Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dynamique des alliances ouest-sahariennes

 | 
Mustapha Naïmi

5. L’émergence de la généalogie takna

Texte intégral

1À quelle orientation la politique théocratique dans le Wad Nun, le Bani et la Sagya al-Hamra obéit-elle ? Pour l’académisme citadin, l’ordre social et politique des Almoravides est imposé comme dénominateur commun aux groupes et aux régions en présence. Ce dénominateur prend alors la forme soit d’un système de valeurs, soit d’une communauté d’appartenance à un ensemble de règles institutionnelles créant un modèle de base. Dans l’un comme dans l’autre cas, la société trouve la raison de son unité et construit ses alliances en recourant à la force contraignante des valeurs qu’elle produit. La seconde orientation prend en charge le poids des violences par lesquelles l’État se constitue. Elle se confronte au problème de la légitimité de cette violence. Moins répandue que la première, cette orientation se distingue par sa capacité à découvrir les indices des contradictions qui se retrouvent sous une forme condensée dans l’image almoravide. Nous analyserons la pratique des Almoravides dans le Sus. Pour cerner l’organisation locale, cette orientation s’appuie sur les données d’al-Bakrî et sur l’absence des campagnes militaires de b. Tashfin. L’équilibre instable dû à la non-correspondance entre les différents niveaux sert d’argument pour séparer la forme politique impériale des groupes iznagn à temporalités propres. De cette manière, ce qui dans cette analyse fonctionne comme un rapport hiérarchique entre les officiers locaux et le clergé de Sus n’est soumis au contrôle social que superficiellement et de manière conjoncturelle. Sans nous arrêter à ces considérations théoriques, nous examinerons en quoi le cas spécifique de Wad Nun, de Bani, de la Sagya al-Hamra et de leur capitale Nul Lamta éclaire d’un jour nouveau le fonctionnement almoravide.

  • 1 Ibn ‘Idâri, Bayan, 56 ; Anonyme, Hulal, 36-37 ; Ibn Khaldun, HB, II, 72 ; an Nâçiri, Istiqsa, II, 1 (...)
  • 2 Ibn Khillikan rapporte le cri d’une femme faisant appel à Abu Bakr. Wijayat, VII, 518, texte, 113 ; (...)
  • 3 Al-Bakrî, Kitâb, 316-318/167-169 ; Ibn ‘Idari est cependant le seul à souligner clairement le carac (...)
  • 4 Ibn Khillikan décrit Abu Bakr en ces termes : « homme simpliste, bon, préférant son pays à celui du (...)

2Tout d’abord, il faut envisager l’Anti-Atlas comme obstacle inhospitalier. Cette chaîne montagneuse ne suffit pas à empêcher une reconquête par le nord, mais elle privilégie l’autonomie du riche bassin présaharien. Une remarquable homogénéité spatiale tenant aux vertus conservatrices des Illmmidn veut que le réseau côtier allant jusqu’à Awlil s’associe à de vieilles traditions guerrières. Le thème mythique est repris et enrichi ; les conflits des Illmmidn et des Iguzuln contre les Imsmudn (Masmuda) du Haut Atlas s’expliquent par la quête des pâturages. Ces confédérations ne sont pas dites meilleures ni pires, mais en rien semblables l’une à l’autre. Leurs conflits s’ajoutent au rôle de barrière qu’incarne l’Anti-Atlas pour amplifier la compétition entre groupes résidentiels. À l’avènement du nouvel État, c’est grâce à la diplomatie de b. Yasin et non à la violence d’Abu Bakr b. ‘Umar que les pays des Urika, Illaln (Haylana) et Ihzmirn (Hazmira) s’ouvrent devant les Almoravides (Ibn ‘Idâri, 1961 : 51 ; Ibn Abî Zar’, 1973 : 247 ; Ibn Sammâk dans J. Cuoq, 1975 : 366-625, id., 1985 : 37). Cette donne importante va augmenter la pression sur l’étendue migratoire des lllmmidn et leur capitale Nul. Tout porte à croire que la volonté de reconquérir les riches pâturages aux alentours du Haut Atlas renvoie à la causalité traditionnelle en vertu de laquelle le parcours de nomadisation est l’une des constituantes de base dans les rapports d’alliances politiques. Pour bon nombre de clans iwillimmidn, la proximité de la montagne est inconcevable. La difficulté d’adaptation se traduit alors par l’installation prolongée sur les rives verdoyantes du Wad Nun (Hulal, 1936 : 15). Ce concept d’inadaptation des Iwillimmidn s’enrichit singulièrement du fait du retour d’Abu Bakr b. ‘Umar au Sahara pour combattre les Igdaln (Idrissi, 1968 : 68-69 ; Sadok, s. d. : 66). Au 5 rabi’ II 465/fév. 1077, Abu Bakr b. ‘Umar recourt aux deux tiers de toute l’armée des Almoravides1 pour retourner au Sahara. Il répond non seulement à la volonté de secourir les Iwillimmidn, Almoravides littéralement écrasés par les Igdaln2, mais il donne une idée précise de sa conception du pouvoir. Cela nous permet de bien comprendre quel type d’homme était Abu Bakr. Face à la résistance des Igdaln, au règne d’Ijnatn ’Ibadites sur les axes de commerce, il prend le contre-pied des valeurs kharijites. L’abandon de l’action en cours à Marrakech3 et le retour instantané au Sahara correspondent aux doctrines qui imprègnent l’expérience d’Abu Bakr et sa conception politique. Il s’agit là d’une attitude qui dévoile l’attachement à l’expérience almoravide au Sahara. La doctrine du jihad et de purification le pousse à se contenter de l’amira au Sud4. S’agit-il de l’incapacité d’un nomade à s’adapter à un milieu qu’il ne tolère pas ? Le ton et la signification sont, on le voit, en parfait accord avec l’éthique imprégnant la pensée politique d’Abu Bakr. Peut-on, dans ce cas, saisir le mouvement qui s’empare de la rive nord-ouest saharienne, en ne s’en tenant qu’à un niveau d’analyse réduit ? Autrement dit, existe-t-il des clés simples de lecture permettant d’accéder directement à la compréhension et à l’explication des processus de mutation ?

‘Utman b. Manda, un prince stéréotypé

3Pour repérer le schème constamment sous-jacent qui commande l’histoire du Wad Nun, du Bani et de la Sagya al-Hamra, il nous faut saisir la portée historique de ‘Utman b. Manda. Selon la tradition locale orale et écrite, ce personnage constitue un édifice social dont l’importance chevauche l’apologétique maintenu de l’islam almoravide. Figure légendaire du mouvement, il est présenté de façon tendancieuse mais non fantaisiste comme le gouverneur local de b. Yasin. L’idéalisation de sa personnalité indéchiffrable n’est pas due à une grâce divine mettant à l’abri de l’erreur et du péché. Cependant, la tradition voit en lui la somme de toutes les valeurs historiques disparues. Il est vrai qu’il n’y a pas de services que la tradition ne peut rendre. La prospection sociologique étant bien entendu impossible, seuls les rares indices relevés dans la mythologie peuvent alimenter les suppositions. En ce sens, il est important de relever que même si sa vie publique et privée échappe entièrement à la tradition locale, celle-ci n’hésite pas à faire de lui l’ancêtre éponyme de tous les Takna, jadis appelés Ayt ‘Utman. C’est ce point précis qui lui confère une dimension historique notoire. On s’aperçoit combien en l’absence de soutien scripturaire, les divers présupposés pèsent de tout leur poids.

4Il y a lieu de réfléchir sur le statut réel de ‘Utman b. Manda en tant qu’ancêtre éponyme et en tant que gouverneur. D’abord en ce qui concerne la version généalogique qui fait de lui l’ancêtre éponyme des Takna, il est difficile de prétendre qu’à partir de lui les groupes adoptent la filiation unilinéaire patrilatérale. Si la filiation, l’héritage et la succession à la chefferie suivront jusqu’au XIe/XVIIe siècle la voie matrilinéaire, alors chaque groupe de parenté se présente en ce siècle impérial comme un ensemble de parents utérins issus d’une ancêtre fondatrice. Le système politique et juridique fait que l’autorité et les divers droits sur les personnes et les biens coïncident avec la règle de filiation matrilinéaire. On ne voit pas comment, dans ce cas, les descendants de ‘Utman b. Manda pourraient acquérir les principaux éléments de leur statut en un siècle où l’appartenance se déclare par référence aux seuls liens généalogiques passant par les femmes. Il est à peine besoin de répéter que, si les aspects de la filiation utérine sont ainsi mis au premier plan par rapport à l’idéologie patrilinéaire, cela est l’effet non pas d’un préjugé, mais aussi de la nécessité de donner une image fidèle du système tel qu’il nous est donné par les sources arabes. On peut supposer que le pouvoir amorce un tournant historique qui remit en question le mode de filiation utérine. L’application de cette règle consoliderait l’apport patriarcal de ‘Utman en tant qu’ancêtre réel sans dégager les premiers linéaments d’une loi générale des rapports patrilatéraux. Les liens généalogiques demeurent reconnus en ligne maternelle six siècles plus tard.

  • 5 Al-Bakrî, Kitâb, 314/165 ; Ibn ‘Idâri, Bayan, 47-49-52-63 ; Ibn Abi Zar’, al-Anîs, 241 ; Anonyme, H (...)
  • 6 À moins que Manda ne soit une déformation de Mazdali, ce qui paraît improbable, aucun des lignages (...)
  • 7 Au Xe/XVIe siècle, les réponses d’al-Maghili aux consultations de l’Askya Muhammad portent aussi su (...)
  • 8 Le dialecte des Touaregs illmmidn conserve des termes « accompagnés d’éléments institutionnels qui (...)

5En tant qu’officier de b. Yasin, ‘Utman devient gouverneur de ceux à qui on prélève le tiers de leurs biens au profit des Almoravides dont ils se distinguent nettement. En représentant les prélèvements occasionnels (al-fay’), le tiers n’est concevable que dans la mesure où il matérialise les divergences de position entre les Almoravides et les Illmmidn réduits à la condition d’alliés5. Ne faut-il pas accorder à ‘Utman b. Manda l’identité du gouverneur iwillimmidn venu faire souche6 ? Autrement dit, pouvait-il être un prince iwillimmidn ? La volonté d’alléger la tutelle des Iwillimmidn sur les Illmmidn ne peut-elle pas avoir suscité la désignation parmi eux d’un gouverneur local ? Ne faut-il pas évoquer l’hypothèse de deux gouverneurs au Heu d’un seul ? La réponse des sources orales et écrites désigne ‘Utman en tant que chef politique, ancêtre des Illmmidn de Taghajijt, Tagajgalt Ayt Tikni, Tagmut, Tighmart, Asrir, Tagawst, Agaws, ’Abbuda, Tisgnan, Taliwin et de l’étendue migratoire de la Sagya al-Hamra. La cohésion politique qui l’entoure et le soutien inconditionnel aux Almoravides fait de ces Illmmidn une composante résiduelle sans préjugé ontologique. Ce qui se passe sur le plan de l’observation, une fois rap porté au plan de la filiation généalogique évoquée avec soin, révèle le réfèrent identitaire de base. Nous relevons une complémentarité perceptible bien souvent, là où l’enquête se ramène à l’étude généalogique dans tous ces villages considérés comme des modèles réduits ou des échantillons représentatifs de l’ensemble des descendants de b. Manda. C’est dire qu’à ce niveau, s’attribuer ‘Utman b. Manda en tant qu’ancêtre éponyme revient à revendiquer le droit d’aînesse. Seules les lignées aînées revendiquent ‘Utman échappant ainsi aux lignées germaines. Elles revendiquent à travers lui le pouvoir théocratique puisque ‘Utman gouverne les siens au nom des Almoravides. Conviendrait-il dans ce cas-là, de l’inclure dans une vision globale de l’islam almoravide ? On ne voit pas comment une telle vision peut subsister après la chute de l’État. La place réelle de b. Manda parmi les chefs des groupes des alentours du Wad Nun constitue en fait la principale interrogation à méditer. Peut-être faudrait-il souligner l’évolution locale pour saisir en quoi un tel personnage marque l’histoire de l’actuel pays des Takna ? Les relations confédérales paraissent encore loin de toute surdétermination politique. La prééminence de la matrilocalité peut bien avoir favorisé les liens entre lui et b. Yasin dont la mère est originaire de Tagjgalt Ayt Tikni. Toutefois, l’importance politique de b. Manda en tant que gouverneur de b. Yasin apparaît encore évidente bien des siècles après7. Les mythes de mémoire sont en effet, chez les Takna, inséparables des critères religieux. Nous relevons combien l’approche almoravide est présente dans les aspects organiques des relations claniques. Ces relations peuvent avoir pour fondement l’appartenance des Illmmidn et des Iwillimmidn à une même logique de parenté8.

6Relevons par ailleurs, qu’aucune frappe monétaire almoravide à Nul n’enregistre le nom de ‘Utman b. Manda comme ce sera le cas pour Tamim b. Yusuf b. Tashfm. Le pouvoir de b. Manda s’est-il achevé avant la première frappe du dinar à Nul en 494/1099 (A. Huici Miranda, 1959 : 172-173 ; H. W. Hazard, 1952 : 96) ? Le silence des sources est total même si la fonction de b. Manda, en tant de gouverneur d’un espace pourvoyeur de richesses, lui confère une notoriété manifeste. Plutôt qu’un gouverneur revendiquant une souveraineté absolue, b. Manda ressort comme un personnage dont le poids théocratique est masqué par son appartenance aux Illmmidn. Nous voici ramenés à notre point de départ. Quelle idée réelle peut-on se faire de cette figure emblématique ?

Le sens premier de la lecture généalogique

  • 9 Menacés par la conquête des Muwwahidun en 548/1153, les Ayt Brahim se réfugient dans la région de l (...)

7Si on veut représenter les liens respectifs de la parenté entre différents groupes résidentiels, on voit l’actuelle tribu des Ayt Brahim descendre de l’ancêtre Brahim b. Lahsn b. ‘Utman b. Manda et former un arbre généalogique soigneusement mémorisé. Cela permet de distinguer un niveau supérieur où Brahim, contemporain de ‘Ali b. Yusuf b. Tashfîn, est affiché en haut de l’arbre généalogique9. Il est l’ancêtre éponyme de ceux que l’on qualifie sur place de « purs » (Imazighn). Il devient alors possible de distinguer le premier niveau du second. Il est vrai que pour mieux souligner la dissymétrie entre les purs de la tribu des Ayt Barhim et les autres, la tradition locale attribue la forteresse de Taghajijt à un sultan venu d’ailleurs. La forteresse du sultan (Agadir-n-ugllid) est attribuée à un sultan qualifié de sanhaji (agadir-n-aznag) (H. Terrasse et Dr Dargassier dans De La Ruelle, 1941 : 4). On enregistre qu’une nette distinction sépare la descendance de Brahim de celle du sultan d’en haut. La forteresse située sur la hauteur de Taghajijt sert à séparer les Iznagn locaux des Illmmidn et de leur chef local ‘Utman b. Manda. Personne sur place ne revendique la descendance iwillimmidn alors que les groupes claniques apparaissent comme des Illmmidn dont toutes les branches agnatiques se connaissent et ont plus de relations entre elles qu’avec l’extérieur.

  • 10 Ont-ils renoncé au port des armes ? Tout semble concorder pour l’affirmer. La descendance de Mhamma (...)

8Quelle que soit la pertinence de cette remarque, elle fait des Illmmidn la principale composante mentionnée sur place avec les Hratin. Sur place, les lignages illmmidn continuent encore à se distinguer par le qualificatif de lamtiyyin. Les références locales les classent en lignages religieux et laïques. Ces derniers sont connus pour le fonds ethnique le plus ancien, sur place au moins depuis le siècle des Almoravides10. Ils ont eu le temps d’abandonner les armes au profit des livres. Il est vrai cependant qu’en mentionnant la repentance, Mhammad b. ‘Mar, signalé dans Kitab at-Tashaunvuf au VIe/XIe siècle à Asrir, fait figure de référence en la matière. Dans sa finalité et sa pratique, il reste distinct des réalités conflictuelles. Il ne coïncide pas exactement avec elles, même si elles permettent de mieux définir le cadre des alliances à l’intérieur duquel il faut situer le récit de Kitab at-Tashaunvuf. Mhammad b. ‘Mar est qualifié de lamti et fait figure d’ancêtre des rois locaux, les Iguldan. Ce lignage prestigieux porte également le nom des Illmmidn (lamtiyyin) d’Asrir où il est assimilé au fonds local le plus ancien par les alliances matrimoniales et à travers les faits relatés dans la chronique locale.

  • 11 Asifed signifiant « expulsion » est une pratique carnavalesque d’une indication précise. E. Laoust, (...)

9La tradition (Bu ’Alâm : al-Bahr al-Muhît) assure que du temps de ‘Ali b. Yusuf b. Tashfin, les Illmidn du Wad Nun s’étaient spécialisés dans l’escorte des caravanes à travers les routes du Sahara atlantique. C’est sur ordre de ‘Ali b. Yusuf b. Tashfin que le grand juge (cadi), Ibn Rushd, aurait donné à leurs guerriers le statut d’izafadn « escorteurs »11. Cette même expression allait devenir azafad puis sous l’effet des modifications sonores de la Hassanyya, azwafit (M. Naïmi, 1992e : 2 : 364-367, 4 : 1346-1349). Il est vrai que les actuels Azwafit se veulent l’emblème de l’escorte caravanière et des actions militaires les plus brillantes. Autour de leur espace d’élection à Nul Lamta, à Tighmart et Asrir, ils sont représentatifs des facultés d’adaptation des groupes guerriers à des modes de vie variés : transhumants, nomades, agriculteurs et commerçants. C’est la région du Wad Nun et Bani qui constitue la terre d’élection de la civilisation villageoise, alors qu’ailleurs dans la Sagya al-Hamra, il n’y a que le regroupement de fait qui repose sur la corésidence où les Azwafit incarnent quelques groupes claniques éparpillés au long des axes ouest-sahariens. Il s’agit là de groupes de parenté revendiquant Blla (‘Abd Allah) descendant de ‘Utman b. Manda. Si l’on examine les caractéristiques des Azwafit, on constatera que chaque clan est rattaché à son chef-lieu et que l’appartenance à Blla joue à différents niveaux. C’est un fait que, dans le Wad Nun, chaque clan dispose d’un droit absolu sur les terres ou sur la plus grande partie des parcelles irriguées. Le droit absolu ou supérieur s’étend ici par rapport à la notion d’antériorité puisque aucun groupe ne peut intervenir de l’extérieur du village et de la terre sans l’accord des premiers maîtres. Les fonds d’archives familiaux les plus reculés insistent sur les distinctions entre occupants de plein droit, possesseurs en somme de terroirs, et occupants inférieurs ou étrangers envahisseurs tolérés par les premiers. La proximité qui donne sa force à la communauté villageoise est en réalité l’indivision des occupants de droit supérieur.

10La chronique locale montre la continuité à travers les alliances et le contrôle de l’espace. Les actes d’appropriation des parcelles irriguées permettent d’illustrer ces propos. Les alliances affichées élèvent, au rang de vérité historique, l’existence de ramifications généalogiques izargiyyin (M. Naïmi, 1992e : 1 : 339-340, Shangity, 1958 : 454) Ayt Lahsn, (M. Naïmi, 1998 : 2084-2089), Ayt Brahim, Azwafit, les unes comme les autres se réclamant de ‘Utman b. Manda. L’expression izargiyyin évoque l’hétéroclisie des origines, celle de Ayt Lhsan b. ‘Utman b. Manda renvoie à la commune ascendance généalogique avec Brahim ancêtre des Ayt Brahim et avec Blla ancêtre des Azwafit. Les actes d’appropriation des parcelles irriguées nous aident à discerner la réponse aux séparations imposées par les apories du temps. Les Izargiyyin s’affichent comme subdivision jadis importante des Azwafit. Leurs deux principales subdivisions Ahl-S’ayyad, dites pures, sont parmi les fractions originaires des Ayt Bulayd, actuels Azwafit. De fait, les Zrawla (Izarwaln), autre subdivision des Izargiyyin, étaient au XIe/XVIIIe siècle les maîtres de Zraywila et de sa citadelle Awzarwalt. Encore occupées par les Azwafit, en particulier par les Ayt Bulayd, ces deux localités continuent à présenter quelques traits de l’osmose entre les anciens et les actuels Ahl-Bu Mzayrig et Ahl-Zraygin dévoilant ainsi le socle agnatique initial. Sans vouloir y mêler la notion de pureté généalogique (nasab) des uns par rapport aux autres, relevons que la notion de proximité détermine la logique de classification. L’idée qu’on se fait des groupes se réclamant de ‘Utman b. Manda reste fondamentale puisqu’elle transmet le sentiment d’une revendication commune.

11On peut relever également que la constitution des Ayt ‘Utman renvoie à la structuration des alliances entre factions. Une collectivité des groupes de parenté doit adopter une réglementation unilinéaire de succession et de distribution de la teneur. Il en ressort que les ramifications généalogiques posent en toile de fond la difficulté que suppose la formation des groupes. Le droit, encore reconnu, des Ayt Lahsn à l’héritage d’Asrir, qu’ils ont quitté involontairement, ressort nettement de leur proximité généalogique aux Ayt Mhand-u-Lahsn. On retrouve là les dessous de l’expansion villageoise azwafit et les modalités qui peuvent représenter une ébauche sommaire de la compétition et de la formation des deux leff-s.

  • 12 Des exemples sont cités par V. Monteil dans « Gens et choses du Bani », 399 ; Cl. Justinard, « Note (...)
  • 13 Sur l’attribution des Ida-u-Ba’qil à Illmmidn, cf. Ma’sul, I, 128-130 ; III, 338-339 ; VIII, 151-15 (...)

12À vrai dire, ‘Utman b. Manda semble d’abord rapprocher les différents groupes de résidence de l’expression takna. En tant qu’officier de b. Yasin, il apparaît comme le fondateur du contexte dans lequel allaient naître les relations nouvelles. On se trouve ainsi face à une ébauche sommaire illustrant les différences dans le comportement des groupes locaux. Si on se reporte aux récits légendaires, le thème de mobilisation des alliances face aux Iwillimmidn paraît comparable sous de multiples aspects à d’autres situations qu’on rencontre tout le long de cette rive nord-ouest saharienne12. Au gré des récits, la pression des tuteurs apparaît comme le principal thème à l’origine de l’éclatement interne. C’est dire que le Wad Nun et ses cités mères sont l’expression permanente de la volonté d’assurer de façon sélective la permanence des Illimmidn. Il met en évidence la continuité fonctionnelle de la solidarité lignagère13.

Le second sens de la lecture généalogique

  • 14 Sur le territoire partagé par Ayt Hmad et Ayt Hirbil à Tamda Ugis (la mare au cheval), on trouve en (...)
  • 15 L’usage déjà ancestral de l’agadir est amplement démontré par Ibn al-Khatib, Al-Ihatâ, I, 86 ; Nafh (...)
  • 16 E. Laoust, Mots et Choses, 3 ; R. Montagne, « Un magasin collectif de l’Anti-Atlas, l’aga in Ikunka (...)

13Parmi les indices éclairant d’un jour nouveau le type de relations entre les Almoravides et les Illmmidn du Wad Nun, figurent les deux forteresses situées au-dessus de Nul et de Taghajijt14. Du haut des collines avoisinantes ces cités mères, les directions stratégiques sont données à partir des forteresses. La tradition les attribue aux gouverneurs des Iwillimmidn. Dix kilomètres environ, à l’est de l’actuelle Aglmim (Glaymim/Gulmim), il y a quelques années encore, la cité d’Asrir était dominée par l’imposant site d’Agwaydir (M. Naïmi, 1995c : 83-115). Répartis sur une colline aux flancs abrupts, ces ruines recouvrent la plus grande partie du haut de la colline. En contrebas de la forteresse, s’étend aujourd’hui la cité d’Asrir. Le principe de la fortification isolée reproduit ici, comme à Tagahjijt, la structure singulière et typique des fortifications d’autrefois. L’état actuel des recherches ne permet pas de restituer les différentes activités des habitants même si on trouve, autour du noyau actuel de la cité, de nombreux vestiges. Le thème d’habitat ancien ne fait pas défaut dans les versions des occupants actuels. De fait, les études historiques ont démontré l’importance qu’ont eu, au temps des Almoravides, les contacts entre les différents groupes résidentiels de la cité. (M. Naïmi, 1995c : 83-115) L’institution de l’agadir15 renvoie à l’image stéréotypée de la fortification et de la protection de Nul Lamta16 À proximité, au nord-est d’Asrir, s’étalent les différents quartiers de Tighmart également associés aux sites de Nul Lamta (P. Cressier, M. Naïmi, A. Touri, 1990 : 378-401).

14D’ordinaire, un contact s’établit entre les Illmmidn quasiment subordonnés et les Iwillimmidn dotés d’une puissance militaire plus grande. Ces derniers peuvent user de contraintes pour affirmer une image à laquelle s’associe un ensemble d’attitudes et de tendances. Il en va de même pour la cité de Taghajijt où les Illmmidn et les Iwillimmidn reproduisent le même modèle haut/bas de la colline. Lorsqu’on est en haut d’Agadir Iznagn, c’est à une structure villageoise diffuse que l’on a affaire. Il s’agit vraisemblablement d’un fractionnement clanique composé de groupes ethniques, par ailleurs inégaux, s’accordant pour entretenir les alliances. Les clans, tout en étant interdépendants, conservent leur sentiment communautaire qui revêt une importance capitale. L’absence dans les généalogies du qualificatif iwillimmidn (lamtuni) contraste de manière frappante avec le maintien du qualificatif illmmidn (lamti). Ce nom se retrouve à tous les niveaux hiérarchiques de la société. Sur des emplacements bien choisis, les quartiers agnatiques incarnent ce type de représentation généalogique conservant aux Illmmidn leur pureté. Le nom Lamtiyyin tend à souligner l’aspect contrasté des clans qui arrivent à sauvegarder leur stabilité. On suppose que celle-ci est inhérente à l’absorption cyclique des différences ethniques qui progressent par étapes. Dans sa finalité et sa logique, la référence directe au culte des ancêtres semble persistante. En mentionnant l’histoire des Illmmidn, la logique des récits reste distincte de la réalité qui ouvre sur le temps des Almoravides. De façon bien plus radicale, elle prend ses distances par rapport à l’âge héroïque de l’invasion des groupes Ma’qil.

15De même, on s’efforce de noter la même évolution cyclique, non loin de Nul Lamta, à Tagawst. À une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Nul, tant le long du lit principal du Wad Nun que sur de fragiles buttes latérales, les alentours de l’actuelle cité de Qsabi conservent encore visibles les restes d’un habitat ancien pétrifié par quelque enchantement, vestige d’une civilisation disparue. Sous forme de petits monticules où abonde le matériau en céramique, seuls quelques alignements de mœllons, parfois perpendiculaires au fleuve rendent compte des nombreux entrepôts que devait réunir cette civilisation. Toute une vaste cuvette à l’ouest de l’actuelle Goulmim bénéficie encore d’une mise en valeur agricole grâce à un système réputé ancien de captage des eaux par galeries drainantes. Chacun de ces ensembles rend compte de la juxtaposition en chapelet de noyaux de moyenne dimension. Ils rendent également compte de l’existence d’un habitat très dense qui justifie non seulement les conditions naturelles mais surtout l’organisation clanique de peuplement. Lorsque ces groupes claniques invoquent leur identité illmmidn, ils paraissent aptes à l’assumer devant les autres groupes dominants et en même temps ils se montrent capables d’occuper l’ordre généalogique instauré par le temps des Almoravides.

  • 17 E. Lévi-Provençal, Documents inédits d’histoire almohade, 218-221 ; A. J. Meunié, « Recherches arch (...)
  • 18 « Nafis de la montagne », Idrissi, Description ; L. Massignon, Le Maroc dans les premières années d (...)
  • 19 Al-Bakrî, Kitâb ; al-Idrissi, Description ; Ihata ; Al-Murrâkushî, Mu’jib, 74, 114-117 ; Yâqût, Mu’ (...)

16En abordant la transmission des images héritées à propos des forts de Nul et de Taghajijt, nous avons noté que l’appellation agadir-iznag, telle qu’elle ressort de la tradition orale et écrite ici ou là, ne traduit pas le principe exclusif des relations généalogiques entre ceux d’en haut et ceux d’en bas. Le souci de fortification ne facilite pas la proximité généalogique. L’opposition entre le haut et le bas s’affirme comme incarnation de la volonté de perpétrer les distinctions respectives. Avec le nom Illmmidn/Lamtiin/lamtiyyin, ce qui est affirmé c’est la légitimation généalogique en tant que base sociale des alliances entre ceux du bas. La volonté des Iwillimmidn de perpétrer une souveraineté de fait se heurte à une résistance passive prolongée dont continue à parler la tradition locale. Abu Bakr Muhammad al-Lamtuni, gouverneur de Sus à l’avènement du Mahdi b. Tumart à Hargha (Ibn Khaldun, 1968a : 2 : 169) règne sur bon nombre d’imposantes forteresses. Le rôle de l’opposition haut-bas, dans la mémoire collective, est un corollaire du pouvoir de la violence et de la différence. Le mérite d’al-Baydaq est d’avoir détaillé les attaques des forteresses par les Almohades. Il mentionne entre 150 et 500 cavaliers pour chaque forteresse évoquant les termes de la persuasion. La mémoire collective se borne à opposer tout ce qui a pu avoir lieu entre ceux d’en haut et ceux d’en bas17. Le trait essentiel de l’opposition vient aussi de la mouvance de l’espace villageois. Tels qu’on les conçoit ordinairement, les groupes villageois sont des constructions dont la position est fixée de façon irrévocable. C’est dire que le caractère du groupe villageois paraît fondé sur des principes naturels, régis par des lois qu’on ne peut ni abroger ni changer. Or, les conflits armés entre ceux d’en haut et ceux d’en bas veulent que les sièges prolongés autour du fort indiquent, à un moment donné, les limites de la corésidence. Il n’est d’ailleurs pas rare au long du VIe/XIIe siècle que des constructions parallèles viennent reproduire comme dans le Wad Nun, des noms de cités telles qu’Agaws pour Tagawst ou Awzarwalt pour Zraywila (M. Naïmi, 1996 : 597-598 ; P. Cressier, M. Naïmi, A. Touri, 1990 : 378-401). En tant qu’incarnation de la dichotomie plaine/montagne, chaque forteresse18répond initialement aux influences du milieu. La mobilité spatiale des centres de décisions économiques et politiques est facilitée par l’antagonisme existant entre groupes internes et externes19. Les conflits s’avèrent, si l’on en croit l’histoire de la sédentarisation, fortement programmés et structurés par le jeu de la compétition. En matière d’espace, la concurrence vient renforcer la concentration villageoise autour de chaque forteresse. Les centres alimentent des mouvements polycentriques selon des rapports à déterminer en fonction des circonstances. Ainsi l’expression illmmidn constitue-t-elle en permanence un repère primordial pour les villageois et transhumants du Wad Nun et du Sud. Ce ne serait plus le cas au VIIIe/XIIIe siècle lorsque le pouvoir des Ma’qil acquiert une dimension amplifiée. Les désignations collectives se maintiennent sous forme d’entités dispersées aptes à assumer et à manifester leur autonomie. Il nous reste avant à effectuer une approche analytique des modalités d’organisation économique et sociale de Nul au siècle des Almoravides.

Le dinar de Nul Lamta, témoin de l’histoire

17Le fait le plus marquant qu’a connu Nul Lamta, après l’arrivée de b. Yasin et son armée, est sans doute la création d’un institut d’émission du dinar en 494/1056-1057. La coïncidence entre la date (448/1056-1057) d’entrée des Almoravides à Nul et le début du contrôle effectif de la route de l’or Awdaghust/Sijilmassa est frappant (Colson, 1853 : 241). À Tighmart, Tishisht, non loin de Suq Lkhmis (le marché du jeudi), voit naître en cette fin de siècle l’institut monétaire qui reflète bien l’importance de l’intervention de l’Etat des Almoravides dans la dynamique locale. En quoi cet institut peut-il intervenir en tant que médiateur dans la définition des rapports Etat/cité de Nul et de son hinterland ? La stabilité des mesures monétaires à Sijilmassa, Aghmat, Fès, Nul et Marrakech est-elle liée en ce moment-là à la nécessité d’avoir des signes communs vérifiables et indépendants des principautés et villes États ?

  • 20 Sur le monnayage des Almoravides, on peut se référer encore aujourd’hui à la bibliographie exhausti (...)
  • 21 La capacité de production du dinar est liée à une alimentation en or moins abondante que ne le pens (...)
  • 22 Le module varie entre 23 et 27 mm. Aucune disparité ne le caractérise, car le plus grand nombre tou (...)
  • 23 Al-Bakrî décrit l’élargissement de la circulation monétaire de la manière suivante : « Pour les pai (...)

18Avec la généralisation du dinar des Almoravides, le principe de Protagoras, « l’homme mesure toute chose », cède à celui de l’invariabilité20. Certes, on ne saurait parler de société à dominante économique puisque même au Xe/XVIe siècle, l’activité économique n’est pas encore devenue autonome ni hégémonique. La légère diversité des mesures du dinar qui existe d’une ville à l’autre, va cependant de pair avec une stabilité et une capacité relative de production de la monnaie21. Il est significatif que le dinar porte à ce moment les noms du souverain et de son prince gouverneur local (« kunya ou lakab » : Ε. I : 2 ; D. E Coodera et Zaidan, 1878 ; Van Berehem, 1907 : 203-279). En tant que médiateur obligé d’un nombre de plus en plus grand d’échanges, le dinar devient par le fait même un facteur 99 dominant22. Mais le dinar mesure la valeur quantitative de l’article mesuré indépendamment de la qualité de celui-ci (Witold K., 1984 : 95-96-118). Dans l’esprit du siècle impérial, la mesure est intimement liée à la qualité de l’article23. Le dinar se doit d’assurer une mesure aussi bien quantitative que qualitative (R. Messier, 1974 : fig. 1 et 2 : appendice en p. 4447). À partir de là, le dinar de Nul Lamta va pouvoir servir d’exemple.

  • 24 C’est Yusuf b. Tashfin, encore sous les ordres de b. Yasin, qui est chargé de conquérir cette régio (...)
  • 25 Les mécanismes d’attachement de Taroudant, Tamdult et Igli à la dynamique transsaharienne sont ains (...)
  • 26 Le parti pris paraît stimuler une telle situation pour mieux réduire l’autonomie du gouverneur de N (...)
  • 27 Se référant à Muhammad B. Yusuf al Qayrawani, al-Bakrî décrit Aghmat en ces termes  : « une grande (...)
  • 28 Il ressort des dinars du trésor d’Aurillac qu’une frappe au nom de b. Yasin et de son prince Abu Ba (...)
  • 29 M. Henri Lavoix, Catalogue, 106-216 ; G. Marçais, « Un coin monétaire », 1936, 180-188. La pile et (...)

19Non seulement le dinar de Nul dispute à Tamdult, Taroudant et à Igli leur espace d’autonomie monétaire24, mais il génère une discrimination en matière de frappe de l’or25. À cela s’ajoute le fait important que la province argentifère panafricaine de l’Anti-Atlas se trouve généralement située dans le fameux district de Bu-Azzar et les gisements actuels d’Imtir dans le bas Saghru et Zgundar dans la chaîne de Sirwa. Les gisements découverts orientent la prospection dans des directions précises. La frappe de l’argent qui ne s’oppose pas à celle de l’or (Bakrî, 1965 : 166/314) est l’apanage de cités éloignées des circuits transsahariens les plus importants. Elle semble liée aux potentialités de cette région pourvoyeuse de richesses (Ibn ‘Idârî, 1961 : 4 : 15-16). Ces cités, situées entre Nul et Aghmat où le dinar est également frappé, exigent de plus en plus la frappe de l’or, ceci étant lié à la reprise et à la croissance des échanges sur les routes occidentales26. La décision de ne créer que deux institutions de frappe de l’or, à Nul et à Aghmat, paraît liée entre autres à l’accueil réservé par ces deux cités à b. Yasin et Abu Bakr b. ‘Umar. Outre l’attitude pacifique de Nul, Aghmat reçoit avec de grands égards Abu Bakr venu directement de Sijilmassa. Il reste sur place six mois (Ibn ‘Idârî, 1961 : 4 : 15-16) avec une population hétéroclite et un clergé versé dans la voie sunnite27. La politique monétaire, loin d’etre un accident de parcours lié à des vicissitudes secondaires est inscrite dans la logique de la restructuration politique et économique proposée. Le circuit Nul-Aghmat alimenté en dinars primaires, contribue à la dynamique de l’économie des Almoravides dès la prise totale du Sus. C’est pourquoi la position privilégiée de Nul, située au débouché des routes caravanières, nous incite à situer la date de création de son atelier monétaire avant celui d’Aghmat en 486/1093-1094. Cette hypothèse est confortée par la frappe du dinar au nom de Yahya b. ‘Umar à Sijilmassa bien avant l’arrivée d’Abu Bakr au pouvoir28. En tout état de cause, le dinar le plus ancien frappé à Nul Lamta, que l’on ait retrouvé, porte la date de 494/1099-1100 et la mention d’Abu Bakr, six ans seulement avant la mort de Yusuf b. Tashfin (W. Hazard : 1952 : 96). Entre 494/1099 et 540/1146, l’atelier monétaire de Nul est très productif et se distingue par la qualité de l’or et de la frappe, par rapport à celui de Sijilmassa. Il maintient son rythme de production jusqu’à la fin des Almoravides. On enregistrera sous les Almohades encore quelques frappes à orthographe défectueuse imputables à la subordination de Nul au pouvoir almoravide29.

  • 30 Ibn ‘Idâri, Bayan, 61-62 ; J. D. Brethes, Contribution, 124 ; H. Lavoix, Catalogue, n° 514515 ; Han (...)
  • 31 Après Sijilmassa et Aghmat, Nul ne se situe avec 77 dinars retrouvés, étalés sur 42 années en trois (...)
  • 32 Sa’id, maître de la monnaie d’Algéciras et de Grenade aurait déclaré à ce moment-là que « tous ceux (...)
  • 33 La possession des mines par certains associés autonomes est signalée par une fatwa d’Abu al-Walid I (...)

Il reste qu’un fait majeur doit être signalé : si on se réfère à Brahim b. Abu Bakr, gouverneur de Sijilmassa de 462/1069-1070 à 467/1074-1075, la frappe de son nom sur le dinar constitue une parfaite illustration de son autonomie de décision30. Son comportement politique est indicatif de la marge de manœuvre et de l’autonomie d’action des gouverneurs locaux. La libre frappe, même au nom du souverain et de son héritier semble faire partie de leurs attributions reconnues. La comparaison minutieuse entre les différentes périodes de production du dinar conduit à privilégier non seulement les trois dernières années du règne de Yusuf, mais également toute la durée du règne de son fils ‘Ali. Non seulement il n’a jamais été rappelé à l’ordre par le puissant b. Tashfin, mais la diffusion de son dinar conduit à l’indépendance par le biais de la substitution monétaire. C’est pourquoi il ne faut pas voir dans la fidélité de frappe monétaire une preuve de soumission. Les trésors archéologiques montrent que le nombre important des dinars de Nul est à la fois une manifestation de fidélité à l’égard de ‘Ali b. Yusuf b. Tashfin et un signe d’échanges commerciaux pourvoyeurs d’or. Le soutien de la ville aux activités de l’institut monétaire31est une résultante du déferlement incessant du dinar murabiti, même deux ans après leur chute. Il s’agit là d’une forme observable de cohabitation entre deux logiques, celle qui développe un rythme croissant de production avec davantage d’or, et celle qui substitue, au sein de cette dynamique pourvoyeuse de richesse, une politique autonome de frappe. L’émission à Nul d’un dinar murabiti, deux ans après la chute de la dynastie, semble témoigner en faveur d’une autonomie de décision. En figurant parmi les trois premières villes du circuit transatlassique au VIe/XVIe siècle, Nul paraît comme place forte attachée à la redistribution et à l’extension monétaire. La transformation de la poudre d’or (tibre) en numéraire est plus qu’un signe de perfectionnement de l’artisanat et de l’orfèvrerie. D’abord, parce que la pièce de monnaie devient un procédé fiscal dans la mesure où elle résulte de la différence entre son coût de production et sa valeur nominale32. Ensuite, parce que le dinar est un impôt établi par l’institut d’émission. En ce sens, aussi faible soit-elle, la qualité du métal jaune émise assure une véritable activité dynamique des échanges. Longtemps après le siècle impérial, la facile convertibilité du dinar incarne les liens étroits l’unissant à la plupart des marchandises qui traversent le Sahara et la Méditerranée33. Sa qualité standard et sa valeur font que ses deux fonctions de moyen d’échange et de réserve de valeur se confondent. La souveraineté monétaire des Almoravides vis-à-vis de l’or-monnaie se traduit par l’utilisation importante des maravédis ou morabiti. Ceux-ci subsistent jusqu’au IXe/XVe siècle, comme monnaie de compte sur différentes places européennes. Il n’en demeure pas moins que la valeur qu’un objet peut occuper dans l’échelle des besoins en dehors de l’or, est fixée par l’autorité politique émettrice. La monnaie implique ici le principe généralisé de la valeur ; celle-ci rend la société cohérente par l’équivalence qui s’établit entre la valeur naturelle de l’objet et la valeur intrinsèque de la monnaie. Produit et élément de l’histoire, le dinar de Nul compte aussi parmi les références politiques et économiques du Wad Nun. Que retenir de cette analyse ?

Composantes politiques et formes organiques

  • 34 La distinction est affirmée par Abu Yahya b. Mahu As-Sanhaji qui a séjourné longtemps à Nul Lamta. (...)
  • 35 Le fait qu’al-Idrissi est le seul à mentionner une telle corésidence semble indiquer le caractère p (...)
  • 36 Un sondage archéologique pratiqué sur place prouve amplement le fait. On attribue sur place à Mhamm (...)
  • 37 Il semble toutefois la qualifier de « capitale d’Iguzuln » soulevant de la sorte un problème d’assi (...)
  • 38 Al-Baydaq transcrit « Ta’gizt », Akhbar al-Mahdi, 77.

20À ce stade, qu’en est-il du système politique mis en relief par les sources arabes ? Nous avançons deux interprétations complémentaires : l’une économico-politique et l’autre culturelle. La première s’exprime simplement : quelques ressemblances et différences entre Nul Lamta et les villes avoisinantes ressortent des sources. Si lacunaires que soient les données, certains éléments sont plus saillants que d’autres. Par exemple, il est significatif que dès les descriptions d’Ibn Hawqal et al-Bakrî (1965 : 318/169), les deux villes d’Aghmat et Nul sont étroitement associées et distinguées des autres villes du Sus entier. La numismatique, nous l’avons vu, ne fait que faciliter la vérification par rapport à Tamdult, Igli, Dra ou Azugi. Nul Lamta, rappelons-le, est placée dans des conditions géographiques et climatiques privilégiées. AlIdrissi et Ibn Sa’id qui insistent sur cette donne, établissent un réajustement en amplifiant le rôle productif et commercial de métropole. (Idrissi, 1968 : 66-67 ; Ibn Sa’id, 1970 : 123). En raison de l’importance de la production locale à destination du marché continental, al-Idrissi (1968 : 68) laisse entendre que les caravanes qui suivent le littoral partent de là. Il offre de la sorte un état du circuit routier d’autant plus intéressant qu’il se rapporte à la corésidence entre les Illmmidn, les Igdaln et les Iwifrimmidn34. Grâce au contrôle d’Abu Bakr et de son imam al-Hadrami, Azugi est dite capitale saharienne des Almoravides (Zuhri, 1968 : 190). Un examen de sa complémentarité avec Nul Lamta s’impose, notamment en ce qui concerne le pouvoir iwillim midn. Les rapports d’alliances Illmmidn/Iwillimmidn est un point essentiel de différence qu’il convient de souligner expressément, dans la mesure où il est souvent ignoré des sources35. Le découpage de Nul au VIe/XIIe siècle en quartiers agnatiques, offre une zone où se distinguent nettement Asrir (Ibn az-Zayyât, 1984 : 433 : n° 26b), Tighmart et leurs surfaces agricoles. Ces surfaces sont irriguées à partir de canaux issus essentiellement d’un système de drainage de l’eau de la nappe phréatique située au nord-est de Tighmart. Les agglomérations sont en fait réparties en vagues successives, luttant contre une irrémédiable désertification ici et là aux alentours du fleuve Nul36. Le mérite d’ibn Sa’id est d’être le premier à rajouter Tagawst sur ce même pourtour37. La cité de Taghajijt dont l’existence est attestée en ce même siècle38 répond au même critère où on note également la dynamique des rapports entre les Illmmidn et les Iwillimmidn. Al-Idrissi voit se maintenir ces alliances et fait de la structure villageoise la traduction spatiale d’un type de société. La dimension imposante des campements iwillimmidn donne une nouvelle définition à l’espace villageois. Il devient un espace où la mobilité des différents facteurs joue à plein (al-Idrissi, 1968 : 66-67). Les caractéristiques spécifiques de la main-d’œuvre, sa qualification, sa mobilité semblent faciliter le passage d’un type d’emploi à un autre, favorisant le regroupement des activités hétérogènes. La frappe du dinar maintenue jusqu’en 543/1149-1150, deux ans après la mort d’Ishaq b. ‘Ali, dernier souverain murabiti, est en soi un indicateur du flux continu d’hommes et de biens. La corésidence maintenue avec les Iwillimmidn semble avoir accéléré la fixation au sol des Illmmidn locaux.

  • 39 At-Taditi as-Samkani conclut à ce jugement de valeur à la fin de ses trois ouvrages rédigés à Nul L (...)
  • 40 La tradition qui le rapporte est confirmée par les propos d’al-Bakrî, Kitâb, 148/283 ; V. Monteil, (...)

21Ce qui illustre le mieux ce phénomène c’est la réputation de l’enseignement à Nul Lamta, en particulier dans le domaine de la jurisprudence qui traite de la succession (fara’id) et du calcul (hisab). La rigueur de son enseignement dans ces deux domaines l’impose, tout au long de ce siècle, parmi les capitales les plus célèbres. C’est dans un contexte sélectif qu’une célébrité telle que l’Alexandrin ‘Abd Allah b. Abi Bakr b. Yahya al-Gadmîwî as-Sudi at-Tâditî as-Samkânî évoque à Misr en 674/1275-1276 la supériorité de Nul dans le domaine des far’id. Entre l’enseignement d’ibn at-Tayr Isma’il b. Yusuf ar-R’ini al-Andalusi al-Ishbili et celui d’Abu Muhammad ‘Abd Allah b. ‘Abd al-Krim al- ‘Umari, il préfère, âgé alors de vingt ans, l’enseignement qu’il a reçu à Nul en 663/1264-1265, auprès du Shaykh Abu Sulayman Dawud b. ‘Ali al-Hiha’i39. Celui-ci lui a enseigné Kitab al-Kafi dont l’auteur est le célèbre Ibn ‘Abd al-Barr. L’enseignement du hisab et des fara’id met au premier rang la corrélation entre les matières enseignées et les problèmes locaux. Les contraintes de l’héritage qu’impose la répartition des parcelles irriguées impose la connaissance dans ce domaine. Des droits d’origines successives et fort différentes s’exercent sur le sol, entraînant une forme de compétition pour le contrôle des réseaux d’irrigation. Les villageois se présentent en tant que semi-nomades s’appuyant sur un mélange de transhumance, d’agriculture et de pastoralisme. La ligne que tracent leurs agglomérations, éparpillées aux alentours du Wad Nun, est encore ponctuée d’un nombre important de sites archéologiques. Les parties inférieures des portails des cités mères auraient été couvertes de plaques métalliques tellement le passage des animaux était considérable. Cet indice est important car il s’agit de techniques de conservation significatives d’un dynamisme des échanges internes40. La concentration humaine, on le sait, rompt l’équilibre entre la population et les ressources limitées de l’habitat ce qui engendre un haut degré de compétition.

  • 41 Ibn az-Zayyât parle d’Asrir sans nommer Tighmart ou Nul Lamta, Tashawwuf, 410.

22Les travaux d’al-Baydaq offrent le canevas complet des actions militaires des Almohades orientés au milieu du VIe/XIIe siècle vers la destruction de Nul, Taghajijt et Tagawst (Baydaq, 1971a : 77). Le massacre des hommes, la déportation des femmes, des enfants et du cheptel camelin menacent une indépendance qui jusque-là ne l’avait jamais été. En tant que déploiement d’une volonté de puissance, les représailles volontairement exercées révèlent l’importance des alliances entre groupes locaux. Le regroupement collectif contre les Almohades fait que l’histoire des Illmmidn se noue autour de leur sens de l’incorporation militaire. Seul le génocide peut rompre cet esprit d’insertion en démobilisant les alliances et en fragmentant les quartiers41. Mais qu’en est-il véritablement de la désarticulation qui en résulte ? Faut-il supposer l’instabilité et la rupture des alliances ? Si l’on veut échapper aux schémas systématiquement faussés pour parvenir à des vues moins partiales, il faut faire bon accueil sans discrimination à toutes les hypothèses qui se présentent.

  • 42 Des chercheurs spécialisés tels que D. J. Meunié ne manquent pas de tomber dans de telles confusion (...)

23Le souci de formulation exacte et dénombrement complet des pertes humaines confère aux sources une importance quasi rituelle. Tout d’abord, citée onze ans après cette destruction, Nul Lamta ne montre aucun désordre apparent ou transitoire (Idrissi, 1968 : 66-67 ; al-Murrâkushî, 1978 : 309-310). Relatant la dynamique des routes reliant Nul à Sijilmassa, Awdaghust, Azugi et Awlil, al-Murrâkushî réduit à la baisse l’idée que l’on peut se faire au sujet du handicap démographique ou économique. En dépit de l’œuvre de destruction complète que les trois armées des Almohades ont été chargées de réaliser, les cités de Nul, Tagawst et Taghajijt demeurent importantes. Dans une série de documents, de dates, d’origine et de portées diverses, l’orientation des cités des Illmmidn chante le passé et loue l’attachement aux lieux d’élection. Ce qui frappe le plus ce sont les reproductions des cités nouvelles des mêmes noms sur les vestiges des anciennes ou leurs cimetières. On trouve là une pratique caractéristique de la reconversion villageoise qui apparaît d’autant plus lucide, d’autant moins oublieuse qu’elle peut davantage s’attacher à son passé. Le fait que chaque cité est reproduite à proximité de son site initial démontre l’ampleur du phénomène d’inversion spatiale et revalorise les données passives des sources42. En 621/1224-1225, sept années seulement après le déferlement des groupes Ma’qil dans les environs, al-Murrâkushî, peu habitué aux espaces éloignés de la cour impériale, affirme la dynamique de Nul Lamta (1978 : 309-310). De son côté, Ibn Khaldun qui traite des conséquences de la conquête avec beaucoup de rigueur, décrit les cités de Nul et Tagawst en tant que métropoles sahariennes. (Ibn Khaldun, 1968a : 1 : 116-123-130-134 ; 2 : 117-160-279-280-477 ; G. Marçais, 1913 : 1 : 162). On conclut au rapport entre résistance et dynamique des routes sahariennes. La brutalité almohade n’empêche pas l’identification des sites qui permettent d’évaluer les dimensions des nouvelles agglomérations.

La notion de permutation spatiale

24La notion de permutation spatiale paraît s’appliquer aux traits distinctifs de Tighmart et d’Asrir. Ces deux cités comme celles de Tagawst et de Taghajijt représentent aujourd’hui un champ approprié pour les fouilles. Il est vrai que faute de preuves archéologiques, les hypothèses issues des sources risquent de trop inclure ou de trop exclure. Si l’on doit analyser les récits locaux, il serait utile d’interroger la toponymie. L’importance de cette discipline repose sur le fait qu’elle fournit l’un des rares recours pour percer le mystère de Nul Lamta et des autres cités mères du Wad Nun. Bon instrument descriptif, la toponymie ne se laisse pas obnubiler par les routines des laboratoires. Mieux, elle atteste d’une préoccupation anthropologique certaine sans transgresser la concordance historique des faits et des structures.

  • 43 Voir également Ma’sul, XII, 189 ; Min Khilali, II, 13-16.

25Identifiée à la place centrale de Nul Lamta, Tighmart voisine nord d’Asrir, (M. Naïmi, 1996 : 2716-2720 ; G. Marçais, 1936 : 185 ; D. Eustache, 1970 : 99) est ignorée des sources écrites jusqu’en 1499 (P. Cénival et EC. de La Chappelle, 1935 : 66-77). À Asrir où la mémoire est objet de vénération, At-Tadili exalte au VIIe/XIIIe siècle dans son Tashawwuf43 l’apport de M’hammad b. ‘Mar, saint protecteur de Nul-Lamta. Son importance est relatée avec soin et vénération par la tradition locale : « Ses lèvres ne connaissent plus la nourriture d’immortalité, l’ambréine ni le nectar ; il gît sans respiration et sans voix ; une torpeur cruelle l’enveloppe. Fleuve important, le Wad Nun abrite sa cité marquée dans les récits eschatologiques, de la piété grâce à sa zawya où l’on achève tous les jeudis soir la lecture du Coran et le compendium de Khalil. » Cette épreuve terminée, une autre plus dure l’attend qui reflète tout un ordre de préoccupations et d’exigences nouvelles. Il demeure éloigné à l’intérieur de sa zawya afin de régler les problèmes des gens venus se plaindre à lui. Le thème d’arbitrage se prête d’ailleurs à ce renouvellement mythique répond aux préoccupations majeures des groupes, à leur soif de purification. Cependant, dans le cadre de la pensée mystique, le thème légendaire du partage équitable des eaux de la nappe phréatique devait être profondément remanié de façon à traduire cette recherche du salut, objet même de la corésidence. Synonyme de taramgist, l’expression tighmart signifie « zawya » ou « angle ». De quelle zawya s’agit-il, l’angle ou le lieu de dévotion ? Les données topographiques et toponymiques confirment l’influence du site sur le choix de l’emplacement. Les indications du relief en forme d’angle et la perspective mythique à l’égard de ce saint protecteur suggèrent que Tighmart, située dans une poche dépressionnaire du Warg-n-Nun, dessert une zone d’occupation permanente pour l’adoration de Dieu. La sortie de la nappe phréatique au nord de Tighmart, alimentée par les eaux permanentes de l’Anti-Atlas, constitue un fait majeur. Si d’aventure on se trouve sur l’une des collines voisines, on peut constater combien le parcours en plaine de l’eau jaillissant de cette source est important. La pente majeure qui de Tighmart descend dans un écoulement un peu plus rapide vers Asrir satisfait la technologie locale d’irrigation (Cl. Justinard, 1933 : 143). L’eau file par le sillon central de Tighmart bien servi en haut pour nourrir une production agricole intensive à Asrir. Le paysage grandiose qui deTighmart à Asrir longe l’oued Wargn-Nun ne laisse ainsi rien au hasard (M. Naïmi, 1992e : 2 : 409-411).

L’organisation de l’espace autour d’une nappe phréatique

26L’histoire des rapports généalogiques entre les deux cités de Tighmart et Asrir ne se conçoit pas en dehors des déterminations géospatiales. Il faut commencer à relever la disposition de la cité d’Asrir expliquant le sens étymologi que des toponymes (Ch. Foucauld, 1952 : 4 : 1856 ; V. Monteil, 1949 : 206-207). L’expression asrir signifiant « terrain de réunion et de jeux » fait en réalité figure d’une vaste plaine séparant la localité et le tombeau de Mhammad b. ‘Mar de la cité de Tighmart. Mieux approprié pour les réunions et les parades, cet espace est secondé par un autre qui incarne l’autre extrémité sud de la localité. La position de celle-ci entre deux plaines d’importance inégale suffit-elle pour lui valoir cette indication toponymique ?

27Pour tenter une réponse, signalons que c’est dans une zone intermédiaire, entre l’affluent Warg-n-Nun et les collines parallèles, que vient s’étendre Asrir le long d’un couloir nord-sud. Cette position diffère de celle de la plaine où les travaux nécessaires pour y distribuer les eaux souterraines sont vite considérables. Dans la zone particulière située le long des collines, les terres à proximité du lit de l’oued sont d’une superficie appropriée aux volumes d’eau disponibles. Un réseau de canalisation alimente les jardins de Tighmart avant de couler vers Asrir. L’idée vient assez naturellement à l’esprit que Tighmart est en ligne de pente et Asrir en position privilégiée. En amont des embouchures (fums), la source de Tighmart est ainsi d’un apport fondamental pour les jardins d’Asrir constamment irrigués. Le précieux distributeur (masraf-asrru) n’a pu se créer qu’au détriment des jardins de Tighmart. Il s’ensuit que la proximité de Tighmart par rapport à la source est une preuve de son antériorité par rapport à Asrir. Quoi qu’il en soit, l’identification de la nouvelle agglomération à un simple terrain de réunions et de jeux résulte soit d’une antériorité certaine, soit d’une exagération verbale. Il reste donc à réévaluer les données à propos d’Asrir dont la fonction ne peut être conçue qu’à partir de Tighmart. Il s’ensuit que l’antériorité de Tighmart et les mécanismes d’exploitation des lieux valent à d’Asrir d’être constamment taxé de simple vallée plate et de zone d’épandage. Ne s’agit-il pas là d’une représentation almoravide de Tighmart ?

28Au sujet de l’identification d’Asrir à la partie la plus récente de Nul, la question hydraulique vient compenser l’ignorance presque totale à ce propos. Il faut en effet imputer la responsabilité des conflits à la compétition pour l’accès à l’eau de la nappe. Le problème hydraulique pour l’irrigation des terres, qui en est la base et l’objet, pèse de tout son poids sur la restructuration de l’espace. À partir d’une période située dans la seconde moitié du VIe/XIIe siècle, le rôle et la place de Mhammad b. ‘Mar confirment la réalité qui fait de lui le saint protecteur d’Asrir. Non seulement les Almoravides d’Asrir reconnaissent son autorité, mais ils se référent à son jugement sur la question. De son vivant, les lignages d’Asrir revendiquant des droits à l’irrigation, soulignent une divergence d’intérêts avec les résidents de Tighmart. Ils se plaignent de la surexploitation des ressources en eau ce qui réduit leur autonomie de décision. Sans préciser les termes exacts du conflit, la tradition orale assure que la cité d’Asrir est à ce moment plus que jamais incapable de se suffire à elle-même en matière de ressources hydrauliques. Entre Tighmart et Asrir, ce qu’exige le drainage équitable de la sagya, c’est une reformulation qui tient compte de la position privilégiée de Tighmart grâce à un procédé technique. M’hammad b. ‘Mar est sollicité pour satisfaire la demande des deux cités. Faut-il voir là une preuve de la croissance démesurée d’Asrir ? S’agit-il d’une revendication de Tighmart dont l’importance est sensiblement diminuée par le génocide almohade ?

29Quoi qu’il en soit, en raison de son autorité incontestée et de sa profonde connaissance du problème, Mhammad b. ‘Mar décide de partager le temps en cinq tours d’eau de vingt-quatre heures chacun. Il en accorde trois à Tighmart et assure aux gens d’Asrir qu’ils auraient la baraka avec les deux qui restent. Bien entendu, il ne faut pas entendre par baraka une force qui transcende toutes les dimensions sociales de l’espace et du temps. En fait, le saint n’ignore pas que l’eau coule rapidement de Tighmart vers Asrir située plus bas. En tant que bénédiction de l’écoulement rapide de l’eau, la baraka symbolise précisément un parti pris tout à l’honneur d’Asrir. L’acceptation par les groupes laïcs de cet arbitrage atteste le pouvoir du saint. Son autorité temporelle fait référence à un système de valeurs et à une subordination religieuse généralisable à tous les groupes de Nul Lamta. C’est un double indice quant au statut communautaire subdivisant les deux localités en quartiers agnatiques. En tout état de cause, il s’agit là, sur ces parcelles irriguées, d’un bel exemple de cohabitation du social et du symbolique. On notera aussi la détermination qu’il a fallu pour parvenir de part et d’autre à un effort et pour obtenir la création d’une assemblée avec délibération collective. Dire que la distribution de l’eau fait l’objet depuis lors de transactions encore précises, c’est administrer la preuve de son importance locale. On va ainsi pouvoir observer les groupes agnatiques tels qu’on les conçoit s’accordant pour entretenir de bonnes relations de corésidence. Pour les dénombrer, il faut se contenter de les voir du dehors : leur nombre est limité.

  • 44 Ibn az-Zayyât, Tashaunvuf, 443 ; as-Sûsi, Ma’sul, XII, 189 ; Min Khilali, II, 15-16, Mhammad b. ’Ma (...)

30Dans la mesure où s’élaborent les instruments mentaux permettant une connaissance précise du passé, un repérage chronologique strict, une mise en ordre rigoureuse du temps, Mhammad b. ‘Mar incarne vraisemblablement un des chapitres essentiels dans les conflits qui opposent les forces illmmidn en présence44. La tradition locale met l’accent sur son rôle primordial dans le règlement du conflit concernant le partage de l’eau entre Tighmart et Asrir. Il semble devoir sa renommée légendaire à son appartenance aux Illmmidn et à la force dont il fait preuve en tant qu’arbitre faisant l’unanimité autour de lui.

Arithmétique et découpage en quartiers agnatiques

  • 45 R. Montagne, Les Berbères et le Makhzen, 224-225 ; A. Aspinion, Contribution à l’étude du droit cou (...)
  • 46 En 199/14-15, Abu Mansur ‘Isa b. Abu al-Qasim se transporta à Sijilmasa « et partagea entre diverse (...)
  • 47 Al-Hudaygi révèle au XIIe/XVIIIe siècle l’importance du saint patron de Nul, Tabaqat, ms ; as-Sûsi, (...)
  • 48 Outre le cas de Mhammad b. ‘Mar et de son fils ‘Abd Allah, celui d’Ibn Sliman ar Rfufi est un exemp (...)

31Il est généralement admis que le découpage villageois en quartiers agnatiques se fait à partir d’un recrutement basé sur l’affiliation. C’est une question de corésidence qui tend à constituer des groupes de quatre ou cinq quartiers voisins (ad-Dawdî, s. d. : 151). On comprend par là, que la notion de voisinage peut donner naissance à des groupes agnatiques dont les irrégularités ne sont pas dissimulées. En réalité, l’arithmétique à cinq unités est le symbole d’une totalité politico-militaire additionnant un pouvoir local totalisateur de valeurs. En deçà de sa capacité d’assurer la cohésion des groupes, cette arithmétique exprime un intérêt permanent qui dessine les fonctions généalogiques dans leurs cases et classe les règles de fonctionnement45. La solidarité des groupes qui revendiquent le patronage de Mhammad b. ‘Mar confirme ainsi de près la pertinence de son statut politique46. C’est une réalité historique qui confirme l’ampleur de sa présence religieuse dans les sphères les plus hautes du pouvoir local. Elle participe à la fois des ajustements politiques et du prosélytisme almoravide. Il serait inexact de vouloir dissocier l’influence de Mhammad b. ‘Mar dans le domaine hydraulique des autres restructurations. Il ne faut pas trop s’étonner de voir sa position mettre en lumière les ajustements sociaux et spatiaux issus des exigences réelles d’une société en mutation. Grâce à al-Hudaygi47, on constate que l’harmonie, préétablie entre le saint protecteur d’Asrir et le reste de son espace d’élection aux alentours de Nul Lamta, paraît garantir à l’avance le succès de ses entreprises. L’auteur relate la neutralité de la place du marché évoquant le caractère politique des conditions de contrôle de l’économie locale48. En instituant un ordre spatial permanent, il achève l’expansion locale de l’idéologie almoravide. Il est bien entendu clair que la notion de marché-lieu n’est que l’aboutissement logique de son apport direct. La parenté et l’idéologie sont substantiellement liées aux rapports sociaux dans la mesure où elles font partie, de plein droit, des rapports de force. Bien entendu, il ne faut pas confondre ici la notion de marché en tant que telle et le lieu où il se tient. La fonction du lieu, quand il est fixé, est de statuer sur les modalités d’associations des groupes en quête d’harmonie spatiale. On comprend alors que l’édification politique d’une paix durable introduit le thème de la double vocation de l’espace.

32Ce rapport au terroir renforce encore l’analogie, que nous avons signalée, entre le contrôle du Wad Nun et la place de ‘Utman b. Manda et de M’hammad b. ‘Mar en tant qu’ancêtres des clans illmmidn. Sur certaines représentations, l’ancêtre éponyme des Takna est figuré comme le père par extension du saint protecteur d’Asrir. Sur d’autres celui-ci est affilié à l’arbre généalogique du prophète sans que l’on touche à son qualificatif de lamti. Dans les deux cas, M’hammad b. ‘Mar est figuré assis sur un autel domestique qui passe pour le siège du Nul Lamta. Renflement du terroir ou pierre angulaire de l’islam almoravide face aux Almohades, M’hammad b. ‘Mar est connu pour être le père du lignage prestigieux d’Iguldan (les rois) d’Asrir. Ces derniers évoquent le terme « nombril » pour inscrire en creux l’éminence d’Asrir en tant que lieu sacré. Corrélativement, ils font d’Asrir et de Tighmart les chefs-lieux de Nul, symbole de la capitale des Illmmidn. Ils évoquent pour la nommer le ventre féminin, réservoir de la vie qui engendre les valeurs religieuses. On a ainsi toutes les raisons de penser que le Wad Nun et la Sagya al-Hamra enferment en leur sein des générations de groupes almoravides. Ce qui doit être étudié dans ce cas, c’est ce en quoi la pratique almoravide symbolise un système efficace d’auto-défense et de protection politique.

Notes

1 Ibn ‘Idâri, Bayan, 56 ; Anonyme, Hulal, 36-37 ; Ibn Khaldun, HB, II, 72 ; an Nâçiri, Istiqsa, II, 137-138-140.

2 Ibn Khillikan rapporte le cri d’une femme faisant appel à Abu Bakr. Wijayat, VII, 518, texte, 113 ; I’lam, I, 202 ; Ben Ramdhane, Les Monnaies almohades ; Aspects idéologiques et économiques, Univ. Paris VII, 1978, I, 144.

3 Al-Bakrî, Kitâb, 316-318/167-169 ; Ibn ‘Idari est cependant le seul à souligner clairement le caractère spontané et peu rationnel de l’action d’Abu Bakr. Ibn ‘Idâri, Bayan, IV, 19-21.

4 Ibn Khillikan décrit Abu Bakr en ces termes : « homme simpliste, bon, préférant son pays à celui du Maghrib, sobre et sans penchant pour le bien-être », Wifayat, VII, 518 texte arabe 113 ; I’lam, I, 202.

5 Al-Bakrî, Kitâb, 314/165 ; Ibn ‘Idâri, Bayan, 47-49-52-63 ; Ibn Abi Zar’, al-Anîs, 241 ; Anonyme, Hulal, 30 ; an-Nâçiri, Istiqsa, II, 122-126-128-179-180 ; H. Laoust, Traité de Droit d’Ibn Taymiya, 27.

6 À moins que Manda ne soit une déformation de Mazdali, ce qui paraît improbable, aucun des lignages prestigieux des Murabitun ne porte cette appellation.

7 Au Xe/XVIe siècle, les réponses d’al-Maghili aux consultations de l’Askya Muhammad portent aussi sur « l’indécence des filles libres ou esclaves au point qu’il est d’usage, dans la population de Djenné que la jeune fille ne cache rien de sa nudité, aussi longtemps qu’elle est vierge, même si elle est âgée de cinquante ans et est une des femmes les plus belles... C’est là une chose des plus blâmables et des plus abominables, absolument inouï dans les pays musulmans ; que les juifs et les chrétiens eux-mêmes ne toléreraient pas », J. Cuoq, Recueil, 427 et 431.

8 Le dialecte des Touaregs illmmidn conserve des termes « accompagnés d’éléments institutionnels qui les expliquent. » (J. Nicolaisen, 1963 : 79 ; F. Rennel, 1926 : 345-349 ; G. Tillion, s. d.  : 212). Le mariage préférentiel avec la cousine croisée matrilatérale (fille de l’oncle utérin) est encore de rigueur. Nommé par un terme qui désigne la relation « oncle utérin », l’expression tégézé correspond à une relation privilégiée.

9 Menacés par la conquête des Muwwahidun en 548/1153, les Ayt Brahim se réfugient dans la région de la Sagya al-Hamra où ils cohabitent avec des Imssufn nommés Tajakant trois siècles durant. Baydaq, Akhbâr al-Mahdî, 77.

10 Ont-ils renoncé au port des armes ? Tout semble concorder pour l’affirmer. La descendance de Mhammad b. ‘Mar, saint d’Asrir semble avoir fait souche depuis le VIe/XIIe siècle et avoir fondé une royauté locale faisant d’eux des Igldan « Les rois ». Cf. M. Naïmi, « Ahl Bu Shbuk », EM, V, 1727-1728.

11 Asifed signifiant « expulsion » est une pratique carnavalesque d’une indication précise. E. Laoust, Les Feux de joie, 314

12 Des exemples sont cités par V. Monteil dans « Gens et choses du Bani », 399 ; Cl. Justinard, « Notes sur l’histoire du Sous », 74.

13 Sur l’attribution des Ida-u-Ba’qil à Illmmidn, cf. Ma’sul, I, 128-130 ; III, 338-339 ; VIII, 151-156 ; XV, 207-218 ; Manaqib al-Ba’qili, ms.

14 Sur le territoire partagé par Ayt Hmad et Ayt Hirbil à Tamda Ugis (la mare au cheval), on trouve encore quatre sites fortifiés en haut de la falaise d’Amtudi à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Taghajijt. Wad Assif Amtudi est rejoint par la piste d’Aday qui continue vers le village Imuda-n-Id ’Isa où se trouvent les quatre sites. Chacun des quatre igudar (sing, agadir) cumule les traits communs de citadelles fortifiées pour l’autodéfense, le contrôle, le guet et le maintien de l’ordre, ce qui toutefois empêche de les qualifier, c’est que leurs tours carrées assurent également les fonctions de magasins collectifs (greniers citadelles). La tradition locale veut que quarante personnes essentiellement Ayt Hmad et Ayt Hirbil se répartissent en groupes de dix pour assurer la garde permanente de chacun des quatre igudar. Le mode de vie basé essentiellement sur la transhumance fait que seul les récoltes et les cycles saisonniers fixent le calendrier des unités de remplacement. Cette même tradition assure que le plus ancien des igudar est celui que l’on nomme imahdi (al mahdi). Il fait pencher V. Monteil vers l’hypothèse d’un ouvrage almohade. voir « supplément aux "pierres tatouées", du sud-ouest marocain », R. EI, 1948, 109-11. Amtudi figure orthographiée sur la carte 1500 000 du Service géographique du Maroc, feuille Tiznit, avec les coordonnées suivantes : 9°15 I. W. Gr et 29° 10 IN.

15 L’usage déjà ancestral de l’agadir est amplement démontré par Ibn al-Khatib, Al-Ihatâ, I, 86 ; Nafh At-Tib, IV, 462.

16 E. Laoust, Mots et Choses, 3 ; R. Montagne, « Un magasin collectif de l’Anti-Atlas, l’aga in Ikunka », H, IX, 1929, 145-267 ; H. Terrasse, « Les architectures berbères et leur répartition dans le sud marocain », RGM, XXIII, 1er janv. 1939, 83-89 ; J. Despois, « Les greniers fortifiés de l’Afrique du Nord », CT, 1e année, 1e trim, 1953, 38-58 ; Dj. Jacques Meunié, Greniers-Citadelles au Maroc, 1951, 2 ν ; Id., « L’agadir berbère : archaïsme vital, le grenier de tribu au Maroc », CISEA, V, 1961, 99-138.

17 E. Lévi-Provençal, Documents inédits d’histoire almohade, 218-221 ; A. J. Meunié, « Recherches archéologiques à Tasghimount des Mesfioua », H, 3-4, 1951, 381-405 ; J. Meunié et H. Terrasse, « Recherches archéologiques à Marrakech », IHEM, IV, 1952, 11 à 81 ; J. Meunié et Ch. Alain, « La forteresse almoravide de Zagora », H, 3-4, 1956, 305-323.

18 « Nafis de la montagne », Idrissi, Description ; L. Massignon, Le Maroc dans les premières années du XVIe siècle : Tableau géographique d’après Léon l’Africain, 1906, 53 ; Sur Aghmat et Fès, G. Deverdun, Marrakech des origines à 1912, 1959, 43 ; E. Doutté, En tribus, 1914, 11-25 ; Bayan, I, 36 ; Akhbar al-Mahdi, 60-61 ; H. Basset, « Sanctuaires et forteresses almohades », H, VII, 1927, 157.

19 Al-Bakrî, Kitâb ; al-Idrissi, Description ; Ihata ; Al-Murrâkushî, Mu’jib, 74, 114-117 ; Yâqût, Mu’jam ; Ibn Bashkuwwal, Sila, II, 519 ; Discours ; I, 1968, 255 ; Lévi-Provençal, « La fondation de Fès », AIEOFLA, IV, 1938, 23-52 ; G. Deverdun, Marrakech, 110-128 ; R. Le Tourneau, « Yousouf b. Tachfin second fondateur de Fès ? », Mélanges Mohamed El-Fassi, 1967, 77-80.

20 Sur le monnayage des Almoravides, on peut se référer encore aujourd’hui à la bibliographie exhaustive de F. W. Hasard, The Numismatique History of Medieval North Africa, 1952, en particulier 15.

21 La capacité de production du dinar est liée à une alimentation en or moins abondante que ne le pensait R. Mauny dans son Tableau. Il y a sur cette question de quantification des données porteuses de sérieuses hypothèses de travail. Voir J. Devisse, « Commerce et routes », 417-418.

22 Le module varie entre 23 et 27 mm. Aucune disparité ne le caractérise, car le plus grand nombre tourne autour de 25 à 25, 5 mm. Le diamètre maximum est de 27 mm, le minimum de 24mm. Le poids théorique est de 4, 2 g et ne dépasse pas 4, 3 g. Dans la pratique, le poids moyen est de 4, 05 g. Voir R. A. Messier, « Quantitative Analysis of Almoravid Dinars », JESHO, XXIII, parts I6II, fig. 2 et 3, 105-109-114 ; Id., « The Almoravids, West africain Gold and the Gold Currency of the Mediterranean Bassin », JESHO, XVII, Part I, 1-47, en particulier 36-37-38.

23 Al-Bakrî décrit l’élargissement de la circulation monétaire de la manière suivante : « Pour les paiements sur les souks, on se sert de fragments de bijoux brisés, en guise de monnaie d’argent, à cause de la rareté des drachmes frappés (maskuk). Leurs mitqals s’appellent Qizdiri du nom d’Abou-l-Hassan al Qizdiri qui fut leur intendant de la monnaie », Kitâb, 308/162 V. Monteil, Al-Bakrî, 57.

24 C’est Yusuf b. Tashfin, encore sous les ordres de b. Yasin, qui est chargé de conquérir cette région. Outre Taroudant, Igli et quelques forteresses, il s’empare des biens des Rafidites qu’il massacre avec violence. Voir « Tarudante » par Lévi-Provençal dans EI, IV, 715 ; Al-Bakrî qui mentionne le fait (Description, 162/306-307), ne nomme pas b. Tashfin tout comme, Bayan, IV, 15-16.

25 Les mécanismes d’attachement de Taroudant, Tamdult et Igli à la dynamique transsaharienne sont ainsi mal perçus, la croissance de Nul et Aghmat va en s’accroissant tandis que s’essoufflent pour longtemps les autres cités de la région appauvries par les séquelles de la conquête de la frappe de l’argent. HB, II, 70-71 ; J. Devisse, Tegdaoust III, 333-443 ; J. Vernet, Marruecos en la Géografica de Ibn Sa’id al-Maghribi, 6.

26 Le parti pris paraît stimuler une telle situation pour mieux réduire l’autonomie du gouverneur de Nul et marginaliser les populations ayant opposé une farouche résistance à l’occupation des Almoravides. En tant qu’incarnation de la souveraineté politique, l’institut d’émission du dinar contribue fortement à dissuader les éléments dissidents dans la structure administrative. Al-Murrâkushî, Mu’jib, 1982, 203-204 ; R. Messier, « Quantitative », 110-114.

27 Se référant à Muhammad B. Yusuf al Qayrawani, al-Bakrî décrit Aghmat en ces termes  : « une grande abondance règne dans ce pays et tout y est à bon marché... On y tient plusieurs marchés, qui sont très fréquentés  ; dans celui d’Aghmat, qui a lieu chaque dimanche, on vend tout espèce de marchandises et d’effets de ménage. À ce jour on tue et on consomme plus de cent bœufs et mille moutons », Kitâb, 153/292. Ce propos sera amplifié un siècle plus tard par al-Idrissi, Description, 76.

28 Il ressort des dinars du trésor d’Aurillac qu’une frappe au nom de b. Yasin et de son prince Abu Bakr a été faite à Sijilmassa. J. J. Τ Lorente, « Dinars almoravides, ο de tipo almoravide inédito », Cuadernas de Numismatica, III, août 1980, n° 26-27 ; R. Messier assure que « The early Almoravid dianrs were sturck in the name were not nemerous, nor was there any signifiant fluctuation in production. In only four years out of thirty two are there more than five sopéciemens recorded. A1 of the coins struck by abu Bakr were struck in the mint of Sijilmassa. This was indeed the moste logical location to stricke gold coins, since a mint had already previously been in operation there and since it was the primaty gateway through which gold coming from the Suda entered North Africa », « Quantitative », 107. Signalons toutefois que selon Hanna Kassis, certains particuliers possèdent au Maroc des dinars frappés au nom de Yahya b. ‘Umar lui-même, « Observations », 312, note 2.

29 M. Henri Lavoix, Catalogue, 106-216 ; G. Marçais, « Un coin monétaire », 1936, 180-188. La pile et le trousseau qui composent ce coin sont forgés en fer doux indiquant un outillage fait à Nul Lamta. Daté de 509/1115-1116, il porte des caractères gravés en coufique citant ‘Ali b. Yusuf, Amir al Muminin. Le règne de celui-ci a duré 37 ans de 500/1143. Lane Poole, Catalogue, V, 14-15 ; F. Coodera, Tratado de Numismatica arabo-espagnola, 197, Colson, « Notes », 241.

30 Ibn ‘Idâri, Bayan, 61-62 ; J. D. Brethes, Contribution, 124 ; H. Lavoix, Catalogue, n° 514515 ; Hanna. E. Kassis, « Observations », 315, n° 16 ; Trois dinars frappés au nom de cet émir sont datés de 462/1069-466/1073 et 467/1074. Voir également Trésors monétaires, XI, 1987, bibl. génér, 106 par H. Hazard, The Numismatique, 99.

31 Après Sijilmassa et Aghmat, Nul ne se situe avec 77 dinars retrouvés, étalés sur 42 années en troisième position devant Fés et Marrakech. R. Messire, « Quantitative », 105 ; Pour un de ces 77 dinars datés de 527/1132-1133, on relève D : 2, 5 cm ; poids : 4, 06 g, Musée numismatique de la Banque du Maroc, Casablanca, 1309. Biblio : J. D. Bréthès, 1939, 132, n° 917 ; dans De l’Empire romain aux villes impériales 6000 ans d’art du Maroc, Musée du Petit Palais, Paris-Musée, 1990, n° 340 ; M. Henri Lavoix parle de quatre dinars frappés à Nul au nom de ‘Ali b. Yusuf en 510/1116-531/1136-537/1142 sous les numéros 572-573-574-641, dans Catalogue, MDCCXCI ; ces dinars sont analogues à ceux de Hazard, The Numismatique, n° 389 et 414. Pour le dinar n° 573 mentionné ci-dessus, Ariette Nègre nous a confirmé que la date n’est pas lisible. L’héritier amir Sir étant mentionné, il reste à savoir si la date est exacte. Nous ignorons cependant si l’analyse d’une quarantaine de dinars du Cabinet des médailles de Paris (URA-E. Barbon) a donné lieu à une publication ou pas. On notera également que l’un des deux dinars de Nul, dénombrés parmi le trésor islamique d’Aurillac (Trésors monétaires, IX, 1987, Bib. nationale, Pl XVIII-XXI) se contente de porter le nom de l’amir Tashfin b. ‘Ali (537/1143 à 540/1145). Le second porte en plus de ce nom, celui d’Ibrahim avant dernier murabiti ayant gouverné quelques mois.

32 Sa’id, maître de la monnaie d’Algéciras et de Grenade aurait déclaré à ce moment-là que « tous ceux qui apportent du métal destiné à être converti en pièces de monnaie, le fassent en présence de témoins et qu’ils reçoivent leur dû », Mi’yar, X, 116-120.

33 La possession des mines par certains associés autonomes est signalée par une fatwa d’Abu al-Walid Ibn Rushd, dans Mi’yar, VIII, 115 ; -id., IX, 91 ; G. P. Hennequin, « Points de vue sur l’histoire monétaire de l’Égypte musulmane au Moyen Âge », AI, 1972, XII, 1-36 en particulier 10.

34 La distinction est affirmée par Abu Yahya b. Mahu As-Sanhaji qui a séjourné longtemps à Nul Lamta. cf. Jughrafya, 124.

35 Le fait qu’al-Idrissi est le seul à mentionner une telle corésidence semble indiquer le caractère passager de celle-ci. Description, 1968, 67-68.

36 Un sondage archéologique pratiqué sur place prouve amplement le fait. On attribue sur place à Mhammad b. ‘Mar un rôle central dans le règlement des litiges hydrauliques entre Asrir et Tighmart.

37 Il semble toutefois la qualifier de « capitale d’Iguzuln » soulevant de la sorte un problème d’assimilation entre noms Iguzuln, Illmmidn et Igdaln, Jughrafia, 113. Sur Tagawst cf. Ibn Khaldun, HB, II, 280 ; M. Naïmi, « Tagawst », EM, V, 2084-2089.

38 Al-Baydaq transcrit « Ta’gizt », Akhbar al-Mahdi, 77.

39 At-Taditi as-Samkani conclut à ce jugement de valeur à la fin de ses trois ouvrages rédigés à Nul Lamta. Ces manuscrits sont répertoriés sous le n° 1647 à Dar al-Kutub An-Nasiryya, Tamgrout. Voir sur sa bibliographie Bâba Ahmad, Nayl al-Ibtihaj en Marge du Dibaj, Le Caire, 1351, 140-141 ; Abu al-Qasim at-Tajyybi, Rihlat, manuscrit ; Sus al-‘Alima, 43-50-178 ; M. Naïmi, « Asrir », EM, 409-411 ; cf. dans R. Dirasat, Fac. Lettres Ibn Zohr, Agadir, n° 1, 1987, 33.

40 La tradition qui le rapporte est confirmée par les propos d’al-Bakrî, Kitâb, 148/283 ; V. Monteil, Al-Bakrî, 42.

41 Ibn az-Zayyât parle d’Asrir sans nommer Tighmart ou Nul Lamta, Tashawwuf, 410.

42 Des chercheurs spécialisés tels que D. J. Meunié ne manquent pas de tomber dans de telles confusions, Le Maroc saharien, I, 241 263.

43 Voir également Ma’sul, XII, 189 ; Min Khilali, II, 13-16.

44 Ibn az-Zayyât, Tashaunvuf, 443 ; as-Sûsi, Ma’sul, XII, 189 ; Min Khilali, II, 15-16, Mhammad b. ’Mar est contemporain du VIe/XIIe siècle (1106-1207). Al-Hudaygi enregistre les propos d’at-Tadili lui attribuant la pratique de l’arbitrage. Ses interventions courantes dans les affaires les plus importantes sont une référence.

45 R. Montagne, Les Berbères et le Makhzen, 224-225 ; A. Aspinion, Contribution à l’étude du droit coutumier, 1946, en particulier 56-57 ; P. Pascon, Le Haouz, I, 15.

46 En 199/14-15, Abu Mansur ‘Isa b. Abu al-Qasim se transporta à Sijilmasa « et partagea entre diverses tribus les terrains de la ville qu’elles possèdent encore. Les habitants portent toujours le nicab, voile qui leur cache la figure ; et si, par hasard, l’un d’entre eux se montre le visage découvert, ses proches parents, ne le reconnaissent pas », al-Bakrî, Kitâb, 148/283.

47 Al-Hudaygi révèle au XIIe/XVIIIe siècle l’importance du saint patron de Nul, Tabaqat, ms ; as-Sûsi, Ma’sul, XII, 189 ; M. Naïmi, « Ahl Bu shbuk », EM, VI, 1727-1728.

48 Outre le cas de Mhammad b. ‘Mar et de son fils ‘Abd Allah, celui d’Ibn Sliman ar Rfufi est un exemple de plus à la même période aux environs de Bni Mulla. Voir à ce propos Ibn az-Zayyât, at-Tashawwuf, 108-109.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540