Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La linguistique cognitive

 | 
Catherine Fuchs

I. Les courants de la linguistique cognitive

Grammaire formelle• et cognition linguistique

Alain Rouveret

Texte intégral

1En 1968, dans un recueil qui a fait date, Oswald Ducrot, Moustafa Safouan, Dan Sperber, Tzvetan Todorov et François Wahl demandaient « Qu’est-ce que le structuralisme ? ». Plusieurs livres collectifs posent aujourd’hui la même question pour les sciences cognitives, l’un des plus récents étant celui d’Ernest Lepore et Zenon Pylyshyn, publié en 1999 et intitulé précisément « What is Cognitive Science ? ». Il existe une certaine analogie entre les deux mouvements. Comme le structuralisme, le mouvement cognitif regroupe dans un même projet plusieurs domaines disciplinaires. La linguistique figure comme composante essentielle dans l’un et dans l’autre. Mais les disciplines partenaires ne sont plus les mêmes – sciences humaines hier, sciences dures aujourd’hui. Le développement du projet cognitif correspond en fait à un changement de perspective majeur dans le paysage épistémologique, à une recomposition des champs disciplinaires qui a une incidence directe sur le statut de la linguistique comme science.

2Contrairement au structuralisme, ce programme a constitué d’emblée une entreprise collective, impliquant plusieurs disciplines. On connaît l’importance de l’enjeu. Il s’agit de parvenir à une meilleure connaissance du fonctionnement de l’esprit, à travers une meilleure compréhension des différentes facultés qu’il développe et des systèmes de connaissances qu’il maîtrise, des conditions de leur mise en œuvre, de leur acquisition, éventuellement de leur origine. La spécificité du projet cognitif est de chercher à atteindre cet objectif en convoquant toutes les disciplines susceptibles, potentiellement, de jeter une lumière nouvelle sur les phénomènes mentaux et leur structure. C’est le cas de l’informatique et de l’intelligence artificielle, puisque l’on peut utiliser les ordinateurs pour simuler des processus habituellement attribués à l’intelligence humaine (il faut se souvenir que le programme cognitif a émergé au début des années 1950 « dans un climat fortement marqué par la naissance de l’informatique et le développement des notions et des techniques de traitement formel de l’information », cf. Andler 1992). C’est aussi le cas des neurosciences qui, depuis leur entrée en scène dans les années 1980, ont permis des progrès considérables dans notre compréhension du fonctionnement et de l’architecture du cerveau humain. La linguistique et la philosophie de l’esprit se trouvent donc coexister dans le projet cognitif avec une « science de la vie » – la psychologie expérimentale –, et avec des « sciences dures » – les neuro-sciences –, auxquelles il faut adjoindre plusieurs disciplines-charnières – dans le domaine qui nous intéresse, la psycholinguistique et la neurolinguistique. Il est clair que la linguistique n’occupe pas dans cet ensemble une place privilégiée et que ses méthodes et ses concepts ne sont pas empruntés ou détournés par les autres disciplines. En fait, c’est une condition inhérente au programme cognitif que chaque discipline partenaire y conserve son individualité. Il revient à chacune de définir son appareillage notionnel et ses méthodes et, sur ce point, il faut admettre que l’éclectisme règne. Cette dernière caractéristique établit une distinction tranchée entre l’entreprise cognitive et le paradigme• structuraliste qui, à partir de l’objet « langue », s’était attaché à définir des procédures d’analyse transposables d’un champ disciplinaire à l’autre.

3Il reste que, même si elles diffèrent d’une discipline à l’autre, les méthodes de description adoptées, la mise en place des procédures expérimentales et la construction des théories doivent procéder d’une conception commune et partagée de ce qu’est la cognition. Dans le cas contraire, la notion même de programme cognitif serait vide de sens. Puisque l’on s’intéresse à ce qui se passe dans la « boîte noire » quand une faculté cognitive s’exerce et aux tâches qu’elle accomplit, on doit se demander quelle est la nature de l’activité de pensée, consciente ou inconsciente, qui est ainsi engagée. Soit la caractérisation suivante :

  • 1 À (1), on peut opposer la caractérisation proposée par le Nouveau Petit Robert (2002), d’essence f (...)

(1) L’activité cognitive doit être conçue comme un traitement de l’information, c’est-à-dire comme un ensemble de processus computationnels opérant sur des séquences de symboles et dérivant des représentations1.

4Dans cette conception computationnelle et symbolique, la cognition accomplit essentiellement la même chose que les ordinateurs qui ne font rien d’autre que manipuler des symboles en suivant les règles formelles que leur fixent les programmes qui leur sont intégrés. Un autre aspect de la conception computationnelle est que les systèmes cognitifs, les systèmes perceptuels en particulier, sont modulaires, c’est-à-dire constitués d’un ensemble de sous-systèmes distincts, fonctionnellement et informationnellement spécialisés. Cette position, soutenue en particulier par Fodor (1989), implique par exemple que les processus perceptuels et les tâches qu’ils accomplissent ne peuvent être influencés par les processus mentaux supérieurs mettant en jeu la pensée consciente.

La perspective interne sur le langage

5Dans la constellation disciplinaire formée par les sciences cognitives, la linguistique se trouve intégrée avec les autres sciences humaines et certaines sciences sociales à un paradigme incluant aussi des sciences dites « exactes » ou « dures ». Or cette cohabitation soulève la question du statut de la linguistique et de sa place au sein de la constellation.

6La linguistique s’occupe en effet d’un objet empirique, le langage, sur lequel l’expérimentation n’est pas possible dans les mêmes conditions qu’ailleurs. Elle n’a pas un accès direct au type de phénomènes qui intéressent la recherche cognitive dure puisque si elle traite des objets de langue, les phrases, les énoncés, elle n’est aucunement préparée à aborder les processus mentaux qui gouvernent leur production. Le décalage est encore accentué par le développement, durant les deux dernières décennies, de techniques d’observation nouvelles, extrêmement sophistiquées, permettant une meilleure compréhension du système nerveux : enregistrement de l’activité des neurones individuels et de l’ensemble du cerveau, explication des processus perceptuels et cognitifs en terme d’activité biochimique, modélisation computationnelle de ces processus. Le fait que le projet cognitif intègre comme pièce maîtresse à son dispositif cette dimension expérimentale et technologique amène à se demander si la linguistique cognitive peut être autre chose qu’une psycholinguistique ou une neurolinguistique.

7La position soutenue par Chomsky depuis la fin des années 1950, réaffirmée dans les articles réunis dans New Horizons in the Study of Language and Mind (Chomsky 2000), consiste à défendre la légitimité de la « linguistique interne ». Est dite « interne » une approche qui prend les énoncés de la langue comme autant de phénomènes autonomes dont on peut isoler, étudier et représenter les propriétés structurales et la signification hors des caractéristiques du contexte situationnel, discursif et sociolinguistique dans lequel il prend place. Dans cette conception, le langage n’est pas un objet public et social, dont les locuteurs individuels n’auraient qu’une connaissance partielle, mais un objet strictement individuel, dont la connaissance est interne à l’esprit humain. Ce qui, selon Chomsky, doit intéresser le linguiste, c’est l’étude de cet objet mental, une entité à laquelle il réfère sous l’étiquette de I-language (où I-vaut pour « interne », mais aussi pour « individuel ») et qui doit être prise comme un aspect du monde pouvant être soumis à une enquête rationnelle. Plus précisément, le langage humain est un objet « psychologique », composante de l’esprit humain, physiquement représenté dans le cerveau, et faisant partie de l’équipement biologique de l’espèce, qui, précisément parce qu’il est ce type d’objet, peut et doit être analysé suivant les mêmes méthodes d’investigation que celles qui sont en œuvre dans les sciences de la nature.

8Cette thèse « naturaliste » a plusieurs conséquences. Si elle est adoptée, il n’y a aucune raison de supposer que les langues naturelles doivent recevoir le même traitement que les langages formels de la logique ou des mathématiques qui sont des langages inventés, ou que les règles linguistiques attribuées aux individus par la théorie doivent être directement accessibles à la conscience et ne peuvent relever d’une connaissance tacite. En fait, la science du langage doit tenter de se construire comme une science galiléenne, c’est-à-dire une science émettant des propositions réunissant les trois caractéristiques suivantes : être formalisées (mathématisées), être dotées de contenu empirique et de pouvoir prédictif, être falsifiables expérimentalement. Une autre conséquence de la thèse naturaliste concerne la relation de la linguistique aux autres sciences et à la philosophie. Contrairement à ce que voudraient certains des philosophes intéressés, comme Putnam, au problème de la relation entre l’esprit et le corps, il est nécessaire et suffisant, selon Chomsky, que l’étude du langage satisfasse les contraintes qui gouvernent toute enquête rationnelle sur un objet empirique, et n’a pas à satisfaire des exigences supplémentaires.

9Chomsky attache enfin une grande importance à ce qu’il appelle le « problème de l’unification » (voir les articles réunis dans Chomsky 2000). Science de la nature, la linguistique ne peut, dans l’état actuel de nos connaissances, être unifiée avec aucune autre science de la nature, encore moins être « réduite » à une autre activité scientifique. Seule une approche naturaliste qui traite le langage dans une perspective interne, comme un ensemble de computations sur des représentations mentales, est à même de rendre compte de toute sa complexité.

10Il est souhaitable de chercher à établir des passerelles entre ce que l’on sait des processus mentaux, du langage en particulier, et les théories du cerveau, mais l’unification entre les deux domaines est un objectif à très long terme et, pour être effective, cette unification ne peut être une réduction. Le fait, révélé par les techniques nouvelles d’imagerie cérébrale fonctionnelle, que les écarts par rapport aux principes généraux de la grammaire ont pour corrélats des comportements particuliers dans l’activité électrique du cerveau ne signifie pas que les phénomènes linguistiques doivent être expliqués en termes neurologiques. Nul ne sait à ce jour comment les propriétés qui semblent être définitoires des langues naturelles – caractère combinatoire, infinité discrète, dépendance structurale – sont implantées physiquement dans les structures cellulaires et neuronales. Et les questions phonologiques, morphologiques, syntaxiques ou sémantiques qui constituent le fonds commun des recherches linguistiques – les pluriels brisés de l’arabe, le système casuel de l’islandais, le déplacement de l’objet dans les langues germaniques, la généricité – n’auraient aucune place dans un programme à orientation neurologique.

11La linguistique peut donc s’articuler au projet cognitif sans se confondre avec celles des sciences dures qui, comme la neurolinguistique, sont spécifiquement intéressées au langage. Cette conclusion rejoint la conception qui sous-tend le projet cognitif dans son essence. Chaque discipline partenaire possède déjà son objet et ses méthodes d’investigation propres et, pour aucune, il n’est question de fondation ou de refondation. Ce qui est demandé à chacune, c’est au contraire de contribuer, dans la mesure de ses ressources, à faire du fonctionnement de l’esprit une question empirique.

12Dans ce qui suit, je m’attacherai à montrer que les grammaires formelles• définissent des modèles adéquats de la cognition linguistique. Sous cette étiquette, on peut regrouper les différents modèles chomskiens qui se sont succédé depuis Aspects of the Theory of Syntax (1965) jusqu’au Programme Minimaliste (The Minimalist Program, 1995), ainsi que les grammaires dites d’unification• qui se sont développées depuis le début des années 1980. C’est dans les textes de Chomsky que l’ancrage cognitif de la théorie linguistique est le plus nettement affirmé, c’est donc à eux que je me référerai dans cet essai. Je ferai surtout porter l’effort sur le modèle des Principes et Paramètres et sur le Programme Minimaliste. Il s’agira de montrer comment est conçue dans les grammaires génératives• l’articulation du grammatical et du cognitif, d’évaluer l’apport de la linguistique chomskienne à la réflexion• cognitive (plutôt que de faire comme si cet apport allait de soi), mais aussi de déterminer si les questions rendues accessibles par la linguistique chomskienne et les résultats qu’elle a obtenus sont à la portée de la recherche cognitive ou au contrainte hors de son atteinte.

Paramètres, Grammaire Universelle et acquisition2

  • 2 Le texte fondateur du modèle des Principes et Paramètres est Chomsky (1981). L’article de Chomsky (...)

13Ce sont essentiellement deux objectifs qui, par-delà leurs différences, unissent les versions successives du modèle génératif depuis la fin des années 1970 :

(2) construire des modèles explicites, c’est-à-dire formalisables, des langues naturelles ;
(3) proposer une théorie explicative de la compétence des individus, offrant une caractérisation de ce savoir et précisant comment il est acquis.

14(2) définit la linguistique comme une science galiléenne si l’on ajoute que la validité d’un modèle doit être contrôlée expérimentalement. (3) définit la linguistique comme une science cognitive puisque le comportement langagier repose à l’évidence sur des capacités mentales. Il s’agit de caractériser à la fois la capacité cognitive qui permet à l’enfant d’apprendre une langue naturelle dans un temps relativement court, hors de tout enseignement explicite, à partir d’une expérience par définition variable et fragmentaire, et le savoir linguistique qui en résulte. Or les savoirs résultants, les langues naturelles, varient considérablement d’une communauté linguistique à une autre. Dans la mesure où l’on ne peut appréhender le langage qu’à travers cette diversité, celle-ci va déterminer la façon dont, dans le modèle, s’articulent l’universel et le particulier.

La Grammaire Universelle

15Chomsky n’a cessé de répéter dans ses écrits que la rapidité et l’uniformité du processus d’apprentissage, ainsi que l’exceptionnelle complexité de ce qui est appris, ne peuvent être pleinement expliquées sans l’hypothèse d’un équipement inné préspécifié. L’une des premières formulations de cette idée se trouve dans son ouvrage publié en 1965, Aspects of the Theory of Syntax :

« Il semble évident que l’acquisition linguistique est fondée sur la découverte par l’enfant de ce qui, d’un point de vue formel, constitue une théorie profonde et abstraite une grammaire générative de sa langue – dont les concepts ne sont reliés à l’expérience que de loin, par des chaînes longues et complexes d’étapes inconscientes de type quasiment déductif. (...) tout cela [les propriétés du processus d’apprentissage] ne permet pas d’espérer que la structure de la langue puisse être apprise par un organisme qui ne disposerait d’aucune information préalable sur son caractère général. » (Chomsky 1971 : 83-84).

16À cette information préalable, Chomsky donne dans Aspects le nom de Grammaire Universelle (Universal Grammar). D’abord définie comme l’ensemble des caractéristiques partagées par toutes les langues et qui, de ce fait, n’ont pas besoin d’être mentionnées dans les grammaires particulières, la Grammaire Universelle (abrégé en G.U.) en vient très vite à désigner l’« état initial » de l’apprenant, la structure cognitive « instinctive » servant de base à l’acquisition, qui fait que l’enfant, plongé dans un environnement linguistique, n’a d’autre choix que d’apprendre à parler et qui, conjointement, explique que les langues partagent les propriétés qu’elles partagent.

17Pour se faire une idée plus exacte de la nature et de la forme de G.U., c’est-à-dire des hypothèses initiales sur la nature du langage avec lesquelles l’enfant aborde l’apprentissage, on doit considérer les caractéristiques de ce qui est appris. On sait par exemple que les langues humaines ont un caractère doublement articulé, que ce sont des organisations hiérarchiquement structurées qui s’expriment en linéarité et en successivité, que les opérations qui les affectent sont crucialement dépendantes de la structure et obéissent à des contraintes de localité, qu’elles distinguent les verbes et les noms... On peut concevoir G.U. comme un ensemble structuré de règles et de principes, préspécifiant la forme des grammaires possibles et incorporant une information minimale sur ce que sont les langues naturelles. On sait que, dès Aspects, Chomsky proposait de distinguer deux types d’universaux linguistiques, les universaux de substance qui renvoient aux matériaux basiques dont sont faites les langues, les traits distinctifs de la phonologie, les parties du discours de la syntaxe, matériaux sans lesquels aucune langue naturelle ne peut être construite, et les universaux formels, répertoire de règles et de principes qui déterminent l’architecture générale du dispositif grammatical et le fonctionnement des dérivations•.

18En même temps, s’il est clair que G.U. doit être structurée, la diversité même des langues exclut que cette structure soit trop spécifiée. Dans le cas contraire, l’enfant rencontrerait constamment dans la langue à laquelle il est exposé des phénomènes hors d’atteinte des règles et des principes mis à disposition par G.U. (sur ce point, voir par exemple Chomsky 1971 :46). L’hypothèse que fait sienne le modèle des Principes et Paramètres est que les langues sont moins différentes les unes des autres qu’elles ne paraissent, qu’elles partagent infiniment plus que la « double articulation » et que ces propriétés partagées ont le statut d’universaux linguistiques. On est évidemment là aux antipodes de l’idée de l’infinie variabilité des langues humaines soutenue par les fonctionnalistes, par Martinet (1960) en particulier.

Paramètres et architecture fonctionnelle

19Si les principes capturent ce qu’il y a d’universel dans le langage, ce sont les paramètres qui, dans ce modèle, caractérisent l’espace restreint dans lequel s’inscrit la variation possible. Les principes sont essentiellement inviolables et rigides, les choix paramétriques définissent des mesures d’accompagnement protocolaires, déterminant dans chaque système comment tel ou tel principe est mis en œuvre.

20Les paramètres isolés au début des années 1980 – le paramètre du « sujet nul » caractérisé par Rizzi (1982), le paramètre directionnel associé au marquage casuel et au marquage thématique proposé par Travis (1984), celui qui distingue entre les langues où le mouvement des expressions interrogatives est explicite et celles où il intervient en Forme Logique• et n’est donc pas manifesté par une modification de l’ordre linéaire (Huang 1982) – illustrent bien le fonctionnement de la notion dans l’économie générale de G.U. Un petit nombre de paramètres fondamentaux fixés différemment dans des systèmes linguistiques relativement proches peuvent entraîner des variations considérables entre ces systèmes. Quand la valeur d’un paramètre est fixée, la riche structure déductive de G.U. permet de dériver tout un réseau des propriétés corrélées. Dans cette approche, les données comparatives et typologiques permettent de préciser les limites relativement étroites dans lesquelles s’inscrit la variation et, du même coup, d’accéder à l’invariant, c’est-à-dire de préciser le contenu des principes universels.

21Très tôt, cependant, la caractérisation des paramètres comme des dimensions de variation attachées aux principes syntaxiques est apparue comme à la fois trop restrictive et trop lâche. Dès 1984, Borer a suggéré que la variation paramétrique affecte exclusivement le système flexionnel• des langues et que les paramètres sont attachés aux morphèmes et aux mots fonctionnels individuels, comme partie intégrante de l’information contenue dans leur entrée lexicale. Cette approche est dotée d’un pouvoir explicatif potentiellement plus grand que la précédente puisqu’elle localise la variation dans une propriété définitoire des langues naturelles, l’existence sur les mots fléchis d’une morphologie nominale et verbale. Elle est aussi plus restrictive puisqu’elle exclut la possibilité qu’un paramètre ne soit pas la propriété d’un trait d’un élément contenu dans le lexique•. Chomsky et Lasnik (1993) développent la même idée en posant que les paramètres sont exclusivement associés aux têtes fonctionnelles, c’est-à-dire aux catégories qui codent les spécifications de temps, de mode, de personne, de nombre, de définitude des domaines flexionnels, proposition et groupe nominal. De fait, la dimension fonctionnelle/morphologique est directement impliquée dans un phénomène découvert par Emonds (1978) et réanalysé par Pollock (1989), celui du site de réalisation variable du verbe en fonction de la langue et du type propositionnel. Ces deux auteurs, en comparant la distribution des modificateurs adverbiaux dans les propositions finies du français et de l’anglais, ont montré que les formes verbales fléchies occupent dans l’arborescence des positions plus hautes dans les langues dotées d’une flexion riche (c’est le cas du français, qui sur ce point se comporte comme les langues romanes à sujet nul disposant d’une forme distincte aux six personnes de la conjugaison) que dans celles où la morphologie d’accord est pauvre ou absente (c’est le cas de l’anglais). Les énoncés suivants montrent que certains adverbes s’intercalent entre le verbe et l’objet en français, mais pas en anglais où, par contre, ils apparaissent entre le sujet et le verbe :

(4) a. Jean rencontre souvent Marie dans les cafés
b. *John meets often Mary
c. *Jean souvent rencontre Marie dans les cafés
d. John often meets Mary

22Plutôt que de supposer que la position de l’adverbe varie d’une langue à l’autre, les auteurs font l’hypothèse que c’est le site de réalisation du verbe qui change dans une configuration structurale et catégorielle qui pour l’essentiel demeure invariante. Admettons que la structure fonctionnelle de la proposition inclue une catégorie Temps (T), intermédiaire entre le domaine lexical qui coïncide avec le groupe verbal, et la périphérie, site de réalisation des marqueurs de subordination et des interrogatifs. Si les adverbes qui, comme souvent, quantifient l’événement sont insérés à la périphérie gauche du groupe verbal, (4) indique qu’en français le verbe fléchi se déplace au-delà de l’adverbe pour s’adjoindre à T, alors qu’en anglais il conserve sa position originelle.

(5) a. [Jean T [souvent [rencontre Marie]]]
b. [Jean rencontre + T [souvent [t Marie]]]
(6) [John T [often [meets Mary]]]

23Pollock (1989) établit que la distribution de la négation dans les deux langues, distincte de celle des adverbes, et la prise en compte des infinitives où ces distributions sont différentes de ce qu’elles sont dans les propositions finies imposent de conclure à l’existence de deux têtes fonctionnelles distinctes dans le domaine flexionnel, que l’on peut identifier comme Temps (T) et Accord (Agreement, abrégé en Agr). (7) reprend la structure fonctionnelle de la proposition adoptée par Belletti (1990), dans laquelle Agr est plus haute que Τ :

(7) [... C [... Agr... [Neg [... Τ [... V...]]]]]

24En français, le verbe lexical• peut conserver sa position originelle V ou accéder à la catégorie Τ dans les infinitives. Dans les propositions finies, il précède le marqueur de négation pas et est réalisé dans Agr. Dans les interrogatives directes, il monte dans la périphérie de la proposition jusqu’à C. En anglais, le verbe lexical (contrairement aux auxiliaires) ne quitte jamais le domaine lexical. Cette analyse suppose que la structure fonctionnelle des propositions est uniforme d’une langue à l’autre et d’un type propositionnel à un autre et inclut les mêmes catégories organisées suivant la même hiérarchie. Dans les structures où le verbe lexical est réalisé en surface dans T, dans Agr ou dans C, il est nécessaire de définir une opération de mouvement de tête, affectant V et l’adjoignant aux catégories supérieures. Les variations observées reflètent des variations dans l’espace syntaxique parcouru par le verbe déplacé.

25Ce type d’approche a été étendu à l’étude de la structure interne du groupe nominal, désormais analysé comme une projection de la catégorie fonctionnelle D (Déterminant) et incluant une tête intermédiaire entre D et N, la catégorie Nombre (Ritter 1991). C’est, dans ce cas, la distribution des épithètes adjectivales qui sert de révélateur de la position occupée par la tête nominale. La variation observable dans la position du nom à l’intérieur de l’expression nominale – en anglais, le nom suit systématiquement tous les modificateurs adjectivaux ; dans les langues celtiques, il les précède tous à quelques exceptions près ; dans les langues romanes, il s’intercale dans les séquences adjectivales – peut être ramenée à une différence dans la portée du mouvement du nom (Cinque 1994 ; Longobardi 1994 ; Rouveret 1994).

26La distribution des arguments• nominaux dans différents types de langues et dans différents types de propositions se prête au même type d’analyse. On peut montrer par exemple que dans les langues celtiques, langues VSO, l’argument sujet quitte bien sa position originelle interne au groupe verbal, mais parcourt un espace syntaxique plus restreint qu’en français : il occupe le spécificateur de T, non celui de Agr. Par contre, comme en français, la tête verbale atteint la tête• flexionnelle la plus haute Agr. L’ordre linéaire résultant est donc VSO (Rouveret 1994). Dans certaines constructions contenant un auxiliaire, le verbe et l’argument objet forment manifestement un constituant, ce qui confirme à la fois la généralité du schéma propositionnel (7) et l’hypothèse que dans les séquences VSO, la position initiale du verbe résulte d’un déplacement.

27L’étude par Rizzi (1997) de la périphérie gauche de la proposition a révélé qu’elle constitue elle aussi un domaine relativement complexe, hautement structuré et associant plusieurs projections fonctionnelles articulées hiérarchiquement – les projections des têtes que Rizzi baptise Finitude, Topique, Focus, Force–, et que ces ressources catégorielles sont disponibles dans des systèmes linguistiques typologiquement différents, comme le révèlent la morphosyntaxe des complémenteurs•, la distribution des adverbes « topicalisés », la place du verbe dans les propositions finies des langues germaniques, la syntaxe des interrogatives dans les langues romanes... Enfin, Cinque (1999) pousse la logique de cette approche à ses plus extrêmes conséquences et identifie dans la structure de la proposition autant de catégories fonctionnelles que de classes d’adverbes – chaque adverbe occupant le spécificateur de la tête correspondante.

28Les résultats empiriques considérables accumulés par la syntaxe paramétrique depuis une vingtaine d’années constituent un progrès essentiel dans la connaissance du langage et dans la caractérisation du savoir linguistique tacite des individus. Comme nous le verrons plus loin, ce sont aussi ces résultats qui servent de base à la théorisation minimaliste.

La relation de la syntaxe à la morphologie

29Reconsidérons le squelette fonctionnel schématisé en (7). Si l’hypothèse de l’uniformité est adoptée, il faut, pour rendre compte de la variation syntaxique, supposer que la même catégorie fonctionnelle peut ou non « attirer » la tête verbale. Quelle dimension grammaticale détermine le choix de l’une ou l’autre option ? Le type de réponse qui a été donné à cette question consiste à proposer qu’au moins certains mouvements de têtes sont motivés par une exigence morphologique. Plus précisément, on a admis que les catégories fonctionnelles de la syntaxe constituent une source plausible pour les affixes• exprimant les dimensions correspondantes, qu’ils soient dérivationnels• (cf. Baker 1988) ou flexionnels (cf. Pollock 1989). Si l’on fait l’hypothèse que l’affixe de temps réside dans T, l’affixe de personne-nombre dans Agr et que la deuxième catégorie occupe une position plus haute dans l’arborescence que la première, il devient possible d’établir une corrélation simple et immédiate entre l’ordre des affixes dans les mots construits et la hiérarchie des catégories fonctionnelles dans le domaine flexionnel (cf. Belletti 1990). La plausibilité initiale de cette approche vient de l’observation que dans le paradigme (4), le verbe fléchi a un parcours syntaxique plus long dans une langue à morphologie relativement riche comme le français que dans une langue où la morphologie verbale est quasiment absente, comme l’anglais. Dans cette perspective, un lien direct est établi entre, d’une part, la collection de catégories fonctionnelles et les ressources morphologiques dont dispose une langue L et, d’autre part, la structure en constituants et l’ordre des mots observables dans L. Les différences dans l’ordre des mots résultent de la capacité variable qu’ont les différentes catégories fonctionnelles de déclencher le mouvement, propriété elle-même déterminée pour une part par les affixes morphologiques abrités par ces catégories.

30Mais on notera, touchant les phénomènes évoqués, des situations de décalage. Des langues qui ont les mêmes ressources morphologiques peuvent avoir des syntaxes différentes. L’allemand dispose de paradigmes verbaux aussi riches que ceux de l’italien, mais le verbe conserve sa position d’origine dans les subordonnées. Inversement, des langues qui disposent de ressources morphologiques différentes peuvent avoir des syntaxes identiques – le verbe a la même syntaxe en allemand et dans les langues Scandinaves continentales où il n’est spécifié ni pour le nombre, ni pour la personne. Le pouvoir explicatif de l’approche paramétrique dépend donc de la possibilité de replacer ces phénomènes d’interaction entre syntaxe et morphologie dans une perspective théorique plus large, rendant pleinement explicite la nature de cette interaction et apportant en particulier une réponse à la question suivante :

(8) Les propriétés morphologiques d’une langue L
déterminent-t-elles les processus syntaxiques dans L
ou sont-elles le réflexe de ces processus ?

  • 3 Pour une solution à ce paradoxe, cf. Nash et Rouveret (2002).

31La question posée touche aux fondements mêmes de la faculté de langage. Des corrélations entre variation syntaxique et variation morphologique sont observables dans le domaine de la typologie, de la comparaison et de la diachronie. Mais ces corrélations doivent-elles être interprétées comme une indication forte que les opérations syntaxiques, les déplacements en particulier, sont motivées par la nécessité de satisfaire les exigences morphologiques des différents éléments qui composent la phrase, comme le supposent l’approche paramétrique et le Programme Minimaliste ? Ou, au contraire, sont-elles mieux interprétées dans les termes d’une théorie qui considère la morphologie comme étant non pas la cause, mais le réflexe des opérations syntaxiques ? Contrairement à la conception selon laquelle la syntaxe est « guidée » (driven) par la morphologie, la seconde théorie, défendue par Bobaljik (2000), est compatible avec des situations dans lesquelles une variation syntaxique se laisse observer en l’absence de toute variation morphologique. Il existe dans les langues de nombreux exemples de cette situation. Ainsi, rien ne distingue la morphologie verbale du portugais européen de celle des autres langues romanes à sujet nul. Pourtant, la syntaxe de la cliticisation en portugais européen diffère sensiblement de celle des langues voisines3.

Paramètres et acquisition

32J’ai rappelé au début de cette section quelle est la solution proposée par le modèle des Principes et Paramètres pour résoudre le problème logique de l’acquisition du langage et le rôle décisif joué par la notion de paramètre dans l’explication. La destination première de la notion de paramètre est d’opérer le départ entre ce que l’enfant n’a pas à apprendre parce qu’il le sait déjà (sans savoir qu’il le sait) et ce qu’au contraire il doit acquérir pour construire la grammaire de sa langue. L’idée qui sous-tend cette présentation est que l’essentiel de la connaissance linguistique est présente avant toute expérience et que le système de savoir est plus simple qu’il n’apparaît superficiellement. En même temps, si les différents loci de variation sont désignés par G.U. (au principe x est associé le paramètre y), la tâche essentielle de l’enfant au cours de l’apprentissage est l’identification et la fixation de la valeur de tous les paramètres en jeu dans la grammaire de sa langue. La tâche d’apprentissage est encore facilitée par l’organisation modulaire du dispositif grammatical. Une théorie modulaire• est une théorie dans laquelle les dimensions de variation sont réparties entre différents sous-systèmes (théorie du Cas, théorie thématique, théorie du liage...). Il est clair que plus une théorie est modulaire, plus la variation autorisée dans chaque module est restreinte.

  • 4 Une difficulté, purement pratique, rencontrée par l’approche paramétrique a été soulignée par Clar (...)

33Mais si l’on adopte la perspective de la psychologie du développement, le problème se pose dans des termes différents puisqu’il s’agit de rendre compte du processus d’apprentissage en temps réel et de préciser comment le développement des capacités cognitives générales chez l’enfant interagit avec la tâche d’apprentissage. Les linguistes générativistes intéressés à l’acquisition se sont demandé si (tous) les principes de G.U. étaient présents et « actifs » dès le début de l’apprentissage, si certains d’entre eux étaient programmés génétiquement pour ne devenir opératoires qu’à des étapes ultérieures du processus d’acquisition, ou si les grammaires initiales échappaient, au moins par certains de leurs aspects, à une caractérisation dans les termes de G.U. Ils se sont aussi demandé si la valeur des paramètres était fixée de façon quasi immédiate, ce qui « s’accorderait avec l’idéalisation classique de l’acquisition instantanée défendue dans Aspects » (Jakubowicz 1995), ou si chaque paramètre recevait une valeur initiale qui, au contact de l’expérience, était soit maintenue, soit modifiée4. Sur toutes ces questions et sur d’autres qui ne sont pas évoquées ici, je me permets de renvoyer à la présentation deJakubowicz (1995).

Microparamètres vs. macroparamètres

34On peut se demander aujourd’hui si l’approche paramétrique initiée au début des années 1980 a pleinement atteint son objectif et ouvert la voie à une meilleure compréhension de l’articulation entre l’universel et le particulier dans le langage. Une première constatation se fait jour, étroitement corrélée à ce qui vient d’être dit de la relation entre syntaxe et morphologie. S’il a été possible dans les deux dernières décennies d’isoler quelques macroparamètres, subsumant des paquets de propriétés corrélées organisées en réseau, la situation rencontrée le plus fréquemment, lorsqu’on compare deux systèmes génétiquement reliés et géographiquement proches, est celle d’une collection de propriétés ponctuelles variant indépendamment les unes des autres. Les études comparatives des dialectes italiens menées par Manzini et Savoia (à paraître), celle de la morpho-syntaxe de la relativisation dans les langues celtiques par Rouveret (2002) appuient une conception microparamétrique dans laquelle chaque locus de variation est caractérisé sur la base d’une seule propriété fonctionnelle, c’est-à-dire d’un trait unique. La notion originale de paramètre, comme dimension de variation induisant une cascade d’effets empiriques, est supplantée par une autre conception dans laquelle les paramètres codent individuellement, dans le lexique, les exigences morphosyntaxiques des têtes fonctionnelles.

35Le scepticisme des chercheurs à l’encontre de la notion classique de paramètre a en partie sa source dans l’observation que certains des macroparamètres qui avaient été initialement proposés soit ne constituent pas des dimensions de variation unitaires, soit ne correspondent pas à des dimensions primitives. Le premier cas est illustré par la propriété « sujet nul ». Il existe des langues dans lesquelles le verbe est uniformément dépourvu de morphologie personnelle, mais qui néanmoins possèdent cette propriété – c’est le cas du chinois et d’autres langues de l’Asie orientale. Cette situation montre que la richesse de la flexion verbale ne peut être la seule dimension impliquée dans le phénomène et que d’autres propriétés – syntaxiques celles-là – jouent un rôle discriminant. Le deuxième cas est illustré par le « paramètre de la tête », évoqué plus haut, fixant dans chaque domaine la position de la tête par rapport à son complément. Dans un travail de grande portée, Kayne (1994) propose une théorie de la structure en constituants, la théorie de l’antisymétrie, dans laquelle l’organisation hiérarchique des catégories détermine intégralement l’ordre linéaire des éléments lexicaux correspondants. Il intègre à sa théorie un axiome de correspondance linéaire qui garantit que si α c-commande asymétriquement β, alors α précède ß. Située dans une perspective cognitiviste, cette hypothèse a une importance considérable puisqu’elle réduit de façon appréciable le nombre d’options structurales que l’enfant doit considérer dans l’analyse des séquences. Mais elle a pour nous un intérêt plus immédiat puisqu’elle implique que des ordres linéaires différents recouvrent toujours des structures hiérarchiques différentes. Ainsi, les configurations VO et OV ne sont pas structuralement identiques. Kayne suppose que toutes les langues présentent un ordre sous-jacent spécificateur-tête-complément. Dans le cas qui nous intéresse, cela signifie que les configurations VO sont basiques, alors que les configurations OV sont dérivées et mettent au moins en jeu un déplacement du complément par-dessus le verbe. On sait par exemple qu’en japonais les expressions interrogatives n’occupent pas la position initiale de proposition et que les éléments complémenteurs sont réalisés en position finale. Kayne propose que la deuxième propriété résulte du déplacement dans le spécificateur de la catégorie C de la proposition complément. Si c’est le cas, les expressions interrogatives ne sauraient être réalisées dans le spécificateur de C, qui est occupé par la proposition elle-même. En bref, l’ordre complément + verbe, illustré par le japonais, le turc, est selon Kayne corrélé à des choix morphologiques et dérivationnels spécifiques. Il n’existe pas de « paramètre de la tête », mais plutôt un ensemble complexe de facteurs syntaxiques et morphologiques qui conspirent pour déclencher le déplacement du complément par-dessus la tête qui le sélectionne.

36Certains auteurs maintiennent que, pour rendre compte de l’étendue effective de la variation, la théorie doit accueillir conjointement les notions de macroparamètre et de microparamètre. Les premiers conservent toute leur puissance explicative lorsqu’on étudie des langues typologiquement éloignées et non reliées génétiquement. Au contraire, on a toutes les chances de découvrir des microparamètres lorsqu’on compare des dialectes proches les uns des autres qui, par définition, ont fait les mêmes choix macroparamétriques. Baker (1996) soutient qu’il existe un paramètre unique isolant les langues polysynthétiques de toutes les autres. Une question analogue se pose pour le paramètre configurationnel/non configurationnel, proposé jadis par Ken Hale. Touchant le second, je crois que le scepticisme est de mise et qu’une langue que l’on est tenté de caractériser comme non configurationnelle est simplement une langue que l’on n’a pas encore suffisamment analysée.

37Inversement, on peut admettre que la seule notion syntaxiquement pertinente est celle de microparamètre et que, très générale ment, plusieurs microparamètres interviennent dans l’explication des macropropriétés. Plusieurs travaux récents sur les langues romanes médiévales ont montré par exemple que la phénoménologie V2 « romane » ne coïncidait pas avec celle qui s’observe dans les langues germaniques contemporaines, la seule caractéristique absolument commune étant l’existence d’une « inversion germanique » plaçant le sujet immédiatement derrière le verbe fini lorsque la position initiale est occupée par un autre élément. D’autres dimensions sont incluses dans la caractérisation classique du paramètre V2 germanique, qui apparaît ainsi relever d’une concomitance de facteurs non spécifiques. Chacune de ces autres dimensions pourrait être endossée par un microparamètre.

Le Programme Minimaliste : une grammaire cognitive5

  • 5 L’article qui donne le tableau le plus complet du Programme Minimaliste est le chapitre 4 de Choms (...)

38Le Programme Minimaliste, s’il maintient fermement les objectifs (2) et (3), marque une tentative pour réévaluer les fondements même de la discipline et pour éradiquer tous les concepts dont la présence dans le dispositif n’est imposée ni par la nécessité conceptuelle, ni par l’évidence empirique. En simplifiant beaucoup, on peut dire que le modèle des Principes et Paramètres est construit sur une critique des notions de règle grammaticale spécifique et de construction particulière, la complexité des phénomènes étant rapportée à l’interaction des paramètres avec les principes généraux de G.U., et que dans le Programme Minimaliste, ce sont les principes eux-mêmes qui sont soumis à la critique.

Minimalisme méthodologique/minimalisme de substance

39Le Programme Minimaliste recouvre en réalité deux entreprises parallèles. Il s’agit tout d’abord de construire une théorie du langage élégante, n’intégrant que les concepts, les principes et les mécanismes minimalement nécessaires à la description et à l’explication des données observables. Ce minimalisme-là ne fait que refléter une exigence méthodologique qui sous-tend toute enquête rationnelle et ne constitue en aucun cas une nouveauté dans le paradigme génératif, puisqu’il a toujours joué un rôle moteur déterminant dans la pratique des chercheurs et dans l’évolution des modèles. Mais l’ambition du Programme Minimaliste va bien au-delà. La visée n’est pas seulement de construire la meilleure théorie, celle qui remplit de façon optimale les exigences d’adéquation empirique et d’élégance conceptuelle, mais aussi de vérifier si l’objet « langage » est lui-même articulé de façon optimale ou, ce qui revient au même, de déterminer pourquoi il est comme il est. On n’a plus affaire alors à une question de méthode, mais à une question portant sur la substance même de l’objet étudié.

40La question minimaliste par excellence, celle dont procèdent toutes les autres, est en effet la suivante : pourquoi G.U. est-elle configurée comme elle l’est ? Peut-on expliquer qu’elle ait précisément les propriétés qu’elle a ? À cette question, Chomsky donne une forme inattendue : le langage est-il un système parfait ? Et l’hypothèse de travail qu’il adopte est que le langage est, de fait, proche de la perfection. Réponse aussi surprenante que la question, si l’on continue à caractériser le langage humain comme un système biologique. La perfection en question ne peut donc être évaluée qu’en relation avec une propriété intrinsèque du langage. Or, de façon inhérente, une langue établit un lien nécessaire entre son et sens. La tâche première de toute théorie linguistique est de caractériser ce lien entre la représentation de la parole – la Forme Phonétique (F.P) – et la représentation des propriétés logiques et sémantiques des mots et des phrases – la Forme Logique (F.L.). Une autre caractéristique de la faculté de langage est que les deux pôles qu’elle relie, celui du son et celui du sens, se trouvent eux-mêmes à l’interface avec d’autres facultés cognitives, le système acoustique-articulatoire et le système cognitif-intentionnel. Il est légitime de se demander si ces deux conditions d’adéquation externes – la nécessité de dériver une représentation phonétique décodable par le système articulatoire et une représentation sémantique interprétable par le système conceptuel – ne sont pas ce qui détermine pour une bonne part les caractéristiques internes de l’objet et, par suite, la forme de la théorie adéquate.

41La thèse minimaliste forte consiste à poser que les grammaires des langues naturelles représentent effectivement des solutions optimales à la fois au problème de l’association du son et du sens et de la mise en relation de la faculté de langage avec les deux autres capacités cognitives avec lesquelles elle se trouve en relation d’interface.

42En d’autres termes :

(9) Le langage est un système configuré de façon optimale pour connecter entre elles des représentations phonétiques lisibles par le système acoustique-articulatoire et des représentations sémantiques lisibles par le système cognitif-intentionnel.

43La syntaxe minimaliste elle-même est conçue comme un mécanisme computationnel, contraint exclusivement par des principes d’économie qui ont pour effet de limiter les options possibles aux opérations qui sont les moins coûteuses et, en même temps, permettent de créer des structures convergentes. Elle n’invoque que des règles et des opérations dont la présence est imposée par des considérations d’interface ou par l’hypothèse que le langage est configuré de façon optimale.

44Cette approche, comme le souligne Uriagereka (1999), tranche avec la conception fonctionnaliste. Là où le fonctionnalisme demande si le langage est organisé de façon optimale à des fins de communication, le minimalisme demande si le langage est organisé de façon optimale pour décrire l’interaction avec les autres systèmes cognitifs. Elle tranche aussi avec celle qui est défendue dans le modèle des Principes et Paramètres puisqu’elle implique qu’une grammaire satisfaisant de façon optimale les conditions d’adéquation descriptive et explicative n’est pas nécessairement la plus adéquate. Une grammaire ne peut être pleinement évaluée sans que soit prise en compte sa capacité à satisfaire les conditions imposées par les autres systèmes cognitifs avec lesquels elle est en relation d’interface. En d’autres termes, des écarts sont possibles par rapport à ce qu’impose la nécessité conceptuelle, mais ces écarts doivent être motivés par les conditions d’interface imposées par l’extérieur.

  • 6 La présentation précédente doit être nuancée. C’est en effet une épistémologie antiminmaliste qui (...)

45Son caractère radical rend difficile l’évaluation de la thèse minimaliste forte. Chomsky prend soin de souligner que le minimalisme n’est pas (encore) une théorie, seulement un programme définissant une stratégie de recherche. Cette stratégie consiste à débusquer et à éliminer de l’appareillage théorique complexité et stipulations, à rechercher les configurations ou les connexions « parfaites » et à contrôler et valider l’argument de la nécessité conceptuelle posant que, toutes choses égales par ailleurs, le langage a exclusivement recours à des procédés qui permettent de connecter le son et le sens6.

Imperfections, interprétabilité et mouvement

46Pour que la notion de perfection appliquée au langage ne soit pas empiriquement vide, il convient d’identifier les imperfections possibles. Et de fait, le langage semble bien, au premier abord, renfermer des imperfections, petites ou grandes. Au nombre des petites, on doit compter diverses redondances, le fait par exemple que dans les formes morphologiquement complexes, une seule et même dimension flexionnelle puisse avoir plusieurs réalisations morphologiques.

47En grec ancien, la dimension « parfait » a dans la forme lé-lu-ka trois exposants distincts. Inversement, certaines formes sont ambiguës au sens où elles peuvent réaliser morphologiquement plusieurs dimensions. C’est le cas par exemple du latin insul-is qui recouvre à la fois le datif et l’ablatif pluriel de insula « île ». D’autres aspects de la morphologie flexionnelle – existence de verbes irréguliers, présence de systèmes casuels morphologiques extraordinairement complexes dans certaines langues, absence totale de marques casuelles dans d’autres – paraissent difficilement conciliables avec la nécessité conceptuelle et ne peuvent guère être pris en compte par des conditions d’interface. L’existence même de la morphologie flexionnelle, c’est-à-dire la présence d’affixes de personne et de nombre sur les verbes et de marques de nombre et de cas sur les noms, semble être une imperfection majeure, en même temps qu’une propriété définitoire des langues naturelles.

48Une seconde caractéristique paraissant constituer une imperfection manifeste concerne le site de réalisation des expressions nominales : celles-ci peuvent en effet ne pas être réalisées dans les positions où elles reçoivent leur interprétation thématique. On peut de ce point de vue opposer les énoncés suivants :

(10) a. Il semble que Pierre parle le chinois couramment,
b. Pierre semble parler le chinois couramment.
(11) a. Cicéron a écrit cette lettre en 52 avant J.-C.
b. Cette lettre a été écrite par Cicéron en 52 avant J.-C.

49Les deux membres de chaque paire partagent la même valeur de vérité. Mais dans les exemples (b), Pierre et cette lettre n’occupent pas la position qui leur confère un rôle thématique, alors qu’ils l’occupent dans les exemples (a). Pourquoi les langues disposent-elles conjointement de ces deux types de structures ? Et si la mise en relation des structures (b) avec les structures (a) est assurée par une opération de déplacement, pourquoi les langues ont-elle recours à un procédé qui semble ne pas être conceptuellement motivé ?

50Touchant la première imperfection, Chomsky observe que le statut d’un affixe morphologique varie selon la catégorie lexicale à laquelle il est attaché. Il faut distinguer par exemple la marque de nombre apparaissant sur les noms et celle qui apparaît sur les verbes et les adjectifs. La première n’est pas une imperfection puisqu’elle véhicule un contenu sémantique – elle dénote la pluralité et contribue de ce fait à la construction de la référence ; la seconde est redondante puisqu’elle ne fait que redupliquer la première. Des remarques analogues valent pour les cas dans les langues qui disposent d’un système de cas morphologiques. Dès Lectures on Government and Binding, Chomsky (1981) avait observé que le datif, l’ablatif, les autres cas obliques ne doivent pas recevoir le même statut que le nominatif et l’accusatif. Les premiers sont des cas inhérents, les seconds des cas structuraux. La réinterprétation minimaliste de cette opposition est que les premiers sont sémantiquement interprétables, puisqu’ils manifestent le rôle thématique du nom qui les porte et, du même coup, lui confèrent un rôle syntaxique. Les seconds ne le sont pas et constituent de fait des imperfections. Mais – et c’est là exactement la position de la grammaire traditionnelle–, ils permettent de construire ou de manifester une relation entre deux termes. Sur ce point, ils remplissent un rôle analogue aux marques de nombre évoquées plus haut qui, attachées aux verbes et aux adjectifs, constituent des marques d’accord non interprétables, mais permettant la construction d’une relation avec des entités sur lesquelles ces dimensions sont interprétables.

  • 7 C’est là le contenu du Principe de l’Interprétation Intégrale mentionné page 56.

51Ce qu’indique la discussion précédente, c’est que certaines dimensions flexionnelles peuvent être interprétables ou ne pas l’être, et que leur interprétabilité dépend de la catégorie sur laquelle elles sont réalisées. Admettons qu’une représentation d’interface est mal formée si elle contient des objets non interprétables au niveau concerné (F.P ou F.L.)7. Ces traits devront donc nécessairement être éliminés avant que la dérivation n’atteigne le niveau d’interface pertinent.

52La proposition de Chomsky est que, si l’on raisonne dans ces termes, il est possible de réduire les deux imperfections mentionnées précédemment à une seule. Le mouvement est par excellence la stratégie permettant d’établir une relation entre deux objets. Il permet donc de placer les traits non interprétables au contact des traits interprétables qui leur correspondent et donc de vérifier et d’éliminer les premiers au moyen des seconds. On se souvient que dans cette approche, la notion d’interprétabilité aux interfaces joue un rôle crucial. L’hypothèse avancée est que les déplacements syntaxiques sont motivés par la nécessité d’éliminer les traits non interprétables. Les cibles des déplacements sont identifiées par le fait qu’elles portent de tels traits. Les imperfections constatées ont donc une fonction computationnelle.

53Le déplacement, tel qu’il vient d’être caractérisé, représente la solution optimale au problème suivant : comment assigner deux types de propriétés à la même expression, des propriétés sémantiques (thématiques) et des propriétés syntaxiques (grammaticales et informationnelles) ? Dans les structures suivantes (où les sites d’origine contiennent une trace du terme déplacé, symbolisée t) :

(12) a. [Jean] est arrivé [t]
b. [Jean] est facile à contenter [t]

54On peut poser que la position la plus basse est exclusivement dédiée à la propriété Patient, la plus haute à la propriété Sujet/Topique. Le déplacement de la première dans la seconde est une opération permettant d’associer au même argument ces deux caractéristiques – en fait une opération de « dernier recours », car la seule qui permette de dériver le résultat cherché. Techniquement, le déplacement sera déclenché par la nécessité d’éliminer les traits non interprétables attachés à la catégorie d’accueil. Adoptons une représentation propositionnelle simplifiée dans laquelle la catégorie T est l’unique tête fonctionnelle du domaine flexionnel et posons que T est doté d’un trait de Cas [nominatif] et du trait [EPP] qui note la propriété Sujet/Topique, l’un et l’autre ininterprétables sur cette catégorie. Seul le déplacement du contenu argumental Jean dans le spécificateur de T permet de satisfaire ces deux traits et donc de les éliminer.

55En bref, si l’on poursuit la logique minimaliste, on doit conclure que les imperfections du code linguistique – apparition de marques morphologiques là où elles ne sont pas interprétables, occurrence des arguments nominaux dans des positions autres que celles où ils reçoivent leur interprétation thématique – cessent d’être des imperfections lorsqu’on les replace conjointement dans le fonctionnement global du système linguistique.

La forme du dispositif

56L’adoption de la perspective minimaliste a conduit à l’abandon de plusieurs notions et principes intégrés aux modèles précédents. Deux des niveaux de représentation précédemment incorporés au dispositif – la structure D (la « structure profonde• » des premiers modèles génératifs) et la structure S (« structure superficielle• ») – sont éliminés parce que leur existence ne relève pas d’une nécessité conceptuelle et n’est pas non plus motivée par des conditions externes. Seuls sont maintenus les deux niveaux d’interface, la forme logique F.L. et la forme phonologique F.P., parce que le système conceptuel exploite les représentations mises à disposition par le premier et que le système acoustique-articulatoire utilise celles qui sont fournies par le second. De fait, les trois composantes que doit minimalement intégrer toute théorie grammaticale sont d’une part le lexique, d’autre part les deux interfaces, F.L. et F.R (on peut considérer le lexique comme une troisième interface en relation avec le dispositif grammatical). Dans la tradition générative, c’est une dérivation qui assure la mise en relation de ces trois composantes. Les deux interfaces sont composées d’items empruntés au lexique et le rôle de la dérivation est précisément d’associer et de combiner entre eux les items lexicaux.

57Les modèles précédents intégraient des systèmes de règles (phrase structure rules) mettant en place la structure en constituants. Le statut de ces règles est assez indécis puisqu’elles répètent des informations déjà contenues dans les entrées lexicales des items, leur cadre de sous-catégorisation, leur sélection argumentale et thématique (cf. Stowell 1981). Mais aucune proposition spécifique n’avait été avancée sur la façon de construire la structure en constituants sans recourir à ce type de règles. Dans le Programme Minimaliste, ce rôle est dévolu à une opération élémentaire, Merge, qui se saisit de deux objets syntaxiques – items lexicaux ou/et combinaisons d’éléments lexicaux – et leur substitue un objet syntaxique unique qui correspond à un constituant, c’est-à-dire à un morceau de structure. C’est en ce sens que la représentation de la structure en constituants peut être dite « nue » (bare phrase structure) : elle se compose exclusivement d’objets présents dans la numération.

58Les principes de composition et de manipulation qui constituent le système computationnel (CS) spécifient aussi dans quelles conditions le mouvement est possible. Nous savons déjà qu’autre chose que la simple combinaison des têtes et des constituants est nécessaire et que la grammaire doit disposer d’une opération de déplacement. Soit Move l’opération qui déplace les éléments et expressions lexicales pourvus de traits « actifs », c’est-à-dire non interprétables, ou capables d’éliminer les traits non interprétables des catégories fonctionnelles. Move correspond à la combinaison de deux opérations élémentaires, Copy et Merge. Copy cible un constituant et produit une copie qui est ajoutée à l’objet syntaxique déjà construit.

59CS construit la structure de l’intérieur vers l’extérieur et de bas en haut, par la mise en œuvre des opérations Merge et Move. Un groupe verbal combinant un verbe et un complément propositionnel comme croire que la terre est ronde, ne peut être construit avant que la complétive elle-même l’ait été.

60Merge et Move partagent une propriété essentielle : ces deux opérations doivent l’une et l’autre étendre la structure. Cette condition implique par exemple qu’un déplacement ne peut sélectionner comme cible la position complément d’une tête déjà projetée (qui par définition est de même niveau qu’elle). Et il n’est pas sûr que l’adjonction par mouvement d’une tête à une autre tête (par exemple, l’adjonction d’une racine verbale à un affixe de temps), qui n’étend pas la structure, soit une opération syntaxique.

  • 8 Une autre opération élémentaire s’est adjointe Move à dans les développements récents - Agree (« A (...)

61En résumé, dans le Programme Minimaliste, les structures syntaxiques sont construites au moyen d’une dérivation qui inclut un mécanisme pour mettre en place la structure en constituants (Merge) et un mécanisme pour dériver les dépendances syntaxiques (Move)8. Sans entrer plus avant dans le détail, on voit en quoi cette approche à la formation des structures se distingue des précédentes. Il y a mise en œuvre simultanée du lexical, du structural et du relationnel. On ne postule plus un cadre syntaxique vide, constitué par un ensemble de positions syntaxiques catégoriellement étiquetées et hiérarchiquement ordonnées, dans lequel seraient insérées, puis déplacées, les unités lexicales. Une position n’est créée qu’au moment où l’item lexical qui lui correspond est combiné avec un autre item ou avec une structure déjà construite. Il n’existe pas de structure profonde qui constituerait le point de départ de la dérivation. On a désormais affaire à un système dynamique où des morceaux de structure sont fusionnés et déplacés, au fur et à mesure que le cycle se déploie.

Économie/Localité

62Dans le modèle des Principes et Paramètres, la réalité du construit théorique était garantie par les prédictions qu’il autorise touchant non seulement les regroupements typologiques et le changement diachronique, mais aussi l’acquisition. Dans les différents articles qui fondent le Programme Minimaliste, Chomsky fait l’hypothèse que la faculté de langage est configurée de façon optimale et que son fonctionnement est réglé par des principes d’économie. S’il en est bien ainsi, la tâche d’apprentissage s’en trouve grandement facilitée puisque le nombre d’options que l’apprenant doit prendre en compte dans la construction de la grammaire de sa langue est considérablement réduit, la situation idéale étant celle où l’apprenant n’a en réalité aucun choix puisqu’à chaque étape, une seule option se présente à lui.

63La référence à la notion d’économie n’est pas absolument nouvelle dans le champ linguistique. Plusieurs linguistes structuralistes ou fonctionnalistes y ont eu recours. Le point important pour nous est que ces chercheurs ont construit les notions d’économie et de simplicité comme des principes constitutifs de l’objet « langage », de son architecture, de son fonctionnement, et pas seulement comme des caractéristiques vers lesquelles doit tendre toute théorie scientifique.

64Conférant à la construction de la théorie un contenu réaliste, ils ont posé que ce qui est préférable pour le linguiste est aussi ce qui est préférable pour le locuteur ou l’auditeur, ou encore pour l’enfant en situation d’apprentissage. C’est bien ainsi que procède Jakobson lorsqu’il fait valoir la supériorité de l’analyse componentielle• et postule la réalité du système dichotomique binaire en phonologie (cf. Jakobson et Halle 1956 ; Jakobson 1976). L’organisation phonologique fondée sur les traits distinctifs et le principe binaire qui correspond à la caractérisation la plus simple et la plus économique pour le linguiste doivent nécessairement faire partie de la connaissance inconsciente du locuteur-auditeur et sous-tendre les opérations qu’il effectue. Ils allègent en effet considérablement la tâche de ce dernier, en le plaçant devant d’« avantageuses situations de choix binaires ». L’analyse componentielle permet en particulier de substituer aux 325 oppositions rendues disponibles par les 28 ou 29 phonèmes non-syllabiques de l’arabe classique 9 oppositions binaires.

65Bien que le style d’exposition et le modèle proposé diffèrent considérablement, Chomsky n’envisage pas autrement la construction de la théorie syntaxique. Dès le début des années 1980, la théorie générative a incorporé certains principes à connotation économique. C’est ainsi qu’il faut interpréter le principe Éviter les pronoms qui imposait, partout où c’était possible, de donner la préférence aux pronoms nuls• sur les pronoms explicites, et aussi aux pronoms clitiques• sur les pronoms forts•. Les premiers articles minimalistes ont marqué l’apparition des concepts d’économie des dérivations et d’économie des représentations. Dans les termes de (9), les représentations d’interface, F.L. et F.E, ne doivent contenir aucun élément que les autres systèmes ne peuvent interpréter. Le Principe de l’Interprétation Intégrale (Principle of Full Interpretation), posant que tout élément figurant à un niveau d’interface doit pouvoir être interprété à ce niveau, peut être considéré comme un principe d’économie représentationnelle. Ainsi, une représentation phonologique Ρ ne peut contenir un morphème lié qui n’a été associé à aucun support lexical, parce qu’un tel élément ne peut recevoir d’interprétation à ce niveau. De même, une représentation logique L ne peut pas contenir d’objets non interprétables à ce niveau, par exemple des éléments explétifs• (comme le il impersonnel du français) qui sont par définition dépourvus de tout contenu sémantique. Si c’est le cas, le Principe de l’Interprétation Intégrale est violé. On admet que dans l’énoncé (13), l’explétif il dont la présence est requise par (i) le Principe de Projection Étendu (EPP), et par (ii) l’impossibilité en français de réaliser les sujets par un pronom nul, est « remplacé » en Forme Logique par l’argument sujet, par l’effet d’une opération de substitution qui produit la même configuration et obéit à la même condition de localité que la relation construite en (11b) ou en (12a) entre l’argument sujet et sa trace (cf. Chomsky 1986) :

(13) a. Il est arrivé quelque chose de grave
b. [quelque chose de grave] est arrivé [t]

66L’idée que tout élément présent dans une représentation d’interface doit être interprétable par le système cognitif qui l’utilise détermine pour une part l’architecture du dispositif et joue un rôle crucial dans le fonctionnement des dérivations. Si l’une des deux représentations d’interface contient des traits non interprétables, la dérivation échoue. Si par contre les deux représentations d’interface n’incluent que des traits interprétables, la dérivation « converge ». La motivation quasiment unique des opérations syntaxiques, des déplacements en particulier, est donc l’élimination des traits non interprétables.

67Poser d’autre part que les dérivations, comme les représentations, doivent satisfaire une exigence d’économie signifie qu’à chaque étape, c’est l’option la plus économique qui doit être sélectionnée. Cette restriction affecte tout particulièrement les opérations de déplacement qui doivent « avoir lieu pour une raison ». Puisque l’absence de mouvement est nécessairement moins coûteuse que le mouvement lui-même, un déplacement ne peut avoir lieu que s’il est nécessaire à la « convergence » de la dérivation, c’est-à-dire s’il a le statut d’une opération de « dernier recours », permettant de satisfaire l’exigence morpho-syntaxique d’une catégorie fonctionnelle et d’effacer un trait non interprétable à l’un des niveaux d’interface.

68La Condition du Lien Minimal est une seconde contrainte d’économie dérivationnelle qui énonce que, si à une étape de la dérivation, le choix existe entre deux applications de la même opération, c’est l’option la plus « courte », celle qui met en jeu l’espace syntaxique le plus restreint, qui doit être sélectionnée.

(14) Condition du Lien Minimal (MLC, cf. Chomsky 1995 : 296) α peut monter vers une cible Κ seulement s’il n’existe pas d’opération Move β, satisfaisant le dernier recours et prenant Κ pour cible, où β est plus près de K.

69Chomsky discute l’exemple (15a), dans lequel le groupe nominal John s’est déplacé hors de la proposition enchâssée en ciblant la catégorie Τ de la proposition matrice. Au point de la dérivation où intervient cette opération, la structure de (15a) est à peu près (15b) :

(15) a. *John seems that it was told t that Mary left
b. Τ seems that it was told John that Mary left

70Dans l’enchâssée, it vérifie le trait de Cas et le trait EPP de T. La difficulté est que it est plus proche du Τ matrice que John. Par suite, le déplacement de John dans la proposition racine pour satisfaire le trait EPP et le trait de Cas du Τ matrice est bloqué par MLC. On voit que dans ce raisonnement, le calcul de la localité est opéré à partir de la catégorie Τ dont un ou plusieurs traits doivent être vérifiés. De fait, Chomsky propose d’intégrer MLC dans la définition même du mouvement, conçu comme Attract (ce sont les traits non interprétables sur la catégorie cible du déplacement qui attirent les traits du terme déplacé).

71On peut aborder dans les mêmes termes l’agrammaticalité• de l’énoncé suivant, impliquant le déplacement long d’un adjoint interrogatif pardessus l’argument interrogatif sujet de la proposition enchâssée :

(16) *Comment ne sais-tu pas [qui a résolu le problème t] ?

  • 9 La MLC est la transposition en termes dérivationnels de la Condition de Minimalité que Rizzi (1990 (...)

72L’idée générale sous-jacente à MLC est que les relations locales doivent être établies dans l’espace syntaxique minimal dans lequel elles peuvent être satisfaites. Cette idée peut être interprétée en termes cognitifs : la quantité de structure qui doit être explorée dans le calcul et l’établissement d’une relation locale doit être minimisée le plus possible9.

73Un autre principe contraignant le fonctionnement des dérivations et explicitement formulé par Chomsky comme un principe d’économie est que dans toutes les situations où les opérations Merge et Move sont l’une et l’autre des options disponibles pour satisfaire une exigence computationnelle, c’est Merge qui a la préférence. L’hypothèse que Merge est un processus moins coûteux que Move est naturelle, puisque Move est une opération complexe mettant en jeu deux opérations Copy et Merge. L’un des phénomènes pour lequel cette condition est pertinente est la distribution des explétifs dans les constructions à montée (cf. Chomsky 1995, 2001).

  • 10 Dans les versions les plus récentes, procèdent par phases non seulement la dérivation syntaxique p (...)

74Enfin, le dispositif minimaliste inclut une notion supplémentaire réglant le fonctionnement du cycle dérivationnel. Il s’agit de la notion de phase, introduite par Chomsky (2001). Les phases marquent les étapes de la dérivation auxquelles les parties internes d’un objet syntaxique deviennent inaccessibles à toute manipulation syntaxique ultérieure. L’impénétrabilité des phases implique en particulier que tous les traits non interprétables doivent avoir été vérifiés et éliminés au cours de la phase qui inclut la catégorie qui les porte. Deux projections syntaxiques sont identifiées comme définissant des phases : CP (correspondant aux propositions dans lesquelles la périphérie est activée par la présence d’un marqueur de subordination ou d’une expression interrogatives) et vP (v est la tête la plus haute des groupes verbaux). Seuls les termes occupant la frange de ces domaines – la tête ou le spécificateur – sont accessibles à la computation intervenant au cours de la phase suivante. L’hypothèse que les dérivations procèdent par phase a évidemment pour effet de restreindre l’espace syntaxique que doit prendre en compte la computation à chaque étape, pour produire des représentations d’interface bien formées10.

75D’autres principes d’économie ont été proposés dans la littérature. Certains chercheurs, par exemple, ont défini un principe d’économie des structures qui impose d’associer à chaque collection d’items lexicaux la représentation structurale la plus parcimonieuse, celle qui implique un nombre minimal de catégories et de projections. Cette proposition n’est pas directement compatible avec l’hypothèse de l’uniformité.

76En bref : la grammaire est conçue comme un système computationnel permettant de faire correspondre, à un choix d’éléments lexicaux – la numération–, par le biais d’une dérivation optimale sélectionnant à chaque étape les opérations les plus économiques, deux interfaces (F.L. et F.P.) avec les modules cognitifs conceptuel et phonétique. Dans ce dispositif, les considérations d’économie fonctionnent non seulement comme principe heuristique, guidant la construction des théories, mais aussi comme principe constitutif de l’architecture du langage, une propriété de l’objet lui-même.

En résumé

77La caractérisation minimaliste du langage comme un objet « parfait » est au premier abord difficilement conciliable avec l’idée, intégrée au modèle des Principes et Paramètres, que les principes contraignant les grammaires possibles et l’objet construit lui-même doivent être référés à la biologie. On peut en effet se demander ce qu’il y a de biologique dans les caractéristiques parfaites que Chomsky décèle dans le langage – l’économie dérivationnelle, l’économie structurale, le caractère motivé de toute opération... Dans un entretien avec Adriana Belletti et Luigi Rizzi, Chomsky envisage deux réponses possibles à cette objection (cf. Chomsky 2002). La première consisterait à prendre pour acquis que le langage, bien qu’étant un objet naturel, se distingue des autres systèmes biologiques par des propriétés spécifiques, propriétés qui pourraient en définitive être rapportées à son caractère combinatoire. La seconde, plus ambitieuse et plus risquée, serait que le minimalisme de substance est également pertinent pour les autres systèmes biologiques et que les questions minimalistes peuvent également être posées à propos de ces systèmes.

Extensions

78Quelle forme peut ou doit prendre le programme cognitif lorsqu’il prend le langage pour objet ? On sait qu’il n’existe aujourd’hui sur cette question aucun consensus entre les linguistes, les psychologues et les neurolinguistes, ni même entre les linguistes eux-mêmes. Parmi eux, certains ont considéré qu’aucune théorie existante ne satisfaisait l’exigence cognitive et qu’un champ d’étude spécifique, entièrement nouveau, devait être défini. C’est la position adoptée par Langacker (1987) qui a développé un modèle de description, la « grammaire cognitive », laquelle s’impose de ne recourir qu’à des notions et à des principes directement interprétables en termes psychologiques et mentaux. Il faut admettre que la distinction « figure »/« ground » que l’on trouve dans son dispositif comme principe psychologique moteur de l’activité langagière ou sa théorie de la catégorisation ne suffisent pas à fonder une linguistique nouvelle. Il doit être clair également que pour décider de la pertinence cognitive d’une théorie, c’est l’ensemble du dispositif qu’il faut considérer, et non pas telle ou telle caractéristique isolée. Or, la grammaire de Langacker dit fort peu sur le rôle de la morphologie, sur la variation linguistique, sur le processus d’acquisition.

79La présentation qui précède a montré que, par bien des aspects, les questions minimalistes sont aussi des questions cognitivement pertinentes et que les solutions proposées sont le plus souvent interprétables en termes cognitifs. Ce que propose le Programme Minimaliste peut donc légitimement être considéré comme un modèle (abstrait) de la cognition linguistique. Dans cette section, je me propose d’évoquer certaines directions de recherche, potentiellement pertinentes dans une perspective cognitive, qui ont été jusqu’ici laissées en suspens ou ignorées par la recherche minimaliste.

Traits formels vs. catégories syntaxiques

80Il est parfois difficile d’évaluer la portée de certaines modifications introduites par le Programme Minimaliste : transpositions d’une hypothèse classique dans un cadre plus contraint ou innovations réelles ? L’évaluation ne peut se faire, dans chaque cas particulier, qu’en étudiant les prédictions empiriques ou les solutions nouvelles rendues accessibles par le modèle. La théorie du mouvement par copie, par exemple, même si elle développe une idée ancienne, fait partie de la deuxième catégorie (cf. Chomsky 1993). Mais il n’est pas certain que les diverses questions posées dans le cadre du modèle précédent, et résolues en faisant appel à l’interaction de principes généraux avec une collection de paramètres attachés aux catégories fonctionnelles, puissent recevoir une solution satisfaisante s’inscrivant dans les limites conceptuelles et techniques étroites que s’est fixées l’approche minimaliste : vérification phasale et élimination de traits non interprétables par mouvement ou insertion d’items portant les mêmes traits. On doit se demander si l’adoption d’une syntaxe fondée sur les traits n’est qu’un artifice ou au contraire ouvre la voie à des analyses substantiellement différentes.

81Uriagereka (1999) fournit un premier élément de réponse à cette question. Il observe que, dans le Programme Minimaliste, la notion de module perd de sa pertinence et que la distinction entre les différents modules est remplacée par une distinction entre différents types de traits. Or ce déplacement n’est pas sans conséquence :

« Alors qu’un module du Cas permet de dire ce que l’on veut sur son fonctionnement interne – s’il invoque la c-commande, l’adjacence•, la directionnalité –, un trait de Cas est un formatif du système et ne peut être manipulé qu’en fonction des lois, quelles qu’elles soient, auxquelles le système dans son entier est soumis. Ainsi, cela n’aurait aucun sens de dire que (seuls) les traits de Cas sont assignés sous adjacence ; par contre, cela avait un sens de dire qu’une configuration d’assignation casuelle• qui ne satisfait pas l’adjacence entre le terme assigneur et le terme marqué est mal formée. La conception minimaliste est dramatiquement plus limitée. » (Uriagereka 1999 : 268)

82Ce qui vaut pour les traits de Cas vaut aussi pour les autres traits manipulés par le système computationnel.

83Un autre aspect par lequel une syntaxe fondée sur les traits se distingue potentiellement des autres approches concerne la définition même de catégorie grammaticale. Si les traits formels interprétables ou non interprétables sont les unités directement impliquées dans le fonctionnement syntaxique, il devient possible de reconsidérer la conception des catégories syntaxiques adoptée dans le modèle des Principes et Paramètres, qui est pour l’essentiel la conception traditionnelle.

84Les traits, non les catégories, sont en effet désormais les unités qui se déplacent (lorsqu’elles sont attirées par un autre trait, entraînant avec elles l’expression qui les porte). Ce sont aussi les unités qui sont effacées, ce qui suppose qu’une catégorie conserve son identité et donc son label lorsqu’elle s’est défaite des traits non interprétables qui lui avaient été assignés.

85Cette conception ouvre des perspectives nouvelles sur l’acquisition, le changement linguistique, la variation. Le processus d’acquisition consiste à identifier la collection de traits fonctionnels assignés à chaque item lexical et formant grammatical, à découvrir leurs exigences et leur capacité à déclencher le mouvement. Le changement diachronique se ramène au fait que la composition en traits d’un item ou les propriétés de ces traits se sont modifiées. Si ce point de vue est correct, un changement ne peut être exclusivement syntaxique, il est aussi lexical et morphologique. La variation typologique peut également être prise en charge sur cette base.

  • 11 Voir Nash et Rouveret (2002) pour une analyse de la cliticisation fondée sur cette conception.

86Un prolongement naturel de ces idées consisterait à adopter l’une des propositions de la morphologie distribuée (cf. Marantz 1997) et à poser que la variation tient aux diverses combinaisons de traits réalisées par les langues sur telle ou telle catégorie fonctionnelle. Toute langue en effet opère un choix dans un ensemble de propriétés ou de traits universellement disponibles. La catégorie du nombre en latin distingue seulement entre singulier et pluriel et ignore le duel. Il n’y a aucune raison, conceptuelle ou empirique, de supposer que la catégorie du duel est présente de façon sous-jacente dans le système nominal du latin. Mais la langue choisit aussi la façon dont certains traits vont être compactés en morphèmes occupant les nœuds terminaux de la syntaxe. Par exemple, les désinences nominales du latin présentent une combinaison des traits de cas, de genre et de nombre. Une part de la variation linguistique peut être dérivée de la réalisation d’un trait sur une catégorie fonctionnelle plutôt que sur une autre, dans un modèle où des comportements syntaxiques spécifiques sont associés à la présence ou à l’absence d’un trait donné11. Cette approche se distingue d’une analyse fondée sur l’hypothèse de l’uniformité, dans laquelle à chaque dimension grammaticale correspond une catégorie fonctionnelle autonome.

L’architecture de la faculté de langage

87Parmi les exigences imposées au linguiste par la perspective cognitive, il y a, me semble-t-il, celle de découvrir l’architecture de la faculté de langage. Il ne peut plus désormais éviter de prendre en compte la diversité des composantes et leur articulation. C’est pour cette raison qu’il est difficile aujourd’hui d’évaluer l’incidence cognitive du Programme Minimaliste. Il faudrait pour mener à bien cette évaluation adjoindre à la théorie syntaxique une théorie morphologique et phonologique et une théorie sémantique compatibles et se demander si, à propos de ces domaines, il est possible de poser des questions minimalistes d’économie des dérivations et des représentations. En bref, pour que ce programme puisse être considéré comme un modèle adéquat de la cognition linguistique, c’est l’ensemble de la grammaire, et pas seulement la syntaxe, qui doivent satisfaire aux exigences minimalistes.

L’articulation de la morphologie à la syntaxe

88Le fonctionnement de la composante morphologique et son mode d’articulation à la syntaxe soulèvent aussi des questions spécifiques cognitivement pertinentes. On sait que les concepts impliqués dims la description et le raisonnement morphologiques n’ont souvent pas d’équivalent dans la pratique syntaxique. C’est le cas par exemple des notions de « paradigme », de « supplétion• », d’« allomorphie• », de « productivité• ». À l’origine du travail du morphologue, il y a l’observation que les mots varient formellement. Le syntacticien (s’il est chomskien) ne considère pas qu’une même phrase puisse prendre plusieurs formes différentes, il ne construit pas davantage des « paradigmes de phrases » et se demande rarement si une construction est plus fréquente qu’une autre. Ces divergences méthodologiques, loin d’être superficielles, reflètent des différences de substance entre les objets étudiés. Il semble que, confronté à la langue maternelle, l’enfant n’ait d’autre choix que d’en apprendre les paradigmes. C’est dire que l’argument de la pauvreté du stimulus qui, dans le domaine syntaxique, sert à fonder l’hypothèse de la G.U., n’a pas cours en morphologie. Il paraît absolument impossible d’isoler des universaux morphologiques à partir des données d’une seule langue et, inversement, la notion même d’universel paraît de peu d’utilité dans la caractérisation du processus d’apprentissage morphologique.

89Il faut se garder de conclure, cependant, que les comportements et les régularités morphologiques ne peuvent rien révéler de G.U. Hors de la mouvance générativiste, les chercheurs ont fait porter l’effort sur la nature et l’organisation des classes flexionnelles•. La seule existence de plusieurs paradigmes de déclinaisons ou de conjugaisons indique déjà qu’à une même dimension grammaticale peuvent être associés des codages morphologiques différents. Inversement, il existe dans les langues des « morphèmes-valises » qui réalisent conjointement plusieurs dimensions grammaticales – c’est le cas des déclinaisons nominales du latin. Or il semble exister dans une langue donnée L une limite supérieure sur le nombre de paradigmes compatibles avec les ressources flexionnelles dont dispose L, caractérisée par la condition que Carstairs (1983) appelle Paradigm Economy. Une condition analogue contribue à limiter les situations d’homonymie fonctionnelle dans les paradigmes. Ces résultats indiquent que des questions minimalistes peuvent être posées à propos de la morphologie et qu’il est possible, dans ce domaine aussi, de donner un contenu à la notion d’économie. Leur pertinence ne peut pas non plus être ignorée par la recherche cognitive. Ils posent en effet la question du mode de stockage des paradigmes dans le cerveau et de leur accessibilité. Les paradigmes sont-ils emmagasinés tels quels dans la mémoire à long terme, sous la forme de listes structurées de formes morphologiquement complexes – ce qui devrait constituer une surcharge importante pour cette dernière – ou les objets stockés sont-ils les racines et les affixes ? Sous quelle forme sont-ils accessibles à la mémoire active ?

90On sait que toutes les théories contemporaines de la morphologie n’accordent pas une importance décisive à la notion de paradigme. C’est le cas des analyses fondées sur les morphèmes, à laquelle se rattachent la plupart des recherches génératives en morphologie. Or, au sein de ce courant, deux conceptions s’affrontent touchant la structure interne des mots complexes et leur dérivation. Selkirk (1982) insiste sur le fait que les principes réglant la syntaxe interne des mots ne coïncident pas avec ceux qui règlent la syntaxe des phrases. Selon Marantz (1997), au contraire, on peut établir un parallélisme entre les « places » accueillant les affixes à l’intérieur des mots et les positions occupées par les mots à l’intérieur des phrases. Dans cette conception défendue par la morphologie distribuée, la syntaxe ne manipule pas des mots, mais des morphèmes fonctionnels et des racines (en fait, elle manipule les matrices de traits correspondant aux morphèmes et aux racines, l’insertion lexicale n’intervenant que tardivement). Dérivation et flexion sont elles-mêmes des processus syntaxiques, traités par le système computationnel. C’est au cours de la dérivation syntaxique que sont construits les mots morphologiquement complexes, par la même opération élémentaire, Merge, qui est à l’œuvre dans la construction des constituants et des phrases et qui se borne à combiner deux nœuds terminaux (ou un nœud terminal et un constituant déjà construit) pour former une structure binaire branchante. Dans plusieurs travaux récents, Marantz s’attache à montrer que les approches dans lesquelles la notion de « morphème » constitue l’unité fondamentale de la langue et où tous les mots se décomposent obligatoirement en racines et éléments fonctionnels se trouvent indirectement confirmées par les expériences neurolinguistiques portant sur la reconnaissance des mots. La technique MEG (magnétoencéphalographie), en particulier, permet de mesurer une opération mentale automatique, comme l’accès au lexique, et de tester des hypothèses sur le traitement de l’information lexicale. Utilisant cette technique, Pylkkänen et Marantz (2003) établissent qu’il faut distinguer plusieurs étapes dans la reconnaissance des mots (qui mettent en jeu des régions différentes du cerveau et n’excèdent pas conjointement une durée de 400 nanosecondes) : une première étape, sensible à la fréquence et à la séquence des sons dans le mot, mais pas à la fréquence lexicale, une deuxième étape correspondant à l’activation du lexique mental, sensible à la fréquence lexicale, c’est-à-dire au nombre des mots voisins qui « sonnent » comme le mot-cible. Il apparaît que si la probabilité phonotactique• facilite le traitement des unités de niveau inférieur au mot, une densité élevée de mots proches inhibe au contraire la reconnaissance du mot-cible. Leur découverte est qu’une caractérisation adéquate des familles pertinentes dans la deuxième étape du processus suppose qu’une distinction soit opérée entre les items lexicaux qui sont morphologiquement reliés – comme acid, acidic, acidity – et ceux qui n’ont de ressemblance que phonologique – cut, cup ou brand, brandy. Lorsqu’il appartient à une famille morphologique authentique dont l’un des membres a été évoqué de façon récente, la reconnaissance du mot-cible n’est pas retardée, elle est au contraire facilitée. Par contre, une densité élevée de mots sans lien morphologique inhibe plutôt la reconnaissance du mot-cible.

Interfaces

91Il est à peu près certain d’autre part que les interfaces du Programme Minimaliste recouvrent non pas un niveau unique, comme le laisse entendre la présentation ci-dessus, mais un ensemble de niveaux reliés entre eux par des règles de correspondance, de nature dérivationnelle ou non. Prenons l’exemple de l’interface de la faculté de langage avec le système acoustique-articulatoire. Le mapping• des signaux acoustiques sur les représentations lexicales est un procesus complexe dont on peut penser qu’il est médiatisé par plusieurs niveaux de représentation. Dans ce processus, il est nécessaire de distinguer clairement les propriétés des niveaux phonétiques et phonologiques. Comme le note Phillips (à paraître) :

  • 12 Phillips (à paraître) observe que les représentations des catégories phonologiques, unités symboli (...)

« À un bout du processus de perception de la parole, dans le système auditif périphérique, on trouve une représentation relativement fidèle de l’acoustique de la parole, dont on s’attend à ce qu’elle ne soit pas substantiellement modifiée par une exposition à des langues différentes. À l’autre bout du processus, on trouve les représentations phonologiques abstraites discrètes, qui peuvent être manipulées par des processus symboliques. Les représentations phonologiques diffèrent substantiellement entre les locuteurs de langues différentes et ne peuvent être dérivées par simple transformation des représentations acoustiques ou phonétiques12. »

92Le point important pour notre propos est que certaines expériences ont établi avec succès que les catégories phonologiques sont accessibles au cortex auditif (même si on ne peut pas dire comment elles sont codées dans le cerveau). On sait par exemple que les syllabes du japonais se conforment à une structure (C) V (N) stricte, alors que le français et l’anglais s’autorisent une liberté beaucoup plus grande dans la syllabification. Cette propriété explique directement le traitement japonais des mots d’emprunt dans lesquels des voyelles sont insérées entre chaque consonne. Or Dupoux et alii (1999) ont pu établir que les locuteurs du japonais perçoivent le mot inventé ebzo comme ebuzo, alors que les locuteurs du français ne manifestent aucune difficulté perceptuelle dans la différenciation de ces deux mots. Cette asymétrie est le reflet des gabarits phonologiques syllabiques mis à la disposition des locuteurs par la langue maternelle. Ce phénomène de « surdité phonologique » est interprété par Dupoux et ses étudiants comme un indice que l’apprentissage d’une langue recouvre en réalité l’oubli définitif des options rendues disponibles par G.U., mais non sélectionnées par la langue à laquelle l’enfant est exposé. Mais il a pour nous un intérêt plus immédiat. Il indique en effet que les catégories phonologiques interviennent directement dans le processus de perception de la parole, ce qui ne doit pas étonner outre mesure, mais montre que l’interface F.P du Programme Minimaliste se compose d’un ensemble de niveaux de représentation incluant le niveau acoustique lui-même et ne saurait se réduire à une représentation unique de nature phonologique.

  • 13 Deux questions fondamentales qui intéressent directement la cognition linguistique n’ont pas été a (...)
  • 14 Selon Jackendoff, la syntaxe, la morphologie, la sémantique constituent des composants autonomes, (...)

93La discussion qui précède a montré que sur certaines questions fondamentales qui engagent l’architecture même du dispositif – l’articulation de la syntaxe et de la morphologie, la nature de l’interface entre la faculté de langage et le système articulatoire-perceptif –, des incertitudes demeurent. Plusieurs conceptions théoriques s’affrontent, entre lesquelles il est difficile de trancher empiriquement. Or il est clair que chacune de ces questions, cruciale si l’on adopte une perspective minimaliste, a aussi potentiellement des implications cognitives de grande portée13. Si l’on veut satisfaire les exigences minimales d’une théorie cognitive, il est absolument essentiel de décider si les interfaces constituent des niveaux uniques ou au contraire des superpositions de niveaux. Ou si la morphologie détermine les comportements syntaxiques ou ne fait qu’en donner une interprétation ou une représentation. Ou si la syntaxe des phrases et la syntaxe des mots obéissent à des principes organisationnels identiques. Si l’on admet, comme le font les grammaires chomskiennes depuis les origines, que les langues naturelles impliquent des fonctions génératives récursives, cette dernière question revient à se demander si la syntaxe est la seule source de générativité dans le langage. Nous avons vu plus haut que Marantz donne à cette question une réponse positive et admet que syntaxe et morphologie mettent en jeu la même dérivation et recourent aux mêmes opérations, Merge en particulier. Jackendoff (2002) répond par la négative et propose que le dispositif grammatical se présente comme un ensemble de composants génératifs autonomes, fonctionnant en parallèle et interagissant par des relations d’interface14.

En guise de conclusion : cognitif vs. grammatical

94On sait que pour les linguistes fonctionnalistes, la structure interne des langues et leur grammaire sont pour une large part déterminées par les fonctions de communication et d’interaction qu’elles remplissent. Puisqu’il s’agit de clarifier la relation entre formes et fonctions et que seules les fonctions influent sur la structure grammaticale, le fonctionnalisme est conduit, à travers le langage, à traiter de la signification et des représentations symboliques ou mentales. C’est pouquoi, selon ses représentants, il prend place naturellement dans la constellation cognitive. Une linguistique centrée sur l’étude du sens et de la signification est même la seule, selon eux, à posséder une légitimité cognitive. Le privilège accordé à la dimension sémantique dans l’approche fonctionnaliste de la cognition linguistique se marque dans l’importance considérable attachée à certaines questions, comme celle qui a intéressé au siècle dernier Sapir et Whorf mais qui fait partie du débat philosophique sur le langage depuis au moins Humboldt et Herder : dans quelle mesure l’acquisition d’une langue particulière plutôt que d’une autre affecte la façon dont l’enfant et l’adulte structurent et conceptualisent les différents aspects du monde ? En particulier, puisque la plupart des mots dans les langues naturelles sont « catégorisants », le projet est d’essayer d’atteindre et de reconstruire à travers eux des catégories cognitives sous-jacentes. L’intérêt de ces recherches n’est pas en question. Mais elles n’épuisent pas la complexité de l’objet langage. Et surtout, l’autre dimension définitoire du projet cognitiviste – le rôle de la computation dans le traitement de l’information – est quasi absente.

95Dans la conception qui a été défendue ici, la complexité des phénomènes linguistiques est rapportée aux catégories conceptuelles et formelles qui sont mises à disposition par la faculté de langage et au dispositif complexe qui les organise. La cognition linguistique englobe les processus – syntaxiques, morphologiques, sémantiques et aussi lexicaux – qui partagent la propriété de non-perméabilité aux croyances, aux informations, aux intentions qui relèvent des autres capacités cognitives. En bref, il faut distinguer soigneusement entre le grammatical et le cognitif (au sens où l’entendent les fonctionnalistes), entre le syntaxique et le conceptuel. Poser que cette distinction est nécessaire, c’est du même coup reconnaître qu’il existe une organisation linguistique spécifique, distincte en particulier des autres systèmes cognitifs et des systèmes biologiques.

Notes

1 À (1), on peut opposer la caractérisation proposée par le Nouveau Petit Robert (2002), d’essence fonctionnaliste : « processus par lequel un organisme acquiert la conscience des événements et objets de son environnement. »

2 Le texte fondateur du modèle des Principes et Paramètres est Chomsky (1981). L’article de Chomsky et Lasnik dans Chomsky (1995) présente un état final de cette théorie, intégrant les développements des années 1980 et 1990. Pour une introduction, on peut consulter en français la préface et le postscript de Chomsky (1987), et, en anglais, Ouhalla (1999).

3 Pour une solution à ce paradoxe, cf. Nash et Rouveret (2002).

4 Une difficulté, purement pratique, rencontrée par l’approche paramétrique a été soulignée par Clark (1992). Elle réside dans le fait que la grammaire servant d’input est ambiguë. Les chercheurs travaillant sur l’acquisition ont donc tenté d’identifier pour la fixation de la valeur de chaque paramètre des déclencheurs non ambigus, permettant à l’enfant de construire la grammaire-cible le plus rapidement possible (voir par exemple le travail de Watanabe 1994 sur l’acquisition des paramètres syntaxiques déclenchant le mouvement du verbe vers T et/ou vers Agr). La tâche n’est pas toujours facile.

5 L’article qui donne le tableau le plus complet du Programme Minimaliste est le chapitre 4 de Chomsky (1995), « Categories and Transformations ». Il doit être complété par Chomsky (2001), « Derivation by Phase ». Pour une bonne introduction au minimalisme, on se reportera à Ouhalla (1999), part IV. Le beau livre de Jean-Yves Pollock (1997) est plus qu’une introduction, un état des lieux de la théorie à la fin des années 1990.

6 La présentation précédente doit être nuancée. C’est en effet une épistémologie antiminmaliste qui est développée dans le passage suivant d’Aspects, cité par Milner (2002 : 229) : « Lorsque les empiristes s’efforcent de montrer comment les hypothèses touchant un dispositif d’acquisition linguistique peuvent être réduites au minimum conceptuel, leur tentative est tout à fait hors de propos. Le vrai problème est justement de développer sur la structure une hypothèse qui soit assez riche pour rendre compte de l’acquisition linguistique... » (Chomsky 1971 :84-85). Milner observe que cette critique ne concerne pas seulement le processus d’acquisition et pas seulement l’empirisme ; elle concerne également la construction de la théorie grammaticale, et vise aussi certaines versions du structuralisme. Leur parcimonie conceptuelle condamnait ces dernières à l’impuissance dans toutes les situations où les relations étudiées, les relations syntaxiques par exemple, ne pouvaient pas s’inscrire dans un simple tableau d’oppositions. On peut noter qu’à l’époque d’Aspects, il s’agissait surtout de sauver les phénomènes, quitte à s’écarter de l’idéal minimaliste, en « construisant des systèmes d’hypothèses à la fois nombreuses et réfutables ». C’est bien là la stratégie que suivent les sciences gailéennes. C’est aussi celle qui a été adoptée tout au long des années 1980 et 1990 par les chercheurs travaillant dans le cadre du modèle des Principes et Paramètres. Le Programme Minimaliste représente donc bien un renversement majeur. Mais la situation est aujourd’hui à l’opposé de ce qu’elle était dans les années 1960. Du fait de l’accumulation de généralisations empiriques sur une multiplicité de langues et de la multiplication d’outils conceptuels sophistiqués, l’épistémologie minimaliste retrouve sa légitimité. C’est sur ces résultats que s’exerce la théorisation minimaliste. L’exigence minimaliste a donc toujours été présente, mais elle est limitée de façon absolue par la nécessité de préserver le contenu empirique de la linguistique, science galiléenne. Milner défend un point de vue différent du nôtre, puisque pour lui, « le minimalisme épistémologique est radicalement antigaliléen », cf. Milner (2002 : 229).

7 C’est là le contenu du Principe de l’Interprétation Intégrale mentionné page 56.

8 Une autre opération élémentaire s’est adjointe Move à dans les développements récents - Agree (« Accorder ») - dont nous ne dirons rien ici.

9 La MLC est la transposition en termes dérivationnels de la Condition de Minimalité que Rizzi (1990) avait formulée en termes représentationnels. Cinque (1990) et Rizzi (1990) ont montré qu’au regard de cette condition de localité, tous les termes « intervenants » n’ont pas le même effet de blocage. Les expressions interrogatives contenant une expression nominale, telles que quel livre, dans quelle librairie sont plus facilement extractables que les quantificateurs· interrogatifs (quoi, où). D’autre part, un argument objet interrogatif intervenant bloque le déplacement d’un adjoint interrogatif, mais l’inverse n’est pas vrai :
(i) a. Quel problème ne sais-tu pas [comment résoudre tt] ?
b. *Comment ne sais-tu pas [quel problème résoudre tt] ?
Telle qu’elle est formulée en (14), la MLC n’est pas à même d’opérer ces distinctions.

10 Dans les versions les plus récentes, procèdent par phases non seulement la dérivation syntaxique proprement dite, mais aussi l’épellation phonologique, la construction de la Forme Logique et l’accès à la numération.

11 Voir Nash et Rouveret (2002) pour une analyse de la cliticisation fondée sur cette conception.

12 Phillips (à paraître) observe que les représentations des catégories phonologiques, unités symboliques et discrètes, sont beaucoup plus abstraites que les représentations phonétiques, plus uniformes d’une langue à l’autre et soumises à peu près aux mêmes processus dans des langues différentes (effacement, neutralisation, assimilation, dissimilation...). S’interrogeant sur l’apport de la technique EEG (électroencéphalographie), il observe qu’elle révèle une grande diversité dans le codage phonétique et la représentation des sons de la parole dans le cerveau, mais nous apprend beaucoup moins sur le codage des propriétés phonologiques. Il conclut qu’avant de faire des tests sur les locuteurs, il est nécessaire de se faire une idée plus exacte sur la forme que pourraient prendre éventuellement les représentations phonologiques dans le cerveau.

13 Deux questions fondamentales qui intéressent directement la cognition linguistique n’ont pas été abordées ici faute de place. La première concerne la « réalité » des dérivations syntaxiques. Le système computationnel des syntacticiens crée les arbres de bas en haut et donc (pour le français) de droite à gauche. L’analyseur syntaxique doit au contraire procéder de gauche à droite. Phillips (1996) développe une théorie ambitieuse qui permet de résoudre le paradoxe. Pour une présentation, voir Rouveret et Schlenker (1998 :1517). Plus généralement, des recherches récentes ont montré qu’il n’est pas souhaitable de dissocier la caractérsation du savoir syntaxique abstrait des individus des procédures de construction de la structure dans la compréhension et la production en temps réel. Or ces procédures sont clairement de nature dérivationnelle. La seconde question est celle de l’origine et de l’évolution du langage. Chomsky s’est exprimé pour la première fois sur ce point dans Hauser, Chomsky et Fitch (2002).

14 Selon Jackendoff, la syntaxe, la morphologie, la sémantique constituent des composants autonomes, mis en relation par des règles de correspondance analogues à celles qui associent les représentations phonétiques et le système perceptuel-moteur ou les représentations logiques et le système conceptuel. Malheureusement, ces règles de correspondance sont rarement explicitées. Et, contrairement au Programme Minimaliste qui s’attache à réduire drastiquement le nombre des possibilités, la proposition de Jackendoff les accroît et génère de multiples redondances entre les différentes dérivations œuvrant en parallèle.

Auteur

Directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, Centre de recherches linguistiques sur l’Asie Orientale (UMR 8563, EHESS/CNRS, Paris).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540