Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Sociologie et littérature

Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe

Claire Le Strat

Note de l’éditeur

Paris, Gallimard, collection Essais, 2000

Texte intégral

  • 1 Robert Descimon, « Plusieurs histoires dans l’histoire littéraire », Annales HSS, sept.-oct. 2000, (...)
  • 2 Ibid., p. 1119.

1« Comment un processus d’autonomisation peut-il passer par une dépendance renforcée ? » C’est à partir et autour de ce paradoxe constaté (p. 10) que Christian Jouhaud propose une étude historique des rapports entre littérateurs et pouvoir(s) politique(s) dans les années 1620-1650. Plus que la plupart des ouvrages, celui de Christian Jouhaud réunit, comme l’indique Robert Descimon1, « plusieurs histoires en plusieurs histoires » : l’histoire des relations entre littérateurs et puissances politiques, bien sûr, tissées de dépendances, de tensions et de reconnaissances croisées, l’histoire des concurrences entre littérateurs et autres corps de doctes (particulièrement les théologiens), mais aussi l’histoire de la réception de quelques textes (notamment les Lettres de Guez de Balzac) ou encore celle de la fabrication de certains autres (comme Le Prince du même Guez de Balzac). La démonstration ne se veut ni progressive ni linéaire. Les chapitres forment comme autant de « coupes géologiques », où l’on retrouve, certes, quelques « figures centrales » (tels Guez de Balzac, Chapelain... et Richelieu) mais, comme le note Jean-Pierre Cavaillé, non pas sous la forme d’une « collection de cas qui viendraient à la fois illustrer et prouver une thèse pas leur addition, mais [d’]un réseau de cas2 » qui, se faisant écho, permettent d’appréhender, par différents biais, la complexité du « problème » (pour reprendre le terme de Lucien Febvre dont Christian Jouhaud se réclame) que constitue l’apparition du premier espace littéraire au XVIIe siècle. La « querelle des Lettres » de Guez de Balzac éclaire ainsi la controverse sur l’utilité de l’écriture (soit son hétéronomie) comme enjeu entre littérateurs dans les années 1620 (chap. i). Le « cas » de Chapelain est ensuite étudié comme exemplaire d’une carrière réussie, à l’ombre et au service des puissants (chap. ii). L’échec de la production d’une histoire contemporaine qui agrée le pouvoir politique permet d’apercevoir certaines limites du service de plume (chap. iii). Celles-ci sont également analysées à travers les relations entre louange et adhésion ou l’ambivalence de certains littérateurs vis-à-vis du pouvoir (chap. iv). Enfin, l’étude restitue et analyse à travers le temps trois prises de position différentes d’un auteur, Guez de Balzac, vis-à-vis du pouvoir politique (chap. v). Autant d’éclairages qui permettent d’apercevoir deux faits majeurs dans ce premier XVIIe siècle : l’autonomisation paradoxale d’un espace des littérateurs et l’évolution des conditions sociales de réussite comme littérateur à l’intérieur de cet espace. Soit la construction du pouvoir des littérateurs et la construction du pouvoir parmi les littérateurs.

La méthode

  • 3 Ce n’est qu’en 1685, rappelait Alain Viala (Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature (...)

2Avant de revenir sur ces deux dimensions, nous voudrions restituer trois partis pris de méthode qui autorisent l’enquête de l’historien. Celui-ci défétichise d’abord la littérature, qu’il n’appréhende pas comme ce « monument imaginaire » qui sera consacré plus tard, au XIXe siècle, comme « littérature », avec ses genres stabilisés et son « panthéon » d’auteurs canoniques. Christian Jouhaud, au contraire, procède à une extension de la définition de la littérature, en rassemblant sous ce terme, dans les années 1620-1650, « l’ensemble des productions scripturaires qui ne peuvent être identifiées à une discipline de savoir s’incarnant dans un lieu fixe, un corps (l’université par exemple) ou un statut social juridiquement codifié » (p. 20). La littérature n’est pas non plus pensée comme série de textes, mais comme « un certain nombre d’actions accomplies par [des] acteurs sociaux » (p. 9), c’est-à-dire comme une activité pratique, comme des pratiques. Pratiques (d’écriture) restituées, par ailleurs, dans leurs relations avec d’autres pratiques (édition, promotion, réception...). Bref, Jouhaud considère, comme Alain Viala, que « la littérature [n’]existe [qu’]à partir du moment où elle confère une qualification sociale à ses praticiens », que « les littérateurs précèdent ainsi la littérature et [que] c’est par leurs débats, leurs polémiques et leurs déplacements que se définit ce qu’est la littérature3 » (p. 25).

3L’historien n’oublie pas non plus de revenir aux conditions de l’action en train de se faire et entend étudier « enjeux, contraintes et actions dans ce qui fut le présent, c’est-à-dire l’échelle de la prise de décision des acteurs impliqués dans cette histoire » (p. 15). Aussi peut-il proposer une autre interprétation que celle d’Alain Viala du libelle de Dubosc-Montandré intitulé Le Point de l’Ovalle, dans lequel ce serviteur de plume du prince de Condé exhorte le peuple à se débarrasser des grands. Alain Viala voyait dans ce texte paradoxal, en même temps qu’un appel à soutenir un prince, un appel à l’émancipation populaire (p. 252) : le libelliste subit et accepte la domination sociale, mais par ses équivoques marque les limites de son adhésion. Christian Jouhaud, à l’inverse, restitue au présent le contexte précis de la diffusion du libelle, à la fin du mois de mars 1652, alors que Paris est devenu l’enjeu principal de la guerre civile que l’on nomme « la Fronde des Princes ». Les condéens entendent, à l’approche de leur chef, contrôler Paris par tous les moyens possibles, si bien que la « mazarinade » de Dubosc-Montandré peut être restituée dans la logique de service qui caractérise son action d’écriture : l’émeute populaire servirait Condé. Christian Jouhaud peut ainsi récuser « ceux qui projettent sur le passé une vision sacralisée et fixiste de la littérature comme spontanément vouée à la liberté et à la contestation » (p. 367).

  • 4 « La Coupole », Trois institutions littéraires, Paris, Gallimard, 1998 (1re éd. 1986 dans Les Lieu (...)

4Christian Jouhaud ne propose donc pas une histoire téléologique et unilinéaire, dans laquelle la dynamique des conflits entre littérateurs et pouvoirs de toutes espèces se résumerait à la sûre accession-assomption d’une littérature autonome. Il préfère « restaurer l’identité des possibles, c’est-à-dire [...] faire aussi l’histoire des échecs, des impasses, des succès éphémères, des fausses bonnes idées, des hésitations et [...] redonner par là quelque intensité à des choix oubliés » (p. 23). L’histoire qu’il construit est aussi l’histoire des vaincus, tel Charles Sorel, écarté, et vite oublié, pour avoir revendiqué un statut d’auteur en histoire, alors que pour Richelieu « l’historien s’efface pour servir, dans son écriture, de simple médiateur à la parole, aux raisons et maximes d’État de son maître » (p. 216). Christian Jouhaud refuse ainsi l’« histoire événementielle », qui sacrifie à l’illusion de l’origine et fait de la création de l’Académie le point de départ, le « lieu de mémoire » dirait Marc Fumaroli4, de la reconnaissance d’un espace littéraire autonome par l’État. Il note, par exemple, qu’il ne faut pas « surévaluer les effets de l’autonomie institutionnelle de la franchise juridique accordée à l’Académie : pour Richelieu, l’autonomie concernait les rapports de son Académie avec d’autres institutions et nullement l’attitude des académiciens à l’égard de son propre patronage » (p. 16).

Une autonomisation paradoxale

  • 5 Le Roi-machine. Spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, Éditions de Minuit, 1981.
  • 6 La Société de cour, Paris, Flammarion, 1985.

5De fait, l’autonomisation du premier espace littéraire, dans et par la dépendance renforcée à la puissance politique (les princes et les cardinaux ministres), est l’effet paradoxal d’un échange légitimant, dont Jouhaud décrit les relations et les « dispositifs » (p. 110) constitutifs. Pour les grands, et particulièrement Richelieu, s’attacher les services « de plume », louangeurs, de littérateurs, contre rétributions matérielles et symboliques, c’est bénéficier d’un processus de publication de sa puissance propre, c’est montrer aux associés rivaux que l’on a « la force de faire publier sa force et donc de la faire croire. La publication de la force qui peut accompagner ou soutenir sa dépense, mais aussi la différer, voire s’y substituer, est un effet de pouvoir » (p. 22). Ainsi Richelieu, pour célébrer et légitimer sa grandeur après la prise de La Rochelle, délaisse la narration historique confiée à de proches serviteurs (les Mémoires de Richelieu seront oubliés et publiés seulement au XIXe siècle), pour la « fureur poétique » de Desmarets de Saint-Sorlin qui argue, contre la narration historienne, de l’efficacité de la transposition poétique, seule capable de restituer la diversité et le rayonnement véritable des prouesses du cardinal (p. 223). Christian Jouhaud rend également compte des profits symboliques que la mise en spectacle théâtrale des pièces de ses auteurs appointés procure à Richelieu dans sa relation aux courtisans. On l’aperçoit lors de la représentation de Mirame de Desmarets de Saint-Sorlin en 1641. L’historien rejoint Jean-Marie Apostolidès et son étude sur Le Roi-machine5, tout comme il fait écho à Norbert Elias concernant la « centralité du monarque6 », en montrant comment l’ordonnancement géographique de la salle de spectacle place les courtisans en spectateurs du cardinal et de la famille royale, eux-mêmes spectateurs de la pièce ; acteurs et auteurs de la pièce étant eux aussi, pendant la représentation, acteurs et spectateurs du pouvoir. La mise en scène participe alors à l’objectivation de la distribution de la puissance à la Cour, et n’est pas sans « fonction classificatoire » (p. 299).

6Alors qu’au XVIIe siècle le public élargi est loin d’être en dernier ressort l’arbitre du succès, et alors que l’écrivain du « Grand siècle » reste économiquement fragile, la recherche par les littérateurs d’une relation de clientèle auprès de la puissance politique (qu’illustre, par exemple, Chapelain dans ses rapports à Richelieu et à Longueville) contribue en retour à les grandir, socialement et économiquement, bien sûr, mais aussi symboliquement, par la participation qu’ils prennent à la grandeur d’une cause ou d’un pouvoir. Ces littérateurs, souvent d’origine roturière (Chapelain est fils de notaire), ne forment pas « corps » dans cette société du XVIIe siècle où l’accès aux privilèges passe par l’appartenance à un corps constitué. Mais Christian Jouhaud montre comment cette faiblesse sociale, cette absence de statut, dans un monde social « où le statut classe les gens et borne leurs déplacements », permet à certains littérateurs, mobiles, de « mettre en rapport des lieux, des groupes qui communiquent peu ou mal et, par cette fonction de communication hors statut, de construire les linéaments d’un statut à venir » (p. 148). Chapelain, précepteur chez le marquis de la Trousse, acquiert en devenant secrétaire et conseiller chez Longueville une aisance matérielle qui assure sa sécurité économique, alors qu’en entrant au service de Richelieu comme « homme de lettres », en 1633, il gagne en « autonomie et [en] autorité littéraires ». Devenu académicien en 1634, reconnu comme auteur et théoricien, il assure en même temps l’intermédiaire entre Richelieu et Longueville, qu’il continue de servir. « La dépendance à l’égard de Richelieu l’émancipé », note Christian Jouhaud (p. 147). La légitimité sociale du littérateur s’affirme donc dans l’échange inégal de signes de gloire, d’espèces différentes, entre lui et les grands.

7L’ouvrage restitue également le fonctionnement de quelques-uns des espaces de sociabilité qui autorisaient la promotion des littérateurs appointés. Ainsi au salon de l’hôtel de Rambouillet, dont Chapelain est l’un des pivots, se retrouvent un grand nombre de représentants du haut patriciat urbain en voie de curialisation, mais aussi la meilleure noblesse. Leur fréquentation, dans une « indistinction [sociale] relative » (p. 132), permet parfois aux plus brillants des hommes de lettres de se hisser jusqu’à la cour. Christian Jouhaud rejoint ici Alain Viala, qui insistait sur la « valeur transitoire » du métier d’écrivain au XVIIe siècle, en montrant qu’il est aussi, pour nombre d’auteurs, un moyen de conversion des quartiers de noblesse culturelle en quartiers de noblesse tout court.

  • 7 Annales HSS, art. cit., p. 1112.

8On pourra regretter cependant que l’historien ne rende pas compte plus avant de ce que la légitimation réciproque entre Richelieu, ou certains nobles, et les littérateurs, procède de la collusion conjoncturelle de deux fragilités, celle des auteurs et celle de certains secteurs de l’État, dans une configuration historique particulière. R. Descimon7 en a rappelé certains des termes. Pour les littérateurs, issus pour la plupart de la « bourgeoisie seconde », la vénalité des offices instaurée par les Bourbons interdit l’accès aux grandes charges de judicature et de finance. Reste le service des grands, comme secrétaire ou précepteur. Et passer de ce type de services à un service de plume proprement littéraire par le mécénat des princes ou du cardinal ministre représente une promotion productrice d’indépendance et de légitimité, et l’une des seules voies d’ascension possibles. En même temps, mais à l’autre pôle de la relation, pour Richelieu associé non sans tensions à Louis XIII, l’une des conditions de l’autonomie de la monarchie et de la construction de l’État royal comme « centre de force » prééminent, contre les factions courtisanes, tient à la délégitimation de la parole politique des orateurs des corps et particulièrement des théologiens, de manière à subordonner la société corporative et l’Église à l’État. Les « plus littéraires des littérateurs » travaillent justement à cette délégitimation. Si Christian Jouhaud note bien qu’entre « ces formes nouvelles d’autorité littéraire et l’essor d’un pouvoir qui cherchait à cantonner les privilèges des corps et à leur enlever le droit de débattre en matière politique, il y avait accord [...] et peut-être même solidarité des expansions » (p. 330), l’information historique sur cette configuration singulière manque probablement à l’ouvrage.

Formes de consécration

9Celui-ci décrit, en revanche, longuement comment les plus littéraires des littérateurs vont, y compris parfois dans leurs louanges des princes, travailler, par une lutte symbolique acharnée, à la reconnaissance de la spécificité de leur activité littéraire, dans la promotion avant l’heure d’une sorte de « littérature pour la littérature », distincte en tout cas du mode d’éloquence ancien des théologiens ou des juristes — l’invention de cette activité d’écriture aux règles et aux formes nouvelles contribuant bien sûr à l’autorité nouvelle des littérateurs, et à la disqualification symbolique des autorités sociales productrices et garantes de l’ancien régime de l’éloquence. C’est l’enjeu majeur des controverses des années 1620 autour des Lettres de Guez de Balzac. Garasse, général des feuillants, dénonce la « pathologie du moi » et le « dérèglement moral » de ce « Narcisse » qui ne définit plus l’écriture sur un mode instrumental, au service d’un projet apologétique ou pédagogique. C’est, en effet, le coup de force symbolique de Balzac que d’affranchir l’écriture de ces règles établies pour la poser en activité premièrement esthétique, qui vaut par sa force de persuasion et d’émotion ; et que de promouvoir « la possibilité d’une écriture qui n’exprimerait pas [...] les sentiments profonds de son auteur, mais aurait acquis à l’égard de ces sentiments une sorte d’autonomie liée à la recherche d’effets, à une exigence intrinsèque de l’art, et donc de l’artifice » (p. 74). Il s’agit de déplacer les critères et les instances légitimes d’appréciation de l’éloquence. Si le nouveau registre et le nouveau régime de l’éloquence s’imposent, c’est à terme que l’on peut se passer des circonstances, des lieux, et, pourquoi pas, des titulaires traditionnels de l’action oratoire, érudits, orateurs, jurisconsultes... En « littérarisant l’éloquence », Guez de Balzac veut avec les Lettres substituer au public corporatif des doctes et des pairs celui des puissants et des particuliers représentés par de nouveaux spécialistes (p. 330). Christian Jouhaud montre que si le jésuite Garasse échoue dans sa tentative de réfutation de Balzac, c’est parce qu’en voulant se saisir dans sa Doctrine curieuse des armes de l’adversaire, en voulant « littérariser la pastorale », transformer les pratiques missionnaires pour les requalifier, il se pose en auteur « sur le terrain où s’apprécient les œuvres littéraires » (p. 72) et se voit neutralisé par les forces mêmes qu’il met en action, alors même qu’il est désavoué par sa Compagnie.

10Histoire de la légitimation de l’écriture littéraire et de ses producteurs, Les Pouvoirs de la littérature est aussi l’histoire d’un procès d’illégitimation des détenteurs anciens du monopole de la parole publique légitime, l’histoire d’un changement de personnel qui parvient à imposer des produits et des classements neufs, une légitimité de ses savoir-faire spécifiques, en prenant appui, fût-ce au prix d’une dépendance renforcée, sur ceux qui, dans un autre espace, celui du pouvoir d’État, construisent leur domination et qui sont intéressés, pour des raisons qui leur sont propres et qui diffèrent de celles des littérateurs, à la reconfiguration de l’espace de la parole publique.

11Cependant l’enquête revient également sur les conditions sociales d’accumulation du capital comme littérateur parmi les littérateurs. Elle suggère d’abord que la reconnaissance comme auteur suppose la mobilisation d’une série d’espaces de réception. Bien qu’annonçant d’emblée que son objet n’est pas d’étudier le marché du livre (imprimeurs, libraires, éditeurs...) non plus que le public, Christian Jouhaud n’oublie pas de restituer les stratégies d’auteur et d’éditeur qui vont concourir à la diffusion et à la circulation des écrits. Ainsi, pour la publication de ses Lettres, monument d’ambition littéraire contre les doctes ancien régime. Guez de Balzac choisit Du Bray, libraire réputé, propriétaire de plusieurs librairies aux abords de l’Université et du Palais de Justice, spécialisé dans l’édition d’ouvrages mondains (poésies, fictions, traductions antiques...), qui vise les succès commerciaux rapides auprès d’un public curial et plus élargi, bourgeois même, déjà plus ou moins fidélisé (il réédite régulièrement L’Astrée). En 1631, il publie Le Prince de Balzac, après une intense campagne d’annonce, de promotion préparatoire et de célébration menée par les partisans de l’auteur. Quant aux libelles de Dubosc-Montandré, ils sont imprimés dès 1650 sur la presse de l’hôtel de Condé, avec des caractères de bonne qualité, et des colporteurs sont payés pour les crier et les diffuser largement dans l’espace parisien (p. 257).

12Christian Jouhaud indique que la « stratégie du succès » de l’auteur Balzac (p. 29) travaillant à la construction d’un public commence avec les Lettres. L’épistolier qui s’emploie à s’adresser aux puissants ne se contente pas de se poser en interlocuteur des grands. La lettre XXX devient, du fait de Balzac, un enjeu important, puisqu’elle « présente son auteur comme ayant dénoncé par avance les coups d’adversaires dont il aurait percé l’identité » (p. 36). En mobilisant de la sorte un ensemble d’adversaires virtuels qu’il construit comme public, l’auteur travaille déjà à éveiller l’intérêt des mondains, dont l’activité de surveillance réciproque est (comme l’indique Norbert Elias) l’une des préoccupations principales, occupés qu’ils sont à l’évaluation des renommées de leurs associés rivaux. Par la suite, Balzac ne cesse d’entretenir et d’alimenter la polémique autour des Lettres, notamment autour de la condamnation de Théophile de Viau, chaque intervention polémique, en sa faveur ou en sa défaveur, concourant à sa reconnaissance comme enjeu et construisant sa centralité.

13Mais l’accumulation du capital comme littérateur parmi les littérateurs procède surtout de la logique complexe des alliances multiples que savent nouer certains agents. La restitution du parcours de Jean Chapelain que propose l’ouvrage, de 1630 à 1640, montre ainsi que sa position double autorise un double jeu, des dispositions et une conversion des savoir-faire et des savoir-être d’un jeu à l’autre, du littéraire au politique-mondain, qui permet et l’accumulation d’un capital d’homme public et l’accumulation d’un capital de littérateur. Secrétaire du marquis de la Trousse, grand prévôt de France, et par ailleurs jeune auteur, Chapelain commence à cumuler les avantages de sa position d’homme de lettres et d’homme de confiance d’un important officier curial en étant introduit dans le salon de l’hôtel de Rambouillet en 1623. À partir de cet espace où circulent des informations qu’il peut redistribuer à son profit, et où se font et se défont les renommées, comme homme public Chapelain se pose en intermédiaire entre auteurs et imprimeurs (notamment pour Balzac, qui en retour le certifie comme homme de lettres), comme homme de lettres il se fait introducteur à Rambouillet de « jeunes nobles amateurs de belles-lettres et avides d’être reçus par la marquise » (p. 140), qui en retour contribuent à son capital social d’homme public. Ses dispositions et sa rationalité d’homme de cabinet, enclin à la prudence, l’équilibre, la dissimulation, trouvent à s’actualiser dans le verdict qu’au nom de l’Académie il rend à propos de la querelle du Cid, en 1637, et dans lequel il invite le théâtre à mobiliser les sentiments dans une dynamique raisonnable de maîtrise des passions (le théâtre doit pénétrer l’intime, et le troubler, pour finalement l’assagir et le contraindre) — ce verdict, dont il touche les dividendes politiques auprès de Richelieu, contribuant au final à asseoir son autorité sur l’Académie. Mais, note Christian Jouhaud, « le capital social d’un homme de lettre à la réussite si brillante ne se transmet pas » (p. 150).

14Ajoutons enfin que Christian Jouhaud analyse comment la construction de l’autorité et de l’autonomie d’un auteur peut également, en une sorte de tour de passe-passe symbolique, procéder de l’exhibition par celui-ci de son allégeance et de sa dépendance aux Grands. Ainsi en 1641, Corneille revient, dans son Épître à Richelieu placée en exergue de Horace, sur son vers de la fameuse Excuse à Ariste (« Je ne dois qu’à moi seul toute ma renommée »). Il entend cette fois faire des seuls mouvements du visage du cardinal l’aune de la valeur théâtrale de sa pièce, et exclut de la sorte en tant qu’autorité en matière de critique la « corporation » neuve des auteurs réunis à l’Académie, les « nouveaux doctes », dirait Alain Viala, qui l’ont condamné lors de la « querelle du Cid » en 1637. En célébrant le « grand homme qu’il a choisi comme seul interlocuteur », Corneille se célèbre comme auteur autorisé à agir et à produire des effets sur le grand, il « se célèbre lui-même comme génie solitaire qui a rencontré le succès » (p. 303) : « Les secrets de l’art surgissent des secrets du pouvoir saisis à travers les effets du secret de l’art » (p. 301).

Remarques finales

15Il faudrait poursuivre cette lecture pour rendre justice à un ouvrage qui foisonne d’études critiques de textes. Mais si l’analyse des caractéristiques formelles des œuvres ne peut être séparée de l’analyse des propriétés associées à la position de leurs producteurs, et aux dispositions qui leur sont liées, on voudrait pour conclure exprimer un regret ou une nécessité. Le regret que n’aient pas été très systématiquement décrites les polarités — liées à la différence des propriétés sociales, des trajectoires, du volume et des espèces de ressources détenues par les littérateurs — qui définissent la structuration de l’espace de ces littérateurs dans les années 1620. On aurait alors, cette structuration effectuée, probablement été mieux en mesure de saisir et les carrières diverses et les formes d’écriture ou le degré d’audace différents des littérateurs en présence, dans leur concurrence aux anciens doctes. L’enquête qui, ici, présente un réseau de cas, laisse pendante la question de savoir si un cas peut se comprendre indépendamment d’une forme d’intelligibilité globale des cas, reliés entre eux et liés à la même configuration historique.

Notes

1 Robert Descimon, « Plusieurs histoires dans l’histoire littéraire », Annales HSS, sept.-oct. 2000, n° 5, p. 1115.

2 Ibid., p. 1119.

3 Ce n’est qu’en 1685, rappelait Alain Viala (Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Éditions de Minuit, 1985), que le terme de « littérature » acquiert droit de cité dans le dictionnaire de Richelet.

4 « La Coupole », Trois institutions littéraires, Paris, Gallimard, 1998 (1re éd. 1986 dans Les Lieux de mémoire, P. Nora, éd.).

5 Le Roi-machine. Spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, Éditions de Minuit, 1981.

6 La Société de cour, Paris, Flammarion, 1985.

7 Annales HSS, art. cit., p. 1112.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540