Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Transformations de l'espace social

Alain Chenu, Les Employés

Josiane Pinto

Note de l’éditeur

Paris, Éditions La Découverte, collection Repères, 1994

Texte intégral

1Malgré un poids démographique considérable, le groupe des employés demeure relativement peu étudié. C’est d’abord à ce titre qu’il faut saluer le présent ouvrage d’Alain Chenu qui constitue une entreprise utile et difficile. Sur un sujet plus complexe qu’il n’y paraît au premier regard, la lecture du livre suscite un sentiment de clarté et même de plaisir car, tout en apportant des connaissances inédites, il nous permet d’organiser de façon cohérente et synthétique des savoirs que nous avons tous de façon intuitive et provisoire.

2La première difficulté est celle d’une définition, tant les frontières internes et externes du groupe sont floues. Le mot « employé » qui, au sens large, est l’équivalent de salarié, est utilisé, au sens restreint, par opposition à ouvrier ou à cadre : les emplois concernés sont les emplois peu ou pas qualifiés de l’administration, du commerce, et secondairement des services.

3Ces caractéristiques amènent deux questions qui reviennent à travers tout l’ouvrage : la question de la position du groupe dans l’espace social et la question de sa spécificité et de sa visibilité. Les employés ont-ils appartenu hier, appartiennent-ils aujourd’hui aux classes moyennes, ou bien aux classes populaires ? La forte féminisation du groupe renforce ce caractère fluctuant : l’auteur se demande si les problèmes des employées ne sont pas ceux de toutes les femmes salariées de revenu modeste. Il met en avant simultanément deux idées : celle d’une homogénéité d’un mode de vie et celle d’une forte division entre ces femmes, du fait que les employées vivent avec des hommes qui, le plus souvent, ne sont pas employés (une femme active sur deux est une employée, un homme actif sur dix est un employé).

4Le livre se compose de six chapitres pouvant être regroupés en trois parties qui épousent fidèlement la démarche de l’ouvrage : le groupe en représentation, le groupe au travail et le groupe en mouvement.

Le groupe en représentation : de la perception commune au classement statistique

Histoire des mots

5« Les employés sont une catégorie de représentation du monde social qui est non pas un donné mais le résultat historiquement changeant de multiples interactions et de luttes de classement » (p. 7). Pour le démontrer, l’auteur choisit de réfléchir sur l’histoire des mots. Ses sources sont des dictionnaires, entre autres étymologiques, et des nomenclatures de métiers, en particulier celles de l’INSEE depuis 1955.

6À une époque où la maîtrise de l’écriture, monopole d’un petit nombre d’initiés, est le signe et le moyen de l’exercice du pouvoir, le terme utilisé pour désigner l’ensemble des employés était celui de clerc. Les employés de bureau participaient alors du prestige de la chose écrite : c’est encore vrai aujourd’hui, au moins en partie, car même si l’infériorité de leur position est plus marquée qu’autrefois, leur niveau de diplômes et les chances de réussite scolaire de leurs enfants sont plus élevés que ceux des ouvriers.

7Aujourd’hui, « la plupart des appellations de métier en usage parmi les employés [...] renvoient généralement à la fonction exercée par le salarié, décrite par référence à un instrument, à un cadre de travail, à une opération intellectuelle, à une position dans une organisation » (p. 9). Des exemples d’instruments : la caisse pour le caissier, le brancard pour le brancardier, le téléphone pour la téléphoniste, les logiciels Word pour la secrétaire. Pour évoquer le cadre de travail, Alain Chenu répond à une question de Courteline dans Messieurs les Ronds de cuir : « Lequel des deux, de l’employé ou du bureau était le fruit naturel de l’autre, sa sécrétion obligée ? » « Le bureau est étymologiquement le tissu (bure) qui recouvre une table de travail, puis ce meuble lui-même, puis la pièce dans laquelle est placé le meuble, et enfin le service administratif tout entier » (p. 10). C’est souvent le genre du mot qui permet de savoir si l’on a affaire à l’agent ou à sa machine. Le repérage lexical est facile pour les ouvriers qui sont presque exclusivement des hommes : le fraiseur c’est l’ouvrier, la fraiseuse c’est la machine. Il est plus complexe pour les employés qui sont le plus souvent des femmes : une secrétaire est une employée, le secrétaire un employé ou un meuble, mais la rareté des hommes dans la profession rend la confusion peu probable.

8Certaines appellations renvoient à une fonction spécifique (rédacteur, comptable), d’autres – les plus nombreuses – à une position hiérarchique subalterne (adjoint, aide, assistant, anciennement garçon ou fille). La référence au grade est plus fréquente dans la fonction publique, la référence aux aspects techniques plus fréquente dans le privé. Un ensemble d’appellations indéterminées (commis, attaché, employé) permet, selon le contexte, d’euphémiser la relation de subordination et de revaloriser le métier à peu de frais, selon le modèle du facteur devenu préposé, du commis devenu adjoint administratif, de la sténodactylo devenue secrétaire puis assistante de direction.

9La constatation de Balzac en 1841 : « Où finit l’employé, commence l’homme d’État », est révolue. Désormais, le sommet de la pyramide des hiérarchies de statut et de salaire a cessé d’inclure les employés.

Les conventions statistiques

10Les systèmes de conventions élaborés par les organismes statistiques d’une société témoignent des catégories cognitives et pratiques en usage dans cette société. Les statisticiens, à la fois, enregistrent et transforment la perception que l’on peut avoir d’un groupe social. Qu’en est-il pour les employés ?

11En 1954, dans la première nomenclature INSEE, celle des CSP, l’employé est défini comme salarié subalterne non manuel. Salarié s’oppose à agriculteur, artisan, commerçant, subalterne s’oppose à cadre, non manuel s’oppose à ouvrier. Deux catégories sont distinguées : employés de bureau et de commerce. Un tableau fort instructif retraçant l’évolution des employés de 1954 à 1982 nous montre qu’entre ces deux dates, les effectifs des employés doublent (de 2 à 4,7 millions), que la part des employés dans la population double (de 10 à 20 %), que la part des femmes augmente de la moitié aux deux tiers (50 à 65 %).

12En 1982, dans la deuxième nomenclature INSEE, celle des PCS, l’effectif des « employés » nouvelle manière est de 6,3 millions (contre 4,7 millions selon l’ancienne définition), soit plus du quart de la population active à cette date. Le groupe perd en homogénéité ce qu’il gagne en volume démographique : parmi les nouveaux venus, en dépit de leur caractère très masculin, les policiers et les militaires. Le classement d’une profession dans les « professions intermédiaires » est souvent plus restrictif que ne l’était le classement dans les « cadres moyens ». Certaines professions sont des cas limites entre monde ouvrier et monde employé : les magasiniers sont devenus ouvriers, les aides de cuisine employés, les emplois de nettoyage de locaux se répartissant, quant à eux, entre les deux groupes.

13Pourtant, de 1982 à 1990, la croissance du groupe s’est ralentie. Le nombre des employés administratifs d’entreprise est en baisse (recul plus que compensé par l’augmentation du nombre des membres des professions intermédiaires des entreprises), alors que le nombre des emplois du commerce et des services auprès des particuliers augmente fortement. La féminisation globale du groupe continue à progresser.

14En conclusion, l’auteur évoque un dispositif expérimental (intéressant) consistant à répéter le même phénomène : la réitération. La formule est de Dominique Merllié. Les recensements de la population sont suivis ou précédés de l’enquête annuelle sur l’emploi. Les mêmes questions sont posées aux mêmes individus. Les classements coïncident-ils ou non dans les deux dispositifs ? Non, il existe des divergences que l’on peut considérer comme tenant non pas à la faiblesse de l’outil statistique, mais à la nature des phénomènes observés. En effet, le groupe qui donne lieu aux descriptions les plus stables entre les deux dispositifs d’enquête, est, chez les femmes, le groupe socioprofessionnel des employés, et, chez les hommes, celui des ouvriers : « L’étiquetage d’une femme comme employée, celui d’un homme comme ouvrier s’inscrivent donc dans le sens d’une « pente naturelle » au long de laquelle les procédures de description (par les enquêtés, puis par les nomenclaturistes et les chiffreuses) « marchent bien », tandis que la figure de l’homme employé, apparaissant comme a priori peu probable, donne lieu à des classements plus hasardeux » (p. 21).

  • 1 L’Archipel des employés, INSEE, coll. Études, Paris, 1990.

15La métaphore de l’archipel, présente dans le titre du précédent ouvrage d’Alain Chenu1 est particulièrement adéquate pour rendre compte de la structure de ce groupe, à l’identité éclatée et partagée entre appartenance de sexe et appartenance sociale. Un employé, est-ce un homme, est-ce une femme ? Est-ce un petit-bourgeois, est-ce un prolétaire ?

Le groupe au travail : du traitement de l’information au traitement des personnes

Le travail des employés

16Définir le travail des employés implique d’analyser leurs objets et leurs moyens de travail ainsi que leur place au sein des organisations qui les salarient. Si les employés et les ouvriers ont en commun une position de salarié subalterne, les objets de travail des employés sont à la fois des informations et des personnes alors qu’ils sont des objets matériels pour les ouvriers. L’auteur présente ici trois auteurs privilégiés pour répondre à ces questions : Babbage pour le traitement de l’information, Halbwachs pour la dimension interpersonnelle, Weber pour l’analyse de la bureaucratie.

La mécanisation des « opérations de l’esprit »

17Une information est un signe associé à un support matériel. Le traitement de l’information consiste à appliquer des procédures standardisées à une matière « matérielle » en vue de la transformer. L’écriture suppose la maîtrise symbolique du code des lettres et des chiffres, mais aussi la maîtrise matérielle de la plume sur le papier. L’Anglais Charles Babbage (1792-1871) a joué un rôle clé dans l’observation de l’industrialisation du traitement de l’information et dans l’invention de machines spécialisées dans ce traitement (voir p. 27-28, les documents présentant l’analytical engine de Babbage, ancêtre de l’ordinateur).

18L’utilisation de machines de plus en plus perfectionnées par les employés (machines à écrire, calculatrices, ordinateurs) et la division du travail au sein d’un collectif de travail ont permis une série d’émancipations successives (section IV du livre Ier du Capital de Marx). Enfin, l’auteur évoque les spécificités du traitement de l’information et conclut : « Alors que le machinisme avait pénétré le monde des bureaux et des comptoirs plus tardivement que celui des usines et des chantiers, l’automatisation du traitement de l’information et des transmissions a précédé celle du traitement de la matière et du transport » (p. 32).

Le traitement de « l’humanité matérialisée »

  • 2 M. Halbwachs, « Les caractéristiques des classes moyennes », Paris, 1939, repris dans Classes soci (...)

19Maurice Halbwachs (1877-1945) a été le premier sociologue à proposer une analyse différentielle des budgets de ménage employés et ouvriers : les employés dépensent moins pour l’alimentation et plus pour l’habillement et le logement, signifiant par là qu’ils accordent une importance particulière au commerce avec autrui et à la présentation de soi. Pour Halbwachs, l’activité des employés s’exerce non pas sur « une matière inerte », mais sur une « humanité matérialisée » : l’employé opère sur des « hommes », cependant l’essentiel de son activité consiste à les traiter comme des choses. C’est pourquoi cette catégorie est d’un niveau supérieur aux ouvriers mais inférieur à la « bourgeoisie »2.

20En conclusion, définir l’activité tertiaire implique de distinguer en son sein entre traitement de l’information et services aux personnes. Une différenciation majeure, d’ordre à la fois technique, économique et social s’opère entre les employés qui traitent de l’information et ceux qui rendent des services à des personnes, les employés de commerce occupant à cet égard une position intermédiaire puisqu’ils gèrent à la fois des flux d’informations sur les marchandises et des flux de clients.

L’organisation du travail dans les bureaucraties

  • 3 Max Weber, « Introduction » in Sociologie des religions, trad. Jean-Pierre Grossein, Paris, Gallim (...)

21Pour Max Weber (1864-1920), parfois tenu pour l’un des pères fondateurs de la sociologie des organisations, les employés apparaissent comme les rouages des machines bureaucratiques modernes. Ces organisations sont réglementées, hiérarchisées et planifiées ; leurs agents mettent en œuvre des procédures écrites, appliquent des règlements impersonnels qui supposent et entretiennent une stricte séparation de la vie privée et de la vie professionnelle. Weber applique à ces organisations bureaucratiques les catégories d’analyse introduites par Marx à propos des entreprises capitalistes. « La “séparation” juridique des fonctionnaires (le terme est pris dans un sens large au-delà de la fonction publique) d’avec les moyens d’administration se passe de la même manière que la “séparation” du travailleur d’avec les moyens de production »3. Ce parallèle sera repris par Wright Mills, en 1951, lorsqu’il définira les « cols blancs » : ils sont dépossédés des moyens d’administration, de communication et de vente, comme les ouvriers sont dépossédés des moyens de production.

22Cette même division du travail s’inscrit dans des temporalités différentes. Dans une première phase de la révolution industrielle, le travail de bureau dans les administrations publiques comme privées est assuré par un petit nombre de personnes dans l’entourage immédiat des dirigeants. Le traitement des employés – considérés comme improductifs – fait partie des frais généraux. Dans une deuxième phase, l’accroissement de la masse des informations à traiter entraîne une industrialisation du travail de bureau. Par suite, la différenciation des employés et des ouvriers s’atténue à la fois sur le terrain, dans les livres de compte et dans les ouvrages économiques.

  • 4 Jürgen Kocka, Les Employés en Allemagne, 1850-1980. Histoire d’un groupe social, trad. Gérard Gabe (...)

23Alain Chenu illustre cette évolution par deux exemples évocateurs : – Le cas Siemens et Halske, entreprise de construction électrique, créée en 1847. Le processus de bureaucratisation de cette entreprise a été analysé par l’historien Jürgen Kocka dans Les Employés en Allemagne, 1850-19804. Les Privatbeamte « fonctionnaires privés » peu nombreux, polyvalents, loyaux à l’égard de la direction sont plus proches du type idéal traditionnel, quasi familial, décrit par Weber, que du type bureaucratique. Puis, le nombre des employés progresse plus vite que celui des ouvriers, leur statut social se dégrade, la dénomination moins valorisante d’Angestellte se répand. Mais en Allemagne le clivage interne du monde des cols blancs ne sera jamais aussi fort qu’en France où la distinction entre les cadres et les employés va s’institutionnaliser à partir de l’entre-deux-guerres ;

24- Les « OS du tertiaire » (p. 41).

25Les processus de rationalisation bureaucratique décrits par Weber s’appliquent d’autant mieux dans les bureaux que ceux-ci se mécanisent et se féminisent. Le travail de la dactylo qui se situe au pôle le plus standardisé des tâches administratives se prête au chronométrage et au salaire au rendement. Les États-Unis sont à l’avant-garde de la taylorisation dans le travail de bureau comme dans celui des industries mécaniques.

26En conclusion, si le statut d’un groupe social résulte de l’évolution des techniques, il résulte aussi de la position de ce groupe au sein des rapports d’alliance ou d’opposition dans l’espace social. Au tournant du XIXe et du XXe siècle, marqués par une lutte souvent frontale entre ouvriers et entrepreneurs, les employés dont le statut fait l’objet de mesures spécifiques peuvent être adéquatement situés parmi les classes moyennes. « Au fil du XXe siècle, une telle approche va progressivement perdre de sa pertinence à mesure que la masse des cols blancs s’accroît, se différencie, se féminise et se mêle partiellement avec le monde ouvrier » (p. 42).

Les différents emplois : administration, commerces et services

Administration

27Le monde administratif possède trois grands niveaux de qualification qui renvoient aux positions hiérarchiques de cadre, profession intermédiaire et employé. Ces emplois répartis entre secteur public, privé et semi-public sont soit transversaux, présents dans la plupart des secteurs économiques (gestion, secrétariat, comptabilité) soit concentrés, dans un secteur spécialisé du traitement de l’information (banques, assurances, postes, Sécurité sociale).

28En 1990, le tiers des employés administratifs travaillent pour l’État et les collectivités locales ; ils s’opposent aux employés du privé, à la fois au niveau de la sécurité de l’emploi (4 % des employés de la fonction publique sont au chômage contre 18 % des employés du privé) et de celui de la construction de l’identité professionnelle. Les employés de commerce et des services auprès de particuliers relèvent presque tous du secteur privé. Au sein du secteur public, les appellations ne renvoient pas tant aux fonctions techniques – comme c’est souvent le cas dans le privé – qu’à l’appartenance à telle ou telle administration ou à leur grade.

29Un exemple privilégié est celui de la secrétaire, grande absente de la nomenclature de la fonction publique. Dans le langage officiel de la fonction publique, le secrétaire d’administration est un fonctionnaire de catégorie Β qui a un rôle d’encadrement. Une des rares appellations faisant référence à une fonction technique d’employé est celle de sténodactylographe. Pourtant, la secrétaire existe bel et bien dans la fonction publique (secrétaire du proviseur, de laboratoire du CNRS). Il est vrai que la référence au privé est fondamentale dans la définition du secrétariat. La secrétaire est un personnage emblématique du bureau : si les caractéristiques de son activité, de sa position dans l’organisation sont spécifiques, elles permettent plus généralement de mieux comprendre ce que veut dire être femme dans les bureaux. Les secrétaires sont à la fois des rouages dans les organisations bureaucratiques – et, de ce fait, détentrices d’une compétence formelle de traitement de l’information – et des actrices mettant en œuvre un savoir-faire social ajusté à la singularité des individus rencontrés dans leur travail. La profession de secrétaire, principalement construite autour de telles fonctions informelles, est presque exclusivement féminine. L’effectif des secrétaires a crû de 6 % par an de 1982 à 1990, malgré les progrès de la bureautique qui augmentent la rentabilité de chaque secrétaire et qui permettent à beaucoup de cadres d’assurer eux-mêmes une partie du travail de saisie. Cette augmentation massive manifeste l’importance accrue des activités relationnelles interpersonnelles des secrétaires.

Les emplois du commerce et des services rendus aux personnes

30Ils concernent les spécialistes du traitement de « l’humanité matérialisée » (M. Halbwachs). Leur rôle est de répondre aux demandes de la clientèle en faisant preuve de qualités ne relevant pas d’une formation technique particulière : présentation de soi, civilité, etc. Le volume des emplois est important : plus de 3 millions de personnes. Les taux de chômage apparaissent très élevés : en 1991, 17 % dans le commerce et 16 % dans les services (OS 19 %) et les temps partiels – c’est-à-dire le chômage partiel – atteignent des niveaux records : 30 % dans le commerce et 40 % dans les services.

31Les employés de commerce sont surtout des femmes (4 cas sur 5), des jeunes de moins de trente ans (3 cas sur 5) ; leur niveau de formation est peu élevé. Deux révolutions ont marqué le monde de la distribution : l’invention du grand magasin à la fin du XIXe siècle et celle du libre-service au milieu du XXe siècle. L’auteur trace le portrait rude d’une nouvelle profession : la caissière de grande surface. « Le panachage de qualités hétérogènes – amabilité de l’accueil, virtuosité dans la saisie numérique, compétence policière, endurance dans la manutention en position assise, tolérance à la flexibilité des horaires, au travail à temps partiel, aux bas salaires, à un contrôle hiérarchique parfois vexatoire – caractérise la bonne caissière de grande surface » (p. 63). On comprend que les caisses soient encore tenues majoritairement par des femmes. Peu d’hommes demeurent durablement employés de commerce ; pour les femmes, les perspectives de promotion interne ou externe sont très faibles aujourd’hui. Elles sont loin des rêves d’ascension sociale que Zola évoque en 1883 dans Au bonheur des dames.

  • 5 Michel Gollac, « Les dimensions de l’organisation du travail », Économie et Statistique, n° 224, s (...)

32Les emplois des services rendus aux personnes constituent un ensemble vaste et hétérogène aux contours particulièrement flous. Leur nombre croît fortement. Ils regroupent les moins diplômés des employés ; beaucoup sont originaires de l’étranger ou des territoires d’outre-mer. Ce sont fréquemment des actifs très jeunes ou très âgés. Précarité et horaires atypiques (trop peu ou beaucoup trop) sont répandus. La fréquence des termes négatifs – « petit boulot, travail au noir, sale boulot » – est significative. Pourtant, de forts liens interpersonnels, bien qu’en recul aujourd’hui, existent souvent entre prestataires de service et personnes servies. La polyvalence s’accompagne souvent d’une grande autonomie dans le travail : les professions de femmes de ménage, nourrices, concierges et employés des soins personnels se caractérisent par le plus faible niveau de formalisation du travail au sein des professions d’employés5. Les écarts sont fréquents entre travail prescrit et travail effectif.

Le groupe en mouvement : forte mobilité, faible mobilisation

La position sociale des employés

  • 6 Renaud Sainsaulieu, « Les employés à la recherche de leur identité », in Darras, Le Partage des bé (...)
  • 7 Michel Crozier, Le Monde des employés de bureau, Paris, Éditions du Seuil, 1965, p. 11.
  • 8 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. (...)

33Les employés sont caractérisés par leur propension, réputée particulièrement forte, à gravir individuellement « l’échelle sociale », propension qui va de pair avec la restriction de leur descendance. Depuis la fin du XIXe siècle, « l’opposition entre les couches moyennes, orientées vers la recherche d’une réussite sociale individuelle dans le cadre de l’ordre social existant, et les ouvriers, plus sensibles aux discours révolutionnaires leur promettant une promotion collective par renversement de cet ordre social, est un thème récurrent dans les travaux sociologiques, (p. 77). Dans la seconde moitié du XXe siècle, ces travaux se sont étayés sur l’observation statistique, sur l’analyse de la différenciation interne des couches moyennes salariées et sur la prise en compte de la différenciation entre hommes et femmes pour analyser la forte mobilité sociale et professionnelle des employés. Alain Chenu convoque quelques auteurs à l’appui de sa thèse. Pour Renaud Sainsaulieu « la catégorie des employés a le coefficient de mobilité sociale le plus élevé de toutes les catégories sociales6 ». Michel Crozier évoque le monde des employés de bureau comme « une société beaucoup moins marquée par les différences de classe7 ». Les travaux de Pierre Bourdieu rappellent le prix de cette ascension : « La limitation des naissances est une forme [...] de numéros clausus. Le petit-bourgeois est un prolétaire qui se fait petit pour devenir bourgeois8 ».

34Alain Chenu propose en conclusion (p. 94-95) un bilan synthétique de cette évolution en quatre points. Les niveaux relatifs de salaire, d’exposition au chômage du groupe statistique des employés se sont dégradés depuis le début des années 1960. La question de la mesure comparée de la propension à la mobilité ascendante des employés reste sans réponse : l’établissement d’échelles de statut social quantifiées est une opération hasardeuse pour étudier un groupe aussi fortement féminisé où les effets de la division sexuelle du travail sont déterminants. En effet, d’une part, selon la profession du conjoint, cadre ou ouvrier, les perspectives de carrière individuelle et les destins sociaux probables des enfants des employées sont bien différents ; d’autre part, les employés sont toujours nombreux à accéder à des emplois plus qualifiés alors que les employées restent employées ou bien quittent leur emploi pour s’occuper de leurs enfants. Le groupe des employés est hétérogène : les employés d’administration sont proches des classes moyennes, les personnels des services directs aux particuliers des ouvriers, les employés de commerce figurant en position intermédiaire.

Les employés et l’action collective

35Les employés sont réputés peu enclins à l’action et à la représentation collective. De fait, l’attitude par rapport à l’action collective est très différente selon les secteurs : les postiers ont souvent fait grève, les secrétaires à peu près jamais. Le sentiment d’appartenir à un groupe doté d’une identité sociale propre est peu répandu parmi les employés qui vivent souvent leur état comme transitoire.

Le syndicalisme

36Alain Chenu évoque les grands moments du syndicalisme des employés depuis le milieu du XIXe siècle : les grands magasins et les sociétés de secours mutuel dès 1847, la première grève des fonctionnaires en 1899 parmi les postiers, le tournant de 1936 avec l’entrée massive des ouvriers dans la grève, la fragmentation syndicale accrue après 1947. Il suggère une conclusion (risquée) : la syndicalisation aujourd’hui est un peu plus faible parmi les employés que parmi les ouvriers, mais son recul est moins marqué chez les employés (p. 105). La syndicalisation est deux fois plus forte parmi les hommes que parmi les femmes.

La politique

37Les votes des employés diffèrent peu, et de moins en moins, de ceux des ouvriers. Ces deux catégories votaient peu pour la droite jusqu’en 1981 ; en 1993, elles votent à droite à 51 ou 52 %. Elles se portent sur le Parti communiste ou le Front national davantage que ne le fait le reste de l’électorat. Les femmes ont soutenu le courant socialiste ou la droite modérée.

38Le groupe des employés apparaît comme constituant une mosaïque complexe de sensibilités syndicales et politiques. « Moins impliqués que les cadres dans la gestion des entreprises et des administrations, les employés sont aussi moins engagés que les ouvriers dans les organisations qui contestent radicalement l’ordre social existant » (p. 108 et 109).

Remarques finales

39L’observateur a le sentiment, en tentant de décrire les employés, de « donner socialement corps à une entité par ailleurs évanescente » (p. 110). Elle est, « plus qu’aucune autre, le cadre d’implications en demi-teintes dans la vie professionnelle immédiate » (p. 111). L’archipel des employés n’est pas un artefact, c’est un ensemble flou de composantes qui ont en commun un certain air de famille. Mais « le poids du noyau central des employés administratifs diminue au sein de la nébuleuse des employés, tendant à affaiblir une identité sociale déjà ténue » (p. 112). L’analyse conjointe des trajectoires personnelles et professionnelles des employés est indispensable pour appréhender la réalité des identités de chacun.

40Le pari initial de l’ouvrage – étudier la construction d’un groupe social aussi hétérogène – a-t-il été tenu ? Il semble que oui. D’abord, l’analyse statistique demeure éclairante, même si un groupe essentiellement féminin tient une part de ses propriétés de conjoints issus généralement d’un groupe différent. Ensuite, les analyses d’ouvrages sociologiques et historiques permettent de cerner l’identité de ce groupe et la façon dont elle a pu se construire ou se transformer depuis le XIXe siècle. Une série de portraits aurait peut-être été la bienvenue pour donner à voir concrètement la diversité des situations sur le terrain (la taille imposée de l’ouvrage rendait, il est vrai, cette entreprise problématique). Cependant, s’il apparaît délicat de donner une conclusion univoque quant à la mobilité des employés, c’est certainement parce que les situations sont trop éclatées ; il est difficile d’appliquer à une population aussi nombreuse et hétérogène une procédure qui permettrait de rendre compte de l’ensemble. Mais, du coup, l’occasion aura peut-être été manquée de déterminer en quoi le groupe existe comme tel (artefact, quasi-groupe, non-groupe...).

41La prise en compte insistante du caractère fortement féminisé du groupe fournit un leitmotiv organisateur que l’on retrouve, à des titres divers, sur différents points : la saisie statistique du groupe, sa visibilité aléatoire, sa posture syndicale et politique, la spécificité de son travail. L’évolution récente du sex ratio dans certains métiers occupés jusqu’ici par des femmes permet d’avancer quelques hypothèses. Le nombre d’hommes caissiers de grands magasins ou sténodactylos augmente de façon significative (hommes dactylos : 1 % en 1954, 10 % en 1990). Certaines professions dites féminines, dévaluées en période de plein-emploi, en cas de récession économique, se voient au contraire, davantage prisées par les hommes. Par contraste, le nombre de secrétaires, et particulièrement de secrétaires de direction, augmente, mais les hommes restent absents de ces emplois. S’il est vrai qu’au siècle passé, la mécanisation et, par suite, une certaine dévalorisation, ont favorisé l’entrée massive des femmes dans les bureaux, aujourd’hui leur nombre augmente d’autant plus que la fonction relationnelle l’emporte sur la fonction technique. Cette « barrière à l’entrée » ne serait-elle pas le symptôme du lien difficile à délier entre les caractéristiques des postes et les qualités nécessairement « féminines » de celles qui sont destinées à les pourvoir ?

Notes

1 L’Archipel des employés, INSEE, coll. Études, Paris, 1990.

2 M. Halbwachs, « Les caractéristiques des classes moyennes », Paris, 1939, repris dans Classes sociales et morphologie, Paris, Éditions de Minuit, 1972.

3 Max Weber, « Introduction » in Sociologie des religions, trad. Jean-Pierre Grossein, Paris, Gallimard, 1996, p. 370.

4 Jürgen Kocka, Les Employés en Allemagne, 1850-1980. Histoire d’un groupe social, trad. Gérard Gabert, Éditions de l’EHESS, Paris, 1989 (voir aussi la présentation de ce livre par G. Mauger dans Gérard Mauger et Louis Pinto, Lire les sciences sociales, Paris, Belin, vol. 1, 1994, p. 111 sq.).

5 Michel Gollac, « Les dimensions de l’organisation du travail », Économie et Statistique, n° 224, septembre 1989, p. 43.

6 Renaud Sainsaulieu, « Les employés à la recherche de leur identité », in Darras, Le Partage des bénéfices, Paris, Éditions de Minuit, 1966, p. 303.

7 Michel Crozier, Le Monde des employés de bureau, Paris, Éditions du Seuil, 1965, p. 11.

8 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. 389.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540