Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Sociologie et littérature

Avant-propos

Louis Pinto

Texte intégral

1La sociologie de la littérature est un moment de vérité pour une discipline qui se doit de prouver que les armes de la raison peuvent s’appliquer à des choses aussi fines. Dans les travaux récents, on peut, au prix d’une relative simplification, discerner deux voies : une étude structurale de style systématique et une lecture sociologique d’une œuvre déterminée.

2La recherche de Christian Jouhaud nous renvoie à ces temps anciens où les catégories d’un champ proprement littéraire n’étaient pas encore construites. Le début de XVIIe siècle est une période extrêmement importante dans la mesure où elle permet de révéler les conditions et les modalités de l’autonomisation d’un premier champ littéraire. Processus quelque peu paradoxal qui repose sur une alliance entre un groupe déterminé, celui des littérateurs, et le pouvoir politique, les puissants, les « grands » : dans cette alliance, des gens de plume tels que Guez de Balzac et Chapelain ont trouvé l’occasion de concourir à l’éclat de leurs protecteurs en faisant valoir une définition nouvelle de l’activité d’écriture, largement déterminée par l’opposition aux pratiques antérieures de doctes enfermés dans des réseaux restreints. Comme dans le cas de l’artiste de cour étudié par Martin Warnke, l’accumulation d’une forme de capital spécifique de littérateur a été rendue possible pour ces agents par la place occupée dans le « monde » et par tout ce qui s’y trouve associé, réseaux, protections, rétributions économiques et symboliques.

3Le travail de Gisèle Sapiro met en œuvre pour les écrivains des années 1940 et 1950 une conception de la biographie qui implique de se donner un instrument d’intelligibilité de vaste dimension puisqu’il n’est autre que le champ dans son ensemble. L’auteur montre, par la vertu de l’exemple, et sur une masse considérable de données, toute la différence entre une construction raisonnée et un empilement de monographies car le cumul des informations sur Mauriac, sur Aragon, sur Bordeaux, sur Châteaubriant, et sur tant d’autres, sur les résistants et sur les différents collaborateurs, ne prennent de signification qu’à condition d’avoir été organisées selon des règles de pertinence qui sont loin d’être d’ordre purement politique : le degré d’autonomie intellectuelle est le principe et la mesure du degré de résistance à l’ordre établi, à l’abdication intellectuelle envers les pouvoirs. Désormais, on ne saurait qu’être prudent envers les tentations d’une histoire politique autonome qui porte à dissimuler ce que les événements doivent aux catégories de perception des agents dans des espaces dotés de leurs propriétés spécifiques et de leur norme immanente. La politique n’aura guère fait perdre la tête à cette sociologie que d’aucuns appellent « bourdieusienne ».

4La sociologie de la littérature peut être conçue aussi comme une contribution à la connaissance des modes de construction du monde. En effet, les ouvrages de Catherine Bidou et de Jacques Dubois consacrés à Proust, posent, de façon originale et, peut-être inattendue, la question des relations entre sociologie et littérature. Il ne s’agit pas de décrire la trajectoire sociale et littéraire de l’auteur, ce qui serait à soi seul une tâche aussi immense que passionnante, mais de montrer comment un écrivain a pu, avec ses instruments propres, mener une entreprise d’objectivation voisine de celle du sociologue. D’une part, Proust, contrairement au spiritualisme intimiste souvent associé à son nom, n’a cessé de parler du monde social, s’efforçant de dégager des régularités, des « lois » — ce qui ne veut pas dire qu’il n’aurait fait que nous livrer, comme on le dit dans le langage des critiques journalistiques, un « document sociologique ». D’autre part, à travers une série d’individus et de situations atypiques, il a posé la question des conditions sociales de possibilité de la mise en œuvre du sens social présent dans l’écriture romanesque : la déroute des attentes relatives aux possibles les plus probables n’est pas sans s’accompagner, pour les personnages comme pour les lecteurs, d’impressions de charme et d’humour.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540