Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Philanthropie ou réforme?

Avant-propos

Gérard Mauger

Texte intégral

1Les deux livres présentés ont pour objet le même problème — comment faire face à « la question sociale » posée par « le paupérisme » et la montée des révoltes populaires ?-, ils l’abordent en étudiant les enjeux des différents protagonistes — aristocratie/bourgeoisie, catholiques/laïques, conservateurs/libéraux, etc. — et en privilégiant l’approche prosopographique.

2La philanthropie n’apparaît pas seulement comme une entreprise renouvelée de moralisation du peuple ou une nouvelle modalité de la charité — vertu laïque, elle se veut active sous la forme du patronage-, mais aussi comme un instrument de lutte symbolique face aux tenants de la charité chrétienne, c’est-à-dire aussi comme un nouveau mode de légitimation de la domination politique. À l’opposition entre « charité chrétienne », conçue comme un acte spirituel et « esprit philanthropique », indépendant de toute recherche de salut, correspondent deux modes de gestion de l’indigence — évangélisation et disciplinarisation des indigents/diminution des dépenses publiques et mise au travail-, c’est-à-dire aussi deux fractions des classes dominantes associées à deux formes de capital symbolique convertibles en capital électoral. Ainsi s’engendre au fil du temps l’autonomisation d’un secteur d’activités qui prend un essor fulgurant à la fin du XIXe siècle avec les réformateurs sociaux.

  • 1 Sur ce sujet, voir Robert Castel, Les Métamorphoses de la question sociale, Paris, Éditions Fayard (...)

3La nouvelle doxa associée à la « nébuleuse réformatrice » segmente « la question sociale » en une série de problèmes identifiables qu’elle se propose de résoudre rationnellement en mobilisant la croyance en la science et, en particulier, les schèmes de la pensée médicale. La reconstitution des familles d’itinéraires très diverses qui conduisent à « entrer en réforme » fait apparaître « la réforme » comme un instrument de conversion du capital économique, nobiliaire, religieux, scientifique (statistique, économie, hygiène, sociologie), en capital politique, comme une ressource dans des stratégies de reconversion, de reconquête, d’habilitation ou de conquête. Mais, le « champ réformateur » qui conquiert son autonomie entre 1880 et 1914, se démantèle rapidement : l’initiative réformatrice se déplace vers l’Administration qui mettra progressivement en place « l’État social1 ».

Notes

1 Sur ce sujet, voir Robert Castel, Les Métamorphoses de la question sociale, Paris, Éditions Fayard, 1995, compte rendu par Gérard Mauger dans Lire les sciences sociales, volume 3, Paris, Éditions Hermès sciences, 2000, p. 30-41.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540