Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Transformations de l'espace social

Margaret Maruani et Emmanuèle Reynaud, Sociologie de l’emploi

Sabine Erbès-Seguin

Note de l’éditeur

Paris, Éditions La Découverte, collection Repères, 3e édition, 2001 [1993 ; 1999]

Texte intégral

1L’introduction pose clairement l’objectif de l’ouvrage : sortir le débat sur l’emploi du « tout économique », où le social n’est que résidu et, en le mettant au centre de l’analyse, amorcer une sociologie de l’emploi. On pourrait penser une telle ambition partagée par tous les sociologues, mais il a fallu que le marché du travail connaisse des transformations importantes pour parvenir à distinguer, sur le plan conceptuel, travail et emploi, et mettre vraiment en question la traditionnelle division des tâches entre économistes et sociologues. Le fait que le travail soit considéré comme expérience sociale centrale a contribué à laisser les sociologues s’enfermer dans une analyse de la relation entre travailleur et activité productive, le plus souvent au niveau de l’entreprise, alors que les économistes analysaient surtout ce marché particulier qu’est le marché du travail, et le plus souvent au niveau macro-économique. De plus, et par voie de conséquence, « Tout se passe comme si une division du travail entre disciplines s’était établie de fait : aux économistes, la théorie du chômage..., aux sociologues, le “vécu” des chômeurs » (p. 26). Si cette simplification paraît désormais abusive, c’est que les transformations de structure que connaît le marché du travail rendent plus facile, voire évidente, sa définition aussi en termes de construction sociale : que signifient les correspondances entre âges de la vie et durée de l’activité productive ainsi que l’évolution dans le temps de ces catégories ? Les différences sexuées sont-elles constitutives de rapports différents à l’activité ? Quels sont les effets sur le rapport au travail de la multiplication des formes d’emploi et des transformations de structure que connaît la population active ? Toutes ces questions, et bien d’autres sur lesquelles on reviendra, sont autant de raisons pour militer, comme le font les auteurs, pour la constitution d’une sociologie de l’emploi, parallèlement à une sociologie du travail qui continue à avoir beaucoup à dire.

2La logique du plan découle du constat d’une « évolution en profondeur des normes sociales qui président à la définition de ce qu’est un emploi, de ceux qui y ont légitimement droit et de ceux qui y ont effectivement accès » (p. 6). Ce plan affiche une position novatrice par rapport aux analyses traditionnelles de l’emploi et du chômage. Les trois premiers chapitres présentent une analyse sociologique de la population active (i), du chômage (ii), des formes d’emploi en relation avec les secteurs d’activité (iii).

3La position des deux derniers chapitres, en fin d’ouvrage, de même que leur méthode de présentation différente, entendent signifier clairement que, pour entreprendre cette sociologie de l’emploi, il faut aussi prendre le contre-pied de certaines approches économiques ou sociologiques traditionnelles, c’est-à-dire pour simplifier, ne commencer la réflexion ni par une analyse (économique) du marché du travail ni par une analyse (sociologique) du vécu des chômeurs. Dans les premiers chapitres, il s’agit notamment de réfléchir sur la différenciation nécessaire entre des notions ou des concepts. Les deux derniers analysent, notamment, la signification des différences entre approches. L’ensemble propose une conception de l’offre et de la demande de travail comme construction sociale, position qui, selon les auteurs, serait seule susceptible de fonder une sociologie de l’emploi. Dans cette perspective, le chapitre iv montre que le marché du travail n’existe pas sans l’interaction des acteurs sociaux qui le constituent, et repose sur l’établissement de compromis sociaux durables où l’économique et le social sont fortement imbriqués (p. 69-70). Quant au chapitre v, il reprend deux éléments classiques des recherches sociologiques : la relation entre statut social et statut d’emploi, et le rôle que jouent les acteurs sociaux dans la constitution des positions sociales en relation avec l’emploi et son absence.

4Je voudrais surtout insister sur les raisons principales, à mes yeux, de l’intérêt scientifique de ce livre. Il repose d’abord sur l’usage heuristique de distinction entre des notions trop souvent ou trop longtemps confondues : travail et emploi d’abord, âge de travailler et âge des travailleurs, rapport à l’emploi et au travail des hommes et des femmes, chômage et inactivité, ensuite... Il met aussi en perspective des séries statistiques, en faisant éclater les moyennes, en tentant de saisir et de comparer des tendances lourdes et des évolutions en longue et moyenne périodes afin de repérer des points de rupture où l’analyse sociologique peut et doit apporter des éclairages spécifiques. C’est enfin une réflexion renouvelée sur certaines recherches sociologiques, comme éléments de cette sociologie de l’emploi en construction.

Quelles nouvelles perspectives d’analyse sociologique ?

5Faire éclater des notions abusivement confondues, ou dont la diversité des significations n’est apparue qu’à un moment précis de l’évolution de la société, constitue d’abord un outil de production de connaissances. C’est aussi, on le verra plus loin, la base d’un dialogue entre disciplines.

Les distinctions conceptuelles comme outils de production d’approches nouvelles

  • 1 Voir, par exemple, O. Galland, Les Jeunes, Paris, la Découverte, coll. Repères, 1993 ; G. Mauger, (...)
  • 2 Voir, par exemple, X. Gaullier et C. Thomas, Modernisation et gestion des âges, les salariés âgés (...)

6Les auteurs effectuent une première distinction entre âge de travailler et âge des travailleurs. Leur réflexion sur ces notions a été rendue possible, d’une part, par de nombreuses recherches sur la jeunesse1, et par d’autres, moins nombreuses, sur l’autre extrémité de la vie2, recherches qui analysent non pas des groupes d’âge constitués, mais des processus de passage. D’autre part, sont mises en perspective les catégories statistiques et leurs frontières, particulièrement en longue période, mais aussi d’un pays à l’autre, et présentent une analyse des « fluctuations de cette norme statistique construite par la législation et la pratique sociale » (p. 8). Je reviendrai plus loin sur l’importance d’une réflexion sur les catégories statistiques. Pourtant, je voudrais insister ici sur le fait que c’est l’utilisation conjointe de recherches sociologiques sur les âges et une réflexion sur les statistiques d’une époque et d’un pays à l’autre qui permet aux auteurs de faire apparaître, à travers les fluctuations dans le temps des seuils d’âge au travail (p. 8) et les différences entre taux d’activité par âge d’un pays à l’autre (p. 12-13), « une vision globale de ce mouvement de déplacement des normes sociales qui, aujourd’hui, en France, situe le temps légitime de travail entre 25 et 55-60 ans » (p. 15).

  • 3 Les Fonctions des femmes dans l’industrie, Paris, Mouton, 1966 ; avec V. Isambert-Jamati, Travail (...)
  • 4 D. Kergoat, « Ouvriers = ouvrières ? », Critique de l’économie politique, novembre 1978 ; Collecti (...)

7Une autre distinction est fondamentale pour la mise en place d’une sociologie de l’emploi. Elle est double : entre emploi et travail, entre travail des hommes et travail des femmes, et il ne s’agit pas d’une cooccurrence fortuite. Il est désormais admis par beaucoup de sociologues que l’importance d’une dissociation conceptuelle entre emploi et travail a été révélée par les recherches sociologiques sur les différences entre travail des hommes et travail des femmes. Les pionnières dans ce champ, en particulier Madeleine Guilbert3, ont fait apparaître la réalité des inégalités entre travail des hommes et des femmes, mais c’est une ou deux générations plus tard que s’opère la jonction avec une réflexion sur la distinction entre travail et emploi4, en analysant, par exemple, comment des femmes faisant un travail ennuyeux et répétitif tiennent cependant beaucoup à la position et aux relations sociales que leur permet le fait d’avoir un emploi.

8Que l’ensemble de ces distinctions soit présenté en début d’ouvrage revêt, comme je l’ai dit, une signification importante, car elles orientent le mode de construction — ou plutôt de reconstruction — des catégories d’emploi auquel doit s’attaquer une sociologie de l’emploi.

Le travail sur les séries et catégories statistiques

9Ce travail consiste à repérer et analyser des points de rupture en longue ou moyenne période, les inflexions que connaissent les catégories et leur définition d’une période à l’autre, ainsi que certains aspects significatifs des comparaisons internationales. L’objectif est de mettre en perspective les éléments de définition et de différenciation dans l’emploi, le non-emploi et le sous-emploi, liés au sexe, à l’âge, au secteur d’activité...

  • 5 L. Coutrot, I. Fournier-Méarelli et A. Kieffer, Family Cycle and Growth of Part Time Female Employ (...)
  • 6 Voir L. Coutrot et al., communication citée.

10C’est un vaste programme, et je n’en soulignerai qu’un aspect, qui me semble l’un des plus significatifs, à la fois parce qu’il correspond à des recherches effectuées par les auteurs du présent ouvrage, parce qu’il rencontre d’autres recherches, conduites dans une perspective plus quantitative5, mais surtout parce que l’analyse est située à la jonction des catégories sexe, âge et secteur d’activité. On sait désormais assez bien cerner certaines caractéristiques des inégalités devant l’emploi et le chômage. Mais une grande partie des spécificités du caractère sexué de ces inégalités est occultée par le flou des frontières entre activité, non-emploi et inactivité, ce que les pages consacrées à ce thème (p. 35-38) font clairement apparaître. Effectuer, par exemple, des tris à la fois par la tranche d’âge, le sexe et le secteur d’activité permet de mesurer les caractéristiques du temps partiel, dont il ne suffit pas de dire qu’il augmente fortement, et qu’il est surtout le fait des femmes. Certains auteurs6 confirment d’abord l’importance de l’attachement des femmes à leur maintien dans l’emploi et la stabilité croissante des carrières féminines : la durée du travail n’est — éventuellement — que modulée en fonction de l’âge des enfants, mais le passage au temps partiel est, en France, très loin d’être systématique, comme dans certains pays. Toutefois, la forte croissance de cette forme d’emploi au cours des dernières années se fait à peu près exclusivement en direction — on pourrait dire au détriment — des femmes, sur la base de créations de nouveaux emplois à temps partiel, plus encore que de passages à temps partiel. Coutrot et al (voir note 5) ont, pour leur part, défini les caractéristiques dominantes de ces travailleuses à temps partiel : contrairement à ce que l’on pourrait penser, soit elles sont majoritairement proches de la retraite, soit elles n’ont pas plus d’un ou deux enfants à charge, mais leur partenaire, ou leur père, selon les cas, occupe souvent un emploi indépendant ou d’encadrement. L’âge et le nombre des enfants ont eu une influence sur leur passage à temps partiel, et les plus instruites ou les épouses de travailleurs indépendants sont les plus susceptibles de reprendre un emploi à plein-temps. Ces analyses paraissent donc confirmer qu’il existe une divergence et non une convergence entre les plans de carrière des femmes et la recherche par les employeurs d’une « flexibilisation » de la main-d’œuvre au moyen du temps partiel, qui touche certes les deux sexes, mais qui, pour les femmes, joue sur une confusion entre temps partiel choisi pour une période limitée et marché de l’emploi fondé sur le recrutement à temps partiel.

11On voit (en rapprochant ces analyses de celles de Coutrot, Fournier et Kieffer) que c’est la décomposition du temps partiel en ses différentes composantes qui permet d’en préciser les formes et d’affiner l’appréciation du phénomène.

La construction sociale d’une offre et d’une demande d’emploi

12Cette construction, qui est l’enjeu majeur d’une véritable sociologie de l’emploi, résulte de plusieurs démarches coordonnées. On a surtout, jusqu’ici, parlé de la première, qui consiste à faire éclater des catégories pour les reconstruire sur d’autres bases. Ce n’était pas pour suivre le plan de l’ouvrage, mais, parce que, partageant le point de vue des auteurs, il m’a semblé que cette démarche est essentielle pour faire sortir la réflexion sur l’emploi de ses cadres traditionnels, en sociologie comme en économie.

Le renversement des perspectives d’analyse

  • 7 « The Balkanization of Labour Markets », dans Labour, Market and Wage Determination, Berkeley, Uni (...)
  • 8 C. Paradeise, « Acteurs et institutions. La dynamique des marchés du travail », Sociologie du trav (...)
  • 9 N. Mercier, E. Reynaud et J.-D. Reynaud, Les Réformes de 1990 à France Télécom, Paris, rapport CNA (...)

13L’autre volet d’une approche sociologique de l’emploi, c’est d’effectuer, à un niveau plus global, une analyse critique et un renversement de certaines approches. Cet aspect est plus clairement visible dans le chapitre iv, en particulier dans le premier point : « Modèles de référence et marchés spécifiques ». « Le marché du travail n’existe pas, disent les auteurs, sans les interactions des acteurs sociaux qui le constituent [...]. Elles (ces interactions) ne sont pas non plus de simples réactions, de simples ajustements aux mouvements de l’économie » (p. 68-69). Pour démontrer cette affirmation, qui s’en prend à la fois à la théorie économique classique et à celles des analyses sociologiques qui se limitent à mesurer les réactions des travailleurs/chômeurs, les auteurs montrent, en s’appuyant notamment sur des recherches sociologiques, qu’une approche globale du marché du travail passe complètement à côté de la réalité du fonctionnement de ce — ou plutôt de ces — marchés. « Les marchés “locaux”, parce qu’ils sont organisés, parce qu’ils déterminent des circulations limitées et qu’ils produisent leurs régulations propres, constituent en réalité le cas le plus général » (p. 69). Clark Kerr7 l’avait pourtant analysé dès 1978, mais il y a lieu de donner à cette approche une signification plus générale. Il faut aussi étendre, montrent également les auteurs, la portée de certaines analyses sociologiques de marchés du travail localisés, comme celles de Catherine Paradeise et de Jean Saglio8, et celles du CNAM (Conservatoire national des arts et métiers) sur la modernisation de la fonction publique9. « Les variables “sociales” ne sont pas résiduelles [...] Elles constituent les conditions de possibilité du calcul rationnel parce que ce sont elles qui produisent les conditions requises pour que fonctionne un marché » (p. 71). Cette approche des marchés du travail est donc bien dans la même perspective que la première partie, et elle consiste à déconstruire des analyses dont la globalité soit occulte des phénomènes à étudier, soit fausse et déforme leur présentation.

Le dialogue entre disciplines

  • 10 L’Invention du chômage, Paris, PUF, 1986.
  • 11 « Invention du chômage et politique sociale au début du siècle », Les Temps modernes, vol. 43, 198 (...)
  • 12 L’Emploi, l’entreprise, la société, sous la direction de F. Michon et D. Segrestin, Paris, Economi (...)
  • 13 « Le travail et l’emploi : plaidoyer pour l’inter-disciplinarité », dans L’Emploi : dissonances et (...)

14Un autre aspect de la construction sociale d’une offre et demande d’emploi, c’est de favoriser le dialogue entre disciplines. C’est surtout la distinction entre emploi et travail, entre chômage et inactivité, et, plus généralement, la réflexion sur le chômage qui amorcent un rapprochement entre disciplines, dont on a vu qu’il est, dès l’introduction, posé comme nécessaire aux avancées conceptuelles. « Les réflexions sur le concept de chômage [...] ne se confondent pas avec la mesure du phénomène », et c’est là que des travaux complémentaires peuvent et doivent être menés. L’ouvrage de Robert Salais, Nicolas Baverez et Bénédicte Raynaud10 — des économistes — avait ouvert la voie à une analyse du chômage comme « une certaine gestion sociale de l’incertitude économique », formule de Robert Salais que citent les auteurs, et qu’elles ne désavoueraient sans doute pas. Le débat est, en réalité, amorcé d’assez longue date, et Christian Topalov11, notent-elles également (p. 43), montre que « ce sont les politiques sociales qui ont contribué à l’invention du chômage ». De colloques en ouvrages, sociologues et économistes se répondent désormais12. C’est dans ces tentatives de reformulation des définitions classiques de l’emploi et du travail que s’articulent les approches disciplinaires : « Différents types d’emploi induisent des formes différentes de travail », écrit Peter Auer13, — économiste — qui se retrouve donc sur la même ligne d’analyse que nos auteurs. L’effet positif d’un renversement de perspective est donc très marqué lorsque sociologues et économistes se mettent à dialoguer.

L’utilisation des acquis de la sociologie

  • 14 « Rapport à l’emploi, protection sociale et statuts sociaux », Revue française de sociologie, 30 ( (...)

15Certains acquis majeurs de la sociologie sont également appelés par les auteurs à participer à la construction d’une sociologie de l’emploi. Il est d’ailleurs intéressant de noter, au passage, et c’est un constat plutôt rassurant, qu’il existe, l’ouvrage le montre aussi, une certaine cumulativité en sociologie. Il s’agit non seulement des recherches sur les âges, mais aussi de celles qui portent sur les statuts sociaux et les stratégies des acteurs, qui font l’objet du chapitre v. Elles permettent de montrer, avec Dominique Schnapper14, par exemple, que l’on peut établir une gradation continue de « statuts liés à l’emploi », « dérivés de l’emploi », « liés à la protection sociale » et « hors statuts », approche qui « associe de manière étroite et univoque statut d’emploi et statut social » (p. 88). C’est dans cette optique que les auteurs montrent également que le RMI, qui invente un statut social spécifique, constitue une forme extrême de distance entre statut social et statut d’emploi.

Remarques finales

16Il est difficile, comme le disent les auteurs de saisir l’accès à l’emploi à travers une catégorie unique, et donc d’analyser sociologiquement l’emploi sans déconstruire des catégories et mettre en question des approches. Tout l’ouvrage est traversé par cette préoccupation, avec laquelle je ne peux qu’être d’accord. Mais c’est au nom même de ce souci commun que je lui ferai une critique qui porte sur la place, très réduite, faite à l’analyse de l’impact des stratégies publiques, mais aussi de celles des employeurs.

  • 15 M.-Th. Join-Lambert et al., Politiques sociales, Paris, Fondation nationale des sciences politique (...)

17Or les politiques publiques sont, elles aussi, le produit aggloméré de plusieurs facteurs, qui agissent dans des sens divergents. On peut donc regretter que, contrairement aux autres aspects constitutifs d’une sociologie de l’emploi, celui qui met en scène les politiques publiques ait été considéré de façon un peu trop globale. Il fait pourtant, au même titre, partie d’une sociologie de l’emploi. Par exemple, dans la constitution sociale des rapports à l’emploi, et donc dans le modelage social des marchés de l’emploi, la mise en place des règles formelles est elle-même un processus complexe, de va-et-vient avec les forces sociales. Par ailleurs, un des aspects les moins étudiés, en tout cas par les sociologues, l’effet de la division de l’État en secteurs différenciés, parfois en conflit, joue également un rôle important dans la mise en place de politiques relatives à l’emploi. De même, les jeux stratégiques des populations cibles (voir, par exemple, l’utilisation des allocations de chômage ou du RMI) participent aussi d’une sociologie des relations à l’emploi, bien qu’elles sortent largement de la perspective d’analyse présentée ici. Enfin et peut-être surtout, la constitution, par les employeurs, de leurs propres stratégies d’emploi fonctionne à double sens : pour détourner les effets prévus des politiques publiques, pour contribuer à leur réorientation. L’ouvrage publié sous la direction de Marie-Thérèse Join-Lambert15 fait partiellement apparaître cette complexité (mais il est paru après la publication du présent livre). Ces mouvements sont inséparables des politiques publiques, et constitutifs des marchés de l’emploi, au niveau « local », certes, mais aussi aux niveaux macrosocial et macroéconomique. En d’autres termes, le champ de la sociologie de l’emploi est encore largement ouvert, et c’était bien l’objectif des auteurs que d’ouvrir le débat.

Notes

1 Voir, par exemple, O. Galland, Les Jeunes, Paris, la Découverte, coll. Repères, 1993 ; G. Mauger, « Les jeunes en France, état des recherches », Cahiers du PIRTTEM, n° 2, 1990.

2 Voir, par exemple, X. Gaullier et C. Thomas, Modernisation et gestion des âges, les salariés âgés et l’emploi, Paris, La Documentation française, 1990.

3 Les Fonctions des femmes dans l’industrie, Paris, Mouton, 1966 ; avec V. Isambert-Jamati, Travail féminin et travail à domicile, Paris, Éditions du CNRS, 1956.

4 D. Kergoat, « Ouvriers = ouvrières ? », Critique de l’économie politique, novembre 1978 ; Collectif, Le Sexe du travail, Grenoble, PUG, 1984 ; M. Maruani, Mais qui a peur du travail des femmes ?, Paris, Syros, 1985 ; avec A. Borzeix, Le Temps des chemises, Paris, Syros, 1982.

5 L. Coutrot, I. Fournier-Méarelli et A. Kieffer, Family Cycle and Growth of Part Time Female Employment in France : Boon or Doom ?, Conférence Family Cycle and Women’s Part Time Employment in Europe, Brême, décembre 1993. C. Marry, I. Fournier-Méarelli et A. Kieffer, Transition des jeunes femmes dans l’emploi, Network on Transitions in Youth, Seelisberg (Suisse), 6-9 septembre 1994.

6 Voir L. Coutrot et al., communication citée.

7 « The Balkanization of Labour Markets », dans Labour, Market and Wage Determination, Berkeley, University of California Press, 1978.

8 C. Paradeise, « Acteurs et institutions. La dynamique des marchés du travail », Sociologie du travail, n° 1, 1988, p. 79-105 ; J. Saglio, « Échange social et identité collective dans les systèmes industriels », Sociologie du travail, n° 4, 1991, p. 529-544.

9 N. Mercier, E. Reynaud et J.-D. Reynaud, Les Réformes de 1990 à France Télécom, Paris, rapport CNAM, 1991.

10 L’Invention du chômage, Paris, PUF, 1986.

11 « Invention du chômage et politique sociale au début du siècle », Les Temps modernes, vol. 43, 1987.

12 L’Emploi, l’entreprise, la société, sous la direction de F. Michon et D. Segrestin, Paris, Economica, 1990 ; L’emploi : dissonances et défis. Sociologues et économistes en débat, sous la direction de S. Erbès-Seguin, Paris, l’Harmattan, 1994.

13 « Le travail et l’emploi : plaidoyer pour l’inter-disciplinarité », dans L’Emploi : dissonances et défis, op. cit.

14 « Rapport à l’emploi, protection sociale et statuts sociaux », Revue française de sociologie, 30 (1), 1989, p. 3-29.

15 M.-Th. Join-Lambert et al., Politiques sociales, Paris, Fondation nationale des sciences politiques et Dalloz, 1994.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable