Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Histoire(s) de l'État

Karl Ferdinand Werner, Naissance de la noblesse. L’essor des élites politiques en Europe.

Nicolas Offenstadt

Note de l’éditeur

Paris, Fayard, 1998

Texte intégral

  • 1 Comme le souligne W. Schulze, G. Helm, T. Ott, « Deutsche Historiker im Nationalsozialismus. Beoba (...)

1L’auteur Karl Ferdinand Werner (né en 1924) est un grand médiéviste dont les travaux font autorité sur de nombreux aspects du haut Moyen Âge. Ancien combattant de la Wehrmacht, il fut parmi les premiers, aussi, à réfléchir sur l’attitude des historiens face au nazisme1. Notons que l’ouvrage a été directement rédigé en français ce qui évite les risques de la traduction de termes compliqués mais pèse aussi, parfois, sur la facilité de lecture.

2La démarche de Karl Ferdinand Werner repose sur deux postulats : celui d’une continuité de la noblesse de l’Empire romain jusqu’à l’époque moderne (qui confère « une surprenante continuité à l’histoire des idées et des institutions politiques de l’Europe », p. 19) et l’idée que cette noblesse se caractérise avant tout par le service public. L’auteur insiste donc sur la pérennité de la notion d’« État ».

3Ces postulats recouvrent différents niveaux d’analyse. Vu de haut, le travail pose la question de la continuité et du renouvellement des « élites ». Plus spécifiquement, pour les médiévistes, il prend sa place au sein du vieux débat sur les origines de la noblesse médiévale. Évidemment le questionnement s’enrichit avec l’analyse chronologique : (voir les questions posées p. 20). D’où le plan adopté. Dans un premier temps, l’auteur dénonce toutes les images fausses qui circulent sur la noblesse et le Moyen Âge dans son entier. Il montre ensuite la « longue vie des institutions » et la permanence des concepts politiques. Dans une troisième partie, il étudie les structures hiérarchiques de l’État et de l’Église en prêtant attention aux titres des uns et des autres. Enfin, la quatrième et dernière partie traite de l’instauration de l’Europe dynastique avec le passage progressif à l’hérédité des charges publiques.

La continuité des élites

4« Les siècles précédant le XIIe n’ont pas pastiché les Romains ; ils ont simplement continué à appartenir au monde romain en utilisant la langue administrative de l’Empire chrétien et en gardant ses usages, et avec eux sa hiérarchie étatique et ecclésiastique » (p. 225).

Une vision continuiste

5Werner développe tout au long de l’ouvrage une vision continuiste de l’histoire occidentale, marquée d’abord par la compénétration du monde romain et des « barbares ».

6Les chefs barbares n’ont pas provoqué de rupture par leur prise de pouvoir car ils étaient largement romanisés. L’armée romaine se composait de nombreux barbares. Il n’était pas question pour eux d’anéantir Rome (p. 40-41). Werner constate au contraire « une symbiose des anciennes élites romaines et des “nouvelles” élites barbares » (p. 34). Les chefs barbares accomplissent de très belles carrières au sein du monde romain. En 377, par exemple, le général franc et païen, Mérobaud, devient consul après plusieurs campagnes militaires. Il est le second de l’Empereur (p. 198). Son fils écrit des poèmes et des panégyriques latins (p. 201). Les Goths de Théodoric, de leur côté ont représenté « une sorte de catalyseur entre les institutions romaines et les États barbares » (p. 209).

  • 2 L’Histoire, n° 228, janvier 1999, p. 31 ; également François Dufay, « Karl Ferdinand Werner au pay (...)

7Aussi Werner peut-il qualifier la chute de l’Empire romain de « non-événement2 ». Les rois barbares n’ont fait que prolonger la vie publique en l’adaptant (p. 231). D’un certain point de vue, il en est de même pour ce que l’on a qualifié de « mutation féodale ».

  • 3 D. Bartélemy, La Mutation de l’an mil a-t-elle eu lieu ?, Paris, Fayard, 1997.

8Selon un point de vue aujourd’hui largement partagé, Werner refuse de voir dans le Moyen Âge central une période de désordre sans pouvoir politique consistant. Avec Dominique Barthélémy3, il oppose l’« ordre féodal » à l’« anarchie » si souvent décrite. Plus spécifiquement, il faut refuser l’idée d’une disparition de l’État pour constater plutôt : « une multiplication d’États, soit juxtaposés, soit ordonnés hiérarchiquement » (p. 151). Werner parle dès lors d’« État vassalique » (p. 453).

9Les nouveaux châtelains de l’an mil ne se distinguent pas des anciennes élites. Il ne s’agit que de recomposition de la nobilitas (l’honor comtal remplace celui du roi, p. 448). Ainsi, en Languedoc, « les élites établies restent en place, et ce sont les « anciens » détenteurs du pouvoir public qui ont lancé la construction des châteaux ». Il n’y a donc pas de révolution de l’an mil (p. 449, p. 451). L’administration fonctionne toujours mais dans un cadre restreint (p. 466-467). Werner souligne la permanence des domaines « royaux » même lorsque ceux-ci passent en d’autres mains (p. 464).

Continuité des institutions et des concepts

10Au-delà des continuités institutionnelles, Werner s’applique à établir la permanence des concepts et des représentations politiques. Il la démontre en suivant le développement des notions suivantes :

  • Princeps : il est chef et fondateur de l’État (p. 147) avec la potestas qui lui est liée (p. 233). « La potestas est le pouvoir étatique, incarné dans des hommes, qui, pris collectivement, forment l’État en commun avec le roi, lequel reste le princeps suprême de tous. » Le haut clergé a participé de cette potestas dans l’État romain chrétien et plus encore sous les Carolingiens (p. 377) ;
  • Regnurn qui recouvre la notion d’État (p. 147) et caractérise encore les royaumes francs (p. 156) : « Ce sont donc ces regna gouvernés par un princeps qui sont à l’origine des grandes régions de la France comme de l’Allemagne » (p. 163), même si le terme peut recouvrir différents niveaux de pouvoir (p. 166) ;
  • Dignitas qui désigne un ensemble d’attitudes au « fondement de la valeur et de l’honneur du noble » (p. 168). C’est une valeur personnelle qui varie selon le rang et le titre du noble (p. 171) ;
  • Res publica, offidum et honor qui impliquent la survivance de la notion de service public (p. 176). La première notion est présente dans les actes du pouvoir dès Louis le Pieux (p. 176). Le mot d’officium, qui peut désigner un secteur de compétence ou une attribution géographique, est employé dans les royaumes « barbares » (p. 176).

11« Plus encore que par officium, l’idée et la réalité d’un service public sont pleinement exprimées par un terme chargé de plus de prestige : honor » (p. 179). L’honor est une charge publique importante comportant la délégation de potestas (p. 182). Il marque particulièrement la continuité des institutions romaines.

12Werner souligne aussi la continuité des titres (en 511, par exemple, les évêques s’adressent à Clovis en le nommant par son titre romain, attribué par l’Empereur « gloriosissimus rex », p. 271) et des symboles comme le cingulum militiae, ce baudrier, « insigne du pouvoir légal attribué par le prince » (p. 217) qui continue à être remis au noble qui entre en fonction et repris à son départ (p. 215-216). On le retrouve dans la tombe de Childéric, mort en 482, (p. 221) et Louis le Pieux le remet à son fils Charles en 838 (p. 223).

13Pour l’auteur, la noblesse est bien d’origine romaine et elle incarne la continuité de l’État. Elle existe bien dès le haut Moyen Âge et donc, n’apparaît pas à l’âge féodal (XIe siècle) (p. 324). Le fidèle du roi à l’époque mérovingienne est une reproduction, y compris rituelle, du modèle romain. De même, les armées « privées » groupées autour d’un chef relèvent, elles aussi, d’une institution romaine (l’empereur tolérait que des officiers aient des soldats comme en propriété propre, p. 423).

  • 4 Voir L. Génicot, « La noblesse médiévale : encore ! », Revue d’histoire ecclésiastique, janvier-ma (...)
  • 5 Voir J. Flori, « D’où vient la noblesse française », L’Histoire, n° 120, mars 1989, p. 21.

14Werner apporte ici sa pierre à un vieux débat qui n’a cessé d’agiter les historiens. D’où vient la noblesse ? Doit-on lui attribuer des racines essentiellement germaniques, thèse appuyée sur le compagnonnage (Gefolgschaft) et sur la notion de noblesse primitive (Uradel) ? Une origine avant tout militaire en lien avec l’essor de la chevalerie selon une hypothèse rarement retenue aujourd’hui4 ? Ou encore des fondements juridiques, formalisés à partir du XIIe siècle ? La noblesse rassemblerait les seigneurs fonciers usurpateurs du droit de ban (auparavant il ne s’agirait que d’aristocratie), comme le soulignait Marc Bloch. Pour lui les lignages carolingiens s’éteignent entre le IXe et le Xe siècle et la nouvelle noblesse s’appuie sur le ban5.

Une noblesse de service public

La noblesse se définit par le service public

  • 6 J. Flori, art. cit., p. 20. L’auteur poursuit : « Dès le XIIe siècle, la noblesse se définit comme (...)
  • 7 « Autrement dit, banalement, être noble, c’était être privilégié, être régi par un ensemble de loi (...)

15Depuis l’époque romaine, la noblesse se caractérise avant tout par son caractère public. Au-delà de ce trait, Werner refuse toute définition trop rigide (p. 135). Il s’en tient donc à la mise en avant de la fonction : « Être né et éduqué pour gouverner les hommes » (p. 70). La noblesse « occupait moins le sommet de la société, avec un statut privilégié ou non, que le sommet de l’État » (p. 126). Les notions d’hérédité (Jean Flori écrit « C’est la naissance et elle seule, au moins jusqu’à la fin du XIIe siècle, qui fonde la noblesse6 »), de richesse (p. 132) ou celle de « privilèges » (souligné par Philippe Contamine pour la fin du Moyen Âge7) paraissent ainsi, sans être négligées, du moins reléguées au second rang dans l’appréhension de la noblesse.

  • 8 Le terme militia désigne tout autant le « service public » que le service militaire. Voir aussi J. (...)

16C’est donc le service de l’État — Werner emploie le mot pour le haut Moyen Âge — et du princeps qui définit la noblesse. « Il n’y aura en Europe pas d’autre nobilitas, que dans le cadre de la militia principis8 » (p. 150), du service du prince. Le prince qui attribue les honores fonde par là l’état de noblesse (p. 185-186). Il joue un rôle capital à toutes les époques puisqu’il « domine la hiérarchie de l’Église et de la noblesse » (p. 19). Les Carolingiens doublent le rapport Princeps/ dignitaires par la vassalité (p. 426).

17L’alliance du princeps et des élites politiques fonctionne, selon l’auteur, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime (p. 188). Le principat a créé « l’unité des trois éléments du monde politique chrétien : princeps, ecclesia, nobilitas » (p. 150). Le caractère de service public de la noblesse la rend irremplaçable, elle surmonte les différentes crises : « La noblesse a eu assez de vitalité pour se renouveler biologiquement [...] et politiquement» (p. 441).

18Cette alliance se fonde sur le christianisme lié à l’Empire romain en ses derniers temps. L’interaction est permanente entre le princeps et l’Église. Les évêques s’affirment ainsi comme des « acteurs politiques de première grandeur » tandis que le princeps domine l’Église. « L’État s’est christianisé, l’Église s’est “politisée”, et c’est ainsi qu’est née leur symbiose » (p. 360). La noblesse chrétienne se devait donc de défendre les églises et cherchait à se légitimer en revendiquant « la sainteté d’un des siens » (p. 389).

Une rupture majeure : l’hérédité de l’honor

19Cette rupture s’impose autour du IXe siècle. À l’époque romaine, pour l’essentiel, il n’y avait pas d’hérédité de l’honor qui restait personnel (p. 414). La fonction publique n’était pas transmissible. C’est encore le cas sous les Mérovingiens. Seul le pouvoir royal, dès Clovis, devient héréditaire (p. 416).

  • 9 K. F. Werner, « Schlusswort », dans O. G. Oexle, W. Paravicini, Nobilitas. Funktion und Repräsenta (...)

20La noblesse doit reconnaître les nominations du princeps qui lui confère l’exercice de la potestas publica à la romaine (p. 417). Celui-ci reste également maître des destitutions (p. 421). Il pouvait arriver, cependant, que la perpétuation d’un honor dans la même famille serve les intérêts du prince (p. 421). Noblesse et princeps forment donc un « phénomène bipolaire9 ».

21« Le changement de cette règle constitutionnelle millénaire a été le bouleversement le plus profond qu’ait connu l’histoire de la nobilitas » (p. 502). La noblesse se structure dès lors en lignage ; ainsi s’affirme l’Europe dynastique. L’ancienneté tend à primer sur le rang (p. 439-440). Deux étapes méritent d’être ici signalées. Lors de l’assemblée de Coulaines en 843, Charles le Chauve promet à ses fidèles qu’ils garderont leur honor et ne pourront en être privés que par le fait d’un jugement particulier. « On pressent là qu’il serait désormais plus difficile d’empêcher le fils d’un fidèle de longue date de succéder à son père. » À Quierzy (877), cette pratique est entérinée par le pouvoir : le fils loyal d’un vassal pourra conserver l’honor de son père (p. 432).

22Au terme du parcours, la noblesse chrétienne se définit selon trois dimensions : institutionnelle, personnelle (de la gens à la lignée) et sacrée (les chrétiens guidés par le clergé et la noblesse, p. 394).

Remarques

23Avant d’esquisser quelques remarques méthodologiques, il convient de dégager deux clés de lecture de l’ouvrage qui le mettent en perspective sans rien ôter à la force des analyses.

  • 10 Ibid.

24Le nostalgisme de l’auteur, qui fonde une critique des élites contemporaines, s’exprime à plusieurs reprises (p. 512-51310). Werner retombe par là dans le discours classique, souvent celui des élites traditionnelles du XIXe siècle, sur l’idéal nobiliaire rempart contre une modernité pétrie d’individualisme et par là même dévastatrice. L’historien n’échappe pas à la rhétorique réactionnaire. Il valorise grandement les « apports » de la noblesse à la civilisation contemporaine : idée de liberté, de dignité, notion de « dame » (p. 13).

25Il convient d’insérer les thèses de Naissance de la noblesse dans une historiographie déjà abondante sur la question. Werner lui-même soutient ces points de vue depuis longtemps. D’ailleurs les différents éléments de la démonstration figurent aussi dans de nombreux travaux antérieurs : la continuité du monde romain au monde médiéval et l’intégration romaine des barbares sont bien établies ; la permanence des structures publiques (Élisabeth Magnou-Nortier, Jean Durliat) et le refus de la mutation de l’an mil (Dominique Barthélémy) suscitent plus de discussion entre les historiens.

26Mais au-delà de ces éléments de contexte, la thèse générale mérite discussion.

  • 11 Sur la « construction discursive de la noblesse » voir les travaux de J. Morsel, notamment dans No (...)

27L’utilisation de concepts très généraux, très larges — sans être spécifiquement définis — fait problème. À force de souligner les continuités du pouvoir, à travers de vastes catégories d’appréhension, tel l’État, le princeps ou la potestas (voir p. 238-240) et la définition des « élites » par leur pouvoir on risque de toujours retrouver nominalement une forme de pouvoir correspondante (ainsi lors de l’autonomisation des principautés puis des seigneuries châtelaines, du Xe au XIIe siècle). L’identité nominale ou apparente des catégories étudiées (comme dignitas) ne masque-t-elle pas un peu trop les redistributions et les négociations ? Les notions ne sont pas, en effet, véritablement contextualisées : l’auteur ne s’interroge guère sur les manières dont elles sont, à tout moment, façonnées ou manipulées par les acteurs11.

  • 12 Critique développée dans C. Piel, « Naissance de la noblesse. À propos du livre de K. F. Werner », (...)
  • 13 Citée dans R. Descimon, « Chercher de nouvelles voies pour interpréter les phénomènes nobiliaires (...)

28L’histoire des idées apparaît ainsi survalorisée par rapport aux pratiques et aux représentations12. Comment articuler, par exemple, les propositions de Werner avec celle de Françoise Autrand pour la fin du Moyen Âge : « Le noble est un homme que les autres tiennent pour noble13. »

  • 14 P. Geary, Naissance de la France. Le monde mérovingien, Paris, Flammarion (édition de poche), 1989

29La polarisation sur la notion de noblesse est-elle vraiment suffisante pour aborder toute la période envisagée ? Comment l’articuler avec celle d’aristocratie, plus ouverte et plus fluide ? N’est-il pas plus performant de partir d’une vision plus anthropologique et moins génétique de la domination ? Comme l’écrit Patrick Geary : « Si, au lieu de rechercher des définitions juridiques claires, on s’efforce de cerner une aristocratie définie par un statut, une richesse et un pouvoir politique héréditaires, alors il apparaît avec évidence que, depuis les Ve et VIe siècles, il existe une aristocratie franque14. » L’aristocrate franc, dont le lien avec le princeps, chez Geary, n’est pas aussi net que chez Werner, se définit donc par sa richesse mais aussi par son charisme fondé sur la gloire de la famille et sa capacité à dispenser sa générosité.

  • 15 W. Beik, « A Social Interpretation of the Reign of Louis XIV », dans L’Etat ou le Roi. Les fondati (...)
  • 16 L’Etat ou le Roi..., op. cit., p. 167.

30L’étude s’arrête pratiquement au XIIe siècle alors que les conclusions s’étendent à l’Ancien Régime dans son ensemble. Comment Werner perçoit-il, par exemple, les redistributions de pouvoir par la monarchie louis quartorzienne ? Certains travaux d’ailleurs pourraient appuyer ses analyses. William Beik, alors que les arguments en faveur du renouvellement des structures sociales avec la monarchie absolue semblent s’imposer (développement du pouvoir royal appuyé sur de nouvelles élites, domestication de l’aristocratie, déclin des seigneuries traditionnelles), revalorise la thèse de la continuité15. Ainsi que le résument Robert Descimon et Neithard Bulst, Louis XIV, « sut jouer de toutes les situations traditionnelles de pouvoir pour les redistribuer et les intégrer à un système de gouvernement où la régulation centrale [...] se donnait comme indispensable16 ».

  • 17 Sur tous les points abordés, il convient de signaler deux publications : « Genèse de l’État modern (...)

31Appuyé sur une science impressionnante, Karl Ferdinand Werner a le mérite d’afficher une thèse claire, défendue systématiquement tout au long de son travail : la noblesse d’origine romaine se définit par le service public et le lien au princeps17.

Notes

1 Comme le souligne W. Schulze, G. Helm, T. Ott, « Deutsche Historiker im Nationalsozialismus. Beobachtungen und Überlegungen zu einer Debatte », dans W. Schulze, O. G. Oexle (éd.), Deutsche Historiker im Nationalsozialismus, Francfort, Fischer, 1999, p. 11-48.

2 L’Histoire, n° 228, janvier 1999, p. 31 ; également François Dufay, « Karl Ferdinand Werner au pays des Francs », ibid., p. 30-31.

3 D. Bartélemy, La Mutation de l’an mil a-t-elle eu lieu ?, Paris, Fayard, 1997.

4 Voir L. Génicot, « La noblesse médiévale : encore ! », Revue d’histoire ecclésiastique, janvier-mars 1993, p. 184-185.

5 Voir J. Flori, « D’où vient la noblesse française », L’Histoire, n° 120, mars 1989, p. 21.

6 J. Flori, art. cit., p. 20. L’auteur poursuit : « Dès le XIIe siècle, la noblesse se définit comme une qualité héréditaire, transmise par le sang. » Voir aussi L. Génicot, art. cit., p. 192, pour des exemples de la fin du Moyen Âge.

7 « Autrement dit, banalement, être noble, c’était être privilégié, être régi par un ensemble de lois et de coutumes “privées”. » La Noblesse au royaume de France. De Philippe le Bel à Louis XII, Paris, PUF, 1997, p. 21.

8 Le terme militia désigne tout autant le « service public » que le service militaire. Voir aussi J. Flori, art. cit., p. 23 et l’entrée « militia » dans J. F. Niermeyer, Mediae latinitatis Lexicon Minus, Leyde, Brill, 1997, p. 680-681.

9 K. F. Werner, « Schlusswort », dans O. G. Oexle, W. Paravicini, Nobilitas. Funktion und Repräsentation des Adels in Alteuropa, [études dédiées à K. F. Werner, qui conclut le volume] Göttingen, Vandenhœck et Ruprecht, 1997, p. 455.

10 Ibid.

11 Sur la « construction discursive de la noblesse » voir les travaux de J. Morsel, notamment dans Nobilitas..., op. cit. et La Noblesse contre le prince. L’espace social des Thüngen à la fin du Moyen Âge (Franconie, vers 1250-1525), Stuttgart, Jan Thorbecke, p. 334 sq., p. 509-510.

12 Critique développée dans C. Piel, « Naissance de la noblesse. À propos du livre de K. F. Werner », Cahiers d’histoire, revue d’histoire critique, n° 76, 1999, p. 99-105.

13 Citée dans R. Descimon, « Chercher de nouvelles voies pour interpréter les phénomènes nobiliaires dans la France moderne. La noblesse, “essence” ou rapport social ? » Revue d’histoire moderne et contemporaine, 46 (1), janvier-mars 1999, p. 18, qui complète : « Aux Temps modernes, le noble est un homme que le roi tient pour noble. »

14 P. Geary, Naissance de la France. Le monde mérovingien, Paris, Flammarion (édition de poche), 1989.

15 W. Beik, « A Social Interpretation of the Reign of Louis XIV », dans L’Etat ou le Roi. Les fondations de la modernité monarchique en France (XIVe-XVIIe siècle), textes réunis par N. Bulst, R. Bensimon, A. Guerreau, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996, p. 145-160.

16 L’Etat ou le Roi..., op. cit., p. 167.

17 Sur tous les points abordés, il convient de signaler deux publications : « Genèse de l’État moderne », Actes de la recherche en sciences sociales, juin 1997 et « Les noblesses à l’époque moderne », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 46 (1), janvier-mars 1999.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable