Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Transformations de l'espace social

François de Singly, Sociologie de la famille contemporaine

Gérard Mauger

Note de l’éditeur

Paris, Nathan université, collection 128. Sociologie, 1993

Texte intégral

  • 1 É. Durkheim, « La famille conjugale », cours de 1892, Revue philosophique, 1921, repris dans Émile (...)

1La structure de ce court traité de sociologie de la famille contemporaine est empruntée à un texte d’Émile Durkheim de 189211. Selon François de Singly, en effet, les deux tendances de sens contraires mises en évidence par Durkheim, permettent, aujourd’hui encore, d’esquisser l’analyse de la famille contemporaine : privatisation de la famille, d’une part, en raison de l’attention plus grande portée à la qualité des relations interpersonnelles et « socialisation » de la famille, d’autre part, du fait de l’intervention croissante de l’État. Les trois chapitres de l’ouvrage étudient successivement — côté « socialisation » — la dépendance croissante de la famille par rapport à l’État — côté « privatisation » — l’autonomie croissante de la famille par rapport à la parenté et l’autonomisation croissante de l’individu par rapport à la famille.

Émile Durkheim et la « famille conjugale »

2Trois propositions énoncées par Durkheim semblent rester vérifiées.

  • La famille contemporaine est relationnelle : alors que « les liens qui dérivaient des choses primaient [...] ceux qui venaient des personnes2 », aujourd’hui c’est l’inverse, écrit Durkheim3, « les choses cessent de plus en plus d’être un ciment de la société domestique. La solidarité domestique devient toute personnelle. Les relations y prennent un caractère de plus en plus personnel » ;
  • La famille contemporaine est à la fois privée et publique : l’autonomisation de la famille par rapport à la parenté, au voisinage, etc., le repli sur le cercle domestique, d’une part, et la dépendance croissante vis-à-vis de l’État4 (contrôle de la vie privée lié aux préoccupations sanitaires et éducatives : hygiénistes, médecins, psychologues, travailleurs sociaux, assistantes sociales, thérapeutes conjugaux, médiateurs familiaux, etc.), d’autre part, vont de pair ;
  • La famille contemporaine est « individualiste » : selon Durkheim5 « chacun des membres qui la composent a son individualité, sa sphère d’action propre », « la personnalité des membres de la famille s’en dégage de plus en plus », « chacun prend davantage sa physionomie propre, sa manière personnelle de sentir et de penser. » Certes, le raisonnement qu’utilise Durkheim pour rendre compte de cette « montée de l’individualisme » peut sembler obscur6 : de « l’extension progressive du milieu social dont chacun de nous est solidaire », procède, selon lui, « la contraction familiale. » François de Singly propose de lui substituer la thèse de Philippe Ariès7 — baisse de la mortalité infantile, place croissante accordée à l’enfant, limitation du nombre des naissances — dont les conclusions sont identiques.

3À l’inverse, deux propositions émises par Durkheim semblent être aujourd’hui invalidées.

  • La disparition tendancielle de l’héritage : « Le droit successoral, même sous la forme testamentaire, est destiné à disparaître progressivement », prophétisait, en effet, Durkheim ;
  • Le renforcement du mariage et la disparition de l’union libre : « Le mariage devient presque complètement indissoluble » ; « dans la famille paternelle, l’union libre se maintient en partie à côté du mariage, mais dans la famille conjugale, la première est presque totalement refoulée », écrivait aussi Durkheim8. Selon François de Singly, cette double « erreur9 » procède d’une sous-évaluation de l’héritage économique et de l’inattention aux nouvelles formes d’échanges plus complexes entre les générations et, en particulier, à l’héritage culturel, occulté au profit de la célébration de l’avènement proche de « la méritocratie » : selon Durkheim, il ne devait plus y avoir « d’autres inégalités sociales que celles qui dérivent de la valeur personnelle de chacun. »

La dépendance de la famille par rapport à l’État

4La dépendance de la famille par rapport à l’État résulte à la fois de la place croissante prise par l’école dans les mécanismes de la reproduction sociale et de l’intervention croissante de l’État dans la sphère privée.

La famille et l’école

  • 10 Elle ne va pas toutefois sans poser de problèmes.
  • 11 Sur ce sujet, voir Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, La Reproduction. Éléments pour une thé (...)
  • 12 Pierre Bourdieu, La Noblesse d’État, Paris, Éditions de Minuit, 1989, p. 386-415.
  • 13 Ibid.

5Contre la vision fonctionnaliste d’une réduction constante des fonctions de la famille prises en charge par d’autres institutions (celle de Talcott Parsons), François de Singly considère, avec Philippe Ariès, que la famille moderne est incompréhensible en dehors de l’histoire de la scolarisation. D’une part, en effet, l’école a imposé peu à peu un nouveau « sentiment de l’enfance » (notamment en la prolongeant). D’autre part, l’école rend l’enfant à sa famille, en prolongeant la cohabitation entre générations10, devenue possible (du fait de la liberté — en particulier sexuelle — croissante acquise par les jeunes générations) et nécessaire (du fait de la dépendance économique prolongée consécutive à l’allongement de la scolarité et à l’extension du chômage des jeunes). Mais surtout, parce qu’il y a à la fois permanence de la fonction de reproduction sociale (la famille moderne, comme la famille ancienne, a pour fonction de contribuer à la reproduction biologique et sociale de la société en tentant, d’une génération à l’autre, de maintenir et, si possible, d’améliorer la position de la famille dans l’espace social) et transformation des modes de transmission, l’enfant apparaissant de plus en plus, comme « porteur de capital scolaire. » Dans le mode de reproduction à composante scolaire11, « l’école — (en particulier) sous la forme des Grandes Écoles — et le corps, groupe social que l’école produit en apparence ex nihilo et, en fait, à partir de propriétés, elles aussi liées à la famille, prennent la place de la famille et de la parenté, la cooptation des condisciples sur la base des solidarités d’école et de corps jouant le rôle qui revenait auparavant au népotisme et aux alliances matrimoniales12 ». La valeur d’une famille est ainsi de plus en plus définie par le montant du capital scolaire détenu par l’ensemble de ses membres : « C’est l’institution scolaire qui assure la certification, les diplômes, formes de label de qualité selon des critères qui lui sont propres », écrit François de Singly. « À la différence de la transmission directe des droits de propriété entre le détenteur et l’héritier qu’il désigne lui-même, la transmission opérée par l’intermédiaire de l’école repose sur l’agrégation statistique des actions isolées d’agents individuels ou collectifs et elle assure à la classe dans son ensemble des propriétés qu’elle refuse à tel ou tel de ses éléments pris séparément13. » Les familles doivent donc modifier leurs stratégies pour conserver à leurs enfants des chances d’occuper au moins des positions comparables à celles détenues par leurs parents (stratégies de reconversion).

  • 14 Ibid.
  • 15 Robert Ballion, Les Consommateurs d’école, Paris, Stock/L. Pernoud, 1982 ; « Les familles et le ch (...)
  • 16 Roger Establet, L’École est-elle rentable ?, Paris, PUF, 1987, p. 200-232.

6Ces stratégies familiales de reproduction forment système : les stratégies de fécondité, de succession, d’investissement économique, d’investissement social, les stratégies éducatives (conscientes ou inconscientes), visent à produire des agents sociaux capables et dignes de recevoir l’héritage du groupe. C’est dire que le monopole scolaire de la certification, du « label de qualité enfantine », n’exclut pas les familles du jeu : à la fois parce que « le diplôme n’est ni une condition nécessaire ni une condition suffisante de l’accès à toutes les positions dominantes14 », parce que certaines écoles ont surtout pour fonction de valider des compétences sociales acquises dans le cercle domestique, parce que les parents peuvent agir en créant le meilleur environnement extrascolaire pour leurs enfants et en s’orientant au mieux dans le système scolaire (voir « la logique de consommateur averti » décrite par Robert Ballion15), parce que la transformation du capital d’origine en capital personnel, du capital hérité en capital scolaire, certifié, institutionnalisé, exige un travail spécifique (des « stratégies éducatives de mobilisation »), des investissements éducatifs et un travail pédagogique des parents (voir les « parents d’élève professionnels », la transformation du domicile familial en annexe du collège, décrits par Roger Establet16, l’apprentissage méthodique d’un rapport au temps et les loisirs sérieux des « familles mobilisées »), parce que l’école se transforme sous la pression des familles (voir la mobilisation de 1982 à 1984 en faveur de l’enseignement privé et de l’assouplissement de la sectorisation). Ces stratégies éducatives diffèrent, bien sûr, d’un pôle à l’autre de l’espace social : la conscience et la compétence sont socialement variables ; la mobilisation est plus ou moins « morale », plus ou moins « pratique » ; les parents cadres affichent moins que les autres l’objectif de la réussite ; les familles populaires mobilisent surtout énergie, moral et morale.

La famille et l’État

  • 17 Frantz Schultheis, « La famille, le marché et l’État-Providence », dans François de Singly et Fran (...)
  • 18 Robert Castel, La Gestion des risques, Paris, Éditions de Minuit, 1981.

7Cette régulation étatique de la sphère privée s’opère à la fois au niveau juridique (voir les lois sur la contraception, l’IVG, le divorce, l’autorité parentale), au niveau économique (Sécurité sociale, retraites, fiscalité, etc.), au niveau institutionnel (voir par exemple la scolarisation précoce et l’émancipation des mères qu’elle induit). À l’inverse, l’État est neutre vis-à-vis des formes de la vie familiale (voir le « pluralisme juridique » de l’offre étatique : concubinage, « famille monoparentale » et aujourd’hui PACS) et apparaît comme le garant de l’individualisation : il contribue ainsi à « l’émancipation de la femme des liens patriarcaux » en payant « le prix de l’égalité et de la liberté individuelles. » « L’État-Providence, en effet, contribue à compenser les risques et les inégalités de fait qui découlent en partie des interventions faites par son alter ego, l’État de droit », écrit Frantz Schultheis17. Par ailleurs, aux normes morales traditionnelles, se sont substituées de nouvelles normes dérivées de la psychologie et de la psychanalyse. Il y a, écrit Robert Castel18, « au sein et autour de la famille une forte production de denrées psychologiques destinée à la nourrir à partir de deux foyers principaux, la sexualité et l’enfance. Selon chacun de ces axes se développe un double système d’étayage qui mobilise sa double constellation de spécialistes et de conseilleurs » : « la famille normale » est aujourd’hui « une grande consommatrice de psychologie ».

  • 19 Les différentes formes prises par les conflits de générations dépendent aussi des types de patrimo (...)
  • 20 Georges Menahem, « Troubles de santé à l’âge adulte et difficultés familiales durant l’enfance », (...)
  • 21 C’est ainsi que, selon Irène Théry, « le divorce devient l’apothéose paradoxale de la famille puis (...)

8On peut s’interroger, en effet, sur l’incidence des formes de la vie familiale sur l’enfant : « Il est possible de concevoir qu’à chaque période historique, il existe des formes de pathologies associées à certains types de fonctionnement familial », écrit François de Singly19 (voir la mise en évidence des troubles de santé associés à la mésentente conjugale par Georges Menahem20). Par ailleurs, les constructions psychologiques du désordre familial, validant l’intervention psychologique, ne sont pas sans effet sur « l’ordre familial. » L’État contribue, en effet, au travail de contrôle de la famille relationnelle : « Les hommes et les femmes peuvent faire ce qu’ils veulent en tant que conjoints, mais non en tant que parents, l’autonomisation doit affecter le moins possible les relations pédagogiques », « les forces centrifuges doivent n’atteindre que la zone conjugale sans affecter la zone parentale », écrit François de Singly21.

L’autonomie de la famille contemporaine par rapport à la parenté

  • 22 Guy Desplanques, « Les enfants de Michel et Martine Dupont s’appellent Nicolas et Céline », Économ (...)
  • 23 Michaël Young et Peter Willmott, Le Village dans la ville, Paris, CCI/Centre Georges-Pompidou, 198 (...)

9À l’inverse, cette dépendance croissante par rapport à l’État s’accompagne de l’autonomie croissante de la famille contemporaine par rapport à la parenté. Elle est repérable, par exemple, dans les modifications du mode de désignation de l’enfant. Au choix du prénom de l’enfant dans les deux lignées par la parenté spirituelle, s’est substitué le choix apparemment aléatoire du prénom, signe individuel, par les parents22. En fait, les prénoms se diffusent « de haut en bas » et apparaissent comme « une anticipation des investissements que les parents veulent réaliser sur leurs enfants », écrit François de Singly. Cette autonomie croissante est aussi perceptible dans le repli sur la famille conjugale, tel qu’il est analysé, par exemple, dans Le Village dans la ville23. Les auteurs soulignent la place centrale des relations intergénérationnelles et l’intensité de la sociabilité familiale, dans les familles d’un quartier ouvrier à l’est de Londres : « Le mariage déstabilise assez peu les liens entre les enfants adultes et leurs parents, surtout ceux entre mère et fille », notent-ils. L’observation des familles d’origine populaire d’un nouveau quartier pavillonnaire proche permet de mettre en évidence la naissance de la famille conjugale dans la classe ouvrière : la vie familiale est centrée sur l’enfant, la sociabilité familiale se relâche ; « la vie du mari, comme celle de sa femme, est désormais centrée sur le “foyer” et sur la famille de procréation. » « L’accès à un “chez soi” se prolonge en un “chacun chez soi”. » Les familles se trouvent désormais au cœur de luttes de classement, dont les biens détenus deviennent le principal critère ; l’enfant, « ambassadeur de la famille », est évalué selon « son apparence » et ses résultats scolaires. Codées sous les termes de « promiscuité » et de « collectivisme », la vie collective, la sociabilité populaire traditionnelle, se dévaluent. « Le nous familial et conjugal, le moi personnel réclament des frontières, des barrières, une séparation nette entre le privé et le public », conclut François de Singly.

  • 24 L’auteur précise que « les femmes bien dotées demandent en échange une excellence sociale chez leu (...)
  • 25 Michel Bozon et François Héran, « L’aire de recrutement du conjoint », Données sociales, Paris, IN (...)

10Cette autonomie conjugale va de pair avec le sentiment croissant de liberté matrimoniale. Dans le choix du conjoint, la parenté s’efface, il y a « psychologisation » du choix : le rang dans la famille devient un élément secondaire ; l’aire de recrutement du conjoint s’élargit (les rencontres de voisinage déclinent). Si les unions homogames ou faiblement hétérogames dominent, en dépit de la fin des stratégies matrimoniales explicites, c’est que l’homogamie est désormais réalisée, d’une part, par la médiation des caractéristiques personnelles — « la perception de la valeur héritée (celle de la famille) et de la valeur acquise (celle de l’individu avec son diplôme notamment) est médiatisée par celle du corps, du caractère, des qualités », écrit François de Singly24 — et, d’autre part, par l’espace de sociabilité — « l’opposition entre des lieux clos et des lieux ouverts, [...] tend à recouvrir l’opposition entre classes supérieures et classes populaires25. »

  • 26 Sur ce sujet, voir Anne Gotman, Hériter, Paris, PUF, 1988.
  • 27 Remi Lenoir, « L’invention du “troisième âge” et la constitution du champ des agents de gestion de (...)
  • 28 Jean-Claude Kaufmann, Sociologie du couple, Paris, PUF, 1993.

11Pourtant cette autonomie croissante de la famille contemporaine ne débouche pas — sauf exceptions — sur la rupture, mais sur l’établissement de nouveaux liens avec la parenté. Les services rendus et, en particulier, l’aide à l’installation (« aides de subsistance » et « aides de promotion »), doivent préserver l’indépendance. Les héritiers, pris entre logique du culte familial et logique du profit, recherchent des solutions de compromis : placement ou retransmission semblent compatibles avec l’entretien de la mémoire familiale26. Contrairement à la prophétie durkheimienne, en effet, l’héritage, s’est maintenu : si, avec l’extension du salariat, il n’est plus, en général, le support de l’installation professionnelle, il favorise l’accès aux biens immobiliers. De plus, la valeur d’un individu n’est pas fixée uniquement par la valeur du capital qu’il détient, mais dépend aussi des ressources qui peuvent être mobilisées à travers le réseau de relations familiales (son « capital social »). Enfin, l’extension du salariat, l’obtention des retraites, « l’invention du troisième âge27 », ont desserré les contraintes économiques qui reliaient les générations. Ces nouvelles relations de parenté sont régies par un ensemble de principes : le respect de l’indépendance, la double comptabilité séparée des services et des flux affectifs, la réciprocité (il faut apprendre en particulier à gérer le changement de sens de la dépendance : « La qualité des relations intergénérationnelles n’est pas compatible avec le sentiment de dépendance »), la sélectivité (la généalogie objective ne se confond pas avec la « généalogie pratique », le réseau des affinités avec le réseau de solidarité ou le réseau d’autoprotection). De façon générale, « les relations doivent être vécues non sur le mode de la contrainte mais sur le mode de l’élection », écrit François de Singly. Ces relations sont hiérarchisées. Leur intensité varie selon les cercles de famille et de parenté, mais elle doit respecter le primat des relations conjugales. Dans tous les cas, il s’agit de « trouver la bonne distance. » Selon Jean-Claude Kaufmann28, « l’autonomie du conjugal par rapport à la parenté est d’autant plus forte que les échanges verbaux entre l’homme et la femme sont plus importants. »

L’autonomisation de l’individu par rapport à la famille contemporaine

12Les transformations de la famille depuis les années 1960 (diminution du nombre des mariages et remariages et augmentation des unions libres, augmentation des divorces et des séparations, augmentation des familles monoparentales et des familles composées ou recomposées, diminution du nombre des naissances, augmentation du nombre des naissances hors mariage, augmentation du travail salarié des femmes) vont toutes, selon François de Singly, dans le sens d’une maîtrise croissante du destin individuel et familial liée au contrôle des naissances et à la dévalorisation de l’héritage matériel et symbolique. Elle se traduit par le refus de l’institution du mariage, la critique de la division du travail entre les sexes et, en définitive, par l’instabilité croissante de la vie conjugale : cette fragilité des unions « reflète le primat de la centration sur les relations » ; « le travail salarié pour les femmes [...] laisse ouverte la porte de la maison », « il autorise la libération éventuelle d’un autre rapport, privé, entre les deux conjoints », écrit François de Singly.

  • 29 P. Berger et H. Kellner, « Le mariage et la construction de la réalité », Dialogue, n° 102, 1988, (...)

13Pour autant, ni le groupe conjugal ni le groupe familial ne disparaissent. Tout se passe comme s’il s’agissait en fait de rendre compatibles l’individuel et le collectif, d’obtenir les avantages de la conjugalité sans en avoir les inconvénients. « Le fait de vivre à deux reste une procédure valorisée pour témoigner dans un monde où la concurrence entre les hommes est forte, que son identité n’est pas réduite à la dimension de la valeur sociale, qu’elle comprend également d’autres “valeurs” plus profondes », écrit François de Singly. Par ailleurs, les conversations entre les deux partenaires constituent un support privilégié qui garantit « la plausibilité et la stabilité du monde socialement défini29 » et, indirectement, la stabilité de leur identité respective. Ainsi, la famille aide-t-elle chacun(e) à se construire comme personne autonome, à se doter d’un self relativement stable et protégé, leur « moi conjugal ».

  • 30 Olivier Schwartz, Le Monde privé des ouvriers, Paris, PUF, 1990.

14Cette revendication d’autonomie est socialement variable : les classes supérieures privilégient l’autonomie, les ouvriers et employés, des normes fusionnelles ; le repli domestique (à l’écart du « culte de la performance ») caractérise les familles populaires. Mais il se pourrait que les différences enregistrées lors des enquêtes mettent plus en évidence les normes que les conjoints estiment devoir exhiber en public qu’elles ne révèlent leurs comportements effectifs. Quoi qu’il en soit, cette autonomie individuelle a des limites. Elle ne doit pas pouvoir être interprétée comme une marque de défiance à l’égard du conjoint. De façon générale, la vie conjugale se définit, comme toute interaction, par la renonciation à quelques territoires personnels (la vie sexuelle, inséparable de la vie affective, reste « un territoire conjugal ») et ces territoires personnels doivent être justifiés et négociés : fixer le conjoint au domicile familial, « territorialiser l’autre30 » est souvent un enjeu de luttes conjugales.

15La division sexuelle du travail (Parsons) telle qu’elle prévaut de 1918 à 1968 (l’homme, « à l’extérieur », remplit la fonction de pourvoyeur de revenus, la femme, « à l’intérieur », assure la qualité des relations) est battue en brèche à partir des années 1970. Alors que les femmes au foyer sont objectivement insérées dans des liens de dépendance, le travail salarié réduit la dépendance féminine. « Il permet de prendre la clé des champs », écrit François de Singly qui distingue deux formes d’autonomie féminine : d’une part, l’autonomie par le désengagement (des tâches ménagères et des prises de décision) et le travail salarié ; d’autre part, une véritable prise de pouvoir domestique à la faveur d’un écart de capital scolaire favorable aux femmes.

16Dans la même perspective, il distingue les valorisations directes et indirectes des ressources féminines. « Dans le cadre de la vie conjugale, la mise en valeur du capital féminin est à dominante indirecte — par la médiation de son conjoint — si elle reste au foyer, soit mixte — directe et indirecte — si elle a une activité professionnelle. » L’extension du travail salarié des femmes ne signifie pas pour autant que les incidences professionnelles du mariage aient disparu : selon François de Singly, « l’entrée dans la carrière parentale est associée à une accélération de la carrière professionnelle pour les hommes et à un ralentissement pour les femmes. »

17Cette conquête de l’autonomie individuelle a de multiples effets, à commencer par la fragilité conjugale. La pérennité est dévalorisée : un tiers des couples mariés dans les années 1980 ont divorcé ou divorceront. Cette fragilité conjugale a partie liée avec un idéal conjugal élevé : « L’intimité conjugale, écrit François de Singly, doit être le lieu idéal où, au moins dans les coulisses de la vie privée, il est possible de croire et de faire croire que son soi est dépouillé des rôles sociaux, qu’il a enfin atteint la zone profonde de l’authenticité. » Faut-il y voir une explication du taux de séparation nettement plus élevé associé à ces projets « modernistes » ?

18Cette instabilité a un prix inégal pour les hommes et les femmes. La vie conjugale altère plus le placement professionnel des capitaux sociaux et culturels féminins que le rendement des richesses masculines : le divorce provoque un appauvrissement pour la majorité des femmes. La séparation fragilise les liens entre pères et enfants (en raison sans doute du désengagement antérieur des pères, mais aussi de l’intervention judiciaire : dans 85 % des cas les enfants sont confiés à la mère). Enfin, cette instabilité a également pour conséquence la complexité croissante de l’environnement familial de nombreux enfants (ainsi peuvent-ils avoir un père, pas de père du tout, ou des références masculines multiples).

19L’ouvrage se conclut sur deux questions que François de Singly laisse sans réponses. La première est plutôt sociologique : la fonction de transmission entre générations (donc la contribution domestique à la reproduction sociale) peut-elle être assurée quelle que soit la manière dont est organisée la vie privée ? La deuxième est plutôt psychologique : comment l’enfant est-il « produit » dans un contexte familial où les préoccupations individuelles semblent l’emporter ? Double invitation à la recherche et au débat.

  • 31 Bernard Vernier, La Genèse sociale des sentiments. Aînés et cadets dans l’île grecque de Karpathos (...)

20L’ouvrage propose une synthèse claire de très nombreuses enquêtes, résume avec précision et cohérence de nombreux acquis, assemble avec pertinence perspectives macro-sociologiques (l’étude de la reproduction) et micro-sociologiques (l’étude des interactions familiales) et énonce une thèse — privatisation/socialisation — qui permet d’ordonner des résultats dispersés. Mais, de ce fait, la mise en évidence des écarts entre les familles d’un pôle à l’autre de l’espace social passe au second plan, escamotant ainsi au moins trois questions. La première concerne les variations des formes de transmission en fonction du patrimoine détenu, donc aussi des stratégies familiales et des formes prises par les rapports entre générations ; la deuxième, l’étude des formes socialement différenciées de la socialisation et de la privatisation ; la troisième, les rapports entre « le réel » et sa représentation, entre rapports conjugaux et rapports de générations « objectifs » et les représentations « subjectives » (i. e. la construction psychologique de l’ordre familial) ou, en d’autres termes, « la genèse sociale des sentiments31 », donc aussi les économies affectives socialement différenciées et les grammaires socialement variables des comportements.

Notes

1 É. Durkheim, « La famille conjugale », cours de 1892, Revue philosophique, 1921, repris dans Émile Durkheim, Textes III, Éditions de Minuit, Paris, 1975, p. 35-49.

2 « Toute l’organisation familiale avait avant tout pour objet de maintenir dans la famille les biens domestiques, et [...] toutes les considérations personnelles paraissaient secondaires à côté de celle-là », écrit Durkheim (ibid.).

3 Ibid., p. 49.

4 Émile Durkheim évoque « l’intervention croissante de l’État dans la vie intérieure de la famille » (ibid., p. 38).

5 Ibid., p. 37 et p. 42.

6 Ibid., p. 40-42.

7 Philippe Ariès, L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Pion, 1960.

8 Ibid., p. 46 et p. 48.

9 À ces deux erreurs, on peut ajouter une troisième (par omission) : l’émancipation — scolaire, professionnelle, biologique — progressive des femmes.

10 Elle ne va pas toutefois sans poser de problèmes.

11 Sur ce sujet, voir Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

12 Pierre Bourdieu, La Noblesse d’État, Paris, Éditions de Minuit, 1989, p. 386-415.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Robert Ballion, Les Consommateurs d’école, Paris, Stock/L. Pernoud, 1982 ; « Les familles et le choix du collège », L’Orientation scolaire et professionnelle, 1986, 15, n° 3, p. 183-202.

16 Roger Establet, L’École est-elle rentable ?, Paris, PUF, 1987, p. 200-232.

17 Frantz Schultheis, « La famille, le marché et l’État-Providence », dans François de Singly et Frantz Schultheis, Affaires de famille, affaires d’État, Nancy, Éditions de l’Est, 1991, p. 33-42.

18 Robert Castel, La Gestion des risques, Paris, Éditions de Minuit, 1981.

19 Les différentes formes prises par les conflits de générations dépendent aussi des types de patrimoines à transmettre. Sur ce sujet voir Gérard Mauger, « Les héritages. Éléments pour une analyse des rapports entre générations familiales », dans Michel Freyssenet et Susanna Magri (dir.), Les Rapports sociaux et leurs enjeux, vol. 1, CSU, 1989, p. 101-124.

20 Georges Menahem, « Troubles de santé à l’âge adulte et difficultés familiales durant l’enfance », Population, n° 4, 1992, p. 893-932.

21 C’est ainsi que, selon Irène Théry, « le divorce devient l’apothéose paradoxale de la famille puisqu’elle résiste à tout, même à la séparation, même à la décohabitation » (Le Démariage, Paris, Éditions Odile Jacob, 1993).

22 Guy Desplanques, « Les enfants de Michel et Martine Dupont s’appellent Nicolas et Céline », Économie et Statistique, n° 184, 1986, p. 63-83.

23 Michaël Young et Peter Willmott, Le Village dans la ville, Paris, CCI/Centre Georges-Pompidou, 1983 [1re édition anglaise : 1957].

24 L’auteur précise que « les femmes bien dotées demandent en échange une excellence sociale chez leur partenaire, (alors que) les hommes bien dotés préfèrent une excellence esthétique ».

25 Michel Bozon et François Héran, « L’aire de recrutement du conjoint », Données sociales, Paris, INSEE, 1987, p. 338-347.

26 Sur ce sujet, voir Anne Gotman, Hériter, Paris, PUF, 1988.

27 Remi Lenoir, « L’invention du “troisième âge” et la constitution du champ des agents de gestion de la vieillesse », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 26-27, 1979, p. 57-82.

28 Jean-Claude Kaufmann, Sociologie du couple, Paris, PUF, 1993.

29 P. Berger et H. Kellner, « Le mariage et la construction de la réalité », Dialogue, n° 102, 1988, p. 3-5.

30 Olivier Schwartz, Le Monde privé des ouvriers, Paris, PUF, 1990.

31 Bernard Vernier, La Genèse sociale des sentiments. Aînés et cadets dans l’île grecque de Karpathos, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540