Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Prophétie et routine : de Gaulle-Chirac

Avant-propos

Gérard Mauger

Texte intégral

1Le renouvellement de la sociologie politique est illustré exemplairement ici par deux enquêtes qui, outre leur objet — les avatars du gaullisme —, ont en commun une démarche. L’écriture d’une histoire sociologique de la vie politique contemporaine passe par la recherche sur les conditions de production collective de l’histoire au jour le jour (journalistique, politique et parfois aussi universitaire), histoire mythique ou histoire de combat, devenue histoire officielle.

2La déconstruction du récit prophétique de la Ve République (la légende du Discours de Bayeux) centré sur le charisme du général de Gaulle, permet de montrer à la fois ce qu’il refoule ou occulte et qui est peut-être l’essentiel : la « redistribution des rôles politiques », la nouvelle définition du « crédit » et des « compétences » politiques, c’est-à-dire aussi les multiples ralliements (de hauts fonctionnaires, de journalistes, d’universitaires) à de Gaulle en 1958 que préfigurait la « répétition générale » de l’épisode Mendès-France.

3Cette histoire au jour le jour n’est pas seulement un obstacle à la compréhension du réel historique, elle est aussi un outil de combat dans la vie politique : les luttes de succession passent par de multiples entreprises de disqualification (qui divisent l’héritage en autant de gaullismes) du prétendant Chirac. L’analyse de la captation d’héritage dont finalement il bénéficie, passe par celle de conjonctures où des adversaires deviennent objectivement complices, d’ajustements ponctuels à des situations plus souvent subies que maîtrisées, du « sens du jeu » d’un personnage devenu un « professionnel du charisme » : « routinisation du charisme » qui assure le passage du gaullisme « héroïque » au gaullisme « politique ».

4Ces deux enquêtes minutieuses et inventives font la preuve que « la nouveauté », en matière de sciences sociales, n’est pas incompatible avec la reprise de thématiques rebattues (le gaullisme) ni même avec un genre éculé (la biographie d’hommes politiques) : elle réside tout entière dans une perspective inédite capable de rompre avec des habitudes mentales inscrites dans des traditions académiques inertes et de renouveler à la fois l’histoire du gaullisme et la biographie.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540