Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Roger Chartier et l'histoire de la lecture

Avant-propos

Gérard Mauger

Texte intégral

  • 1 Pour situer les travaux de Roger Chartier dans le contexte de l’histoire de la lecture (analyse de (...)

1Roger Chartier a apporté une contribution décisive au renouvellement de l’histoire de la lecture en France en étudiant à la fois la production littéraire et matérielle des textes, leur diffusion et leur réception, associant ainsi des approches qui, le plus souvent, s’ignorent1.

2L’analyse des relations entre les activités symboliques et la matérialité des textes, le repérage des effets de sens des formes et supports de la transmission de l’écrit s’inscrivent dans une problématique vénérable. Vico, Condorcet, Malesherbes ont souligné la rupture introduite par l’invention des « lettres vulgaires » dans le monopole sacerdotal puis aristocratique sur les images et les signes et la révolution introduite dans l’exercice du pouvoir par l’invention de l’imprimerie. Dans cette perspective, Roger Chartier a mis en évidence un ensemble de transformations majeures dans l’histoire longue du livre et de la lecture : du volumen au codex, de la lecture oralisée à la lecture silencieuse, du modèle monastique au modèle scolastique, de la lecture intensive à la lecture extensive, du codex à l’écran, etc.

3La « fonction auteur », telle que Michel Foucault l’a définie (assignation des œuvres à un nom propre), repose sur la responsabilité pénale de l’auteur et sur la propriété littéraire. Roger Chartier retrace l’histoire complexe des multiples controverses nouées autour de la propriété littéraire, les déplacements des fondements d’un droit exclusif et perpétuel de l’auteur, il montre, à l’encontre du point de vue de Foucault, que les noms de l’auteur et du dédicataire confèrent crédit et autorité au texte « scientifique » ou « littéraire » et qu’en définitive, la « fonction auteur » paraît découler des transformations fondamentales apportées par l’imprimerie.

  • 2 Pour prendre la mesure des « effets » des travaux de Roger Chartier sur la sociologie de la lectur (...)

4Bien que les textes et leurs formes matérielles, d’une part, les différentes « communautés de lecteurs », d’autre part, encadrent la production de sens, les appropriations sont nécessairement plurielles. Roger Chartier s’est ainsi fait archéologue des pratiques de lecture (et, en particulier, des « lectures populaires » qui, sauf exceptions, ne laissent pas de traces), en étudiant la définition par les œuvres de leur aire de réception, les usages contrastés de matériaux partagés, les différentes modalités de la lecture, les « effets » associés à la matérialité des textes, les contrôles et censures exercés sur l’imprimé, les effets d’inculcation (disciplines des corps, des pratiques et des pensées) et les résistances qu’il suscite, la pluralité des significations assignées à un même texte par des publics différents, etc.2.

Notes

1 Pour situer les travaux de Roger Chartier dans le contexte de l’histoire de la lecture (analyse des textes, histoire des livres et études pratiques), voir Roger Chartier (dir.), Histoires de la lecture. Un bilan des recherches, Paris, IMEC Éditions/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995 ; Gérard Mauger, « Écrits, lecteurs, lectures », Genèses, n° 34, mars 1999, p. 144-161.

2 Pour prendre la mesure des « effets » des travaux de Roger Chartier sur la sociologie de la lecture, voir Monique Segré, « Itinéraires de lecteurs. Note critique sur des études récentes en sociologie de la lecture », Revue française de sociologie, 42 (1), 2001, p. 149-164.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable