Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Sociologie et littérature

Catherine Bidou-Zachariasen, Proust sociologue. De la maison aristocratique au salon bourgeois

Louis Pinto

Note de l’éditeur

Paris, Descartes & Cie, 1998

Texte intégral

1Selon l’orthodoxie littéraire produite et reproduite par des lettrés, des écrivains, des professeurs de lettres, Proust serait un auteur excellant dans l’analyse des sensations, des souvenirs, des petites choses, cet auteur providentiel aurait donné sa légitimité à la classe des expériences intimistes. C’est pourquoi on peut donner un sens polémique au titre du livre de Catherine Bidou-Zachariasen qui entend situer Proust dans un univers où il n’est pas habituel de le situer. La première partie du livre, la plus importante au moins par sa taille, a pour objectif d’établir ce point par de nombreuses illustrations, alors qu’il revient à une seconde partie de tirer les implications de cette revisitation sociologique de Proust.

2La lecture littéraire a pour elle quelques apparences, et d’abord, ce qui n’est pas rien, une certaine mythologie proustienne. Pourtant, Proust nous avertit souvent : « Bientôt, je pus montrer quelques esquisses. Personne n’y comprit rien. Même ceux qui furent favorables à ma perception des vérités [...] me félicitèrent de les avoir découvertes au “microscope” quand je m’étais au contraire servi d’un télescope pour apercevoir des choses très petites en effet, mais parce qu’elles étaient situées à une grande distance, et qui étaient chacune un monde. Là où je cherchais les grandes lois, on m’appelait fouilleur de détails » (t. VIII, p. 434). Cet auteur dit et répète que son projet est d’aller au-delà des « détails » et de dévoiler « quelque loi générale » (cité p. 168). Et il va même jusqu’à reprendre à son propre compte l’adage de Quetelet, devenu un lieu commun sociologique : « Le statisticien [...] néglige les raisons sentimentales et compte seulement le nombre de personnes qui meurent par an » (cité p. 168).

Une méthode d’analyse

3L’intention de Catherine Bidou-Zachariasen est de montrer la contribution de Proust à la sociologie, ou du moins, à la vision sociologique du monde : il s’agit de « considérer À la recherche du temps perdu comme offrant aux sciences sociales ainsi qu’au lecteur ordinaire un modèle puissant pour penser le monde, et tout particulièrement le monde contemporain » (p. 21). On y est autorisé dans la mesure où le livre « traite essentiellement de l’histoire des rapports entre les deux univers sociaux que constituent l’aristocratie et la bourgeoisie montante, sur une quarantaine d’années (environ 1880-1920) » (p. 14). Affirmation qui a le mérite de la clarté et qui apparaîtra incontestable, à moins d’aveuglement obstiné, même si l’on est en droit de s’interroger, par ailleurs, sur ce qui est digne d’être jugé à proprement parler « essentiel » dans cette œuvre. Le temps se révèle une dimension constitutive du projet proustien : et sur ce point aussi, la doxa littéraire est prise à contrepied, les interprètes (y compris un philosophe aussi peu orthodoxe que Gilles Deleuze) étant portés à entretenir une sorte de vision platonicienne de l’art, vision selon laquelle la vie étant vouée au devenir, l’art nous ferait accéder à la région des idées intemporelles, la variante proustienne consistant surtout à substituer le registre des sensations à celui des concepts abstraits.

4La formule génératrice de La Recherche, selon Catherine Bidou-Zachariasen, est la suivante : décrire le devenir de deux groupes sociaux, bourgeoisie et aristocratie, qui, d’abord séparés, vont en venir à se rapprocher sinon à se mêler. Proust est logiquement conduit à faire un travail proprement littéraire de typisation : il s’agit de structurer le temps en déterminant des phases caractéristiques, de choisir des lieux et des situations particulièrement denses — ce sont les salons et les réceptions—, et de se donner les moyens de convertir en hypothèses testables les « lois » qui sont élaborées dans le cours du travail littéraire. Or cette expérimentation, il revient à deux personnages centraux, Oriane de Guermantes et Sidonie Verdurin, de l’effectuer (cette construction romanesque est représentée de façon synthétique dans un schéma à la page 23).

5Remarquons d’emblée que les deux personnages sont des femmes. « À l’opposé du roman balzacien décrivant avec précision comment s’amasse une fortune, se construit une carrière politique » (p. 17), la voie privilégiée par Proust consiste à étudier la gestion d’une autre forme de capital, le capital social, domaine féminin par excellence. Division du travail qui pourrait sembler réserver aux femmes la futilité : en fait, c’est sans doute parce que l’univers de la représentation publique est celui de la présomption d’être, de la prétention, et du risque de rebuffade que le point d’honneur masculin est enclin à s’en remettre à ces médiatrices capables d’éviter l’affront, l’affrontement, c’est-à-dire aussi bien adoucir les mœurs qu’éviter au groupe domestique de se crisper sur des définitions désormais périmées de l’excellence sociale. Leur savoir-faire implique à la fois une conscience du rang et des possibilités nouvelles qui peuvent être exploitées en vue de sa reproduction.

6Il n’y a pas de symétrie exacte entre les deux groupes sociaux. Alors que la bourgeoisie est associée au « salon », l’aristocratie s’affirme dans l’espace de la « maison ». Le salon repose sur des principes officiels de sélectivité élective (on invite des gens diversifiés jugés « intéressants ») ; la maison repose sur le maintien du capital symbolique possédé par les parents et alliés (on fréquente les « siens » qui ont pour eux la « naissance »). La dualité des formes de sociabilité recouvre une opposition entre deux modes de reproduction : la logique domestique et dynastique des nobles, définie par la transmission directe et quasi mécanique du capital, s’impose aussi longtemps qu’elle n’est pas contrecarrée par les effets de l’autonomisation de certains univers qui imposent des conditions d’accès spécifiques.

7La Rechercha montre non seulement comment s’opère la compétition entre ces groupes sociaux, mais aussi comment se nouent entre eux des relations d’amitié, d’alliance, et enfin comment ils se rapportent à quelques-uns de ces univers relativement autonomes (peinture, musique, littérature, politique...). On peut dire, en un sens, que le déclin de l’aristocratie est inscrit dans un changement des règles du jeu conduisant à accumuler du capital symbolique en s’en remettant à des scènes et à des tribunaux sur lesquels elle n’était plus sûre de préserver sa prépondérance dès lors qu’elle acceptait de faire passer le talent et le mérite avant les vertus de la naissance.

Les deux états successifs du monde social

8On est dans les années 1880. Le salon Verdurin est obscur, n’étant guère fréquenté que par quelques fidèles (Brichot, Cottard, Saniette, Odette...) qui se montent la tête pour s’imaginer constituer une sorte d’élite à l’abri des « ennuyeux ». Madame Verdurin s’efforce de donner le moral aux membres du groupe, par l’art qu’elle possède de faire de nécessité vertu : on dénigre un monde extérieur que l’on connaît mal en s’efforçant d’inverser tous les signes, suivant un code à l’usage des « élus » qui est l’un des symboles de l’appartenance au groupe. Et puisqu’elle peut, au moins, recruter des artistes qui montent ou pourraient monter, elle se trouve vouée à puiser une éthique dans l’esthétique, à faire valoir des audaces artistes, à vrai dire, bien timides.

9Swann est celui qui, dans cet univers, détient une compétence culturelle lui permettant d’apprécier les hiérarchies de goût. Mais bien trop occupé de plaire à Odette, la seule personne importante à ses yeux, il est enclin à refouler la perception de ce qui, dans son état ordinaire, l’aurait amusé ou apitoyé : les efforts laborieux accomplis par Madame Verdurin pour se hisser dans le « monde » au prix de tant de méprises et d’admirations ou d’indignations aussi déplacées les unes que les autres, avec ses poses affectées, son faux naturel, ses pâmoisons irrésistibles lorsqu’elle écoute une musique sublime ou son masque figé qui n’en peut plus de rire.

10Par contraste, Oriane, duchesse de Guermantes, figure féminine d’une illustre lignée aristocratique, a pour elle la fraîcheur, la grâce, une grâce faite de « simplicité » (p. 33). Elle sait tirer parti d’une position relativement dominée : alors que la princesse de Guermantes se doit d’apparaître quasi en majesté, avec tous les attributs de la pompe royale, Oriane affecte une certaine indifférence envers les conventions, réussissant à renvoyer les autres vers des statuts inférieurs (sa présence a le pouvoir de révéler « l’air prétentieux, excentrique et mal élevé » de l’une, et transforme l’autre en quelque « pensionnaire provinciale », cité p. 41).

11On peut dire que la formule d’Oriane, ce qui fait son charme, est dans cette tension subtile entre le sens de son rang et la disponibilité pour de nouvelles voies. Si, à la différence de la plupart des membres de sa classe, elle tente d’innover, c’est toutefois, à la différence de Madame Verdurin qui n’a pas grand-chose à perdre, dans des limites dictées par la logique de la maison : elle est effarouchée par les transgressions des avant-gardes qu’elle est incapable de comprendre, elle se laisse prendre à de fausses audaces, se contentant de célébrer le mobilier Empire, et, comme un peu tout le monde, elle continue à mettre Chopin au-dessus de tout, au moment où Wagner tenu pour le compositeur dominant ne va pas tarder à décliner au profit de Debussy. Étant donné qu’Oriane incarnait pour lui le personnage aristocratique le mieux disposé envers le monde étrange et étranger de la culture, on comprend que le narrateur ait pu être aussi désappointé par son incursion dans ce milieu fermé où il ne trouve à entendre que des choses fort banales, terriblement décevantes.

12Ce n’est donc pas tellement la compétence culturelle ou le « goût » qui distinguerait Madame Verdurin et Oriane de Guermantes, lesquelles ne sont, après tout, que des prétentieuses dans un univers peu familier, c’est le degré auquel elles peuvent se soumettre au verdict de ce seul univers.

13Les deux mondes séparés vont se rencontrer sous l’effet d’une série de facteurs. Ceux que mentionne Proust sont des situations de crise : l’affaire Dreyfus et la Grande Guerre. Dans les deux cas, les hiérarchies traditionnelles vont être bousculées. On connaît le point d’aboutissement : les mariages prestigieux de Madame Verdurin, la chute de Charlus, le déclin d’Oriane, l’ascension de quelques « nouveaux » (Madame Bontemps, Bloch). Disons un mot du processus qui relie les deux états du monde social.

14Madame Verdurin a su prendre des risques en faisant des choix qui s’opposent à ceux d’une « élite sociale en déclin, crispée dans son nationalisme et son antisémitisme » (p. 92) : elle s’emploie à être, ici aussi, du côté de la modernité et de l’audace. Une phase décisive dans son ascension est la soirée où elle réussit à avoir chez elle le baron de Charlus, sans d’ailleurs bien se rendre compte de la portée symbolique de cette présence. Cet événement apparemment infinitésimal est, en fait, le moment où l’ordre ancien commence à basculer irréversiblement : un personnage aussi élevé, jusqu’alors rempli d’une telle certitude de soi et d’une telle assurance dans l’excellence des siens, se trouve conduit à participer à la plus-value symbolique d’un individu qui avait toujours passé à ses yeux pour une bourgeoise prétentieuse et ridicule.

15Que fait Madame Verdurin ? Que fait-elle qui (lui) réussisse ? Se montrant « intelligemment conservatrice », elle sait multiplier des petites découvertes assurée de plaire en étonnant mais sans choquer, ces découvertes ingénieuses dont on dit après coup qu’« il fallait y avoir pensé » : le modèle est le jardin de curé qui est une façon de subvertir les classements en recourant à la « simplicité », au « naturel », quand tous les autres s’attardent à des conventions. La maîtrise de soi se manifeste dans une manière bien à elle d’écouter la musique, cette musique avancée qu’elle affectionne, en demeurant impassible, laissant les femmes de l’aristocratie s’abandonner à des pâmoisons qui ont toutes chances d’apparaître, par contraste, comme stupides et grotesques.

16Et pendant ce temps-là, Oriane vieillit, elle est vieillie par un espace social sur lequel elle ne sait pas agir. Ses limites finissent par se révéler au grand jour, avec ses audaces qui paraissent fausses, et des choix qui se révèlent malheureux comme lorsqu’elle mise sur Rachel, qui n’est plus alors qu’une actrice déclassée.

Proust sociologue

17Dire que Proust met en œuvre une posture sociologique, ce n’est pas seulement dire qu’il possède un sens social, aptitude qui se trouve associée à certaines positions de l’espace social et à certaines trajectoires singulières, c’est dire qu’il s’est élevé à un degré d’objectivation conscient et systématique du monde social. Autrement dit, un professionnel est censé y reconnaître quelques-uns des outils et des règles propres au « métier ».

18De quoi s’agit-il ici ? Ce qui est en cause c’est la pratique du romancier et non pas une théorie sociologique venant doubler la construction littéraire. On peut tenter d’énumérer quelques points remarquables qui évoquent l’activité scientifique.

191. Le travail de construction : Proust nous donne à voir le champ du pouvoir dans ses états successifs. Ce que dit Bourdieu sur le Flaubert de L’Éducation sentimentale peut être appliqué à La Recherche : le champ est « temporalisé » essentiellement par les luttes symboliques qui, par leur logique propre, renvoient le présent au passé, introduisent de nouvelles époques, etc.

20Il faut analyser les trajectoires en les interrogeant en fonction non pas de la génération des agents, mais, plus précisément, du mode de génération auquel on peut rapporter les stratégies d’accumulation de capital, et, en particulier, les stratégies de mobilité et les stratégies de reconversion : pour faire comprendre la spécificité d’une trajectoire, il faut la situer dans la classe logique dont elle fait partie. Une même génération biologique peut, en effet, correspondre à des rapports différents à l’avenir (et au passé) du groupe. Certains restent « sur place » au moment où d’autres s’ajustent à un nouvel état du système de reproduction. On peut ainsi comparer les Guermantes aux Courvoisier, leurs homologues fossilisés, au sein des Guermantes, le duc et la duchesse, disponibles pour l’esprit nouveau, au prince et à la princesse, aliénés dans leur fonction de représentation, Madame Verdurin, remarquable gestionnaire, à Odette qui en est la version dilettante... Proust nous offre une série de beaux exercices structuraux : « Les personnages ne prennent leur sens que dans la relation qu’ils entretiennent avec d’autres avec lesquels ils forment système » (p. 45).

21Il faut mettre fin à l’idée d’une connivence nécessaire entre le genre romanesque et l’« illusion biographique » dont parle Bourdieu, l’idée de l’œuvre de fiction comme destinée à représenter un « moi » qui se déploie dans le temps : l’objet du roman de type proustien est, au contraire, de travailler sur la pluralité, inter-individuelle et aussi intra-individuelle, des points de vue en rendant raison de ce qui les constitue comme points de vue. C’est donc une pratique littéraire en tout point opposée à une vision idéaliste du monde social abusivement associée au nom de Proust : on se heurte, sans cesse, à des points de vue différents, et la divergence des points de vue a des effets sociaux. Il n’y a pas une série intimiste et profonde de « moi », mais des processus sans fin de classement, de redéfinition : « Certains défauts sont moins attachés à tel individu, à tel autre qu’à tel moment de l’existence considéré du point de vue social. Ils sont presque extérieurs aux individus, lesquels passent dans leur lumière comme des solstices variés, préexistants, généraux, inévitables » (cité p. 183). L’action des personnages met en relation une conjoncture et des dispositions socialement conditionnées. Désolidariser l’expérience de l’individu et la rapporter à des propriétés « générales », n’est-ce pas très exactement le projet de la science sociale, genre de choses, il est vrai, que l’on ne se serait peut-être pas attendu à trouver chez le romancier. Un texte entre mille (cité p. 53) : ayant noté que « vouloir donner aux autres cette idée agréable d’eux-mêmes » est dans la bourgeoisie une « disposition, à titre de qualité individuelle », Proust soutient que, « pour une partie importante de l’aristocratie, au contraire, ce trait de caractère a cessé d’être individuel ; cultivé par l’éducation, entretenu par l’idée d’une grandeur propre qui ne peut craindre de s’humilier, qui ne connaît pas de rivales, sait que par l’aménité elle peut faire des heureux et se complaît à en faire, il est devenu le caractère générique d’une classe ».

222. Une ethnographie : Proust décrit des pratiques plus ou moins ritualisées, officielles (soirées...) et aussi des détails socialement significatifs mais souvent inaperçus. Il s’agit de gestes (Oriane embarrassée soit « remontait la bride de ses épaulettes », soit « se passait la main dans les cheveux » p. 34), d’un regard (le regard dans le vague d’Oriane dans le monde qui ne veut pas croiser le regard d’indésirables, p. 79, le regard des Guermantes « regard généralement bleu toujours de la froideur d’un acier qu’ils semblaient prêts à nous plonger dans les plus profonds replis du cœur », cité p. 55), et enfin du langage. Ainsi se comprend l’usage du discours indirect : « Par nature elle avait horreur des "exagérations", et tenait à montrer qu’elle "n’avait pas" à se livrer à des manifestations qui n’allaient pas avec le "genre" de la coterie où elle vivait » (cité p. 33-34).

233. Le travail sur les classements : les luttes de classes sont, en partie, des luttes de classements. On le voit dans le cas limite du déclassement d’un détenteur de légitimité nobiliaire, le baron Charlus (p. 98). Autre exemple : la négociation pour la composition de la liste des invités au dîner Verdurin/Charlus chez les Cambremer (p. 114-115). Une multitude de scènes nous révèle les différentes modalités des luttes de classement : la lâcheté des dominés (Madame de Sainte-Euverte, affectant de n’avoir pas entendu des moqueries sur son propre compte, p. 83) n’a souvent pour égale que la cruauté de dominants (M. Verdurin croyant le titre de marquis supérieur à celui de baron s’excuse auprès de Charlus de ne pas lui avoir réservé la place d’honneur lance sur un « ton mêlant impertinence et mépris : « “Mais voyons cela n’a aucune importance ici.” Et il eut un petit rire qui lui était spécial... » Et comme le pauvre Verdurin s’empêtre dans des explications, Charlus continue à jouer sur la double entente : « Ne vous tourmentez pas... j’ai tout de suite vu que vous n’aviez pas l’habitude » (p. 102).

La voie littéraire et sa nécessité

24Au terme des analyses, le risque serait de dire : le sociologue a raison en partie, il y a d’un côté, du social qui est objectivable mais il y a aussi, d’un autre côté, de la subjectivité qui est le domaine de la littérature par excellence ; et même si Proust est tantôt sociologue tantôt romancier, les compétences ne restent pas moins distinctes. Rendre justice à Proust sociologue serait, à mon sens, montrer comment ce travail d’objectivation contribue à modifier à la fois la vision de ce qui est social et la représentation des objets et des instruments de la science sociale. Une fois que l’on a rapproché l’univers du roman de celui de la science, on peut se demander, sans retomber dans la piété littéraire s’il n’y avait pas une nécessité propre à la voie choisie par Proust. Du moins s’il ne convient pas de prendre pour objet l’écart entre science et littérature, plutôt que de se contenter de l’hypothèse, un peu trop rassurante, de leur complémentarité. En fait la révolution proustienne appelle à être comprise comme une façon d’agir en chaque champ, de ne pas laisser en l’état ni le champ littéraire ni le champ scientifique.

25Pourquoi Proust ne pouvait-il pas trouver dans la sociologie de son temps les instruments d’objectivation qu’il trouvait dans la littérature ? Pourquoi lui a-t-il fallu être novateur en littérature ? et en quoi l’a-t-il été ? En effet, Durkheim a conçu le projet d’une sociologie des classements et du sacré, mais il ne l’a mis en œuvre que sur d’autres sociétés. De ce fait, a pu apparaître une tentation objectiviste-scientiste de la sociologie dans une conjoncture où précisément, la discipline devait s’imposer comme science. Dans La Recherche, l’auto-objectivation est condition de l’œuvre conçue comme work in progress. Le narrateur n’est pas un regard neutre, il est l’agent de la connaissance, une connaissance qui porte d’abord sur soi, et sur le rapport au monde social, mais ce rapport ne peut être constitué comme tel qu’à condition de prendre pour objet et la croyance perdue et la perte de la croyance. Il fallait ne pas être n’importe quel observateur pour voir ce que cet observateur a vu. Il fallait un regard d’étranger paradoxal, ayant la tête pleine d’histoire (au sens de l’Histoire de France et au sens de légende), de littérature, de noms, c’est-à-dire d’anticipations symboliques livresques, intenses et même excessives, porté à faire l’expérience de la déception, à explorer les mésaventures du sacré, à objectiver l’écart entre la représentation mythologique et la vérité advenue dans le cours de l’expérience. Amère leçon de la phénoménologie, en vertu de laquelle la visée initiale du monde à travers les noms et les images ne se donne à voir comme telle que dans le démenti terminal. Ainsi, le personnage empirique observé est toujours plus ou moins en deçà, à côté de lui-même, (dé)doublé par un commentaire sur ce qu’il évoque, ce qu’il aurait dû être, ce qu’il avait été autrefois, ce que l’on aurait attendu qu’il soit.

26La temporalité romanesque est un moyen d’objectivation décisif dans la mesure où le réel se construit dans le temps, par une temporalisation foncièrement sociale. Il y a d’abord le temps de la croyance, dans lequel vivent les personnages. Temps immédiat, temps sans perspective, sans profondeur, c’est le présent éternisé qui donne l’illusion que le monde a toujours été ainsi, les grands grands, les petits petits, etc. La vie ordinaire est faite d’amnésies commandées par le primat d’une perspective exclusive : on est défini ou on cherche à se définir en fonction des intérêts du présent (soit dit en passant, cette expérience sociale doit peu à la philosophie bergsonienne de la mémoire).

27Le temps retrouvé n’est pas la reconstitution à l’identique de moments disparus, et encore moins l’accès à des essences intemporelles, c’est la révélation de ce qui fait la spécificité d’un temps qui n’est plus, grâce à une forme spécifique de réminiscence permettant de manifester comme tels des croyances et des classements auxquels on a, depuis, cessé d’adhérer. Je crois que même les fameuses expériences de la madeleine et du contact des serviettes dans l’hôtel de Balbec, de la sensation des pavés de l’hôtel de Guermantes, souvent interprétées de façon spiritualiste, relèvent en fait de cette logique perspectiviste. Ce temps apparemment « subjectif » est le temps même de l’objectivation. Un tel perspectivisme conséquent et sociologiquement fondé est, peut-être, la grande innovation littéraire de Proust, ce qui fait de lui un révolutionnaire dans l’espace du roman.

28À propos de Proust, on pourrait parler de réflexivité littéraire en ayant à l’esprit l’épreuve personnelle que propose son œuvre, et dont ne sont pas capables beaucoup de « sociologues ». C’est pourquoi je trouve ambiguë la remarque en note page 42 : « Le narrateur est au centre du roman, mais dans la construction de l’analyse sociale il est sur le côté, hors champ. Sa trajectoire, son parcours initiatique ne sont qu’illusoirement, par habilité de construction, au centre des événements. »

29Les instruments spécifiques de l’écrivain sont avant tout, des ressources expressives et stylistiques. On peut en mentionner quelquesunes particulièrement caractéristiques :

30Le recours à l’hyperbole mythologique ou savante permet de manifester, en poussant à la limite, les prétentions, les aspirations, les croyances de personnages. On peut penser à la soirée à l’Opéra où les spectateurs de qualité des loges sont métamorphosés en divinités marines et ceux de l’orchestre en tritons dont la seule fonction est de magnifier la grandeur des premiers.

31L’humour résulte fréquemment de conflits de catégories de perception ou simplement de méprises qui suscitent un effet grotesque, en particulier dans les dîners chez les Verdurin (p. 99). Le modèle est le jugement initial de Madame Verdurin sur Charlus, réduit à une sorte de demi-mondain peu présentable. Il y a aussi toutes les stratégies de dénégation et d’euphémisation qui sont autant d’occasions de malentendus pour les profanes, comme celles de la jeune Madame de Guermantes dont le comportement plein d’humilité évoque « un roi qui fait la queue à la porte d’un théâtre » (cité p. 33). Parfois c’est le seul regard distant de l’observateur de bon sens (en fait instruit par toute son expérience) qui engendre un effet de contraste en soulignant, par la dérision, des prétentions socialement validées et d’autant plus imperceptibles : il y a la princesse du Luxembourg qui a une manière bienveillante et bien à elle de donner (« elle donnait des pains de seigle à ma grand-mère comme à une biche dans un jardin d’acclimatation », cité p. 52) ou, encore, les admirateurs d’Oriane qui se pressent sur son passage (« il ne s’en fallait pas de beaucoup pour qu’ils fussent montés sur des chaises pour mieux voir », cité p. 79).

32Le travail de réflexivité n’a pas de terme. À l’issue de cette lecture, nous sommes renvoyés à notre position de sociologue comme partie prenante dans l’espace des discours savants et des disciplines. Il fallait se demander, sans doute plus que ne l’a fait Catherine Bidou-Zachariasen, pourquoi cette reconnaissance sociologique de Proust aura été aussi tardive. En effet, une des façons de maîtriser les tentations spontanées de la lecture lettrée aurait pu consister à esquisser une sociologie des études proustiennes : il s’agit de savoir quel type de propriétés sociales et culturelles détiennent les commentateurs et, surtout, quel type d’enjeu symbolique enferme cette œuvre qu’on est tenté de qualifier de géniale.

33Une autre remarque est suggérée par une lecture également sociologique de Proust, celle de Jacques Dubois. Est-ce que le souci légitime de relever les fortes régularités observées dans les pratiques et les goûts des personnages ne conduit pas à demeurer insensible ou silencieux devant les personnages et les situations « atypiques » qui ont précisément pour propriétés de brouiller et de subvertir les classements sociaux, d’introduire du jeu dans l’ordre « normal » des choses ?

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540