Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La linguistique cognitive

 | 
Catherine Fuchs

I. Les courants de la linguistique cognitive

Grammaire diachronique et cognition : l’exemple du chinois

Alain Peyraube

Texte intégral

1Les études de grammaire diachronique ont été incontestablement la parente pauvre de la recherche linguistique au cours du siècle dernier. On rend habituellement Saussure responsable de cette situation : sa fameuse dichotomie synchronie/diachronie aurait constitué une véritable coupure épistémologique par rapport à la période précédente (dernier quart du XIXe siècle), dominée par les néogrammairiens. Rien n’est moins sûr. Saussure lui-même et bon nombre de linguistes européens après lui ont continué l’étude de la diachronie, sans la réduire au seul domaine phonologique. Bloomfield et les structuralistes américains ont davantage pris la dichotomie comme un dogme, et cette position a été perpétuée par les différents courants issus ensuite des grammaires formelles.

  • 1 Sur les liens étroits qui existent entre linguistique typologique et linguistique cognitive, cf. Cr (...)

2Dans les années 1970, toutefois, à la suite des travaux de Greenberg (1966) sur les universaux de langues, de nombreux travaux sur la typologie, mais aussi sur la diachronie — tant il est vrai que les deux domaines sont vite apparus liés — ont vu le jour. Depuis une quinzaine d’années, à l’instar de la linguistique typologique dont un des programmes essentiels est la recherche d’universaux dans les langues, la grammaire historique a considérablement élargi sa perspective en se voulant en partie tributaire de la linguistique cognitive dans son ensemble1. Elle s’est ainsi attachée, au-delà de l’étude des changements que présentent toutes les langues sans exception, à cerner les lois de fonctionnement de l’esprit humain. L’idée est la suivante : derrière les changements grammaticaux particuliers, il y a des principes organisateurs plus abstraits de la faculté dont ils procèdent, c’est-à-dire des lois du fonctionnement de la faculté de langage. L’hypothèse essentielle est alors la présence de processus cognitifs à l’origine du changement grammatical.

3Aussi, de même que les typologues recherchent en priorité des universaux implicationnels, les diachroniciens sont-ils à la recherche de régularités, dans des langues très diverses, qui attesteraient que le changement grammatical n’est pas le fruit du hasard mais obéit à des contraintes cognitives, voire biologiques, qui nous aideraient à organiser nos perceptions et nos idées dans des voies similaires. Comment s’établit concrètement ce lien entre linguistique cognitive et grammaire historique ?

4Dans leur introduction à la linguistique cognitive, Ungerer et Schmid (1996) mentionnent dans leur dernier chapitre intitulé « Other issues in cognitive linguistics » quelques questions qui ne ressortissent pas à proprement parler à la linguistique cognitive, mais qui ont développé, sous l’influence de cette dernière, des lignes de recherche originales et prometteuses. Ils citent ainsi les études sur l’iconicité, sur la grammaticalisation, sur le changement lexical et sur l’apprentissage et l’enseignement des langues étrangères.

  • 2 Pour une analyse des mécanismes et des motivations du changement grammatical dans les langues, en d (...)

5Depuis cinq ans, en fait, les relations entre linguistique cognitive et grammaire historique ne se limitent plus à quelques avancées théoriques et méthodologiques concernant la seule notion de grammaticalisation2. La linguistique cognitive a beaucoup renouvelé l’approche des diachroniciens, du moins pour ceux d’entre eux qui se rattachent au courant fonctionnaliste de la linguistique, encore que la division entre courant formaliste et courant fonctionnaliste tende de plus en plus à devenir caduque, comme l’a souligné Langacker (1999). À l’inverse, les études diachroniques ont aussi, de leur côté, contribué à ouvrir de nouvelles perspectives au sein de la linguistique cognitive.

6Deux exemples seront pris dans cet article pour montrer comment les liens entre ces deux domaines de la linguistique sont devenus plus étroits : l’évolution des structures locatives et celle des pronoms interrogatifs en chinois. Il s’agit de deux secteurs importants dont l’étude permet de mieux comprendre ces catégories fondamentales de la cognition humaine que sont l’espace et l’interrogation.

Évolution des structures locatives en chinois

7L’évolution des « mots de lieu » (chusuoci) et des « locatifs » (fangweici) du chinois révèle des épisodes intéressants quant au problème de la polysémie lexicale, un des problèmes sans doute les plus difficiles à résoudre dans la référence spatiale.

Le modèle de Klein et Nüse (1977)

8On admettra, avec Klein et Nüse, que cette référence spatiale est articulée autour de trois composantes essentielles : la structure de l’espace, le contenu sémantique, la dépendance contextuelle. La seconde de ces composantes, qui nous intéresse ici plus particulièrement, concerne la signification des expressions spatiales dans une langue donnée.

9Exemple :

(1) shu fang zai zhuozi shang
livre poser à table sur
Le livre est posé sur la table.
(2) ta zuo zai feiji shang
elle asseoir à avion dans
Elle est assise dans l’avion.

10Le locatif shang « sur » exprime une relation spatiale entre deux objets. Le premier de ces deux objets, le « thème• » est localisé relativement au second, le « relatum• ». Comment rendre compte des différentes significations du locatif shang ? Trois stratégies sont possibles :

  1. La polysémie infinie, stratégie qui consiste à dresser une liste de toutes les occurrences du mot (« sur », « dans », etc.) et à renoncer à lui attribuer une signification uniforme ;

  2. la contextualisation totale, qui suppose que la signification du mot dépend entièrement du contexte ;

  3. le noyau et les opérations, solution qui cherche à isoler une sorte de « noyau de signification » qui peut être décrit de façon précise et qui est modifiable ensuite par diverses opérations sémantiques menant à des usages spécifiques. Ce noyau de signification correspond aussi à un usage particulier, mais il est particulièrement fréquent et typique.

11C’est cette dernière hypothèse qui sera adoptée dans la suite de ce chapitre. Cela dit, comme le soulignent Klein et Nüse (1997), la dérivation peut s’opérer de deux façons et engendrer deux modèles différents :

  1. La signification lexicale propre (signification de base) est générale et ce sont les connaissances contextuelles, dans des énoncés particuliers, qui ajoutent des spécifications conduisant à l’interprétation particulière ;

  2. la signification lexicale est elle-même spécifique (elle représente une signification prototypique) et l’utilisation du mot dans un contexte particulier la dévie plus ou moins de ce prototype•.

12Ces deux modèles peuvent être ainsi caractérisés :

Tableau 1

Noyau

Opérations

Modèle « Prototype »

Signification spécifique (Prototype)

Ré-interprétations

Modèle « Signification de base »

Signification générale (signification de base)

Additions

13Le modèle « signification de base », dont Klein et Nüse montrent qu’il est préférable pour l’analyse des prépositions spatiales, et qui est confirmé par des expérimentations chronométriques, n’est manifestement pas celui qu’il convient de privilégier pour rendre compte de l’évolution des structures locatives du chinois, comme nous allons le voir.

Chinois contemporain

14Comme le suggèrent les exemples (1) et (2) ci-dessus, la structure locative du chinois est généralement composée, dans cet ordre, d’une préposition de lieu (zai « à »), d’un nom (zhuozi « table » ou feiji « avion ») et d’un locatif (shang « sur ») qui exprime la position relative des choses. L’ensemble forme un « mot de lieu ». Seuls les « mots de lieu » peuvent être les régis d’une préposition de lieu. Les noms ordinaires, c’est-à-dire qui ne sont pas suivis d’un locatif, n’ont pas cette possibilité (cf. Peyraube 1980) :

(3a) * wo dao shan qu
je à montagne aller
(3b) wo dao shan shang qu
je à montagne sur aller
Je vais à la montagne.

15Les locatifs forment une classe fermée. Ils peuvent être monosyllabiques ou dissyllabiques. Les dissyllabes sont obtenus en ajoutant un suffixe (bianr, mianr ou tou) ou un préfixe (yi ou zhï) au monosyllabe.

16La liste des locatifs monosyllabiques est la suivante :

Tableau 2

bianr

mianr

tou

yi

zhi

deux locatifs

auters

shang « sur »

+

+

+

( )

( )

(shangxia)

xia « sous »

+

+

+

( )

( )

(shangxia)

dixia

qian « devant »

+

+

+

( )

( )

(qianhou)

tourli

li « dans »

+

+

+

(liwai)

wai « hors de »

+

+

+

( )

( )

(liwai)

zuo « à gauche de »

+

+

(zuoyou)

you « à droite de »

+

+

(zuoyou)

dong « à l’est de »

+

+

+

( )

( )

dongxi
dongnam
dongbei

xi « à l’ouest de »

+

+

+

( )

( )

xinan
xibei
dongxi

nan « au sud de »

+

+

+

( )

( )

dongnan
xinan

bei « au nord de »

+

+

+

( )

( )

dongbei
xibei

zhong « au milieu de »

( )

zhongjian

dangzhong
dangzhongjian

jian « au milieu de »

( )

zhongjian

dangjian
dangzhongjian

pang « à côté de »

+

nei « dans »

( )

( )

17Quelle a été l’évolution historique de ces expressions spatiales depuis le chinois archaïque ?

Chinois archaïque

18En chinois archaïque (XIe-IIe siècle av. J.-C.), langue qui représente le chinois classique par excellence, les caractéristiques des expressions spatiales sont les suivantes : (i) il n’y a pas de différence entre un mot de lieu et un nom ordinaire, autrement dit les locatifs sont syntaxiquement optionnels ; (ii) les locatifs, dont certains d’entre eux existent dès l’époque pré-archaïque (XIVe-XIe siècle av. J.-C.) sont seulement monosyllabiques ; (iii) les prépositions (la plupart du temps la préposition yu « à »), à la différence des locatifs, sont nécessaires pour introduire les expressions de lieu. Exemple :

(4) gong hong yu che (Zuo Zhuan, Ve siècle av. J.-C.)
prince mourir à char
Le prince est mort dans le char.

19Lorsque le locatif est présent, il exprime un sens réel et concret :

(5) Meng Sun li yu fang wai (Zuo zhuan)
Meng Sun être-debout à pièce hors-de
Meng Sun était debout, en dehors de la pièce.

20Si le locatif wai était absent dans l’exemple qui précède, la phrase serait correcte, mais signifierait « Meng Sun était debout, dans la pièce ».

Chinois médiéval

21Dans la langue prémédiévale, période qui correspond à la dynastie des Han (206 av. J.-C. — 220), les caractéristiques des structures spatiales ont changé. D’abord, les noms ordinaires ne sont plus — ou beaucoup moins — utilisés comme mots de lieu. Pour qu’ils le soient, il faut qu’ils soient désormais suivis de locatifs. Ces derniers deviennent donc progressivement des mots fonctionnels, même s’ils expriment encore le plus souvent une « position précise relative des choses » (le dingxiangxing de Lü Shuxiang, 1984 : 294). Ensuite, la préposition locative yu « à » n’est plus vraiment nécessaire pour introduire un syntagme locatif. Exemple :

(6) Huang gong yu furen Cai Ji xi chuan zhong
(Shiji, Ier siècle av. J.-C.)
Huang prince et épouse Cai Ji s’amuser bateau dans
Le prince Huang et son épouse se sont divertis dans le bateau.

22Il est probable qu’en chinois classique une telle phrase aurait nécessité la présence d’une préposition yu « à » entre le verbe xi « s’amuser » et le nom chuan « bateau » et se serait dispensée, en revanche, du locatif zhong « dans » qui suit le nom.

23En haut-médiéval, qui correspond à la période des Six Dynasties (220-581), un certain nombre de locatifs monosyllabiques commencent à exprimer une « position vague » (le fanxiangxing de Lü Shuxiang), une localisation indifférenciée. La fonction grammaticale des locatifs prime alors sur la valeur sémantique du locatif. Cela est surtout vrai pour les locatifs shang « sur » et zhong « dans », mais aussi pour qian « devant », xia « sous », etc. (cf. Li Chongxin 1992). Dans les exemples qui suivent, extraits d’un même texte, shang et qian sont synonymes, ils expriment bien cette position vague :

(7) Changwen shang xiao zai zhe che zhong... Wenruo
yi xiao zuo zhe xi qian (Shi shuo xin yu, Ve siècle av. J.-C.)
Changwen encore petit transporter à char dans...
Wenruo aussi petit assis à genoux devant
Changwen était encore petit, il fut transporté dans le char...
Wenruo aussi était petit, il était assis sur (ses) genoux.
(8) sui chang da you bao zhe xi shang (Shi shuo xin yu)
même-si grandir grand encore porter à genoux sur
Il avait beau avoir grandi, (il le) portait
encore sur ses genoux.

24En bas-médiéval (VIe-ΧΙIΙe siècle), la situation est encore plus claire. Presque tous les locatifs peuvent avoir cette valeur de localisation indifférenciée, comme cela avait déjà été remarqué à la fin du XIXe siècle par le philologue Yu Yue (18211907). Une étude exhaustive menée par Wang Ying (1995) sur tous les locatifs employés dans 1928 poèmes de la dynastie des Tang (618-907) révèle ainsi, par exemple, que dong « à l’est de » peut avoir le sens de wai « hors de, à l’extérieur de », que xi « à l’ouest de » signifie parfois nei « dans », etc.

25De fait, si on compare plusieurs éditions d’un même texte de l’époque, il est fréquent de trouver des locatifs différents dans des éditions différentes. Dans les recueils de poèmes de Wang Fanzhi (VIIIe siècle), par exemple, on trouve xia « sous » à la place de nei « dans », shang « sur » à la place de wai « hors de », et même dong « à l’est de » à la place de xi « à l’ouest de », ou xia « sous » à la place de shang « sur ».

26Cette situation indique que les locatifs ont été vidés de leur sens précis et concret (« sur » et « sous » pour l’axe vertical, « dans » pour la contenance, « devant » et « derrière » pour l’axe sagittal, etc.) et n’expriment plus qu’une position vague. On peut même considérer qu’ils ont subi un processus de grammaticalisation et qu’ils sont devenus de simples marqueurs fonctionnels servant à transformer les noms auxquels ils sont attachés en mots de lieu.

27Quelques siècles plus tard, ils reprendront leur sens concret originel pour exprimer à nouveau une localisation, une position précise.

Conclusion

28Comment rendre compte de cette étape singulière de la langue médiévale ? En considérant qu’il y a une signification-noyau pour chaque locatif, qui peut être décrite précisément, et que cette signification est ensuite modifiable par diverses opérations sémantiques, qu’elles soient motivées ou non par des contraintes contextuelles. Elles conduisent alors à d’autres interprétations. Pour ce qui est des deux modèles discutés dans Klein et Nüse (1977) et détaillés ci-dessus (voir le tableau 1), le modèle « signification de base » n’est apparemment pas le bon modèle pour le chinois médiéval. Les locatifs chinois n’ont pas acquis une signification particulière et spécifique par des opérations d’additions, à partir d’une signification de base générale.

29C’est plutôt l’inverse qui s’est passé, en accord avec le modèle « prototype ». Les sens lexicaux de shang « sur », xia « sous », qian « devant », hou « derrière », nei « dans », etc. sont spécifiques dès l’origine et représentent une signification prototypique. D’autres significations ont pu être ensuite dérivées de ces prototypes par des opérations de réinterprétations. Si les traits spatiaux du « relatum » (par exemple haut, contact pour shang « sur ») ne correspondent pas au sens prototypique, la réinterprétation, qui implique un effort cognitif, sera nécessaire car la conceptualisation des rapports entre le « thème » et le « relatum » est différente.

30Ce même modèle « prototype » rend mieux compte aussi de la situation de l’évolution des pronoms interrogatifs chinois, un autre important domaine linguistique pour lequel il est possible d’étudier les liens entre les structures cognitives et les structures syntactico-sémantiques qui les représentent.

Histoire des pronoms interrogatifs du chinois

31Heine, Claudi et Hünnemeyer (1991 : 58) ont déjà observé que les pronoms interrogatifs se réfèrent à des catégories conceptuelles. Ils proposent le tableau suivant :

Tableau 3

Cagégorie

Pronom interrogatif

Personne
Objet/Activité
Espace
Temps
Qualité/Manière

Qui ?
Quoi ?
Où ?
Quand ?
Comment ?

32Jackendoff (1983 : 56), de son côté, parle de catégories ontologiques, qu’il présente ainsi :

Tableau 4

Catégorie

Principales catégories ontologiques de Jackendoff

Personne

Objet

Chose

Activité

Action

Événement

Espace

Lieu

Direction

Temps

Qualité

Manière

Quantité

La situation en haut-archaïque et en bas-archaïque

33Peyraube et Wu (2000) ont analysé dans le détail l’emploi de tous les pronoms interrogatifs dans une dizaine d’œuvres chinoises représentatives du haut-archaïque (XIe-VIe siècle av. J.C.) et du bas-archaïque (Ve-IIe siècle av. J.-C.). Pour chacune de ces deux périodes, une distinction a été opérée entre plusieurs catégories sémantiques : objet/activité correspondant aux pronoms « quoi ?/quel ? », personne (« qui ? »), qualité/manière (« comment ? »), cause/raison (« pourquoi ? »), temps (« quand ? »), espace (« où ? »), quantité (« combien ? »).

34Pour la période du haut-archaïque, une dizaine de pronoms sont utilisés. Quatre d’entre eux sont courants (avec plus de 40 occurrences) et expriment des sens divers, comme l’indique le tableau suivant (un minimum de 5 occurrences a été retenu pour la caractérisation des significations) :

Tableau 5

Pronoms interrogatifs

Nombre d’occurences (minimum : 40)

Signifciation (avec un minimum de 5 occurences)

he1

173

quoi ?/quel ? (88)

comment ? (41), pourquoi ? (9)

hu

55

pourquoi ? (39), comment ? (10), quoi ?/quel ? (5)

shei

48

qui ?

he2

42

quand ? (17), pourquoi ? (15), comment ? (16)

35[he1 et he2 correspondent à des caractères d’écriture différents ; il s’agit de deux mots distincts]

36Exemples :

(9) jin er he jian ? (Shang shu, vers VIIe siècle av. J.-C.)
maintenant vous quoi prendre-pour-exemple
Qu allez-vous prendre pour exemple, maintenant ?
(10) ren zhi wei yan hu de yan ? (Shi jing, vers VIIIe siècle av. J.-C.)
gens part.-déterminative faire mot comment être-efficace part.-finale
Comment des mots fabriqués par des gens (deviennent-ils si) efficaces ?
(11) shi wei shi wei hu bu gui ? (Shi jing)
lumière estomper lumière estomper
pourquoi négation revenir
La nuit tombe, la nuit tombe,
pourquoi ne revient(-il) pas ?

37Pour la période du bas-archaïque, sept pronoms interrogatifs sont couramment utilisés (plus de cent occurrences) sur une quinzaine attestés. Ils expriment aussi des sens divers, comme l’indique le tableau suivant (un minimum de 40 occurrences a été retenu pour la caractérisation des significations) :

Tableau 6

Pronoms interrogatifs

Nombre d’occurences (minimum : 100)

Signifciation (avec un minimum de 40 occurences)

he1

1792

quoi ?/quel ? (965), comment ? (440), pourqoui ? (342)

shei

333

qui ?

shu

221

qui ? (166), quoi ?/quel ? (55)

yan

187

comment ? (150)

xi

185

quoi ?/quel ? (112)

wu

119

comment ? (72), où ? (47)

an

107

comment ? (72)

38Exemples :

(12) xi wei xiao zhong ? (Xunzi, IVe siècle av. J.-C.)
quoi appeler petit loyauté
Qu’est-ce que (vous) appelez une petite loyauté ?
(13) wu shei qi ? Qi tian hu ? (Lun yu, Ve siècle av. J.-C.)
je qui décevoir décevoir Ciel part.-finale
Qui (vais) je décevoir ? Le Ciel ?

Évolution entre les deux états de langue

39Si on compare la situation du bas-archaïque (tableau VI) à celle du haut-archaïque (tableau V), on note les changements importants suivants entre les deux étapes :

  1. L’apparition d’un nouveau pronom pour « qui ? » et, accessoirement, pour « quoi ?/quel ? » : shu ;

  2. l’apparition d’un nouveau pronom xi pour « quoi ?/quel ? », mais il s’agit sans doute d’une variante de he1 ;

  3. la disparition du pronom hu pour « pourquoi ? » et pour « comment ? » ;

  4. la disparition de he2 pour « quand » sans qu’un nouveau pronom vienne prendre en charge ce sens ;

  5. l’apparition de pronoms nouveaux yan et an pour « comment ? ».

40On remarque aussi que bon nombre de ces pronoms interrogatifs sont polysémiques, en bas-archaïque comme en haut-archaïque : he1, par exemple, qui signifie « quoi ?/quel ? », mais aussi « comment ? » ou « pourquoi ? » à la fois en haut-archaïque et en bas-archaïque ; hu « comment ? » ou « pourquoi ? » en haut-archaïque ; wu « comment ? » ou « où ? » en bas-archaïque.

41Comment rendre compte de cette polysémie ? On peut considérer que les catégories sont formées autour de prototypes qui fonctionnent comme des points de référence cognitifs. Ces catégories ne sont donc pas homogènes et elles ont des frontières qui ne sont pas délimitées précisément. Elles sont composées d’unités plus ou moins représentatives. Ce sont les unités les plus représentatives qui sont les prototypes. De plus, ces prototypes de catégories cognitives ne sont pas définitivement fixés, ils peuvent varier en fonction du contexte. On a alors affaire à un « changement prototypique », semblable au « changement sémantique » de la sémantique historique traditionnelle.

42Ce modèle du prototype de la linguistique cognitive permet assurément de rendre compte des pronoms interrogatifs du chinois archaïque de la manière suivante :

  • En haut-archaïque, quatre pronoms prototypiques peuvent être dégagés correspondant aux quatre structures conceptuelles personne, objet/activité, cause et temps. Ce sont respectivement shei « qui ? », he1 « quoi ?/quel ? », hu « pourquoi ? » et he2 « quand ? » ;

  • en bas-archaïque, trois pronoms prototypiques correspondent aux catégories Personne, objet/activité (et accessoirement cause), qualité/manière. Ce sont shei « qui ? », he1 « quoi ?/quel ? » et « pourquoi ? », et, à un degré moindre, yan « comment ? ».

Tableau 7 Pronoms prototypiques

Qui

Quoi

Comment

Pourquoi

Quand

Haut-arch.

shei

he1

hu

he2

Bas-arch

shei

he1

yan

he1

Catégories linguistiques et catégories cognitives

43Quelles conclusions peut-on en tirer sur les contours cognitifs des catégories auxquelles correspondent les pronoms interrogatifs ?

  1. Le système des pronoms interrogatifs pour la personne est simple. Il y a un seul pronom prototypique qui, de plus, n’est jamais employé pour d’autres catégories.

    • 3 Une enquête menée par Heine, Claudi et Hünnemeyer (1991 : 56) sur quatorze langues différentes révè (...)

    Un autre pronom prototypique est couramment utilisé pour la catégorie objet/activité. Il y a assurément une relation cognitive spéciale entre ces deux catégories, ce qui n’est pas surprenant3. Le même pronom est aussi employé pour la catégorie cause/raison après qu’un changement prototypique est intervenu entre le haut-archaïque et le bas-archaïque (changement qui a transféré les traits importants de la catégorie objet/activité à la catégorie cause/raison et qu’on peut caractériser comme un changement de prototype global vers un prototype plus spécifique).

  2. La catégorie qualité/manière, elle, est assez floue. Il existe bien de nombreux pronoms correspondants, mais aucun d’entre eux n’est manifestement prototypique.

  3. Les catégories espace et temps, enfin, sont moins nécessaires et donc moins fondamentales dans le modèle cognitif, lié sans doute au modèle culturel des Chinois de l’Antiquité.

44Ces conclusions suggèrent une hiérarchie qu’on peut ainsi représenter :

  • 4 On peut la comparer avec le modèle de progression des catégories métaphoriques de Heine, Claudi et (...)

45personne > objet/activité > cause/raison > qualité/manière > espace > temps4.

46Enfin, pour rendre compte de la polysémie des pronoms interrogatifs du chinois archaïque, le modèle prototypique discuté plus haut pour les locatifs semble bien aussi être le bon. Pour chaque mot interrogatif, il y aurait ainsi une signification spécifique représentant un sens prototypique. He1, par exemple, correspondant à la catégorie objet/activité, aurait le sens de « quoi ?/quel ? ». D’autres significations seraient ensuite dérivées de ces sens prototypiques par des opérations de réinterprétations si les traits attribués aux prototypes ne s’accordent pas avec son contexte spécifique.

Conclusion

  • 5 Cf. les discussions très détaillées que leur consacre, par exemple, Lakoff (1987).

47Les nouvelles analyses sur la polysémie (vieille question linguistique, mais qui n’est toujours pas définitivement résolue), sur les transferts conceptuels, métaphoriques ou métonymiques, jouent un rôle central en linguistique cognitive5. Il en va de même de la notion de prototype, reprise de la psychologie expérimentale, et introduite aussi bien en syntaxe qu’en sémantique. Il ne fait pas de doute que ces préoccupations majeures de la linguistique cognitive ont renouvelé passablement les études en syntaxe et sémantique diachroniques.

48Il n’est pas moins évident que les langues étant des produits historiques (elles n’ont pas été créées par les gens qui les utilisent aujourd’hui), elles doivent être aussi expliquées par rapport aux forces, aux tendances qui les ont formées et qui les ont fait évoluer (cf. Heine 1997 : 1-16). Et de même que la structure des langues peut refléter les modèles de conceptualisation de l’homme parce qu’elle est en grande partie basée sur ces modèles, l’évolution des structures linguistiques apporte des informations précieuses sur la nature du changement conceptuel, qui détermine aussi l’organisation conceptuelle actuelle.

49Une approche cognitive qui intègre la dimension diachronique — et aussi la diversité des langues — aura assurément un pouvoir explicatif plus grand qu’une approche qui ignorera cette dimension.

50Les rapports entre grammaire historique, linguistique typologique et linguistique cognitive ne peuvent que se renforcer tant ils apparaissent aujourd’hui décisifs.

Notes

1 Sur les liens étroits qui existent entre linguistique typologique et linguistique cognitive, cf. Croft (1999).

2 Pour une analyse des mécanismes et des motivations du changement grammatical dans les langues, en dehors du phénomène de grammaticalisation, cf. Peyraube (2002).

3 Une enquête menée par Heine, Claudi et Hünnemeyer (1991 : 56) sur quatorze langues différentes révèle que toutes ces langues ont les mêmes interrogatifs pour Objet (exemple : « qu’est-ce qu’elle a bu ? ») et pour Activité (exemple : « qu’est-ce qu’elle a fait ? »).

4 On peut la comparer avec le modèle de progression des catégories métaphoriques de Heine, Claudi et Hünnemeyer (1991 : 55) : personne > objet > processus > espace > temps > qualité.

5 Cf. les discussions très détaillées que leur consacre, par exemple, Lakoff (1987).

Auteur

Directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, Centre de recherches linguistiques sur l’Asie Orientale (UMR 8563, EHESS/CNRS, Paris). peyraube@ehess.fr

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540