Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dynamique des alliances ouest-sahariennes

 | 
Mustapha Naïmi

4. Idéologie des Murabitun et contrôle de l’espace

Texte intégral

Terrains des parcours des Takna.

Genres de vie et production.

1On a trop souvent misé sur la prospérité et la croissance ouest-saharienne pour expliquer les raisons de la naissance du mouvement de b. Yasin. À ce titre et afin de mieux situer la notion de causalité structurale de l’économie transsaharienne, il nous faut examiner la stratégie spatiale du mouvement. L’accent doit être mis sur les effets et sur la logique profonde de l’orientation prise par les prosélytes. On se trouve de nouveau renvoyés au thème majeur de la dichotomie structurelle entre groupes alliés. Toutefois, on connaît maintenant le champ d’investigation dans lequel il faut mener nos recherches pour comprendre comment l’extension politico-militaire a pu correctement se réaliser. C’est là une considération qui a pour objectif l’identification du cadre de ces alliances au Sahara atlantique et Sus au siècle des Almoravides.

Hasard et nécessité

  • 1 Décédé en 630/1233, Kamil, IX, 425 sqq. 618-619. Faut-il penser que Jawhar b. Sikkin est confondu a (...)
  • 2 Al-Bakrî est catégorique sur la fonction de Jawhar en tant que jurisconsulte. Kitâb, 313/165. Il di (...)

2Pour comprendre le pourquoi du détour de Yahya b. Brahim Agdal par Qayrawan où il rencontre Abu ‘Imran al-Fassi, nous devons nous en remettre aux récits que la tradition académique ne cesse d’imposer depuis al-Bakrî. On sait que, en tant que comportement culturel et religieux, ce détour obéit au principe de l’échange et de la communication avec les Iznagn les mieux versés dans le sunnisme malikite. Néanmoins, on ignore si Yahya est parti à La Mecque sans être accompagné d’au moins un faqih membre du clergé igdaln. On est amené à considérer cet aspect de la question tant est important le paradoxe que voici : une autre tradition conservée par ‘Iyyad et Ibn al-Atir1 ne mentionne ni Abu ‘Imran ni Yahya b. Brahim. Ce serait en fait Jawhar b. Sikkin (Sakan/Sakku) qui, sur le chemin du retour, se serait directement adressé à Waggag. À partir de cette ambiguïté une hypothèse se fait jour. Jawhar aurait-il accompagné Yahya b. Brahim ? Serait-il en réalité un chef igdaln comparable à Yahya ? Si tel est le cas, l’ignorance religieuse totale propre aux Igdaln le caractériserait amplement, ce qui infirmerait sa fonction de faqih2. N’avançons donc pas dans cette piste (Murrâkushî, 1977 : 3 : 166-226 ; Ibn Abî Zar’, 1973 : 76 ; Ibn ‘Idârî, 1961 : 4 : 7). D’un autre côté, la transmission du pouvoir à Yahya b. Brahim Agdal, fils de la sœur de Turgut concorde avec la version d’al-Bakrî et Ibn ‘Idârî. Jawhar, faqih de tous les chefs igdaln, non seulement garde sa prééminence de jurisconsulte légitime, mais il finit par chasser b. Yasin.

  • 3 M. Mannouni fait de Kitab Masa’il min Kitab ad-Dala’il une œuvre d’ Abu ‘Imran dans « Madaris Sus a (...)
  • 4 Abu ‘Imran est décédé une année après sa rencontre avec Yahya b. Brahim Agdal en 430/1039. Al-Qirta (...)

3La version d’Ibn ‘Idârî indique que seul Abu ‘Imran al-Fassi a pris l’initiative d’interroger Yahya b. Brahim sur le nom de sa tribu et de son école religieuse. C’est alors seulement que Yahya se met à affirmer que les Iznagn, en particulier les Igdaln, n’ont ni école ni science religieuse (Ibn ‘Idârî, 1963 : 242 ; 4 : 8-9 ; Bakrî, 1965 : 311-312/165 ; Nâçirî : 1956 : 1 : 6). On se trouve de la sorte avec une ultime réfutation de l’action intentionnelle, car c’est à la suite de l’entretien avec Abu ‘Imran que celui-ci admet la nécessité d’introduire le sunnisme malikite. Si donc on ne récuse pas les autres versions, il n’en faut pas moins s’accorder sur la raison pour laquelle Abu ‘Imran implique Waggag b. Zalluw. La somme des versions offertes par les sources affiche la motivation de chacun des deux hommes. À Qayrawan, faire l’inventaire des maîtres penseurs du sunnisme malikite en ce moment revient à privilégier Abu ‘Imran3. C’est le maître par lequel passe le rayonnement de la thèse de Qayrawan et de La Mecque. Al-Anis al-Mutrib est la plus précise des sources sur ce point4. Il indique qu’à Qayrawan, Abu ‘Imran incarne l’option dynamique du sunnisme en action. C’est sur ce point qu’il faut insister et c’est dans cet esprit qu’on considérera les développements survenus.

La logique d’un échec

4Le poids politique réel de Yahya b. Brahim paraît important si l’on en juge par l’accueil réservé à leur hôte par les Igdaln et certains Iwillimmidn. Al-Bakrî, qui ne précise ni le degré de connaissance ni l’appartenance tribale des premiers disciples, diffère d’Ibn ‘Idârî qui énumère le nombre de soixante-dix légistes et jurisconsultes. Version assez vague qu’il faut discuter et préciser lorsqu’on sait que le degré de connaissance religieuse du clergé des Igdaln et de b. Yasin lui-même est sujet à caution. Si les sources insistent sur la fonction du clergé local, quel enseignement tire-t-on de cette situation ? Faisons une première supposition distinguant les chefs politiques des soixante-dix légistes et jurisconsultes. La dichotomie majeure entre les chefs temporels et religieux situe ces derniers hors du cadre de la dominance temporelle. Les textes nous l’assurent avec une extrême clarté. Lorsqu’il essaie de marquer les principaux aspects du rapport entre les deux catégories, Ibn ‘Idârî dévoile une différence politique massive entre les Igdaln et les Iwillimmidn. La tâche s’impose si l’on se souvient que les sources ne nous parlent que de l’homologie qu’ils signalent entre les confédérations des Iznagn. Le passage d’Ibn ‘Idârî se comprend non seulement en raison du prestige que les Igdaln doivent à la tradition, mais aussi du fait de l’association entre statut et pouvoir. La différenciation entre les deux comporte une nuance de supériorité et entraîne une différence de statut et une hiérarchie militaire. Telle qu’elle est décrite et analysée, cette différence valorise les Igdaln, les avantage par rapport aux Iwillimmidn et laisse à part les Imssufn dont la particularité ressort amplement du silence des sources. Les Imssufn se contentent de contrôler de l’axe Tindouf-la boucle du Niger excentrique par rapport à l’axe côtier. Par rapport aux Iwillimmidn, les Igdaln subordonnent leur pouvoir politique à la dimension mythique de la bénédiction qui exerce, nous l’avons souligné, des pouvoirs de la puissance divine. On trouve donc cette différence massive entre statut et pouvoir que la considération de la hiérarchie en général paraissait réclamer.

5Après avoir saisi les principes mobilisateurs des Igdaln, revenons à leur rapport avec b. Yasin. Pour eux, l’entreprise de l’imam est dans l’ensemble louable tant qu’elle favorise l’élan mobilisateur des Igdaln face aux autres. Si à l’expérience sont apparus ses inconvénients et ses limites, elle a au moins le mérite d’expliquer la solidarité et les contrastes entre les chefs igdaln et le premier d’entre eux Yahya b. Brahim Agdal. Ce fait est essentiel en ce sens que c’est seulement une fois cette expérience accomplie que pouvait se manifester la hiérarchie à l’état pur. Le couple imam-amir se retrouve dans le tableau brossé par les sources en tant que structuration d’un projet plutôt marginal. Même contraste, même hiérarchie entre les chefs igdaln et le clergé traditionnel. Il s’agit de renforcer et d’obtenir à travers la solidarité le renforcement de leur position statutaire. Pour mettre en évidence les avantages d’une supériorité numérique certaine, les lignages prestigieux n’ont aidé le réformateur dans son projet théocratique que pour renforcer la hiérarchie tribale et marquer les principaux rapports avec les autres groupes voisins. On se trouve de la sorte, en présence d’une consolidation des valeurs qui affirme les chefs igdaln et Jawhar b. Sikkin à la tête du clergé. La sauvegarde du statut politique des lignages prestigieux les amène à adopter une attitude circonspecte à l’égard de l’intransigeant Yahya b. Brahim Agdal, qu’ils n’hésitent pas à désavouer. Les Igdaln offrent l’avantage de présenter un modèle limitatif qui ne cadre pas avec la prolifération des groupes concurrents. Ils incarnent du reste la différence très nette entre le projet impérial de b. Yasin et les catégories mêlées, plus ou moins hiérarchisées qu’il tente d’incorporer. Ne l’ayant compris qu’une fois marginalisé, Yahya b. Brahim Agdal aurait suggéré à b. Yasin de se retirer sur une île (Ibn Abî Zar’, 1973 ; 124, Ibn Khaldun, 1968a : 2 : 67 ; an-Nâçirî, 1956 : 1 : 100 ; as-Sûsi, 1960 : 11 : 44). Nous concluons que hiérarchie et dominance des lignages prestigieux sont omniprésentes et que la relation au pouvoir demeure plus que jamais fondamentale.

  • 5 Al-Bakrî ne manque pas de décrire le culte des thaumaturges, Kitâb, 199-201/101-102.

6Il est bien entendu possible de récuser l’ensemble de cette interprétation. Cependant, elle a le mérite d’expliciter la succession des chefs au pouvoir confédéral ainsi que les phases alternées par lesquelles est passé le projet théocratique. Venons-en à la méthode d’approche du réformateur, car si comme E. Westermarch le pense, la magie peut être une composante de taille dans sa pratique mobilisatrice (Ibn Abî Zar’, 1973 : 124), elle dénote l’adoption d’une norme. Une littérature abondante traite encore de cette pratique telle que les sources hagiographiques la décrivent vécue selon un système de valeurs ésotériques. L’exercice de la magie, de l’assassinat et de la mobilisation des groupes marque des pôles extrêmes d’une gamme de cas identiques. L’absence de sources sahariennes antérieures au Xe/XVIe siècle ne place pas les Iznagn à l’abri d’analyses approfondies5. Le caractère semi-divin de b. Yasin, entretenu longtemps après sa mort, n’est pas une notion abstraite, mais bien une valeur qui correspond à une réalité agissante. Le statut narratif des sources hagiographiques est de ce fait un enjeu direct de la connaissance historique. Il permet d’interroger la perception des lois agissantes sur la société telles que le réformateur peut les concevoir. Si donc on accepte ce principe d’explication et si l’on admet que b. Yasin a voulu substituer les Iwillimmidn aux Igdaln, il faut compléter notre analyse en observant qu’une corrélation entre alliances politiques, catégories de puissance surnaturelle, assassinats et ruses politiques débouche sur l’élaboration d’un système neuf et une refonte de mythe.

L’espace en tant que lieu d’action de l’État théocratique

  • 6 « Cité caravaniére des plus réputées jusqu’au Moyen Âge. Toutefois aucun vestige archéologique au v (...)
  • 7 « Il leur ordonna de bâtir une ville qui fut nommée Artenenna et leur prescrivit de n’y point const (...)

7Si l’on se place du point de vue de b. Yasin, on relèvera qu’il ordonne comme ’Uqba b. Nafi’, la construction d’une ville, Artannana6. Exiger que les maisons soient de la même hauteur7 est une décision intimement liée à une certaine perception du modèle. On ne peut penser que le fondateur d’Artannana la conçoit exclusivement en fonction de sa volonté de réformer sans tenir compte de l’ensemble des fonctions symboliques qu’elle peut remplir. Pour lui, partir de l’espace en tant que lieu d’action de l’État théocratique, c’est s’appuyer sur l’action guerrière génératrice de valeurs du jihad. Il importe surtout de considérer la subordination de l’espace aux modalités de l’idéologie prosélyte. On se trouve de la sorte avec une interprétation où toute l’historiographie est déterminée par le style de présentation prosélyte.

  • 8 « Il paraît qu’ils avaient remarqué quelques contradictions dans les jugements qu’il prononçait », (...)

8Dans ce sens, relevons que les sources arabes et tout particulièrement al-Bakrî, ‘Iyyad et Ibn ‘Idari ne permettent pas d’approfondir le sillon creusé entre b. Yasin et les chefs igdaln8. Ils nous renseignent sur l’enchaînement des faits mais non sur la manière dont ils se sont produits et réalisés. Sur les conséquences de l’action mobilisatrice qui suppose une totale obéissance, ils sont cependant du même avis. La discordance s’annonce dès l’éclatement du conflit entre l’imam et son émir d’un côté, et les notables et les fuqaha avec à leur tête Jawhar b. Sikkin de l’autre. Il ne s’agit pas d’un trait négligeable puisqu’il s’agit de marginaliser les adeptes de b. Yasin avec à leur tête Yahya b. Brahim Agdal. À l’issue du conflit, la totalité des Igdaln est passée dans le camp opposé au réformateur. Mais sur les épisodes qui mènent à ce changement nous ne disposons d’aucun renseignement. Que s’est-il réellement passé ?

  • 9 « Yahya emmena cet homme dans son pays, bientôt soixante-dix personnes se réunirent avec l’intentio (...)
  • 10 « Les nouveaux prosélytes marchèrent contre la tribu de Lemtouna, la bloquèrent dans une de ses mon (...)

9Les sources ne précisent pas la durée qui permit à b. Yasin de mobiliser les Igdaln contre les Iwillimmidn9. Ce laps de temps concerne l’action religieuse et la réforme des pratiques guerrières10. Nous devons nous pencher un instant sur cette question, car c’est l’une des principales difficultés qui voile le rapport entre les chefs igdaln et le réformateur. Peut-on attribuer la véritable percée militaire des Igdaln dans la montagne des Iwillimmidn à la contribution de b. Yasin ? Comme ‘Iyyad, al-Bakrî demeure vague et peu précis et diffère d’Ibn ‘Idârî pour qui un rapport d’obéissance lie les Igdaln au réformateur. Il reste néanmoins qu’Ibn ‘Idârî n’accorde aucune valeur proprement guerrière à l’action du réformateur, animé semble-t-il, par un mobile politico-religieux. On sait que l’action des prosélytes combine islamisation et pratique guerrière. Rien en fait dans le récit ne permet de séparer les rôles religieux et militaire du chef.

  • 11 « Ce parti religieux, voyant sa puissance augmenter de jour en jour », Kitâb, 313/165.

10Si l’on suit de près al-Bakrî, c’est de cette période d’alliance qu’est sortie la puissance des Igdaln11. Ils deviennent avec le long séjour de b. Yasin une puissance locale armée d’une expérience et d’une conviction. Al-Bakrî évoque la transformation des Igdaln en lieu de toutes les alliances iznagn acquises à la cause de b. Yasin. Ce n’est que par la pluralité des tendances que le choix des Igdaln conduit à modifier leur position. Mais à suivre Ibn ‘Idârî, on se fait une idée des principales attitudes qui ont eu cours, et on peut donner ici un aperçu. Le plus important est qu’en aucun cas le passage des Igdaln à l’islam malikite ne constitue une négation de leur système de valeur ou de leur volonté de puissance. Le culte de la personnalité de b. Yasin et son rigorisme puritain favorisent à la fois l’esprit de corps igdaln, leur efficacité militaire et leur adoption du sunnisme (1963 : 4 : 8-9). On peut par conséquent placer l’alliance des Igdaln/b. Yasin sous le signe d’une reformulation de la hiérarchie confédérale.

  • 12 « Ce parti religieux... prit pour chef Yahya Ibn Omar ibn telaggagin. Quant à Abd Allah Ibn Yasin, (...)
  • 13 « Ibn Yasin quitta secrètement le pays des tribus sanhadjiennes, et alla trouver Ouaggag ibn zellou (...)

11Corrélativement, al-Bakrî, tout comme Ibn ‘Idârî évoque le ventre féminin, réservoir d’alliance pour le pouvoir. Le fait marquant assurent-ils est que la désignation de Yahya b. ’Umar en remplacement de Yahya b. Brahim ne peut être le fait de b. Yasin. Cette désignation n’est que la conséquence de la transmission du pouvoir par voie utérine, Yahya b. ’Umar étant le fils de la sœur de Yahya b. Brahim Agdal12. La reproduction des structures de pouvoir, dûment ancestrales, dévoile ainsi les limites de l’action du réformateur. Il y a par ailleurs un aspect non moins significatif. La prononciation du verdict contre b. Yasin par Jawhar b. Sikkin accompagné d’Ayar et d’Intaggu, est la conséquence d’une exigence hiérarchique13.

Figuration du modèle Waggag

12Il importe, pour confirmer la nécessité pour b. Yasin de maîtriser un réseau autonome, de rappeler la priorité de sa seconde expérience. Il s’agit de constituer un groupe autonome conçu comme une hiérarchie de disciples. Cette nouvelle perspective nécessite une longue gestation et un espace autonome (Ibn Abî Zar’ : 1973 : 124-125). En lui-même, le choix du site de l’île Tidra renvoie à l’importance de l’axe côtier Nul-Awlil Takrur. C’est l’axe où la concurrence entre cités introduit la violence en tant que loi régissant la prospérité et la ruine des entreprises (Ya’qûbî, 1962 : 226 ; Ibn Hawqal, 1979 : 99 ; J. Devisse, 1970 : 134-150-151). En aucun cas le réformateur ne peut ignorer que ce qui présente un intérêt particulier, c’est d’abord le contrôle de l’espace et l’autonomie de décision. Telle est la condition préalable pour constituer un noyau de mobilisation structuré. Les catégories économiques de l’axe côtier peuvent dès lors être détournées petit à petit au profit du projet théocratique. Quelle stratégie d’infiltration autonomise concrètement l’action du réformateur vis-à-vis des structures des chefs temporels ?

13Pour opérer en toute tranquillité, la lettre de Waggag aux notables igdaln offre au réformateur les conditions d’une percée essentielle. Même si son retour, puis sa retraite sur la côte peuvent être assimilés à une hijra, une des idées qui illustrent la place et le poids déterminant de Waggag est précisément le qualificatif almoravide (Murabitun). Il ne faut pas se méprendre sur la portée de cette appellation surtout après la victoire des Iwillimmidn qui leur a coûté la perte de la moitié de leurs moines guerriers. Usant d’un symbole, le réformateur semble s’infléchir dans une direction élogieuse à l’égard de son maître Waggag. Il cherche à justifier son action par le dévouement au ribat d’Aglu (M. Mannouni, 1977 : 40 ; as-Sûsi, Madâris). Même en vivant sur un environnement naturel de halliers et sans rien construire (Ibn Khaldun, 1968a : 1 : 238 ; Ibn Abî Zar’, 973 : 125), b. Yasin assure l’extension au Sahara des symboles anti-atlassiques. Désor mais l’a priori idéologique mobilisateur exige que les disciples demeurent fidèles aux normes héritées de Waggag.

La naissance d’une utopie

14L’enquête ainsi définie enrichit notre connaissance du lien organique existant entre le ribat d’Aglu et celui de Tidra. Acquis à l’idée de murabata, b. Yasin partage désormais avec son maître de Malkus la même conviction. L’entreprise commune soumise aux exigences réciproques est illustrée par l’excellence de la manœuvre. Si l’on s’interroge sur la façon dont le réformateur s’y est pris pour réintégrer une partie des Igdaln parmi la communauté de ses disciples, on s’aperçoit que la ruse tient une place importante dans sa stratégie. Les faits nous obligent, au terme de l’enquête à dire que la ruse, qui doit beaucoup à l’expérience, conduit b. Yasin à relativiser son discours tant que l’extermination des ennemis n’est pas achevée (Ibn ‘Idârî, 1963 : 4 : 9 ; 1961 : 47 ; al-Bakrî, 1965 : 312-313/165). S’il est bien exact que les Igdaln se présentent comme les principaux obstacles devant le projet, b. Yasin nous est donné par les sources comme un fin politicien doublé d’un rusé. On peut faire observer qu’en incorporant certains Igdaln, il ne supprime pas tous ses ennemis et conserve une place à la politique de récupération. Sa détermination n’en est pas décisive, car il impose un principe de mobilisation doublé d’une logique de purification. Ceux parmi les Iwillimmidn qui perdent la moitié de leur effectif, lors de la première conquête de la montagne, ne s’attribuent les quatre cinquièmes du butin qu’après avoir livré au chef le cinquième (Ibn ‘Idârî, 1963 : 4 : 12 ; 1961 : 48). Cette mesure de purification des biens conquis va subsister et devenir une règle de base. Pour b. Yasin, le sacrifice se mesure au choc de confrontation et à la perte des Almoravides. Ceux-ci doivent s’imposer comme un corps doué d’une aptitude particulière pour le fonctionnement militaire.

  • 14 Seul Ibn Zar’ relate les faits, Anis, 126 ; Ibn as-Sammak dans J. Cuoq, Recueil, 89-92, 105 sqq.
  • 15 ‘Iyyad confond sur ce plan Yahya avec son frère Abu Bakr, Madarik, IV, 82 ; voir cependant al-Bakrî (...)

15L’ampleur de la première attaque contre les Igdaln en 432/1042 se manifeste par le désarroi qu’elle jette dans leurs rangs plus que jamais contraints à se mobiliser14. Il en découle que l’alliance Igdaln-Iwillimmidn est rompue. C’est en tout cas ce qui ressort de la reconduite de Yahya b. ’Umar devenu symbole de dévouement et d’obéissance au réformateur15. Les faits relatés indiquent qu’en aucun cas il ne s’agit de défendre les identités respectives en tant qu’essence du système iznagn. Pour infirmer ce propos, on invoque immanquablement la courte soumission des Igdaln à la nouvelle orientation de b. Yasin. Toutefois, il ne s’agit là que d’une situation conjoncturelle sans effet réel sur le système des valeurs igdaln. Il ne s’agit pas de rupture avec leur système d’avant. La permanence des structures du pouvoir ressort de la correspondance entre le récit et ce qui est réellement arrivé. Le culte de la personnalité de b. Yasin impose, à l’encontre de la logique sous-jacente des chefs, le primat de la violence. Le conflit déclenché dévoile sa volonté d’abolition de toute autonomie confédérale. On peut alors replacer la résistance igdaln dans le cadre de la résistance à la dépersonnalisation. Par contrecoup, l’attitude violemment négative de l’imam prend une signification aiguë. Le génocide de groupes entiers montre combien l’imam affiche son réel conflit avec les structures et les revendications de l’ordre social igdaln. La structure d’alliance entre Iwillimmidnb. Yasin n’est que le résultat d’une substitution ayant produit le fondement élémentaire du mouvement almoravide. C’est dans cette perspective que la notion de secte, chère à al-Bakrî, peut prendre tout son sens et que l’action des Iwillimmidn peut différer entièrement de celle des Igdaln. Associés au critère religieux, les Iwillimmidn ouvrent à leur meneur une voie ascendante soulignant l’originalité de son entreprise. Parti dans un premier temps de l’île excentrique, b. Yasin se contente de vaincre les Igdaln sans les dompter. Grâce à la mobilisation des Iwillimmidn c’est surtout l’espace des petites entités autonomes qu’il s’approprie au moyen d’une forte répression. Le statut des Iwillimmidn place ainsi le problème des alliances politiques au premier plan de la théorie du pouvoir des confédérations. La nouvelle dimension de la confédération iwillimmidn métamorphosée va-t-elle déboucher sur l’identification du pouvoir almoravide à celui des Iwillimmidn ? Faut-il conclure dans ce cas précis à l’identité des deux pouvoirs confédéral et théocratique ? La réponse à ces deux questions importantes permet d’insister sur les contrastes qui vont accentuer la séparation, spécialement entre la phase constitutive et celle qui la suit. Dans ce cas, la montée des Iwillimmidn et de leur meneur vers le Wad Nun constitue un repère déterminant. Il faut accorder toute leur importance aux conditions de démarrage de la seconde phase.

Désenchantement le long de l’axe côtier

  • 16 « Ibn Yacin appela les Almoravides à une seconde expédition contre les Zenata ; mais ils refusèrent (...)
  • 17 Sur la nature du conflit avec Igdaln. cf. Ibn Abî Zar’, AI-Ants, 121 ; Ibn al-Khatib, A’mal, 226 ; (...)
  • 18 Ibn ‘Idârî, Al-Bayan, 47 ; Bayan, III, 243 ; -IV, 13 ; al-Bakrî de son côté se limite au constat su (...)

16Selon Ibn ‘Idârî, le refus des Igdaln de combattre les Imghrawn (Maghrawa) de Sijilmassa sous l’égide de b. Yasin, s’explique par la solidité de leurs idéaux. Al-Bakrî16 explique les violents combats par la volonté de conserver l’ordre hiérarchique. Ce comportement ne paraît pas anticiper la réalité des rapports de force puisqu’il se base sur des arguments qui limitent le pouvoir des Almoravides17. Pour cette raison, l’hégémonie annoncée des Iwillimmidn traduit la désintégration de leur espace d’élection. Elle oriente leurs forces militaires en direction du milieu villageois préssaharien. La rupture des alliances tribales sur l’ordre de l’imam est en soi une évolution d’une grande ampleur (az-Zuhri, 1968 : 77 ; Sadok, 341 ; J. Devisse, 1970 : 111). Avec une audace particulière, b. Yasin se décide en 446/1054 à lancer les Iwillimmidn vers le nord de l’Anti-Atlas : « Vous avez conquis ce qui se trouvait devant vous, vous conquerrez ce qui est derrière vous18 » L’objet est ainsi délimité introduisant la rupture brutale des alliances habituelles comme un phénomène nouveau. En effet, cette prise de conscience des chefs à l’intérieur d’un système social ne naît jamais ex nihilo. L’argumentation de b. Yasin produit une forte détermination et met en perspective les changements de noms de clans almoravides. Ibn ‘Idârî est en ce sens nettement plus enrichissant qu’al-Bakrî, ‘Iyyad et Ibn Abî Zar’. Il est le seul à faire remarquer que le ternie murabitun (Almoravides) se réfère au champ de la mobilisation sacrée (jihad).

  • 19 Al-Bakrî, Kitâb, 93/177190200 ; Az-Zuhri, Jughrafia, 303-304 ; HB, II, 71-73-78 ; Anonyme, Istibsar (...)

17Le même auteur nous informe que les premiers émissaires de b. Yasin auprès des Illmmidn (Lamta) du Wad Nun sont tout bonnement tués. L’attaque des Iwillimmidn établit la distinction entre, d’une part, des sociétés acéphales soumises aux razzias, ne partageant pas l’idéal religieux et, d’autre part, les Iwillimmidn armés d’une idéologie nouvelle et mobilisés par l’imam. Le statut d’Almoravides s’inscrit désormais en tant que référence privilégiant la marque distinctive des branches iwillimmidn fondatrices du noyau de mobilisation. Les Illmmidn consentent alors à payer le tiers de leurs biens « afin de rendre légitime les deux tiers qui restent » (Bakrî, 314/167). La rentrée des Iwillimmidn se fait avec des chameliers et des fantassins sans avoir à assiéger Nul Lamta. Les chevaux sont absents d’une armée qui ne possède pas encore de machines de guerre ou de corps spécialisés dans le maniement des mangonneaux et autres balustres. (Ibn ‘Idârî, 1963 : 4 : 13) C’est en fait un élément important qui fragmente les grands ensembles en unités plus restreintes. Malgré cela, l’idéologie établit une nette distinction où les Illmmidn ne sont admis qu’en tant que partisans ahsham (Bakrî, 1965 : 314/167 ; Ibn Khaldun, 1968a : 2 : 69-70 ; 3 : 258). L’exigence hiérarchique est si contraignante qu’elle va accentuer la différence entre les Illmmidn et les Iwillimmidn. On ne s’étonnera pas d’apprendre que dans le Wad Nun où les deux entités sont réunies un siècle plus tard, al-Idrissi les distingue nettement. L’emplacement des Iwillimmidn sur des positions fortifiées en haut des passages stratégiques19 confirme une nette distinction entre ceux d’en haut et ceux d’en bas. Les thèmes et les symboles anciens conservent la transposition du plan superposé. Les images qui s’associent dans la tradition orale au contrôle des hauteurs sont rattachées à l’intrusion, à l’étrangeté et aux rapports conflictuels permanents. La permanence des positions fortifiées n’est pas d’ordre seulement spatiale. Elle est indissociable des Iwillimmidn et du thème de sécurité qui les fixe progressivement.

La dynamique marchande des espaces stratégiques

18La destruction de Tamdult et plus tard d’Igli par b. Yasin est significative de la diversité des situations conflictuelles. Elle est envisagée afin de faire disparaître les différences. La détermination de b. Yasin et de ses officiers se heurte sur cette rive saharienne à l’espace villageois en tant que lieu où se confirment les différences. On se trouve à la limite d’un islam pour qui la coupure entre villageois et leurs antécédents constitue une double détermination. La destruction des groupes villageois correspond à une contrainte extra-économique destinée à les soumettre sans se soucier réellement de leur asphyxie. Le jihad préside seul à l’action des prosélytes, l’épopée de b. Yasin ne sera pourvue d’une politique économique qu’avec b. Tashfin. Le projet théocratique des premiers officiers est de « propager la vérité, réprimer l’injustice, abolir les impôts illégaux » (al-Bakrî, 1965 : 311/165 ; Ibn ‘Idârî, 1961 : 4 : 11). L’accueil réservé par les villageois au projet théocratique fait preuve d’opposition aux irrégularités et à la volonté destructrice des groupes (J. Devisse, 1972 : 420). L’idéologie de purification des biens est un système de représentation qui implique la destruction des cités mères et la soumission villageoise. Sans vouloir rationaliser à outrance la logique du modèle purificateur, constatons que les principes de contrôle des groupes villageois passent par la rupture des relations les plus vastes et par le déclenchement de nouvelles alliances. Il nous reste à expliquer en quoi les proches des Almoravides reçoivent leur lot dans la répartition des honneurs. Pour prendre une vue précise de la manière dont le principe hiérarchique s’exprime dans le système politique des Illmmidn du Wad Nun, analysons les rapports avec les nouveaux chefs. L’analogie est frappante avec les mythes d’autochtonie où les ancêtres des Takna jaillissent comme des adultes formés à la guerre.

Notes

1 Décédé en 630/1233, Kamil, IX, 425 sqq. 618-619. Faut-il penser que Jawhar b. Sikkin est confondu avec Zabarqa al-Qayrawani d’Awdaghust tué par les Murabitun en 1054. Cf. H. Basset, Essai, 282 dans H. T. Norris, Saharan, 103.

2 Al-Bakrî est catégorique sur la fonction de Jawhar en tant que jurisconsulte. Kitâb, 313/165. Il diffère en cela de ‘Iyyad qui se contente de le qualifier d’Igdaln, Tartîb al-Madarik, 81. De son côté Ibn ‘Idari appuie la position ambiguë de ‘Iyyad. Les sources antérieures ne permettent pas non plus d’avancer. Nukhbat, 172 ; Ibn al-Atir, Kamil, IX, 425 sqq.

3 M. Mannouni fait de Kitab Masa’il min Kitab ad-Dala’il une œuvre d’ Abu ‘Imran dans « Madaris Sus al-’Atiqa », 37.

4 Abu ‘Imran est décédé une année après sa rencontre avec Yahya b. Brahim Agdal en 430/1039. Al-Qirtas qui se trompe sur cette date est suivi sur cette question par Dawud ’Ali al-Qarni, Manaqib, cf. al-Ma’sul, XI, 33. Cf. H. R. Iris, « deux maîtres », 54 J. Cuoq, Recueil, 365 ; Ν. Levtzion et J. F. Hopkins, Corpus, 311.

5 Al-Bakrî ne manque pas de décrire le culte des thaumaturges, Kitâb, 199-201/101-102.

6 « Cité caravaniére des plus réputées jusqu’au Moyen Âge. Toutefois aucun vestige archéologique au voisinage d’Aratane n’a encore permis de l’identifier à Aretenna », Les Cités anciennes de Mauritanie, 71 ; De son côté Mukhtrar w. Hamidun fournit quelques équivalents linguistiques du mot à H. T. Norris dans Saharan, 119 n° f où il est précisé que la forme plurielle I’razi dont le féminin est Ti’ras et le diminutif Agwraz. Précisons qu’un autre texte de Tombouctou semble identifier aratanna à Azugi b. Yasin et Abu Bakr sont confondus avec al imam al-Hadrami, H. Τ Norris, Saharan, 120. Sur la conception islamique de la construction des villes, cf. Ibn Khaldun, Muqaddima, dans Congrès sur Ibn Khaldun, 179.

7 « Il leur ordonna de bâtir une ville qui fut nommée Artenenna et leur prescrivit de n’y point construire de maisons dont les unes dépasseraient les autres en hauteur », al-Bakrî, Kitâb, 313/165. Pour prouver l’existence d’une architecture à plus d’un étage et d’un commerce à longue distance dès le Ier millénaire de l’ère chrétienne cf. « Djenné (Jeno, cité bimillénaire) », dans Le Courrier de l’Unesco, Paris, XXXVII, n° 5, 1984.

8 « Il paraît qu’ils avaient remarqué quelques contradictions dans les jugements qu’il prononçait », al-Bakrî, Kitâb, 313/165. Pour ‘Iyyad, la réaction d’Igdaln face à b. Yasin est provoquée par la grande rigueur des règles de conduite morale et religieuse, Madarik, 81. Il sera suivi en cela par Anis, 124 ; Ma’sul, XI, 47.

9 « Yahya emmena cet homme dans son pays, bientôt soixante-dix personnes se réunirent avec l’intention d’étudier sous ce maître et de lui témoigner une parfaite obéissance. Quelque temps après, les nouveaux prosélytes marchèrent contre la tribu Lemtouna », Kitâb, 312/165 ; Ibn ‘Idari précise que l’obéissance des fuqaha disciples de b. Yasin a duré longtemps et qu’un grand nombre s’est réuni autour de lui. Ibn ‘Idâti, al-Bayan, IV, 8 ; Voir également Hulal, 28-29 ; Ibn Abi Zar’, Anis, 231-235.

10 « Les nouveaux prosélytes marchèrent contre la tribu de Lemtouna, la bloquèrent dans une de ses montagnes, et, l’ayant mise en pleine déroute, ils retinrent en butin tous les troupeaux qu’ils étaient parvenus à lui enlever », al-Bakrî, Kitâb, 312-313/165. Ibn ‘Idârî est bien plus explicite en précisant que la victoire d’Igdaln débouche sur l’intégration d’Iwillimmidn dans le corps des Almoravides qui razzient toutes les tribus du Sahara d’où le développement de la puissance Igdaln jusqu’à la mort de Yahya b. Brahim Agdal, al-Bayan, IV, 8.

11 « Ce parti religieux, voyant sa puissance augmenter de jour en jour », Kitâb, 313/165.

12 « Ce parti religieux... prit pour chef Yahya Ibn Omar ibn telaggagin. Quant à Abd Allah Ibn Yasin, il demeure parmi eux », Kitâb, 313/166.

13 « Ibn Yasin quitta secrètement le pays des tribus sanhadjiennes, et alla trouver Ouaggag ibn zellou—celui-ci adressa de vifs reproches aux Sanhadja à cause de leur conduite envers ibn Yasin », Kitâb, 313/165.

14 Seul Ibn Zar’ relate les faits, Anis, 126 ; Ibn as-Sammak dans J. Cuoq, Recueil, 89-92, 105 sqq.

15 ‘Iyyad confond sur ce plan Yahya avec son frère Abu Bakr, Madarik, IV, 82 ; voir cependant al-Bakrî, Kitâb, 315/166 ; Ibn ‘Idârî, Al Bayan, 47-48 ; Βayan, IV, 11 ; Ibn Abî Zar’, Anis, 127 ; Ibn Khaldun, HB, II, 64-67 ; an-Nâçiri, Istiqsa, II, 111-115.

16 « Ibn Yacin appela les Almoravides à une seconde expédition contre les Zenata ; mais ils refusèrent d’obéir, et les beni djoddala, étant entrés en révolte ouverte, se retirèrent vers le littoral de la mer », Description, 315-316/ 166.

17 Sur la nature du conflit avec Igdaln. cf. Ibn Abî Zar’, AI-Ants, 121 ; Ibn al-Khatib, A’mal, 226 ; al-Qalqashandi, Subh al-A’sha, 189 ; an-Nâçiri, al-Istiqsa, I, 5.

18 Ibn ‘Idârî, Al-Bayan, 47 ; Bayan, III, 243 ; -IV, 13 ; al-Bakrî de son côté se limite au constat suivant : « Plus tard, tous ces néophytes marchèrent contre les Lemta, et, mirent en application la loi qu’Ibn Yasin leur avait enseignée au sujet des propriétés dont l’origine était suspecte, ils exigèrent de cette tribu le tiers de ses biens, afin de rendre légitime la jouissance des deux autres tiers. Les Lemta, ayant consenti à cette demande, furent admis dans la confédération », Kitâb, 314/167.

19 Al-Bakrî, Kitâb, 93/177190200 ; Az-Zuhri, Jughrafia, 303-304 ; HB, II, 71-73-78 ; Anonyme, Istibsar, 111114-208-210 ; H. Basset, « Sanctuaires », H, VII, 1927, 160.

Table des illustrations

Légende Terrains des parcours des Takna.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7003/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Genres de vie et production.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7003/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable