Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dynamique des alliances ouest-sahariennes

 | 
Mustapha Naïmi

1. Les Hratin : monopole des biens, corésidence et impureté généalogique

Texte intégral

Carte des routes au VIe/XIe siècle.

1Les Hratin, si ignorés soient-ils, ont un dénominateur commun : le monopole du savoir-faire professionnel, de la gestion des ressources hydrauliques et de la production marchande. Or, nul ne conteste, si ce n’est dans ses exagérations, l’apport important de la production marchande, de la commercialisation et du monopole des biens dans la définition des formations spatiales. Pour guider nos propos, nous avons choisi de nous appuyer sur l’anthroponymie. Afin d’analyser l’apport des Hratin en ces domaines dans le nord-ouest saharien, cette discipline peut rendre compte de la formation des catégories sociales protohistoriques. Comment à partir des groupes claniques de la protohistoire assiste-ton à l’apparition des deux notions de spécialisation et d’accumulation des biens ? Dans la mesure où il faut analyser le lien entre savoir-faire et monopole des biens, nous mettrons l’accent sur la concordance qu’il y a entre la signification des anthroponymes et les catégories locales. Nous essaierons de vérifier l’idée que la stratégie d’accumulation des biens joue surtout sur la mobilisation des richesses et par conséquent sur le contrôle de l’espace. On comprendra mieux encore que les modes d’action économique mettent en perspective des relations entre la circulation des biens et la production des premières unités monétaires. L’analyse de la production monétaire permet de se faire une idée précise sur l’espace en tant que lieu d’une autonomie de décision. La question monétaire apparaît donc privilégiant en premier lieu le concept d’espace marchand et de politique autonome. Afin de clarifier cette approche, un effort théorique nécessite un ensemble de conceptions d’économie et d’anthropologie. La fonction de la monnaie n’est manifestation de sociabilité que dans la mesure où elle traduit la cohérence des relations politiques, économiques et sociales. Aussi est-ce en fonction d’une telle préoccupation méthodologique que l’apport fondamental de la monnaie est étudié ici. Il convient de souligner que cette ébauche tentera d’analyser la différenciation, la diffusion et l’intégration spatiale employées tant conjointement que séparément. Cette tentative de définition de l’espace permettra de déboucher sur une problématique introductive des groupes éthiopiens à la base des premières formations économiques et sociales. Pour entamer notre illustration, commençons d’abord par la description de l’espace étudié.

2Deux visions opposées sur le nord-ouest saharien renvoient aux images contrastées d’un espace proprement saharien et d’un autre préssaharien à la limite du désert. Le pays Takna, qui incarne le nord de l’axe côtier, se compose de Wad Nun, du Bani (partie semi-sédentaire) et de la Sagya al-Hamra (partie nomade). Sa particularité est de séparer deux régions opposées où les conditions de la circulation servent à préciser les liens qui unissent et modifient les rapports sociaux et politiques. Cette précision s’impose d’abord parce que, pour toute science étudiant les activités humaines au long de l’axe côtier, l’espace de communication et de commercialisation des biens que les Takna contrôlent acquiert une dimension importante. Ensuite, parce que l’espace ne peut être saisi que dans sa monofonctionnalité qui relie entre elles les différentes composantes structurelles et historiques. Il a fallu, en effet, beaucoup de temps au pays Takna pour devenir un espace de production, de circulation et de transit des marchandises. C’est avec beaucoup de précaution qu’il faut employer un concept aussi général que celui d’espace de production et de circulation. Les critiques que l’on peut faire à cette notion ne peuvent empêcher qu’elle soit en fait commode et même irremplaçable.

Espace et potentialités agro-pastorales et artisanales

  • 1 L’histoire locale rattache le passé lointain de cette localité au temps préhistorique des Éthiopien (...)
  • 2 À une vingtaine de kilomètres de Taghajijt, Amtudi offre aujourd’hui encore, l’exemple type des mag (...)

3Le nord-est saharien est tiraillé entre deux modes irréductibles : la production des biens et l’échange. Les conditions d’équilibre du système productif et commercial en place semblent logiquement s’expliquer a priori non pas par la baisse du potentiel biologique humain lié à la désertification progressive, mais bien au contraire par une exploitation intensive du milieu. Dans les premières descriptions des géographes, les formes d’organisation sociale démontrent l’existence d’un contexte écologique plus favorable, en harmonie avec les techniques de production. La cuvette du Wad Nun apparaît comme une cuvette de terres irriguées. Au milieu de la grisaille générale, des villages en torchis s’élargissent localement dans des dépressions schisteuses, où des vergers et des palmeraies ne s’ébaucheront qu’avec l’arrivée d’Ijnatn (Znata) de l’est. Quelques greniers collectifs comme ceux de Wa’run1, Taghajijt, Amtudi2, etc., reflètent une tradition en matière de gestion collective des ressources. Non seulement l’exploitation des parcours reste communautaire, mais là où la transhumance est pratiquée, le gros bétail est exclu des déplacements dans les villages. Les unités domestiques entretiennent outre leurs parcelles irriguées, quelques têtes d’ovins et parfois une vache ou deux. On voit déjà par là que l’aménagement est essentiellement un outil de maîtrise de l’eau dont les objectifs globaux sont à long terme le développement de la production pastorale et l’aménagement de la production vivrière en la garantissant contre les risques. Cela se comprend aisément si on considère les vestiges des réseaux d’irrigation du Wad Nun où le rendement, en raison de la pluviométrie variable et la pauvreté des sols, est très bas et aléatoire. En tant que telle, l’irrigation est une opération impliquant un ensemble d’objets et de moyens cohérents liés au mode particulier du développement, l’aménagement de la surface irriguée est un des moyens mis en œuvre par l’opération.

4On constate aussi que l’ajustement de l’organisation domestique aux exigences spécifiques de la production agro-pastorale confère à celle-ci la suprématie sur le milieu. Les céréales sont limitées aux grûr ou grayr (sing. grara) et aux ma’dar-s, termes désignant des lieux appropriés à l’agriculture après des crues où la culture est l’occupation optimale, même en zone aride. La mise en culture de larges surfaces des reliefs plats et terreux défrichés pour l’installation des cultures céréalières et, quand les ressources sont suffisantes, pour la plantation fruitière, accompagne l’activité de l’élevage des ovins et des bovins. Aux alentours des villages où l’eau d’irrigation est disponible en faibles quantités, c’est l’élevage ovin qui rentabilise le mieux les petites et les grandes surfaces. Les steppes à armoise occupent durant les années de sécheresse une situation charnière dans ce milieu où les villageois apparaissent plutôt comme des éleveurs semi-transhumants. La traversée de séries d’années climatiques médiocres est compatible avec la courbe démographique pas souvent croissante dans la mesure où l’économie pastorale est très productive à l’unité de travail humain. Celle-ci est peu productive à l’unité de surface en raison même de son mécanisme fondamental supposant la transformation intégrale de la biomasse par l’animal. On constate également combien l’agencement des éléments structuraux de la vie agro-artisanale présente l’organisation de l’espace comme une donnée de base et les groupes locaux comme des villageois transhumants. Il reste que pour analyser les autres composantes de la production endogène, il convient d’adopter une approche prudente dans la considération du secteur commercial et de son rôle dans la formation de l’espace économique et social.

L’impact de l’espace sur la circulation

5L’intérêt immédiat d’un tel espace est visiblement matérialisé par la circulation transsaharienne et transatlassique. Les chaînes parallèles du Bani et du Warkziz se nomment le cap Nun et le cap Juby en face des îles Canaries. Le Dra, infléchi vers l’ouest et gagnant l’Atlantique parallèlement à la Sagya al-Hamra, appartient physiquement au système atlantique. De par leur constitution et leur climat, les deux parties du pays Takna offrent dans l’ensemble de grandes facilités pour la circulation des commerçants. Voies caravanières, elles restent faciles jusqu’à Jbal Zayni, à la montée de la falaise en bordure du sud-est de la Ga’da et jusqu’au passage de certains oueds.

6Mais si la montagne représente une frontière naturelle, les deux parties de ce pays se superposent et empêchent toute distinction nette de leurs frontières. Pour ceux qui arrivent du Sahara, la plaine du Wad Nun est l’une des régions présahariennes les plus fertiles. Grâce à ses ressources naturelles, terres cultivables et eaux relativement abondantes, l’étendue migratoire est particulièrement favorable au transit. Alors que l’importance des pâturages décroît au fur et à mesure que l’on s’éloigne du littoral, l’intensification de l’évaporation accentue plus encore cette décroissance ouest-est. Le bassin de la Sagya al-Hamra et la région de Zammur présentent plus de terres subdésertiques arrosées pratiquement chaque année. Ils se caractérisent par un été très chaud, où les vents sont continentaux et par un hiver à température plus douce et parfois quelques pluies brèves mais abondantes liées aux vents d’ouest. Véritables plaques tournantes, les gros villages, ex-villes principales du Wad Nun, sont des ports de commerce, têtes de lignes entre le Sahara et le circuit transatlassique. C’est d’elles que dépend la circulation sud-nord-sud, qui a l’importante fonction d’assurer et de conditionner les échanges.

7Ainsi donc peut-on définir ce pays comme l’espace où se croisent les marchandises ou encore comme une véritable zone de contrôle et de protection du commerce à longue distance. Notre démarche attribue à cet espace de circulation une organisation sociale où la mobilité de l’échange implique également celle des facteurs sociopolitiques (R. Vernet : 1983, B. Nantet : 1983, Th. Monod : 1973). Les formes marchandes de circulation des biens et leurs mécanismes ressortent à travers le rôle des Hratin. Ce rôle est justifié par la nécessité pour les diverses formes marchandes et non marchandes d’être compatibles avec les conditions dominantes de la production.

Pour une formule précise de l’espace

  • 3 La première mention apparaît chez Strabon, XVII, I, 7, (d 793) dans J. Desanges, « Le climat de l’A (...)
  • 4 Sur cet aspect voir en particulier, M. Antoine, « Les grandes lignes de la préhistoire marocaine », (...)
  • 5 Per A. Lillieström, The Societyfor Atlantic History Research, the Cartology Unit, C/Acequia 6-E 384 (...)
  • 6 P. Rognon, l’auteur ne cache pas que le climat du Sahara septentrional est encore mal connu pour la (...)
  • 7 J. Desanges, Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre V, 1, 1-46 ; P. Pédéche, 1964, La Méthode hi (...)
  • 8 À la tête de Wad Azuklan, affluent du Dra, V. Monteil a pu photographier une gravure rupestre repré (...)
  • 9 Dans toute la région allant de la Sagya al-Hamra à Massa, on trouve aux temps de Strabon et de Plin (...)

8Définir une formule propre au Wad Nun, au Bani et à la Sagya al-Hamra, avant que ne se dessèche complètement le Sahara, nécessite le recours obligatoire à l’archéologie. Nommé au Ve/XIe siècle targa (canal), la Sagya al-Hamra rappelle les nombreux lieux portant encore le nom de tagant (forêt) et zammur (olivier sauvage) rattachant ainsi la région à une savane arborée, complétée par des forêts galeries, le long des grandes rivières ou des fleuves, et des forêts d’altitude. L’anthropologie saharienne du néolithique frappe par les genres de vie et les techniques qu’elle engendre. L’hésitation manifeste concernant le rattachement du désert actuel à l’une des deux rives révèle un constant métissage entre Noirs africains et Méditerranéens blancs (J. Hugot, 1975 : 90). Le fleuve Dra de l’époque quaternaire est abrité par la chaîne de l’Atlas et représente sans doute une région privilégiée où se sont épanouis un carrefour de pistes et un centre d’échanges (Ph. Rey, 1914 : 116 ; A. Ruhlmann, 1932 : 106). Les documents archéologiques montrent le Sahara occupé par l’homme depuis le paléolithique jusqu’à une période antérieure à l’établissement définitif du régime désertique actuel (A. Ruhlmann, 1932 : 105). Un fait paraît certain, les conditions nécessaires à l’épanouissement des ethnies néolithiques se dégradent sensiblement entre le VIe millénaire et la fin du IIe millénaire (H. J. Hugot, 1975 : 266). Le rôle de l’altitude est fondamental dans la sauvegarde des espèces végétales telles que le laurier rose (Cl. Justinard, 1933 : 29), l’olivier, le cyprès et la vigne. L’assèchement du Sahara est étroitement lié à la présence des brouillards mentionnés par Poséidonios. Cet auteur antique va jusqu’à affirmer la rareté des pluies en Libye septentrionale. Il explique par là la fréquence des épidémies dues à la sécheresse, l’évasement des lacs et le pullulement des sauterelles3. Il s’ensuit que le rythme d’expansion du Sahara, progressif mais non régulier, empêche la reconstitution des phases essentielles de transformation de l’écosystème au nord du Dra. Il faut donc se contenter dans cette région de l’apparition de l’agriculture et du pastoralisme comme traits caractéristiques du néolithique. C’est par les puits et les galeries à extraire le silex pour la construction de villages fortifiés que le pastoralisme est régulé (A. Ruhlmann, 1932 : 90). L’industrie de la plaquette en silex acquiert par la technique du travail une certaine parenté avec les silex égyptiens de la même époque (1932 : 104-107). Le caractère mince des plaquettes de silex permet de conclure localement à un néolithique très avancé. Dans ce sens, les hypothèses les plus hasardeuses attribuent les édifices turriformes d’Assa et son architecture en silex plat à un rameau oriental de l’ancêtre Kush venu de Hadramaout et du haut Yémen (J. Gattefossé, 1935 : 90). La fière allure de la citadelle livrera un jour son secret, celui du peuplement et de l’évolution du transit4. L’analyse des éléments archéologiques, dont les séries de gravures rupestres sont abondantes sur les collines et les vallées, révélera la profondeur historique des entités ethnoculturelles. Sur les falaises de grès dunaire bordant la lagune de Khnifis, le site d’Ishguigun, où nous avons découvert deux forteresses archéologiques, possède deux niveaux. Sur la falaise à l’extrémité nord d’un des étagements les moins élevés surplombant le reste de la plaine, deux éléments attirent l’attention : le premier, le plus visible, est la structure bien conservée (7 à 8 m de longueur et 5 m de largeur) en pierres sèches d’une hauteur de 1, 50 m environ, bordée à l’est par un muretin et située sur la partie la plus haute du site ; le deuxième élément est lui aussi un élément architectural affleurant en surface, long de 438, 15 m entrecoupé de trois petites formes circulaires de 1, 2 à 3, 24 m de diamètre. Trop étroites pour permettre l’hypothèse de structures funéraires circulaires, elles font partie de ce qu’on a nommé le mur (A. Louart, 1997 : 7-9). Les tessons de poterie trouvés dans les éboulis d’Ishguigun pourraient être rapprochés, par le décor en chevron et les lignes entrecroisées, du vase de Wad La’gid, affirme Agnès Louart. Ce vase a été daté du IIIe millénaire. Le décor occupant toute sa surface est caractéristique du type saharien. De la même datation, un autre, trouvé à Wad Mmu Fatma, est plus proche des décors maghrébins du littoral atlantique. Même si la datation est encore prématurée, la parenté manifeste avec l’architecture circulaire éthiopienne doit être signalée. Le nom Babyla sur la carte tardive de A. Lillieström appelle notre méfiance. Elle suggère les migrations ayant quitté la Mésopotamie pour élire résidence sur cet axe côtier5. Les eaux du Wad Ishguigun semblent pour beaucoup dans l’occupation du site. Il est vrai que même si le haut de la colline suggère une position idéale pour le contrôle de la vaste plaine qui contemple la route côtière, le fait de posséder de l’eau et d’avoir de la verdure est prééminent. Autrement dit, la fonction d’emmagasinage, qui semble déterminer les formes architecturales, explique pour une large part la valeur économique, écologique et stratégique du site. C’est précisément la multiplicité de ces fonctions combinées qui renvoie à la notion de frontière climatique6. Au IIe siècle av. J. -C, l’Atlas saharien forme une limite inachevée du désert (Euzonnat/Trousset, 1978 : 156 ; J. Baradez, 1949 : 163-208). Chaîne frontalière, elle a pour corollaire une différence de fonction vis-à-vis du monde gétule de la steppe et du pré-Sahara. De là découle la nécessité de cerner les conditions socio-climatiques dans lesquelles la structure et le mode d’exploitation de la région subissent graduellement les irrégularités du régime hydraulique des cours d’eau utilisés ou de captage souterrain. Peut-on se contenter des textes antiques comme réponse ? Seule l’expédition de Polype située à la belle saison en 147 av. J. -C. offre le texte le plus précis7. En raison des nuances concernant l’affirmation de l’aridité progressive entre le Wad Dra et la Sagya al-Hamra, une question s’impose : s’agit-il réellement du Dra quand on parle du fleuve nourricier de toutes les espèces fluviales ? (P. Pédéche, 1964 : 561 ; J. Desanges, 1980 : 342). Pour V. Monteil8, la longueur des crocodiles (environ 1 m) indique non seulement le caractère marécageux des abords du Dra, mais la condensation qui imprègne le relief étalé au-delà, vers le sud9. Verdoyant et très fertile, le Wad Nun est, dans ce cas, synonyme de zone refuge où certains groupes lybico-gétuliens se distinguent par l’exploitation du milieu. Un tel phénomène peut constituer précisément l’accélération du mode villageois d’occupation des lieux. N’importe quelle inspection du Wad Nun et de ses affluents indique que ses abords sont bordés de sites archéologiques se succédant d’amont en aval. L’ensemble se peuple de hameaux ou de villages au milieu d’immenses pâturages selon les techniques locales d’irrigation 0. Despois, 1964 : 134). Les canalisations sous terre (khattarat) attestent de l’importante étendue de l’espace aggloméré transposant la notion de frontière climatique. Une telle question décrit moins l’aridité que la manière dont celle-ci a été contournée par les techniques appropriées (P. Trousset, 1985 : 22-191 ; J. Dresch, 1954 : 56-59, J. Berthelemont, 1982 : 2 : 7-30). La notion d’espace en voie de désertification se dégage de prime abord de la fonction des khattarat qui taraudent le sol du Wad Nun (A. Cornet, 1952 : 71-121 ; R. Lawless, 1972 : 81 : 450-464). Différents stades dans le processus de sédentarisation se côtoient avec les techniques traditionnelles de la culture par irrigation. L’ancienneté vraisemblable des techniques d’irrigation en terrasses n’est que le revers du savoir-faire du fond éthiopien (hratin). L’action du climat de plus en plus sec, le refoulement par l’homme des animaux dans les régions les plus désertées, tels sont les principaux facteurs qui ont accentué sans cesse depuis le néolithique le caractère désertique du Sahara. Toutefois, l’humidité que provoque la proximité de l’Océan fait que subsistent divers animaux tel l’oryx (J. Hugot, 1980 : 1 : 619-642). Avec les descriptions antiques et arabes, ces aspects restent flous, par omission involontaire (H. P. d’Escurac, 1980 : 171-191).

  • 10 Au temps des Romains, on substituait habituellement au nomade l’image stéréotypée du pillard sahari (...)

9Parmi les nombreuses dimensions que la notion d’espace présaharien fait intervenir, deux seulement font l’objet d’une enquête. L’une, géographique, délimite l’espace en zones distinctes ; l’autre, onomastique et anthroponymique, relève des représentations élaborées. L’espace villageois déterminé par l’habitat et la tenure foncière crée l’opposition villageois/non-villageois10. On relève donc que les systèmes sociaux dépendent des agencements sociaux servant de cadre de référence aux motivations. On admet en fait que le fondement élémentaire des valeurs sociales de la hiérarchisation entre composantes du fonds ethnique préhistorique vient des aspects organiques de la professionnalisation d’où dérive directement la notion de spécialisation. Il s’agit donc ici de faire la part des choses sur l’enracinement des critères de différenciation statutaire. Nous proposons maintenant d’étudier l’évolution des Éthiopiens de la région.

Apparition ou généralisation de l’échange

  • 11 Son nom est cité par La Bible, II Livre des Rois, 19, 9 ; Inscription. IV, 18-21.
  • 12 « Ils se rendaient parfois à Cirta par un pays marécageux (les chotts du sud-oranais), si l’on croi (...)
  • 13 L’expression « Zangenae » qui paraît pour la première fois chez Pline ne s’impose pas à tous les au (...)
  • 14 Pour le Dr Kerr ce sont les Phéniciens qui côtoyaient le lieu. J. Goulven, « Notes sur les origines (...)
  • 15 R. Roget, Le Maroc, 1954, II. Parmi les accusations portées contre Scylax, la plus grave confusion (...)

10Pour une meilleure identification des Koushites (M. Naïmi, 1994a : 45-85), on s’interroge ici sur la disponibilité de l’espace étudié à s’adapter au processus de transformation pour le marché. L’histoire des échanges antiques du Sahara atlantique et de sa rive nord-est paraît, dans l’état actuel des connaissances archéologiques, difficilement intégrable dans un cadre défini. S’il faut se limiter à la description sommaire des « royaumes libyco-berbères » constitués aux environs de 450 ans av. J. -C., l’apparition ou le développement des échanges entre les deux rives semblent remonter bien avant les royaumes koushites (G. Camps, 1960 : 159-161). Des monnaies trouvées en 1936 à Tagahjijt ont été qualifiées de négroïdes (Ε. F. Gautier, 1927 : 389). Traditionnellement, l’expression koush désigne la région du Nil moyen depuis le moyen empire d’Egypte vers 750 av. J. -C. Le prince Kashta, dont le nom semble formé sur celui de Koush, est l’un des symboles de ce royaume. Il est suivi par le prince Piankhy, nom dérivé en Peye, là où commence l’histoire du royaume de Koush. Ce roi est en guerre ouverte contre les Libyens, maître de la moyenne Egypte et du delta, nous disent les textes hiéroglyphiques les plus circonstanciés de l’Egypte ancienne. Son frère Shabaka devient à son tour roi aux alentours de-713 et soumet la vallée entière du Nil jusqu’au delta. Sa grande politique entraîne les Koushites vers l’Asie où la poussée des Assyriens commence à se faire sentir. Plus tard, vers-698/690, le glorieux Taharqa, son successeur, affronte les Assyriens11. La fin de cette dynastie, l’une des premières des royaumes de Koush, ne sonnera qu’en-663 marquant ainsi le repli des Koushites vers le sud. À la même période, la diffusion des techniques métallurgiques et l’introduction de nouvelles cultures contribuent à stabiliser les royaumes hratin du Sahara entre l’Egypte et l’Atlantique. (J. Leclant, 1990, 10 : 295-314). Il s’agit d’empires technologiques attribués aux maîtres hratin de la forge (B. A. Chavane, 1985 : 31). De Wad Massa à Wad Dra, des tribus et des royaumes hratin sont mentionnés comme étant plus à l’intérieur des terres. Ils se composent de Doratites et de Pharusii. Ces derniers dans presque tous les manuscrits des auteurs anciens paraissent peupler le Sahara12. En 146 av. J. -C., le périple de Strabon ne dépassant pas le cap Juby, en face des îles Canaries, fait de l’Adas et de l’île de Cerné (Tassurt/Sswira) la limite naturelle entre l’Ethiopie et la Maurousie, opposant ainsi Éthiopiens et Maures. Du Wad Dra à Agjoujat en Adrar mauritanien, on retrouve dans l’Awkr et probablement à Ishguiguen les premières traces de présence des Éthiopiens occupés à repousser les Assyriens (A. Lucas, 1931 : 151-194 ; C. Modat, 1921 : 658-666). La richesse en foyers humains est attestée par la série d’objets trouvés dans les sites des villages néolithiques entre le Wad Nun et Agjujat (J. Devisse, 1970, D. R. Chaleix, 1985 : 46-47). La métallurgie d’Agjoujat alimente un commerce organisé déjà associé à la route des chars à chevaux (J. Spruytte : 1977) et certains auteurs vont jusqu’à parler de civilisation agricole (H. C. Faber : 1966, G. Amassip, 1967 : 15 : 157-168). Il ressort des trois périodes (charrue, cheval et tifinâgh) que les chars de la fin du néolithique sont les symptômes d’un changement ethnique, la protohistoire se distinguant par une domination d’Iznagn (Sanhaja)13 . Il est essentiel de constater le front pionnier qu’attestent sur l’axe côtier les voies de communications signalées tant par les auteurs anciens que par l’abondance des sites archéologiques. La description sommaire des royaumes « libyco-berbères » débouche sur des structures dont les liens d’échange et de circulation peuvent expliquer l’expansion vers l’autre rive du Sahara. Les objets de parures trouvés dans les tombeaux néolithiques rappellent la présence des Phéniciens (Fniks) tout au long du Wad Nun (H. -J. Hugot, 1975 : 304307). Lorsque Bogos déclenche la guerre contre les Éthiopiens Hesperii, c’est contre le Wad Nun et peut-être même le Sahara qu’il marche (J. Desanges, 1978 : 375-376). Ces Hesperii apparaissent indépendants de Bacchus Ier deux siècles av. J. -C. et attirent les convoitises. Le célèbre texte de Polype, daté de 146 av. J. -C., ne manque pas de souligner le type conflictuel des rapports entre les communautés de l’Atlas saharien. De la croisière qu’il accomplit le long des côtes du Wad Nun, seule une citation arbitrairement écourtée subsiste grâce à Pline l’Ancien (J. Desanges, 1980 : 342-346). Le cap Grayzim constitue un point animé par les uns et les autres14. On peut se demander si le poids des transactions réalisées dans le marché des métaux précieux avait dès les Phéniciens une place importante. F. C de La Chappelle (1929 : 30) a pris à son compte une citation très contestée attribuée à Scylax au milieu du IVe siècle av. J. -C15. Si on se penche sur les informations relatées par ce texte, on se rendra compte qu’il y a lieu de le comparer avec les récits d’autres auteurs contemporains.

11« Les commerçants sont des Phéniciens ; quand ils arrivent à l’île de Cerné, ils amarrent leurs vaisseaux ronds et se dressent des tentes dans l’île. Ils déchargent leur cargaison et la transportent à terre dans de petites embarcations. Il y a là des Éthiopiens, avec qui ils font des échanges. Ils échangent leurs marchandises contre des peaux de cerfs, de lions, de léopards, contre des peaux ou des défenses d’éléphants, contre des peaux d’animaux domestiques. Les Éthiopiens se parent de tatouages et boivent dans des coupes d’ivoire. Leurs femmes se parent de colliers d’ivoire ; même pour leurs chevaux, ils ont des ornements d’ivoire. Ces Éthiopiens sont les hommes les plus grands que nous connaissons ; leur taille dépasse quatre coudées ; certains même atteignent cinq coudées. Ils portent la barbe et ont de beaux cheveux. C’est les plus beaux de tous les hommes. Leur roi est le plus grand d’entre eux. Ils sont bons cavaliers, lancent le javelot et sont bons archers. Ils se servent aussi de traits durcis au feu. Les commerçants phéniciens leur apportent de l’onguent de la pierre d’Égypte... Des poteries antiques, des conges. On vend ces poteries à la fête des conges. Ces Éthiopiens mangent de la viande et boivent du lait, ils font beaucoup de vin de leurs vignes que les Phéniciens exportent. Ils ont aussi une grande ville où vont les vaisseaux de marchands phéniciens. Certains prétendent que ces Éthiopiens s’étendent de là jusqu’en Égypte sans interruption, que cette mer est continue et que la Libye est une péninsule » (R. Roget, 1954 : 20).

12Un siècle auparavant, Hérodote (5 : 196 dans R. Roget, 1954 : 17) atteste l’existence de troc muet sur place. L’aspect écologique est indiqué par l’énigmatique périple de Hannon et par Strabon (R. Roget, 1954, 8-23-33). Celui-ci va jusqu’à assurer que de « nombreuses villes phéniciennes » meublent le paysage sur cet axe côtier (Strabon, 1969 : 17 : 3 dans R. Roget, 1954 : 23-24). Il en découle que c’est là un des importants facteurs décrivant les performances relatives d’un espace de production et de transit avant les Romains. Le cap Nul, connu des vaisseaux romains, ne présente aucun mystère. C’est à l’élucidation du statut militaire et politique des Éthiopiens que s’attachent les textes. Nous pouvons à partir du texte de Scylax tenter de voir le rôle du commerce dans la définition des fonctions spatiales. L’importance de celle-ci est précisément de mettre en relief la disponibilité des groupes locaux à assurer une dynamique économique et une gestion conséquente de l’espace.

Quantification et mesure ou la fonction d’un espace de circulation

13Un des points forts de la citation de Scylax tourne autour de l’échange avec l’extérieur. Relevons que la propriété ne pose pas de problème là où le degré de socialisation est équivalent à l’étendue du monopole royal. En elle-même, l’édification d’une foire atteste d’un long processus d’échange qui finit par créer un marché en un lieu fixe. La confrontation régulière des marchandises dans la fête des conges fait d’elle un lieu où l’on produit les étalons de mesure. Les données archéologiques font d’ailleurs penser au Sahara à un système d’étalon cuivre. Toutefois, et par précaution, on ne peut considérer les récipients étamés (conges) que comme des grandeurs spontanément données et non mesurées. En tant que tels, ils impliquent des opérations de mesure qui représentent de simples grandeurs comptables dont les dimensions renvoient aux unités de compte et de mesure de l’échange. Puisqu’il s’agit d’une fonction renvoyant à des équivalences sociales, il faut se limiter au constat que toute unité de mesure exprime une grandeur et un prix que lui confère la fonction sociale de la monnaie. Conjuguées avec leurs propriétés physiques, ces unités de mesure peuvent bien être comparées entre elles : toute mesure exige la production du concept de ce qui est mesuré. Pour obtenir des mesures effectives, les conges doivent être théoriquement mesurables. Ils s’inscrivent dans une production socialement organisée et leur trait commun est celui à partir duquel le concept de leur mesure peut être construit. Ce qui est décisif avec l’extrait de Scylax, c’est donc sa capacité à dresser un tableau décrivant le seuil d’évolution des mécanismes marchands et leur fonction sociale.

14Ainsi peut-on penser les conges en tant qu’instruments de mesure en cuivre dont l’échelle est donnée par le poids contenu officiellement dans le récipient étamé. Le prix des marchandises étant exprimé en monnaie de cuivre, ces récipients témoignent des catégories marchandes et des formes de la valeur. On arrive à élaborer un système de prix en considérant leurs dimensions. À ce propos, il serait imprudent d’envisager un système résultant de décisions réglementaires. Cependant, cette monnaie de cuivre peut également servir de refuge à thésaurisation privée et publique. À l’instar de la monnaie proprement dite, ces récipients sont visiblement liés aux grands courants de trafic avec les Phéniciens. Avec l’argent, le sel, l’ambre et les esclaves, l’importance de l’or en poudre augmente. En tant que tel, le métal jaune ne doit pas servir au paiement. Son importance s’accroît au fur et à mesure que s’organise la classe marchande locale. Il reste que les conges sont aussi un moyen de communication sociale en tant que monnaie, un matériau de la vie individuelle et collective. Vraisemblablement, c’est une première mise en forme de la réalité socio-économique qui tend à exprimer la forme originelle de la possession, de la détention d’un pouvoir. Il s’agit d’une manifestation de sociabilité dans la mesure où le comportement de l’individu exprime une tendance à s’agréger au groupe.

15On se limite ici à constater les dimensions des unités monétaires déterminées en premier lieu par leur fonction d’objets mis en circulation. Faciles à transporter, les conges répondent en même temps à la valeur des biens dont ils doivent véhiculer les valeurs et faciliter l’échange. La monnaie en tant que dimension occupe ainsi une position privilégiée certaine dès l’introduction de la région à l’économie monétaire. En tant qu’espace de circulation et de transit, le nord-ouest de l’axe côtier présuppose une détermination formelle et essentielle à faire évoluer les mécanismes monétaires. En somme, c’est un espace qui s’impose comme centre d’orientation et marché sur un lieu permanent dont le rôle est de transformer les produits en marchandises. Il se soumet de la sorte à un processus d’évolution plus rapide en matière de production monétaire. Si le volume des échanges varie selon les produits échangés, le commerce assure une dynamique relativement plus importante que dans les régions plus au nord. En dressant un tableau de références des instruments de mesure et des moyens d’échange, le « marché lieu » formule la fonction spatiale en tant que centre de décision économique et politique. Il authentifie et mesure les valeurs en associant les nombres aux objets sociaux.

16C’est dans ce contexte que se situe l’apport historique des Éthiopiens bien avant l’ère chrétienne. C’est à la fois une constatation de fait et une affirmation de réalité qu’enregistrent les premières sources arabes. Ibn ‘Abd al-Hakam, Ibn ‘Abd al-Barr et al-Mas’ûdi relèvent l’abondance d’aires géographiques ouest-sahariennes sous le contrôle effectif des Hratin. Leurs affirmations sont reprises par Ibn Khaldun (1968a : 2 : 106) pour qui les Abyssins (Habacha) habitent l’occident du Maghrib. De son côté, Ibn Sa’îd (1982 : 59) constate que le Sahara en face des îles Canaries est peuplé d’Éthiopiens. L’on relèvera par ailleurs que sur la rive nord-ouest saharienne, il n’existe pas de vestiges perdus dans les plaines ou perchés sur le Bani ou aux alentours du Wad Dra, qui ne renvoient à l’histoire des Koushites. Les tombeaux de certains, tels que Ishâq l’Abyssin, sont les lieux de culte d’importance collective depuis les temps reculés (al-Fâsî, 1988 : 66-67). Des toponymes abondants se rattachent aux expressions « koush », « takusht », « ikssân » et jouent un rôle socialement identificateur. Chaque toponyme est lié à une tradition légendaire. Du fait de leur position politique, l’échelle générale qu’occupent ces Koushites introduit une distinction majeure avec les autres groupes du fonds ethnique.

17Il reste cependant que, jusqu’ici, les études contemporaines se sont contentées de considérer les Koushites comme esclaves affranchis et n’ont vu que leurs fonctions économiques. On s’est contenté de les considérer comme ethnie disparue depuis les temps anciens dont même le souvenir ne subsiste plus. Or, ils se sont bien subdivisés au moins dans un premier temps, en différents groupes que mêmes les sources anciennes ignorent. Que sont-ils devenus et quelles formes de communautés ont-ils continué à incarner ? Ceux qui ont osé entreprendre l’institution des communautés villageoises, ont-ils continué à marquer de leurs empreintes les dynamiques productives des autres composantes ethniques ?

18Pour mieux situer les mutations profondes des groupes anthroponymiques éthiopiens et de leur système productif, commençons par nous interroger sur la naissance et l’évolution du tiwizi, expression arabisée en twiza : la fonction de la tiwizi se réduisait-elle au départ à la production des équipements d’intérêt commun ? Si oui, à partir de quelles adaptations est-elle devenue une loi de l’entraide collective dans tous les domaines où s’emploie une main-d’œuvre laborieuse pour aider chaque membre du groupe clanique à invoquer la notion de travail collectif ? Précisons d’emblée que la liaison manifeste entre toponymie et espace oasien irrigué n’est pas sans suggérer un lien avec le contrôle et l’occupation des circuits irrigués par les actuels Hratin. Les sondages des sites archéologiques indiquent l’importance de l’irrigation dans l’organisation du travail en impliquant des modes d’attributions spécifiques à chaque circuit hydraulique (sagya), de même que l’utilisation commune des installations assurait l’entraide collective et la discipline permettant ainsi une utilisation rigoureuse de l’eau et une recherche de l’efficience maxima du réseau d’irrigation.

Hratin ou Ethiopiens, comparaison sémantique

  • 16 Isganan, sing. isgan est une autre forme pour désigner la couleur noire qui peut également être rel (...)

19Peut-on assimiler les Hratin (sing. Hartani) aux esclaves affranchis ? Commençons par relever combien dans une étendue migratoire aussi vaste que le Sahara atlantique, un élément majeur rassemble certains détails que l’on peut observer : l’extension illimitée depuis les temps immémoriaux de lexèmes précis, qui distinguent entre composantes ethniques rouges, noires et blanches, procède d’une logique dénominative. Le lexème ahardan, arabisé en hartani, signifie « être rouge » (Ch. Foucauld, 1952 : 2 : 630-631). Il a dans le vaste pays touareg pour synonyme achadan, azuggar et ihuwwar. (1952 : 2 : 630-631). Dans la rive nord-ouest saharienne et dans le Sus, la catégorie des Hratin se distingue nettement de celle des Ismgan (esclaves ou affranchis). Pour mieux faire ressortir la fonction appropriée du lexème, relevons que la racine smg se présente à chaque fois pour désigner la couleur noire16. On se trouve de la sorte avec deux sens (ihardanan, sing. ahardan et isamgan, sing, asamg) qui appartiennent, avec la même vocalisation, au registre des variations ethniques. À partir de là, nous nous faisons une idée des différences de couleur humaine qu’il va falloir cerner. Il nous faut tenter une analyse des notions fondamentales à partir des sources arabes disponibles. On tentera ensuite une approche globale afin de mieux isoler les composantes identitaires des Hratin.

Les plans d’énonciation des lexèmes selon les sources arabes

20Quiconque tente à partir des sources arabes de faire l’inventaire de lexèmes ahardan, azuggar, ahuggar, achadan, relèvera trois plans de l’énonciation.

Le plan toponymique

  • 17 Description de l’Afrique et de l’Espagne, 1968, 65 ; Le Magrib au VIe siècle de l’hégire, éd. Sadok (...)
  • 18 Parlant du Sahara adantique, Ibn Khaldun ajoute « Directement à l’est des déserts se trouve le Fezz (...)
  • 19 Pour al-Idrissi, Azuggi est « la première des escales du Sahara... Quiconque désire pénétrer dans l (...)

21Outre l’expression « être de couleur rouge », ce plan indique la notion de déplacement. Le mot azuggagh qui a pour synonyme assuggag est relié aux mouvements de circulation routière. Son féminin tazuggaght, tassukt, tassaka s’emploie pour la route. Au VIe/XIIe siècle, al-Idrissi relève tazuggaght pour « rigole rouge » (Sagya al-Hamra) appuyé en cela au VIIIe/XIVe siècle par la carte d’Abraham Grésques (Alamara)17. On pourrait de la sorte réfléchir sur le lien entre tazuggaght, tassuka, azugga et azugi. Cette dernière expression est le nom de la principale plaque tournante du commerce caravanier dans l’Adrar at-tmar voisin ouest de l’Ahuggar18. La fonction routière d’azuggi, thème vivant dans les parlers du Sahara, a généralement été utilisée pour suggérer une participation plus intense du sujet à l’accomplissement du processus19. Il en découle que la notion de déplacement sert ici à décrire aussi un système de signaux en quelque sorte démarcatifs. On reconnaît dans l’« azouer » d’al-Bakrî une valeur de passif ou de réfléchi passif. Dans le cas qui nous occupe ici, il semble qu’une autre forme d’ahuggar (al-Bakrî, 1965 : 297-343 ; V. Monteil dans Ibn Khaldun, 1969 : 1 : 125) apporte une information distincte de celle qu’apportent les autres éléments de son texte. Se prolongeant de l’Atlas (Deren) jusqu’à Nafusa, « l’une des montagnes de Tripoli » (al-Bakrî, 1965 : 297) ce pays est lié aux faits marquants du Sahara atlantique et central. Dans les parlers locaux, la forme ahuggar-ahuwwar désigne « le mouvement vers », évoque une variante contextuelle entre dialectes rapprochés. Azuggar, ahuggar, azuwar, ne sont autres qu’ahuwwar (V. Wycihl, 1955 : 166) dont l’un des dérivés est kawar (Ibn Khaldun, 1969b : 4 : 508). On se trouve ainsi devant un thème initial fournissant un nombre relativement élevé de formes discernables seulement à partir de la racine zgr-hgr-hwr. Non seulement on démontre par là que les formes interprétées sont des formes savantes dans lesquelles on délimite l’étendue migratoire et sa couleur, mais on parvient à un déroulement d’un processus fortement lié au second plan de l’énonciation. Il nous faut alors revoir le plan éponymique capable à lui seul d’orienter la recherche vers une meilleure approche multidimensionnelle.

Le plan éponymique

22Lorsque s’appuyant sur l’autorité d’Ibn Hazm, Ibn Khaldun signale certaines tribus au Sahara « dont le nom générique est Huwwara » (1968a, 1 : 275-276), il ne fait que reproduire une tradition généalogique plus vieille que les sources arabes elles-mêmes. À travers cette tradition sont supposés être définis, avec un code véritablement commun, les représentations de la filiation généalogique lybico-éthiopienne. C’est d’ailleurs avec beaucoup d’aisance qu’Ibn Khaldun évoque les représentations des tribus huwwara éclairant les descendances affichées :
« Lors de la conquête musulmane, toutes les tribus portant le nom générique de Huwwara, tant celles qui font remonter leur origine à El-Abter que celles qui ont Bernés pour ancêtre, habitaient la province de Tripoli et la partie du territoire de Barca qui en est voisine, fait que rapportent également El-Masoudi et El Bekri. Les unes possédaient des demeures fixes, les autres vivaient en nomades. Parmi elles, il s’en trouva une qui traversa les sables jusqu’au désert et s’établit à côté des Lamta porteurs du voile, qui habitaient auprès de Gaugaua, localité située dans le pays des Noirs, en face de l’Ifrîkia. On reconnaît l’origine hoouaride de cette peuplade au nom qu’elle porte et qui est une altération du mot Houara ; car, ayant changé le « ou » de ce mot en une espèce de k dont le son est l’intermédiaire du k doux et du k guttural, ils en ont formé Heggar.  » (Ibn Khaldun, 1968a : 1 : 275-276)

  • 20 Ibn Abd al-Hakam, Futuh, 78, 80, 88, 114 ; al-Bakrî, Kitâb, 1965, 90-108-110-114-117.
  • 21 Al-Bakrî, Description, 1965, 90-108-110-114-117 ; L. l’Africain, Description, 1015.
  • 22 Journal asiatique, 1843, al-Idrissi les situe dans les montagnes de Nafusa et dans « le Maghreb occ (...)

23Il ressort que l’identité d’huwwara/huggar est affirmée car le réfèrent généalogique désigne la proximité entre composantes éponymiques. L’alliance entre groupes botr20 et branis21 semble légitimer le nomadisme de ceux dont l’appellation ihuggarn/ihuwwarn désigne un mode de vie approprié. Un usage similaire de l’expression huggar apparaît en ce même siècle chez Ibn Battûta. En témoin oculaire, il situe ce pays dans le Fazzan au sud de Twat22. Non seulement on remonte à un de ces procédés de confirmation déjà signalés par al-Bakrî, al-Idrissi et Ibn Sa’id, mais on aboutit à une forme « mixte » caractérisée par un mélange de traits éponymiques et toponymiques. On trouve ce cas quand al-Istakhrî décrit en 290/902-903 un idéal de proximité et d’alliances où la couleur, progressivement noircie, se laisse observer au fur et à mesure qu’on avance du nord au sud (Istakhrî, 1927 : 44). L’ensemble des rapports avec l’espace contrôlé, que ce géographe signale, correspond à une occupation massive par des groupes qui, partant de Zawila vers le sud, accentuent la différenciation de couleur avec les blancs/bleus du nord. Dans ce cas, lorsque dans cette région sont également concernés les groupes de Tadmakkat et de la boucle du Niger, on a de bonnes raisons de penser aux informations précieuses d’Ibn Hawqal au IVe/Xe siècle. L’auteur raconte que les sujets des rois de Tadmakkat, qui paraissent souffrir du fait que leur couleur n’est pas blanche, lui ont assuré qu’après la septième génération, ils sont devenus basanés, et qu’inversement les basanés sont devenus blancs. Cette vue transformiste aux notions classificatrices dévoile une hiérarchie sociale des composantes ethniques. On a donc de bonnes raisons d’avancer dans ce cas précis l’hypothèse d’une démarcation identitaire avec les uns et les autres couvrant ainsi le champ de filiation généalogique supposée (Ibn Hawqal, 1979 : 101-102).

  • 23 Al-Idrissi, Description, 66 ; H. Sadok parle de Tazkkay, Le Magrib, 64-65. Ibn Khaldun parle de Tiz (...)
  • 24 « L’on rapporte, dit Abou-Mohammed-Ibn Hazm, que Sanhadj et Lamt étaient fils d’une femme nommée Ti (...)
  • 25 Voir développement ci-dessous.
  • 26 T. Lewicki pense avoir trouvé confirmation dans un passage du Βayan d’Ibn ‘Idari (début du VIIIe/XI (...)

24Rappelons que le sens du toponyme azugi exprime l’action de circuler et la couleur rougeâtre. Azugi se présente comme si ses occupants de couleur rouge recouvraient de sens le plan de l’énonciation. À ce stade de l’analyse, nous relevons que la charte d’origine des Illmmidn (Lamta), des Iwillimmidn (Lamtuna), des Iznagn (Znaga-Sanhaja) et des Ihuwwarn (Huwwara) fait état de filiation utérine où la mère de tous n’est autre que la boiteuse Tazuggay (Taçoggay-Tazogay)23. Non pas qu’elle boitât, mais sujet de rencontre privilégiée de toute sa descendance, elle ne partage qu’avec le père de son fils Huwwar la descendance botr (les boiteux). Le mariage entre Tazuggay et Huwwar unit en fait deux conjoints supposés identiques du point de vue de leur filiation. L’absence d’autres ancêtres éponymiques privilégie, outre les chaînons exclusivement féminins24, le mouvement général où prédominent les formes d’appréciation matrilinéaire. Matrice de toutes les descendances Iznagn et Ihuwwarn, Tazuggay représente une médiation nécessaire pour transformer en alliance matrimoniale et sociale la relation avec l’autre. N’oublions pas que les anciens Bafur de Jabal al hadid dans l’Adrar attmar étaient selon les traditions des Igudaln (Gudala) Kharijites25. D’autres traditions assurent qu’ils étaient Iznatn (Znata) Kharijite identifiables selon Lewicki à « la kabila libyenne (maure) des Bavares, active dans l’ouest de l’Afrique du Nord au IIIe siècle et au IVe siècle de l’ère chrétienne26 ». Il est donc nécessaire de considérer ces différences afin de mieux approcher le troisième plan de l’énonciation.

Le plan topo-éponymique

25Pour arabiser la forme éponymique berbère, imazighn, ihuwwarn, iznatn, iznagn, etc., les premières sources arabes se sont fondées sur leurs propres formes éponymiques. Elles paraissent avoir éliminé le i du début et le n de la fin en substituant à ce dernier un a. On se trouve de la sorte avec les formes mazigha, huwwara, znata, znaga, etc. Non seulement la forme arabisée ne conserve plus que la partie formellement distinguée par la racine du lexème, mais on se trouve avec une construction expressive en ellemême, qui offre le témoignage d’une fonction à la fois éponymique et toponymique. Les toutes premières sources arabes, telles que les récits d’Ibn as Saghir, la tradition d’Ibn ‘Abd al-Hakam, la géographie d’Ibn Khurdadubbah et al-Fazari, entament le début d’une remarquable fréquence d’utilisation. On assiste là à l’agencement de comportements confondant désormais éponymes et toponymes.

26Des quatre lexèmes ahardan, achadan, ahuggar, ahuwwar, seuls les deux derniers figurent dans les sources arabes de topo-éponymes. Constatons qu’il y a là une sélection de fait qui appelle notre interrogation. Les anthroponymes ihuggarn, et ihuwwarn regroupent chacun un certain nombre de clans. S’agit-il dans ce cas d’une hiérarchie entre groupes auxquels l’affiliation est en apparence prédéterminée ?

La question du fait hartani

  • 27 Les auteurs de ces sources sont Ibn Khaldun, Ibn ‘Abd al-Hakam et al-Bakrî (cf. Ibn Khaldun 1968a : (...)
  • 28 Ibn Khaldun assure que « dans la province d’El-Bahira, entre Alexandrie et le vieux Caire on rencon (...)

27À première vue, il faut commencer d’abord par localiser ceux à qui s’applique l’expression ihuggarn/ihuwwarn. On doit se servir de cette localisation afin de vérifier s’il y a véritablement une distinction appliquée aux groupes héréditaires ihardanan/ichadanan. Les sources arabes27 s’accordent à localiser Huwwara au grand Sahara et au nord de l’Afrique réparti entre régions steppiques, montagnardes, côtières, villageoises, oasiennes et désertiques. On trouve ces régions éparpillées sur le très large espace séparant les provinces d’Alexandrie28 du littoral atlantique au sud d’Azila et celui allant du désert de l’Ifrikiya au pays de Kawar au sud-ouest du Sahara.

28On comprendra sans peine que l’ampleur de l’éparpillement ainsi décrit éclaire en retour l’impossibilité qu’il y a à envisager une commune filiation généalogique. Cela nous ramène encore une fois au point de départ qui est le sens général du lexeme ihuwwarn/ihuggarn. On rappellera que les traditions confirmées au VIe/XIIe siècle par al-Idrissi insistent sur la notion de déplacement ininterrompu comme signification de base. Pour rendre vraisemblable cette signification, il faudrait ou bien la considérer sous l’angle comparatif, ou bien se contenter du sens du lexème. La comparaison entre les grandes entités confédérales et les Ihuwwarn/ihuggarn montre que ces derniers se distinguent par l’ampleur de la pratique migratoire et le mode de vie qui en découle. Non seulement on se trouve en conformité avec le sens de vagabondage, mais une parfaite concordance étymologique ressort des dictionnaires arabes (Ibn ’Idârî, 1 : 1948 : 41 ; al-Bakrî, 1965 : 139 ; Ibn Abd al-Hakam dans Ibn Khaldun, 1968a : 1 : 310). La racine arabe « hgr/hjr » renvoie au verbe hagara/hajara et à la légende de « l’emportement stupide » à l’origine de l’éponyme huwwar selon al-Idrissi (1968 : 67, éd Sadok : 64-65). Ce qu’il y a cependant de plus précieux, c’est que ce sens étymologique et sa configuration légendaire, qui n’est pas celle de la proximité généalogique, ramènent curieusement au lexème assuqi (pl. issuqin) que l’on rapproche de toutes les spécialités de la place du marché. Pourquoi ? C’est ici que l’on saisit au vif la nuance lexicale et anthroponymique au premier plan de laquelle apparaît l’expression ihuwwarn/ihuggarn étroitement liée à celle d’ihardanan/ichadanan.

29De retour à l’inventaire lexical antiatlassique préssaharien, on retrouve le lexème ahardan doublé de celui d’assuqi (pl. issuqin). D’une nuance particulière, l’expression issuqin est une forme peu banale qui signifie « ceux que l’on associe à toutes les fonctions du suq (marché-lieu) » ; autrement dit, ceux qui gèrent le savoir-faire professionnel dans la place du marché. L’expression assuqi qui signifie hartani dévoile en fait le principe profondément ancré des nombreuses fonctions héréditaires faisant des Hratin les monopolisateurs du savoir-faire ancestral. Un tel principe est fondé sur les notions de mérite et de spécialisation considérées par les transhumants comme un juste droit d’issuqin à contrôler les métiers professionnels sur la place du marché depuis David et Salomon. C’est là un rapport à l’ensemble de la société sur lequel il faut insister. Non seulement il rapproche la division du travail de la hiérarchie sociale, mais distingue de façon tranchée la forme issuqin de nos propres catégories modernes.

30Quel que soit le bien-fondé de cette distinction, il faut bien convenir en appui à ce propos, que bon nombre des groupes huwwara des sources arabes apparaissent bien avant l’islam étroitement liés aux espaces villageois (M. Naïmi : 1994b). La complémentarité entre sédentarisation et contrôle du savoir-faire n’est pas sans rappeler le rôle des corporations ancestrales dans la formation des cités autour des places de marchés. Les premières sources arabes rendent compte de l’importance économique et guerrière dont jouissaient certains de ces groupes. Elles signalent dans les Aurès « un grand nombre de leurs places fortes » (al-Bakrî, 1965 : 277 ; Ibn Khaldun, 1969a : 4 : 509) et leur importance numérique dans les provinces de Tripoli, Barca (Ibn Khaldun, 1969b : 4 : 509) et Masila (al-Bakrî, 1965 : 125/154-155) en Ifrikiya. Témoignaient-ils d’une solidarité professionnelle étroite ? Sans pouvoir formuler une réponse précise, constatons que leurs privilèges ou monopoles ne pouvaient être attaqués par des transhumants ou des nomades qui n’avaient aucune prétention au savoir-faire.

31Il faut toutefois faire une double distinction : d’une part, entre gestion ancestrale des corps des métiers et, d’autre part, tendances dévalorisantes d’issuqin par l’idéologie des transhumants blancs que l’on a retrouvé dès le IVe/Xe siècle (Ibn Hawqal, 1979 : 101-102). Un des procédés de distinctions entre Hratin/Issuqin et affranchis consiste à s’interroger, dans un premier temps, sur l’attribution de ces mêmes caractéristiques professionnelles aux esclaves affranchis. À partir de là, le traitement des données peut s’opérer à deux niveaux. D’une part, au niveau de l’éventail des ressemblances sur le plan des spécialisations héréditaires et, d’autre part, à celui de la mise en place définitive des revendications généalogiques marquées.

32Un malentendu paraît imputable à cette démarche qui est de passer outre l’évolution de rapports Issuqin-transhumants blancs et d’entamer une analyse qui ne prend pas en compte l’histoire des hiérarchies sociales. Précisons donc qu’il ne s’agit pas ici de mettre tous les traits observés jusque-là sur le même plan, de leur accorder le même poids historique et de négliger les propositions. Le propos ici est de concevoir idéalement l’image fidèle du système social en tant qu’il distingue les Hratin des affranchis.

33Spécialisation héréditaire et revendications généalogiques

34Bornons-nous à signaler le droit et le fait. Sur le plan des spécialisations, la division du travail, elle-même, réduit les affranchis aux sillages des demeures et des campements de leurs anciens maîtres. Ils ne s’associent au travail domestique à proprement parler, que pour assurer leur subsistance sans jamais rentrer en compétition, même inavouée, avec les Issuqin. Dans le domaine des spécialisations diverses et variées des Issuqin, les affranchis ont pour principe de s’avouer hors compétition tout en s’appropriant les marques d’une identité ethnique différente. Pour les affranchis comme pour les blancs, il est clair que les spécialisations des Hratin sont dévalorisantes. N’importe quelle enquête nous montre les transhumants arabophones et imazighophones partageant l’essentiel des valeurs et des clichés véhiculés à ce sujet : « les voir physiquement obligés d’accomplir ces fonctions professionnelles ainsi que toutes les besognes infamantes, on est tenté de les prendre pour étrangers à la communauté religieuse.  » La tradition orale nous donne ici des confirmations indéfiniment diversifiées qui font des Issuqin une catégorie sociale inférieure aux esclaves affranchis nommés Ismgan (sing. Asamg). Cette distinction permanente a eu certes un effet incontestable sur l’évolution des revendications identitaires des Ismgan par rapport aux Issuqin.

  • 29 Tels que al-Filali (Tafilalt), ad-Dar’i (Dar’a) ou ad-Drawi (Dra), al-Barnussi (Pyrénées), al-Fassi (...)
  • 30 Tels que Baqshîsh (le prêtre), al-Bawwâb (le portier, le dispensateur), Bu-Darham (le banquier), ad (...)
  • 31 Les fortes attaches avec le milieu font que les groupes résidentiels les moins mobiles se trouvent (...)

35Si l’on se propose de dégager un certain nombre de traits qui distinguent les affranchis des Hratin, on peut être tenté de relever qu’aucune relation déterminante ne les réunit. Il est remarquable que les affranchis ne se rencontrent entre eux qu’aux lendemains de certaines foires annuelles telles que les foires d’Asrir, de Tazarwalt-Hmad-u-Musa ou encore celle de Mghaymima. On ne s’étonnera d’ailleurs pas de les voir récuser toute appartenance à Kush ancêtre éponyme des Hratin. Ils se déclarent insérés dans le tissu sud-saharien et revendiquent Bilal, compagnon affranchi du prophète, comme ancêtre éponyme. Cette distinction se trouve ainsi corroborée dans les faits par un rapport nettement asymétrique auquel les différences entre fonctions cérémonielles ne manquent pas de donner un singulier relatif. On rentre de la sorte de plain pied dans l’ordre généalogiquement le plus hétérogène. L’usage veut que, comme pour les juifs, des qualificatifs renvoyant à des lieux d’appartenance29 ou à des métiers30 servent de surnoms. Ils finissent par devenir des patronymes qui renvoient progressivement à des indices généalogiques31. Ces noms sont souvent précédés d’indices de filiation tels que ben, Ibn, eben alternant avec le tamazight u et wa ou l’arménien bar, tous signifiant « fils de ». Reste cependant à savoir si en s’attribuant un compagnon du prophète comme ancêtre éponyme, l’idéal Ismgan d’une parenté distincte viserait alors un contenu hiérarchique.

Le contenu hiérarchique des positions généalogiques

  • 32 Ibn Hazm et Ibn ‘Abd al-Barr ont tenté de remonter les traditions généalogiques imazighn dans HB, I (...)
  • 33 L’expression kushit (koushites) attribuée aux Issuqin fait d’eux les descendants de Kush fils de Ha (...)

36Les arbres généalogiques tels qu’ils ont été élaborés avant les Almohades par les généalogistes imazighn, sont riches d’hypothèses32. Leurs idéologies et leurs préjugés émergent nettement des ramifications qui n’intègrent que ce qu’elles prennent pour établi par voie de transmission érudite. Cette exigence semble avoir sauvegardé une mémoire préislamique détaillée. Relevons les ramifications généalogiques excluant Ihuggarn/Ihuwwarn de la filiation Iznagn et Iznatn. (Ibn Khaldun, 1968a : 1 : 174-255). Ces derniers sont éloignés de l’ancêtre Samgn (le noir) (1968a : 2 : 172-173) présenté comme le père par extension d’Iznagn et d’Izn33. La connotation de couleur de la peau à la base étymologique des deux lexèmes zuggar et samgn, distingue nettement entre blancs, rouges et noirs. Toutefois, aucune distinction entre Hratin et affranchis producteurs d’une rente vivrière ne doit être retenue.

37Pour revenir aux soubassements de la dichotomie issuqin/ismgan, il faut insister sur les principaux aspects des stratégies existant entre eux et les autres transhumants. Examinons le poids réel de l’idéologie des transhumants blancs sur le réseau des corrélations internes : un proverbe antiatlassique clame tout haut « ghwid Ismgan ihurran, ghwid ghir issuqin » (« ceux-ci sont les noirs purs, ceux-ci ne sont qu’issuqin »). Une dualité dichotomique paraît alors établir le cadre terminologique d’une hiérarchie manifeste. Pourquoi le proverbe s’emploie-t-il à valoriser l’échelle de pureté généalogique et l’unicité de la noirceur d’Ismgan ? C’est qu’ils « ne s’abaissent pas à pratiquer les besognes infamantes et malsaines d’issuqin » assurent les transhumants blancs. Il en découle que ce sont les pratiques délictuelles de la production agricole d’issuqin, qui constituent les fondements de l’idéologie des transhumants blancs. Analysons maintenant le jugement par lequel les esclaves s’attribuent eux-mêmes une filiation généalogique différente de celle d’issuqin. Pourquoi une telle distinction s’est-elle appliquée à des groupes héréditaires ? Et, si elle rend compte d’un contraste évident, peut-elle être saisie à travers les sources ?

  • 34 Voir par exemple, Manaqib al-Huddaygi, II, 95 ; as-Sûsi, Min. Khilali Jazula, I, 3, 13, 33, 34 ; II (...)
  • 35 Le fait est maintes fois indiqué par Ibn az-Zayyât dans at Tashawwuf. Rares cependant sont les affr (...)
  • 36 Manaqib al-Hudaygi, I, 95 ; as-Sûsi, Min. Khilali Jazula, 1-3-13-33-34 ; III, 15-49 ; Sus al-’Alima (...)
  • 37 Viviana Pâques, L’Arbre cosmique, Paris, Institut d’Ethnologie, 1964, 471. À partir d’une documenta (...)
  • 38 Groupe de castes endogames dans la région de Wadi Ajal sur la vallée de Sati au Fezzan. Méprisées d (...)
  • 39 Expression qui renvoie aux cultivateurs issus de mères et pères esclaves. Parce qu’ils ne se venden (...)
  • 40 Il importe peu que Bilal, le compagnon du prophète, soit Éthiopien d’Abyssine. L’essentiel est ici (...)

38On notera que les sources hagiographiques sont caractérisées par une large confusion entre Hratin (Kushi-issuqin) et affranchis (Ismgan). Pour établir un contexte au-dessus des préjugés, elles révèlent que le milieu mystique a indistinctement généralisé l’expression kushi (pl. akwash)34. Les rares sources, distinguant les affranchis par le qualificatif al-aswad (le Noir)35, offrent des images insaisissables. Les indications tirées de leurs biographies sont limitées à leurs qualités ésotériques. Il nous faut donc nous tourner vers les confréries propres où se regroupent les esclaves et les affranchis. Pour approfondir les aspects confrériques des uns et des autres, on ne s’étonnera pas pour commencer, de trouver peu de renseignements sur la place réservée par les sources hagiographiques aux esclaves. On relève au VIe/XIIe siècle que la plupart des soufis sont akwash36. Cette expression renvoie à une origine kushite indiquant la place de choix qu’accaparent les Hratin. Toutefois, la nuance entre Hratin et affranchis demeure au premier plan. Pour s’en rendre compte il suffit d’isoler le traitement différencié qui leur est réservé au sein des confréries des affranchis. Très largement représentées au Sahara et en Afrique blanche, ces confréries portent généralement les noms des saints patrons des Zawya « qu’ils soient musulmans comme en pays de langue arabe, ou animistes comme en pays soudanais37 ». Choisissant lui-même son successeur, le shaykh ou le muqaddam de la confrérie ne doit être ni artisan, ni cordonnier. Il n’a donc aucune chance d’être hartani. Au Fezzan, il ne doit être ni dawada38 ni har-39 tani, ni sawasna. L’opposition hartani/esclave apparaît de la sorte plus qu’un principe de hiérarchisation au point de se confondre avec l’idéologie des transhumants blancs sur la pureté de l’esclave et l’impureté du Hartani. Non seulement elle détermine la séparation, mais conduit le conseil des sages de la confrérie à faire de la pureté la préoccupation majeure. Au demeurant on pourrait voir là un aspect distinctif des confréries des esclaves qui peuvent seules nous éclairer sur l’intense différenciation religieuse réservée aux esclaves par rapport aux affranchis. Néanmoins, on relèvera que le nom de Bilal40n’est attribué qu’aux esclaves et aux affranchis excluant les Hratin et aménageant le contact avec les agents purificateurs.

39Il existe une différenciation hartani/affranchi qui mériterait d’être étudiée aussi du point de vue des spécialisations, en fonction du système de gestion des biens. En réalité si l’on se propose de dégager un certain nombre de traits qui accompagnent le système de gestion des terres irriguées et des professions, on relèvera partout un monopole hratin du savoir-faire et des richesses. On comprend qu’une perpétuelle comparaison entre eux et les juifs ne cesse de rappeler le caractère païen, idolâtre et magicien de leurs ancêtres les Kushites préislamiques. L’idéologie de la transhumance conditionne sans ambiguïté le caractère impur des Hratin. Elle éclaire en cela une monographie typique des oppositions complémentaires entre les Hratin représentatifs du fonds ethnique le plus ancien d’un côté, et les transhumants et les affranchis de l’autre. Cela ne fait que confirmer la classification spatiale dans laquelle les segments et les groupes hratin se retrouvent dans la protohistoire saharienne au voisinage des gétulo-maurisiens des sources anciennes. Une étude appropriée pourrait de la sorte, bien éclairer la dimension toujours cachée de la protohistoire. Pour l’instant contentons-nous d’interroger le rapport entre hiérarchie et cloisonnement des terres irriguées. En tant qu’échelle d’interprétation évidente, un tel rapport permet de mieux vérifier d’autres dissymétries parallèles qui vont dans le même sens.

L’articulation ancestrale affichée des mécanismes de l’alliance

  • 41 Rien qu’au pays Takna par exemple, les Ayt Usa rapportent que leur fraction des Ayt Wa’ban descende (...)

40En lui-même, le sens de chaque expression onomastique des entités tribales anciennes évoque les notions d’alliance et de voisinage de base. À elles seules, les expressions iznagn, illmmidn, iwillimmidn, iguzuln, igudaln, imssufn, etc. sont autant de formes représentatives des solidarités fondatrices. Non seulement le sens de chacune est la base sur laquelle se sont greffés quelques groupes assimilés, mais il est l’articulation affichée des mécanismes de l’alliance. Il intervient de manière décisive pour définir et légitimer les contours des solidarités premières. On débouche de la sorte sur la capacité de telles solidarités à favoriser l’assimilation des groupes dont le degré de proximité n’est pas nécessairement proche, c’est-à-dire que l’entité apparaît comme un agrégat de lignages et de clans en dissensions internes constantes. On ne s’étonnera pas de voir les réflexes de rétention reconnaître parfois aux Hratin une place dans la formation des entités anciennes41. L’image métaphorique qu’alimente la tradition au Sahara se réfère à une mosaïque de morceaux variés de différents tissus donnant quelque idée de l’association lignagère. Il est vrai que les versions généalogiques n’admettent aucune descendance éthiopienne et que seuls les actuels Hratin se réfèrent à la surface initiale du tissu et, à partir de là, font de leurs ancêtres la source ancestrale du peuplement. Ils relatent les mécanismes de l’amnésie qui affecte la mémoire des Imazighn pour lesquels les rapports sont interprétés suivant les principes de hiérarchie sociale. L’idéologie imazighn apparaît alors comme tendant à pérenniser une version généalogique à références classificatoires. Elle retrace la différence des fonctions cérémonielles entre affranchis et Hratin, preuve que la spécialisation de ces derniers « n’est pas religieusement neutre ». Elle fait de la mouvance des alliances contractuelles pastorales le point de clivage fondamental avec Issuqin. Autrement dit, l’histoire des positions généalogiques des uns et des autres se confond avec l’extension des solidarités. En fait, loin de s’inscrire dans un modèle d’opposition complémentaire des unités segmentaires, la manipulation de la violence met en évidence leur compétition dans une structure hiérarchique où les positions généalogiques doivent être constamment réajustées. Pour mieux s’en convaincre, seuls les documents d’appropriation disponibles dévoilent l’attachement aux parcelles irriguées et la volonté concurrentielle de s’y incorporer. Aux XVIIe-XVIIIe siècles, la compétition pour le contrôle de l’irrigation explique, à elle seule, le mode d’organisation villageoise ainsi que l’accroissement et la juxtaposition d’éléments individuels ou de groupes superposés. La distance généalogique entre individus ou groupes originaires d’ordres statutairement hiérarchisés définit le type de solidarités possibles face aux groupes transhumants. Une politique matrimoniale ouverte ici ou là, fermée chez les Hratin est la conséquence du rôle croissant de l’activité agricole, artisanale et commerciale. Ce modèle typique ne suffit pas cependant pour interpréter les faits et les indices du dysfonctionnement dont il faut tenter d’analyser les causes.

Contrôle des parcelles irriguées et dissymétrie parallèle

  • 42 Outre les toponymes dénombrés en 989/1581 par un officier d’al Mansûr ad Dahbi (Diwan, annota O. Af (...)
  • 43 On lit dans une chronique rédigée par Muhammad b. Abu Bakr B. Muhammad de
  • 44 À mi-chemin entre Fumm Lhsan et Aqqa, cette gorge s’intitule également « Tizgi Issuqin », ou « Tizg (...)
  • 45 C’est à Fumm Lhsan (l’embouchure de la forteresse) que la tradition orale est en parfaite concordan (...)
  • 46 La tradition rapporte que les Hratin occupaient le ksar de Tazunt aujourd’hui détruit. Dans les env (...)
  • 47 Une partie des Ayt Wa’ban avec les Ayt Iddar de la tribu des Ayt Usa sont classés hratin. V. Montei (...)

41Bien des fonds d’archives familiales indiquent tout au long de la rive nord-ouest saharienne, la prééminence foncière des Hratin tenant au contrôle des parcelles irriguées dans les différentes sagya. Les Hratin (Issuqin) disposent d’une base territoriale correspondant aux terroirs qu’ils exploitent au sein des communautés villageoises des principaux oueds et de leurs affluents42. Deux valeurs déterminantes ressortent : le contrôle de l’irrigation et la volonté concurrentielle de s’incorporer à la terre irriguée43. La traversée des siècles semble avoir favorisé l’adaptation des Hratin à des contextes diversifiés où l’action des transhumants s’est accompagnée de migrations des groupes. Le mode villageois d’organisation privilégie la fixation des Hartin et de quelques familles maraboutiques. D’autre part, le jeu d’alliances présente les groupes hratin en tant qu’unités politiques autonomes. Tel est le cas des groupes hratin d’Agard dans le Tamanart (as-Sûsi, s. d. : 3 : 15 ; M. Naïmi, 1993 : 219), de la gorge du Bani Ayt Wablli44, de Fumm Lahsn45, d’Aqqa (V. Monteil, 1946 : 385-405 ; M. Sûsi, 1960 : 13 : 184), de Tazunt à Taghajijt46, des Ayt Wa’ban et Ayt Yddar à Assa47, de Tizgi L-hratin (V. Monteil, 1948b : 20-21), de Wa’run, de Tagawst (M. Naïmi, 1992e : 2084-2089) et d’Asrir (1989b) : 409-411) dans le Wad Nun.

  • 48 Voir le dernier chapitre qui sera traité sur cet aspect.

42Certains groupes hratin de Wad Dra sont qualifiés de maîtres des villages fortifiés tels que Ahl at-Talt de Tafilalt. Un examen attentif montre qu’il existe une relation entre l’exercice du pouvoir politique et l’insertion des groupes sous la protection makhzenienne. Ils présentent une solidarité insoupçonnée et offrent cette sécurité à laquelle aspire le souverain. Serviteurs du makhzen, les Hratin lui servent de remparts et en viennent à se constituer en barrière contre les tentatives régulières des turbulences des nomades48. Territoire, pouvoir et dominance villageoise issue de la possession du sol, voilà donc ce qui s’est imposé à nous, et c’est aussi à peu près ce dont nous avons à traiter maintenant directement.

  • 49 Lahbib at-Tamanugali, Al’Uqud al-Jawharyiya, manuscrit ; as-Sûsi, Min Khilali Jazula, I, 17-35 ; G. (...)

43L’impact des droits politiques sur l’organisation villageoise du fait des alliances avec les makhzen-s successifs ne suffit pas à définir ces groupes en tant qu’unités politiques autonomes ; seules les stratégies du pouvoir, en s’appuyant sur les avantages décisifs tels que les titres d’appropriation des circuits d’irrigation, peuvent le faire. Face aux pressions permanentes des transhumants, on ne peut s’accommoder de la dimension makhzenienne de l’alliance comme unique stratégie au long terme. Une rapide description montre que comme partout dans cette rive nord-ouest saharienne, on ne peut se passer du monopole de la force légitime sur un territoire déterminé. Cette dimension économique et politique est bien identifiée par le rôle des juges (qadi-s) et scribes/notaires (’adul-s). C’est là le système d’arbitrage dans lequel seuls qadi-s, shurfa et zwaya font figure d’arbitres49. Le système d’arbitrage a l’avantage de correspondre assez bien à la notion de cadre territorial bien géré. Le recours aux scribes se fait même en cas d’accaparement des biens melk. La dénonciation de la violation des propriétés privées déplore l’absence d’autorité légitime et insiste sur les hiérarchies du peuplement.

  • 50 As-Sûsi, (Min Khilali Jazula, 65) confirme le fait d’une manière claire.

44Dans le Wad Nun, le fait du cloisonnement territorial n’est pas nouveau. La diversité des faits de pouvoir et de hiérarchie accrédite quelques distinctions statutaires permanentes et héréditaires où maints cas de pouvoir politique hratin sont relevés. Tout en définissant les groupes patronymiques hratin en tant que groupes de filiation ou de lignages, les fonds d’archives attestent leur droit formel à occuper les parcelles irriguées. En se fondant sur les différences de rang ou de richesse, ces fonds signalent parfois le recours obligé des Hratin à la protection du makhzen saadien et alawite. Si aucune représentation égalitaire ne peut être établie par les fonds, on comprend alors que l’alliance et la protection jouent un rôle aussi important que la filiation. Celle-ci ne figure pas dans les fonds d’archives du XIe/XVIIIe siècle puisque les groupes patronymiques hratin ne s’identifient pas en termes généalogiques, mais par recours à des chefs historiques ou à des ancêtres venus d’ailleurs50. On comprend, dans ce cas, que le mode de définition ait pris son droit sur la sagya comme base d’appartenance. Il en découle que la nécessaire protection extérieure ne sert qu’à renforcer l’unité politique.

  • 51 La cornaline est une variété rouge d’agate, employée en bijouterie. L’agate est une roche siliceuse (...)

45Un autre monopole des groupes hratin est la spécialisation professionnelle. L’emplacement des sites archéologiques des nombreux quartiers Nul Lamta permet de les attribuer au fonds hratin soit par référence aux fonds d’archives familiales, soit par tradition, soit encore par mention toponymique. Les objets trouvés, notamment en cuivre et en cornaline sur les deux rives du Wad Sayyad [Wad Nun] à Asrir et à Tighmart constituent à ce propos un témoignage palpable hautement fidèle51. Pour les transhumants, le savoir-faire héréditaire des Hratin s’inscrit comme preuve d’assimilation avec les juifs. Ils croient trouver là une justification de la dynamique de l’alliance corporatiste et religieuse. Ils n’ignorent pas cependant qu’aucune revendication parentale ne caractérise la solidarité entre Hratin et juifs. Celle-ci repose sur les intérêts corporatifs face aux groupes nomades et transhumants. L’endogamie des Hratin tient compte cependant des hiérarchies statutaires et des hiérarchies politiques ; elle s’oppose à l’exogamie clanique des transhumants par attachement aux parcelles irriguées et la permanence du monopole professionnel.

Résidence et idéologie de l’impureté

  • 52 Sur les rapports des Hratin du Wad Nun avec le sultan de Tazarwalt-Iligh Bu Hassun Ali as-Samlali B (...)
  • 53 Même chez les Touaregs en société de transhumance, la configuration hiérarchisée du système politiq (...)

46En résumé, nous pouvons dire que si les Hratin sont potentiellement les maîtres fonciers des circuits d’irrigation, ils n’en font pas moins figure avec les juifs d’explorateurs des divers aspects de la vie professionnelle et artisanale. Ensemble, ils offrent une représentation de l’approche cosmopolite des espaces villageois présahariens. De par leur monopole du savoir-faire, ils expriment mieux que n’importe quelle relation segmentaire les différences statutaires ou de rangs avec les transhumants. La compétition pour le contrôle de l’irrigation dans une structure hiérarchique ne peut être constamment maintenue que par recours des différents groupes hratin à l’endogamie. Les pratiques usuelles des Hratin dans le domaine de l’irrigation paraissent, en tout cas, réduire l’infiltration des groupes transhumants. Pour cela, l’action des Hratin est tributaire des mécanismes de l’alliance locale et des solidarités affichées avec les makhzen-s52. Elle participe à la codification d’un rapport de subordination qui les distingue nettement des affranchis. Aux différentes unités politiques autonomes, les Hratin associent la logique du modèle segmentaire aux règles de la corésidence53. Les rares mariages des femmes hratin avec des affranchis nous amènent à un autre aspect du fonctionnement du système de parenté. La progéniture d’une femme hratin ayant épousé un Hratin puis un affranchi ne prête pas à confusion. Les enfants dont le père est hratin demeurent hratin (issuqin) et ceux dont le père est affranchi, ismgan. Il s’agit d’énoncés et de termes normatifs rendant compte du fait que ces groupes de parenté se présentent, idéalement du moins, comme des groupes endogames et isogames. Le prénom Bilal n’est donné qu’aux fils d’Ismgan. Ceux-ci ont le droit de se rendre le jour de la grande fête (al-adha) au centre de culte de la confrérie Sidna Bilal. L’interdiction qui frappe les fils d’Issuqin ne semble pas dépendante de leur volonté. Faire de la zawya de M’hammad b. ‘Mar à Asrir, au cimetière de l’ancien quartier religieux de Nul Lamta, le sanctuaire des affranchis indique un choix s’appuyant sur une donnée de base. À chaque réunion, leurs chants s’intègrent parfaitement au rythme et aux paroles des parlers bambara. La notion de nationalité intervient pour dévoiler des relations probables entre les notions de confrérie et d’ethnie. Le plus important est que tous les esclaves, les affranchis et les fugitifs sont admis et rentrent dans l’une des maisons de leurs confréries ; seules les Hratin et leur descendance sont absents.

  • 54 Nous y reviendrons ci-dessous dans « Les dimensions de l’alliance au sein des deux leff-s Tahuggat (...)

47Si l’idée d’impureté associée aux Hratin et aux juifs (dimiyyun) ne limite pas leur droit d’accès à la propriété et n’est déterminée par aucune juridiction particulière, la relation dissymétrique qui les sépare des transhumants blancs rend alors compte de la ségrégation archétypique qui frappe dans l’Anti-Atlas et ses marges présahariennes le leff Tahuggat face à celui d’Iguzuln (Jazula). Quoique très intéressante, cette question54 ne peut faire ici l’objet d’une étude détaillée. Venons-en au profil de l’ordre politique tribal local pour voir en quoi la dissymétrie des références classificatoires frappe d’impureté les sédentaires. En tant que moment dans le processus théorique, cette préoccupation d’époque n’est pas sans nécessiter des éclaircissements sur les rapports entre groupes claniques, tribus et confédérations.

Notes

1 L’histoire locale rattache le passé lointain de cette localité au temps préhistorique des Éthiopiens qui paraissent avoir contrôler les heux pendant bon nombre de siècles.

2 À une vingtaine de kilomètres de Taghajijt, Amtudi offre aujourd’hui encore, l’exemple type des magasins collectifs fortifiés depuis les siècles ignorés. On trouve sur place quatre igudar (sing, agadir) en pierres sèches, flanqués de tours carrées. L’inaccessibilité manifeste de trois parmi les quatre constructions suspendues laisse dans l’ombre leur histoire véritable. Cf. V. Monteil, « Supplément aux pierres tatouées du sud-ouest marocain », REI, 1948, 109-111.

3 La première mention apparaît chez Strabon, XVII, I, 7, (d 793) dans J. Desanges, « Le climat de l’Afrique du Nord », Histoire et Archéologie de l’Afrique du Nord, Colloque Inter., Montpellier, 1, 5 avril 1985, 29.

4 Sur cet aspect voir en particulier, M. Antoine, « Les grandes lignes de la préhistoire marocaine », 1952, Casablanca, dans IIe Congrès panafricain de préhistoire, Alger ; M. Antoine et P. Biberson, « Compte rendu d’une mission de préhistoire dans la région sous contrôle français du Draa inférieur », BSPM, 1e-2e sem 1953 : 17-27 ; O. du Puigaudeau et M. Senones, « Vestiges préislamiques de la région d’Assa (Basse vallée de l’Oued Dra) », JSA, XXII, Fas I et II, 1952 : 7-15 ; id., « gravures rupestres de l’Oued Tamanart », BSPF, L, 1953 : 106 ; Abbé Roche, « Atelier Levalloisien de Goulimine (sud-marocain), BSPF, L, 1953 ; R. La Fauchère, « Quelques pièces néolithiques curieuses de l’extrême sud-marocain », BSPF, 1952 : 178 ; « Recherches de préhistoire dans la région Ban i-Dra », BSPM, 1e-2e sem, 1952 : 43.

5 Per A. Lillieström, The Societyfor Atlantic History Research, the Cartology Unit, C/Acequia 6-E 38412 Los Realejos/Tenerife, Spain assure que l’auteur de cette carte serait Ptolemaios, Tabula IV Affirma (ab IV) éditée à Rome en 1478 et 1490. Arnold Bukink à partir d’une copie de Nicolas Germanus, « mas conocido como Donis, inventor de la “ Proyeccion donis ”. Comparando la costa sahariana con el Mapa Mundi del Codex Seragliense, en griego de ca. 1290, podemos ver que la linia costera es identica, lo que indica de que Donis ha utilizado un original parecido a ese », Lettre datée du 7/11/1997.

6 P. Rognon, l’auteur ne cache pas que le climat du Sahara septentrional est encore mal connu pour la période située entre 6 000 et 0 ans BP dans « Essai d’interprétation des variations climatiques au Sahara depuis 40 000 ans », 1976, RGPHGD., 2e série, XVIII, 251-282, en particulier 272-277.

7 J. Desanges, Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre V, 1, 1-46 ; P. Pédéche, 1964, La Méthode historique de Polype, Paris, 561 ; St. Gsell, Histoire de l’Afrique du Nord, III, Paris, 1929 : 390-391 ; id, « Notes sur la biographie de Polype », Études classiques, XXIX, 1961 : 155.

8 À la tête de Wad Azuklan, affluent du Dra, V. Monteil a pu photographier une gravure rupestre représentant un navire. Toutefois l’unanimité est faite sur son caractère antique, « “Les pierres tatouées” du sud-ouest marocain », REI, 1940 : 7. Une illustration de cet itinéraire se trouve dans A. Jodin, Les Établissements du roi Juba II aux îles purpurines (Mogador), Tanger, 1967 : 2-10 ; B. Rosenberger tient cette gravure pour médiévale, « Les vieilles exploitations minières et les centres métallurgiques du Maroc, essai de carte historique » (2e partie), RGM, n° 18, 1970 : 80 ; idée appuyée par R. Rebuffot, « Vestiges antiques sur la côte occidentale de l’Afrique au Sud de Rabat », A4, VIII, 1974 : 42.

9 Dans toute la région allant de la Sagya al-Hamra à Massa, on trouve aux temps de Strabon et de Pline le Hon, l’éléphant d’Afrique, l’hippopotame amphibie, la girafe, le rhinocéros et le buffle. C’est ce que confirme dans le Tazarwalt, au Bani et à Dra d’abondantes gravures rupestres ; R. Roget, Le Maroc chez les auteurs anciens, 22-30 ; St Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, I, 1913.

10 Au temps des Romains, on substituait habituellement au nomade l’image stéréotypée du pillard saharien. Or, il semble bien que « ce goût du pillage, si décrié, ne soit en fait que la conséquence d’une situation intenable. En effet, si l’on sait que la mobilité, c’est-à-dire le déplacement saisonnier des troupeaux en fonction des besoins d’abreuvage et de pâturage, est conditionné par le souci d’utiliser au mieux une végétation discontinue, on comprendra que tout obstacle, toute entrave à la liberté de mouvement soient intensément ressentis », M. Benabou, La Résistance, 71 ; C. Courtois, Les Vandales, 100.

11 Son nom est cité par La Bible, II Livre des Rois, 19, 9 ; Inscription. IV, 18-21.

12 « Ils se rendaient parfois à Cirta par un pays marécageux (les chotts du sud-oranais), si l’on croit Strabon. D’autre part, ils furent capables, d’après la tradition, de détruire des villes phéniciennes de la bordure adantique. Ils devaient être établis aussi bien sur le versant saharien du Haut Adas qu’à la lisière de la plaine de Marrakech, puisqu’ils étaient proches des riverains de l’Anatis (Oum er-rabia), sinon identiques à ceux-ci. Pline considère les Pharusii comme des Éthiopiens. En fait, ils paraissent avoir été, comme les Nigrities auxquels ils sont souvent associés, un mélange de Gétules et d’Éthiopiens. Nous pensons que les Perorsi, riverains de l’océan, étaient plus foncés, mais il se peut, comme le croit St. Gsell, que Pharusii et Perorsi soient deux transcriptions approximatives d’un seul nom indigène.  », J. Desanges, Recherches, 140.

13 L’expression « Zangenae » qui paraît pour la première fois chez Pline ne s’impose pas à tous les auteurs anciens avec la même force que celles qui rappellent la présence des Éthiopiens. F. Gaffiot, Dictionnaire illustré latin-français, Hachette, 1934, 1700.

14 Pour le Dr Kerr ce sont les Phéniciens qui côtoyaient le lieu. J. Goulven, « Notes sur les origines anciennes des Israélites au Maroc », H, I, 3e trim., 1921, 322 ; A. Jodin, « L’archéologie phénicienne au Maroc », H, fasc. unique, 1966, 14.

15 R. Roget, Le Maroc, 1954, II. Parmi les accusations portées contre Scylax, la plus grave confusion est celle de la côte d’Arabie avec celle de la Mauritanie Tanginitane.

16 Isganan, sing. isgan est une autre forme pour désigner la couleur noire qui peut également être relevée. Nous pouvons également indiquer dans le même sens la racine b r n dont dérive l’expression ibran, sing. ybrin qui se rapproche curieusement du prénom Brahim et qui renvoie à la même signification en anglais (Brawn).

17 Description de l’Afrique et de l’Espagne, 1968, 65 ; Le Magrib au VIe siècle de l’hégire, éd. Sadok, s. d., 62. Al-Idrissi parle même d’une ville nommée Tazoccâght. La carte d’Abraham Grésques est signalée par V. Monteil dans Al-Bakrî, 103, n. 20.

18 Parlant du Sahara adantique, Ibn Khaldun ajoute « Directement à l’est des déserts se trouve le Fezzan. Puis viennent les déserts des tribus berbères, les Azagar qui s’étendent vers l’est, à l’extrême sud de la IIe section », Discours, I, 125. V. Wycihl précise que le synonyme de Huwwara est Ihuggarn, Les Gétules de Mauritanie, 166. V Monteil précise que dans les parlers locaux, « le z permute avec le h et le g avec le j, de sorte qu’on pourrait lire soit Azger, Azjer ou Ajjer soit même Ahaggar ou Hoggar » dans Ibn Khaldun, Discours, I, 125 ; V. Monteil, Al Bakrî, 103, note 20.

19 Pour al-Idrissi, Azuggi est « la première des escales du Sahara... Quiconque désire pénétrer dans le pays de Mali, de Takrur, de Gana, chez les nègres, doit nécessairement passer par cette ville », Le Magrib, 66-67, Description, 69.

20 Ibn Abd al-Hakam, Futuh, 78, 80, 88, 114 ; al-Bakrî, Kitâb, 1965, 90-108-110-114-117.

21 Al-Bakrî, Description, 1965, 90-108-110-114-117 ; L. l’Africain, Description, 1015.

22 Journal asiatique, 1843, al-Idrissi les situe dans les montagnes de Nafusa et dans « le Maghreb occidental (al-Aqsa)  », Description, 1968, 65-66.

23 Al-Idrissi, Description, 66 ; H. Sadok parle de Tazkkay, Le Magrib, 64-65. Ibn Khaldun parle de Tizgi, H B, 6, 203. Ibn Hazm parle de Tizkki, Jamharat, 198.

24 « L’on rapporte, dit Abou-Mohammed-Ibn Hazm, que Sanhadj et Lamt étaient fils d’une femme nommée Tizki et que l’on ignore le nom de leur père. Cette femme devint l’épouse d’Aurigh dont elle eut un fils nommé Hoowar. Quant aux autres [Sanhadj et Lamt], tout ce que l’on sait à leur égard se borne au fait qu’ils étaient frères de Hoowar par leur mère ». Ibn Khaldun, HB, I, 169-170 ; Ibn Hazm, Jamharat, 498. Voir également HB, I, 273-274282 ; -II, 116. Abu Bakr alBaydaq, Akhbar Al-Mahdi, 1971, 29.

25 Voir développement ci-dessous.

26 T. Lewicki pense avoir trouvé confirmation dans un passage du Βayan d’Ibn ‘Idari (début du VIIIe/XIVe siècle) relatant les premières actions guerrières avec Iwillimmidn : « Près des Lamtuna, il y avait un massif habité par de tribus berbères non musulmanes. Abd Allah b. Yassin les invita à adopter la religion. Elles refusèrent. Yahya b’Umar ordonna de les attaquer : les Lamtuna les razzièrent, y firent des captifs qu’ils se partagèrent entre eux.  » L’immigration des Bafur en Mauritanie se serait traduite par leur présence dans l’Adrar at-Tmar où l’on pouvait encore au début du Xe/XVIe siècle localiser « la montagne des Bafur ». Valentin Fernandès le signale dans Description, P. de Cénival et Th. Monod, 1938, 154 ; T. Lewicki, « Le rôle du Sahara et des Sahariens dans le relations entre le nord et le sud », Histoire générale de l’Afrique, III, l’Afrique du VIIe au XIe siècle, Unesco/NEA, 1990, ch 11, 303-339 en particulier 338.

27 Les auteurs de ces sources sont Ibn Khaldun, Ibn ‘Abd al-Hakam et al-Bakrî (cf. Ibn Khaldun 1968a : 1 : 219-220, 275-276, 281, 301, 310 ; 1969a : 4 : 498, 508-509 et al-Bakrî, 1965 : 31, 65-131, 139, 143, 149, 154-155, 221, 230, 277).

28 Ibn Khaldun assure que « dans la province d’El-Bahira, entre Alexandrie et le vieux Caire on rencontre plusieurs peuplades nomades. Elles s’y arrêtent pour faire leurs semailles ; mais, à l’approche de l’hiver, elles passent dans les environs de l’Accabla et de Barca. Elles appartiennent aux tribus berbères de Mezata, Hoowara et Zenata », HB, I, 9. al-Bakrî les place au voisinage des coptes, Kitâb, 20.

29 Tels que al-Filali (Tafilalt), ad-Dar’i (Dar’a) ou ad-Drawi (Dra), al-Barnussi (Pyrénées), al-Fassi (Fès), al-Madyuni (Madiuna), Ammâr (colon fermier).

30 Tels que Baqshîsh (le prêtre), al-Bawwâb (le portier, le dispensateur), Bu-Darham (le banquier), ad-Dahhân (le masseur), al-Ghrâbli (le tamiseur), Ben al-Hâj (le pèlerin), an-Naqqâr (le graveur), an-Naddam (le joallier), an-Najjâr (le menuisier), al’Attâr (marchand d’épices), etc.

31 Les fortes attaches avec le milieu font que les groupes résidentiels les moins mobiles se trouvent cantonnés à leurs territoires, vallées et oasis où l’occupation intensive du sol coïncide souvent avec l’appropriation de type melk. Les toponymes patronymes demeurent les seuls témoins de la grandeur du passé. Sur l’importance de la superstition à partir des patronymes des personnes et des lignages, voir à titre d’exemple, Ibn Zayyat, at-Tashawwuj, 234, 381, 394.

32 Ibn Hazm et Ibn ‘Abd al-Barr ont tenté de remonter les traditions généalogiques imazighn dans HB, I, 172-173-174.

33 L’expression kushit (koushites) attribuée aux Issuqin fait d’eux les descendants de Kush fils de Ham fils de Noé. Les généalogistes imazighn partent de l’idée que les Issuqin sont des Abyssins (Habasha) différents de Zing (natifs de Zinguebar) et des Nubiens (Nuba) et qu’ensemble, ils descendent de Kush. cf. HB, II, 106. Sur l’abondance des toponymes qui renvoient à une occupation massive de l’espace par les Kushit cf. la géographie d’Ibn Sa’id, d’al-’Umari et de Léon l’Africain. Voir également Cl. fustinard, Archives, 1933, 212 ; S. Lévy, « Légende et tradition écrite dans le Tarikh Wad Dr’a », Études littéraires, Public Fac. Lettres, Rabat, 1991 ; M. Naïmi, « Nul Lamta où l’éveil du sens étiologique », op cit.

34 Voir par exemple, Manaqib al-Huddaygi, II, 95 ; as-Sûsi, Min. Khilali Jazula, I, 3, 13, 33, 34 ; III, 15, 493 ; Sus al-’Alima, 156, 178 ; Madâris Sus al-’Atiqa, 121, At-Tamanarti, al-Fawa’id al-Jamma, 75-80-81-109.

35 Le fait est maintes fois indiqué par Ibn az-Zayyât dans at Tashawwuf. Rares cependant sont les affranchis que l’on sait engagés dans la voie isotérique.

36 Manaqib al-Hudaygi, I, 95 ; as-Sûsi, Min. Khilali Jazula, 1-3-13-33-34 ; III, 15-49 ; Sus al-’Alima, 156-178 ; Madaris Sus al-’Atiqa, 121, A. Tamanârti, Al-Fawa’id al-Jamma, 75-78.

37 Viviana Pâques, L’Arbre cosmique, Paris, Institut d’Ethnologie, 1964, 471. À partir d’une documentation vaste et de sources variées, V. Pâques dégage dans ses travaux une image du système qui est infiniment plus vraie que celle dont nous nous contentons ici sur le Sahara adantique. Sans doute on peut être partout d’accord avec V. Pâques qui assimile les Hratin aux affranchis. Les premiers étant parfois les anciens maîtres des seconds, il y a lieu de voir comment cette hiérarchie s’articule avec le pouvoir des blancs, et comment se définit l’autorité.

38 Groupe de castes endogames dans la région de Wadi Ajal sur la vallée de Sati au Fezzan. Méprisées de tous les groupes, les hommes Dawada ramassent le natron qui, autrefois, servait à embaumer les cadavres et les femmes pêchent les dûd. D’ailleurs les habitants doivent leur nom au nom de ce poisson qu’un jeu de mots populaire rapproche de Daud (David), patron des forgerons, V. Pâques, L’Arbre cosmique, 28.

39 Expression qui renvoie aux cultivateurs issus de mères et pères esclaves. Parce qu’ils ne se vendent et ne s’achètent plus, ils sont considérés comme « non nobles », V. Pâques, L’Arbre cosmique, 645.

40 Il importe peu que Bilal, le compagnon du prophète, soit Éthiopien d’Abyssine. L’essentiel est ici que les confréries musulmanes qui se situent à des degrés variables sur l’arbre cosmique, « laissent toujours l’arbre du bas à leurs captifs “nègres” de Sidi Bilal », V. Pâques, L’Arbre cosmique, 142.

41 Rien qu’au pays Takna par exemple, les Ayt Usa rapportent que leur fraction des Ayt Wa’ban descendent des « païens » Ida U qays et des Hratin d’Assa. Ils assurent que leurs Hratin Ayt Iddar descendent d’un Hartani d’Imi-u-Gadir (V. Monteil, Notes sur les Tekna, 19). Toutes les autres tribus reconnaissent aux Hratin une occupation antérieure des lieux et leur attribuent une histoire préislamique remontant aux prophètes d’Israël. Tel est le cas des Hratin de Wa’run, de Tagawst, de Taghajijt et de Fask. En arrivant en 1850 à Tagawst (Lgsabi), Léopold Panet qui ne distingue pas entre Hratin et affranchis enregistre que « les nègres esclaves seuls habitent, en grande partie, dans des tentes plantées en dehors de la forteresse, mais ils les entourent d’une haie d’épines et ont des chiens gardiens intelligents, qui les réveillent par leurs cris à l’approche des rôdeurs.  » Première exploration du Sahara occidental, 515-516. Cette présence rappelle l’importance numérique des Hratin de Wa’run. Elle est confirmée par les fonds d’archives familiales à Lgsabi même et dans les environs.

42 Outre les toponymes dénombrés en 989/1581 par un officier d’al Mansûr ad Dahbi (Diwan, annota O. Afa : Takusht, 13, la colline d’Ihardanan, 29-113), les sources du Xe/XVIe siècle relatent l’alliance contractée à Tamanart entre le groupe politique des Hratin et le Shaykh Sidi Mhand b. Brahim ash Shaykh. Cf. M. Naïmi, « At-Tamanarti Mhand b. Brahim ». E. M, 7, 2197-2200 ; Non loin de là, un descendant du père fondateur de l’État des Saadiens ‘Abd Allah b. Mbark d’Aqqa relate les événements qui opposent les Hratin de Hisn Lhjar à Aqqa et les Mrabityn et Zwaya-t-Aqqa entre 1122/1710 et 1149/1737. Cf. Muhammad b. Abu Bakr b. Muhammad b. Abu Bakr b. Ahmad b. Abd Allah b. Baddâh, Taqâyid, manuscrit cité par as-Sûsi, Ma’sul, 18, 185-186 ; Sur la même question cf. M. Sûsi, Min. Khilali, 3, 65 cf. également Rihlat Abu al-’Abbas Ahmad Ahurzi Alhashluki (fin du XIe/1684-1689), manuscrit.

43 On lit dans une chronique rédigée par Muhammad b. Abu Bakr B. Muhammad de

Aqqa qu’au « mois de Joumada II 1131/19-05-1718 les groupes des Hratin de Hisn Lahjar se

sont consultés et d’un commun accord avec leurs grands ont pris leurs armes à feu et ont tiré

sur les Murabtin. Ces derniers ont juré de se venger.  » Cf. as-Sûsi, Min Khilali, 3, 65.

44 À mi-chemin entre Fumm Lhsan et Aqqa, cette gorge s’intitule également « Tizgi Issuqin », ou « Tizgi Irigan ». Cf. V. Monteil, : 1948 : 20-21.

45 C’est à Fumm Lhsan (l’embouchure de la forteresse) que la tradition orale est en parfaite concordance avec les fonds d’archives familiales sur l’importance numérique et politique des groupes hratin.

46 La tradition rapporte que les Hratin occupaient le ksar de Tazunt aujourd’hui détruit. Dans les environs de Taghajijt, bien d’autres cités sont attribuées aux Hratin. Cf. de La Ruelle, Id Brahim, 17.

47 Une partie des Ayt Wa’ban avec les Ayt Iddar de la tribu des Ayt Usa sont classés hratin. V. Monteil, Notes sur les Tekna, 19.

48 Voir le dernier chapitre qui sera traité sur cet aspect.

49 Lahbib at-Tamanugali, Al’Uqud al-Jawharyiya, manuscrit ; as-Sûsi, Min Khilali Jazula, I, 17-35 ; G. Spilmann, « les pays inaccessibles de Haut Draa », RGM, 1-2, 1929.

50 As-Sûsi, (Min Khilali Jazula, 65) confirme le fait d’une manière claire.

51 La cornaline est une variété rouge d’agate, employée en bijouterie. L’agate est une roche siliceuse très dure, aux couleurs variées, formée de bandes parallèles de calcédoine, de quartz hyalin et d’améthyste. Cette dernière est une pierre « qui préserve de l’ivresse » fine variété violette de quartz. Quand au quartz hyalin, il a l’apparence du verre.

52 Sur les rapports des Hratin du Wad Nun avec le sultan de Tazarwalt-Iligh Bu Hassun Ali as-Samlali Bu Dmi’a, cf. M. Naïmi, « Cinétique des leffs » sur ceux du Tafilalt avec les différents makhzen-s des Saadiens et des Alaouites.

53 Même chez les Touaregs en société de transhumance, la configuration hiérarchisée du système politique donne : Imajaghn [les nobles aristocrates guerriers s’occupant aussi du commerce caravanier protecteurs] Imghad [dépendants, essentiellement éleveurs et agriculteurs des oasis] Enadn [forgerons] Ikanawan [artisans] Ighawilin [affranchis] Iklan [captifs esclaves].

54 Nous y reviendrons ci-dessous dans « Les dimensions de l’alliance au sein des deux leff-s Tahuggat et Taguzult ».

Table des illustrations

Légende Carte des routes au VIe/XIe siècle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 772k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540