Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Roger Chartier et l'histoire de la lecture

Roger Chartier, Culture écrite et société : l’ordre des livres : xive-xviiie siècle, et Au bord de la falaise, L’histoire entre certitudes et inquiétudes

Gérard Mauger

Note de l’éditeur

Paris, Éditions Albin Michel, 1998

Paris, Éditions Albin Michel, 1996

Texte intégral

  • 1 « Linguistic turn » ou « semiotic challenge » qui tiennent le langage pour un système fermé de sig (...)
  • 2 La conception dominante de la « culture populaire » est ainsi fondée sur la triple idée qu’elle pe (...)

1On peut considérer l’histoire de la lecture, telle que Roger Chartier l’a remise en chantier, comme le produit d’une double rupture. Rupture, d’une part, avec une histoire du livre, sans lecteur ni auteur, inspirée par le formalisme de la critique structuraliste qui prétend établir la signification des textes à partir de leur seul fonctionnement linguistique et, outre-Atlantique, par le linguistic turn ou le semiotic challenge1, chacune de ces perspectives refusant de considérer que la manière dont une œuvre est lue, reçue, interprétée a une quelconque importance pour l’établissement de sa signification. Rupture symétrique, d’autre part, avec une histoire sociale de l’imprimé, attachée à reconstituer la fabrication et la circulation du livre, mais concédant les auteurs à l’histoire littéraire et cédant trop souvent à un sociologisme rudimentaire qui, s’étant donné pour objet la mesure de l’inégale présence du livre dans les groupes sociaux, s’efforçait de repérer les traductions culturelles des différences sociales et qui, postulant que les clivages culturels sont nécessairement organisés selon un découpage social préalable, qualifiait les productions culturelles à partir de l’identité sociale de leur public2.

  • 3 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions du (...)
  • 4 Donald F. McKenzie, La Bibliographie et la sociologie des textes, Paris, Cercle de la Librairie, 1 (...)
  • 5 Si elle ne récuse pas la « littérarité » des textes, elle invite à reconnaître les frontières de l (...)

2Reprenant à son compte la perspective de « l’esthétique de la réception », du New Historicism (qui situe l’œuvre littéraire dans sa relation aux textes « ordinaires », pratiques, juridiques, politiques, religieux, etc.), de la sociologie de la production littéraire de Pierre Bourdieu3 (attentive aux lois et aux hiérarchies propres du champ littéraire, aux stratégies de carrière qu’elles commandent et à leur traduction dans les œuvres elles-mêmes, en termes de genre, de thème, de style, etc.), de l’analytical bibliography de Donald F. McKenzie4 (qui inclut dans l’analyse les « non book texts » et les « non verbal texts » et considère que le « même » texte, fixe dans sa lettre, n’est plus le « même » lorsque changent les dispositifs de son inscription ou de sa communication), Roger Chartier s’efforce de relier dans une même analyse des approches restées longtemps étrangères les unes aux autres : l’histoire de la production littéraire — celle des textes et des auteurs5 ; l’histoire de la matérialité des textes, des formes de la communication et, en particulier, de la dissémination du livre — celle des éditeurs, des imprimeurs, des libraires ; l’histoire, enfin, de la réception des textes, des pratiques de lecture — celles des commentateurs, des lecteurs, des spectateurs.

3Dans les sept essais rassemblés dans Culture écrite et société et, plus récemment, dans les deux derniers essais publiés dans Au bord de la falaise, l’accent est mis prioritairement sur tel ou tel aspect de l’analyse. Exemplairement, à mes yeux, l’analyse que propose Roger Chartier des premières représentations d’une comédie de Molière — George Dandin — les associe tous, accomplissant l’ensemble du programme qu’il s’est assigné : « Saisir, dans un même mouvement, les contraintes et modalités qui régissent l’élaboration, la transmission et la réception des discours et des œuvres » (p. 212).

4Dans ces différents essais, l’accent est mis, tantôt sur les formes qui gouvernent la transmission des textes (parce qu’il n’y a pas de texte en dehors du support qui le donne à lire ou à entendre, il n’y a pas de compréhension d’un écrit, quel qu’il soit, qui ne dépende pour une part des formes dans lesquelles il atteint son lecteur : il s’agit donc d’identifier les effets de sens produits par ces formes matérielles) ; tantôt sur les conditions qui régissent l’écriture d’un texte et, en particulier, sur la relation entre la pratique littéraire et le pouvoir ; ou encore sur la construction du sens du texte par les lecteurs, les usages qu’ils en font, les interprétations qu’ils construisent, « le processus par lequel des lecteurs, des spectateurs ou des auditeurs donnent sens aux textes qu’ils s’approprient. »

5Je me situerai donc successivement du côté de la matérialité des textes, du côté de l’auteur, du côté du lecteur, avant d’indiquer les grandes lignes de l’analyse proposée de George Dandin et d’engager le débat.

Du côté de la matérialité des textes

6Il s’agit, dans cette perspective, d’analyser les relations entre les activités symboliques et les formes et supports de la transmission de l’écrit.

Une problématique vénérable : le repérage des effets de sens des formes

7Vico, Condorcet et Malesherbes, fondant leurs périodisations respectives de « la marche des nations », des « progrès de l’esprit humain » et de l’histoire de la monarchie, à partir des différentes formes de l’écriture ou des diverses modalités de la transmission des textes, attirent l’attention sur « la signification intellectuelle, sociale ou politique des ruptures qui ont transformé les modes d’inscription, d’enregistrement et de communication des discours » (p. 17).

8Selon Vico, l’invention des « lettres vulgaires » (i. e. le langage graphique qui utilise l’alphabet) marque une rupture décisive dans le procès de civilisation : elle brise en effet le monopole, d’abord sacerdotal, puis aristocratique, établi sur les images et sur les signes. En termes rhétoriques, elle permet l’abstraction ; en termes politiques, elle institue la légalité et l’égalité ; en termes de connaissance, elle soustrait le savoir à la toute-puissance de la raison divine ou à l’autorité de l’État.

9Selon Condorcet, deux révolutions fondamentales ont bouleversé les formes de communication : d’abord, la formation du langage articulé, puis l’invention de l’écriture alphabétique. Alors que les premières formes d’écriture assuraient la confiscation du savoir par les castes sacerdotales et enseignantes, l’écriture alphabétique donne à tous les hommes « un droit égal à la connaissance de la vérité ». Quant à l’imprimerie, en permettant la substitution de l’étude solitaire et silencieuse à la parole échangée entre les hommes, elle permet aussi « de substituer l’évidence des démonstrations fondées sur la raison aux convictions entraînées par les argumentations rhétoriques » (p. 22). En permettant la circulation des textes imprimés et l’échange sans la présence, en constituant un public avec des individus dispersés et, de ce fait, l’exercice universel de la raison, l’imprimerie est aussi la condition de possibilité de « l’opinion publique ». L’universalité promise par l’imprimerie suppose néanmoins deux conditions : la généralisation d’une instruction publique et la proposition d’une langue commune.

  • 6 Dans les œuvres de Walter Ong, de Jack Goody ou de Henri-Jean Martin, il s’agit de repérer, de mêm (...)

10Selon Malesherbes, à l’âge des conventions verbales a succédé celui de l’écriture qui fixe la législation, précise la jurisprudence, établit « les droits des citoyens » sur des « titres constants. » Mais l’usage judiciaire et administratif de l’écriture, loin de fortifier la liberté publique propre à l’état monarchique, a, au contraire, installé les ferments de la corruption despotique : secret de l’administration, désormais séparée de la justice, secret des procédures judiciaires lorsque les procès sont jugés sur pièces écrites, alors même que, grâce à l’imprimerie, la publicité des requêtes, des délibérations et des décisions, d’une part, la fixation et la stabilité de la loi, d’autre part, ne sont plus incompatibles. « La voie de l’impression, opposée au temps de l’oralité, définit de manière neuve l’exercice du pouvoir, les rôles sociaux, les pratiques intellectuelles », conclut Roger Chartier6 (p. 26).

Les révolutions dans l’histoire longue du livre et de la lecture

11Roger Chartier en dénombre six.

  1. C’est dans les communautés chrétiennes que le codex (livre composé de cahiers assemblés) remplace le plus précocement et le plus massivement le volumen (livre en forme de rouleau). Le codex impose sa matérialité (bien que le volumen soit longtemps resté symbole d’autorité et de pouvoir) : il autorise un repérage plus facile et un maniement plus aisé du texte, il rend possibles la pagination, l’établissement d’index et de concordances, la comparaison d’un passage avec un autre, ou encore la traversée du livre par le lecteur qui le feuillette. C’est avec le codex que le lecteur conquiert la liberté : le lecteur du codex posé sur une table ou un pupitre (dont les deux mains étaient mobilisées par le volumen), peut lire et écrire simultanément, aller à sa guise d’une page à l’autre, d’un livre à l’autre.
  2. L’introduction de la séparation entre les mots par les scribes du haut Moyen Âge rend possible le passage d’une lecture nécessairement oralisée, indispensable au lecteur pour la compréhension du sens d’une langue écrite distincte de la langue parlée, à une lecture silencieuse et visuelle. Mais, de même que la lecture silencieuse coexiste dans l’Antiquité grecque et romaine avec la lecture à haute voix (qui associe le texte, la voix, la lecture, la déclamation et l’écoute), de même, la lecture à haute voix demeure, du XVIe au XVIIIe siècle, le ciment fondamental des diverses formes de sociabilité, familiales, savantes, mondaines ou publiques.
  3. La troisième révolution concerne les fonctions de la lecture. De ce point de vue, une césure essentielle se situe au XIIe siècle lorsque l’écrit n’est plus essentiellement investi d’une fonction de conservation et de mémorisation (modèle monastique), mais est composé et copié aux fins d’une lecture entendue comme un travail intellectuel (modèle scolastique) : de la participation au mystère de la Parole (ruminatio) au déchiffrement de la lettre, du sens et de la doctrine.
  4. S’il est vrai que l’invention des caractères mobiles et de la presse à imprimer, au milieu du XVe siècle, a bouleversé les modes de reproduction des textes et de production du livre, les recherches récentes mettent en évidence les limites de cette révolution. D’une part, le livre n’est pas modifié par l’invention de Gutenberg. D’autre part, l’invention de Gutenberg n’est pas la seule technique capable d’assurer une dissémination de large ampleur du livre imprimé : l’exemple de l’Orient montre que l’utilisation de la technique propre à l’Occident n’est pas une condition nécessaire pour qu’existent non seulement une forte culture écrite, mais encore une culture imprimée de large assise (rendue possible en Orient par la xylographie).
  5. Décrit comme un danger pour l’ordre politique, comme « un narcotique » (Fichte) ou comme un dérèglement de l’imagination et des sens, le passage de la « lecture intensive » à la « lecture extensive » au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle frappe les observateurs contemporains. Cette « fureur de lire » joue un rôle essentiel dans les détachements critiques qui, partout en Europe, et particulièrement en France, éloignent les sujets de leur prince, et les chrétiens de leurs églises.
  6. Enfin, la substitution annoncée de l’écran au codex bouleverse les modes d’organisation et de structuration du support de l’écrit. Le lecteur peut désormais soumettre le texte à de multiples opérations (l’indexer, l’annoter, le copier, le démembrer, le recomposer, le déplacer, etc.), mais plus encore, il peut en devenir le coauteur. La distinction entre l’auteur du texte et le lecteur du livre tend à s’effacer : le lecteur devient un des acteurs d’une écriture à plusieurs mains ; à tout le moins, il se trouve en position de constituer un texte nouveau à partir de fragments librement découpés et assemblés. La notion de copyright, entendue comme le droit de propriété d’un auteur sur une œuvre originale, s’ajuste mal au monde des textes électroniques. Pour les lettrés de la première modernité, « une bibliothèque universelle (au moins dans un ordre du savoir) ne pouvait être qu’immatérielle, réduite aux dimensions d’un catalogue, d’une nomenclature, d’un recensement. À l’inverse, toute bibliothèque installée dans un lieu particulier et formée d’ouvrages bien réels, disposés pour la consultation et la lecture, ne pouvait donner, quelles que soient ses richesses, qu’une image tronquée de la totalité du savoir cumulable. L’écart irréductible entre des inventaires, idéalement exhaustifs, et des collections, nécessairement lacunaires, a été vécu comme une frustration intense. Il a porté les entreprises les plus démesurées, rassemblant en esprit, sinon dans la réalité, tous les livres possibles, tous les titres repérés, tous les ouvrages jamais écrits », écrit Roger Chartier (p. 128). La communication des textes à distance, qui annule la distinction, jusqu’alors irrémédiable, entre le lieu du texte et le lieu du lecteur, rend pensable le vieux rêve de réunir tout le patrimoine écrit de l’humanité en un lieu unique, d’une bibliothèque universelle, rassemblant tous les savoirs accumulés, tous les livres jamais écrits (au risque de perdre l’intelligibilité d’une culture textuelle associant texte et codex — sauf à pouvoir consulter les textes dans leur matérialité originelle).

12« La signification, ou plutôt les significations, historiquement et socialement différenciées d’un texte, quel qu’il soit, ne peuvent être séparées des modalités matérielles qui le donnent à lire à ses lecteurs », conclut Roger Chartier (p. 38).

Du côté de l’auteur

13L’auteur est à la fois dépendant et contraint : il dépend à la fois de ceux qui font de son texte un livre et de ceux qui se l’approprient, il est contraint par les déterminations multiples qui organisent l’espace social de la production littéraire.

La construction de la « fonction auteur » selon Michel Foucault

14La « fonction auteur » telle que l’a définie Foucault, est le résultat d’opérations spécifiques et complexes qui réfèrent l’inscription historique, l’unité et la cohérence d’une œuvre à l’identité d’un sujet construit. Cette assignation des œuvres à un nom propre ne vaut que pour certaines classes de textes et suppose une étape du droit qui reconnaît la responsabilité pénale de l’auteur (non datée par Foucault, mais liée à l’exercice du pouvoir par une autorité capable de censurer, de juger et de punir) et le concept de propriété littéraire (à la fin du XVIIIe siècle). Ainsi Foucault met-il en évidence un échange du régime d’assignation des textes (qu’il situe au XVIIe ou au XVIIIe siècle) entre discours « scientifiques » et discours « littéraires ». À partir de ce moment-charnière, alors que les énoncés scientifiques fondent leur validité sur leur appartenance à un « ensemble systématique » de propositions antérieures, et non pas sur l’autorité d’un auteur, les discours « littéraires », eux, « ne peuvent plus être reçus que dotés de la fonction auteur ». Auparavant, c’était l’inverse. Ces hypothèses de Foucault, décalant vers l’amont la figure de l’auteur, la reliant aux dispositifs de contrôle des textes et à ceux qui leur confèrent autorité et crédit, ont conduit à reconsidérer l’histoire de « la fonction auteur ».

L’invention de l’auteur et ses dispositifs juridiques, répressifs, matériels

15L’affirmation de la propriété littéraire n’est pas un cas particulier du droit individuel de propriété, mais dérive de la défense du privilège de librairie qui garantit un droit exclusif sur un titre au libraire qui l’a obtenu : les libraires défendent la perpétuité des privilèges alors que les États s’efforcent de le limiter pour permettre la constitution d’un domaine public de l’imprimé. Les collections royales veulent être des conservatoires qui protègent de la disparition tous les livres qui le méritent. Vouées non à l’agrément du monarque, mais à l’utilité du public, elles sont susceptibles d’être mises au service du savoir, de l’histoire de la monarchie, de la politique ou de la propagande de l’État.

16Pour les défenseurs du droit de l’auteur sur son œuvre — pensé comme une pleine propriété ou identifié à une récompense—, il trouve sa justification fondamentale dans l’assimilation de l’écriture à un travail. Quant aux adversaires de la perpétuité du copyright (comme Condorcet ou Sieyès), ils considèrent que la propriété littéraire illimitée est contraire au progrès des Lumières, car elle institue le monopole d’un seul sur un savoir qui devrait être un bien commun.

17Ainsi peut-on comprendre le déplacement du critère susceptible de fonder un droit exclusif et perpétuel de l’auteur : la singularité irréductible du style et du sentiment. La légitimation de la propriété littéraire s’appuie désormais sur une nouvelle perception esthétique qui désigne l’œuvre comme une création originale, reconnaissable à la spécificité de son expression. C’est ainsi qu’émergent à la fois une nouvelle définition de l’œuvre, caractérisée non pas par les idées qu’elle véhicule (elles appartiennent à tous), mais par sa forme (qui n’appartient qu’à son auteur) et la conception qui associe l’unicité de la forme, le génie propre de l’auteur et l’imprescriptibilité de sa propriété.

18Ce lien institué au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle entre l’inspiration et la marchandise renverse doublement la conception traditionnelle de l’activité littéraire. L’assujettissement des auteurs aux obligations créées par l’appartenance à une clientèle ou par les liens du mécénat allait de pair avec une radicale incommensurabilité de l’œuvre avec les biens économiques. Par ailleurs, avec le déplacement du patronage au marché, c’est sur l’idéologie du génie créateur et désintéressé que se fonde la rémunération des compositions littéraires soumises aux lois du marché. Brisant avec la figure classique du gentleman-writer ou gentleman-amateur qui préférait l’anonymat et le public choisi des pairs, l’auteur — du moins celui qui réussit — peut alors jouir d’une indépendance financière qui le délie des obligations du patronage et revendiquer la paternité des œuvres qu’il publie : « La nouvelle économie de l’écriture suppose la pleine visibilité de l’auteur, créateur original d’une œuvre dont il peut légitimement attendre un profit », écrit Roger Charrier (p. 57). Le terme « auteur » distingue alors parmi tous les « escrivains » seulement ceux dont les compositions ont été publiées. Pour « s’ériger en auteur », écrire ne suffit pas, il faut, de plus, faire circuler ses œuvres dans le public par le moyen de l’imprimé.

19Si elle n’était pas inconnue au Moyen Âge, la notion moderne de « livre », qui associe spontanément un objet à une œuvre, ne se dégage que lentement de la forme du registre ou du recueil. Longtemps, la compilation, caractérisée par l’absence de toute « fonction auteur », est la forme dominante du livre manuscrit. Ces recueils constituent autant de bibliothèques réduites à un seul ouvrage : visant, pour un genre ou un domaine, l’exhaustif et l’universel, ces « bibliothèques » constituent, avec les encyclopédies et les dictionnaires une forme majeure des grandes entreprises éditoriales du XVIIIe siècle.

20Pour autant, ni l’indépendance de l’écrivain, ni la publication imprimée, ni la définition du concept de propriété littéraire ne sont des conditions nécessaires à l’existence de la « fonction auteur ». À la fin du XVIe siècle, la catégorie de l’auteur est le principe fondamental de classement des discours indépendamment de leur existence imprimée. Le portrait d’auteur, qui rend immédiatement visible l’assignation du texte à un moi singulier, est fréquent dans le livre imprimé du XVIe siècle, il figure également dans les miniatures des manuscrits des XIVe et XVe siècles, constituant l’écriture comme l’expression d’une individualité qui fonde l’authenticité de l’œuvre. Les contrats passés entre les imprimeurs et les auteurs attestent le contrôle que les auteurs entendent exercer sur la publication de leurs œuvres et sur le mode de circulation de leurs textes. Par ailleurs, la « fonction auteur » s’accommode des dépendances qu’institue le patronage (i. e. la relation fondamentale qui domine toute l’activité littéraire jusqu’à la mi-XVIIIe siècle : celle qui lie un auteur au protecteur dont il attend appui et gratifications). L’économie du mécénat, en échange du livre dédié, offert et accepté, oblige le dédicataire à accorder protection, emploi ou rétribution : en fait, loin d’être contradictoires, le lien de patronage et l’affirmation auctoriale définissent ensemble le régime d’assignation des textes. Patronage et marché ne s’excluent pas : ainsi, sur les pages de titre, chaque œuvre des XVIe et XVIIe siècles est-elle référée à trois noms propres, celui de l’auteur, celui du dédicataire, celui du libraire ou de l’imprimeur-éditeur ; dans les contrats passés entre les auteurs ou les traducteurs et les libraires, la remise d’exemplaires qui pourront être donnés au roi et aux grands demeure l’essentiel ; la dédicace d’un livre au souverain, dispensateur suprême des grâces et des protections, par l’auteur constitue encore au XVIIIe siècle l’une des meilleures façons de capter la bienveillance royale.

21En fait, écrit Roger Chartier, « le système traditionnel du patronage, loin d’être démantelé par la diffusion du livre imprimé, s’accorde avec la nouvelle technique de reproduction des textes comme à la logique de marché qu’elle institue » (p. 63). Au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’écrivain jouit d’une indépendance économique que lui assure sa naissance ou sa profession, ou il bénéficie des sinécures du patronage. Pour les écrivains, les savants, les artistes, l’entrée dans une clientèle, la participation à une cour, la dépendance à l’égard d’un souverain sont souvent la seule manière de conquérir une indépendance interdite par les appartenances traditionnelles à l’université ou aux communautés de métier (c’est grâce au titre qu’il a obtenu à la cour que Galilée peut échapper à la hiérarchie traditionnelle des disciplines qui, à l’université, subordonne la mathématique à la philosophie). La réalité nouvelle d’un état fondé sur la seule rémunération de l’écriture n’émerge que difficilement au sein d’une mentalité d’Ancien Régime. En un temps où le marché des œuvres n’est pas encore assez fortement établi pour permettre aux hommes de lettres ou de savoir de vivre de leur plume, les grâces dispensées par un patron généreux restent le seul moyen d’obtenir état et rémunération.

22La « fonction auteur » a été constituée comme une arme essentielle de la lutte engagée contre la diffusion des textes tenus pour hétérodoxes par les censures d’État ou d’Église. Dans la répression, toutefois, la responsabilité de l’auteur ne semble pas considérée comme plus grande que celle de l’imprimeur qui l’a publié, du libraire ou du colporteur qui le vend, ou du lecteur qui le possède. Associée à la propriété littéraire ou à la responsabilité pénale, la « fonction auteur » paraît découler de transformations fondamentales apportées par l’imprimerie : « Celle-ci a rendu plus ample, donc plus dangereuse, la circulation des textes défiant l’autorité, et elle a créé un marché qui suppose l’établissement de règles et de conventions entre tous ceux qui en retirent un profit (économique ou symbolique) », écrit Roger Chartier (p. 66).

23« La trajectoire de l’auteur, conclut Roger Chartier, pourrait être pensée comme la progressive attribution aux textes en langue vulgaire d’un principe de désignation et d’élection qui, longtemps, n’avait caractérisé que les seules œuvres référées à une auctoritas ancienne et devenues des corpus inlassablement cités, glosés, commentés » (p. 72). L’accréditation d’une proposition, comme la validation d’une expérience supposent durablement, la garantie du nom propre — du nom propre de ceux qui, par leur état, ont pouvoir d’énoncer la vérité. Ainsi, à l’encontre du point de vue de Foucault, au XVIIe et au XVIIIe siècle, nombre de textes scientifiques n’ont « valeur de vérité qu’à la condition d’être marqués du nom de leur auteur », dont la position sociale donne « autorité » au discours de connaissance : « L’autorité politique du dédicataire vient certifier et garantir l’authenticité de la découverte » (p. 94). De ce fait, en acceptant ou en refusant la dédicace, le souverain se trouve en position de donner légitimité ou, à l’inverse, de disqualifier une œuvre ou une découverte : la dédicace « se mue ainsi en un miroir où se reflète son absolue puissance » (p. 102).

Du côté des lecteurs

  • 7 Pierre Bourdieu, dans Choses dites, Paris, Éditions de Minuit, 198.

24Contre l’« ethnocentrisme spontané de la lecture » des lecteurs lettrés et souvent professionnels de notre temps qui porte à universaliser la lecture lettrée, celle de lector, silencieuse et herméneute, il faut d’abord rappeler que la lecture a une histoire : « Une des illusions du lector, écrit Pierre Bourdieu7, est celle qui consiste à oublier ses propres conditions sociales de production, à universaliser inconsciemment les conditions de possibilité de sa lecture. »

L’encadrement des pratiques de lecture

25Si l’on accepte que la lecture n’est pas déjà inscrite dans le texte, que l’interprétation qui en est faite par ses lecteurs n’est pas nécessairement conforme au sens qui lui est assigné par son auteur, l’usage, la critique, l’institution, etc., comment rendre raison d’une pratique qui — hormis le cas des lectores professionnels — ne laisse que rarement de traces et qui — étant susceptible de s’affranchir de toutes les contraintes qui s’efforcent de l’encadrer — est susceptible — au moins virtuellement -de revêtir autant de formes que de lecteurs ?

26Certes, l’interprétation du lecteur est bornée par les formes discursives du texte, les dispositifs qui dans le livre même entendent brider l’interprétation : les dispositifs et les règles du « monde du texte » permettent et contraignent la production du sens. Mais, elle l’est aussi par ses formes matérielles, les variations possibles des dispositifs formels : un texte, stable dans sa lettre, est investi d’une signification et d’un statut inédits lorsque changent les dispositifs qui le proposent à l’interprétation. Les structures mêmes du livre sont gouvernées par le mode de lecture que les éditeurs pensent être celui de la clientèle qu’ils visent. Elle l’est encore par les codes et conventions qui régissent les pratiques d’une communauté d’appartenance. La lecture est toujours une pratique incarnée dans des gestes, des espaces, des habitudes. Il s’agit donc d’identifier les dispositions spécifiques qui distinguent les « communautés de lecteurs » (selon l’expression de Stanley Fish) et les traditions de lecture, à partir d’une série de contrastes : entre des compétences de lecture, entre alphabétisés et analphabètes, entre lecteurs lettrés et déchiffreurs maladroits, sachant que ces clivages n’épuisent pas les différences dans le rapport à l’écrit (les taux d’alphabétisation ne donnent pas une mesure exacte de la familiarité avec l’écrit) ; contrastes entre des normes et conventions de lecture qui définissent, pour chaque communauté de lecteurs, des usages légitimes du livre, des façons de lire, des instruments et des procédures d’interprétation, entre les attentes et les intérêts fort divers que les différents groupes de lecteurs investissent dans la lecture, entre des dispositions, des « outillages intellectuels », des relations avec l’écrit socialement différenciés (la connaissance des textes déjà rencontrés est mobilisée au service de la compréhension de nouvelles lectures).

Pour une archéologie des pratiques de lecture

27Pour tenter de reconstituer les pratiques de lecture du passé et cerner les effets de la pénétration de l’écrit imprimé sur la culture du plus grand nombre, Roger Chartier propose divers déplacements de perspectives : j’en ai dénombré huit.

  1. Parce que les œuvres et les objets produisent leur aire sociale de réception bien plus qu’ils ne sont produits par des divisions cristallisées et préalables » (p. 144), partir des objets et des textes et non des classes ou des groupes afin de dessiner les aires sociales où circulent chaque corpus de textes et chaque genre d’imprimés et se donner ainsi les moyens de mettre en évidence d’autres principes de différenciation que le seul classement socioprofessionnel pour rendre raison des écarts culturels : appartenances à un sexe ou à une génération, adhésions religieuses, solidarités communautaires, traditions éducatives ou corporatives, etc.
  2. Mettre en évidence les usages contrastés de matériaux partagés, comprendre comment les mêmes textes peuvent être diversement appréhendés, maniés, compris ; comprendre pourquoi certains textes se prêtent mieux que d’autres à ces réemplois multiples, pourquoi les faiseurs de livres les considèrent comme capables de gagner des publics diversifiés.
  3. Reconstruire les réseaux de pratiques qui organisent les modes, historiquement et socialement différenciés, de l’accès aux textes, retrouver les gestes oubliés, les habitudes disparues, comme la lecture à haute voix dans sa double fonction de communication et de sociabilité.
  4. Mettre en évidence la contribution des formes matérielles (fragmentation des textes en unités séparées, adaptation du texte en passant d’une forme d’édition à une autre) à « l’effet produit » par le texte : anticipations du lecteur, modifications du registre de référence et du mode d’interprétation, publics nouveaux, compréhensions, appropriations et usages inédits (voir le cas de la Bibliothèque bleue).
  5. Repérer les contrastes majeurs qui peuvent donner des sens divers au même texte (entre lecture oralisée et lecture visuelle, entre lecture « intensive » et lecture « extensive », entre lecture de l’intimité et lecture collective) en prêtant attention aux décalages, en tentant d’articuler transformations technologiques, formelles et culturelles.
  6. Mettre en évidence les multiples imbrications entre l’écrit et le geste (ainsi les traités de civilité visent à faire incorporer par les individus les règles de la politesse mondaine ou de la bienséance chrétienne), entre la parole et l’écrit (lecture à haute voix).
  7. Rendre compte de l’importance donnée à l’écrit par toutes les autorités qui entendent régler les conduites et façonner les esprits, dont témoignent les contrôles et censures exercés sur l’imprimé ; étudier les stratégies d’écriture et d’édition réglées sur les habiletés et les attentes supposées des différents publics visés (protocoles de lecture, formes des objets imprimés, transformations du texte).
  8. Reconnaître le rôle acculturant, disciplinant des textes (dont l’efficacité est d’autant plus grande qu’est forte l’adhésion à l’institution qui les édicte) et analyser les résistances qu’ils rencontrent.

Les lectures populaires

  • 8 Richard Hoggart, La Culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 197.

28À cette perspective attentive aux dispositifs discursifs et institutionnels qui, dans une société donnée, visent à discipliner les corps et les pratiques, à modeler conduites et pensées (que l’intention soit de christianisation, réformatrice, didactique, parodique, poétique, etc.), s’oppose celle liée à la notion d’attention « oblique » ou « distraite » proposée par Richard Hoggart8 pour définir la lecture populaire caractérisée par une « adhésion à éclipses » qui fait croire et ne pas croire, qui fait adhérer à la vérité de ce qui est lu sans jamais faire disparaître la méfiance et le doute quant à son authenticité : la volonté d’inculcation des modèles culturels n’annule jamais l’espace propre de leur réception, usage et interprétation (soit que, par exemple, les lecteurs basculent sur le registre de l’imaginaire ce qui leur était donné sur celui de l’utilité ; soit que, inversement, ils prennent pour des descriptions du réel les fictions qui leur sont proposées).

29Ainsi est-on conduit à récuser toute approche qui considère que le répertoire des « littératures populaires » (pour l’Ancien Régime, la littérature de colportage ; pour le XXe siècle, les journaux à grands tirages, les romans-photos, etc.) exprime la « mentalité » ou la « vision du monde » des lecteurs populaires, à analyser la « littérature populaire » comme un répertoire de modèles de comportement (imitables et, dans certains cas, imités) et, parallèlement, à mettre en évidence la pluralité et la mobilité des significations assignées au même texte par des publics différents.

  • 9 Elles le sont également pour le sociologue dont l’enquête est souvent assimilée par les « lecteurs (...)
  • 10 Elles renvoient aux modalités spécifiques de leur production, aux intentions et intérêts qui les o (...)
  • 11 Les pratiques culturelles font toujours l’objet de luttes sociales qui ont pour enjeu leur classem (...)
  • 12 « Les rapports que les écrivains et les artistes entretiennent avec le marché, dont la sanction an (...)
  • 13 Dans ce processus de disqualification et d’exclusion qui rejette hors de la culture sacralisée, ca (...)
  • 14 En fait, le véritable problème n’est pas tant de dater la disparition supposée irrémédiable de la (...)

30Ces réceptions sont évidemment difficiles à déchiffrer pour l’historien9, à la fois parce que les lecteurs populaires n’ont (sauf exceptions) rien dit de leurs lectures, parce que, quelles qu’elles soient, les représentations disponibles (normatives, implicites ou autobiographiques) n’entretiennent jamais une relation d’immédiateté et de transparence avec les pratiques qu’elles donnent à voir10 ; parce que, s’il est vrai que « dans toute société, les formes de l’appropriation des textes, des codes, des modèles partagés sont aussi distinctives, sinon plus, que les pratiques propres à chaque groupe social » (p. 213), il est néanmoins risqué d’« attacher la catégorie de “populaire” à des manières de lire et non à des classes de textes » (p. 221) : les formes populaires des pratiques ne constituent pas, en effet, un univers séparé et spécifique, mais inévitablement lié aux modèles et aux normes dominants11 et la constitution d’un champ littéraire autonome (i. e. fondé sur le désintéressement et l’absolue liberté de la création) dans la France de la seconde moitié du XIXe siècle, est directement liée au rejet des servitudes de « la littérature industrielle » comme des préférences populaires qui font son succès12 ; parce qu’entre le populisme (qui définit la culture populaire comme un système symbolique cohérent et autonome, irréductible à la culture lettrée) et le misérabilisme (qui la définit par sa distance à la culture dominante), il n’y a sans doute pas d’autres partis possibles que de faire le tri entre les pratiques « populaires » les plus conformes ou les plus rétives à la domination et celles qui l’ignorent ou de considérer que chaque pratique peut faire l’objet de deux analyses montrant tour à tour son autonomie et son hétéronomie ; parce que les périodisations qui opposent un âge d’or supposé de la culture populaire à sa disqualification et son démantèlement, la shared culture (« culture publique partagée », « culture bakhtinienne » de la place publique, folklorique, festive, carnavalesque) à la bifurcated culture (« bifurcation culturelle », marquée par le retrait des élites et le cantonnement de la culture populaire)13, ne peuvent être reprises qu’avec la plus grande prudence14.

George Dandin

31La représentation dans des conditions très différentes de George Dandin en 1668 mobilise deux publics contrastés, des attentes et des références profondément diverses. À la cour, la comédie s’inscrit dans le cycle des réjouissances monarchiques, addition d’une pastorale et d’une farce, où se mêlent musique et ballets, elle n’est que l’un des moments d’une fête aux plaisirs successifs et multiples. À la ville, la pièce entre dans un autre univers, celui du théâtre citadin qui, à Paris au moins, a ses salles fixes, son calendrier, son répertoire déjà constitué. Cette double inscription de la pièce dans la fête de cour et le théâtre urbain rappelle qu’il n’y a pas de sens d’une œuvre en dehors des formes variables qui la proposent au déchiffrement.

32L’analyse de Roger Chartier suppose que les textes littéraires mettent en représentation les principes contradictoires de construction du monde social, les classements en actes par lesquels les individus, dans une situation donnée, classent les autres et, ce faisant, se classent eux-mêmes. Quelle est, dans Dandin, la vérité de l’ordre social, perçu contradictoirement par les sujets sociaux qui se méprennent sur ses hiérarchies réelles ? Comment ces aveuglements multiples définissent-ils des dominations et dépendances qui sont, pour ceux qui les vivent, la réalité des rapports sociaux — même si une autre perception du social peut les désigner comme illusoires et dérisoires ? Elle suppose également que « la vérité » de la comédie ne réside pas dans l’identité entre les intrigues de théâtre et les situations du monde, mais dans la compatibilité entre les classements en actes produits par les personnages et les actes de classement qui leur donneront sens dans les réceptions différenciées des divers publics.

33À partir de cette double hypothèse, il s’agit de proposer une « lecture historique » de George Dandin, qui noue trois fils d’analyse. Un travail sur l’écart : entre le texte de la comédie et les textes autres, littéraire ou non, à partir desquels il se construit, entre les situations de théâtre et celles du monde social qui leur servent de matrices. Un travail sur les formes à travers lesquelles le texte est donné dans la fête de cour ou sur la scène du Palais-Royal. Un travail sur les réceptions de la comédie, celles attestées dans les témoignages du temps, comme celles qu’il est seulement possible de supposer.

34George Dandin comporte deux dimensions compatibles pour les yeux des spectateurs du XVIIe siècle : comme fiction, tenant à l’univers de l’illusion festive, la comédie peut appartenir pleinement au monde de l’illusion théâtrale ; comme représentation, elle renvoie à autre chose que ses formes et dit la vérité des existences sociales. George Dandin est à la fois un personnage qui parle des modes de construction de l’identité, de l’impossible changement de condition, des mécanismes qui règlent le classement social, et, en même temps, un personnage trois fois ridicule, par son costume outrancier, son nom niais, ses foucades de rustaud.

35Comment ces assemblages, d’où naissent les lectures contradictoires de la pièce, pouvaient-ils être reçus par les spectateurs de 1668 ? Si la comédie a pu être qualifiée d’« archicomique », c’est peut-être, d’abord, parce qu’elle représentait une situation si absurde, une anomalie si incongrue qu’elle ne pouvait que faire rire. La double invraisemblance, qui rend incroyable le mariage d’un paysan et d’une fille noble et rend insensée sa prétention de vouloir être tenu pour un égal des gentilshommes, ne pouvait qu’être reconnue par les spectateurs de 1668 dont le « savoir social » incluait nécessairement le sens de ce qui était socialement possible ou impossible. Seul, Dandin, victime d’un effet d’hystérésis, semble ne pas s’en être aperçu. Parce qu’en 1668, l’enquête qui vise à vérifier l’authenticité de la noblesse des familles prétendues telles mobilise l’attention de tous ceux qu’elle concerne, George Dandin pouvait être entendu par les courtisans comme un texte qui, à travers une intrigue imaginaire, visait la question majeure posée à toute la noblesse : comment et par qui est définie l’identité sociale ? C’est pourquoi, George Dandin a pu être entendu, à la cour, comme un texte qui parle d’un social véritable, non pas celui de la fiction absurde jouée sur le théâtre, mais celui que vivent les gentilshommes dont la condition est alors identifiée et certifiée par la décision royale. Quant au public de la ville, massivement roturier, majoritairement bourgeois, il n’a pas pu ne pas voir que la comédie, sous les traits d’un paysan de farce, visait à mettre en garde contre les ambitions mal ajustées et à légitimer un ordre où chacun doit demeurer à son rang. Mais la démesure extravagante de Dandin pouvait aussi conforter la croyance en la réussite des entreprises raisonnables.

Ouvertures

36Mes deux premières questions concernent la « fonction auteur ».

37Que devient l’auteur, le copyright à l’âge du texte électronique et de la lecture sur écran ? Mais aussi que devient le texte ? Peut-on prophétiser un come-back de la compilation ?

  • 15 Sur ce sujet, voir l’adresse récente de Pierre Bourdieu « aux puissants de ce monde ».

38L’auteur ne s’est-il affranchi du patronage que pour passer sous la tutelle — peut-être plus contraignante — du marché15 ?

  • 16 Pour un inventaire plus précis, voir Gérard Mauger, « Écrits, lecteurs, lectures », art. cit.

39Mes autres questions ont pour objet les pratiques de lecture16.

40Comment interpréter les propos souvent très pauvres recueillis dans une situation d’« examen culturel » ?

  • 17 Carlo Ginzburg, Le Fromage et les vers, Paris, Aubier, 199.
  • 18 Valentin Jamerey Duval.

41En ce qui concerne, en particulier, les lectures populaires, il faudrait s’interroger sur la représentativité de Menocchio17 ou de Jamerey Duval18 et, de façon générale, sur les propriétés très particulières des porte-parole des classes populaires.

  • 19 Roger Charrier, « Communautés de lecteurs », dans Culture écrite et société : l’ordre des livres :(...)
  • 20 Ibid.

42En posant que « les œuvres et les objets produisent leur aire sociale de réception19 », Roger Chartier invite à partir des textes, à « dessiner, d’abord les aires sociales où circulent chaque corpus de textes et chaque genre d’imprimés20 ». L’enquête aura alors pour objet la composition du lectorat correspondant (i. e. les interpretive communities de Stanley Fish) et l’identification de leurs propriétés spécifiques : « compétences de lecture » que n’épuise pas l’opposition lettrés/illettrés (elle inclut le capital culturel, l’expérience acquise de la lecture, le rapport profane/sacré à la culture écrite, etc.), attentes et intérêts divers investis dans les pratiques de lecture. Mais comment délimiter des catégories d’écrits susceptibles de dessiner les contours de catégories de lecteurs socialement repérables ? Ou comment, à l’inverse, définir des catégories de lecteurs auxquelles puissent correspondre des catégories identifiables dans le monde de l’écrit ?

  • 21 « Dans les matériaux que je connais le mieux (les lecteurs en Nouvelle Angleterre au XVIIe siècle) (...)

43Parce qu’une même catégorie d’agents peut mobiliser, simultanément ou successivement différents types d’intérêts dans ses pratiques de lecture21, il me semble difficile d’associer à un lecteur une catégorie de textes : différents usages peuvent être faits d’une même catégorie de textes, bien que certaines catégories de textes appellent préférentiellement ou exclusivement telle catégorie d’usages et que certaines catégories d’agents aient un usage de prédilection ou exclusif d’une catégorie de textes.

  • 22 Sur ce sujet, voir Gérard Mauger et Claude Poliak, « Les usages sociaux de la lecture », Actes de (...)

44La perspective herméneutique prêtée aux lecteurs « ordinaires » (i. e. « non professionnels ») n’est-elle pas un effet incontrôlé de l’ethnocentrisme scolastique. En d’autres termes, peut-on considérer qu’en dehors de la situation scolaire de « l’explication de texte », les « lecteurs ordinaires » sont « en quête de sens » ? J’entends bien que le lecteur qui ne comprend rien à ce qu’il lit, referme le livre : dès les premières pages, il lui faut, dit-il, « rentrer dans » l’intrigue, « accrocher aux » personnages, mais peut-on désigner ce mécanisme de la lecture romanesque comme « quête de sens » ? Je ne prétends évidemment pas que « la quête de sens » ne soit jamais « le mobile » de la lecture : tel est sans doute celui qui sous-tend les « lectures de salut », qu’il s’agisse de salut religieux, politique, éthique ou culturel, mais s’agit-il pour autant du seul mobile de la lecture ? En fait, il me semble que la recherche du « sens » que le lecteur prête au texte détourne de celle des « usages » qu’il en fait22.

  • 23 Roger Charrier, « Communautés de lecteurs », art. cit.
  • 24 Gérard Mauger, Claude Poliak, Bernard Pudal, op. cit.
  • 25 Nathalie Sarraute, « Ce que voient les oiseaux », dans L’Ère du soupçon. Essais sur le roman, Pari (...)
  • 26 Roger Charrier, « Communautés de lecteurs », art. cit.
  • 27 Nathalie Sarraute, « Ce que voient les oiseaux », art. cit.

45S’il est vrai qu’un même texte peut être lu différemment par des lecteurs différents, il se peut aussi qu’il soit lu de la même façon. L’étude, par exemple, de la réception de L’Amant de Marguerite Duras, initialement diffusé dans le cercle restreint des lecteurs des Éditions de Minuit, puis dans « le grand public » de France Loisirs et enfin porté à l’écran, pourrait mettre en évidence ce qui a retenu leur attention, leurs intérêts et leurs variations (i. e. « les appropriations plurielles ») — si elles existent — en fonction de l’âge, du sexe, du diplôme, de la profession, etc. Faut-il en conclure que « les écarts les plus socialement enracinés se situent dans les usages contrastés de matériaux partagés23 » ? L’enquête récente que nous avons menée auprès de « lecteurs ordinaires24 » met en évidence à la fois des usages identiques de matériaux différents par des lecteurs distincts (par exemple, la recherche dans le roman, quel qu’il soit, des « classiques » aux romans-feuilletons, de satisfactions « extra-littéraires », comme « un secours dans leur solitude, une description de leur situation, des révélations sur les côtés secrets de la vie des autres, des conseils pleins de sagesse, des solutions justes aux conflits dont ils souffrent, un élargissement de leur expérience, l’impression de vivre d’autres vies25 ») et des usages différents de matériaux semblables par des lecteurs distincts. S’il faut, en effet, tenter de « comprendre comment les mêmes textes peuvent être diversement appréhendés, maniés, compris26 », il faut également montrer comment des textes différents peuvent être appréhendés de manière identique par des lecteurs différents. Il est, en effet, permis de penser — à la suite de Nathalie Sarraute — que « la plupart des lecteurs de Proust l’ont aimé et l’aiment encore pour des raisons qui ont peu de choses à voir avec ce qui fait sa valeur et ne sont pas très différentes de celles pour lesquelles leurs grands-parents aimaient Georges Ohnet27. »

Notes

1 « Linguistic turn » ou « semiotic challenge » qui tiennent le langage pour un système fermé de signes dont les relations produisent automatiquement le sens, considèrent cette construction de la signification comme détachée de toute intention et de tout contrôle subjectifs et pensent la réalité comme constituée par le langage lui-même, indépendamment de toute référence objective.

2 La conception dominante de la « culture populaire » est ainsi fondée sur la triple idée qu’elle peut être définie par contraste avec ce qu’elle n’est pas — la culture lettrée dominante —, qu’il est possible de caractériser comme « populaire » le public de certaines productions culturelles et que les expressions culturelles peuvent être tenues pour socialement pures et, pour certaines d’entre elles, comme intrinsèquement populaires.

3 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions du Seuil, 199.

4 Donald F. McKenzie, La Bibliographie et la sociologie des textes, Paris, Cercle de la Librairie, 199.

5 Si elle ne récuse pas la « littérarité » des textes, elle invite à reconnaître les frontières de la « littérature » et à identifier les critères — divers selon les temps et les lieux — qui les délimitent.

6 Dans les œuvres de Walter Ong, de Jack Goody ou de Henri-Jean Martin, il s’agit de repérer, de même, comment les transformations majeures qui ont bouleversé la fixation, la circulation et la conservation de l’écrit, ont, du même coup, modifié les relations entre les hommes, les modes d’exercice du pouvoir, les techniques intellectuelles.

7 Pierre Bourdieu, dans Choses dites, Paris, Éditions de Minuit, 198.

8 Richard Hoggart, La Culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 197.

9 Elles le sont également pour le sociologue dont l’enquête est souvent assimilée par les « lecteurs populaires » à une situation d’examen (sur ce sujet, voir Gérard Mauger, Claude Poliak, Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, Paris, Éditions Nathan, 1999).

10 Elles renvoient aux modalités spécifiques de leur production, aux intentions et intérêts qui les ont fait produire, aux genres dans lesquels elles s’inscrivent, aux destinataires qu’elles visent.

11 Les pratiques culturelles font toujours l’objet de luttes sociales qui ont pour enjeu leur classement, leur hiérarchisation, leur consécration ou leur disqualification : quoi qu’elles fassent — résignation, dénégation, contestation, imitation ou refoulement — elles sont toujours inscrites dans un ordre de la légitimité culturelle qui leur impose une représentation de leur propre dépendance.

12 « Les rapports que les écrivains et les artistes entretiennent avec le marché, dont la sanction anonyme peut créer entre eux des disparités sans précédent, contribuent sans doute à orienter la représentation ambivalente qu’ils se font du “grand public”, à la fois fascinant et méprisé, dans lequel ils confondent “le bourgeois” et le “peuple”, livré à l’abêtissement des fonctions productives », écrit Pierre Bourdieu.

13 Dans ce processus de disqualification et d’exclusion qui rejette hors de la culture sacralisée, canonisée, les œuvres, les objets et les formes renvoyés au divertissement populaire, la césure se situe, pour les uns, entre le XIIe et XIIIe siècle, pour d’autres, au cours de la première moitié du XVIIe siècle, pour d’autres encore, entre la guerre de 1870 et celle de 1914 ou avant et après l’émergence de la culture de masse véhiculée par les nouveaux médias.

14 En fait, le véritable problème n’est pas tant de dater la disparition supposée irrémédiable de la « culture populaire » que de considérer, pour chaque époque, comment se nouent les rapports complexes entre des formes imposées, plus ou moins contraignantes et impératives, et des identités affirmées, plus ou moins épanouies ou bridées.

15 Sur ce sujet, voir l’adresse récente de Pierre Bourdieu « aux puissants de ce monde ».

16 Pour un inventaire plus précis, voir Gérard Mauger, « Écrits, lecteurs, lectures », art. cit.

17 Carlo Ginzburg, Le Fromage et les vers, Paris, Aubier, 199.

18 Valentin Jamerey Duval.

19 Roger Charrier, « Communautés de lecteurs », dans Culture écrite et société : l’ordre des livres : XIVe-XVIIIe siècle, Paris, Éditions Albin Michel, 1996, p. 133-154.

20 Ibid.

21 « Dans les matériaux que je connais le mieux (les lecteurs en Nouvelle Angleterre au XVIIe siècle), note David D. Hall, [...] les lecteurs effectifs semblent s’être déplacés facilement entre le sacré et le séculier, le sérieux et le badin ou l’évasion » (« Les lecteurs et la lecture dans l’histoire et dans la théorie critique. Un exposé sur la recherche américaine », dans Roger Charrier (dir.), Histoires de la lecture. Un bilan des recherches, IMEC Éditions/Éditions de la MSH, p. 165-179).

22 Sur ce sujet, voir Gérard Mauger et Claude Poliak, « Les usages sociaux de la lecture », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 123, 1999, p. 3-24.

23 Roger Charrier, « Communautés de lecteurs », art. cit.

24 Gérard Mauger, Claude Poliak, Bernard Pudal, op. cit.

25 Nathalie Sarraute, « Ce que voient les oiseaux », dans L’Ère du soupçon. Essais sur le roman, Paris, Gallimard, 1956, p. 123-151.

26 Roger Charrier, « Communautés de lecteurs », art. cit.

27 Nathalie Sarraute, « Ce que voient les oiseaux », art. cit.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540