Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Immigrations

Avant-propos

Louis Pinto

Texte intégral

1L’impensé de l’immigration est, comme n’a cessé de le montrer Abdelmalek Sayad, celui d’une science qui s’est construite dans l’oubli de ce qu’elle doit, de ce qu’elle perd, du fait d’avoir eu à assumer un objet dont le mode d’engendrement lui échappe, et cet impensé a pour corrélat celui de l’émigration, qui tend à définir les individus exclusivement par la propriété d’être absents de leur terre d’origine. Mutilation double et symétrique : l’individu qui est présent sur une terre nouvelle a une histoire, il continue à vivre avec elle mais dans des conditions profondément différentes, en tout cas, il n’est pas seulement une force de travail dont on peut étudier les capacités d’« adaptation », les coûts et profits pour le pays d’« accueil ». La science réelle des immigrés suppose de rompre avec la mystification croisée d’une absence provisoire et d’une présence partielle dont le fondement serait d’ordre purement économique.

2On ne saurait traiter comme allant de soi cette fameuse notion semi-savante d’identité souvent comprise à la façon d’une appartenance univoque définissant tous les aspects de l’existence. Ainsi les Algériens candidats à la naturalisation dont parle Sayad, sont réticents envers une démarche qu’ils perçoivent comme un reniement même s’ils sont favorables à l’acquisition d’une citoyenneté qui entérine leur nouvelle condition. L’une des questions les moins posées, celle que nous propose Bernard Zarca dans sa lecture du livre de Patrick Simon et Claude Tapia sur les Juifs tunisiens de Belleville, est celle de savoir quel est le contenu de cette « identité ». On serait tenté, dans le cas considéré, de parler d’un fantasme d’après coup où l’éloignement et la mobilité ascendante contribuent à produire, dans la méconnaissance, un effet d’« origine », un mythe du « là-bas » permettant de se situer « ici ». Jean-Pierre Hassoun montre bien tout le travail symbolique de reclassement effectué, dans une logique de bricolage, par la population, apparemment très démunie, des Hmong installés en France.

3On pourrait remarquer, par ailleurs, que le système des classements nationaux se trouve lui-même soumis à des mouvements « transnationaux » de redéfinition qui conduisent à s’interroger sur le contenu et la pertinence des modes actuels d’identification. C’est dire que les classements ne sauraient être utilisés scientifiquement sans avoir été préalablement soumis à des questions proprement sociologiques sur leur genèse, sur leurs usages en fonction de différentes conjonctures et sur les luttes dont ils sont l’enjeu.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540