Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Prophétie et routine : de Gaulle-Chirac

Brigitte Gaïti, De Gaulle, prophète de la Cinquième République (1946-1962)

Loïc Blondiaux

Note de l’éditeur

Paris, Presses de Sciences Po, [Notes bibliographiques, Index], 1998

Texte intégral

1Si l’importance d’un livre se mesure à son aptitude à remettre en cause les idées reçues, nul doute que le livre de Brigitte Gaïti consacré à l’histoire de l’avènement de la Ve République, sera considéré comme un livre important. Sa lecture conduit en effet à la révision de la plupart des croyances communément diffusées et admises sur cette période charnière de notre histoire politique.

Un contexte épistémologique propice

2La parution de ce livre peut et doit être replacée en premier lieu dans un double contexte épistémologique :

  • Une telle recherche traduit en premier lieu l’intérêt récent de la sociologie politique pour une période et des objets longtemps concédés aux historiens du politique et aux juristes. La période, c’est celle de la fin de la IVe et des débuts de la Ve République. Les questions, ce sont celles de l’avènement du nouveau régime et de la prise de pouvoir par le général de Gaulle. Depuis quelques années, une poignée de politistes, influencés notamment par le travail de Pierre Bourdieu, ont entrepris de revisiter cette période avec les armes des sciences sociales. Les travaux d’Annie Collovald sur le poujadisme et le gaullisme1, ceux de Delphine Dulong sur l’institution présidentielle2 ou ceux de Bastien François sur la naissance de la Constitution de 19583 pour n’en citer que quelques-uns, tout comme ceux de Brigitte Gaïti sur le rôle de la haute administration à cette période, l’impact de la guerre d’Algérie sur la vie politique ou la crise de la IVe République4 ont considérablement fait évoluer les manières de penser et de travailler sur cette période clé. On assiste, toutes choses égales par ailleurs, à un phénomène identique à celui observé à propos de l’histoire politique de la fin du XIXe siècle et de l’installation de la IIIe République : c’est-à-dire à la reconquête par une discipline (la science politique) et surtout par un regard (intéressé par l’approche sociologique du fait politique) d’un terrain de recherches longtemps abandonné aux seuls travaux d’historiens5 ;
  • L’ouvrage s’inscrit parallèlement dans un autre ensemble de recherches, de nature plus épistémologique qui ont conduit depuis maintenant plusieurs décennies à une réévaluation de la place du récit dans l’écriture historiographique. La perspective de Brigitte Gaïti s’inscrit ici plus ou moins directement dans la filiation du propos d’un Ricœur, d’un Chartier ou d’un Veyne (qu’elle cite à plusieurs reprises dans son livre). Elle se réfère également volontiers à Bruno Latour et à la nouvelle histoire sociale des sciences, au point d’évoquer, dans sa logique démonstrative, l’ouvrage que ce dernier a consacré à Pasteur et à ses microbes6. Ce qui est enjeu dans le livre de Brigitte Gaïti, c’est aussi et avant tout une interrogation sur les conditions de fabrication et d’effectivité du récit historique, en particulier lorsqu’il se transforme en histoire officielle, de nature quasi téléologique.

3Il y a, en effet, dans ce livre important une tension sans cesse maintenue entre un travail sur le récit et un travail sur le fait historique :

  • Un travail sur le récit tout d’abord, à travers la déconstruction d’une histoire mythique des institutions gaullistes, comme prophétie énoncée par de Gaulle lui-même en 1946, puis enfin réalisée en 1958. Un récit dont Brigitte Gaïti nous rappelle qu’il structure notre vision de la Ve République. Une présentation de l’histoire dans laquelle nous sommes tous, à des degrés divers et selon ses propres mots « pris ». Ce travail sur le récit s’emploie à montrer tout ce que le mythe laisse dans l’ombre, à savoir l’ensemble des phénomènes qu’il occulte. Mieux, il cherche à rendre raison de tels oublis. Pour ce faire, l’auteur choisit de revenir au contexte historique dans lequel ce récit a été produit et aux rapports sociaux desquels il puise sa force ;
  • Simultanément, il s’agit pour l’auteur de revenir au réel et sur le déroulement des faits. Pour jouer d’une métaphore cinématographique plutôt que littéraire, l’enquête procède à un nouveau montage de cette histoire, qui s’autorise à ne pas garder les mêmes plans, exploite les chutes de la première version, met en avant des figurants ou des acteurs disparus à l’image, pratique le fondu enchaîné là où la version officielle choisit d’opérer des coupes et, inversement, ne cesse d’élaborer d’autres plans séquence, d’autres continuités... À travers ce nouveau découpage, il s’agit bien de tester d’autres explications du phénomène qui forme l’énigme principale de ce livre, à savoir les ralliements à de Gaulle en 1958 et le triomphe du gaullisme.

4Pour résumer il y a, au cœur de l’ouvrage, deux questions distinctes, mais toujours indissociablement liées dans l’écriture :

  • Comment ce récit prophétique de la Ve République, centré sur le charisme et la personnalité du général de Gaulle, est-il advenu et pourquoi s’est-il historiquement imposé en occultant les rapports de force dont il est le produit ?
  • Comment rendre compte sociologiquement de l’avènement de la Ve République, une fois écartée l’explication par le charisme du grand homme et la prophétie ? Il s’agit cette fois de retourner aux configurations, politiques et sociales, qui ont rendu possible le retour de Gaulle au pouvoir en 1958.

5Pour le dire une dernière fois autrement et en reprenant des mots que l’auteur affectionne : il s’agit, d’une part, de reconstituer l’économie d’un récit prophétique et, d’autre part, de faire l’économie de cette prophétie pour reconstituer le récit de l’avènement de la Ve République. C’est dans ce va-et-vient constant entre le récit et le réel que le propos trouve sa force et que résident la nouveauté principale du livre et son caractère éminemment subversif. Il s’agit bien, tout à la fois, d’une contribution à l’histoire sociale du politique et d’un apport à l’épistémologie de l’histoire contemporaine.

Les matériaux d’une enquête

6Il est difficile de résumer la démonstration sans la trahir tant se veut précise la restitution des configurations historiques étudiées. Il convient également de souligner l’aisance de l’écriture, mise au service d’un propos dont le souci de cohérence, presque obsessionnel, impressionne. Je me contenterai d’exposer les trois temps principaux de l’enquête.

Retour à Bayeux

7Le premier volet du livre se concentre sur la question du récit de formation des institutions de la Ve, à travers l’exemple du célèbre discours de Bayeux. Dès le premier chapitre, consacré à ce discours prononcé en juin 1946, l’auteur fait avec beaucoup de virtuosité la preuve de la fécondité de son programme.

8Elle commence par rappeler en quoi ce discours de Bayeux, dans lequel le général semble annoncer les principaux éléments de sa future constitution, constitue l’un des éléments clés du récit prophétique. C’est ainsi qu’un juriste comme Olivier Duhamel peut écrire que « le 16 juin 1946 présente le 4 octobre 1958 ». Un raccourci que l’exégèse juridique et les manuels de Terminale ont entériné et qui consacre de Gaulle comme unique inspirateur du texte constitutionnel. Or, si l’on retourne, comme le fait l’auteur, au contexte dans lequel le discours a été prononcé, celui-ci prend un tout autre sens.

9Reçu avec une certaine indifférence, entendu à l’origine comme une prise de position politique, nullement novateur dans son inspiration, ce texte politique n’a été érigé qu’après 1958 en table de la loi gaulliste, à l’issue d’un travail d’interprétation et de construction purement rétrospectif. Cette mise en légende du discours de Bayeux aurait ainsi, selon l’auteur conduit à un triple effacement :

  • Effacement symptomatique du contexte historique dans lequel il a été prononcé : « La référence à ce Bayeux imaginaire, écrit l’auteur par la personnalisation extrême qu’elle engage, fait échapper le discours à l’histoire en le constituant comme moment de révélation unique, sans origine autre que l’intention prophétique, sans succession autre que la succession gaullienne de 1958 » ;
  • Effacement pur et simple de la période intermédiaire, qui va de 1946 à 1958, et dans laquelle il serait inutile d’aller chercher les antécédents de 1958. « Si 1958 est déjà dans 1946, l’entre-deux peut implicitement être perçu dans les catégories de l’obstacle, de l’entrave, bref d’un temps perdu sur lequel nous nous proposons de travailler » ;
  • Effacement enfin des processus collectifs et des logiques sociales qui ont pu, hors de la parole et de la personne du général de Gaulle, contribuer à la mise en place du nouveau régime.
  • 7 R. Chartier, Les Origines culturelles de la Révolution française, Paris, Éditions du Seuil, 1990.

10Ce retour sur Bayeux offre à Brigitte Gaïti la possibilité de rappeler au passage une question centrale du livre : comment cette histoire héroïque de la Ve République a-t-elle pu s’imposer ? Comment pour reprendre les mots de l’auteur « la vérité est-elle venue au récit » ? Pour y répondre, l’auteur suggère de reprendre, toutes choses égales par ailleurs, le raisonnement suivi par Roger Charrier à propos des Lumières et de la Révolution française7. Tout comme celui-ci renverse la proposition en montrant que c’est autant la Révolution de 1789 qui a « fait » les Lumières que l’inverse, ici tout se passe comme si c’était 1958 qui avait « fait » 1946 et s’était inscrit ainsi dans une filiation imaginaire.

11Car cette histoire est bien une histoire de vainqueurs. « Ce discours est un produit collectif de l’histoire qu’il raconte et comme tel il nous livre en creux des éléments sur la nature des ralliements au gaullisme effectués dans diverses sphères du social. » Ici, la force sociale du discours tient aussi à la force de ses soutiens dans le social. En reprenant l’analyse du discours prophétique chez Weber, l’auteur invite à analyser les réalisations de la prophétie comme une « production collective » et à les étudier comme « ne renvoyant plus à l’application d’intentions révélées, à la magie du verbe ou à l’autorité d’un seul homme agissant sur l’histoire, mais bien à des processus de construction sociale engagés par ceux que la prophétie mobilise, légitime ».

12En l’occurrence, pour rendre compte de l’efficacité du discours gaullien sur le gaullisme, il fallait souligner la diversité des forces qui, dans le champ éditorial et politique, ont convergé pour donner une reconnaissance universitaire et journalistique à un tel récit, là où les rescapés et les nostalgiques de la IVe République, marginalisés politiquement et socialement, n’avaient plus guère de chances de se faire entendre. Car les oubliés de cette histoire officielle sont aussi ceux qui ont disparu de la scène politique après 1958. « Le succès du récit prophétique est aussi le récit du succès de ses énonciateurs ».

Prendre au sérieux la IVe République

13Le second volet de l’enquête va précisément consister à retourner vers ces moments, ces lieux et ces acteurs délaissés par l’histoire officielle, à s’intéresser de nouveau à ce temps apparemment mort de la IVe République, afin d’y retrouver les configurations de pouvoir qui ont permis le retournement prophétique et le triomphe du général de Gaulle.

14L’auteur commence par revenir sur les règles du jeu politique sous la IVe République et sur leur dérèglement pour comprendre l’appel ultérieur au prophète. Il s’agit pour elle de reconstituer le plus finement possible les logiques d’interaction et de coordination telles qu’elles se mettent en place au début du régime. Pour décrire le fonctionnement du Parlement sous la IVe République, elle n’hésite pas à reprendre à son compte la métaphore du « jeu », largement répandue dans le discours journalistique. Le métier politique est décrit comme un art extrêmement complexe et très personnalisé de jouer « collectif », de coopérer, de composer un gouvernement comme de trahir dans le cadre d’un ordre politique très faiblement institutionnalisé à partir de 1947.

  • 8 M. Dobry, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP, 1989.

15En s’inspirant notamment du modèle d’analyse des crises politiques proposé par Michel Dobry8, elle montre comment ces rapports politiques, ces « transactions collusives » entrent en crise, notamment à partir de 1953, au point de mettre en échec non seulement les capacités d’anticipation des acteurs, mais aussi de mettre en péril le jeu lui-même, c’est-à-dire la croyance en la capacité des acteurs politiques à agir sur le social. Ici l’analyse faite dans l’ouvrage des « jeux, poisons et délices du système », des modalités de constitution du gouvernement Laniel en 1953 ou des effets de la querelle de la CED (Communauté européenne de défense) se révèle particulièrement fine et convaincante. Elle constitue à elle seule une forme de réhabilitation des phénomènes décrits, au point que l’on sent chez l’auteur un plaisir certain à décrire, avec un maximum de nuances et de précisions, les faits et gestes d’un personnel politique que l’histoire officielle de la IVe République tend à homogénéiser et à réunir dans un même opprobre.

  • 9 F. G. Bailey, Les Règles du jeu politique, Paris, PUF, 1971.

16Sous cet angle, l’épisode de la venue au pouvoir de Pierre Mendès-France, à laquelle le livre consacre un chapitre, peut s’analyser comme une première tentative de « sortie charismatique » d’une situation de blocage des institutions. Celle-ci s’opère sur fond de redéfinition des clivages politiques et d’opposition entre les « anciens » et les « nouveaux ». Pierre Mendès-France se révèle comme un candidat disponible et sans tâche pour tout un ensemble de « prétendants » qui vont se reconnaître en lui. Pierre Mendès-France peut être décrit, en des termes empruntés à Frederick George Bailey, autant comme un « leader moral » que comme le leader d’une « équipe contractuelle9 », « c’est-à-dire aussi, note l’auteur, comme l’instrument, le plus présentable possible (faute, pour certains d’un retour du général de Gaulle), de la promotion de ses membres dans la lutte pour les postes de pouvoir ». Surgissent avec lui de nouveaux acteurs politiques, inaugurant d’autres pratiques politiques. Mais l’auteur s’empresse de noter que « les audaces de Pierre Mendès-France ne sont possibles que dans la mesure où une position arbitrale s’est constituée au sein du Parlement et où se mobilisent des publics susceptibles de comprendre ces nouveaux discours, d’en saisir tout à la fois l’inédit et l’intérêt ». L’épisode Pierre Mendès-France fonctionne ainsi comme une répétition générale.

17Il faut attendre qu’une nouvelle configuration politique se mette en place avec la crise algérienne pour que le « jeu » décrit dans les chapitres précédents se bloque. S’instaure un contexte politique radicalement nouveau, dans lequel les acteurs politiques sont entravés dans leur parole (en raison d’un consensus tacite sur l’Algérie française que personne ne peut ou ne veut briser) et dans leur action, au point que la valeur des postes ministériels se dévalue et que l’appel à un arbitre, en l’occurrence le général, s’impose à tous comme une solution possible de sortie de la crise. « L’arbitrage, souligne l’auteur, doit se comprendre ici comme une condition de la reprise d’un jeu entre les joueurs existants, qui ne peuvent plus ni coopérer ni se départager. »

  • 10 N. Elias, La Société de cour, Paris, Calmann-Lévy, 1974.

18Il s’agit enfin d’analyser les conditions dans lesquelles, en mai 1958, s’opère la reconnaissance de De Gaulle comme prophète. La position arbitrale qu’il occupe doit s’analyser comme une « construction collective », comme le produit d’une situation nouvelle d’interdépendance qui unit tous les acteurs intéressés au règlement de l’affaire algérienne. Ce qui est en jeu c’est avant tout « la continuation du jeu politique et d’abord la restauration d’une croyance dans l’efficacité politique », croyance ébranlée un temps par la crise. La parole gaullienne, comme dans un premier temps ses silences, vont faire l’objet d’usages multiples et divers. Sa réussite tient, en effet, moins à la force du verbe qu’à l’ensemble des groupes qui se reconnaissent en lui et cherchent à l’interpréter. Le mystère des conversions au gaullisme, c’est-à-dire des soutiens qu’il suscite dans des partis comme la SFIO, tient précisément au pari que ces acteurs font sur lui. Derrière ce charisme, il y a une économie politique. C’est l’ensemble des investissements dont il est l’objet qui lui donnent une marge de manœuvre et lui font jouer le rôle d’« axe central de tensions », à la manière du Louis XIV décrit par Elias10.

Les ressorts cachés du ralliement au nouveau régime

19Il reste enfin à analyser, dans un troisième et dernier volet, les processus qui sont à l’œuvre en profondeur dans le changement de régime et qui constituent l’arrière-plan des mécanismes politiques que l’on vient de décrire.

  • 11 Sur ce point, voir B. Gaïti, « Histoire d’une renaissance : l’esprit de service public », Politix,(...)

20L’exemple du ralliement des hauts fonctionnaires au gaullisme, en l’occurrence, celui des « modernisateurs du service public », les Nora, Gruson, Hirsch, Monnet ou Bloch-Lainé, exemple auquel l’auteur avait naguère consacré un article remarqué, est ici repris et documenté. Ce groupe d’acteurs au profil atypique, apparu après la Seconde Guerre mondiale, va être à l’origine d’un processus d’innovation administrative sans précédent et contribuer à promouvoir, au sein de l’Administration française de nouvelles formes d’expertise. La Ve République va signifier, pour ce groupe, individuellement et collectivement, l’ouverture de chances nouvelles pour faire prévaloir, en politique, ses ressources administratives et intellectuelles propres11.

  • 12 H. Jamous, Contribution à une sociologie de la décision. La réforme des études médicales et des st (...)
  • 13 P. Muller, Le Technocrate et le Paysan, Paris, Éditions Économie et humanisme/Éditions ouvrières, (...)

21Plus largement, les débuts de la Ve République vont être l’occasion d’une « redistribution des rôles politiques », par la mise à l’écart du personnel politique parlementaire, l’avènement de ministres techniciens et une nouvelle définition du « crédit » et des « compétences » politiques. Mieux, des groupes sociaux entiers vont s’allier idéologiquement à un régime qui, en échange, valorise les ressources dont ils disposent. Brigitte Gaïti reprend ici les exemples de la médecine et de l’agriculteur étudiés naguère par Haroun Jamous12 et Pierre Muller13.

22En guise de préconclusion, l’auteur est ainsi autorisée à noter que « le succès de la prophétie gaulliste renvoie à l’histoire sociale de la formation des publics spécifiques qui vont se reconnaître dans le nouveau régime, dans la mesure où celui-ci les reconnaît et les consacre et, qui, dans le même temps, contribuent, en y investissant leurs propres ressources, à le faire advenir ».

Une autre histoire du gaullisme

23Pour caractériser la tentative proposée par l’auteur et prendre la mesure de la nouveauté de sa démarche, je voudrais revenir sur le statut et la nature du récit historique qui est proposé, la fécondité, mais aussi peut-être certaines des limites du programme de recherches qu’il permet d’ouvrir. Six traits me semblent pouvoir qualifier cette autre histoire du gaullisme.

Une histoire sociologique du politique

24De Gaulle, prophète de la Ve République peut d’abord être pensé comme une réhabilitation paradoxale de l’histoire politique. Si cette histoire fait bien une place au politique, à l’événement et à l’individu, ces trois « idoles » dénoncées naguère par Simiand, c’est afin d’en comprendre les logiques et de cerner les limites de leur pouvoir explicatif.

25Un effort notable a été fait ici pour se colleter avec les matériaux traditionnels de l’histoire politique. La connaissance phénoménologique et érudite de l’histoire parlementaire de la IVe et la Ve République est ici sans faille. L’explication des phénomènes décrits se recentre, à l’exception des développements de la dernière partie, sur l’arène politique et sur le monde parlementaire, au point que l’on puisse faire à l’auteur le reproche de sous-estimer le poids de variables comme l’opinion publique, le suffrage universel ou le contexte international.

26Mais dans ce qui se veut une véritable histoire politique, c’est moins l’objet que les concepts et les instruments théoriques d’analyse qui ont été ici renouvelés. Qu’il s’agisse de solliciter les écrits sur le charisme d’un Max Weber ou d’un Ian Kershaw, d’exploiter les intuitions d’un Michel Dobry ou d’un Frederic George Bailey, de mettre à profit l’inspiration d’un Elias ou d’un Bourdieu, la diversité des influences mobilisées, la richesse des hypothèses ainsi produites et, en conséquence, les transformations du regard qu’elles rendent possible viennent ici justifier amplement la démarche. Celle-ci démontre, comme les dernières lignes de l’ouvrage y invitent, qu’il est possible de pratiquer une « histoire sociologique » de la vie politique contemporaine.

Une histoire désincarnée

27Il s’agit aussi d’une histoire désincarnée, au sens où nous avons affaire ici avec une histoire du gaullisme qui serait presque parvenue à se débarrasser du général de Gaulle, ou, en tout cas, de la figure tutélaire, omniprésente et encombrante que mettent en scène les autres récits. L’enjeu, l’auteur le rappelle souvent, est précisément de « retrouver le collectif, le social, derrière ce qui est accordé généreusement à l’individu, à ses qualités, à ses intentions ou à son sens stratégique ». Au point que l’on croirait presque participer à un exercice d’histoire expérimentale sur le thème : peut-on faire l’histoire de la période 1946-1962 sans de Gaulle ? On imagine sans peine ce que ce type de démonstration peut avoir de violent pour les thuriféraires du Général dont le fond de commerce repose précisément sur le rappel des faits et gestes du grand homme.

  • 14 A. Collovald, « Identité(s) stratégiques », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 73, 198 (...)

28Ici, le pari peut être considéré comme en partie réussi, à condition de ne jamais oublier à quel point de Gaulle ou Mendès-France ont su jouer des situations, ont su également mettre en valeur leurs ressources singulières pour occuper la « place » construite collectivement. La question est : jusqu’où peut-on accepter l’idée d’une interchangeabilité des individus dans les cadres sociaux ainsi posés ? Jusqu’où Mendès-France était-il substituable à de Gaulle et inversement ? D’autres auraient-ils vraiment pu prendre leur place ? Peut-on totalement faire l’impasse sur la biographie des individus, sur leurs identités, mêmes fluctuantes et « stratégiques14 » ?

Une histoire désenchantée

29Il s’agit également d’une histoire désenchantée au sens où il me semble que le livre va plus loin encore qu’il ne le dit dans sa tentative de sécularisation de l’histoire du gaullisme. Il s’agit, en effet, d’un récit historique duquel la référence aux croyances ou à l’idéologie est largement absente. L’univers politique de la IVe République y est défini, me semble-t-il, comme un jeu dans lequel chacun tente de maximiser ses espérances de profit et de minimiser ses pertes au point que l’on puisse envisager de le modéliser. Pour rendre compte de ce jeu qui met à nu les ambitions et qui n’est pas sans faire penser à la société de cour décrite par un Balthazar Gracian, la métaphore de l’économie généralisée des pratiques est largement sollicitée : il est beaucoup question d’investissements, de calcul, de crédit, de reconversion, d’investissement, de transactions et de calculs.

30S’il est utile de ne pas réduire le comportement des acteurs à leurs croyances affichées, il y aurait danger à tomber dans l’excès inverse et à aller jusqu’au bout de la logique de ce programme jusqu’à faire l’impasse totale sur les croyances et les idéologies, ne serait-ce que pour analyser les registres publics de justification des comportements, lesquels contraignent, jusque dans une certaine mesure, les acteurs. Pour illustrer ce propos, prenons l’exemple du ralliement au gaullisme d’une partie de la haute fonction publique. Après avoir écarté toutes les explications traditionnellement données pour rendre compte de ce fait historique — le passé résistant de plusieurs de ces hauts fonctionnaires ; une commune méfiance à l’égard des puissances d’argent ; un souci commun de l’État ; la disqualification dans le discours gaulliste des intérêts particuliers, propre à séduire ces fonctionnaires... —, l’auteur analyse cette conversion comme « la reconversion de ressources sociales d’expertise en ressources de pouvoir dans différents champs sociaux, la diffusion des expériences et des modèles idéologiques qui les supporteraient ont constitué un public de fonctionnaires disposés à l’action politique et susceptibles d’y faire reconnaître leurs façons de voir et de faire ». Mais peut-on se désintéresser pour autant des catégories idéologiques, des rationalisations qui sont employées par ces mêmes fonctionnaires pour donner sens à leur action. Il est clair que « le ralliement au régime gaulliste de certaines fractions de hauts fonctionnaires n’est pas explicable par un envoûtement lié à la force du discours ». Il n’est pas impossible cependant qu’une communauté de projets idéologiques y ait fortement contribué. Le point méritait en tout cas de plus amples discussions.

Une histoire critique

31L’ensemble de ce travail constitue manifestement, on l’a dit et répété, un défi lancé à une histoire officielle et hagiographique de la Ve République. Il pose, ce faisant, expressément la question de l’inféodation politique de certains discours savants.

  • 15 D. Bloor, Socio/logie de la logique ou les limites de l’épistémologie, Paris, Pandore, 1982. Pour (...)
  • 16 B. Gaïti, « Les ratés de l’histoire. Une manifestation sans suites. Le 17 octobre 1961 à Paris », (...)

32L’entreprise a, on l’a dit également, des allures de réhabilitation. Il s’agit d’une histoire militante à revers qui s’efforce de « repenser une histoire des exclus de la prophétie comme un envers de l’histoire politique de l’après-guerre où la mobilisation de certains et les conditions de leur dépossession seraient à l’étude ». L’ouvrage se ferme ainsi sur un appel à une « histoire sociologique où les témoignages pourraient être compris non pas à leur valeur de “vérité” historique, mais à ce que vaut cette vérité dans un récit où les témoignages renvoient à la force sociale de ceux qui les émettent ». Il s’agit non seulement de respecter au plan épistémologique le principe de « symétrie » posé il y a plus de vingt ans par le sociologue des sciences David Bloor qui exige de considérer au même titre les vainqueurs et les vaincus, mais aussi de comprendre pourquoi certains acteurs sont voués à disparaître des récits officiels15. (Nous pensons ici également au travail que Brigitte Gaïti a mené, par ailleurs, sur la manifestation du 17 octobre 196116).

  • 17 Il est dommage de ce point de vue que le travail de Brigitte Gaïti n’ait pas croisé celui, importa (...)

33Ce révisionnisme historique, au bon sens du terme, semble d’autant plus urgent dans le cas de l’histoire de la Ve République que la version gaulliste de cette histoire s’est imposée aujourd’hui très largement. Brigitte Gaïti a raison de dire que nous sommes « pris » dans les méandres de ce récit, que nous contribuons même parfois, dans nos propres enseignements, à reproduire. Cette histoire mythique de la Ve République semble d’autant plus présente qu’il existe en abondance des tentatives ouvertes d’instrumentation de l’histoire politique contemporaine par des « entrepreneurs de mémoire » de différentes natures17. Le cas, déjà cité, de la Fondation Charles de Gaulle, comme celui de la Fondation Mendès-France ou de colloques récents consacrés à la présidence de François Mitterrand sont autant d’exemples d’un tel risque de dissolution de l’histoire critique dans la perspective hagiographique, de dessaisissement de l’histoire contemporaine au profit de la mémoire partisane.

Une histoire à enseigner ?

  • 18 Pour une défense d’un enseignement critique de l’histoire de la vie politique, voir B. Gaïti, « En (...)

34L’histoire qu’entreprend Brigitte Gaïti a également pour caractéristique d’être peu spectaculaire. Il s’agit d’un récit dont les héros ont disparu, à faible densité événementielle et aux articulations et ruptures devenues nettement moins visibles que dans l’histoire contemporaine traditionnelle. Il s’agit aussi d’une histoire complexe et répétitive, dans la mesure où les configurations décrites changent peu, où les logiques de pouvoir, de calcul et d’intérêt prédominent. En bref, le caractère didactique d’un tel récit est si peu évident que l’on en vient à poser une question naïve : peut-on enseigner une telle histoire sans désespérer les classes de terminale ou les amphis de première année à laquelle elle s’adresse ? À rebours de l’histoire officielle, simplificatrice, morale, son enseignement suppose peut-être d’autres modes d’exposition et une pratique préalable des sciences sociales. Comment, par ailleurs, enseigner cette histoire déconstructionniste sans avoir au préalable enseigné l’histoire officielle dont elle offre le contre-pied18 ?

Une histoire réflexive et de second degré

35Le type de perspective historiographique que déploie Brigitte Gaïti ne prend véritablement son sens, enfin, que parce qu’il existe déjà une ou plusieurs histoires journalistiques, universitaires ou politiques de la Ve République, qu’elle prend pour objet. Cependant, dans la mesure où elle ne propose ni archives ni faits nouveaux, elle s’expose à l’inconvénient d’être dénoncée, par les historiens eux-mêmes, comme une histoire « parasite » ou de seconde main, d’autant plus critiquable qu’elle prétend donner des leçons. Il y a de fait une facilité et un risque évident à dénoncer les fictions et les mythes portés par les autres en revendiquant, dans une rhétorique du dévoilement, la prétention à produire une histoire « vraie » contre toutes les histoires existantes. Ce risque d’arrogance ou de toute-puissance existe dès lors que des travaux comparables à celui-ci oublieront de retourner leur critique contre eux-mêmes, ce qui n’est nullement le cas de Brigitte Gaïti. Il se profile cependant à l’horizon de toutes les histoires qui voudraient s’écrire selon le même modèle.

Notes

1 A. Collovald, « Les poujadistes ou l’échec en politique », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, janvier-mars, 1989 ; « Une politique de la fidélité du groupe parlementaire UNR : 1958-1962 », Politix, n° 10-11, 1990 ; Jacques Chirac et le gaullisme, Paris, Belin, 1999.

2 D. Dulong, Moderniser la politique. Aux origines de la Ve République, Paris, L’Harmattan, 1997. Voir également B. Lacroix, J. Lagroye (dir.), Le Président de la République. Usages et genèses d’une institution, Paris, Presses de la FNSP, 1992.

3 B. François, Naissance d’une Constitution, Paris, Presses de Sciences Po, 1996.

4 B. Gaïti, « Les incertitudes des origines. Mai 1958 et la Ve République », Politix, n° 47, 1999 ; « Le poids d’une sentence : le procès Salan dans la fondation de la Ve République dans J.-L. Briquet, P. Garraud, (dir.), Juger la politique, Rennes, PUR, 2001 ; B. Gaïti, « Syndicat des anciens contre “forces vives” de la Nation : le renouvellement politique de 1958 », dans M. Offerlé (dir.), La Profession politique, XIXe-XXe siècle, Paris, Belin, 1999 ; « Le rôle de l’opinion dans le processus de délégitimation ou la quête de l’impopularité des régimes déchus », dans J. Lagroye (dir.), La Politisation, Paris, Belin, 2003.

5 Nous pensons ici aux travaux d’Y. Déloye, O. Ihl, A. Garrigou ou M. Offerlé. Il est étrange de ce point de vue que d’autres périodes, tout aussi riches, aient été semble-t-il définitivement abandonnées à l’histoire contemporaine, comme l’entre-deux-guerres ou Vichy. Pour un contre-exemple convaincant voir M. Dobry, « Février 1934 et la découverte de l’“allergie” de la société française à la Révolution fasciste », Revue française de sociologie, 24 (3), juillet-décembre 1989, p. 395-419.

6 B. Latour, Les Microbes. Guerre et paix, Paris, Métailié, 1984.

7 R. Chartier, Les Origines culturelles de la Révolution française, Paris, Éditions du Seuil, 1990.

8 M. Dobry, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP, 1989.

9 F. G. Bailey, Les Règles du jeu politique, Paris, PUF, 1971.

10 N. Elias, La Société de cour, Paris, Calmann-Lévy, 1974.

11 Sur ce point, voir B. Gaïti, « Histoire d’une renaissance : l’esprit de service public », Politix, n° 6, 1989 ; « Les modernisateurs dans l’Administration d’après-guerre. L’écriture d’une histoire héroïque », Revue française d’administration publique, 136, 2002.

12 H. Jamous, Contribution à une sociologie de la décision. La réforme des études médicales et des structures hospitalières, Paris, Copédith, 1968.

13 P. Muller, Le Technocrate et le Paysan, Paris, Éditions Économie et humanisme/Éditions ouvrières, 1984.

14 A. Collovald, « Identité(s) stratégiques », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 73, 1988, p. 29-40.

15 D. Bloor, Socio/logie de la logique ou les limites de l’épistémologie, Paris, Pandore, 1982. Pour des exemples d’application de ce principe voir D. Pestre, « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences. Nouvelles définitions, nouveaux objets, nouvelles pratiques », Annales (Histoire, Sciences sociales), mai-juin 1995.

16 B. Gaïti, « Les ratés de l’histoire. Une manifestation sans suites. Le 17 octobre 1961 à Paris », Sociétés contemporaines, n° 20, 1994.

17 Il est dommage de ce point de vue que le travail de Brigitte Gaïti n’ait pas croisé celui, important de Gary Fine sur les « entrepreneurs de réputation », voir G. Fine, « Reputational Entrepreneurs and the Memory of Incompetence : Melting Supporters, Partisan Warriors and Images of President Harding », American Journal of Sociology, 101 (5), 1996.

18 Pour une défense d’un enseignement critique de l’histoire de la vie politique, voir B. Gaïti, « Enseigner la vie politique française : entre chronique et concept », dans P. Favre et J.-B. Legavre (dir.), Enseigner la science politique, Paris, L’Harmattan, 1998.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540