Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Autour de Max Weber

Jack Goody, L’Orient en Occident

Hinnerk Bruhns

Note de l’éditeur

Traduit de l’anglais par Pierre-Antoine Fabre
[The East in the West, Cambridge, Cambridge University Press, 1996]
Paris, Éditions du Seuil, Librairie du XXe siècle, 1999

Texte intégral

1Comment présenter le livre si riche de Jack Goody, L’Orient en Occident, à partir d’un seul et unique point de vue, celui du débat que Jack Goody engage avec Max Weber ? Quelle est la pertinence d’une telle approche ? Il est vrai que la comparaison entre les civilisations occidentales et orientales est un des thèmes majeurs de Weber tout au long de la dernière décennie de sa vie. Les parties de « L’éthique économique des religions mondiales 1915-1920 » qui portent sur le confucianisme, le taoïsme et l’hindouisme sont traversées d’un bout à l’autre par l’interrogation sur la différence des civilisations orientales par rapport à celle de l’Occident. C’est donc bien la question posée par le livre de Goody. Mais pourquoi engager aujourd’hui un débat avec Max Weber sur cette question alors que les travaux de celui-ci seront bientôt vieux d’un siècle, et alors que Weber aurait été le premier à admettre qu’il travaillait de seconde main, qu’il dépendait de la documentation disponible à son époque, que ses analyses étaient nécessairement provisoires ?

Jack Goody et les textes de Weber

2La quatrième de couverture du livre de Jack Goody indique clairement le point de départ de Goody. Citons le premier paragraphe : « L’Occident a longtemps perçu l’Orient comme un monde “statique” et “rétrograde”, un univers aux institutions archaïques, incapable de modernité. Telles furent les conceptions de Marx, de Weber, à l’âge d’or du capitalisme. Ces idées furent propagées par les apôtres du “miracle européen” ou de la “singularité occidentale”. » Cette présentation de la théorie de Weber est devenue un lieu commun. L’éthique protestante et la rationalité occidentale sont invoquées jusque dans les milieux économiques du Japon et de la Chine et, dans les pays occidentaux, ces références « théoriques » font partie du raisonnement sociologique minimal. Goody a tout à fait raison de vouloir mettre fin à une vision de l’Orient qui procède à partir de l’affirmation d’absence de rationalité. Il aborde l’une après l’autre les questions de la rationalité économique, du commerce, de la famille et de son importance pour les affaires, et celle de la communauté et de l’individu. Dans ces différents chapitres, Goody dénonce et rectifie des visions trop eurocentriques. Dans beaucoup de domaines, il en identifie sans hésiter le responsable principal : Max Weber. Il le cite, l’accuse et le condamne, non sans lui accorder certaines circonstances atténuantes.

3Regardons d’un peu plus près comment ce procès se déroule : Max Weber est l’auteur le plus souvent cité dans ce livre. Son nom apparaît une ou plusieurs fois sur au moins 51 des 330 pages de texte, ainsi que dans au moins 33 notes à la fin de l’ouvrage. La plupart de ces références servent de témoignages à charge dans ce procès où le témoin de l’accusation est transformé en accusé principal. Accusé pour des erreurs et des méfaits commis par lui-même, mais aussi pour avoir exercé une influence néfaste sur des générations de sociologues et d’historiens. En procureur habile, Goody commence son plaidoyer en faisant l’éloge, à propos de l’interprétation des différences entre Occident et Orient, des « brillants travaux de Max Weber. Celui-ci pose le problème dans des termes plus pertinents que ses aînés, Hegel et surtout Herder. [...] Les conceptions de Weber doivent être prises davantage au sérieux, en particulier parce qu’elles s’apparentent de très près à celles qui dominent encore dans les domaines social, politique et historique avec lesquelles ce livre veut débattre » (p. 8 sq.).

4Après quoi, dans le reste du livre, il n’y a pratiquement plus une seule évocation du nom de Weber qui ne soit l’occasion d’un reproche ou d’une réfutation. L’acte d’accusation est long. Les principaux chefs d’inculpation sont : avoir lié entre eux rationalisme et bureaucratie (p. 44) ; avoir prétendu qu’aucune économie rationnelle ni aucune science naturelle ne pouvait se développer dans le contexte du taoïsme (p. 44) ; avoir considéré le capitalisme occidental moderne comme la seule économie « rationnelle » possible (p. 44) ; avoir une conception erronée du développement économique (p. 56) ; avoir surestimé l’importance de l’individualisme et de la bureaucratie, sous-estimé l’importance de la famille pour l’économie (p. 203) ; avoir proposé l’idée selon laquelle la domination d’un type particulier de rapports de production peut être exclusive de toute autre (p. 265) ; avoir été « certain que cette région du monde [i. e. l’Orient] obéissait à des règles socio-économiques totalement étrangères aux réalités occidentales » (p. 272) ; procéder par « déterminisme psychologique » (p. 311) ; finalement, n’avoir pas trouvé ce qu’il avait voulu trouver (p. 311). Voilà donc assez de raisons pour expulser Weber du paradiso des sociologues.

5Les travaux de Weber sur la Chine et l’Inde ont fait depuis longtemps l’objet de débats et d’interprétations critiques par les spécialistes ; la bibliographie est longue et riche. Qu’apporte de nouveau le livre de Jack Goody ? Certains des arguments ou des thèmes qu’il développe sont, en effet, différents par rapport aux études antérieures sur Weber et l’Orient, tout au moins par le poids que Goody leur accorde dans sa démonstration : la comptabilité, le commerce, la famille et la parenté. D’autres le sont moins, comme la rationalité ou la singularité occidentale. Ces déplacements thématiques produisent-ils de nouveaux arguments contre Weber ? Regardons de plus près de quelle façon Goody a construit son acte d’accusation contre ce qu’il appelle les thèses de Weber et quelle est la nature des indices ou preuves qu’il produit.

6La bibliographie à la fin du livre de Goody comporte quatre titres de Weber :

  • Theory of Social and Economic Organisation, Édimbourg, 19471 ;
  • The Religion of China, trad. H. H. Gerth, New York, [1916] 19512 ;
  • L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, 1964 (1re éd. 1947 [sic])3 ;
  • Le Judaïsme antique. Paris, 1971.

7Dans les notes nous trouvons des références à deux autres textes :

  • Agrarverhältnisse im Altertum (p. 146, note 3, cité de seconde main)4 ;
  • La Ville (p. 294).

8Par rapport aux terrains sur lesquels Goody plaide contre Weber, c’est-à-dire essentiellement l’histoire économique comparée de la Chine, de l’Inde et de l’Occident, on s’étonnera d’au moins deux lacunes inexplicables dans cette bibliographie. Il s’agit pourtant de textes traduits depuis longtemps en anglais :

  • The Religion of India : The Sociology of Hinduism and Buddhism, New York, Free Press, 1958 ;
  • General Economic History. With a New Introduction by Ira J. Cohen, Transactions Books, New Brunswick (États-Unis) et Londres (Royaume-Uni), 1981. (Réimpression de la traduction de 1927, qui était d’ailleurs la première traduction d’un livre de Weber an anglais)5.

9On aurait pu s’attendre à ce que ces deux ouvrages soient cités parmi les principaux témoignages à charge où qu’ils soient produits comme principaux corpus delicti. Il n’en est rien ; ils ne sont même pas mentionnés. Peut-être Jack Goody a-t-il jugé suffisant de se concentrer sur The Religion of China ? Cette hypothèse n’est pas très probable, puisque les exemples indiens sont très nombreux dans son livre. Mais voyons de plus près.

  • 6 P. 203, avec note 38, à propos de la grande réussite des religions éthiques qui fut de briser les (...)
  • 7 Voir H. Bruhns, « La ville bourgeoise et l’émergence du capitalisme moderne : Max Weber : Die Stad (...)

10Sur les soixante-cinq références à Weber dans le texte, une trentaine ne comportent aucune référence bibliographique, même sommaire. Trente-trois notes sont consacrées à Weber ; seules neuf d’entre elles se réfèrent à un texte de Weber lui-même (dont deux sans référence précise, bien qu’il y ait citation directe !). Et quatre de ces neuf références concernent le § 11 du chapitre ii de Économie et Société : « Les catégories sociologiques fondamentales de l’économique » consacré à « Rationale Erwerbswirtschaft, Kapitalrechnung ». Les cinquante-six autres notes citent Weber à travers de bons auteurs comme Jürgen Habermas, Randall Collins ou Wolfgang Schluchter, pour ne citer que trois des plus connus. Une seule et unique note sur les six cent trente-huit que comporte le livre se réfère au livre de Weber sur la Chine6 ! Jack Goody, tout en voulant démontrer la fausseté de la vision wébérienne de l’Orient, aurait-il renoncé sciemment à puiser ses arguments dans les volumineux travaux de Weber sur les civilisations orientales ? Un exemple concret fournira peut-être un début d’explication : chez Weber, l’opposition (idéaltypique) entre la ville occidentale et la ville orientale, surtout chinoise, joue un rôle essentiel dans l’analyse des conditions d’émergence de la bourgeoisie et de l’économie moderne7. Jack Goody insiste (p. 294) sur le lien établi par l’historiographie européenne entre le processus de modernisation occidental et l’émergence, au Moyen Âge, d’un modèle de ville, la commune, politiquement organisée, garantissant certaines libertés à ses habitants ; modèle de ville qui aurait favorisé l’émergence de l’homo œconomicus et préparé le terrain pour une première forme de capitalisme. Goody affirme à ce propos que « Pirenne implicitement, Weber tout à fait explicitement excluaient tous deux les villes d’Asie de ce modèle ». Pour Weber, Goody se réfère à « son important essai sur La Ville » et il ajoute : « Il est inutile de s’attarder à leur [Pirenne et Weber] argumentation, rendue largement caduque par les recherches récentes dans le domaine de l’histoire urbaine. »

La portée des arguments

11L’argument de la ville est en effet central ; si central qu’on aurait souhaité que Jack Goody s’attarde un tant soit peu à l’argumentation de Weber. Surtout, on se demande pourquoi Goody renvoie le lecteur uniquement à la brève comparaison entre la ville occidentale et la ville orientale dans l’essai inachevé sur La Ville (rédigé entre 1911 et 1914) et ne fait pas la moindre mention du fait que Weber a repris et développé cette question ultérieurement dans ses études sur la Chine et sur l’Inde. Les longues pages consacrées à l’analyse de la ville chinoise constituent une pièce absolument centrale de la première partie de Confucianisme et Taoïsme, intitulée : « Les bases sociologiques. A. La ville, le prince et Dieu ». Goody insiste sur une série de caractéristiques de la ville chinoise (garanties juridiques assurées par l’Administration aux contrats passés entre les habitants, fonctionnement rationnel des firmes, importance des guildes), favorables aux développement des échanges commerciaux et de la production manufacturière (p. 294 sq.). Rien de cela n’est absent de l’analyse de Weber, au contraire. Seulement, la question posée par Weber est : pourquoi, en dépit de ces circonstances favorables (et d’autres dans divers domaines, souvent plus favorables qu’en Occident) le capitalisme moderne d’entreprise rationnel ne s’est-il pas développé en Chine ? Après avoir éliminé une série de dimensions (géographique, démographique, etc.) en principe plus favorables à un développement du capitalisme en Chine plutôt qu’en Occident, après avoir constaté également l’importance des associations professionnelles et des activités commerciales dans les villes chinoises, etc., Weber se focalise dans son analyse comparée de la ville orientale et occidentale sur la nature politique de la ville, sur sa place au sein des structures politiques plus grandes et sur la question de savoir dans quelle mesure les caractéristiques d’un type de ville (son autonomie, son organisation intérieure, etc.) contribuent à favoriser l’émergence d’une bourgeoisie et le développement de nouvelles formes d’entreprise. On peut, comme cela a été fait antérieurement, nuancer ou contester les analyses de Weber. Mais au moins faut-il prendre en compte toute son argumentation. Celle-ci est à peine esquissée dans le texte sur La Ville auquel se réfère Goody. Pour la connaître vraiment, il faut lire Confucianisme et Taoïsme.

12Tout un chapitre du livre de Goody est consacré à la question de la comptabilité rationnelle (« Rationalité et ragioneria : la tenue des livres de comptes et le miracle économique »). Au point de départ se trouve la question « du lien soutenu par Max Weber entre capitalisme et bureaucratie à partir des pratiques de comptabilité à partie double » (p. 66). Ce chapitre est une bonne mise au point de l’histoire de la comptabilité et il est vrai que, dans certains de ses textes, Weber a exagéré l’importance de la comptabilité pour la naissance du capitalisme moderne. Ce qui est insatisfaisant dans la démarche de Goody, c’est sa façon d’isoler des éléments sans que leur fonction dans l’ensemble de l’argumentation de Weber ne soit abordée une seule fois. Dans ce chapitre comme dans l’ensemble du livre, Goody ne présente à aucun moment ne serait-ce qu’un résumé de ce qu’étaient les différences du développement économique en Occident et en Orient selon Weber, ni une définition de ce que Weber entendait par capitalisme rationnel. Au lieu de cela, concernant les thèses de Weber, le lecteur est confronté, au fil des pages, à une série d’affirmations ni totalement vraies ni entièrement fausses, car isolées de leurs contextes et surtout sans que le poids respectif de ces arguments dans la conception globale de Weber soit analysé. Pour exemple de cette méthode, on peut citer l’affirmation de Goody, selon laquelle il existe un lien (pour Weber) à partir de la comptabilité à partie double, entre capitalisme et bureaucratie, ou, un peu plus loin, l’affirmation que « Max Weber voit dans la commenda la voie ouverte au capitalisme » (p. 85). De tels exemples pourraient être multipliés. Dans certains cas, Goody réfute, à juste titre, telle ou telle formulation de Weber. Mais l’efficacité des coups portés contre Weber reste incertaine, puisque le lecteur ne peut se rendre compte si l’élément visé par Goody entraîne l’écroulement de toute la construction wébérienne ou s’il ne s’agit que d’un détail.

  • 8 Max Weber, Sociologie des religions. Textes réunis, traduits et présentés par Jean-Pierre Grossein (...)

13Il en est autrement de certaines affirmations générales, comme celle du « déterminisme psychologique », reprise à son compte par Goody contre Weber (p. 311). Ici, les coups vont directement dans le vide. Est-il encore nécessaire, pour en convaincre le lecteur, de rappeler cette phrase clé de L’Éthique économique des religions mondiales : « Ce sont les intérêts (matériels et idéels) et non les idées qui gouvernent directement l’action des hommes. Toutefois, les “images du monde” qui ont été créées par le moyen d’“idées”, ont très souvent joué le rôle d’aiguilleurs, en déterminant les voies à l’intérieur desquelles la dynamique des intérêts a été le moteur de l’action8. »

  • 9 Voir Histoire économique, p. 386. La traduction de la citation est tirée ici de Max Weber, Essais (...)

14Que dire de l’argument final de Goody : « Ce n’est pas seulement la capacité industrielle des sociétés asiatiques qui est ici en débat, mais aussi cette autre question : l’industrialisation de ces sociétés doit-elle se payer d’un renoncement à leurs caractéristiques antérieures ? Doivent-elles devenir protestantes ou calvinistes pour augmenter leur production et connaître une croissance continue... » (p. 320) ? S’il était besoin, il suffirait de citer une seule phrase de Weber, tirée du dernier paragraphe de son Histoire économique, pour montrer que la démonstration par l’absurde se retourne contre Goody lui-même. Weber parle du capitalisme de son propre temps : « Les racines religieuses de l’homme économique moderne n’existent plus. La notion de “Beruf” est de nos jours comme un “caput nurrtuum. [...] L’ethos économique était né sur le terrain de l’idéal ascétique ; il est maintenant dépouillé de son sens religieux9... »

  • 10 Confucianisme et Taoïsme, p. 337.

15Revenons à notre analogie juridique : le dossier d’accusation a été, de toute évidence, construit sur des bases insuffisantes ; ni l’œuvre de Weber ni sa méthodologie n’ont été analysées suffisamment et les grands travaux qu’il a consacrés à l’Orient sont largement ignorés. Nulle part dans le livre de Goody, on ne trouve la moindre mention de ce qui aurait dû être central pour son débat sur la rationalité : la différence, introduite par Weber dans le chapitre final de son livre sur la Chine, entre la rationalité du confucianisme et celle du puritanisme, entre une rationalité qui signifiait une « adaptation rationnelle au monde » et celle qui signifiait « une maîtrise rationnelle du monde10 ». De deux choses l’une : ou bien le procureur Goody visait vraiment Max Weber ; dans ce cas son acte d’accusation est inconsistant et aucun jury averti ne le suivra. Ou bien il voulait atteindre, à travers Max Weber, une partie de nos sciences sociales qui citent et manipulent des concepts ou idées wébériens, ou déclarés tels, sans avoir étudié les textes. L’intention, dans ce cas, serait louable, mais la méthode et la démonstration ratées et le procureur risquerait d’être invité à prendre place sur le banc des accusés.

Notes

1 Il s’agit en fait de la 1re partie de Économie et Société, éditée par Talcott Parsons, avec une longue introduction de Parsons. Pour l’édition française du livre de Goody, il aurait été préférable de citer la traduction française de Économie et Société (dont seule la première partie a été traduite).

2 Entre-temps une traduction française a paru : Max Weber, Confucianisme et Taoïsme, traduit de l’allemand par Catherine Colliot-Thélène et Jean-Pierre Grossein, présenté par Jean-Pierre Grossein. Paris, Gallimard, 2000.

3 L’ajout du traducteur : (1re éd. 1947) est incompréhensible. Goody utilise la traduction de Parsons dont la 1re édition a été publiée à Londres en 1930 ; la 1re édition de la traduction française date de 1964. Voir la nouvelle traduction de Jean-Pierre Grossein (Gallimard, 2003).

4 Traduction française : Max Weber, Économie et société dans l’Antiquité, précédé de : Les Causes sociales du déclin de la civilisation antique. Introduction de Hinnerk Bruhns, Paris, Éditions La Découverte, 1999.

5 Publié en allemand en 1923 ; traduction française : Histoire économique. Esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société, Paris, Gallimard, 1991.

6 P. 203, avec note 38, à propos de la grande réussite des religions éthiques qui fut de briser les chaînes du sib. Goody croit corriger Weber en précisant que cela « se produisit au sein du catholicisme bien des siècles avant la Réforme ». Weber insiste souvent sur ce fait.

7 Voir H. Bruhns, « La ville bourgeoise et l’émergence du capitalisme moderne : Max Weber : Die Stadt (1913/1914-1921) », voir aussi chapitre ii de B. Lepetit, C. Topalov (éd.), La Ville des sciences sociales, Paris, Belin, 2001, p. 47-78, 315-319 et 344-350.

8 Max Weber, Sociologie des religions. Textes réunis, traduits et présentés par Jean-Pierre Grossein. Introduction de Jean-Claude Passeron, Paris, Gallimard, 1996, p. 349 (il s’agit de l’« Introduction » de L’Ethique économique des religions mondiales, 1915-1920).

9 Voir Histoire économique, p. 386. La traduction de la citation est tirée ici de Max Weber, Essais de sociologie des religions I. Traduction de l’allemand et présentation par Jean-Pierre Grossein. Éditions À Die, 1992, p. 114.

10 Confucianisme et Taoïsme, p. 337.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540