniques, font apparaître aussi de fortes corrélations : plus le mot est familier et fréquent, et plus il est perçu rapidement prononcé rapidement, ou jugé rapidement comme étant un mot de la langue.

14À côté de la première catégorie de techniques explicites, il en existe une deuxième, qui prend en compte des paramètres débordant les précédents. Elles reposent sur des tâches similaires à celles qui ont été décrites, mais ce qui en est retenu, c’est le temps avec lequel elles sont accomplies. Ainsi pourra-t-on, par exemple, présenter des mots qu’il faut percevoir, dans des conditions de perceptibilité qui peuvent varier, ou qui sont à prononcer à voix haute, ou pour lesquels on demande une « décision lexicale » : indiquer si une suite de lettres, telle que « busareau » ou « colonie », constitue ou non un mot français, dans une séquence de mots vrais et de non-mots présentés au hasard. Toutes ces tâches sont à nouveau très élémentaires et faciles. Mais les données auxquelles on s’intéresse sont seulement les « temps de réponse » qui leur correspondent ; ceux-ci sont parfois spécifiés (« temps de perception », « temps de dénomination », « temps de décision lexicale », etc.), et se mesurent généralement en millisecondes, avec des différences utiles de l’ordre de la dizaine de millisecondes. Des techniques similaires peuvent être appliquées à des activités plus complexes ; par exemple on mesure souvent des temps de lecture de phrases dont on a spécifié de nombreuses caractéristiques (longueur, structure syntaxique, complexité, fréquence des mots, etc.) et dont on fait varier une propriété expérimentale.

15L’intérêt théorique de toutes ces mesures de « temps de... » tient à ce qu’elles constituent une expression mesurable d’une réalité plus profonde, le « temps de traitement » qui, dans l’esprit/cerveau des participants, correspond à l’exécution de la tâche considérée. Plusieurs décennies de recherche montrent deux choses : 1. Ces temps sont statistiquement très stables dans des conditions bien fixées ; 2. Ils sont statistiquement très variables en fonction des conditions. L’exploitation de ces deux propriétés fait d’eux des indicateurs précieux pour l’analyse fine du fonctionnement mental. Des modèles plus ou moins complexes, en fait de plus en plus sophistiqués, sont aujourd’hui proposés et testés pour en rendre compte.

16Ces techniques illustrent une façon spécifiquement psychologique et cognitive d’étudier le fonctionnement du langage. Le locuteur y est appelé à donner des réponses explicites, mais ce qui est visé à travers elles, ce sont des activités internes implicites, et « cachées » au locuteur même qui les met en œuvre. C’est le cas dans les situations dont nous avons parlé, la perception de mots, la décision lexicale, ou la lecture de phrases : le participant reconnaît sans peine et bien consciemment, par exemple, que la suite de lettres « chapeau » est un mot de sa langue, ou il comprend « automatiquement » la phrase simple qu’on lui présente. Mais la donnée pertinente, dans le plan d’expérience qui a été choisi, est la rapidité avec laquelle il décide qu’il s’agit d’un mot, par comparaison avec d’autres mots, ou qu’il comprend la phrase, par comparaison avec d’autres phrases. Ce qui est visé par la recherche est le comment des processus par lesquels l’esprit du participant, dizaine de millisecondes par dizaine de millisecondes, dans le premier cas, ou seconde par seconde, dans le second, prend sa décision ou comprend sa phrase. Ce que le participant fait cognitivement de sa capacité de langage lui semble transparent, mais la façon dont il le fait ne l’est pas, et il faut l’analyse expérimentale pour l’établir.

17Une troisième catégorie de techniques expérimentales pousse à son degré extrême ce mode d’analyse portant sur des phénomènes non délibérés et non conscients. L’un des plus communément utilisés, parmi ces phénomènes, est celui d’« amorçage », associatif ou sémantique. Il comporte la présentation en succession, par exemple sur un écran d’ordinateur, et avec un intervalle temporel très strictement contrôlé, de deux éléments de langue, initialement des mots ou des non-mots. On demande au participant une décision lexicale sur le second élément : est-ce, ou non, un mot français ? Or il se trouve que le temps requis pour la décision sur ce second élément est étroitement déterminé par la nature du premier élément, et surtout par le rapport, associatif ou sémantique, existant entre les deux. Par exemple, la décision « oui » sur « médecin » est significativement plus rapide si « médecin » est précédé par « infirmier » que s’il l’est par « carrefour ». Les présentations des deux stimulus sont séparées, dans la configuration optimale, par 150 milli-secondes : le participant est donc totalement incapable de « penser » successivement les deux mots. Le phénomène sous-jacent est, selon l’interprétation la plus généralement acceptée, que le premier mot active d’abord, dans la mémoire à long terme du participant, la représentation complexe de ce mot, et notamment sa composante sémantique (par exemple la signification d’« infirmier »). Cette activation se propage alors très rapidement, dans le réseau neuronal sous-jacent aux représentations, à des significations qui sont sémantiquement proches, parmi lesquelles celle de « médecin ». Dès lors, lorsque ce mot est présenté à son tour, l’activation qu’il produit survient sur une représentation qui est déjà pré-activée. C’est cela qui raccourcit le traitement, et la réponse.

18Ce phénomène illustre assez bien la relation à trois membres qui lie la linguistique, la psychologie cognitive et la neurobiologie. Les deux processus théoriques invoqués, l’activation et sa propagation, sont empruntés à la conceptualisation neurobiologique classique : ils sont supposés se passer dans des configurations de neurones. Mais ils n’ont jusqu’ici jamais été observés en tant que tels durant un amorçage : tout ce que l’on observe et mesure, ce sont des temps de réponse. D’un autre côté, ce qui est supposé être affecté par ces phénomènes, ce sont des « représentations », définies de façon linguistique et psychologique comme « signification des mots », mais en aucune façon identifiées de façon anatomique. De surcroît, ce qui intervient dans l’explication de l’amorçage, ce sont des relations linguistiques et psychologiques comme, dans notre exemple, la « proximité sémantique », que l’on peut définir et atteindre de plusieurs façons en psycholinguistique. Mais il serait erroné de lui attribuer comme support une simple proximité spatiale dans le cerveau.

19L’amorçage sémantique comme technique (il en existe des interprétations théoriques concurrentes, qui sont minoritaires) est couramment utilisé pour mener l’investigation des bases cognitives du langage. Un premier raisonnement est alors : si nous pouvons, sur une base linguistique ou psycholinguistique, faire l’hypothèse d’une relation R entre un élément A et un élément B, alors cherchons à déterminer si la présentation de A produit un raccourcissement du temps de décision sur B. Un second raisonnement sera : si nous avons observé un raccourcissement du temps de décision sur B, étant donné A, cherchons quelle peut bien être la relation R entre A et B. Ces raisonnements sont actuellement mis en œuvre dans plusieurs secteurs. Par exemple, entre un A qui est un verbe transitif, et un Β qui est un objet possible de ce verbe (voir plus bas), ou encore entre un A qui est une phrase, et un Β qui est un mot de signification apparentée au sens global de la phrase, ou encore entre un A qui est une expression métaphorique et un Β qui renvoie à un des sens (« littéral » ou « figuré ») de A. Les résultats des recherches en cours montrent la fécondité de cette technique et d’autres qui lui sont similaires.

Les sous-domaines de la psycholinguistique et les problèmes de la compréhension

20Les sous-domaines de la psycholinguistique sont multiples, et on n’en évoquera qu’un seul ci-dessous. On se contentera donc de seulement mentionner ceux qui ont récemment le plus attiré l’attention des chercheurs : l’acquisition du langage (de Boysson-Bardies 1996 ; Kail et Fayol 2000), ce qu’apportent dans ce domaine les études interlangues (Bates et McWhinney 1989 ; McWhinney 1999), les troubles du langage (Rondal et Seron 1999 ; Seron et Van der Linden 2000), et les effets sur lui du vieillissement (Feyereisen et al. 2002), la reconnaissance des mots (Lecocq et Ségui 1989 ; Kolinsky Morais et Ségui 1991 ; Ségui et Ferrand 2000), la compréhension de récits (Blanc et Brouillet 2003 ; Denhière et Baudet 1992 ; Ehrlich 1994 ; Fayol 1985), la production du langage (Ferrand 2001), les inférences dans la compréhension (Campion et Rossi 1999 ; Martins et Le Bouédec 1998).

21L’étude de la compréhension du discours permet de se faire une idée générale de la façon dont les représentations et les processus de base concourent de façon interactive au traitement du langage. Tous les spécialistes du langage, linguistes, psycholinguistes ou philosophes, s’accordent sur l’idée générale que la compréhension d’un énoncé est une construction de sens. Mais deux questions se posent aussitôt : quelle est la nature de CE qui est ainsi construit ? Que faut-il entendre exactement par « construire » ?

22Pour les psychologues de la cognition qui travaillent dans ce domaine, le sens d’un énoncé (et, au-delà, d’un discours, d’un texte, d’une discussion, etc.) est, fondamentalement, représentationnel. Sous sa forme initiale, c’est une représentation dans l’esprit de l’énonciateur, une intention de dire, qui préexiste à l’énonciation. Et sous sa forme terminale, c’est une représentation qui se forme causalement, à partir de l’énoncé, dans l’esprit du compreneur. Communiquer consiste ainsi, pour l’énonciateur, à mettre en œuvre, en partie implicitement et en partie explicitement, les moyens linguistiques dont il dispose pour créer un objet physique, l’énoncé, dont il sait implicitement qu’il produira, dans l’esprit du compreneur, la représentation qu’il vise. Comprendre consistera pour le récepteur, sur l’autre versant, à utiliser les processus physiologiques et mentaux dont il dispose, ainsi que les connaissances diverses, linguistiques et générales, dont il est porteur pour construire une représentation mentale qui interprète l’énoncé, c’est-à-dire qui corresponde, avec plus ou moins d’exactitude, à celle qui constituait la visée cognitive du locuteur.

23Cette façon de psychologiser le sens sous forme de représentations mentales n’invalide en rien la notion de sens univoque, c’est-à-dire de représentation terminale partagée, ou partageable, par une communauté de compreneurs. Dans les cas favorables, l’existence de mécanismes neuronaux et cognitifs universels, de connaissances linguistiques communes et de références conceptuelles similaires garantit que cette représentation terminale partagée comporte peu de variabilité interindividuelle. Dans d’autres cas, elle en comporte beaucoup : ce peut être de l’ambiguïté et de l’incompréhension, ou ce peut être de la richesse. La variabilité du sens, qui exprime la flexibilité du langage, en est une propriété naturelle : elle relève, elle aussi, de régularités et donc d’une explication psycholinguistique. C’est le cas par exemple, dans la production ou la compréhension de métaphores (Gineste et Scart-Lhomme 1999 ; Franquart-Declercq et Gineste 2001 ; Le Ny et Franquart-Declercq 2001, 2002).

24Le fonctionnement cognitif fin qui assure la compréhension repose sur un ensemble de processus fondamentalement automatiques et, pour l’essentiel, inconnus du compreneur. Ils se déroulent dans la mémoire de travail de celui-ci, par un échange incessant entre la perception et la mémoire à long terme qui réalise la construction du sens. Les travaux des nombreux chercheurs ayant contribué à l’étude de ces processus, parmi lesquels on peut citer ceux de Kintsch (1988, 1998) ou de Gernsbacher (1990,1994), se sont déroulés dans ce cadre. Si l’on s’en tient à la compréhension d’une phrase, deux moments principaux en sont l’activation de significations préexistantes, notamment lexicales, et leur assemblage, contrôlé par des règles de compétence syntaxiques et sémantiques. « Assemblage » est ici un équivalent de nature psychologique de ce qu’on appelle, dans divers autres contextes, « prédication• » : deux exemples caractéristiques en sont l’assemblage nom + adjectif, sémantiquement chose + propriété (ou état d’une propriété), et l’assemblage sujet + verbe + objet, sémantiquement agent + action + patient. Des deux on peut donner une notation propositionnelle (Pa, Pab), qui renvoie à l’idée précédemment mentionnée que les prédicats et les propositions ont aussi une existence mentale, celle de schémas cognitifs fondamentaux.

25Les significations de mots sont supposées être stockées dans le lexique mental de tout locuteur sous forme d’unités lexicales connectées entre elles, et dont chacune comporte une représentation de la forme du mot (représentation double chez les locuteurs lettrés, phonologique et orthographique) et une, ou plusieurs, signification(s) associée(s). Au cours de la compréhension, chaque mot m, doit d’abord, dans le flux du discours oral ou écrit, être perçu et reconnu. Un premier ensemble de processus est mis en œuvre de façon cyclique pour assurer cette fonction. Le principe général en est qu’ils opèrent par comparaison de l’information entrante perceptive, que véhicule la forme physique du mot, avec les représentations des formes lexicales en mémoire à long terme. Ces processus de reconnaissance (Gineste et Le Ny 2002 ; Ségui et Ferrand 2000, pour une présentation résumée) sont aujourd’hui généralement conçus dans le cadre de modèles connexionnistes : ils concernent d’abord la forme du mot, et activent initialement la représentation qui lui correspond. On peut sans doute imputer aux mêmes processus la reconnaissance des flexions, en tant que marques perceptives associées aux mots, variables selon les langues, et celle de relations internes à l’énoncé, par exemple l’ordre des mots quand il est pertinent.

26Un autre processus fondamental prend directement la suite du précédent, en quelques centaines de millisecondes : l’« accès » à la signification du mot, conçu aussi aujourd’hui comme une activation. Ce processus peut inclure, pour les mots ambigus ou polysémiques, une phase de désambiguïsation, c’est-à-dire de sélection de l’acception qui convient au contexte. Ces questions ont, elles aussi, été bien étudiées expérimentalement. Dans le même registre se déroule l’interprétation sémantique des flexions associées aux mots et de leur ordre. Elle assure notamment l’attribution des rôles thématiques, en particulier ceux d’agent et de patient.

27À l’issue de cette phase, qui concerne chaque mot mi du message, la signification de celui-ci est active dans la mémoire de travail du compreneur, et elle est venue s’ajouter à la signification déjà activée des mots antérieurs. L’activation concernant mi peut d’ailleurs avoir été précédée par des phénomènes d’anticipation, c’est-à-dire de pré-activation de mi suscitée par les mots antérieurs à lui – comme on l’a vu plus haut à propos de l’amorçage. Elle peut, de son côté, produire une pré-activation de la signification de mots attendus postérieurement à mi sur la base d’expectations probabilistes stockées en mémoire.

28À ces informations sémantiques, issues des connaissances lexicales, s’ajoutent dans la mémoire de travail celles qui sont fournies par l’interprétation des données grammaticales de surface (marques morphosyntaxiques, ordre des mots, mots antérieurs proches, pour les anaphores, etc.), celles qui viennent des inferences, et enfin celles qui sont apportées, à l’extérieur du langage, par la situation d’énonciation. Dans les conceptions interactionnistes (connexionnistes) aujourd’hui dominantes, on cherche à comprendre comment toutes ces informations, nombreuses et complexes, sont combinées et assemblées pour construire le sens. Une hypothèse qui se trouve au premier plan est que cette construction se fait dans des cadres ou schémas de grande ampleur, mais hautement spécifiés, comme celui de « représentation de situation » (Le Ny 2000), une notion très présente dans les recherches actuelles.

29De la façon dont s’effectue la prédication on peut donner une idée en s’appuyant sur les travaux, linguistiques (François, 2003) et psycholinguistiques, qui concernent la sémantique des verbes (François 2003) : le fonctionnement des verbes transitifs, ceux qui donnent lieu à des énoncés de structure SVO, est très caractéristique à cet égard. Il apparaît que la représentation mentale des verbes transitifs dans la mémoire des locuteurs est associée à, et d’une certaine façon « contient », la représentation de leurs agents et patients possibles : or ce sont ceux-ci qui sont destinés à devenir les sujets et les objets des phrases que ces locuteurs produiront ou interpréteront dans le futur. Cela, implicitement, les locuteurs le savent.

30Ferretti, McRae et Hatherell (2001), McRae, Ferretti et Amyote (1997) ont montré expérimentalement, notamment par les techniques d’amorçage sémantique décrites ci-dessus, que la présentation d’un verbe est capable d’amorcer celle de ses agents, patients et instruments. Autrement dit, en suivant l’interprétation standard, quand un tel verbe V apparaît, il pré-active ses patients possibles dans l’esprit/cerveau des locuteurs. Cela vaut au laboratoire, mais aussi sans doute dans le discours naturel : dans le flux d’un énoncé SVO typique, la perception d’un nom un instant après la perception de V devrait ainsi transformer un de ces patients possibles de V qui viennent juste d’être pré-activés en un patient réel. Ferretti, McRae et Hatherell ont également montré qu’il existe un amorçage des traits sémantiques des patients : on peut donc penser que ces traits sont les intermédiaires cognitifs par lesquels se fait la liaison entre un verbe et ses patients possibles. Il existe aussi des données empiriques qui corroborent cette idée. Il semble bien établi sur cette base qu’un contenu Agent/Action/Patient, structuré mais spécifique pour chaque verbe transitif, est présent dans le lexique mental des locuteurs et que la compréhension, comme la production des phrases correspondantes, s’effectue sur la base de ces connaissances mentales préalables.

Conclusion

31Les échanges de données, d’analyses, d’hypothèses, entre la linguistique et la psychologie cognitive du langage continuent donc à être très intenses. La façon dont la psycholinguistique a été conceptualisée dans son court passé, et dont ont été envisagées les relations entre les deux disciplines qui s’y rencontrent, a indubitablement varié, et on peut s’attendre à ce qu’elle change encore. Comme nous l’avons indiqué, ces relations s’établissent aujourd’hui le plus souvent de façon locale, à propos de la résolution de questions particulières, et non dans le cadre d’une théorie très générale du langage. Mais ces échanges témoignent de ce qu’une connaissance scientifique du langage et, au-delà, de la cognition repose sur la mise en œuvre de plusieurs approches, différentes mais complémentaires, qu’une bonne stratégie de recherche doit veiller à faire converger.

Auteur

Professeur émérite à l’université de Paris-Sud. Groupe « Cognition Humaine » du Laboratoire d’Informatique pour la Mécanique et les Sciences de l’Ingénieur (UPR 3251, CNRS/Université Paris XI, Orsay).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540