Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dynamique des alliances ouest-sahariennes

 | 
Mustapha Naïmi

Conclusion

Texte intégral

1Si nous avons choisi de grouper des problématiques dont les sujets relèvent du Wad Nun et de la Sagya al-Hamra, c’est que nous les avons conçues comme les pièces d’une même enquête. En tant que référent spatial, cet espace nous a permis de mesurer certaines formes d’accroissement des solidarités entre les groupes claniques depuis le temps protohistorique. Nous avons eu recours à l’étude comparative des formes diverses et pas toujours identifiées d’organisation ouest-saharienne. Notre approche s’est intéressée à l’étude des mécanismes de contrôle de l’espace et aux structures sociales de l’axe côtier. Les conséquences tirées du raisonnement définissent cet axe comme un espace de nomadisme et de semi-sédentarité.

2La mobilité de l’échange par rapport aux facteurs sociaux privilégie l’apport traditionnel du fonds ethnique éthiopien (hratin). L’analyse des catégories onomastiques et des expressions anthroponymiques nous a permis de ressortir l’apport qui associe les Hratin aux monopoles des biens. Les Hratin, fonds ethnique le plus ancien, sont constitués de groupes résidentiels protohistoriques monopolisant le savoir-faire traditionnel et la gestion ancestrale des ressources hydrauliques. Il nous a fallu, pour y voir plus clair, considérer cette spécialisation comme génératrice de comportements idéologiques de la part des nomades imazighn. Ceux-ci se contentent de les associer à de l’impureté généalogique, une série de renseignements indiquant la volonté hratin d’empêcher l’infiltration des groupes transhumants dans les circuits d’irrigation. Non seulement ils réduisent les mécanismes de l’alliance et des solidarités affichées entre les Hratin, mais ce choix conduit ces derniers à pratiquer l’endogamie où le mariage se fait à l’intérieur de la communauté et s’étend rarement aux affranchis. La spécialisation des Hratin s’inscrit dans un espace résidentiel oasien composé, certes, de lignées diverses, mais qui révèlent toutes leurs similitudes, leurs symétries, leurs équivalences idéologiques avec les juifs. Les Hratin font en réalité figure avec les juifs d’explorateurs des divers aspects de la vie professionnelle et artisanale. Ensemble, ils matérialisent une représentation cosmopolite des espaces villageois présahariens.

3Ceci nous amène à la tâche de définition des Lamta, la puissante confédération répartie entre le Wad Nun, la Sagya al-Hamra et la boucle du Niger, et à l’analyse de son organisation sociale. Nous constatons que les énoncés topo-anthroponymiques trahissent le sens des descriptions des géographes arabes. Ils nous entraînent vers des procédés mis en place par la corésidence et l’alliance. La perception mythique de l’espace et les variations terminologiques de la parenté rendent compte d’une extrême diversité des groupes claniques. On se trouve de la sorte avec plusieurs systèmes de parenté qui définissent les groupes migratoires confédérés non pas en tant que groupes de parenté, mais comme corésidents. Seuls les groupes résidentiels différenciés sont de ce fait générateurs de consensus tribal (’assabya). On se trouve amené à relativiser la notion de proximité généalogique et à cerner les rapports d’alliance. Avec l’étude de l’interaction entre les confédérations iznagn (Sanhaja), le cadre général éclaire la configuration du système d’alliance. Les Illmmidn (Lamta) bien distincts des Iwillimmidn (Lamtuna) sont liés aux autres Iznagn (Sanhaja) par la filiation utérine. Celle-ci décrit la charte d’origine et prend davantage d’importance là où les stratégies matrimoniales marquent la prééminence de la corésidence. L’intérêt de ce tableau qui est une sorte de cadre terminologique est de mettre en rapport la fonctionnalité du système matrilinéaire face au prosélytisme sunnite.

4L’équilibre ouest-saharien, sa solidarité politique et militaire, repose sur la dualité et l’opposition des intérêts entre les groupes des deux axes est-ouest. La notion de leff (amqqun, pl. imuqqan) renvoie à l’alliance entre groupes territoriaux. Elle est centrale si l’on croit l’orientation militaire des alliances. Elle résume les formes limites des institutions en associant l’expression leff aux formes d’alliance duelles. Cette définition émane d’une configuration spatiale qui traverse les siècles. Le cas le plus évocateur est celui de la confédération igdaln (judala) très étendue entre la frange côtière de bilad Takrur et Wad umm Rbiʻ. Le critère de l’éparpillement sur une étendue aussi longue offre une vue précise sur la manière dont le principe de contrôle du territoire s’exprime. Sans déterminer un rapport généalogique réel, les liaisons spatiales aboutissent au caractère sacralisé des Igdaln. C’est en fait l’histoire biblique constituée par l’image sacralisante des Igdaln qui renvoie aux marques d’idéalisation du territoire. Ce qui transparaît de cette sacralisation, ce sont les catégories de différenciation entre les Igdaln et les restes des Iznagn du Sahara. L’hypothèse d’un renouvellement du cycle des âges sacrés se renforce par l’expérience de constitution du premier empire nord-africain. Les Igdaln, respectant rarement le plan de réformes de b. Yasin au Ve/XIe siècle, ignorent le plus souvent les obligations dont ils ont la charge et finissent par rompre leur contrat avec le meneur d’hommes et son projet d’imam. Les contours de la personnalité Yahya b. Brahim Agdal, appui central de départ, ressortent à travers la place qu’il accapare dans la mythologie locale. Son statut posthume et sa promotion au rang de puissance divine sont inséparables de l’imam impeccable qui apparaîtra un jour, le mahdi. C’est dire que les Igdaln relient leur existence à cette étiologie puisqu’au début du XXe siècle, leur espace est relié au mythe du mahdi. Cette intransigeance explique la rupture depuis le Ve/XIe siècle entre les Igdaln et les dynasties tribales.

5Ce qui est signifié ici, c’est l’incapacité manifeste des dynasties de mobiliser toutes les alliances. Nous avons fait ressortir cette expérience particulièrement savoureuse pour réduire les rigidités dynastiques aux extrémités de l’ordre social. Il faut respecter la notion de transmission du pouvoir héréditaire des lignages royaux dans le cadre de la dominance et faire place à la réforme religieuse qui n’empêche pas les positions de rester stables. L’image légendaire fait de l’axe côtier et son chef Yahya b. Brahim Agdal une justification de la notion de territoire sacré en quête de mahdi. Les choix résidentiels des Igdaln, en partie ouverts, sont déterminés par les alliances entre corésidents. Sur cet axe, n’importe quelle analyse des formes alternatives du pouvoir politique fait ressortir les traits d’osmose entre les Igdaln et les disciples dʻal-imam al-Jazuli, fondateur du leff Iguzuln. On observera que de toutes les dichotomies, et sous diverses formes, le poids du leff Iguzuln est central dans la formation des dynasties depuis le IXe/XVe siècle. Toutes les dynasties régnantes sont obligées de rallier la mythologie traditionnelle et populaire autour de l’espace sacralisé et ses gestionnaires. L’analyse des alliances débouche sur la représentation de l’unité politique face aux étrangers. Elle renvoie au processus de rééquilibrage des groupes qui contrôlent le territoire.

6Cette question nous ramène aux raisons profondes de la naissance du mouvement de b. Yasin. Faut-il expliquer cette naissance par la prospérité et la croissance ouest-saharienne ? L’analyse ne conclut pas à la pertinence de la causalité de l’économie transsaharienne. Celle-ci ne résiste pas devant la logique des prosélytes et le thème majeur de la dichotomie structurelle entre groupes alliés. Le statut politique des chefs igdaln les amène à adopter une attitude circonspecte à l’égard de l’intransigeant b. Yasin. C’est d’ailleurs pourquoi aucune alliance momentanée entre les Igdaln et le meneur d’hommes ne les amène à nier leur système de valeurs ou leur volonté de puissance. Leur réaction au culte de la personnalité de b. Yasin et son rigorisme puritain favorisent à la fois leur esprit de corps, leur mobilisation militaire et leur attachement imperturbable à la notion de mahdi. Le choix d’une île excentrique sur la côte s’impose à b. Yasin comme alternative pour une nécessaire autonomie spatiale. L’enquête ainsi définie enrichit notre approche de la dichotomie structurelle entre groupes résidentiels. Les Iwillimmidn engagés avec b. Yasin perdent la moitié de leur effectif lors de la conquête des Igdaln sur la montagne des Abafur-s. La puissance d’une telle offensive se manifeste par le désarroi qu’elle jette dans les rangs des Igdaln, plus que jamais contraints à se mobiliser. On invoque dans ce cas la permanence des alliances politiques au premier plan de la théorie des structures confédérales. Sans vouloir rationaliser à outrance la pertinence du modèle, nous relevons que la diversité des situations conflictuelles montre les confédérations de l’axe côtier occupées à former une hiérarchie.

7On peut toucher du doigt cet aspect si nous pénétrons les mutations enregistrées en particulier dans la Sagya al-Hamra et dans le Wad Nun. La politique impériale rencontre la hiérarchie que nous avons définie comme échelle de commandement où les instances tribales sont en subordination progressive. Un fait minime mais caractéristique est l’identification de la place et le rôle historique de ʻUtman b. Manda, gouverneur de b. Yasin sur Nul Lamta. La tradition locale fait de lui l’ancêtre éponyme des Takna. Il éclaire d’un jour nouveau le type de relations politiques entre les Illmmidn subordonnés à l’idéologie almoravide. Si la frappe du dinar à Nul Lamta atteste d’une véritable subordination au pouvoir impérial, le souci de fortification ne facilite pas la proximité généalogique. En somme, loin que les Illmmidn soient mis en rapport exclusif avec le pouvoir impérial, leur contrôle du territoire comporte des droits afférents à des fonctions autonomes. Il se trouve que la question des droits sur le territoire n’a jamais été mise en cause. Les travaux d’Abu Bakr al-Baydaq, l’historien des Almohades, offrent le canevas complet de leurs actions militaires pour la destruction de Nul Lamta, de Taghajijt et de Tagawst. Le regroupement collectif contre cette nouvelle dynastie fait que l’histoire des Illmmidn se noue autour de leur’assabiya. L’appartenance confédérale joue à tous les niveaux et les rapports généalogiques entre les cités du Wad Nun ne se conçoivent pas en dehors des déterminations géospatiales. Le découpage de chaque cité en quartiers agnatiques se fait à partir de la filiation. Le recrutement basé sur l’affiliation sert à définir la réalité des rapports de corésidence. La solidarité des groupes qui revendiquent l’identité illmmidn confirme de près l’harmonie préétablie entre le patronage du saint de la confédération, Mʼhammad b. ʼMar al-Lamti, et leurs plus hautes sphères du pouvoir confédéral. La fonction maraboutique symbolise ici un système efficace d’auto-défense et de protection politique.

8Il devient essentiel d’étudier la structuration des échanges politiques et religieux sur les axes qui relient Nul Lamta à la rive sud-saharienne. Une réflexion sur les réformes des souverains almoravides permet d’approfondir les dimensions incompatibles de la imama. Cette notion est le fondement du pouvoir accordé à b. Yasin et son successeur al-imam al-Hadrami. D’un côté, la répartition réelle du pouvoir entre imam et émir dévoile les limites de l’autorité impériale. De l’autre, la perception du pouvoir demeure l’émanation des groupes territoriaux dans l’inégalité et les discontinuités qu’impose l’échange de la violence organisée. Le contrôle du territoire est lié à l’intensité des conflits armés. Ceux-ci sont conçus comme normaux par les consultations du grand juge de l’empire. La déstabilisation des Igdaln est viciée par une islamisation qui sépare dorénavant porteurs d’armes et repentis. La repentance est une pratique qui s’avère étroitement liée aux modalités d’adaptation au pouvoir des vainqueurs. Loin d’être considéré comme une institution purement culturelle, la repentance produit les conditions d’émergence de groupes sociaux associés à l’apparition de généalogies à usage purement idéologique. Le champ généalogique se bornera désormais à confondre des groupes anciens et d’autres plus récents. Avec l’infiltration et la domination progressive du fonds ethnique maʼqilien, des choix opérés et cumulés sous les pressions religieuses et guerrières successives. Les nouvelles généalogies vont offrir une perception de l’histoire des Iznagn sans commune mesure avec leur identité d’avant.

9La mutation va aller plus loin encore et débouchera sur la parution d’une nouvelle organisation sociale dualiste. La formation durant le VIIIe/XIVe siècle des deux leff-s Tahuggat et Taguzult traite des évolutions survenues et des dimensions de l’alliance qui en découlent. La tendance générale qui se dégage de la littérature orale et écrite est que l’expression tahuggat s’assimile à l’impureté religieuse. Elle consiste à décrire les Ihuggatn à partir de leurs qualités statiques et en fonction de leur rôle attributif. Dans un environnement fortement influencé par les tractations des milices de la dynastie tribale des Mérinides, le fonds ethnique ancien ne peut que subir les effets de la compétition militaire et politique. Les Mérinides incarnent la revanche des Ijnatn sur les Iznagn et les Imsmudn. L’appartenance aux Ihuggatn se joue au niveau du terroir et de l’accumulation des terres fertiles. Le contrôle de l’étendue migratoire fait, par contre, des Iguzuln des suzerains plus confirmés dans leur idéologie de regroupement. Il reste que la rareté des données sur les groupes ihuggatn met en avant une forte tendance à la marginalisation. L’indispensable recours à la territorialité se justifie partant de là, par le fait que le leff n’est que la traduction spatiale d’un type de société tribale. Ce qui d’abord s’accuse dans les versions iguzuln, c’est la prééminence décisive du principe idéologique associant les Ihuggatn à la symbiose judéo-ijnatn. Cette symbiose qui caractérise la circulation transsaharienne se répercute sur l’axe côtier. Espace d’exil temporaire ou permanent, l’axe côtier associe les Igdaln à la présence des Abafur-s et des Ijnatn.

10Espace, temps, résistance : les évolutions s’opèrent lentement suivant des voies dont le parallélisme est manifeste. Face aux anciennes représentations spatiales, temporelles, numériques chargées de valeurs religieuses s’élaborent les nouveaux cadres de l’expérience, répondant aux besoins d’organisation de l’axe côtier. Pour prendre une vue précise de la manière dont le principe hiérarchique s’exprime dans le système d’alliance, il faut étudier le processus de formation des deux leff-s Takna. Il faut savoir si ces leff-s reposent sur des liens généalogiques réels ou sur des liens reconstruits afin de justifier les relations existantes entre groupes. Cet aspect important sert à retracer l’ordre de segmentation et la combinaison des deux modèles égalitaire et hiérarchique. D’où vient que ces modèles sont déductibles ? On touche chemin faisant, au risque de nous répéter, à la logique de l’alliance. Tel qu’il est, le schéma des deux leff-s Takna distingue entre groupes de stricte interdépendance. La signification est si entièrement attachée au modèle immuable de la société que la subdivision interne des groupes en lignages hétéroclites limite les risques permanents d’indivision. On peut apercevoir la complémentarité entre deux entités rapprochées par la généalogie et par la gradation des statuts, purs, de fait, et alliés. C’est par la compétition qui éloigne les clans les uns des autres, comme des particules électriques de même signe, que s’explique la fission. Celle-ci va, dans le cas des Ayt Mhand-u-Lahsn, des Ayt Bulayd, etc. jusqu’à contrebalancer l’unité des clans. Il n’y a donc pas lieu de lire un vrai changement de résidence derrière tous les noms territoriaux des groupes. L’adoption du mode de vie pastoral vaut aux Ayt Lahsn et des Izargiyyin le qualificatif de « ceux du dromadaire » (Ayt aj-Jmal). La place prise par les leff-s illustre le principe mobilisateur comme empreinte exclusive à la morphologie du groupe côtier. La conclusion paraît évidente : pourquoi adopter l’expression ayt aj-jmal si on ne contrôle pas l’axe côtier et si on n’impose pas le système d’alliance comme forme supérieure. Loin d’être équilibriste, la fonction du leff Ayt aj-Jmal n’implique aucune revendication identitaire à part et ne peut faire table rase de la configuration des droits de l’autre leff sur l’étendue migratoire côtière, sur le sol irrigué ou sur les conséquences de la division du travail. Il est à peine besoin de répéter que les références classificatoires, qui frappent d’impureté généalogique les uns par rapport aux autres, ne sont que la réplique exacte d’une inégalité manifeste. Il en ressort de la sorte que la fonction équilibriste du leff est une vue de l’esprit dénuée de tout fondement.

11Ce sont là les raisons qui circonscrivent les alliances entre corésidents et dévoilent ce qui se cache derrière les stratégies factionnelles. Concernant la cinétique des deux leff-s Takna, nous avons affirmé que ce ne sont pas les structures sociales qui conditionnent la réalité politique mais bien le système de représentation et d’évaluation des rapports militaires. Les deux leff-s dont l’ancêtre éponyme est ʻUtman b. Manda, ne reposent pas sur des liens généalogiques réels, mais bien sûr des liens reconstruits afin de justifier les relations existantes entre groupes. La notion de leff, qui découle de la dualité locale, obéit à la relative stabilisation des alliances aux frontières étanches des deux composantes est/ouest du territoire. De l’est sont partis les plus faibles chassés vers la côte maudite et inhospitalière car abandonnée par tous. L’axe côtier a de tout temps incarné des formes d’occupation marginalisée. En fait, le jeu des alliances entre les groupes expulsés vers la côte et les autres tourne autour de la notion même de territorialité. Celle-ci va se trouver sous la forme d’une suite de terroirs orientés nord-sud restructurant la notion de contrôle de l’espace et la relation entre transhumants et sédentaires qui en découle.

12L’organisation tribale traduit la manière dont les membres des deux leff-s Takna se désignent. La stabilité des solidarités tourne autour de la question du contrôle des circuits d’irrigation et des rapports entre fonds imazighohartani et groupes de parenté takna. Le contrôle de l’irrigation pousse le fonds imazigho-hartani à se regrouper pour éviter l’accession des autres groupes de parenté takna à la propriété irriguée. Cela pousse au renforcement de la tendance endogamique. Le recours délibéré à l’endogamie devient un élément régulateur empêchant toute assimilation. Autour des réseaux d’irrigation aux sagya des villages, l’aspect dualiste est ainsi marqué par quelques solidarités stables. À partir de là, nous pouvons revenir sur les pactes d’alliance qui instaurent un modèle propre. Les semi-sédentaires takna se contentent d’une infiltration progressive, rarement violente. Leur tendance exogamique situe dans une perspective remontant à plus d’un siècle d’assimilation. L’absence d’une direction unique aide à remodeler l’alliance à travers des rattachements politiques entre branches alliées. Celles-ci trouvent leur légitimation dans les valeurs confédérales.

13En ce qui concerne les groupes sociaux, on a déjà rencontré le cas de groupes qui paraissent avoir accès à la totalité du territoire takna sur ses deux axes. Ils paraissent formés de groupes hétérogènes pouvant rentrer en alliances pacifiques avec les uns et les autres. Nous avons tenté à travers quelques exemples de montrer comment les relations entre le passé lointain et le passé récent sont reproduites et mises en œuvre. Dans ce contexte nous avons souligné l’évolution des structures politiques qui s’élaborent sur une base confédérale tout au long du Sahara atlantique. Tel qu’il est, ce schéma rapproche notre analyse du système des leff-s. À l’importance structurale des alliances dans l’organisation tribale correspond l’importance du phénomène des leff-s dans l’ordre politique. En fait, l’état d’équilibre relatif que postule l’organisation en leff-s traduit l’inscription des tribus dans l’État makhzenien. On notera que dans tous ces cas où les leff-s sont pris comme forme extrême de quelques alliances politiques et militaires existantes, ils permettent le développement de différents critères hiérarchiques. Tout en préservant rigoureusement leur différence, les leff-s permettent de retrouver et de découvrir trois faits généraux :

  1. Le système d’alliance au sein d’un même leff se contente de lier ses membres autour du pouvoir politico-militaire. L’expression leff désigne l’alliance et le regroupement dans la pensée politique tribale. Il est parfois dit que le leff incarne le foyer (trab) et englobe les chefs-lieux des tribus. La notion de chef-lieu est traduite par nombril (sarrat at trab). Cette expression désigne à son tour la notion de centre de regroupement d’un territoire donné, délimité même s’il n’est pas fermé sur lui-même. Un leff est un territoire distinct, différent de celui des autres. Il appartient en propre à ses membres et leur confère une qualité politico-militaire particulière. Aussi est-il nécessaire, lorsqu’un groupe étranger pénètre dans le territoire, de le conduire en dehors.

  2. L’aspect territorial n’exige nullement que les membres du même leff soient des voisins immédiats matérialisant une entité territoriale homogène. Les choses se sont-elles effectivement passées de cette façon ? Une observation semble en apporter ce que nous avons appelé la vérification expérimentale. La tribu des Ayt Usa dont le territoire à l’extrême est du pays Takna est séparée du leff Ayt aj-Jmal par les tribus du leff Ayt Blla. Cela ne l’a pas empêché de rallier à maintes fois le leff Ayt aj-Jmal. Elle a opéré le passage d’un leff à l’autre sans se soucier des contraintes de l’éloignement. Le territoire d’une tribu établi au sein d’un leff est un foyer fixe, implanté dans une étendue migratoire. Il enracine le point de contact de la tribu avec le territoire de son propre leff. Quand on intègre un leff, on ne forme pas un espace commun, mais une alliance d’une certaine durée entre guerriers parfois éloignés. La notion de leff est ici beaucoup plus un regroupement militaire qu’une association économique.

  3. Nous avons constaté que la notion de dominance est l’acquisition la plus solide. Pour l’apprécier pleinement, notre travail a tenté de rappeler brièvement que son histoire est celui de la constitution des deux leff-s. Ce qui incarne la notion de dominance, c’est le contrôle de la Sagya al-Hamra en même temps que les parcelles irriguées des villages du Wad Nun. La communauté takna, pastorale et villageoise, prend un sens particulier si l’on précise que, pour les éleveurs nomades, le Wad Nun est le lieu d’abondance. On connaît de longue date l’importance des querelles, des rivalités pour le contrôle villageois. Chaque village est divisé en groupes rivaux qui utilisent toutes les occasions de friction et de litige pour s’affronter.

  4. Les aspects politico-économiques sont présents jusqu’à un certain point dans les pactes d’alliance. Par le rapport au contrôle de l’étendue migratoire et des parcelles irriguées, les faits relatés suggèrent une réelle interpénétration des lignages. La notion de frontière territoriale n’est pas stricte et les intermariages sont souvent enregistrés. De là une perméabilité à toute nouvelle stratégie de contrôle et de gestion des ressources. C’est là une innocuité relative consistant à ne jamais s’immiscer dans le domaine économique propre des autres groupes et l’ordre social qui en découle.

  5. Il faut rappeler ce fait élémentaire mais trop oublié : ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que l’économie de subsistance apparaît comme une catégorie distincte. On observe en effet que la dimension de l’alliance va évoluer au rythme de la poussée européenne sur la côte. Celle-ci touche l’ensemble des groupes côtiers initiés et menés progressivement vers une cohabitation de subsistance. La large majorité des groupes côtiers dessine une nouvelle tâche qui consiste à inverser la perspective revancharde et à éclairer une stratégie de corésidence nouvelle. À partir de ce moment du renouveau de la dynamique des alliances côtières, l’achèvement de notre tâche présente ne fait que dessiner une phase nouvelle. Celle-ci consiste à inverser la perspective entre le leff côtier et celui des Ayt Blla. En même temps que se poursuivent les types d’explications précédentes à propos du leff Ayt Blla, le XIXe siècle permet d’analyser le principal changement plus ou moins pertinent par rapport au système du leff Ayt aj-Jmal. Ce changement est lié à l’apport de la présence espagnole sur la côte.

14Le fait majeur est l’insertion progressive des petits groupes dans l’économie côtière. On peut leur appliquer un glissement vers les escales espagnoles au détriment de leurs fonctions côtières anciennes confiées aux plus jeunes.

15Dans la pratique militaire et manuelle, dès que les autorités espagnoles se trouvent affrontées à un problème d’intendance et de contrainte, ils définissent le rapport des locaux à l’organisation des tâches. Cet aspect est caractérisé par un progrès du point de vue de la comparaison avec le leff Ayt Blla. Il sert à éclairer l’évolution des groupes côtiers par comparaison avec ceux de l’Est tout en séparant l’année en saisons distinctes. La nouvelle situation se traduit de plusieurs manières qui représentent un moment d’histoire occidentale. Les fonds d’archives européens peuvent désormais autoriser quelques résultats plus ou moins acquis.

16Telles sont, aussi fidèlement résumées que nous l’avons pu, les synthèses par lesquelles nous entendons défendre une interprétation où il va falloir fonder l’analyse des rapports politiques entre tribus du Sahara atlantique durant le XXe siècle. Terminer par des exemples précis, c’est emprunter à un travail que nous n’avons pas essayé de préciser ici.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540