Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Sociologie et littérature

Jacques Dubois, Pour Albertine. Proust et le sens du social

Gérard Mauger

Note de l’éditeur

Paris, Éditions du Seuil, collection Liber, 1997

Texte intégral

1Les lectures canoniques de La Recherche qui fétichisent et hypostasient « le sujet psychologique », distinguent le Proust de la subjectivité et de l’introspection (l’analyste de la mémoire et de la jalousie), le Proust poétique, amateur des haies d’aubépines et de poiriers en fleur, et le Proust du tableau social (l’analyste des salons aristocratiques et bourgeois), le poète et le sociologue faisant figure d’auxiliaires du psychologue, le poétique et le social enchâssant le psychologique.

  • 1 Vincent Descombes, Proust. Philosophie du roman, Paris, Éditions de Minuit, coll. Critique, 1987, (...)

2La perspective dans laquelle s’inscrit Jacques Dubois, à la suite de Vincent Descombes, inverse les positions relatives du social et du psychologique. Chez Proust, écrit Vincent Descombes1, « le groupe précède l’individu, de sorte que l’individualité humaine ne peut pas être considérée comme une donnée primitive, qu’elle doit être décrite comme le produit d’un travail individuel soutenu par les institutions, sur un matériau collectif. » Selon Jacques Dubois, La Recherche « place le collectif en surplomb du singulier et du subjectif » (p. 14) : « Dans les rapports humains, le constituant social est antérieur à l’individu et en quelque sorte l’irradie » (p. 13).

3Pour Albertine peut apparaître comme la réhabilitation d’un personnage secondaire de La Recherche : latéral dans l’intrigue et subalterne par rapport à Oriane ou Sidonie. Mais Jacques Dubois a eu l’idée ingénieuse d’y voir à la fois un analyseur du monde social analysé par Marcel Proust et un analyseur de La Recherche.

Marcel Proust et la théorie du monde social

4L’étude minutieuse du personnage d’Albertine permet, en effet, à Jacques Dubois de mettre en évidence la théorie immanente du monde social qui se trouve, en quelque sorte, déposée dans la Recherche.

Une sociologie individuelle

  • 2 « Le visage, le corps, la mimique, le geste, la mise forment en permanence un grand livre qui, dém (...)
  • 3 « Le mort saisit le vif », écrit Proust (Sodome et Gomorrhe, p. 166). Sur ce sujet, voir l’article (...)
  • 4 « Les mères dotent leurs descendantes de grappes d’expressions toutes faites à différents stades d (...)

5En fait, il ne s’agit pas tant d’inverser l’ordre des préséances entre le psychologique et le social, l’individu et la société, le singulier et le général, l’inédit et le commun, l’extraordinaire et l’ordinaire, que de mettre en évidence chez Proust le dépassement de cet ensemble d’oppositions plus ou moins superposables. Pour l’auteur de La Recherche, c’est dans le singulier que le collectif se donne à voir le plus concrètement : « Toute une logique sociale régit les phénomènes psychiques les plus individualisés » [...] « l’extraordinaire gît au plus intime du quotidien », écrit Jacques Dubois (p. 22). La société ne s’oppose pas à l’individu comme « l’extérieur » à « l’intérieur » : « le social travaille la personne du dedans comme du dehors » (p. 130) ; enraciné dans l’individu, il postule, une sociologie du subjectif (p. 22). Dans la même perspective, Proust considère que « les objets de nos goûts n’ont pas en eux une valeur absolue » : « tout est affaire d’époque, de classe, consiste en modes, dont les plus vulgaires valent celles qui passent pour les plus distinguées » (Swann, p. 243). Définissant les modes et les goûts, la société modèle jusqu’à l’aspect physique de ceux qui la composent : « Chez Proust, le corps porte les stigmates de son usage social et de son inscription collective2 », note Jacques Dubois (p. 35). La sociologie individuelle de Proust s’appuie sur la conviction que le social est inscrit au plus intime des choses et qu’il investit nos expériences jusque dans leur détail le plus quotidien. « Tout marque ou démarque, tout classe ou déclasse », écrit Jacques Dubois (p. 87) : de la sociologie de l’accent des jeunes filles snob (son traînard provincial/son nasal british) à celle des goûts alimentaires (sandwiches/tartes), etc. Et la prégnance de l’héritage3, « à la jointure du physique et du mental, du matériel et du symbolique » (p. 94), tient précisément à son inscription psychosomatique. Parce qu’il est (pour partie) incorporé, l’héritage social est aussi souterrain que celui que l’on prête à « l’hérédité » (p. 96). « Les parents ne fournissent pas que ce geste habituel que sont les traits du visage et de la voix, relève Proust (À l’ombre des jeunes filles en fleurs, p. 470-471), mais aussi certaines manières de parler, certaines phrases consacrées, qui presque aussi inconscientes qu’une intonation, presque aussi profondes, indiquent, comme elle, un point de vue sur la vie4. »

6Jacques Dubois met ainsi en évidence une véritable économie de l’héritage symbolique chez Proust. S’il est vrai que c’est toute « notre parentèle (qui) nous peuple » (p. 101), il faut élargir cet éventail psychique à d’autres partenaires que familiaux : « Parmi les effigies qui coopèrent (aux) sentiments et comportements, il faut encore compter les multiples moi du passé qui reviennent comme s’ils étaient autres, et qui le sont effectivement » (p. 104). Quant aux modalités de l’héritage, elles reposent sur les relations privilégiées nouées à chaque étape d’une trajectoire et qui s’imposent, « soit par la force d’une position, soit par l’effet d’une aura, soit aussi bien par quelque pouvoir névrotique ou pervers » : causalité multiple, souterraine, cheval de Troie du collectif dans l’être singulier, l’héritage apparaît comme un jeu transactionnel, avec ses règles et ses surprises. Mais, comme dans tout jeu, il y a du jeu, c’est-à-dire de l’incertain et du possible : « Le personnage proustien est transaction permanente et subtile avec son héritage », écrit Jacques Dubois (p. 99). La passion du caché qui anime Proust vise, selon l’auteur, à dégager les schèmes collectifs qui se cachent dans chaque personnage singulier (p. 23), à « isoler parmi plusieurs êtres un même schéma réitéré », mais aussi, comme en témoigne l’habitude proustienne des hypothèses explicatives en cascade, à « montrer complémentairement qu’en un même individu plusieurs [...] schémas se recroisent, brisant avec l’idée d’identité » (p. 87).

Une sociologie des luttes de classement

  • 5 De façon générale, l’appréciation que nous avons de nous-même dépend très strictement de nos voisi (...)
  • 6 « En culture désintéressée, l’économique se doit de jouer les repoussoirs et d’être affiché comme (...)

7Cette sociologie individuelle est sous-tendue par une conception relationnelle du statut de l’individu : toute position est fonction des autres positions, chaque acteur est pris dans un champ de forces. Dans « l’optique des gradins sociaux » qui est celle de Proust, « c’est ce qui est presque immédiatement au-dessus de nous qui nous donne l’impression de la hauteur5 » (La Prisonnière, p. 220). Mais s’il est vrai que ce sont les représentants de la strate immédiatement supérieure qui suscitent le sentiment d’infériorité le plus vif, les membres de la couche immédiatement inférieure sont ceux dont il faut craindre qu’ils attentent au classement de ceux qui les précèdent (p. 132), et ces rivalités symboliques sont d’autant plus sournoises — et peut-être aussi plus violentes — qu’elles sont euphémisées jusqu’à la dénégation6.

  • 7 Voir « Le marché des changes » (p. 136) ou « La guerre des prix » (p. 144).

8Il y a une économie du symbolique sous-jacente à tout échange entre personnages proustiens7 : « Tout dans La Recherche est lisible selon la dure loi de l’échange commercial. » Chacun a conscience que sa position fluctue en fonction des autres positions dans l’espace où il évolue : « La scène mondaine est un marché sur lequel tout participant se comporte de façon vénale, n’y cherchant rien d’autre que ses avantages », note Jacques Dubois (p. 137). Dès qu’un nouvel acteur apparaît dans le cercle de l’échange, tout se passe comme s’il devait négocier sa « valeur sociale » avec chacun de ses interlocuteurs : dans la plupart des cas, il ne s’agit que d’obtenir la reconnaissance de la valeur acquise, même s’il arrive que « les prix flambent ». Ainsi se met en place une perpétuelle procédure d’évaluation mutuelle : « Comment, à considérer des valeurs mobiles, s’assurer du meilleur investissement et obtenir en sa faveur la meilleure rente ? Et qu’est-ce qui réussira le mieux : l’intimidation, le bluff, la ruse, voire la modestie feinte ? L’un jouera à la hausse et l’autre à la baisse, selon la conjoncture et les circonstances », écrit Jacques Dubois (p. 137). D’où une « lutte exacerbée pour afficher et imposer sa valeur qui ne s’entretient que de sordides appréciations mutuelles » (p. 144) et où « il s’agit toujours en fin de compte d’obtenir, d’améliorer ou de maintenir un rang et, à ce titre, de prendre le pas sur voisins, proches et concurrents » (p. 138). Sur le marché social, « la lutte est rude et chacun monnaie durement son statut. Chaque acteur y défend âprement le prix qu’il vaut et qui fluctue entre celui qu’on lui donne et celui qu’il s’attribue » (p. 136) et l’excellence mondaine est définie par la capacité « à obtenir dans l’échange une valeur supérieure à sa valeur effective ».

  • 8 Telle est la situation de Charlus lorsqu’il s’aventure sur le territoire des Verdurin qui créent l (...)

9« Hauts lieux d’un combat pour la légitimation des titres sociaux » (p. 43), les salons, apparaissent comme un terrain d’observation privilégié des luttes symboliques entre classes et fractions de classes, castes et clans : luttes feutrées, menées à coups d’exclusions mutuelles et de marques de dédain (p. 54). « La plus ou moins grande maîtrise des codes en vigueur » définit le niveau de ressources de chacun. « En être ou pas », telle est la sanction des conflits qui opposent élus et exclus, entrants et sortants. L’excellence dans le monde des salons est définie par la capacité d’« édicter le code ». Or, ce sont des mécanismes homologues qui permettent à toutes les classes de se distinguer les unes des autres : « D’un bout à l’autre du spectre social c’est un même principe structurant qui génère des effets semblables à partir de positions équivalentes », note Jacques Dubois (p. 54). Reste que la domination symbolique ne peut s’exercer que sur des agents disposés à reconnaître la valeur des capitaux des dominants : d’où leur désarroi lorsqu’ils se trouvent confrontés à des agents qui ne les (re)connaissent pas. C’est pourquoi Marcel enrage de « voir que lui que les Guermantes traitent avec égards, ne réussit pas à faire valoir ses titres auprès de très quelconques petites personnes » (p. 119) : « Tous les avantages qui dans notre milieu habituel nous prolongent, nous agrandissent, se trouvent là devenus invisibles, en fait supprimés8 », constate Proust (À l’ombre des jeunes filles en fleurs).

Une sociologie romanesque

  • 9 Voir Livio Belloï, La Scène proustienne. Proust, Goffman et le théâtre du monde, Paris, Nathan, co (...)
  • 10 Voir Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 197 (...)
  • 11 Voir Michael Sprinker, « Class and Class Struggle », dans History and Ideology in Proust. À la rec (...)

10Si Proust peut ainsi être décrit comme un analyste de la psychologie des rapports sociaux (inspiré par Les Lois de l’imitation de Gabriel de Tarde), de la mise en scène de la vie quotidienne9, des stratégies de distinction10, de la lutte des classes, des ascensions et des déclins11, Jacques Dubois rappelle utilement que « nous sommes ici dans un roman et non dans un traité de sociologie » (p. 118). Pas plus, d’ailleurs, qu’il ne se réclame du socialisme ou du naturalisme, Proust ne revendique la sociologie : « Marcel Proust a le sens du social comme on a le sens de l’humour », écrit Jacques Dubois (p. 189).

11La sociologie implicite de Proust est une sociologie « qualitative ». L’espace social de La Recherche repose, en effet, sur un échantillon très réduit de personnages idéal-typique : « À moins de trois personnages, l’effet d’échantillon n’est plus sensible ; au-dessus, l’effet d’individuation risque de ne plus agir », précise Jacques Dubois (p. 49). La taille réduite de l’échantillon permet au romancier d’accéder au concret et d’introduire « le mouvement de la vie » (p. 44).

  • 12 « Quel est ce cocktail exotique de petite-bourgeoise, de sportive et d’homo d’homosexuelle ? », s’ (...)

12Il s’agit, par ailleurs, d’une sociologie du « tératologique » : « c’est en évoquant des accidents de parcours dans la dotation familiale, dont quelques-uns prêtent à rire, que le romancier objective au mieux la réalité sociale de cette dotation » (p. 102). D’où l’attention qu’il porte aux personnages en voie de déclassement (ou entraînés dans un reclassement dont ils échouent à obtenir les résultats escomptés) (p. 133), « sa fascination pour toutes les formes d’hybridation personnelle : mésalliances, jeux d’inversion de l’être et du paraître, dispersions d’expériences et de rôles et, plus que tout, les cas de bisexualité12 » (p. 193).

13Cette sociologie des « exceptions » est néanmoins une sociologie du quotidien, du banal, des péripéties des échanges ordinaires qui rendent visibles les relations de domination, de pouvoir — saisies de préférence depuis des lieux d’observation latéraux — et les structures qu’elles expriment. Guettée par le futile, elle met en exergue « la dérision du symbolique inhérente aux tactiques distinctives, aux luttes de préséance et aux rites de fétichisation culturelle » (p. 191). Du plus singulier et du plus concret, elle s’élève vers le plus général, s’efforçant de formuler la règle, de comprendre le principe, de dégager la structure.

14Elle utilise la surprise, l’inversion, le démontage : Albertine apparaît comme la vérité des Guermantes et des Swann, l’homosexualité comme celle de la sexualité ordinaire. Conjonction du roman et de l’essai, de la fiction et de la réflexion, La Recherche met à mal l’opposition entre fiction et savoir. « Les mêmes grandes lois informent fiction et réalité, note Jacques Dubois : l’une relationnelle qui donne à voir que les phénomènes ne peuvent s’entendre qu’en connexion avec d’autres, l’autre dialectique rappelant que toute vérité étant contradictoire est toujours susceptible de s’inverser » (p. 41-42).

15La Recherche apparaît enfin comme une illustration exemplaire d’une démarche réflexive, « comme un patient procès d’objectivation de soi » (p. 194). Objectivation progressive d’un rapport enchanté à l’aristocratie, elle retrace le trajet de l’illusion à la désillusion. Luttant pour l’imposition des critères légitimes de classement en renvoyant les dominants à leur médiocrité spirituelle, « le narrateur endosse la position de l’artiste petit-bourgeois qui tente de compenser sa position dominée par une survalorisation des qualités de l’intellect » (p. 54), pour s’aviser, en définitive, qu’« au principe de toute entreprise culturelle il n’est que volonté de capitaliser crédit ou pouvoir » (p. 59) et que « l’histoire accouche de ses meilleures trouvailles sur le terreau sordide de la médiocrité ordinaire et des intérêts les plus vils » (p. 58).

16« C’est la perception aiguë d’une altérité irréductible (celle d’Albertine) chez la partenaire qui éveille en retour chez le sujet proustien le sentiment que lui-même est fait de toute une part d’inconnu », note Jacques Dubois : « Je est un autre. » Opérée de ce point de vue, l’entreprise d’auto-objectivation — suscitant désenchantement et ironie et mettant en évidence les clivages du « moi » — qui est celle de toute La Recherche, atténue « l’effet des biais que le caractère intéressé de tout sujet introduit dans sa propre perception » (p. 181). « Je n’étais pas un seul homme, mais le défilé d’une armée composite où il y avait selon le moment des passionnés, des indifférents, des jaloux », écrit Proust (Albertine disparue, p. 71).

Une histoire sociale du désarroi des classes dominantes

L’espace social de La Recherche

17La Recherche se déroule pendant les cinquante premières années de la IIIe République scandées par l’affaire Dreyfus et la Grande Guerre. Dans une perspective proche de l’histoire sociale, Proust analyse la captation par la grande bourgeoisie d’un pouvoir encore détenu par l’aristocratie. Dans une France restée agricole, il a fallu tout le XIXe siècle aux bourgeoisies pour asseoir leur pouvoir politique face à une aristocratie appuyée sur la propriété foncière et plus de temps encore pour déposséder la noblesse d’une autorité sociale et culturelle qui s’exprimait dans la promotion des élites comme dans l’établissement des normes du goût (p. 45).

18L’espace social de La Recherche est polarisé autour de deux classes : aristocratie, d’une part, grande bourgeoisie de l’autre, la première conservant l’ascendant alors que la seconde va le prendre. L’annexion des artistes (Vinteuil, Bergotte, Elstir), situés à l’articulation des deux mondes, faire-valoir et opportunités d’investissements rentables, constitue un enjeu pour les deux pôles des classes dominantes. Quant aux classes dominées, elles sont absentes, à l’exception notable des domestiques et gens de maison.

  • 13 « Porteuses d’un projet libéral, ce sont les classes moyennes qui ont assuré l’avènement et le suc (...)

19Les deux pôles des classes dominantes se démultiplient en plusieurs strates : la fine fleur de la noblesse et du faubourg Saint-Germain (représentée par le lignage prestigieux des Guermantes, Oriane et Basin) ; la haute noblesse en voie de déclassement par ses frasques sexuelles ou politiques (incarnée par le trio formé par la marquise de Villeparisis, le baron de Charlus et Robert de Saint-Loup) ; la petite noblesse provinciale qui tente de compenser l’insuffisance de son capital social par l’accumulation de capital culturel ; la grande bourgeoisie « opportuniste » (celle de Swann ou de Marcel) caractérisée par sa stratégie d’entente ou de compromis avec la noblesse du Faubourg ; la grande bourgeoisie « autonomiste » (celle des Verdurin), qui mise sur l’investissement culturel — associant artistes et universitaires et épousant la cause dreyfusarde — et édifie sa propre mondanité contre celle de la noblesse du Faubourg ; la classe moyenne, composite et mal définie, nébuleuse indécise, aspirée vers le haut par ses aspirations mais entraînée vers le bas par la réalité de sa condition (figurée par Rachel, Bloch ou Albertine, aspirants intellectuels ou artistes)13 ; la petite bourgeoisie à peine dégagée des rangs de l’artisanat ou de la domesticité (celle de Jupien, Aimé ou Morel), dont l’arrivisme est soutenu par une extrême servilité assortie à beaucoup de cynisme. « Chaque fraction, note Jacques Dubois, se groupe autour d’une personnalité féminine qui, par les réceptions qu’elle donne, par le cercle qu’elle constitue autour d’elle, par la qualité de ceux qu’elle rassemble, consolide l’autorité dont se réclame le groupe pour soutenir son classement et assurer son pouvoir [...]. La manière dont elles s’entourent, les manœuvres d’inclusion ou d’exclusion qu’elles déploient, les succès qu’elles convoitent ou obtiennent, expriment les styles concurrents dont se réclament les différents petits cercles dans la conquête d’une place enviable sur la ligne des gradins sociaux » (p. 55). « Tenir salon » permet d’accumuler différentes espèces de capitaux et facilite l’ostentation des capitaux accumulés : Oriane, Odette et Sidonie incarnent trois positions mondaines à la fois sociales et esthétiques ; « le match Oriane/Sidonie » constitue la joute centrale. Elle oppose salon Guermantes et salon Verdurin, mondanités et choses de l’art, avant-gardisme et conformisme esthético-politique.

Albertine inclassable, multiple, intempestive

20Dans cet univers, Albertine apparaît comme « la championne de l’entre-deux » (p. 171) — entre deux classes, entre deux âges et deux sexualités — en perpétuel dédoublement, moins liée à un pôle ou à l’autre qu’à l’intervalle qui les sépare, « lieu de transit », « zone d’indétermination » qui « fait de ce qui la disjoint un art de vivre » (p. 171), dessinant ainsi un espace expérimental (p. 172).

  • 14 En fait, ce personnage énigmatique, « sans attaches », appartient à la petite bourgeoisie commerça (...)
  • 15 « Plus ou moins clandestine la franc-maçonnerie des invertis recrute dans toutes les couches et fr (...)

21Reconnaître l’appartenance de classe est un rite dans l’univers de La Recherche. Sans écarter l’idée d’une ascendance distinguée, Marcel la situe d’abord dans le milieu interlope des champions cyclistes, c’est-à-dire dans l’une ou l’autre des catégories opposées qui structurent sa vision du monde : le pôle de l’empyrée mondain et celui de l’encanaillement14. Sans parents véritables, Albertine n’est d’aucun lieu et tire de son absence d’attaches son instabilité et son caractère imprévisible (p. 92). « Pur produit de la contingence, comme si elle n’était alourdie d’aucun passé » (p. 92), elle est, selon Jacques Dubois, au principe d’une révision doctrinale qui substitue à une hérédité génétique, une représentation « dénaturalisée » (p. 93) de l’héritage. Sans famille, elle « inspire un renoncement à l’illusion héréditaire » (p. 96) : c’est, en effet, à travers elle que « l’acquis prend le pas sur l’inné et l’héritage sur l’hérédité » (p. 96) et que la détermination génético-biologique fait place à une causalité socio-historique (p. 96). « Mais pour peu que l’on veuille se rendre attentif à ses comportements sans entraves, à ses impulsions juvéniles, ou aura vite fait d’y déceler des régularités et des lois, note Jacques Dubois. Faute de descendre de parents repérables, l’héroïne est d’abord enfant de sa classe. Bourgeoise moyenne et fille de peu » (p. 106). Entre deux classes, Albertine se situe aussi entre deux âges : elle est la grande figure adolescente du roman, catégorie psychosociologique qui, après 1900, devient un thème romanesque, écho littéraire de la construction collective d’un « nouvel âge de la vie ». Albertine partage, enfin, l’ambivalence sexuelle de Saint-Loup. Comme lui, elle « redistribue les rôles du masculin et du féminin », brisant « la fétichisation normative des démarcations sexuelles qui symbolisent toutes les autres » (p. 163). Parce que l’homosexualité est moins soucieuse des barrières de classe15 et que « la communauté d’intérêts et de souffrances que partagent les invertis fait d’eux des êtres prédisposés à perturber les classements et à déjouer les censures » (p. 153), l’homosexualité est susceptible d’étendre son économie anarchique à l’ensemble de l’espace social : minant la règle, elle le menace d’anomie et met la totalité de l’édifice en danger.

  • 16 De façon plus générale, « au sein de l’espace collectif, les relations réciproques entre les sujet (...)

22Inclassable, Albertine est également multiple : « en constante dérobade », il s’agit d’un véritable « caméléon ». Il n’y a pas une mais des Albertine. Cette pluralité doit à la fois au modèle et au peintre : « Pour être exact, écrit Proust, je devrais donner un nom différent à chacun des moi qui, dans la suite, pensa à Albertine ; je devrais plus encore donner un nom différent à chacune de ces Albertine qui apparaissaient devant moi » (À l’ombre des jeunes filles en fleurs, p. 507). Quant à Albertine, elle envisage son héritage « comme un répertoire de possibles entre lesquels elle hésite16 » (p. 105). De façon générale, « la conception phénoménologique qui préside au roman, selon Jacques Dubois, veut que tout objet soit saisi en aspects à travers la conscience mobile d’un sujet » (p. 75). L’impressionnisme assure ainsi « la double fonction de climat mental et d’horizon de référence » (p. 76) : le personnage d’Albertine apparaît comme l’équivalent symbolique de la peinture impressionniste, porteur d’une nouvelle culture.

23Dominée faisant irruption sur la scène des dominants, Albertine est aussi insolite, intempestive. Comment intégrer dans l’univers mental de Marcel une Albertine « sportive et pratique », « fanfaronne et classe moyenne », une femme qu’il n’avait pratiquement aucune chance statistique de rencontrer sur le marché amoureux ? « De tout son personnage, de tout son profil, la jeune fille de Balbec vient questionner des notions comme celles de distinction de classe et de déterminisme sociologique », écrit Jacques Dubois (p. 35). « Dans un roman où elle n’était pas attendue et qui, de toute façon, n’était pas son genre », le personnage d’Albertine, en perturbant le jeu des causalités ordinaires, fonctionne comme « analyseur » de « la machinerie sociale avec ses féroces rapports de domination » (p. 29). Le hasard d’une rencontre a priori improbable n’a néanmoins rien de fortuit : « Le hasard des rencontres, écrit Jacques Dubois, se présente comme le biais conjoncturel par lequel se donne à lire la montée d’une classe, l’avènement d’une culture, l’exemplarité d’un nouveau type féminin » (p. 36).

  • 17 Sur ce sujet, voir Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes : éléments pour une philosophie négat (...)

24Outre que le voyage rompt les habitudes, la vie de vacances favorise l’effacement des lignes de démarcation entre classes et castes et la plage érode les distinctions sociales17 : les hiérarchies y perdent de leur rigueur, les distinctions de leur prégnance. Proust évoque ainsi « l’émoi, le désarroi social, la vanité inquiète, les désirs errants de la vie de bains de mer » (La Prisonnière, p. 60). Balbec apparaît ainsi comme un « laboratoire où, à la faveur de tout un relâchement des mœurs, les distinctions de classe se brouillent, laissant libre cours aux prétentions et aux appétits des ordres inférieurs » (p. 71) : c’est ainsi que s’ébauche autour d’Albertine un espace social inédit, « atypique et atopique ».

  • 18 « En situation de loisir, [les individus] se sentent moins identifiables qu’à la ville — et ils en (...)
  • 19 Par ailleurs, l’affaire Dreyfus suscite des alliances imprévues et l’art nouveau pourfend les conf (...)

25La vacuité des vacances affecte, en effet, l’ensemble de la construction sociale. À la plage, chacun se trouve délivré des stigmates du travail, délesté des marques d’une identité liée aux conditions de vie (profession, habitation). Le tourisme et les sports le dotent d’attributs transitoires (vestimentaires) et lui donnent l’occasion de faire preuve de compétences inédites (sportives). Ainsi la villégiature en bord de mer remet-elle en cause les classements ordinaires, atténue-t-elle la dureté des clivages et affaiblit-elle la netteté des repères, favorisant l’indistinction des rangs et toutes les impostures18. « Parce que le code perd à la plage de sa rigueur, que les dotations sociales y pèsent moins lourd, des alliances se forment qui ne se seraient pas nouées dans une conjoncture ordinaire », note Jacques Dubois (p. 114). C’est pourquoi « les clans de Balbec se présentent comme de menus agrégats temporaires qui découpent des isolats inhabituels et mouvants dans la trame des classes. [... ] La cooptation s’y produit au gré des rencontres de hasard et les principes de sélection trouvent à s’y assouplir dans le côtoiement aisé des individus. [...] De petits dérapages ont lieu qui résultent d’une estimation laxiste de la cote sociale des acteurs » (p. 111-112). Ainsi les luttes symboliques se déplacent-elles des groupes aux individus qui circulent plus librement entre « les gradins sociaux19 » (p. 129). « C’est comme si, sous l’urgence, la lutte des classes cédait le pas à une lutte de plus en plus âpre des classements », écrit Jacques Dubois (p. 130).

Albertine « dans le vent »

26Forte de sa singularité, « la région d’entre-deux » se situe en décalage par rapport au monde « des côtés, des coteries et des salons » (p. 177). Entre classes supérieures et monde populaire, entre bon vouloir et mauvais goût, entre distinction et vulgarité, elle se définit par un double contraste avec les élégances désuètes des salons Guermantes et l’avant-gardisme des Verdurin. « Cette nouvelle culture participe activement de l’émergence, à la fin du XIXe siècle, de formes instituées du loisir dans les sociétés occidentales » avec ses « usages spécifiques de l’espace et du temps » (p. 115) : une culture qui, passant par l’expérience du corps et le goût de la vitesse, définit de nouvelles procédures de qualification sociale (p. 116) ; une culture de plage qui associe sport, danse, «sorties » (amis, musée, spectacle, pâtisserie), peinture, automobile, avion, yacht, mode, gourmandise ; une culture adolescente qui fait du flirt un sport comme un autre (« une érotique du plein air où se régénère le jeune citadin souffreteux ») ; une culture qui, proclamant le « droit au désir et à la jouissance » (p. 122) et revendiquant « un usage libéré des ressources de la vie moderne », laisse la bride au désir et à la tentation ; une culture « démocratique » dans la mesure où elle « présuppose une libre disposition et une libre responsabilité de soi » (p. 125) ; une culture empreinte de « républicanisme », perceptible dans l’esprit de revanche et le ressentiment sublimé en posture morale qui animent la plébéienne à l’égard des dominants. Le « triangle albertinien » (p. 123), délimite, selon Jacques Dubois, « un lieu énigmatique » (p. 124), un « programme autonomiste à trois branches » (p. 125) fondé sur une esthétique (impressionniste), un groupe social (la petite bourgeoisie, le clan vacancier) et l’homosexualité (le corps lesbien).

27Amante et lesbienne, peintre et cycliste, flâneuse et consommatrice organisée, Albertine, dont les investissements sont toujours partiels et temporaires, n’est jamais tout à fait la même ni tout à fait une autre. Son jeu d’esquive et de dérobade, d’errance et d’errements, qui ne se prévaut pas seulement de son statut d’adolescente et de lesbienne, crée un style de vie « en patchwork », selon une composition originale et personnelle (p. 178). Selon Jacques Dubois, « les classes montantes et leur nouvelle culture proposent des formes de relations moins convenues et finalement plus déconcertantes. Conjuguant imitation multiforme avec innovation tous azimuts, (elles) engagent des procédures de reconnaissance et de distinction bien plus imprévisibles que celles de leurs devancières » (p. 193). Dans cet « espace de jeu, où excellent ceux qui, ayant bien intégré les règles, s’attachent à en tirer d’instinct le meilleur rendement », le romancier s’éprend des « beaux joueurs », « de tous ceux qui, conscients de l’arbitraire du code, le dévoilent et l’utilisent à leur profit » (p. 190).

28Albertine introduit un double dérèglement dans La Recherche. D’une part, elle perturbe les schémas de la psychologie classique : parce qu’elle n’est tributaire ni de l’hérédité aristocratique ni du besoin bourgeois de conquête et de pouvoir, Albertine « semble » incohérente (« la contingence, écrit Jacques Dubois, se fait l’expression d’une liberté érotique autant qu’esthétique », p. 80). D’autre part, elle perturbe la logique du récit : « compromettant la structure déterministe qui préside à toute narration romanesque » (p. 76), le personnage d’Albertine contrarie la logique narrative. Le narrateur bifurque, s’égare, dilue, etc., conjuguant l’anodin avec l’inédit, « le récit fait place de manière inaccoutumée à l’accessoire et à l’accidentel » (p. 84). Par la déviation du cours ordinaire des choses et la mise en suspens des probabilités, la causalité romanesque est distendue, affaiblie, perturbée.

Homologie entre Proust et Albertine

  • 20 Il s’agit, en effet, d’inventer une littérature qui accepte de parler du monde plus que d’elle-mêm (...)
  • 21 Proust trouve ainsi une solution rhétorique ou symbolique au clivage qui le traverse, au vertige d (...)

29On peut alors supposer, avec Jacques Dubois, qu’en décrivant Albertine, le romancier ne fait peut-être que définir la place qu’il s’efforce d’occuper dans l’espace des lettres (p. 125) — une position tierce dans le champ esthétique, à distance d’une « modernité autotélique » et de « la représentation académique en trompe-l’œil20 » — et dans l’espace social — une position tierce entre « le grand bourgeois mondain et l’intellectuel en rupture de ban » (p. 126)21. « Intellectuel et littérateur en devenir ; dreyfusard qui admire pêle-mêle Daudet, Régnier ou France ; écrivant un roman et cherchant à le faire paraître à la NRF... Il veut donc bien en être. Mais pour lui ce sera toujours aussi sans en être. Parce que précisément il a fait de sa vie un entre-deux et qu’il occupe la ligne de partage entre espace mondain et espace littéraire, ce qui est une façon de n’appartenir ni à l’un ni à l’autre » (p. 186). On l’aura compris, selon Jacques Dubois, « Albertine, c’est Proust ».

Notes

1 Vincent Descombes, Proust. Philosophie du roman, Paris, Éditions de Minuit, coll. Critique, 1987, p. 19.

2 « Le visage, le corps, la mimique, le geste, la mise forment en permanence un grand livre qui, démentant bien souvent l’individu quant à ce qu’il prétend être ou faire, donne à lire en clair les efforts désespérés qu’il accomplit pour ajuster au mieux rêve et réalité quant à sa position dans le monde », précise Jacques Dubois (p. 135).

3 « Le mort saisit le vif », écrit Proust (Sodome et Gomorrhe, p. 166). Sur ce sujet, voir l’article de Pierre Bourdieu : Actes de la recherche en sciences sociales, n° 32/33, 1980, p. 314.

4 « Les mères dotent leurs descendantes de grappes d’expressions toutes faites à différents stades de leur croissance, et chaque lot dénote le franchissement d’une étape nouvelle », précise Jacques Dubois (p. 95).

5 De façon générale, l’appréciation que nous avons de nous-même dépend très strictement de nos voisins immédiats dans l’échelle : « Seul l’imbécile croit que le monde finit là où il finit lui-même », écrit Thomas Bernhard (Extinction, traduit de l’allemand par Gilberte Lambrichs, Paris, Gallimard, 1990).

6 « En culture désintéressée, l’économique se doit de jouer les repoussoirs et d’être affiché comme odieux », note Jacques Dubois. Au sein du clan Verdurin, « la dimension économique de l’échange est toujours totalement déniée au profit des pures valeurs de l’art ou de l’idéal » (p. 141).

7 Voir « Le marché des changes » (p. 136) ou « La guerre des prix » (p. 144).

8 Telle est la situation de Charlus lorsqu’il s’aventure sur le territoire des Verdurin qui créent les conditions d’une culture totalement étrangère à son héritage (voir de même, la bonne volonté culturelle inutile de Mademoiselle de Cambremer dans le milieu aristocratique).

9 Voir Livio Belloï, La Scène proustienne. Proust, Goffman et le théâtre du monde, Paris, Nathan, coll. Le texte à l’œuvre, 1993.

10 Voir Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

11 Voir Michael Sprinker, « Class and Class Struggle », dans History and Ideology in Proust. À la recherche du temps perdu and the Third Republic, Cambridge, Cambridge University Press, « Cambridge studies in French », 1994.

12 « Quel est ce cocktail exotique de petite-bourgeoise, de sportive et d’homo d’homosexuelle ? », s’interroge Jacques Dubois à propos d’Albertine (p. 194).

13 « Porteuses d’un projet libéral, ce sont les classes moyennes qui ont assuré l’avènement et le succès de la IIIe République », note Jacques Dubois (p. 119).

14 En fait, ce personnage énigmatique, « sans attaches », appartient à la petite bourgeoisie commerçante et riche, et se trouve ainsi exclu par avance de son destin, de ses centres d’intérêt et de son champ de vision.

15 « Plus ou moins clandestine la franc-maçonnerie des invertis recrute dans toutes les couches et franchit sans entraves barrières et frontières », note Jacques Dubois (p. 153).

16 De façon plus générale, « au sein de l’espace collectif, les relations réciproques entre les sujets se modifiant en permanence, chacun est contraint de revoir régulièrement sa perception d’autrui et en retour la perception de soi-même », note Jacques Dubois (p. 28).

17 Sur ce sujet, voir Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes : éléments pour une philosophie négative, Paris, Éditions du Seuil, coll. Liber, 1997.

18 « En situation de loisir, [les individus] se sentent moins identifiables qu’à la ville — et ils en jouent », écrit Jacques Dubois.

19 Par ailleurs, l’affaire Dreyfus suscite des alliances imprévues et l’art nouveau pourfend les conformismes

20 Il s’agit, en effet, d’inventer une littérature qui accepte de parler du monde plus que d’elle-même, tout en sachant que ce monde est opaque et irreprésentable.

21 Proust trouve ainsi une solution rhétorique ou symbolique au clivage qui le traverse, au vertige de déclassement d’un grand bourgeois qui se promet à la littérature mais redoute de se compromettre avec elle.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540