Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Prophétie et routine : de Gaulle-Chirac

Annie Collovald, Jacques Chirac et le gaullisme. Biographie d’un héritier à histoires

Claire Le Strat

Note de l’éditeur

Paris, Belin, collection Socio-Histoires, 1999

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’une succession en politique et, plus exactement, qu’est-ce que succéder à un « grand homme » ? C’est cette question qu’éclaire l’ouvrage d’Annie Collovald, par l’examen de la manière dont Jacques Chirac est devenu l’héritier du gaullisme. L’affaire, pourtant, paraissait entendue avant même d’être plaidée. Héritier raté, voire dévoyé, la plupart des jugements émis se réduisent à ce constat, pour faire de l’ancien président du RPR celui par lequel le scandale d’une succession indigne est arrivé. C’est précisément ce paradoxe, montrant un héritier en poste pendant près de trente ans à la tête du seul parti revendiquant le label gaulliste sous les traits d’un éternel prétendant sans titre et sans qualité, qui constitue l’énigme que tente de résoudre l’auteur. Et étrangement, au moins pour une analyse de science politique, elle fait le pari que seule une investigation biographique de la carrière de Jacques Chirac permet de mettre au jour les conditions dans et par lesquelles s’est effectuée la prise d’héritage d’un homme que rien, semble-t-il, ne désignait pour être le continuateur de De Gaulle. « Biographie d’un héritier à histoires », nous dit le sous-titre : ce sont justement ces multiples histoires, qui divisent l’héritage en autant de gaullismes qu’il y a de secteurs sociaux attachés à sa continuation, qui retiennent l’attention d’Annie Collovald. Ce sont elles qui organisent les situations concrètes successives que va devoir affronter, gérer, modifier à son avantage celui qui, au début de la course à la succession, quand en 1974 Georges Pompidou disparaît, n’est qu’un candidat parmi d’autres, mais qui réussira à prendre, quasi définitivement en 1986, la place du successeur. Ce sont elles qui, en forgeant l’histoire sociale du gaullisme, déterminent aussi, dans tous les sens du terme, le « destin » de Jacques Chirac, qui se réalise « par à-coups, à l’aveugle, en suivant sous l’effet d’actions collectives un cheminement incertain dont l’issue n’était pas posée dès l’origine » (p. 19). L’approche biographique en sort transformée, débarrassée de ses traditionnels présupposés et de sa posture implicite : postulat du sens et de la cohérence linéaire de l’itinéraire individuel, qui tend à faire croire que, l’individu ne devenant que ce qu’il était voué à être, tout se joue dès l’origine et peu dans les épreuves ou les situations ultérieures rencontrées ; posture de démiurge qui, connaissant le mot de la fin, tend à succomber à cet « excès d’intelligibilité » dénoncé par Jean-Claude Passeron, et ainsi à s’abandonner à l’illusion rétrospective confondant « l’aboutissement et le but », pour reprendre Paul Veyne, le résultat et l’intention, et ici l’identité présente avec celle du passé. Car, justement, nous dit Annie Collovald, il y a eu un « Chirac avant Chirac », un Chirac qui n’annonçait pas celui qu’il incarne quelques années plus tard. Et c’est ce trajet qu’il convient d’expliciter, en portant le regard « au ras de l’existence », attentif à la variation de l’espace des possibles en fonction des configurations des relations dans lesquelles est pris Jacques Chirac, en replaçant celui-ci parmi les autres et en faisant de ces derniers, de leurs représentations et de leurs motivations à l’action, les « cadres des expériences » qui limitent, contraignent et/ou favorisent sa propre capacité d’initiative. Car « toute l’intrigue se noue, nous dit Annie Collovald, [...] dans l’histoire du crédit politique qui [lui] est reconnu à différents moments de sa carrière et dans les usages qui vont en être faits » (p. 9).

Une série d’opportunités

2Pour comprendre le parcours de Jacques Chirac, loin de réifier les collectifs et d’idéaliser les marques partisanes, Annie Collovald restitue d’abord les conflits entre les différents secteurs du champ du gaullisme, où s’affrontent des logiques d’action et des principes de vision contraires. Elle peut alors appréhender le processus d’accréditation dont bénéficie finalement Jacques Chirac comme un fait collectif. L’ouvrage revient ainsi sur les conditions d’exercice de son métier de Premier ministre, entre 1974 et 1976 et il montre, contre les présupposés de l’institutionnalisme traditionnel qui hantent l’histoire politique classique, que l’autorité du poste institutionnel n’existe qu’à la mesure de la marge de jeu effective de celui qui l’occupe : l’enquête nous restitue un Premier ministre pris dans les projections multiples des catégories différentes de personnel gaulliste, qui l’investissent de rôles contradictoires dont la gestion conjointe se révèle vite impossible. Annie Collovald décrit ainsi comment les « barons » (Olivier Guichard, Roger Frey, Jacques Chaban-Delmas, Jacques Foccard, Michel Debré...) frappent d’indignité cet « homme lige » de Pompidou, qui ne porte aucun des attributs exemplaires du gaullisme ancien et qui, depuis l’Appel des 43, fait figure de « félon ». Mais elle les montre aussi contraints de se rallier à lui pour, dans ce jeu bousculé, se réserver la main sur l’UDR, en le cantonnant dans son rôle de Premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing, tout en en faisant l’instrument du gaullisme contre un président à leurs yeux illégitime. Elle recompose parallèlement l’action des députés, qui veulent en finir avec leur relégation à Γ arrière-garde du gaullisme et qui voient en Jacques Chirac l’instrument de leur requalification ; ils lui demandent d’attester leur position nouvelle (symboliquement, en portant leurs préoccupations « sociales ») et de leur procurer les profits liés au soutien du pouvoir, en se faisant leader électoral. Mais l’auteur n’oublie pas non plus de revenir sur les « auxiliaires » de Jacques Chirac, hommes d’appareil alors sans légitimité (Charles Pasqua, René Tomasini) ou conseillers pompidoliens contestés (Marie-France Garaud et Pierre Juillet), qui voient en lui l’instrument de leur revanche sur les gaullistes eux-mêmes et veulent s’appuyer sur le poste du Premier ministre pour faire de celui-ci le chef d’un parti de militants. Annie Collovald restitue le présent pratique de ces différents groupes d’agents sans majorer l’intégration logique des chaînes d’actions. Et l’analyse indique finalement comment la coïncidence d’investissements hétérogènes et la collision des intérêts se conjuguent pour tout à la fois réduire les capacités institutionnelles d’action du Premier ministre et construire la centralité de Jacques Chirac dans l’espace du gaullisme et dans l’espace du pouvoir politique. C’est d’ailleurs, montre l’enquête, sous l’effet de cette tension particulière que Jacques Chirac sera en situation et en nécessité de conquérir le secrétariat de l’UDR en décembre 1974. Par ailleurs, l’ouvrage expose aussi en quoi cette conquête d’un poste partisan par le Premier ministre sera lourde d’effets non voulus. D’abord, le cumul de ses fonctions le pose aux yeux des giscardiens en rival de Giscard, qui va s’employer à restreindre le répertoire de ses prises de position dans le domaine économique, alors même que les parlementaires gaullistes lui enjoignent de promouvoir des réformes sociales contre la « rigueur » défendue par Jean-Pierre Fourcade. L’auteur montre que c’est cette conjoncture de dévaluation des ressources institutionnelles du Premier ministre — dans la mesure où elle rencontre avec l’élection d’Yves Guéna (oblat du gaullisme et rival direct) à la tête du parti en avril 1976 la restauration du pouvoir des « barons » — qui conduit Jacques Chirac à « tout changer pour tout conserver », à sortir de Matignon, à fonder en décembre 1976 le RPR, en travaillant à réformer le mode ancien et fermé de la légitimité gaulliste. L’action politique, souvent décrite comme réalisation programmée et contrôlée de projets, prend ainsi, à suivre Annie Collovald, l’aspect d’une suite, éventuellement contradictoire, d’ajustements ponctuels à des conjonctures plus subies que maîtrisées.

3La micro-histoire que propose l’auteur permet d’éclairer plusieurs dynamiques globales du champ politique. Notamment lorsqu’elle montre comment des adversaires peuvent se faire objectivement complices et en quoi, comme le suggérait Max Weber, le résultat des actions correspond rarement aux intentions primitives des acteurs. Annie Collovald démontre, en effet, que cette captation institutionnelle de l’héritage gaulliste par Jacques Chirac va coaliser contre lui des groupes, politiques et médiatiques, extrêmement hétérogènes, hier encore en conflit. Mais elle prouve également que leurs entreprises de discrédit vont progressivement doter Jacques Chirac d’un crédit supplémentaire. Ces stigmatisations procèdent de logiques spécifiques, irréductibles les unes aux autres et, en les formulant, les agents se laissent aller à l’inclination de leur sens pratique particulier, tout engagés qu’ils sont dans la redéfinition de leur place à l’intérieur des concurrences qui structurent les univers séparés où ils exercent leur activité. C’est ainsi, nous dit l’enquête, que les plus « gaulliens » des gaullistes (René Capitant, Louis Vallon, Maurice Couve de Murville, Pierre Lefranc...) en appellent au gaullisme mystique » et tentent d’arrêter le cours d’une histoire qui les renvoie au passé pour fixer leur magistère moral sur le champ du gaullisme. En même temps, l’auteur montre les socialistes, derrière François Mitterrand, opposants sans crédit concurrencés par le « gaullisme social », qui essaient en invoquant de Gaulle et la « hauteur déchue » de ses successeurs de retourner la légitimité du camp adverse. Parallèlement, elle décrit les « grands du journalisme » (éditorialistes au Monde particulièrement, comme Pierre Viansson-Ponté) — soumis aux transformations de leur métier et occupés au rétablissement de leur autorité sur le commentaire d’État — invalidant comme « contre-exemplaire du grand homme d’État » celui qui, par ses vélléités de rénovation, dément leurs prophéties sur la « fin du gaullisme ». L’attaque est violente et générale, nous rappelle Annie Collovald (Jacques Chirac est décrit comme un « aspirant dictateur », fruste, fascisant, populiste et ressentimental), mais l’analyse établit qu’en une sorte d’effet paradoxal, cette série d’agressions symboliques, partiellement autonomes et aux temporalités propres, va contribuer à consacrer une sorte de « charisme situationnel » et des ressources nouvelles. Par la force même de leurs accusations, en effet, les dénonciateurs concourent à offrir à Jacques Chirac la place de l’adversaire central, et lui inventent un nouvel héritage, en propre et « sur mesure », le « chiraquisme », directement relié à une entreprise gaullienne, le RPF. L’entreprise de discrédit autorise l’accréditation des qualités personnelles de Jacques Chirac, grandies pour être dénoncées, et lui fait perdre toute proximité sociale par rapport à ses concurrents, particulièrement Valéry Giscard d’Estaing. C’est un des points centraux de l’enquête que de montrer comment, croyant la marginaliser et l’exclure du gaullisme, ses accusateurs en viennent à doter l’entreprise chiraquienne d’une filiation par rapport à de Gaulle lui-même. Car, à l’inverse de ce qu’ils imaginent, à partir de 1977, Jacques Chirac va endosser l’indignité et, par une sorte d’« autostigmatisation démonstrative » (p. 222), la retourner. Il rencontre ce faisant beaucoup des dispositions des militants du RPR, et notamment leur recherche de reconnaissance et de légitimité, qui passe par une propension à contester l’autorité technocratique.

Les propriétés de trajectoire

4Reste à comprendre cette action décisive pour Jacques Chirac qu’est ce travail de retournement du stigmate. Annie Collovald établit qu’il tient aux dispositions constitutives de son ethos et elle s’emploie à retrouver les conditions de sa formation et de son renforcement. Elle restitue ainsi combien son rapport rationalisé et assuré à l’avenir tient à son mode d’accès au jeu politique, marqué par la socialisation énarchique, par la précocité d’une carrière accélérée sous la protection de Georges Pompidou, par l’entrée par la grande porte dans le jeu gouvernemental... Elle montre en quoi son sens de la distance, à soi et aux autres, relève de deux processus : une ascension professionnelle non déterminée par les représentations extérieures au travail gouvernemental ; un savoir-faire pratique propre aux « gouvernementaux » et marqué par la gestion de relations distanciées dans l’exercice de ses fonctions. Elle pointe un « sens de soi » particulier, qui le porte à résister à la domination symbolique plutôt qu’à s’y soumettre, à supporter le « marquage de soi » et de fortes fluctuations de la valeur de son identité. Elle restitue une disposition à « l’abaissement », acquise à l’EΝΑ et en début de carrière pour faire face à un certain déficit de capital social et la nécessité, parce qu’il est malgré tout un héritier, de retravailler l’héritage familial pour en reproduire le volume. Elle indique la coexistence d’éléments discordants dans le répertoire identitaire à l’œuvre dans sa famille (les projets plus modestes d’une mère restée corrézienne contredisent pour une part l’ambition d’un père promu dans la bourgeoisie économique parisienne), qui vont trouver, au détour de la stigmatisation, à se réconcilier. Annie Collovald indique donc en quoi les dispositions de Jacques Chirac et la plasticité d’un sens pratique travaillé de dimensions contradictoires le portent à développer des redéfinitions stratégiques de son identité — qui contredisent, d’ailleurs, l’illusion de sa constance et de sa cohérence. C’est ainsi qu’en 1967, jeune énarque sorti des cabinets ministériels, fils d’un industriel, débarqué en Corrèze pour se faire élire, il n’hésite pas à romancer sa propre biographie pour devenir le fils de son grand-père (simple provincial monté à Paris pour réussir). L’enquête montre qu’il reprend même l’héritage politique radical indispensable à l’enracinement local et parvient sans difficulté apparente à actualiser dans le travail de proximité de la campagne locale les dimensions populaires de son ethos, voire de son hexis. Pas de calcul rationnel ici, mais plutôt « un type de politique identitaire qui compose et recompose sans cesse les filiations complexes de sa personne aux héritages convoités » (p. 212). Annie Collovald qui rejoint, à sa façon, les travaux de Ian Kershaw sur Hitler montre comment des images subjectives de soi peuvent se constituer dans le cours même des affrontements politiques. Elle indique ce faisant comment Jacques Chirac va peu à peu intérioriser un sens de soi qui lui était initialement étranger, un sens charismatique qu’il actualise en le rationalisant et en devenant un professionnel du charisme.

5Annie Collovald éclaire aussi la série des opérations par lesquelles le professionnel de la politique qu’est Jacques Chirac va routiniser un mouvement politique, qu’il structure de façon à se réserver le monopole de la représentation du gaullisme et à « se faire hériter par l’héritage du gaullisme ». Elle montre d’ailleurs qu’une des conditions de possibilité de cette sécularisation, de ce passage du gaullisme « héroïque » au gaullisme « politique », tient au travail de rationalisation développé, selon leurs enjeux propres, par les juristes dans la période 1962, autour du concept de « charisme de fonction ». L’ouvrage restitue la façon dont l’équipe Chirac, « entrepreneur politique rationnel », s’éloigne à partir de 1977 de l’idéologie professionnelle d’alors pour se tourner vers des indicateurs plus rationalisés de l’activité politique (sondages, résultats électoraux, etc.)· Il indique également comment vont être disqualifiés les associés rivaux : la nomination de Jérôme Monod au secrétariat général en 1976 traduit une première stratégie d’affaiblissement des gaullistes les plus politiques au profit de la « présidence » chiraquienne, par une technocratisation de la vie partisane. En 1979, « barons » du gaullisme et parlementaires s’étant requalifiés après « l’Appel de Cochin », Jacques Chirac, secondé par Bernard Pons, remobilise la « base » en investissant les lieux militants et en multipliant les activités et les tournées en province. Il promeut les adhérents récents en ouvrant la concurrence pour les postes par la procédure de l’élection, ouvre les sections locales, s’appuie en un mot sur ceux qui, relégués, attendent une légitimité et des places et doivent tout au parti tel que l’équipe Chirac l’a construit. S’y adjoint, ajoute Annie Collovald, un jeu soutenu sur le symbolique, orchestré par Charles Pasqua, qui met en spectacle la nouvelle légitimité voire la nouvelle définition du gaullisme : mise en scène, lors de la fondation, de la rupture et de la continuité avec le passé gaullien et pompidolien, grands-messes et entreprises commémoratives, biographies et merchandising à l’américaine, publication des discours... — en un mot, pour reprendre celui de Jean-Marie Apostolidès, « transmutation des intérêts disparates » dans le « corps symbolique » de la collectivité gaulliste incarnée par Jacques Chirac. L’auteur met, par ailleurs, en évidence le sens du placement de Jacques Chirac, en décrivant sa capacité à contourner les élites et notamment l’establishment médiatique, par l’investissement des secteurs journalistiques plus marginaux, qui le servent et qu’il requalifie (il en jouera encore lors de l’annonce de sa candidature en 1995). Enfin, Jacques Chirac, en risquant avec succès l’ancrage local et partisan, semble être l’un des artisans de la nouvelle donne, caractérisée par Frederick George Bailey comme l’emboîtement des jeux politiques. Il expérimente « la continuité des enjeux et des positions politiques » et une multipositionnalité élective, qui joue comme une réassurance de chacune de ses positions (l’élection à la mairie de Paris n’est pas la moindre) et dissuade la concurrence. Celle-ci, que représentaient les gaullistes « historiques », va progressivement se trouver « démoralisée », exclue de fait par les nouveaux investissements imposés (l’élection locale et l’investissement militant) et voir son monopole sur le maniement des biens gaullistes entamé par le renouvellement des porte-parole et la transformation de ces biens eux-mêmes.

Remarques finales

6L’enquête excède donc de beaucoup ces « biographies en chemise », centrées sur les informations relatives à la vie privée, personnelle, que critiquaient tant les historiens des Annales. Elle sollicite, en effet, les nombreux entretiens réalisés par son auteur comme les biographies produites par d’autres, les statistiques du recrutement des députés de l’UDR comme les travaux prosopographiques, les archives journalistiques comme les recherches sur l’EΝΑ et la haute fonction publique... On voudrait, certes, pouvoir la prolonger en examinant notamment la réception par les militants eux-mêmes des images et des représentations qui leur furent tour à tour présentées par l’équipe Chirac. Par ailleurs, cette étude centrée sur le champ du gaullisme invite à explorer les rapports voire l’association des différents types de réseaux gaullistes avec des réseaux situés dans d’autres sphères du champ du pouvoir (économique et universitaire particulièrement), pour expliquer, par exemple, le tournant néolibéral de 1981. Reste qu’en travaillant les aléas de « l’alchimie biographique » de cet « héritier à histoires », en montrant comment Jacques Chirac va retourner la stigmatisation de sa personne à son profit et redéfinir l’héritage gaulliste ainsi que le sien propre pour pouvoir hériter, Annie Collovald rejoint Gérard Lenclud en établissant comment la tradition (ou l’héritage) est réinventée sans cesse à l’usage des enjeux du présent. Elle peut alors revenir sur la genèse de cette figure pour le moins étrange et antinomique de l’action politique que Jacques Chirac parviendra progressivement à incarner, celle du professionnel charismatique de la politique.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable