Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Autour de Max Weber

Avant-propos

Louis Pinto

Texte intégral

1L’essor actuel de la « wébérologie » attesté par le nombre de traductions et de commentaires est bien autre chose qu’un rituel de dévotion envers les ancêtres, c’est le signe d’une maîtrise accrue de questions et d’instruments notionnels essentiels qu’avait pu occulter l’orientation positiviste de la sociologie dominante en France dans les années 1940 et 1950. À ceux qui croient aujourd’hui pouvoir trouver dans Max Weber une alternative providentielle au marxisme, il faut dire que ce n’est pas de cette façon, biaisée et trop simpliste, que la question se posait aux yeux d’un auteur qui tenait pour acquis nombre de présupposés matérialistes. Alors que la traduction tardive et fort bienvenue du premier volume majestueux d’Économie et Société au début des années 1970 avait pu laisser une impression de fresque ambitieuse difficile à utiliser, les ouvrages récemment publiés ont en commun de nous rappeler les tâches d’une sociologie conséquente et exigeante sur des terrains — le droit, l’économie, la religion — revendiqués par des professionnels dotés d’une autorité d’institution : il ne s’agit pas d’un ensemble de thèses, mais d’un style intellectuel doté de caractéristiques remarquables, l’intérêt pour la genèse historique des catégories de pensée, le lien systématiquement établi entre un bien symbolique et l’ethos du groupe social qui en est porteur, le rôle dévolu à la concurrence des professionnels, etc. Un tel Weber, affranchi de ses représentations scolaires et idéologiques, est plus actuel que jamais puisqu’il désigne des possibilités non encore pleinement exploitées de la sociologie. Chez l’anthropologue Jack Goody, on trouvera l’illustration d’une tentative de reprendre une interrogation de Weber sur un point central — la spécificité de l’Occident — mais au prix, peut-être, d’un malentendu sur le projet de celui-ci. Quoi qu’il en soit, sa lecture de Weber a le mérite de nous conduire à mettre en question le rapport entre capitalisme, rationalité économique, rationalité savante, systèmes domestiques, religion... et à poser la question, complémentaire, de l’« Orient », dans un contexte qui n’est plus, il est vrai, celui d’il y a un siècle. Questions vastes, on le voit, sous-jacentes à bien des travaux d’histoire sociale et d’histoire économique qui enferment nécessairement une conception de la hiérarchie des facteurs.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable