Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Transformations de l'espace social

Avant-propos

Gérard Mauger

Texte intégral

1L’étude des transformations de l’espace social est étudiée ici à travers celle de trois objets classiques de la sociologie : un marché (celui de l’emploi), un groupe social (les employés) et une institution (la famille).

  • 1 Robert Salais, Nicolas Baverez et Bénédicte Reynaud, L’Invention du chômage, Paris, PUF, 1986.
  • 2 Christian Topalov, Naissance du chômeur (1880-1910), Paris, Éditions Albin Michel, 1994.

2La multiplication des formes d’emploi (entre activité et chômage) et les transformations de la population active attirent l’attention sur la construction sociale de l’offre et de la demande d’emploi. Remettant en cause la division du travail entre économie et sociologie, la sociologie de l’emploi étudie les rapports complexes entre classements par âges (à des seuils se substituent des transitions), classements par sexes (le développement du travail à temps partiel s’effectue au détriment des femmes), classements par secteurs (« marchés locaux de l’emploi ») et rapports à l’activité. De même que Robert Salais, Nicolas Baverez et Bénédicte Reynaud1, d’une part, et Christian Topalov2, d’autre part, ont mis en évidence « l’invention du chômage », la multiplicité des statuts liés à — ou dérivés de — l’emploi ne résulte pas seulement de l’évolution du marché du travail, mais apparaît également comme « un effet » des politiques publiques.

3Distincte du groupe des ouvriers et de celui des cadres, entre classes populaires et classes moyennes, la position du groupe des employés dans l’espace social est difficile à définir. Catégorie de représentation du monde social correspondant aux emplois peu qualifiés de l’Administration, du commerce et des services, elle regroupe, selon la nomenclature des CSP (catégories socioprofessionnelles) de l’INSEE, « les salariés » (ce qui les distingue des travailleurs indépendants) « subalternes » (ce qui les distingue des cadres) « non manuels » (ce qui les distingue des ouvriers), soit un quart de la population active (6,3 millions) selon la nomenclature PCS (professions et catégories socioprofessionnelles) (en 1982. Produit de luttes de classement (appellations de métier et conventions statistiques), elle apparaît comme « un archipel » divisé entre employés du secteur public (Administration) et du secteur privé (commerce et services), une mosaïque syndicale et politique. Par ailleurs, la féminisation croissante du groupe (souvent caractérisé par sa mobilité sociale) renforce son hétérogénéité par la dispersion des alliances matrimoniales, bien que la dégradation des salaires, la croissance du chômage et des emplois à temps partiel, tendent à le rapprocher des classes populaires.

4Deux tendances contradictoires et de longue durée marquent les transformations de la famille contemporaine : socialisation et privatisation. La tendance à la socialisation est liée à la fois au renforcement des interventions étatiques dans la sphère privée (régulation juridique, économique, institutionnelle d’un État, par ailleurs, garant de l’individualisation et vecteur d’une consommation accrue de psychologie) et à la place prise par l’école dans les mécanismes de reproduction sociale et, de ce fait, dans les stratégies familiales de reproduction. Quant à la privatisation, elle résulte, d’une part, de l’autonomie familiale accrue à l’égard de la parenté (repli sur la famille conjugale) et, d’autre part, de l’autonomie croissante de l’individu par rapport à la famille (instabilité croissante de la vie conjugale et inflexion des relations intergénérationnelles).

Notes

1 Robert Salais, Nicolas Baverez et Bénédicte Reynaud, L’Invention du chômage, Paris, PUF, 1986.

2 Christian Topalov, Naissance du chômeur (1880-1910), Paris, Éditions Albin Michel, 1994.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540