Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Histoire(s) de l'État

Avant-propos

Gérard Mauger

Texte intégral

  • 1 Sur ce sujet, voir les deux numéros d'Actes de la recherche en sciences sociales, « Histoire de l' (...)

1Comment rendre compte de la genèse de l’État1 ? C’est à cette question « classique » que, dans des styles différents, les deux livres présentés ici apportent des réponses.

2Pour l’un, c’est la « longue vie des institutions », la continuité de l’Empire romain jusqu’à la fin de l’Ancien Régime qui l’emportent : elle est fondée sur celle de la noblesse caractérisée par le service de l’État et du princeps (« être né et éduqué pour gouverner les hommes »). À la continuité institutionnelle — symbiose entre élites romaines et élites barbares, recomposition de la nobilitas dans l’« État vassalique » — correspond la permanence des concepts et des représentations politiques (princeps, regnum, dignitas, res publica, officium, honor). La seule rupture majeure s’impose au IXe siècle avec l’hérédité de l’honor.

3Le second ouvrage, inscrivant l’histoire de l’État dans « l’analyse des transformations générales des conditions du combat et du contrat politiques », montre comment la sortie des guerres de religion au XVIe siècle conduit à « l’autonomisation partielle du politique » : affirmation d’un État arbitre des conflits religieux (pax civilis) et formation d’un champ juridico-politique comme site de la reconstruction d’un intérêt général (« pactes d’amitié ») que la religion s’avérait désormais incapable d’incarner.

Notes

1 Sur ce sujet, voir les deux numéros d'Actes de la recherche en sciences sociales, « Histoire de l'État », n° 116-117, mars 1997, et « Genèse de l'État moderne », n° 118, juin 1997.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540