Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les sciences sociales. Volume 4/ 1997-2004

 | 
Gérard Mauger
, 
Louis Pinto

Enseigner

Patrick Champagne, La Sociologie

Hélène Michel

Note de l’éditeur

Paris, Éditions Milan, collection « Les Essentiels », 1998

Texte intégral

  • 1 Patrick Champagne, Remi Lenoir, Dominique Merllié, Louis Pinto, Initiation à la pratique sociologi (...)

1Sous un titre aussi ambitieux, Patrick Champagne évite à la fois l’écueil de la somme théorique destinée aux seuls spécialistes et l’écueil de la vulgarisation adressée à un public de novices. Dans la lignée de l’ouvrage Initiation à la pratique sociologique1, il veut « inviter à une vraie découverte de ce qu’est l’approche sociologique » (p. 3), c’est-à-dire présenter la sociologie comme une pratique et non un ensemble de savoirs relativement abstraits. Aussi, on ne peut s’en tenir à la seule table des matières relativement classique (avec cinq grandes divisions « les fondements », « sociologie et sciences sociales », « la démarche », « les méthodes », et « sociologie et école ») pour qualifier cet ouvrage.

  • 2 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon, Jean-Claude Passeron, Le Métier de sociologue, Paris, Mo (...)

2Pour définir la sociologie, l’auteur part d’un constat. Cherchant à préciser ce que le mot recouvre, par-delà ses diversités, il constate que la sociologie est victime de son succès. S’il semble se réjouir de cette situation où « les sciences sociales plaisent » (p. 8), il ne peut ignorer, en revanche, que leur développement s’est traduit par une vulgarisation des concepts et des analyses, à tel point « qu’on les retrouve aussi bien dans le discours de l’expert que dans les articles ou les reportages des journalistes, et même dans le langage courant » (p. 8). Néanmoins, soucieux de réhabiliter la (vraie) sociologie, l’auteur ne peut pas se contenter d’ignorer ou de rejeter simplement ces représentations concurrentes : d’une part, elles font partie intégrante de la définition actuelle de la sociologie et sont à l’œuvre dans tout discours sociologique ; d’autre part, la définition que le sociologue va lui-même produire risque de n’être perçue qu’à travers ces représentations fausses. Patrick Champagne rappelle ainsi le caractère irréductible des représentations sociales, qui ne sont pas « de banales erreurs de perception », mais des « erreurs bien fondées » qui font partie de la réalité sociale (p. 33). Alors, plutôt que d’essayer d’imposer, par un argument d’autorité, ce qui est et ce qui n’est pas de la sociologie, il nous invite à comprendre ce qui se joue dans cette concurrence entre science et fausse science, entre discours sociologique et discours semi-savant. Convoquant deux exemples d’appréhension du monde social (les sondages et l’expertise en « problèmes sociaux »), il montre que ce qui est enjeu est l’imposition d’une certaine vision du monde social. Trente ans après Le Métier de sociologue2, l’auteur montre que la démarche sociologique réside moins dans la rupture avec le sens commun que dans la déconstruction critique des représentations semi-savantes du monde social. De manière d’autant plus impérieuse que le discours savant est passé dans le langage commun, apparaît la nécessité de l’autonomie du questionnement dans la production scientifique. Par conséquent, donner à comprendre ce qu’est aujourd’hui la sociologie revient pour Patrick Champagne à en faire la genèse c’est-à-dire à restituer les différents états du champ savant, tant à travers la lecture de grands auteurs, qu’à travers le conflit des disciplines. Les développements sur les « pères fondateurs » que sont Karl Marx, Émile Durkheim, Max Weber en passant par Auguste Comte et Tocqueville, n’apparaissent alors pas comme un simple historique et permettent de définir ce qu’est le domaine spécifique de la sociologie par rapport aux autres sciences sociales tout en soulignant le développement d’« objections persistantes » (p. 11) à l’existence d’une science du monde social. Sont ainsi donnés les moyens de comprendre les diverses accusations couramment faites à la sociologie (par exemple d’être « une science déterministe » p. 12-13) et de les dépasser. Le lecteur comprend que restituer la vérité de la sociologie revient à prendre en compte l’ensemble des luttes qui s’organisent autour du monopole de la définition légitime de la sociologie et du monopole du discours sur le monde social. Par ailleurs, ce détour par les pères fondateurs permet d’exposer « la véritable révolution de pensée qui a été nécessaire pour rendre possible la constitution d’une telle science » (p. 9).

3Rappelant que l’enjeu de tout enseignement de la sociologie (et par conséquent une des conditions à la réussite de cet enseignement) réside moins dans l’acquisition d’un ensemble défini de connaissances, que dans la « modification durable de nos habitudes de pensée et de nos manières de voir le monde social » (p. 57) Patrick Champagne tente sinon de convertir le lecteur, du moins de lui donner les moyens d’opérer sa conversion. Les agents de cette transformation sont, d’une part, le langage et la vigilance à l’égard du langage et, d’autre part, la et les méthode(s). La vigilance permanente sur les mots permet de transformer les obstacles à la bonne compréhension du monde social en moyen essentiel pour changer nos habitudes de penser. Concernant l’exigence méthodologique, l’auteur rappelle tout d’abord que le statut scientifique de la sociologie et son caractère pratique impliquent la mise en œuvre rigoureuse des procédures précises, formant un protocole d’enquête de recherche avec un certain nombre d’opérations spécifiques à faire. S’il faut de la méthode, il faut aussi des méthodes spécifiques, telles que la statistique, l’observation et l’entretien, qui sont présentées dans l’ouvrage. Grâce à ces techniques d’enquête, le sociologue dispose d’outils qui lui permettent de partir à la conquête de la réalité sociale, et d’« établir [...] de façon contrôlée et rigoureuse, la réalité et l’importance des phénomènes sociaux que le sociologue se propose de comprendre » (p. 41). Méthode et méthodes sont alors les moyens pour la sociologie de « faire la preuve de son droit à exister comme une science comme les autres » (p. 3) et d’échapper à l’essayisme. Il n’y a aucune opposition ou hiérarchie à faire entre les méthodes qui visent tantôt à « recueillir des représentations sociales » au moyen de l’entretien, tantôt à observer et à établir la régularité de faits sociaux à l’aide de l’outil statistique, puisque la réalité sociale « existe à la fois dans les choses matérielles [...] dans les institutions (c’est-à-dire dans un ensemble stable de positions sociales et de manières de faire...) et dans ce qui est présent à l’état intériorisé dans le corps et le cerveau de chacun des individus qui composent une société donnée » (p. 49). Il faut saluer ici la volonté de l’auteur d’expliquer de façon simple ce phénomène complexe qu’est la socialisation.

4Plus largement, cet ouvrage se présente comme un appel à tous ceux qui se reconnaissent dans la pratique scientifique de la sociologie et à tous ceux qui, ne pratiquant pas encore la sociologie, se sentent intéressés parce qu’ils sont soucieux de comprendre le monde social qui les entoure. Comme pour mieux convaincre de la force roborative de la sociologie, l’auteur n’hésite pas à rappeler que le sociologue est souvent un « mal intégré » socialement (comme Durkheim), parfois un « personnage marginal » (comme Marx et Comte). Plus généralement, le sociologue serait rarement un « bienheureux » social et ce sentiment de bonheur fonctionnerait comme un obstacle à la sociologie. En effet, entrer en sociologie c’est, pour Patrick Champagne, chercher à comprendre ce qui a pu engendrer des situations sociales dans lesquelles on est mal à l’aise. En d’autres termes, on ne devient pas sociologue par hasard, et « l’intérêt que l’on peut avoir pour la sociologie est pour une bonne part socialement déterminé » (p. 56). Ce qui veut dire que tout le monde n’est pas intéressé par la sociologie, mieux, que tout le monde n’a pas intérêt à la sociologie. On comprend alors que les uns risquent de faire de la sociologie et que les autres vont du moins ignorer la sociologie (ne comprenant pas ce qu’elle fait), sinon la détester voire la combattre. Mais cet appel pour la sociologie est aussi un appel en direction des sociologues en titre. Pour l’auteur, il s’agit, d’une part, de réhabiliter la sociologie comme pratique scientifique, et ce à travers l’édition, l’enseignement, la pratique d’enquête ; d’autre part, de faire triompher la vision sociologique du monde social, afin que les productions de la sociologie soient un gain collectif.

5Apprentis sociologues et sociologues confirmés trouveront avec plaisir dans ce livre le rappel des règles de l’art et la conviction dans le métier de sociologue.

Notes

1 Patrick Champagne, Remi Lenoir, Dominique Merllié, Louis Pinto, Initiation à la pratique sociologique, Paris, Dunod, 1989.

2 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon, Jean-Claude Passeron, Le Métier de sociologue, Paris, Mouton, 1968.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable