Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Saintes femmes

Avant-propos

Louis Pinto

Texte intégral

1La catégorie de « féminin » a été au cœur de plusieurs recherches qui concernent l’ordre mythico-rituel, religieux, magique (Jean-Pierre Albert, Giordana Charuti, Jacques Maître, Catherine Weinberger-Thomas) et, aussi, idéologique, politique (Francine Muel-Dreyfus). Ce n’est pas un hasard puisqu’il s’agit de domaines qui sont prédisposés à refléter les oppositions entre sexes, ou, plus exactement, à les redoubler sous une forme déniée qui contribue à les naturaliser. Le principal acquis de ces travaux ne consiste pas à décrire ces oppositions simplement comme l’expression d’une division inégale du travail et des profits matériels et symboliques entre sexes, mais à comprendre ce que chacun des termes doit à la relation de domination qui les unit. Les formes les plus spécifiquement féminines de religiosité et de mystique portent la marque de rapports de force symbolique qui les vouent à faire valoir, dans la dénégation ou la sublimation, ce qui a été préalablement constitué comme vil, impur, naturel, asservi au corps, à l’émotion. Ces formes peuvent apparaître comme le produit de la rencontre entre deux ensembles structuraux : d’une part, des structures incorporées qui, produits de l’histoire, sont à l’œuvre dans des pulsions, des affects, des intérêts, et d’autre part, des univers sociaux qui, structurés selon les mêmes principes de division, les font exister à l’état public et objectif. L’analyse du féminin peut donc fonctionner comme un moyen privilégié d’interroger la construction sociale et donc, politique de l’ordre symbolique.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540