Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Philanthropie ou réforme?

Christian Topalov (sous la direction de), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914

Gérard Mauger

Note de l’éditeur

Paris, École des hautes études en sciences sociales, 1999

Texte intégral

  • 1 La notion de reformers est d’usage routinier dans les pays anglo-saxons.

1La définition provisoire de « la nébuleuse réformatrice » proposée par Christian Topalov repose sur trois critères. « Dans des milieux et domaines d’action très divers, des hommes aux inclinations politiques différentes et souvent opposées travaillent à “réformer” la société et se décrivent volontiers comme “réformateurs” » (p. 12). Le label qu’ils emploient pour se désigner permet une première délimitation1. Leur insertion dans un réseau d’interactions très dense constitue leur second dénominateur commun : « On considérera comme “réformateurs”, précise Christian Topalov, tous ceux qui fréquentent les institutions, les associations et les cercles liés entre eux qui constituent de fait, “les lieux, les milieux et les réseaux” de la réforme. » La construction d’un « sens commun » — facilitée par des acteurs communs, agents doubles, voire « multipositionnels » — constitue le troisième dénominateur commun de cette « nébuleuse réformatrice » : « La période qui nous intéresse est sans doute en France l’un de ces moments où émergent de nouveaux sens communs qui désignent à l’action de nouveaux objets et fixent aux disputes de nouvelles limites », écrit Christian Topalov (p. 14).

2Comment décrire cette nouvelle doxa réformatrice ? Selon l’auteur, six aspects permettent de la définir :

  • La segmentation de la vieille « question sociale » en une série de « problèmes spécifiques » traitables par des moyens appropriés, indissociable de la mobilisation de la croyance en la science : le langage de la science, écrit-il, « est devenu une condition de recevabilité pour toute proposition d’action » (p. 40) ;
  • La mise en place de « laboratoires sociologiques » : centres de documentation, enquêtes récurrentes, fichiers constamment tenus à jour, construction de nomenclatures spécialisées ;
  • Le recours aux métaphores du « corps social » ou de « l’organisme urbain » et aux schèmes de pensée médicale : diagnostic, nosologie, étiologie, prescription, prévention ;
  • L’émergence d’un nouveau régime de causalité en rupture avec les prémisses de la « science de la charité » et de « l’économie politique » : « les individus ne sont plus regardés comme seuls responsables de leurs misères ou de leurs tares : pour changer les hommes, il faut savoir comment l’organisation de la société les gouverne et modifier celle-ci autant que de besoin2 » (p. 42), « désormais, c’est sur les “conditions de vie” que l’on agira plutôt qu’à l’ancienne manière, directement sur les individus » (p. 42) ;
  • Recrutant « souvent bien au-delà du courant qui leur a donné naissance » (p. 358), les institutions réformatrices apparaissent comme des institutions carrefours dont les membres sont multipositionnels (p. 358), « s’affichent comme le terrain neutre d’une réflexion non-partisane garantie par la science3 » (p. 358) ;
  • Le champ de la réforme « agnostique dans l’ordre des fins ultimes comme dans celui des formes particulières de l’action » n’est pas pour autant exempt de divisions, d’oppositions, de querelles, de conflits quant aux modalités effectives et aux fins dernières de l’action : « L’accord réformateur est circonscrit : il porte sur l’énoncé des problèmes et la méthode qui doit fonder toute solution, [...] il ne faut donc pas s’étonner, note Christian Topalov, que le sens commun réformateur s’accompagne de malentendus » (p. 44).

3Trois histoires, qui concernent des domaines distincts de la pratique réformatrice, et qui se développent à des échelles différentes, établies à partir de documents hétérogènes — celle d’un débat de congrès (assistance publique et bienfaisance privée, 1889-1900), celle d’une forme urbaine (la cité-jardin, 1903-1920) et celle d’une science (l’économie sociale, 1889-1914) — ont permis de dégager une problématique, un protocole de lecture des enquêtes menées ou rassemblées par l’auteur. « Dans chaque cas, note Christian Topalov, une forme s’impose qui va constituer à la fois un contenu obligé de toute proposition de réforme et la limite à l’intérieur de laquelle devront s’inscrire les solutions concrètes en conflit » (p. 38). Dans le premier cas, un accord se met en place sur la nécessité de séparer « les indigents valides » des autres et (de) gérer de façon scientifique les populations ainsi délimitées, instituant une division du travail charitable entre assistance et bienfaisance (p. 38). Dans le deuxième cas, l’adoption de la cité-jardin comme modèle des extensions urbaines de l’avenir donne lieu à des réinterprétations successives de la garden-city anglaise (p. 38). Dans le troisième, l’économie sociale s’affirme comme discipline scientifique face à l’économie pure (p. 38). « Pour le XIXe siècle finissant, la réforme, c’est la redéfinition et le bornage de l’horizon des possibles », c’est-à-dire, à la fois, l’ouverture de territoires nouveaux ou rénovés à l’action publique, la clôture ou la marginalisation de perspectives antérieures, la constitution d’un nouveau sens commun, d’un langage partagé, la mise en forme des problèmes et la délimitation d’un horizon des possibles (p. 39).

4Cette perspective induit des conséquences méthodologiques. D’abord, il faut « enquêter sur le moment crucial des mises en forme : celui où sont définis les problèmes à résoudre et, du même coup, les phénomènes qui s’imposent à l’observation » (p. 40). Il s’agit, par ailleurs, de reconstituer le champ des possibles, la famille des solutions concevables, du point de vue des réformateurs de l’époque.

5Les enquêtes réalisées (ou plutôt regroupées) dans le cadre de ce programme sont classées d’abord par « institutions réformatrices », puis par « domaines de réforme ». La première partie — « Des écoles et carrefours » — rassemble quatre monographies : la première d’Antoine Savoye sur les dirigeants de la Société d’économie sociale, la deuxième de Marc Pénin sur la Revue d’économie politique, la troisième de Janet Horne sur le Musée social et la quatrième de Christophe Prochasson sur le « réseau Albert Thomas » et le socialisme normalien. La deuxième partie — « Des chantiers pour la réforme » — est divisée en trois sections. La première — « Corriger et assister » — regroupe trois études : celle de Martine Kaluzynski est consacrée à la Société générale des prisons, celle de Didier Renard au milieu des Congrès d’assistance, et celle de Sandra Dab à la Société des visiteurs. La deuxième section — « Réformer la ville » — comprend une enquête de Susanna Magri sur la Société française des habitations à bon marché et une enquête de Viviane Claude sur l’Association générale des hygiénistes et des techniciens municipaux. La troisième section — « Protéger le travail » — rassemble trois enquêtes : celle de Bernard Gibaud est consacrée aux réseaux de la prévoyance sociale, celle de Rainer Gregarek aux Congrès des assurances sociales, à l’Association pour la protection légale des travailleurs et à l’Association pour la lutte contre le chômage, enfin celle d’Isabelle Lespinet a pour objet le réseau de l’Office du travail. L’ensemble de ces recherches témoigne de la diversité du monde de la réforme sociale. Depuis 1880, à l’initiative de personnes privées ou des pouvoirs publics, les causes et les créations institutionnelles — généralistes ou dédiées à un problème social particulier — se sont multipliées et diversifiées. Dans la quatrième partie de l’ouvrage — « Investissements réformateurs et formation du champ » — Christian Topalov présente une analyse du champ réformateur, à partir des enquêtes rassemblées.

  • 4 « Ce parti pris d’analyse permet de faire l’économie d’un classement des acteurs selon leurs idées (...)

6Cette sociogenèse du « champ réformateur » précise d’emblée la perspective adoptée : « L’attention ne se portera pas sur les constructions institutionnelles, la pensée qui s’y forme ou l’action qui s’y conduit, mais sur les individus qui les peuplent », précise Christian Topalov (p. 358). En d’autres termes, l’enquête n’aura pour objet ni les positions ni les prises de position des agents, mais leurs trajectoires. Cette démarche repose sur l’hypothèse qu’« on peut utilement approcher un ensemble d’institutions en examinant les itinéraires des individus qui les créent, les transforment, les quittent » (p. 358), et, dans le cas présent, en analysant « les familles d’itinéraires qui conduisent à entrer en réforme ». Ce parti pris méthodologique est assorti d’un point de vue sur les itinéraires : « les engagements réformateurs sont regardés ici comme des investissements dont l’agent attend un rapport », précise l’auteur. Il s’agit de « mettre en rapport des séquences d’événements, ceux qui sont observables dans le champ réformateur et ceux qui relèvent d’autres registres : la famille, la fortune, les activités professionnelles, les charges publiques » (p. 359) : ainsi peut-on mettre en évidence un répertoire des stratégies d’accumulation et de conversion de différentes espèces de capitaux. « À partir de positions et de ressources très diverses, on investit en réforme pour recueillir des bénéfices ailleurs » (p. 464). Cette perspective est associée enfin à une méthode d’analyse des trajectoires : « Ce qui est crucial dans les dynamiques du champ réformateur, ce sont les positions multiples des mêmes individus et les changements de ces positions au cours de leurs vies4 » (p. 359).

7Dans la perspective ainsi définie, il me semble possible de résumer l’essentiel de l’analyse proposée des structures du monde de la réforme en suivant cinq axes.

Investissements de notabilité et formation d’un champ réformateur

  • 5 Les « conseils supérieurs » apparaissent comme des « lieux communs » entre champ bureaucratique et (...)

8La notabilité est définie comme une « autorité morale construite dans un espace public distinct des institutions politiques : elle ne procède de rien d’autre que de l’être même de celui qui en est investi ». Quant à la réforme, elle est « l’alchimie qui transmue la puissance privée en autorité sociale ». Le « nouveau marché des changes » (p. 364) qu’elle met en place, défini par un investissement spécifique (p. 363), est un instrument de conversion du capital économique, nobiliaire, religieux, scientifique, en capital politique, instrument de « conquête de l’opinion dans un nouveau jeu politique où il faut désormais être élu ». Dans un processus global de renouvellement des élites sociales et politiques, la réforme apparaît ainsi comme le « terrain nouveau et crucial du jeu des concurrences et confluences entre des élites fragmentées » (p. 364). Pour les anciens notables — les aristocrates plus que les industriels — remis en selle sous l’Ordre moral et politiquement défaits en 1879, il s’agit de faire face à la mise en cause de leur légitimité. Elle était associée à une vision de la réforme issue de la philanthropie où les « activités bienfaisantes » des femmes avaient une importance centrale et où il s’agissait de « guérir » en agissant sur les conséquences et sur les individus, mais aussi de « faire son salut ». La mise en cause de leur légitimité impose des stratégies de reconversion (de la politique à la réforme), des stratégies de reconquête ou encore des stratégies d’« habilitation » de familles juives stigmatisées. Pour les couches nouvelles, candidates à la relève — « les capacités », ingénieurs, avocats, professeurs, médecins, mais aussi des « cadres » issus, comme Henri Sellier, du monde des employés —, il s’agit de construire une légitimité nouvelle. « Elle passe par une redéfinition de l’activité politique », associée au « dévouement aux causes pratiques de la réforme » (p. 380) : il s’agit désormais de prévenir, d’agir sur les causes et sur les conditions collectives. « Le nouveau personnel républicain investit en réforme pour entrer en politique » (p. 381) : outre qu’il ouvre l’accès au théâtre parisien, le patronage de mouvements qui revendiquent la « neutralité » politique est mobilisé à l’appui des combats législatifs. Pour le versant administratif du monde de la réforme sociale, lié à la mise en place d’instances consultatives5, l’entrée en réforme apparaît comme une stratégie d’autonomisation de fonctionnaires d’état-major par rapport aux gouvernements : « la pérennité des places était justifiée par celle des missions et celle-ci par le caractère objectif et scientifique des réformes à promouvoir », note Christian Topalov (p. 390).

Entrepreneurs en réforme : patrons et secrétaires

  • 6 En d’autres termes, le capital scientifique ou culturel peut l’emporter sur le capital économique, (...)
  • 7 Ressources liées au statut convoité de « société d’utilité publique », à « l’économie de l’imprimé (...)

9Les positions diversifiées au sein des institutions sont inégalement accessibles en fonction des ressources dont on dispose. « Patrons » (qui — constituent « l’establishment réformiste », selon l’expression d’Alain Cottereau) et « secrétaires » constituent deux modalités très différentes d’investissement dans l’économie symbolique des institutions réformatrices. Mais, « à partir de 1880, la multiplication des sociétés réformatrices modifie le rapport entre patrons et secrétaires ». Tout repose, en effet, sur le secrétaire : réunions, procès-verbaux, publications, collecte et gestion des fonds, formulation de la doctrine, propagande. Qu’il soit ou non rémunéré, son destin dépend des succès obtenus et de la confiance renouvelée de son patron. Toutefois, « la science et la compétence acquises peuvent disputer son autorité à la notabilité héritée6 » (p. 401). « Les façons d’accéder aux positions de patronage se diversifient. [...] Les groupes dirigeants comprennent de plus en plus d’hommes dont l’autorité procède d’autres sources : une consécration par les instances légitimes du savoir, une place éminente occupée dans l’Administration ou au Parlement, par exemple » (p. 402). Ainsi se mettent en place des « lieux communs », des « intersections » entre champ bureaucratique, champ scientifique et champ politique. Le secrétaire, émancipé de la tutelle de son patron par l’affichage d’une compétence, la création d’une institution qui engendre ses propres ressources7, peut devenir à son tour un « entrepreneur de réforme ». Cependant, les échecs sont plus fréquents que les succès : l’indépendance économique apparaît souvent, en effet, comme la condition de l’autonomie intellectuelle. Les points de vue sur le financement sont contradictoires : aux partisans de l’économie privée (suivant les exemples britannique ou américain) s’opposent ceux des pouvoirs municipaux ou de l’initiative publique. La faiblesse persistante des moyens financiers des institutions réformatrices implique des reconversions (qui annoncent le déclin de la nébuleuse réformatrice) : entrées au service des institutions patronales (du champ réformateur au champ économique), entrées à l’Université ou dans l’Administration (qui apparaissent comme des conversions du « capital réformateur » en capital scientifique ou bureaucratique).

Sociogenèse de disciplines nouvelles

10Parce qu’« il n’y a pas de force intrinsèque des idées vraies » (p. 420), « la stabilisation de nouvelles spécialités et le succès des reclassements professionnels correspondant ne dépendaient [...] pas seulement et pas nécessairement de la robustesse de leurs paradigmes ou de l’efficacité de leurs prescriptions, mais aussi des propriétés du champ réformateur et des positions de leurs promoteurs ». Néanmoins, il est désormais possible de mettre une compétence au service de la réforme, en faisant valoir l’urgence sociale de la cause invoquée, en rassemblant patronages et adhésions, etc. : « dans un contexte où l’émergence de nouvelles spécialités ou professions allait de pair avec la mise en place de nouvelles instances de certification des savoirs, l’investissement d’un domaine de réforme pouvait devenir une ressource décisive » (p. 434). Ces nouvelles spécialités scientifiques ou techniques rassemblent « généralistes » et « amateurs » (dont la « légitimité sociale » repose sur l’engagement gratuit et le dilettantisme) et « spécialistes » (dont la « légitimité savante » repose sur des savoirs et savoir-faire souvent attestés par un titre). Les seconds dépendent de la légitimité des premiers — ils forment le public légitime qui reconnaît la valeur du capital réformateur, converti en capital symbolique —, d’où le caractère indissociable du moment cognitif et du moment pratique dans la définition des nouvelles spécialités.

11Le mouvement d’organisation des professions concerne à la fois la définition des critères de compétence, la formalisation et la protection des titres, les procédures de formation et de recrutement. Statistique et économie se renouvellent substantiellement dans leur contenu comme dans leurs formes institutionnelles en se liant aux mouvements réformateurs. Créée en 1860, la Société de statistique de Paris est une société savante peuplée de spécialistes et d’amateurs arrimés aux doctrines libérales : son insertion dans le champ de la réforme, en a fait la base sociale et institutionnelle d’une discipline scientifique qui était aussi une spécialité administrative et un instrument au service de la réforme. Elle a permis de redéfinir l’objet de la discipline tout en la dotant de la légitimité sociale dont elle avait besoin pour s’imposer. L’institutionnalisation de l’économie politique dans les facultés de droit engendre une nouvelle génération d’économistes : leurs doctrines vont de pair avec leur appartenance aux réseaux de la réforme, ces engagements eux-mêmes n’étant pas sans rapport avec leur position doublement marginale vis-à-vis des économistes orthodoxes et des juristes des facultés. Dans le domaine de l’hygiène, discipline hybride au carrefour de plusieurs compétences, trois professions établies collaborent et sont en concurrence : médecins, ingénieurs et architectes. « Autant de causes, autant de spécialités ouvertes aux médecins entrés en réforme : lutte contre l’alcoolisme, la tuberculose ou les maladies vénériennes, pour le redressement de la natalité, l’hygiène de l’habitation, de la ville ou de l’atelier » (p. 430). Le mouvement hygiéniste de 1877, composante essentielle du monde de la réforme, se diversifie en quelques décennies en un ensemble d’institutions que fédère tant bien que mal l’Alliance d’hygiène sociale.

  • 8 Il s’agit des durkheimiens.

12« La création d’une nouvelle spécialité implique [...] que ses promoteurs sachent la doter des moyens de son autonomie vis-à-vis des patronages réformateurs et des spécialités concurrentes : corpus de savoirs suffisamment codifié, instances de définition de la bonne pratique, lieux de formation, barrières à l’entrée » (p. 438). La réussite de l’entreprise passe donc par la codification des savoirs et des méthodes de la nouvelle spécialité (via les congrès et actes imprimés, bulletins, bibliothèques, revues, précis et manuels). Nommer la nouvelle spécialité est un coup de force symbolique qui modifie la configuration d’ensemble des disciplines établies. La mise en place de formes d’organisation des pratiquants (ordre, corps, société professionnelle, syndicat) est la condition de l’autonomie par rapport à la concurrence des amateurs (en définissant des règles d’attribution du titre) et des autres disciplines candidates (en établissant les frontières des spécialités, les hiérarchies internes et externes). Pratiquement, elles dépendent « de la nature de la demande qu’[elles] parviennent à susciter et du degré de spécificité des savoirs dont [elles] peuvent se réclamer » (p. 444). « L’institutionnalisation des nouvelles spécialités au sein des administrations publiques est le modèle d’organisation qui prévaudra dans de nombreux cas et qui, déjà, prend forme » au cours de la période considérée. « Lorsqu’il s’agit de disciplines savantes qui trouvent place dans l’Université, elles sont d’emblée organisées dans le cadre de corps qui constituaient l’armature de celle-ci : c’est le cas des juristes devenus économistes, c’est aussi celui des philosophes devenus sociologues8 » (p. 448). « Les chemins de la “professionnalisation” des nouveaux savoirs et savoir-faire qui s’affirmèrent au sein des mouvements réformateurs furent donc divers : tantôt les spécialistes supplantèrent les amateurs au sein des œuvres et sociétés réformatrices, tantôt ils créèrent une société professionnelle distincte, tantôt ils se constituèrent en corps de fonctionnaires au sein des administrations ou en discipline distincte au sein des facultés, ces diverses formes pouvant se combiner ou se succéder. [...] Dans tous les cas, le processus d’autonomisation des spécialistes conduira à plus ou moins brève échéance à rompre les amarres avec le monde de la réforme, ses troupes d’amateurs et ses patronages, contribuant ainsi à son démantèlement », conclut Christian Topalov (p. 450-451)

Sociogenèse d’un « champ réformateur » (1880-1914)

  • 9 Pierre Bourdieu, « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, n° 246, 1966.
  • 10 « Le champ réformateur se constitue, devient autonome et prend une épaisseur telle qu’il peut proc (...)

13Empruntant à Pierre Bourdieu, la notion de « champ » définie comme « système autonome de positions, d’acteurs et d’institutions, organisé par des enjeux et des rapports internes spécifiques9 », l’auteur s’interroge sur l’autonomie du « champ réformateur » par rapport au champ politique, au champ administratif et aux divers champs de production culturelle et sur « la façon très particulière dont ces champs se recouvrent et s’agencent en son sein » (p. 464). Quatre arguments peuvent être invoqués en faveur de l’hypothèse d’un champ réformateur autonome : la clôture d’un langage commun à des acteurs et à des groupes classés à juste titre dans des écoles de pensée différentes, voire opposées (p. 462) ; le foisonnement d’institutions, diverses par leurs inspirations et leurs objets, mais proches par leurs modes d’organisation et d’action en même temps que liées entre elles par des réseaux identifiables (p. 462) ; l’existence de formes langagières et institutionnelles entre lesquelles on peut établir un rapport (voir la forme « congrès », « machine à fabriquer l’accord »). Je ne pense pas, enfin, que ce soit trop solliciter ce qu’écrit Christian Topalov que d’évoquer l’invention d’un capital propre au champ considéré, « le capital réformateur », dont l’accumulation définit « l’excellence réformatrice10 ».

14Pourtant, parce qu’il s’agit d’un « phénomène historique daté » (p. 463), « la notion ne vaut que pour une brève période » : il s’agit d’un « instrument de description d’une période » (p. 463). En effet, « à partir de 1914, comme avant 1880 mais pour d’autres raisons, l’unité de l’objet des réformes se perd : les domaines d’action, les savoirs et les institutions sont de plus en plus spécialisés, segmentés en savoirs techniques, en bureaucraties, en professions » (p. 462). Par ailleurs, la porosité des frontières entre réforme et politique, entre les mondes bourgeois et ceux qui s’efforcent d’y accéder, l’indistinction entre réforme et administration, entre réforme et sciences, impliquent une mise en garde contre les risques d’anachronisme : « Nous sommes dans une période qui comporte une vaste zone d’indistinction entre des ordres de pratiques qui ne seront séparés plus strictement que par la suite » (p. 463).

  • 11 La naissance du champ réformateur coïncide avec l’apothéose de l’Exposition universelle de 1889.
  • 12 Mais chacun de leurs succès contribue au démantèlement du champ.

15Trois processus principaux interviennent dans la sociogenèse de ce champ réformateur. Les stratégies de repli des partisans défaits de l’ordre moral ou de construction de notabilité des parvenus de la République sont au principe de la construction d’un champ réformateur autonome « défini par le nouvel enjeu qu’il a fait naître : la capacité à prescrire un intérêt général acceptable en raison par tous les esprits non prévenus11 » (p. 466). Par ailleurs, la réforme produit des réformateurs, le champ recrute de nouveaux acteurs (« les secrétaires » tendent à devenir des « réformateurs professionnels ») et une différenciation interne accompagne l’autonomisation institutionnelle et symbolique de l’activité réformatrice (à terme, elle remet en cause la structure du champ). Enfin, l’entrée en réforme d’hommes issus de professions établies qui en attendent une modification de la donne et de leur statut au sein de leur spécialité, contribue à la constitution du champ : « Ils vont faire naître de nouvelles spécialités dont la légitimité sociale dépendra intégralement de leurs finalités réformatrices » (p. 467) ; « L’investissement de la réforme par des savants et des techniciens s’inscrit, selon une modalité spécifique à la période, dans le mouvement long qui porte les "capacités" à se constituer en pouvoir social12 » (p. 468).

  • 13 Le Musée social apparaît ainsi comme « l’antichambre de la Chambre ».

16On peut identifier deux effets propres du champ réformateur. D’une part, l’énoncé de « problèmes identifiables et justiciables de traitements rationnels spécifiques », de diagnostics et de prescriptions, un langage et une méthode, la production d’un sens commun, l’invention de « réalités sociales » qu’il contribue à distinguer et à faire naître en les énonçant et en les transformant. D’autre part, l’articulation entre champ réformateur et champ politique : les réformateurs sociaux « définissent les objectifs au nom desquels toute législation sera prise et tous les arguments en faveur des diverses solutions seront énoncés13 ».

17On peut rendre compte du rapide démantèlement du champ de deux façons. D’une part, l’autonomie du champ réformateur était limitée parce que son existence et sa position dépendaient d’autres champs, parce que la position dans le champ dépendait de celles occupées dans d’autres champs et parce que les profits attendus (« l’influence ») des investissements opérés dans le champ réformateur étaient réalisés dans d’autres champs. D’autre part, l’action réformatrice ne disposait que de ressources économiques très limitées : « De plus en plus, les ressources et les règles des bureaucraties publiques sont venues se substituer aux initiatives défaillantes de la société civile, souvent en reprenant leurs méthodes et en en absorbant leur personnel » (p. 470). Ce déplacement de l’initiative vers l’administration a contribué à la dissolution du champ : « Il résulta autant d’une “défaillance” de la société civile que du triomphe d’un projet affirmé d’“État-providence” » (p. 471).

Ouvertures

18Dans cette tentative de « synthèse d’une synthèse », j’espère n’avoir pas trop trahi l’effort accompli par Christian Topalov, mais j’ai conscience de n’avoir pas rendu justice aux différentes contributions. Je voudrais encore souligner, « côté histoire », l’érudition, la clarté de l’exposition, le souci de l’écriture, « côté sociologie », ce que Bachelard désignait comme « le sens du problème » : démonstration en acte que les deux disciplines peuvent faire bon ménage. Cependant, parce que problème il y a, je voudrais également mentionner les objections et limites indiquées par l’auteur. Elles concernent :

  • La question « cruciale » des frontières : l’auteur suggère de les mettre à l’épreuve de l’étude des réseaux et de celle des recrues et des transfuges ;
  • L’impossibilité d’identifier le champ par une activité commune ;
  • Le parti pris d’étudier la morphologie du champ et non ses œuvres : Chritian Topalov élude ainsi la question de « l’activité commune » — quels sont donc ces « problèmes » qui sont la matière de la mise en forme réformatrice ? — et celle des conflits internes. En ce qui concerne la première, toutefois, l’auteur indique « deux raisons de l’entreprise réformatrice », « deux questions lancinantes dans le monde de la réforme » : Sedan et la Commune, d’où procèdent la nécessité de « rendre intelligible l’effondrement du pays devant une puissance étrangère et réaliser le redressement national » et celle de « rendre intelligible la guerre civile et les événements ultérieurs qui, malgré leur ampleur limitée, pouvaient faire craindre son retour » (p. 473). En ce qui concerne l’élision de la seconde, le propos me semble plus obscur : je ne vois pas pourquoi « reprendre les énoncés des acteurs implique de choisir dans la masse des discours [...] ceux qui conviennent le mieux à l’analyste » (p. 472) et je ne pense pas davantage que « les controverses sur la nature “conservatrice” ou “progressiste” de la réforme » devraient reposer « entièrement sur des lectures symptomatiques des sources » (p. 472).

19Plus précisément, rien n’interdit de mettre en rapport les prises de position telles qu’elles sont énoncées avec les positions occupées dans le champ (et dans l’espace social) et avec les dispositions liées à une trajectoire, sans qu’il soit besoin d’ailleurs de se prononcer sur leur caractère « conservateur » ou « progressiste ». Cette objection soulève un ensemble de questions.

20Renoncer à étudier les prises de position, n’est-ce pas se priver de l’intérêt majeur de la conceptualisation en termes de champ, c’est-à-dire de la possibilité d’échapper à l’alternative de la lecture interne et de la lecture externe dans sa conception marxiste (« court-circuit » entre position dans le monde social et prise de position dans tel ou tel champ), en rapportant les prises de position à la position dans le champ et aux dispositions importées dans cette position (c’est-à-dire à la trajectoire) ? Christian Topalov note d’ailleurs que le champ réformateur « a pris la forme d’un ensemble d’institutions organisées par des systèmes de positions provisoirement stabilisés et associés à des catégories de pensée et d’action » (p. 465).

21Pourquoi avoir pris le parti « de faire l’économie d’un classement des acteurs selon leurs idées sociales et politiques ou selon leurs positions socio-économiques » (p. 359) ? Je ne comprends pas ce renoncement à tout classement des positions professionnelles ou des prises de position — religieuses, politiques, etc. — au prétexte que ces classements sont des enjeux de luttes (p. 360), d’autant plus que de nombreux indices disséminés çà et là attestent de leur importance (clivages entre aristocrates et industriels, hommes et femmes, catholiques et protestants, détenteurs de capital économique, nobiliaire ou scolaire, divisions au sein du camp socialiste entre « réformistes » et « révolutionnaires » « qui répugnent à rejoindre les institutions de la nébuleuse réformatrice » (p. 383). Christian Topalov définit lui-même la réforme comme le « terrain nouveau et crucial du jeu des concurrences et confluences entre des élites fragmentées » (p. 364) : quels sont donc les principes de cette fragmentation ? Peut-on considérer qu’« agnostique dans l’ordre des fins ultimes comme dans celui des formes particulières de l’action, la réforme ne relève pas des idéologies politiques » (p. 44) ? Dans un langage certes désuet, « l’absence d’idéologie n’est-elle pas une idéologie » ? En quoi « la réforme » déborde-t-elle « le réformisme », la « social-démocratie », le « tiers parti » ? En d’autres termes peut-on étudier le champ de la réforme indépendamment de ce à quoi il s’oppose : le conservatisme d’un côté, la révolution de l’autre ? Si les congrès peuvent apparaître comme « des machines à consensus » (p. 20), n’est-ce pas sous condition d’ignorer la liste de ceux que les organisateurs se sont gardés d’inviter ? « On gagne peu et l’on perd beaucoup, écrit Christian Topalov, à parler pour notre période de technocratie, de sociologie d’intervention, d’expérimentation sociale ou de tiers secteur » (p. 464) : soit, mais que gagne-t-on et que perd-on ?

  • 14 Sur ce sujet, voir Pierre Bourdieu, « Effet de champ et effet de corps », Actes de la recherche en (...)

22La question « cruciale » des frontières du champ n’est-elle pas un faux problème ? N’est-ce pas le propre d’un champ dont le « droit d’entrée » n’est pas codifié (par rapport à « un corps »14) ? Est-il si assuré que le champ de la réforme ne puisse pas être identifié à une activité commune ? Ne pourrait-on pas tenter sinon de la définir, du moins d’en repérer les caractères communs ?

23S’il est vrai que « raconter l’histoire comme une irrésistible ascension de l’État », c’est « adopter le point de vue des vainqueurs » (provisoires), il faut néanmoins tenter de comprendre pourquoi c’est ce point de vue qui — au moins provisoirement et non sans peine — a triomphé : faute d’argent, dira-t-on, mais pourquoi l’argent a-t-il fait défaut ? « Le socle épistémique » bâti par la réforme « est sans doute encore aujourd’hui l’évidence silencieuse dans laquelle s’inscrivent nos multiples opinions », écrit Christian Topalov (p. 45). Il semble difficile, en effet, d’étudier ces réformateurs du passé sans avoir à l’esprit nos modernes « refondateurs du lien social » confrontés à « la nouvelle question sociale ». Quelle est la part de l’héritage ? Quelle est celle de l’homologie ? N’assiste-t-on pas aujourd’hui à une tentative de retour en deçà des réformateurs du nouveau siècle, aux prémices d’une « révolution conservatrice » ?

Notes

1 La notion de reformers est d’usage routinier dans les pays anglo-saxons.

2 Voir citation de Jules Siegfried.

3 Sur ces « lieux neutres », voir Pierre Bourdieu et Luc Boltanski, « La production de l’idéologie dominante », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 8/9, 1976, p. 4-73.

4 « Ce parti pris d’analyse permet de faire l’économie d’un classement des acteurs selon leurs idées sociales et politiques ou selon leurs positions socio-économiques », précise Christian Topalov (p. 359).

5 Les « conseils supérieurs » apparaissent comme des « lieux communs » entre champ bureaucratique et champ scientifique.

6 En d’autres termes, le capital scientifique ou culturel peut l’emporter sur le capital économique, le capital social et le capital symbolique qui leur est associé.

7 Ressources liées au statut convoité de « société d’utilité publique », à « l’économie de l’imprimé », à l’économie propre des institutions d’enseignement supérieur, à la création de circuits économiques propres à l’action réformatrice.

8 Il s’agit des durkheimiens.

9 Pierre Bourdieu, « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, n° 246, 1966.

10 « Le champ réformateur se constitue, devient autonome et prend une épaisseur telle qu’il peut procurer lui-même des bénéfices qui lui sont propres. [...] L’investissement réformateur est un détour de production qui finit par créer une industrie nouvelle », écrit Christian Topalov (p. 465).

11 La naissance du champ réformateur coïncide avec l’apothéose de l’Exposition universelle de 1889.

12 Mais chacun de leurs succès contribue au démantèlement du champ.

13 Le Musée social apparaît ainsi comme « l’antichambre de la Chambre ».

14 Sur ce sujet, voir Pierre Bourdieu, « Effet de champ et effet de corps », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 59, 1985, p. 73.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540