Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Autour de Max Weber

Wilhelm Hennis, La Problématique de Max Weber

Hinnerk Bruhns

Note de l’éditeur

Traduit par Lilyane Deroche-Gurcel, Paris, PUF, 1996
Édition originale : Max Webers Fragestellung.
Studien zur Biographie des Werks
Tübingen, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck), 1987

Texte intégral

  • 1 Jugement atténué dans son dernier livre : Max Weber und Thukydides. Nachträge zur Biographie des W (...)

1La situation est paradoxale : la wébérologie est une industrie florissante, surtout, mais pas uniquement, en Allemagne où se poursuit depuis une quinzaine d’années la grande entreprise de l’édition complète et critique des œuvres de Weber, la Max-Weber-Gesamtausgabe (MWG). La bibliographie sur Weber et son œuvre s’accroît à l’infini sans que l’on perçoive une réelle importance de Weber dans l’exercice des sciences sociales aujourd’hui. Et voici que près de trois générations et des milliers de titres après la mort de Weber, Wilhelm Hennis affirme pouvoir nous révéler enfin la véritable problématique centrale de Max Weber, problématique que la sociologie aurait perdu de vue depuis des décennies. Face à l’entreprise de la MWG, Wilhelm Hennis a volontiers joué le rôle de l’“outsider” et du provocateur, assimilant la méthode de publication des œuvres complètes à une rétention de fait des textes (surtout des lettres !) non publiés, et dénonçant l’entreprise comme une tentative de monopolisation par un cartel auto-institué1. Au contraire des éditeurs de la MWG, Hennis est un tard-venu dans la wébérologie.

  • 2 Lettre de W. Hennis à H. Bruhns, 16 février 1997.
  • 3 Dans Zeitschrift für Politik, 29, 1982, p. 241-281.

2Ce n’est qu’à la fin de sa carrière universitaire et après un long engagement politique, qu’il s’est littéralement « jeté2 » sur Weber. Dans sa vie universitaire et politique, Hennis s’était attaché à la question de ce que la science politique a été, est et devrait être ; à la question également de la Regierungslehre, de l’art de gouverner, de la « technique » du gouvernement moderne et de ses difficultés. C’est par dépit face à l’évolution prise par la science politique, que Wilhelm Hennis dit s’être tourné vers Weber. En fait, il s’agissait plutôt de la redécouverte d’une vieille passion. Une passion qu’il avait reniée à la fin des années 1950, mais sans pouvoir s’en détacher totalement, comme il l’indique lui-même dans la préface de son livre. Quantité de thèmes wébériens jalonnent la bibliographie de Hennis : les questions de la légitimité, des rapports entre les partis politiques, le Parlement et la société industrielle, les questions de la réforme universitaire, de la liberté et de la responsabilité de la science. Mais ce n’est qu’en 1982 que Hennis publie un premier article sur Max Weber lui-même, qui porte le titre qui a été donné par la suite au livre que nous présentons ici : Max Webers Fragestellung3. Depuis ce premier article, il est difficile de dire si Hennis se consacre plus aux études sur Weber ou à des réflexions sur la démocratie et sur la science politique.

  • 4 Cité par Rolf Zundel.

3Déjà sa thèse d’État, soutenue en 1959, avait été ressentie comme « au fond une attaque contre une science politique, qui s’était détachée de ses rapports aux valeurs — comme sociologie quantitative ou comme droit public positiviste, tous deux sans orientation et disponibles pour beaucoup de desseins. » À l’époque, Hennis voyait en Weber le père fondateur de la wertfreien Soziologie (de la sociologie qui se réclame du principe de la neutralité axiologique) et un des corrupteurs de la science politique. Il écrivait : Weber « n’avait aucune idée de ce que c’est que le sens d’une constitution. Des questions constitutionnelles étaient pour lui des questions de technique, le parlementarisme un instrument pour sélectionner des chefs capables, le but de l’État une “grandeur de la nation” qu’il sentait de façon vague mais passionnée. Il fallait apparemment le spectacle de la décomposition de l’intérieur [de la république] de Weimar pour comprendre qu’un État constitutionnel est plus qu’un appareil, qu’une entreprise, qu’une institution, [...], que la politique, en particulier, est plus qu’une technique d’acquisition de — pouvoir4 ».

  • 5 Wilhelm Hennis, Max Webers Wissenschaft vom Menschen. Neue Studien zur Biographie des Werks, Tübin (...)

4Le contraste est grand avec la tonalité des travaux de Hennis sur Weber un quart de siècle plus tard, travaux dont les plus importants ont été rassemblés dans deux livres, La Problématique de Max Weber ; objet de cette présentation, et non encore traduit en français, La Science de l’homme de Max Weber. Nouvelles études sur la biographie de l’œuvre publié en 19965. La Problématique de Max Weber est composé de cinq textes, dont quatre avaient déjà été publiés entre 1982 et 1986 ; un cinquième est publié ici pour la première fois, après avoir été exposé oralement au congrès des sociologues allemands en 1986. Ces cinq textes sont réunis en trois chapitres : 1. La problématique et son thème ; 2. Pour la biographie et l’œuvre ; 3. L’unité de l’œuvre.

  • 6 Ici comme ailleurs, la traduction française n’est pas à une imprécision ou à un contresens près. H (...)
  • 7 Le premier chiffre renvoie à l’édition allemande, le deuxième à la traduction française.

5La Problématique de Max Weber est un livre de combat, à la fois « pour » et « contre ». Pour une nouvelle lecture de Weber, contre la lecture habituelle et dominante de l’œuvre de Weber dans les sciences sociales. L’adversaire c’est l’orthodoxie des sciences sociales modernes qui a renoncé à tout effort intellectuel, qui est sûre de sa domination et n’a que rarement besoin de recourir à l’autorité. L’autorité la plus haute, celle qui impose le silence, c’est Weber ; et « celui qui ose mettre en doute la légitimité des sciences sociales modernes dominantes, qu’il aille donc chercher noise à Weber. Sur Weber se séparent ainsi depuis trente ans les esprits6 » (p. 3-13)7.

  • 8 Voir F. Tenbruck, « Das Werk Max Webers », Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie (...)

6Hennis met en question le rôle de Weber comme dieu protecteur des sciences sociales modernes ; il veut dépasser la tentative — malheureuse — de Friedrich Tenbruck8 de structurer l’ensemble de l’œuvre de Weber autour de la question du désenchantement du monde ; il conteste la possibilité de comprendre l’œuvre de Weber à partir de la seule idée du processus de rationalisation occidentale ; il refuse de s’inscrire dans le débat sur la question de savoir si l’œuvre majeure de Weber est Économie et Société ou L’Éthique économique des religions mondiales ; il rejette enfin un certain nombre d’idées reçues qui font partie du fonds de commerce de la sociologie. Parmi elles, surtout l’idée que nous serions face à deux Weber — celui d’avant et celui d’après sa grave maladie nerveuse au tournant du XIXe au XXe siècle —, et que le véritable Weber n’apparaîtrait qu’en 1904-1905 avec L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme. L’idée, également, que la véritable méthodologie de Weber ne se serait formée qu’après 1903, serait l’influence de Rickert.

La conduite de vie, thème central de Weber

  • 9 Plutôt : l’émergence.
  • 10 S. Landshut, Kritik der Soziologie, 1929 (réédité en 1969) ; K. Löwith, « Max Weber und Karl Marx  (...)
  • 11 Voir Wilhelm Hennis, « Max Webers “Vorbericht für eine Erhebung zur Soziologie des Zeitungswesens” (...)

7Partant d’un réexamen de L’Éthique protestante et des Anticritiques, Hennis résume sa propre conception de la problématique centrale de Weber en ces mots : « Qu’est-ce qui était “au cœur” des préoccupations de Weber dans la plus célèbre de ses enquêtes ? Rien d’autre qu’appréhender [...] les origines9 de l’homme moderne ou plutôt de l’humanité » (p. 32-42). Et de préciser, un peu plus loin : « Si le “cœur” de son intérêt allait à la spécificité de l’humanité moderne, alors son “matériau”, l’objet de sa recherche était la conduite de vie. [...] Ce ne sont pas des “intérêts”, des “idées”, des “images du monde”, ni même des “agirs” [das Handeln] qui fournissent le matériau, le thème de la sociologie de Weber : son seul “objet” est la “conduite de vie” » (p. 33-42). Voilà en deux phrases la thèse du livre. Wilhelm Hennis se rattache ainsi à des interprétations antérieures, notamment à celles de Siegfried Landshut et de Karl Löwith, oubliées depuis quarante ans10. Pour Hennis, cet intérêt de connaissance « anthropologico-caractérologique » ne se trouve pas seulement au centre de L’Éthique protestante, mais traverse l’ensemble de l’œuvre de Weber qui se rattache ainsi, à travers la tradition spécifique des « sciences sociales » allemandes du XIXe siècle, en particulier les Staatswissenschaften, et parmi elles, l’économie nationale, à l’ancienne « politique ». Selon Hennis, la problématique de Weber a trouvé son expression la plus claire dans le projet d’enquête sur la presse (p. 50 sq., 61 sq.11).

  • 12 Max Weber, « Die “Objektivität” sozialwissenschaftlicher und sozialpolitischer Erkenntnis », dans (...)

8Hennis nous propose de suivre une méthode simple : lire les textes sans idées préconçues, chercher la problématique de Weber aux endroits où celui-ci la révèle lui-même de façon explicite ou, le plus souvent, de façon implicite (p. 66-78). En effet, Weber ne cache pas la question qui le préoccupe au plus haut degré et il a souvent essayé de rectifier les malentendus qu’il rencontrait. Au lieu de suivre cette piste, l’habitude prévaut de disserter sur L’Éthique protestante sans prêter la moindre attention aux nombreuses précisions que Weber lui-même a données sur le sens de son travail dans la deuxième édition de ce texte et, déjà auparavant, dans les Anticritiques. Beaucoup d’encre aurait pu être économisée si les commentateurs de L’Éthique protestante s’étaient, par exemple, un tant soit peu intéressés à l’Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik (ASSP), revue dans laquelle Weber a publié L’Éthique protestante en 1904-1905. Weber y a défini en 1904, dès le premier numéro, son propre programme de travail et celui de la revue elle-même dont il venait de prendre la direction en commun avec Weber Sombart et Edgar Jaffé. Ce programme fut même annoncé deux fois dans ce premier numéro : d’abord dans l’avertissement des éditeurs (Geleitwort) et, ensuite, de façon plus explicite, dans l’essai sur l’objectivité12. Hennis cite ce Geleitwort dans un autre chapitre, mais il aurait pu l’introduire dès le début de son argumentation. Les directeurs de l’Archiv y déclarent (et c’est Weber qui tient la plume) que leur revue sera au service du problème scientifique qui est constitué par « la connaissance historique et théorique de l’évolution capitaliste ». Et la revue « adoptera un point de vue tout à fait spécifique : celui de la dépendance économique des phénomènes culturels » (ökonomische Bedingtheit der Kulturerscheinungen, p. v). Lorsque Weber rédigea ce Geleitwort, il travaillait déjà à « L’Éthique protestante et L’“Esprit” du capitalisme », qu’il fera paraître quelques mois plus tard dans la même revue.

  • 13 C’est moi qui souligne (H. B.).
  • 14 Il serait plus exact de traduire ainsi : « Lorsqu’on se propose d’évaluer (bewerten) un ordre soci (...)

9À côté de la réception de L’Éthique protestante par les sociologues et wébérologues, c’est celle de la Wissenschaftslehre (Essais sur la théorie de la science) qui est critiquée par Hennis. Car il s’agit d’un ensemble de textes de circonstances, souvent polémiques, que Weber n’avait nullement conçu comme un ensemble cohérent qui serait sa “théorie” de la science. Hennis (p. 54-65 sq.) comprend ces différents textes rassemblés après la mort de Weber sous le titre Wissenschaftslehre comme une tentative de discipliner la perspective annoncée dans le Geleitwort de façon méthodique et selon les règles professionnelles de la science. La quintessence de ces textes est selon Hennis « un effort héroïque pour “sauver les problèmes” des anciennes sciences morales, de l’ancienne philosophie pratique, de les sauver pour une science sociale moderne, “empirique” » et non, comme le lui fait dire la traductrice, « pour créer13 une sociologie moderne, “empirique”. » Hennis cite une phrase extraite de l’essai sur « Le sens de la "neutralité axiologique" dans les sciences sociologiques et économiques » (1917) : « Toute organisation des rapports sociaux, de quelque nature qu’elle soit, doit sans exception, quand on veut la juger axiologiquement, être jugée en fin de compte sur le type d’humanité auquel elle donne les meilleures chances de devenir dominant, par le biais d’une sélection de caractères internes ou externes14 »

  • 15 Publiés en français dans Le Savant et le Politique, Paris, Plon, 1959, sous les titres « Le métier (...)

10Le deuxième chapitre approfondit l’interrogation sur « Le thème » de Max Weber : la personnalité et les ordres de vie (Die Persönlichkeit und die Lebensordnungen). De nouveau, Hennis commence en se démarquant de la sociologie actuelle qui, selon lui, ne s’inscrit pas dans la tradition wébérienne. Si l’on veut comprendre le thème de Weber, il faut être prêt non pas à le « reconstruire », mais à le lire de façon radicalement historique (p. 63-75). Dans ce chapitre, Hennis réussit à faire ressortir de façon lumineuse le lien entre des textes aussi différents que Wissenschaft als Beruf, Politik als Beruf15, les enquêtes sur les ouvriers agricoles, les études sur L’Éthique économique des religions mondiales et Économie et Société. « Les tensions entre les lois autonomes (Eigengesetzlichkeiten) des différents ordres, des domaines (Sphären), des « valeurs » (p. 72-85), constituent ici l’accès au « thème » de Weber, car [et je quitte la traduction française qui produit de nouveau un contresens] pour l’homme civilisé (Kulturmensch) c’est un fait inévitable « que nous fassions partie d’ordres de vie différents qui obéissent à des lois différentes. »

  • 16 Wolfgang J. Mommsen, Max Weber et la politique allemande 1890-1920, Paris, PUF, 1985 (traduction f (...)

11Wilhelm Hennis revient ensuite au début de l’œuvre de Weber, aux enquêtes agraires, avec les thèmes de la structure et de l’organisation du travail rural (ländliche Arbeitsverfassung) et l’importance d’une analyse sociologique des différents groupes, couches ou « états » à l’aide du concept central de la Lebensführung, de la conduite de vie (p. 80-92). Hennis voit dans ces enquêtes le fonds (Fundus) de Weber ; il insiste, contre Wolfgang J. Mommsen16, sur l’intérêt scientifique et non seulement politique de ces travaux de Weber entre 1892 et 1899. C’est sous l’angle de la caractérologie et de la question de la qualité des hommes que Hennis analyse les travaux de Weber sur les structures du travail dans les campagnes à l’est de l’Elbe et les conséquences qu’elles ont eues sur les mutations du XIXe siècle. Il se tourne ensuite vers les sociologies particulières. La sociologie des religions est orientée exclusivement vers cette question (p. 90-103) : que devient l’homme si les représentations religieuses, un facteur parmi beaucoup d’autres, le saisissent avec une force particulière [... ] et orientent sa conduite de vie dans telle ou telle direction ?

12Économie et Société, de même, traite des « Ordnungen et Mächte » (des ordres et des pouvoirs ; plutôt : puissances) (p. 94-107) et de leurs conséquences sur les conduites de vie de l’homme, surtout de l’homme économique (wirtschaftender Mensch). Hennis traduit le titre de Économie et Société librement comme suit : « L’homme — et surtout spécialement l’homme économiquement actif — et la détermination de ses actions par les ordres et pouvoirs qui influent sur ces actions (soit sur des actions économiques au sens étroit du terme, soit sur des phénomènes économiquement importants dans ces actions, soit enfin sur des phénomènes économiquement importants dans ces actions. » Dans ces pages, Hennis précise (p. 95) que pour Weber handeln ne veut pas dire « action » [agir], mais toujours : Lebensführung (conduite de vie). Dans la suite, nous arrivons au cœur de l’intérêt de Wilhelm Hennis pour Weber : la théorie classique de la politique avait pour thème la question de la vie juste des hommes, de la bonne organisation de la vie en commun des hommes. Premièrement, ces thèmes apparaissent dans l’œuvre de Weber en tant que question de la normativité et question de la Werturteilsfreiheit (neutralité axiologique). Ensuite, le problème central de l’ordre économique moderne, du marché, c’est « l’impossibilité d’une moralisation [Nichtethisierbarkeit], l’impossibilité de réglementer les rapports entre propriétaire de capital et ouvrier de quelque manière éthique psychologique concevable » (p. 103-116). Ce qui veut dire que l’ordre de vie rationalisé « prive les personnes placées dans sa dépendance de la possibilité de donner un caractère éthique au fait qu’elles sont « jetées là : dans les ordres » (p. 106-119). C’est la question du sens que les sciences sociales modernes, au grand regret de Hennis, ont eu tendance à évacuer depuis longtemps.

  • 17 « Roscher und Knies und die logischen Probleme der historischen National-ökonomie » dans Max Weber (...)

13Dans la deuxième partie du livre (« Pour la biographie de l’œuvre »), Hennis choisit le même point de départ que pour la première partie : la sociologie moderne a bétonné l’interprétation orthodoxe de l’œuvre en éliminant toutes ses racines historiques et génétiques significatives. Pour Hennis, au contraire, Weber se trouve à mi-chemin entre la tradition de la « politique », tradition qui disparaît, et la sociologie qui s’installe ; il s’agit donc de retrouver ce qui relie Weber au XIXe siècle et de préciser, d’abord, à quel endroit du système et des traditions scientifiques Weber se situait lui-même et où il était situé par ses contemporains. Ce lieu, c’est l’École historique de l’économie nationale, économie nationale qui, comme Hennis le rappelle, était une science politique, une science de l’homme (Wissenschaft vom Menschen). Insistant sur la grande importance de Karl Knies, Hennis considère l’essai de Weber sur Roscher et Knies17 comme un parricide ; du point de vue méthodologique, Weber y aurait seulement radicalisé les positions de Knies et de l’École historique. C’est certainement aller un peu vite en besogne, car toute la réflexion de Weber sur la méthode et la théorie de « sa » science, l’économie, partait du constat que l’École historique avait échoué dans sa tentative de produire une méthode et un appareil théorique capables d’analyser le système capitaliste contemporain et ses origines.

14Dans la deuxième partie de ce chapitre, Hennis s’intéresse au rapport de Weber à Nietzsche. Citant le mot de Weber, adressé en 1920 à Spengler : « Le monde dans lequel nous existons nous-mêmes intellectuellement est en bonne partie un monde formé par Marx et Nietzsche » (p. 167-181), Hennis conteste l’opinion qui établit une distinction entre le jeune Weber, influencé par Marx, et son œuvre ultérieure pour laquelle Nietzsche aurait pris une grande influence. Hennis voit l’importance de Nietzsche dans deux points majeurs : premièrement, dans l’idée que le capitalisme moderne n’affecte pas uniquement le prolétaire et le capitaliste, mais, au contraire, tous les hommes qui naissent à l’intérieur de cet ordre de vie ; deuxièmement, dans l’idée que dans un système qui repose sur le travail formellement libre, les rapports entre patron et ouvrier n’ont plus de fondement éthique. Comme Nietzsche, il comprenait le processus de rationalisation dans le sens d’une Versachlichung (réification, dépersonnalisation) générale (p. 183-197). Weber accepte le diagnostic de Nietzsche (« Dieu est mort ») et en tire les conséquences scientifiques les plus radicales : Entzauberung (désenchantement, en fait : « démagification »), isolement radical dans la modernité, lisant Nietzsche comme un moraliste et réintroduisant ainsi la dimension tragique dans l’histoire.

15La troisième partie du livre (« L’unité de l’œuvre ») est une interrogation sur le libéralisme de Weber et sur sa personnalité énigmatique. Pour Hennis, Weber était tout au plus un libéral volontariste et sa grandeur consistait en sa capacité et en la suprématie de sa force de jugement (Urteilskraft). Cela l’amène à comprendre la Verantwortungsethik (éthique de responsabilité) comme une « éthique d’une évaluation responsable des conséquences » (p. 230-244). Le dernier chapitre (« La place de Max Weber dans l’histoire de la pensée politique “bourgeoise” ») ne fait qu’esquisser le problème de la position particulière de Weber dans les traditions de la pensée politique sur lequel Hennis reviendra plus longuement dans son deuxième livre, Max Webers Wissenschaft vom Menschen (1996), dans le chapitre « Max Weber als Erzieher » (Max Weber comme éducateur).

Remarques finales

16En guise de conclusion, on peut poser la question de savoir s’il est possible de concilier la reconnaissance de l’envergure exceptionnelle des intérêts de Weber avec la volonté de tout ramener à un intérêt central et unique. La redécouverte de l’importance centrale de la question de la Wissenschaft vom Menschen et de son enracinement dans des traditions plus anciennes est certes d’une très grande importance pour le renouveau des études wébériennes. Comme dans tout bon livre à thèse, le danger consiste à insister trop sur un seul aspect. On ne citera qu’un seul exemple pour illustrer ce danger : le thème de l’émergence de l’homme économique moderne au sein de la ville médiévale. En tant que spécialiste de la science politique, Hennis insiste sur le rapport établi par Weber entre un ordre de vie (Lebensordnung) et un type d’homme. L’historien partagera cet intérêt, mais accordera autant d’importance à d’autres éléments observés et comparés entre eux par Weber : des facteurs militaires, géographiques, institutionnels, etc. La comparaison entre ville occidentale et orientale, qui participe à cette interrogation, la comparaison entre différentes formes de rationalisation, ne procèdent pas uniquement de l’intérêt pour le type d’homme, mais d’un intérêt tout aussi central pour l’évolution du monde. Le rapport entre personnalité et Lebensordnung ne doit pas être lu uniquement en termes de conflits et de tensions qui restitueront à l’homme et à l’historien la dimension tragique, mais également comme une interrogation sur le monde tel qu’il évolue sous l’influence du type d’hommes en présence.

Notes

1 Jugement atténué dans son dernier livre : Max Weber und Thukydides. Nachträge zur Biographie des Werks, Tübingen, Mohr Siebeck, 2003.

2 Lettre de W. Hennis à H. Bruhns, 16 février 1997.

3 Dans Zeitschrift für Politik, 29, 1982, p. 241-281.

4 Cité par Rolf Zundel.

5 Wilhelm Hennis, Max Webers Wissenschaft vom Menschen. Neue Studien zur Biographie des Werks, Tübingen, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck), 1996 (voir le compte rendu de H. Bruhns dans Annales HSS, 1998, n° 2, p. 401-403).

6 Ici comme ailleurs, la traduction française n’est pas à une imprécision ou à un contresens près. Hennis ne dit pas, à propos de Weber, que « c’est pourtant à lui que doit s’attaquer celui qui ose mettre en doute la légitimité des sciences sociales modernes dominantes », pas plus que « c’est ainsi que depuis trente ans les penseurs se déchirent à propos de Weber » (p. 13).

7 Le premier chiffre renvoie à l’édition allemande, le deuxième à la traduction française.

8 Voir F. Tenbruck, « Das Werk Max Webers », Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, n° 27, 1976, p. 663-702.

9 Plutôt : l’émergence.

10 S. Landshut, Kritik der Soziologie, 1929 (réédité en 1969) ; K. Löwith, « Max Weber und Karl Marx » dans Gesammelte Abhandlungen, Stuttgart 1960 (publié d’abord en 1932 dans ASSP).

11 Voir Wilhelm Hennis, « Max Webers “Vorbericht für eine Erhebung zur Soziologie des Zeitungswesens”. Einführung und Text », dans Jarhrbuch « politisches Denken » 1995-1996, Stuttgart, 1996, p. 307-322 et la traduction française du rapport de Weber sur ce projet d’enquête, établie par Gilles Bastins dans Réseaux, n° 109.

12 Max Weber, « Die “Objektivität” sozialwissenschaftlicher und sozialpolitischer Erkenntnis », dans Wissenschaftslehre, p. 146-214 [première publication : ASSP, vol. 19, 1904, traduction française : « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales », dans Max Weber, Essais sur la théorie de la science, Paris, Agora Pocket, 1992, p. 117-201 [première publication : 1965].

13 C’est moi qui souligne (H. B.).

14 Il serait plus exact de traduire ainsi : « Lorsqu’on se propose d’évaluer (bewerten) un ordre social, quelle qu’en soit la nature, il faut toujours et sans exception l’examiner sous l’angle suivant : à quel type humain offre-t-il les meilleures chances de devenir dominant par le biais d’une sélection de caractères internes ou externes ? » La traductrice du livre de Hennis se méfie ajuste titre des traductions françaises des textes de Weber. Il aurait été tout de même utile de renvoyer le lecteur français aux traductions existantes, ici à celle de Julien Freund de 1965 : Essais sur la théorie de la science [réimpr. coll. Agora Pocket 1992, p. 403].

15 Publiés en français dans Le Savant et le Politique, Paris, Plon, 1959, sous les titres « Le métier et la vocation de savant » et « Le métier et la vocation d’homme politique ».

16 Wolfgang J. Mommsen, Max Weber et la politique allemande 1890-1920, Paris, PUF, 1985 (traduction française de W. J. Mommsen, Max Weber und die Deutsche Politik 1890-1920, Tübingen, 1re édition 1959. La traduction française ne prend malheureusement pas en compte la 2e édition allemande remaniée et augmentée de 1974).

17 « Roscher und Knies und die logischen Probleme der historischen National-ökonomie » dans Max Weber, Gesammelte Aufsätze zur Wissenschaftslehre, éd. par J. Winckelmann, Tübingen, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck) 1922, 7e édition, 1988, p. 1-145. Ce texte ne figure pas dans l’édition française des Essais sur la théorie de la connaissance.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540